Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Afrique en marche 

 L’Afrique subsaharienne face au COVID-19

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 05-09-2020 à 13:14:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L’Afrique subsaharienne face au COVID-19: les scénarios socio-économiques les plus probables

DANIELLE BLEITRACH5 SEPTEMBRE 2020

AuteursMSc. Yoslán Silverio González

Master en histoire contemporaine et relations internationales. Enquêteur ajouté. Chef de l’équipe Afrique. Centre international de recherche sur les politiques, courriel: yoslan@cipi.cu. ORCID iD: 0000-0001-8533-4234

http://rpi.isri.cu/es/node/90?fbclid=IwAR10xNM91iodrXDyegnI_u7FggcISPeLdKfOfjFXhMSA2FM6veBUxfURUGs

Reçu: 29 avril 2020
Approuvé: 25 mai 2020

RÉSUMÉ

Ces dernières années, la région africaine s’est caractérisée par des indicateurs macroéconomiques encourageants en raison d’une croissance presque soutenue dans ses principales économies, bien que cela n’ait pas entraîné une réduction des inégalités. Les politiques néolibérales mises en œuvre ne prennent pas en compte l’élément social, de sorte que les États ont vu leurs capacités à adopter des politiques publiques réduites et ont minimisé leurs budgets pour les programmes sociaux. Dans ce processus de privatisation, les systèmes de santé ont été les plus touchés, avec la diminution de la capacité hospitalière et le manque de personnel médical. Dans ce contexte, l’émergence du coronavirus a déclenché les alarmes des dirigeants africains et de l’Organisation mondiale de la santé, car l’Afrique a toutes les conditions pour devenir à terme un futur épicentre de la pandémie en raison des conditions hygiéniques et sanitaires défavorables dans lesquelles vivent la plupart de ses habitants. Il existe une multiplicité de facteurs de risque qui favorisent la propagation du COVID-19 en Afrique. Cela indique un scénario probable selon lequel la pandémie pourrait atteindre ici des proportions alarmantes avec de fortes conséquences sociales et économiques, également exacerbées par la récession économique mondiale.



INTRODUCTION

Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, les médias se sont concentrés sur les régions les plus touchées: la Chine, l’Europe occidentale et les États-Unis. Cependant, des experts de l’Organisation mondiale de la santé ont exprimé leurs inquiétudes quant à ce qui pourrait arriver sur le continent africain. Sans vouloir avoir une approche «afro-pessimiste», mais plutôt objective, la situation en Afrique place ses habitants parmi les groupes les plus vulnérables. C’est une région qui présente les taux de croissance démographique les plus élevés et où les problèmes sociaux résultent d’une répartition inégale des richesses. Bien que des progrès modestes aient été accomplis dans le domaine de l’éducation et de la santé, la région est confrontée à de graves problèmes dans ces secteurs. Le taux d’alphabétisation est faible et, dans le cas des maladies, L’incapacité d’éliminer les non chroniques a persisté. Ces problèmes, associés à des conflits violents et actifs, ont accentué la tendance à l’urbanisation de la population dans le cadre du processus de migration des villes rurales, faisant des centres urbains de véritables mégapoles.

DÉVELOPPEMENT

Afrique: comportement des variables économiques (2019-2020)

Ces dernières années, la région africaine s’est caractérisée par des indicateurs macroéconomiques encourageants en raison d’une croissance presque soutenue dans les principales économies du continent, même au-dessus de la moyenne mondiale. La performance “positive” du produit intérieur brut (PIB) avait été rendue possible par l’augmentation des investissements étrangers et des projets d’infrastructure, principalement des capitaux chinois, ainsi que par une relative stabilité des prix des matières premières. Pour la première fois en dix ans, les investissements ont représenté plus de 50% de la croissance du PIB, tandis que la consommation privée en a représenté moins d’un tiers. Malgré cela, la «croissance» économique a commencé à afficher des chiffres inférieurs: en 2019, elle était de 3,4%. Cette baisse est due à la baisse soutenue des prix du pétrole depuis 2014,

Selon un rapport de la Banque africaine de développement, cela a permis une projection de croissance pour l’Afrique de 3,9% pour 2020 (3,6% pour l’Afrique subsaharienne) et 4,1% pour 2021, en dessous des taux des dernières années. Cette croissance lente est due à une expansion modérée des cinq économies les plus importantes de la région: l’Algérie, l’Égypte, le Maroc, le Nigéria et l’Afrique du Sud, qui ont enregistré une croissance moyenne de 3,1%. Cette performance de l’économie africaine s’explique également par l’intérêt marqué des investisseurs étrangers pour ces régions périphériques, où il y a eu une augmentation de la privatisation des déjà peu d’entreprises publiques.

Du point de vue sous-régional et national, les indicateurs varient considérablement. L’Afrique de l’Est est restée la sous-région à la croissance la plus rapide, avec une moyenne de 5% en 2019, suivie de l’Afrique du Nord avec 4,1%. La troisième sous-région la plus dynamique était l’Afrique de l’Ouest avec 3,7% (2019), contre 3,4% en 2018. Dans ce domaine, le Nigéria, principale locomotive économique, ne devrait croître que de 2,2% (2020). Il est suggéré que la zone franc CFA présente de bons indicateurs: de 4,7% (2019) à 4,9% (2020): les pays avec les meilleurs indicateurs sont la Côte d’Ivoire, en raison de l’augmentation de l’exploitation des ressources minérales et de l’agriculture, ainsi que du Sénégal, en raison de l’application de la stratégie gouvernementale connue sous le nom de Plan Sénégal Emergent. Pour sa part, l’Afrique centrale est passée de 2, 7% (2018) à 3,2% (2019) et la sous-région de l’Afrique australe a été la moins performante, passant de 1,2% (2018) à 0,7% (2019). Cela était dû, entre autres facteurs, aux conséquences dévastatrices des deux cyclones qui ont affecté la sous-région (Idai et Kenneth ). L’Afrique du Sud atteindra seulement 1,1% en 2020 (Banque africaine de développement, 2020). Cependant, d’autres projections ont donné une performance bien pire pour le cas sud-africain.

Selon un autre rapport annuel, mais cette fois de la Brookings Institution ( Foresight Africa Report ), les cinq pays avec la plus forte croissance jusqu’en 2024 seraient: le Sénégal (8,3%), le Rwanda (7,9%), le Niger ( 7,3%), l’Ouganda (7,2%) et le Mozambique (6,9%). Cependant, la plupart des économistes qui ont participé à ce rapport s’inquiètent de l’impact du changement climatique sur ces prévisions: baisse des récoltes, productivité agricole et de la main-d’œuvre, et dommages à la santé humaine. Toutes ces variables peuvent contracter le PIB général du continent, ce que personne n’avait prévu était l’expansion du coronavirus à l’échelle planétaire.

Un autre aspect qui a eu un impact positif sur ces indicateurs était le plein fonctionnement de la zone de libre-échange continentale (ZLECA), prévue pour juillet 2020. La plupart des économistes et politiciens africains étaient très optimistes quant aux avantages de l’adoption de la zone de libre-échange continentale. Cette initiative d’intégration économique et néolibérale représenterait quelque 16 milliards de dollars en raison de l’augmentation des échanges intra-régionaux. Mais pour cela, un scénario optimal de libéralisation tarifaire à 100% entre les États membres devrait être élaboré. Si cela se produit, le PIB du continent pourrait augmenter, en valeur réelle, de 2,1 billions (2019) à 3 billions de dollars d’ici 2030, c’est-à-dire en une décennie.Adegoke , 2020: 1).

L’analyse doit également se concentrer sur le fait que cette croissance macroéconomique cache les différences entre les pays, ainsi que les problèmes structurels et sociaux de base, puisqu’elle ne signifie pas directement une modification du pouvoir d’achat des populations, ni une modification des revenus. matrice productive, caractérisée par une primarisation de l’activité économique. En ce sens, le rapport Perspectives économiques en Afrique (2020) lui-même a souligné que la croissance qui a été enregistrée en Afrique subsaharienne n’a pas été inclusive. Seul un tiers des pays africains ont atteint une croissance «inclusive», réduisant à la fois les niveaux de pauvreté et d’inégalité. Malgré les progrès économiques de ces pays au cours des dernières décennies, le continent est toujours en retard par rapport aux autres régions «en développement»,

D’autres pays en croissance économique n’ont pas amélioré leurs indicateurs de réduction de la pauvreté, qui restent supérieurs aux autres régions. L’extrême pauvreté en Afrique touche 35% de la population pour un total de 395 millions de personnes. Essentiellement, une croissance inclusive, des niveaux accrus de consommation parmi les pauvres et une diminution des inégalités entre les différents segments de la population se sont produits dans seulement 18 des 48 pays d’Afrique subsaharienne.

Le rapport Dynamique du développement en Afrique: croissance, emploi et inégalités,créé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il coïncide également avec le fait que l’Afrique n’a pas réussi à réduire les inégalités, il n’y a donc pas de corrélation entre la croissance du PIB et les indicateurs de bien-être. Il est nécessaire de prendre en compte la situation du marché du travail, où il y a des conditions de travail précaires, une augmentation du commerce informel et, par conséquent, un pourcentage élevé de vulnérabilité des personnes en âge de travailler. La proportion d’emplois vulnérables en Afrique est de 66%, ce qui signifie que 282 millions de travailleurs vivent dans cette situation. Plus précisément, les taux de chômage dépassent 20% dans presque tous les pays. En Angola, le chômage était de 30% (2019), en Afrique du Sud de 29% et au Nigéria de 22%. Si le secteur jeunesse est pris en compte,

Dans le cas de l’Afrique du Sud, la situation économique était en nette détérioration. En 2019, il était prévu que l’économie croîtrait de 1,7% d’ici 2020. Cependant, selon le ministre sud-africain des Finances, Tito Mboweni, l’économie ne croîtrait que de 0,9% et l’inflation serait de 4,5% (2020). Parmi les facteurs à l’origine de ce ralentissement figurent la baisse des revenus, la persistance des coupures d’électricité et la dette. Une croissance supérieure à 1% n’était pas prévue au cours des trois prochaines années. Cette situation provoquait déjà une augmentation de la contestation sociale à l’adoption de mesures d’ajustement.

Le gouvernement sud-africain avait annoncé une réduction de 160 milliards de reais (10,5 milliards de dollars EU) pour le salaire des employés du secteur public au cours des trois prochaines années, afin de réduire la dette publique; ainsi que des réductions des dépenses des employés du gouvernement, y compris l’utilisation de vols en classe économique pour ceux qui ont dû se déplacer pour des fonctions publiques. Les salaires et les promotions vers d’autres emplois de fonctionnaires d’ici à l’exercice 2020 seraient également réduits, ce qui permettrait d’économiser 37 milliards de rands (2,4 milliards de dollars EU). Le déficit budgétaire 2020 était estimé à 6,8% du PIB, le plus important depuis 25 ans. Il y aurait aussi un approfondissement des réformes fiscales, des mesures néolibérales,

Tous ces indicateurs ont caractérisé le panorama socio-économique de l’Afrique et en particulier de la région subsaharienne jusqu’en 2019, ainsi que la projection de la croissance économique avant la crise engendrée par la pandémie COVID-19, dont les impacts au niveau international sont sans précédent. Les conséquences négatives pour l’économie mondiale restent à voir, mais le scénario le plus probable est que le monde se dirige vers une récession, en raison de la paralysie de l’activité productive, de l’augmentation du chômage, de la baisse des niveaux de consommation, la faillite de plusieurs entreprises, la fermeture des liaisons aériennes, la baisse des valeurs des entreprises en bourse et l’effondrement du marché pétrolier.

Toute cette situation a son épicentre dans les pays capitalistes développés, les plus touchés par la pandémie, dont l’impact social, en particulier le coût élevé en vies humaines, a mis les systèmes de santé, tant publics que privés, et les systèmes eux-mêmes en crise. les politiciens de ces pays, dont les modèles de gestion ont été complètement discrédités. Bien entendu, cette situation rend la tâche plus difficile dans les pays périphériques, notamment africains.

Situation sanitaire sur le continent africain

Les conflits armés violents, le terrorisme, la pauvreté et le changement climatique sont parmi les facteurs qui affectent le plus la génération de crises humanitaires en Afrique. L’impact social de tous ces éléments a causé la perte de vies humaines, dont des maladies curables, mais qui dans le contexte africain deviennent endémiques en raison du manque de ressources et de la volonté politique internationale de les résoudre. Le processus de privatisation résultant de l’imposition de modèles occidentaux de néolibéralisme a entraîné, entre autres, une réduction des dépenses sociales et la capacité des États à adopter des politiques publiques.

Les systèmes de santé ont été les plus touchées par la diminution de la capacité de l’ hôpital, le manque de personnel médical, que ce soit en raison de l’émigration des médecins et des infirmières en dehors du continent, 1 ainsi que les limites de leur formation et le coût plus élevé des services. La plupart des pays africains comptent moins de deux médecins et 10 infirmières pour 10000 habitants et, selon les données de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), les hôpitaux ont en moyenne 1,8 lit tous les 1000 habitants ( Telesur , 2020). Dans certains pays, les chiffres peuvent être pires, par exemple, au Niger et en Ethiopie, la moyenne est de 0,3 lit pour 1 000 habitants.

Une analyse publiée en janvier 2020 par Global Health,sur la répartition spatiale et temporelle des épidémies et autres urgences sanitaires des trois dernières années, il a souligné que 41 pays africains (87% du continent) avaient une épidémie en cours et 21 d’entre eux (45%) souffraient d’au moins une épidémie annuelle , sans prendre en compte les crises alimentaires et les famines. Les cinq principales maladies qui affectent la plupart de la population sont le choléra, la rougeole, les hémorragies virales, le paludisme et la méningite, mais il faut aussi parler de l’incidence du VIH, notamment dans les pays d’Afrique australe, L’Afrique du Sud et le Zimbabwe sont parmi les plus touchés. En outre, la malnutrition chronique reste l’une des principales causes de décès chez les mineurs et les personnes vivant dans l’extrême pauvreté. Cette situation fait partie de la santé quotidienne en Afrique.

Une partie de ces flambées cycliques était la crise d’Ebola qui a touché les pays d’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016. Ces flambées surprises de maladies détériorent davantage les conditions de sécurité humaine et ont de graves répercussions socio-économiques. Le Libéria était l’un des pays qui étaient à l’épicentre de cette épidémie. En septembre 2014, quelque 5 800 cas avaient été signalés, dont le Libéria connaissait la pire situation (1 698 cas et 871 décès), suivi de la Sierra Leone ( 1 216 cas et 476 décès) et de la Guinée ( 771 cas et 498 décès). ( Programme des Nations Unies pour le développement, 2014: 9-10). L’impact sur l’économie a été ressenti en raison des restrictions à la circulation des personnes et des services, de la fermeture des frontières, de la réduction des activités agricoles et de l’interruption des activités des entreprises étrangères. Il y a eu des pertes substantielles, tant pour l’État que pour les revenus personnels. Les actions de la communauté internationale, l’Organisation mondiale de la santé, y compris la participation de médecins cubains, ont permis l’élimination de l’épidémie: «au début de 2015, le Libéria enregistrait moins d’une douzaine de cas par semaine, mais quatre mois se sont écoulés jusqu’à il pourrait être déclaré, le 9 mai 2015, un pays exempt d’Ebola »( Vázquez Muñoz, 2015: 3 ). Au moins 11 300 personnes sont décédées des suites de cette épidémie d’Ebola.

Une nouvelle épidémie d’Ebola a éclaté depuis août 2018 en République démocratique du Congo, selon un rapport du bureau de l’Organisation mondiale de la santé dans ce pays, se terminant le 22 novembre 2019, le nombre cumulé de cas était de 3301 , dont 3 183 cas confirmés et 118 probables. Le nombre total de décès était de 2 198. La mortalité était de 67% (très élevée). Les zones de santé de Mabalako et Beni étaient celles qui avaient la plus forte incidence, avec respectivement 58% et 31%. Au total, 255 061 personnes ont été vaccinées (depuis le début de l’épidémie). Cette épidémie a duré environ 20 mois.

Le Directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Matshidiso Moeti, a appelé à la prudence et à la vigilance, car «ce n’est pas encore la fin d’Ebola en République démocratique du Congo, nous devons rester vigilants dans les semaines à venir et au-delà”. L’Organisation mondiale de la santé a porté le nombre de morts à 2 226 personnes en République démocratique du Congo. Le dernier patient Ebola est sorti du centre de soins médicaux de la ville de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, en février 2020, alors que les premiers cas de coronavirus commençaient déjà à être signalés sur le continent. L’expérience de la lutte contre Ebola en Afrique a indiqué une amélioration de la réponse africaine aux flambées épidémiques. Selon une évaluation de l’Organisation mondiale de la santé elle-même, Malgré des problèmes de santé généralisés en Afrique, de grands progrès ont été accomplis dans la capacité de réponse. L’arrivée du coronavirus est à nouveau un défi pour les dirigeants et les systèmes de santé africains.

Évolution de l’épidémie de coronavirus en Afrique subsaharienne

L’expansion du COVID-19 a une fois de plus mis les gouvernements africains en alerte sur les conséquences qu’il avait en Chine, en Europe occidentale et aux États-Unis. On a d’abord pensé que l’épidémie pourrait venir de Chine, en raison des liens commerciaux forts qui existent entre les deux régions. Environ 2 millions de citoyens chinois vivent et travaillent en Afrique et quelque 800 000 touristes chinois visitent l’Afrique chaque année. Il y avait également environ 80 000 étudiants africains en Chine. Tout cela impliquait un trafic aérien important. Avant les restrictions imposées par COVID-19, il y avait en moyenne huit vols quotidiens entre la Chine et les villes africaines. La peur a poussé de nombreuses compagnies aériennes telles que Royal Air Maroc, RwandAir et Kenya Airways, à annuler leurs liaisons avec Pékin, Guandong et Shanghai.

Cependant, le premier cas a été enregistré en Egypte, le 14 février, par l’intermédiaire d’un touriste chinois et le second au Nigeria, le 24 février, par un Italien de Milan à destination de la ville nigériane de Lagos, un des zones métropolitaines les plus fréquentées du continent. Ainsi, le Nigeria est devenu le premier pays d’Afrique subsaharienne à signaler le virus. A partir de là, le même schéma de contagion se répéterait: les voyageurs d’Europe, principalement africains, puis le début de la transmission locale. Au cours des deux premières semaines, à partir des premiers cas, un ensemble de mesures a commencé à être adopté. Plusieurs pays ont même commencé à les adopter à titre préventif, sans même avoir de cas confirmés:

Ouganda: a mis en quarantaine plus de 100 personnes qui sont arrivées à l’aéroport international d’Entebbe, certaines dans les hôpitaux d’Entebbe et de Kampala, et d’autres ont été confinées chez elles.
Zambie: attribution de deux installations médicales dans la capitale, Lusaka, pour mettre les suspects en quarantaine; l’un d’entre eux était un nouvel hôpital de 800 lits financé et construit avec l’aide de la Chine, il avait également installé des scanners corporels thermiques à tous les ports d’entrée.
Kenya: mise en place de la détention obligatoire dans les aéroports, des installations d’isolement et une équipe d’intervention rapide pour les cas suspects.
Afrique du Sud: Création d’équipes d’intervention aux niveaux national et provincial, nomination de 300 responsables de la santé pour contrôler les points d’entrée et filtrer tous les voyageurs.
En Afrique du Sud, pays qui traversait déjà une grave crise économique, son président Cyril Ramaphosa avait instauré la séquestration, initialement pour trois semaines, avec le déploiement de l’armée dans les rues pour la faire respecter. Cependant, les gens ont violé cette mesure pour aller acheter des fournitures, comme cela s’est produit dans les régions de Johannesburg. Avec près de 60 millions de personnes, la situation sanitaire en Afrique du Sud est plus compliquée puisqu’un sixième de la population, soit environ 10 millions de personnes, est infecté par le VIH, ce qui augmente leur vulnérabilité (RTVE, 2020: 1).

Peu à peu, les gouvernements africains ont commencé leurs efforts pour permettre aux laboratoires d’effectuer les tests rapide. Une trentaine de pays disposent déjà de laboratoires habilités à cet effet, par exemple tous les pays d’Afrique de l’Ouest. Ils ont également commencé à mettre en œuvre des mesures pour restreindre l’entrée des personnes en provenance de pays où des cas ont été confirmés, l’annulation des liaisons aériennes avec l’Europe et les États-Unis, la fermeture des frontières nationales, l’adoption de confinements, des quarantaines, des restrictions à la circulation des personnes, selon la situation nationale et la désignation de centres d’isolement. Ces mesures de confinement étaient difficiles à appliquer car la plupart des gens ont des maisons petites et précaires, vivent dans des conditions surpeuplées et doivent partager des espaces publics.

L’épidémie du virus en Afrique a continué de préoccuper les autorités sanitaires. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une réunion avec les ministres africains de la santé à Addis-Abeba, a exprimé son inquiétude quant à l’expansion potentielle du COVID-19 dans ces pays caractérisés par la présence des systèmes santé plus précaire. Malgré des problèmes budgétaires, l’Organisation mondiale de la santé a conçu un plan stratégique de préparation et d’intervention, avec une demande de 675 millions de dollars pour soutenir les pays africains les plus vulnérables. De même, il a commencé à envoyer des équipements de protection individuelle dans 19 des pays les plus vulnérables. La Chine a également envoyé des fournitures médicales pour lutter contre le coronavirus sur le continent.tests rapides.

L’Union africaine et son Centre de contrôle et de prévention des maladies ont organisé la réponse continentale pour lutter contre le COVID-19. En février, le Dr John Nkengasong a été nommé directeur du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies et Samba Sow a été nommé directeur général du Centre pour le développement des vaccins au Mali. Le Dr John Nkengasong a appelé à la création d’un Fonds de lutte contre le COVID-19 (Fonds continental anti-COVID-19), par les États membres d’un montant de 12,5 millions de dollars. Il a également évoqué la nécessité de favoriser le commerce des produits pharmaceutiques qui, dans le cas de l’Afrique, sont importés (Union africaine, 2020: 1).

Les mesures prises à temps par les pays africains ont permis un certain avantage face à l’expansion du coronavirus, c’est pourquoi il n’y avait toujours pas de haut niveau de contagion en Afrique. De plus, il y a eu un décalage de plus d’un mois entre l’aggravation de la situation en Europe et en Afrique. Dans l’une de ses premières réflexions sur le COVID-19 en Afrique, l’ambassadeur cubain auprès de l’Union africaine, Ángel Villa, a commenté que bien qu’il n’y ait pas eu de rapports massifs de transmission autochtone sur le continent jusqu’à cette date, les chiffres pourraient être choquants de de sa réalité socio-économique. Villa a également souligné que, malgré les politiques mises en œuvre, les gouvernements n’avaient pas la possibilité de fournir des soins médicaux en cas d’inondation possible de personnes infectées (Villa Hernández, 2020: 1).

Cependant, le fait qu’en Afrique subsaharienne encore le nombre de personnes infectées ne soit pas donné comme aux États-Unis et dans les pays d’Europe occidentale, cela ne signifie pas que la situation est maîtrisée sur le continent. Au cours du premier mois, des cas ont déjà été signalés dans 40 pays africains, ce qui indique un pourcentage exponentiel de contagion. La figure 1 montre l’augmentation des cas au mois de mars. Seulement dans la troisième semaine du mois (de 16 à 22), les cas positifs ont quadruplé: ils sont passés de 102 à 408 et la tendance s’est poursuivie.


Le 22 mars, une cargaison d’aide humanitaire en provenance de Chine est arrivée dans la capitale éthiopienne pour lutter contre le COVID-19. L’expédition comprenait plus de 1,5 million de tests rapides et ١٠٠ tonnes d’autres fournitures médicales offertes par la Fondation Jack Ma et la Fondation Alibaba. 20000 tests devaient être distribués par le biais du Centre africain de contrôle et de prévention des maladiesdiagnostic rapide pour chaque pays africain, environ 100000 masques médicaux et 1000 combinaisons de protection (Union africaine, 2020: 1). La Chine est devenue un partenaire international important, mais les contributions n’étaient toujours pas suffisantes. Selon les chiffres officiels du centre de l’Union africaine lui-même, datés du 26 mars, le virus s’était propagé dans 46 pays, l’Afrique du Sud étant la plus touchée, avec 709 cas, suivie de l’Égypte avec 402, l’Algérie avec 264, Le Maroc avec 170 et le Burkina Faso et la Tunisie avec 114 chacun (tableau 1).

Tableau 1. Situation épidémiologique en Afrique jusqu’au 6 avril 2020

Sous-région / Nombre de pays par sous-région / Nombre de pays touchés / Cas confirmés / Les morts /Altras médicaux (personnes récupérées)
Afrique du Nord / 7 / 6 / 4 043 / 298 / 420
Afrique du sud / 10 / 9/ 1 756/ 16/ 53
Afrique de l’Ouest 15/15/ 1 707/ 51/ 282
Afrique centrale 9/ 8/ 917/ 33/ 30
Afrique de l’Est 14/ 13/ 778/ 16/ 28
Total 55/ 51/ 9 201/ 416/ 813

Source : Union africaine (2020). Rapport du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies daté du 6 avril.

Au 6 avril, seuls quatre pays n’avaient pas signalé de cas confirmés. La sous-région la plus touchée était l’Afrique du Nord, l’Égypte et l’Algérie comptant le plus grand nombre de cas. En deuxième position se trouvait l’Afrique australe, où l’Afrique du Sud connaissait la pire situation épidémiologique. Le 7 avril, 10 000 cas positifs et 1 080 personnes étaient décédés. Ces données n’étaient qu’approximatives car, en raison des capacités limitées des États à réaliser les tests rapides, les chiffres officiels étaient inférieurs aux cas réels.Deux mois après les premiers cas (23 avril 2020), seuls 500 000 tests avaient été réalisés pour une moyenne de 325 par million d’habitants. Jusqu’à cette date, la pandémie était un fait dans les principaux centres urbains, mais à mesure que la contagion pénétrait les villes de l’intérieur et les zones rurales les plus reculées, son contrôle deviendrait plus difficile.

Au cours de la dernière semaine d’avril, les infections ont augmenté de 43%. Seuls le Lesotho et les Comores n’avaient aucun cas confirmé. Cette situation a réaffirmé les alertes des experts de l’Organisation mondiale de la santé sur la vitesse de contagion en Afrique. Au 23 avril, 26 134 personnes séropositives avaient déjà été signalées, dont 1 234 avaient perdu la vie et 7 000 s’étaient rétablies. Les pays les plus touchés sont toujours l’Afrique du Sud (avec 3 635 cas et 65 décès), l’Égypte (3 490 cas), le Maroc (3 397 cas) et l’Algérie (2 910 cas et 400 décès). Avec le Nigéria, nous sommes en présence des cinq plus grandes économies du continent, celles qui contribuent le plus au PIB général de l’Afrique (60%) et les plus touchées, donc les répercussions économiques, au sein de ces pays,

La pandémie en Afrique continue de progresser. Le Lesotho a été le seul pays à n’avoir signalé aucun cas avant le 11 mai au moins, alors qu’aucun pays n’avait encore atteint le pic des infections. Depuis que les premiers cas ont été signalés début mars et jusqu’à la date susmentionnée, le continent a signalé un total de 63 325 positifs au COVID-19. En une seule journée, le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies a signalé 2 668 cas à travers le continent (11 mai). Pour sa part, le nombre de personnes décédées s’élevait au total à 2 290 à cette date et le nombre de personnes retrouvées était d’environ 21 821. Au niveau sous-régional, l’Afrique du Nord a continué d’être la plus touchée, l’Égypte ayant signalé 9 400 cas, le Maroc 6 063 et Algérie 5 723 cas. En provenance d’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Sud a la pire situation avec 10015 cas confirmés (Xinhua, 2020: 1).

Ces chiffres officiels étaient encore bien inférieurs à ceux présentés par d’autres régions du monde et étaient même bien inférieurs à ceux de certains pays comme la Russie, le Brésil, l’Allemagne ou l’Équateur. 2 Cependant, un facteur qui pourrait être derrière cette tendance est le fait que les chiffres réels ne sont pas signalées à cause de l’absence de détection des cas asymptomatiques ou dans les régions les plus éloignées des centres urbains. Cela pourrait aussi être dû au manque de moyens pour tester un plus grand nombre de personnes. A tout moment, ces données peuvent être modifiées quantitativement (tableau 2).

Tableau 2. Pays africains les plus touchés (12 mai 2020)

Pays - Cas confirmés
Afrique du Sud 11 350
Egypte 9 746
Maroc 6 380
Algérie 6 067
Ghana 5 127
Nigeria 4 641
Cameroun 2 579
Guinée 2 213
Sénégal 1995
Côte d’Ivoire 1 730
Soudan 1 526
Djibouti 1 256
Somalie 1 170
République démocratique du Congo 1 102
Tunisie 1 032
Niger 832

Source : Tableau préparé avec les données fournies par le site Web disponible à l’adresse: http://covid-19-africa.sen.ovh/index.php?data=ok&confirmed=ok

Ce sont les pays africains qui ont dépassé le chiffre de plus d’un millier de cas confirmés. Cependant, ces données officielles cachent une différence importante dont il faut tenir compte, à savoir le nombre de cas par rapport à la population totale du pays. Si ce critère d’analyse était adopté, la situation changerait considérablement car, par exemple, le Nigéria avec une population de plus de 195 millions de personnes 3 comptait 4 641 cas, tandis que Djibouti, avec une population de 958 000 personnes, a confirmé 1 227 cas. . Par conséquent, le taux d’infection pour 100 000 habitants serait plus élevé dans les pays à plus petite population.

À cet égard, il convient de noter la situation dans les archipels du Cap-Vert et de Sao Tomé-et-Principe, avec une population très réduite de 600 000 et 211 000 habitants, respectivement, et qui a rapporté, le premier, 260 confirmés et le second, 220. Au total, 25 pays ont enregistré entre 100 et 800 cas positifs. Avec moins de 100 cas (au 11 mai), il n’y avait que douze pays: Mauritanie, Comores, Seychelles, Namibie, Gambie, Botswana, Burundi, Zimbabwe, Érythrée, Angola, Malawi et Libye. Dans cette zone se trouvaient également deux autres petits archipels: les Comores (832 000 habitants) et les Seychelles (96 700 personnes), qui ont signalé 11 cas chacun.

Les données ne confirmaient qu’une réalité: la région était encore loin de maîtriser l’épidémie et malgré le fait que plusieurs pays levaient déjà les mesures d’isolement social, de quarantaine et de retour au travail, comme l’Angola, le Niger ou la Mauritanie, le nombre la contagion a continué de croître. En Afrique, le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l’Union africaine a signalé un total de 85 000 cas et 2 765 décès au 18 mai. Le 19, le chiffre était de 91 400 personnes infectées et de 2 919 décès. À la fin du 22 mai, le continent avait déjà signalé 100 491 cas, 3 104 décès et 39 509 personnes guéries. Au niveau national, les chiffres montrent la même tendance à la hausse: Afrique du Sud (19.137 cas), Égypte (15.003 cas), Maroc (7.300 cas), Nigéria (7.016 cas), Ghana (6.486 cas), Sénégal (2 909 cas), Côte d’Ivoire (2 301 cas) et Djibouti (2 047 cas). Bien que les chiffres en Afrique soient inférieurs à ceux confirmés dans d’autres pays,4 le continent a toutes les conditions pour devenir à terme, à moyen terme, un éventuel épicentre de la pandémie.

Scénarios les plus probables de l’impact socio-économique du COVID-19 en Afrique subsaharienne

Les facteurs de risque à l’origine de la propagation du COVID-19 en Afrique indiquent un scénario probable selon lequel la pandémie ici pourrait atteindre des proportions alarmantes avec de fortes conséquences sociales et économiques. Parmi les facteurs qui peuvent le plus influencer la propagation rapide de la pandémie, il y a l’extrême densité de population dans les zones urbaines, dont les zones périphériques ont des conditions d’hygiène bien détériorées, sans accès à l’eau potable pour se conformer aux mesures sanitaires et là où elles existent. Maladies de base qui peuvent compliquer la stabilité des patients une fois infectés: malnutrition chronique 5 , VIH, entre autres.

Tout cela est le résultat de l’extrême pauvreté, des conditions dans les zones rurales, où il y a aussi des communautés nomades qui se déplacent d’une région à l’autre pour leur subsistance quotidienne. Les mesures de confinement touchent les personnes vivant dans l’extrême pauvreté et celles qui ont des emplois informels et qui doivent gagner leur vie avec ce qu’elles peuvent dans la journée: la soi-disant «économie de subsistance». Cela rend pratiquement impossible pour eux de rester enfermés pendant une longue période, c’est pourquoi plusieurs pays ont déjà envisagé d’assouplir ces mesures d’isolement social, par exemple, le Zimbabwe et le Niger ont déclaré qu’ils n’avaient pas les ressources pour les prolonger indéfiniment (Fig. deux).


Dans le cas des zones rurales, un facteur positif pourrait être la faible densité de population et l’isolement qui existe dans de nombreuses communautés. Cependant, les flux migratoires irréguliers, caractéristiques de l’Afrique subsaharienne, mettent en danger ces populations qui arrivent dans des pays où elles n’ont pas accès aux systèmes de santé. Les personnes dans les camps de réfugiés, souvent dans des conditions de surpeuplement, ont une situation très particulière, ainsi que les personnes déplacées à l’intérieur du pays en raison de conflits armés, ce qui ne permet pas de prendre des mesures préventives avec ces personnes. 6 De nombreux centres de santé dans les zones touchées par le conflit ont été fermés en raison de la violence et des niveaux d’insécurité ( Dupoux , Larsonet autres, 2020: 1) comme dans le nord du Nigéria en raison des actions terroristes de Boko Haram ou dans les régions de l’est du Congo où les services médicaux ne sont pas suffisants.

La plupart des projections de l’impact du nouveau coronavirus sur l’économie indiquent que le monde est sur la voie d’une récession en raison de la paralysie des activités productives, de la baisse de la consommation et du commerce international, qui a mis les pays sous contrôle. pays développés. La tendance générale a toujours été que les crises générées dans ces pays ont des effets dévastateurs pour les pays sous-développés, en particulier pour les Africains. Par conséquent, même si les dirigeants politiques de la région parviennent à contrôler l’expansion du coronavirus, les répercussions de la crise économique auront un impact significatif sur leurs pays, il ne s’agit donc pas seulement d’une crise sanitaire mais d’une crise économique et sociale.

Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), note que la crise croissante du COVID-19 «menace de frapper de manière disproportionnée les pays en développement, non seulement comme une crise sanitaire à court terme, mais comme une crise sociale et économique dévastatrice dans les mois et les années à venir »(Valdés Rodda, 2020: 1). La Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Mme Vera Songwe, a déclaré que les pays africains auraient besoin d’une relance économique d’urgence de 100 milliards de dollars qui leur permettrait d’adopter la prévention et soutenir les systèmes de santé fragiles ( Telesur , 2020: 1).

Face à ce panorama international, il y aura un impact fort sur les indicateurs contribuant à la croissance économique. La région pourrait perdre la moitié de son PIB, avec une baisse de 3,2% à 2%. Plusieurs facteurs influenceront ces indicateurs. Il est suggéré que les pays africains pourraient perdre jusqu’à 35% de la valeur de leurs exportations et importations, par rapport à 2019 (Union africaine, 2020: 13), après des modifications des chaînes d’approvisionnement internationales en raison de la réduction de la activité productive et industrielle dans les principaux partenaires économiques du continent (pays européens et États-Unis). La paralysie du commerce intra-régional, du fait de la fermeture des frontières, affectera également cela.

Il y aura une réduction sensible des fonds destinés à l’aide publique au développement et à d’autres programmes de collaboration des pays membres de l’Union européenne ou des États-Unis, en raison de la crise que traversent ces pays. Les flux d’investissements directs étrangers seront également réduits (jusqu’à 15%), mettant en danger les programmes en cours d’exécution et les projets approuvés. De même, le volume des envois de fonds vers l’Afrique sera affecté, car les Africains résidant dans les pays d’origine font partie des groupes les plus touchés par les pertes d’emplois et, par conséquent, par la réduction de leurs capacités financières déjà limitées. En conséquence, les marchés financiers se contractent, les monnaies nationales perdent de la valeur et l’inflation augmente. Dans ce sens,

Les pays producteurs et exportateurs de pétrole sont les plus touchés par la baisse des prix du baril de pétrole brut et l’instabilité du marché. Les prix du pétrole ont varié de 20 $ à 35 $ le baril, ce qui a réduit les budgets nationaux de ces pays. Selon la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEPA), la région pourrait subir des pertes de 65 milliards de dollars en raison de la crise du secteur pétrolier. «La CEA estime que la pandémie pourrait entraîner une forte baisse des recettes d’exportation de carburant de l’Afrique, initialement estimées à 101 milliards de dollars d’ici 2020. À titre d’exemple, l’organe régional des Nations Unies a cité le cas de Nigeria, où COVID-19 pourrait réduire les exportations de brut de 14 à 19 milliards de dollars cette année »(UN News, 2020). Parmi les pays les plus touchés par la baisse des prix du pétrole sont l’Algérie, l’Angola, le Nigéria, le Cameroun, le Tchad, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Ghana, le Soudan, le Soudan du Sud et la République du Congo (Union africaine, 2020: 15-17 ).

Le redressement de la situation sanitaire en Chine et la réactivation de son activité productive signifieront une intensification des relations du géant asiatique avec le continent. La réduction des niveaux de consommation de pétrole en Europe occidentale et aux États-Unis pourrait représenter une augmentation des importations de pétrole de la Chine en provenance de l’Afrique subsaharienne. Cela pourrait être une alternative pour les exportations africaines qui ont la Chine comme l’une de leurs destinations préférées.

Parmi les secteurs qui sont déjà parmi les plus touchés, il y a l’industrie du tourisme qui génère des revenus importants pour les pays africains. Pour 15 pays de la zone, le tourisme représente plus de 10% de leur PIB et pour 22 d’entre eux, plus de 8%. Dans des pays comme les Seychelles, le Cap-Vert et Maurice, le tourisme contribue à plus de 25% du PIB national et emploie plus de 20% de la population active. Les pertes du COVID-19 dans ce secteur sont évaluées à 50 milliards de dollars et dans plus de 2 millions d’emplois directs et indirects (Union africaine, 2020: 15).

La suspension des vols depuis l’Europe et même la fermeture des liaisons aériennes entre les pays africains auront un impact sur ce secteur. Le transport aérien en Afrique génère des bénéfices de 55 milliards de dollars, 6,2 millions d’emplois et contribue à 2,6% du PIB continental. Les restrictions sur les vols toucheront les compagnies Ethiopian Airlines, Egyptair, Kenya Airways et South African Airways (Union africaine, 2020: 14). La paralysie de la mise en œuvre du Marché commun de l’air, initiative adoptée par l’Union africaine dans le cadre de la zone de libre-échange continentale, est étroitement liée à cela.

La zone de libre-échange continentale entrera en vigueur en juillet 2020, mais en raison de la fermeture des frontières, sa mise en œuvre diminuera, ainsi que la mise en œuvre du protocole sur la libre circulation des personnes, qui a déjà eu plusieurs ratifications, mais cela sera sans doute également reporté. Il y aura donc un arrêt des projets promus par l’Union africaine, du moins de ceux qui ne contribuent pas directement à lutter contre la pandémie, qui devient le principal objectif stratégique de l’Union africaine et des États les plus touchés. Les gouvernements sont contraints d’augmenter les dépenses de santé, mais le manque de ressources financières ne leur permet pas, cela pourrait générer une dette extérieure plus importante.

Au niveau national, les impacts économiques ne seront pas les mêmes, mais les mesures de quarantaine ou de confinement ont entraîné la fermeture des marchés publics et informels, très caractéristiques en Afrique, ainsi que des entreprises et donc des pertes d’emplois. Les prix des médicaments et des produits qui couvrent les besoins essentiels de la population augmentent progressivement en raison de la désarticulation de la production, de l’approvisionnement et des chaînes alimentaires. La disponibilité alimentaire peut être gravement compromise dans une région affectée à plusieurs reprises par des cycles de famine. Le marché du travail a tendance à se déprimer et le chômage augmente, en particulier parmi les jeunes.

Les faiblesses structurelles des économies africaines et le faible revenu de la majorité de la population ne permettent pas de prolonger longtemps les mesures d’isolement social, en raison de la nécessité de chercher du travail.

CONCLUSIONS

À moyen terme, les gouvernements seront contraints, soit par des pressions sociales ou économiques, de démanteler les mesures de quarantaine, en raison de la situation insoutenable d’un point de vue économique. Ce serait le pire des cas, car la pandémie ne serait pas encore maîtrisée et donc les cas de contagion augmenteraient. Les systèmes de santé s’effondreraient en raison de l’impossibilité de s’occuper de l’ensemble de la population touchée en raison du nombre réduit de personnel médical, d’hôpitaux et de fournitures (Fundación Sur, 2020: 1). Contrairement à l’épidémie d’Ebola, qui a été régionalisée et a touché très peu de pays, la pandémie touche tous les pays d’Afrique, à un degré plus ou moins grand, donc ce sont eux qui doivent assumer la majorité de leurs dépenses en un unilatéral,

Les répercussions politiques seraient à plus long terme. L’aggravation des conditions socio-économiques pourrait faire des ravages sur plusieurs gouvernements lors des cycles électoraux prévus dans chacun des pays, si les conditions sanitaires le permettent. Par conséquent, il pourrait y avoir un scénario où les élections, à différents niveaux, seraient reportées, prolongeant les mandats présidentiels. Cela engendrerait sans aucun doute des antagonismes politiques avec les forces d’opposition et le déclenchement de crises politiques sous l’effet de la pression sociale. Dans les pays touchés par des affrontements armés, qu’il s’agisse de guerres civiles ou d’actions armées dans certaines zones d’un pays, les autorités gouvernementales ne peuvent pas mettre en œuvre des mesures de confinement et les populations sont déjà dans des conditions de vulnérabilité.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Adegoke , Y. (2020). Les économies africaines dépasseront la croissance mondiale en 2020 malgré un retard par rapport à ses plus grands pays. Disponible sur: https://qz.com/africa/1783714/african-economies-to-watch-in-2020-debt-and-climate-crisis/

Union africaine (2020a). La lutte de l’Afrique contre le COVID-19 reçoit un coup de pouce majeur avec le don d’Alibaba de 1,5 million de kits de test et de 100 tonnes de produits de prévention et de contrôle des infections. Disponible sur: https://au.int/en/pressreleases/20200323/africas-fight-against-covid19-receives-major-boost-alibaba-donation-15

Union africaine (2020b). Communiqué du Bureau de l’Assemblée de la téléconférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine sur le COVID-19, tenue le 26 mars 2020. Disponible sur: https://au.int/en/pressreleases/20200326/communique-bureau-assembly -union-africaine-chefs-d’Etat-et-de-gouvernement

Union africaine (2020). Impact du coronavirus (covid-19) sur l’économie africaine . Disponible sur: https://www.tralac.org/news/article/14483-impact-of-the-coronavirus-COVID-19-on-the-african-economy.html

Afrol News (2010). Le nombre de Ghanéens qualifiés cherchant du travail en dehors de l’Afrique est en augmentation . Disponible à: http://www.afrol.com/es/articulos/35058

Dupoux , P., Larson , J., Unnikrishnan , Sh. et Woods , W. (2020). Combattre le COVID-19 en Afrique sera différent. Disponible sur: https://www.bcg.com/publications/2020/fighting-covid-in-africa.aspx

Fondation Sud (2020). Le coronavirus en Afrique pourrait être catastrophique . Disponible à: http://www.africafundacion.org/spip.php?article36845

Isilow, H. (2020). L’Afrique du Sud réduit de moitié ses perspectives économiques pour 2020. Disponible sur: https://www.aa.com.tr/en/africa/south-africa-cuts-2020-economic-outlook-by-half/1746171

Nouvelles de l’ONU (2020). L’Afrique pourrait perdre la moitié de son produit intérieur brut en raison de la crise du coronavirus COVID-19. Disponible sur: https://news.un.org/es/story/2020/03/1471292

RTVE (2020). L’Afrique, le continent où la propagation du COVID-١٩ ne fait que commencer . Disponible sur: https://www.rtve.es/noticias/20200329/africa-continente-donde-expansion-del-covid-19-no-hecho-mas-comenzar/2011002.shtml

Telesur (2020). L’Afrique est à temps pour éviter une catastrophe du COVID-19, selon l’ONU. Disponible à: http://www.cubasi.cu/es/noticia/africa-esta-tiempo-de-evitar-catastrofe-covid-19-segun-onu

Programme des Nations Unies pour le développement (2014). Impact socio-économique de la maladie à virus Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Notes de politique, 1 (1-5), 9-10. Disponible à: http://reliefweb.int/4B594FCD-4123187/FinalDownloadId-tes/reliefweb.int/files/resources/UNDweb.pdf

Valdés Rodda, MV (2020). COVID-19 en Afrique: ceux qui en ont le plus besoin. Bohême , 1er avril. Disponible sur: http://bohemia.cu/mundo/2020/04/COVID-19-en-africa-los-mas-necesitado/?VoPhs

Vázquez Muñoz, LR (2015). Ebola est impitoyable et le jeu devait être parfait. Journal Juventud Rebelde , Supplément technique scientifique, 31 mai, p. 3.

Villa Hernández, Á. (2020). L’Afrique: un continent qui mérite le meilleur et qui pourrait faire face au pire. Presse latine . Disponible sur: https://www.prensa-latina.cu

Xinhua (2020). Le nombre de morts du COVID-19 en Afrique atteint 2290 alors que les cas confirmés dépassent 63 325: CDC Afrique. Disponible à: http://www.xinhuanet.com/english/2020-05/11/c_139048260.htm

BIBLIOGRAPHIE

Adebayo, B. et Busari, S. (2020). Coronavirus en Afrique, comment la pandémie prend pied sur le continent. CNN . Disponible sur: https://edition.cnn.com/2020/03/09/africa/nigeria-coronavirus-cases-intl/index.html?utm_source=fi&utm_campaign=africa&utm_medi5k_LrI

Banque africaine de développement (2020). Perspectives économiques africaines 2020. Abidjan, Côte d’Ivoire. Disponible sur: https://www.afdb.org/en/documents

Fagan , L. (2020). Une étude met en garde contre un possible impact du coronavirus de 4 milliards de dollars US sur les économies de l’UA.10 février 2020. Disponible sur: https://africatimes.com/2020/02/10/study-warns-of-possible-us4-billion-coronavirus- impact sur les économies africaines /

Fondation Sud (2020). La lutte contre le COVID-19 au Burkina Faso est compliquée par la guerre et les déplacements. Disponible sur: http://www.africafundacion.org/spip.php?article3674

Kaosenlared (2020). Coronavirus en Afrique: 43 pays infectés, 11 indemnes de COVID-19, dont le Sahara occidental, selon l’OMS. Disponible sur: https://kaosenlared.net/coronavirus-en-africa-43-paises-infectados-11- libre-de-COVID-19-parmi-eux-sahara-occidental-selon-qui /

Marchena , C. (2020). COVID-19 en Afrique, un virus qui ne fait pas la distinction entre les riches et les pauvres 30 mars 2020. Disponible sur: https://diario16.com/COVID-19-en-africa-un-virus-que-no-distinguishes -entre-riches-et-pauvres /

Tufan Akta ş (2020). Les cas en Afrique du COVID-19 approchent les 2500. 26 mars. Disponible sur: https://www.aa.com.tr/es/mundo/canes-en-% C3% A1frica-por-COVID-19-se-cerca-a-2500/1779871

CEA (2020). Impact économique du Covid19 sur l’Afrique. Commission économique pour l’Afrique. Addis-Abeba, Éthiopie.

OMS (2020). Les pays africains passent de l’état de préparation au COVID-19 à la réponse, car de nombreux cas confirment. Disponible sur: https://www.afro.who.int/health-topics/coronavirus-COVID-19

1 Pour ne donner qu’un exemple, selon une étude de l’Organisation internationale pour les migrations, le Ghana a le taux le plus élevé d’émigrants qualifiés en Afrique de l’Ouest, à 46%. Dans ce cadre, le secteur de la santé est le plus touché, puisque 56% des médecins et 24% des infirmières formés dans le pays travaillent à l’étranger (Afrol News, 2010).

2 Il conviendrait de comparer les chiffres officiels de l’Afrique dans son ensemble avec ceux de certains pays (données du 14 mai) comme la Russie (262 mille cas), le Brésil (avec 112897), l’Espagne (274 mille et 27 459 décès), au Royaume-Uni (236 711 cas positifs et 33 998 décès) et même au Pérou avec 76 300 cas.

3 Toutes les données démographiques correspondent aux statistiques de 2018.

4 Il conviendrait de comparer les chiffres officiels de l’Afrique dans son ensemble avec ceux qui se produisaient dans certains pays (données du 18 mai) comme la Russie (290000 cas), le Brésil (244695 cas), l’Espagne (277000 et 27 600 décès), Royaume-Uni (243 695 cas positifs et 34 600 décès). Dans le monde, plus de 5 millions d’infections ont été signalées (21 mai), dont 45% dans la région des Amériques.

5 Par exemple, la malnutrition chronique avait une incidence de 10% de la population en Éthiopie et au Nigéria en 2016.

6 Selon les données de 2019, le continent compte environ 15 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et environ six millions de réfugiés.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Afrique en marche  L’Afrique subsaharienne face au COVID-19Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum