Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales 

 G20 2022

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 14-11-2022 à 13:27:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Quiconque s'écarte du thème du G20 sera hué (éditorial du Global Times)


Par Global Times
Publié: 13 nov. 2022 23:43
https://www.globaltimes.cn/page/202211/1279423.shtml

Le Sommet des dirigeants du G20 aura lieu les 15 et 16 novembre à Bali en Indonésie. Certains médias l'ont qualifié de "probablement le G20 le plus stressant de tous les temps". Au dire de tous, ce n'est pas exagéré. Pour être honnête, la tâche de l'Indonésie en tant que président du sommet n'est pas facile.
Avant le sommet, un article a été publié par The Jakarta Post sous le titre "Dirigeants du G20, s'il vous plaît, ne venez pas à Bali juste pour vous quereller". L'article disait : « Le peuple indonésien et les citoyens du monde espèrent que les dirigeants s'abstiendront d'utiliser les précieux moments du sommet simplement comme des occasions de se critiquer et de s'attaquer les uns les autres. C'est évidemment une référence, suivie de nommer directement les États-Unis et le Groupe des Sept (G7), leur demandant d'agir pour la paix et les intérêts mondiaux, et de ne pas "forcer leur volonté contre des nations plus petites ou plus pauvres". Ces remarques reflètent le sentiment général de la communauté internationale envers le sommet du G20. Nous les comprenons parfaitement et sommes d'accord avec eux.
La position actuelle des pays occidentaux dirigés par les États-Unis semble être qu'ils vont au G20 pour « se quereller », et l'opinion publique a déjà fait des prédictions approximatives sur qui sera ciblé et ce qu'il dira. La fracture mondiale déclenchée par le conflit russo-ukrainien et la promotion par les États-Unis de leur stratégie visant à contenir la Chine est une nouvelle situation pour le sommet du G20 de cette année, mais elle ne fait que souligner la valeur cruciale du G20 en tant que plate-forme importante pour faire face aux crises mondiales comme ainsi que la réforme et l'amélioration de la gouvernance économique mondiale. Amener la confrontation politique sur le lieu du G20 est une grave pollution de la précieuse plate-forme du G20, qui ne manquera pas d'être unanimement condamnée par la communauté internationale.
L'Indonésie a défini le thème du G20 de cette année comme "Récupérer ensemble, récupérer plus fort", et les questions sur l'architecture de la santé mondiale, la transformation numérique et la transition énergétique durable comme les trois principales priorités. Les thèmes et les questions prioritaires sont étroitement liés à l'intention et à la mission initiales du G20, se concentrant sur plusieurs des défis communs les plus graves auxquels le monde est confronté aujourd'hui et proposant des orientations de discussion constructives, qui incarnent la bonne intention de la présidence de rechercher un terrain d'entente . Les dirigeants du G20 ont trop de choses à discuter et à communiquer sur ces sujets. Et comme le sommet ne dure que deux jours, le temps est très limité et tout écart par rapport au thème est un gaspillage. Nous ne pouvons envoyer des huées à de tels mots et actes.
Le G20 a été créé en raison des crises financières mondiales, mais l'organisation ressemble plus à un produit de l'époque. Quand les États-Unis ont été frappés par une crise financière, même avec le G7, ils n'ont pas pu la gérer, il y avait donc un réel besoin pour eux de renforcer la coordination et le dialogue avec les pays émergents. Dans un sens, le G20 est aussi un symbole de la transformation de l'Occident ayant le seul mot à dire sur la gouvernance commune à travers le monde. En conséquence, alors que l'intérêt de Washington pour la coordination multilatérale s'estompe et que son enthousiasme pour former son propre bloc grandit, les États-Unis se désintéressent de plus en plus du G20. Au lieu de cela, il est très intéressé par le G7. Depuis les précédents sommets du G20, on constate que Washington est de plus en plus explicite dans son ingérence dans les événements à enjeux politiques.
Il convient de souligner que le G20 n'est pas un G7 élargi. Il est de toute autre nature : alors que ce dernier n'est qu'une coterie de pays riches, le premier est un signe de multipolarité. Le G20 est composé des principales économies développées et des marchés émergents du monde, qui représentent ensemble environ 85 % de l'économie mondiale. Depuis sa création, il a fait preuve d'une forte vitalité, représentant une tendance et portant l'attente commune de tous les pays du monde. Cela ne changera pas au gré des États-Unis, car "le monde entier fonde ses espoirs sur le G20 pour qu'il soit un catalyseur de la reprise économique mondiale, en particulier pour les pays en développement".
La Chine est l'un des plus fervents partisans du G20. Il encourage le G20 à jouer un rôle de premier plan dans la résolution des problèmes mondiaux et l'amélioration de la gouvernance économique mondiale. Bien que ce sommet du G20 soit éclipsé par la géopolitique, l'importance et l'urgence pour le monde de renforcer la coordination des politiques et la coopération dans le domaine économique augmentent. Comme l'a dit le président indonésien Joko Widodo, chef de l'État de l'hôte de ce sommet du G20, « Le G20 n'est pas censé être un forum politique. Il est censé porter sur l'économie et le développement. Nous espérons qu'au lieu de jouer à un jeu d'échec géopolitique lors du sommet, tous les membres du G20 seront sincères du fond du cœur, afin que l'organisation puisse jouer son rôle.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 15-11-2022 à 20:31:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Remarques de Xi Jinping lors de la première phase du 17e sommet du G20 (texte intégral)

Source : Xinhuanet 2022-11-15 13:49:32
Agence de presse Xinhua, Bali, Indonésie, 15 novembre

Pour relever les défis de notre temps et construire un avenir meilleur

——Au 17e Sommet du G20
http://www.qstheory.cn/yaowen/2022-11/15/c_1129129879.htm
Discours à la réunion de la phase un

(15 novembre 2022, Bali)

Président de la République populaire de Chine Xi Jinping

Cher Président Joko,

Chers collègues:

C'est un grand plaisir d'assister au sommet de Bali des dirigeants du G20. Merci au président Jokowi et au gouvernement indonésien pour leurs arrangements réfléchis pour le sommet. En tant que président de la réunion, l'Indonésie a joué un rôle important dans la promotion de la coopération du G20, ce que j'apprécie hautement.

Le monde d'aujourd'hui traverse de grands changements jamais vus depuis un siècle. C'est un changement dans le monde, un changement dans les temps et un changement dans l'histoire. À l'heure actuelle, l'épidémie de COVID-19 a été retardée à plusieurs reprises, la vulnérabilité de l'économie mondiale est devenue plus importante, la situation géopolitique est tendue, la gouvernance mondiale fait gravement défaut, et de multiples crises telles que l'alimentation et l'énergie se superposent, et l'humanité développement est confronté à des défis majeurs. Face à ces défis, tous les pays doivent établir un sentiment de communauté avec un avenir partagé pour l'humanité, prôner la paix, le développement, la coopération et des résultats gagnant-gagnant, remplacer la division par l'unité, remplacer la confrontation par la coopération et remplacer l'exclusivité par la tolérance, et résoudre ensemble l'ère de "qu'est-il arrivé au monde et que devons-nous faire". Pour surmonter les difficultés et créer ensemble un avenir meilleur.

Les membres du G20 sont tous des grandes puissances du monde et de la région, ils doivent faire preuve de responsabilité de grandes puissances, jouer un rôle exemplaire et rechercher le développement de tous les pays, le bien-être de l'humanité et le progrès de l'humanité. monde.

- Nous voulons promouvoir un développement mondial plus inclusif. L'union fait la force, la division n'a pas d'issue. Nous vivons dans le même village global, confrontés à divers risques et défis, nous devons nous entraider dans le même bateau. Tracer des lignes avec l'idéologie et s'engager dans la politique des blocs et la confrontation des camps ne fera que diviser le monde et entraver le développement mondial et le progrès humain. La civilisation humaine est entrée dans le 21e siècle et la mentalité de la guerre froide est dépassée depuis longtemps. Nous devons travailler ensemble pour ouvrir un nouveau domaine de coopération gagnant-gagnant.

Les pays doivent se respecter, rechercher un terrain d'entente tout en réservant les différences, vivre dans une coexistence pacifique et promouvoir la construction d'une économie mondiale ouverte.

J'ai toujours plaidé pour que le G20 adhère à l'intention initiale de solidarité et de coopération, hérite de l'esprit d'entraide dans le même bateau et adhère au principe du consensus par la consultation. Comme le dit le proverbe indonésien, la canne à sucre pousse dans le même trou et la citronnelle pousse en touffes. La séparation et la confrontation ne sont dans l'intérêt d'aucune partie, et l'unité et la symbiose sont le bon choix.

——Nous voulons promouvoir un développement mondial plus inclusif. Le développement commun de tous les pays est le véritable développement. La prospérité et la stabilité dans le monde ne peuvent être construites sur la base que les pauvres s'appauvrissent et les riches s'enrichissent. Chaque pays veut vivre bien et la modernisation n'est l'apanage d'aucun pays. Les pays qui sont en avance devraient sincèrement aider les autres pays à se développer et à fournir davantage de biens publics mondiaux. Un grand pays devrait avoir la responsabilité d'un grand pays, et tous devraient faire de leur mieux pour contribuer à la cause du développement mondial.

J'ai proposé l'initiative de développement mondial, qui consiste à se concentrer sur les objectifs à long terme et les besoins pratiques du développement commun mondial, à établir un consensus international sur la promotion du développement, à cultiver un nouvel élan pour le développement mondial et à promouvoir le développement et le progrès communs de tous les pays. dans le monde.

Au cours de l'année écoulée, les membres du "Groupe des amis de l'Initiative mondiale pour le développement" ont dépassé 60 pays. Nous avons créé le Fonds mondial pour le développement et la coopération Sud-Sud et augmenterons les investissements dans le Fonds Chine-Nations unies pour la paix et le développement, établirons une liste de coopération pratique, établirons une bibliothèque de projets ouverts, prônerons clairement une feuille de route et travaillerons avec plus de 100 pays et organisations internationales pour promouvoir cette initiative pour apporter un nouvel appui à la mise en œuvre de l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable. La Chine a soumis 15 projets à la Bibliothèque des projets de coopération pratique du Sommet de Bali et a participé aux 5 autres projets, qui seront mis en œuvre consciencieusement avec tous les membres.

- Nous voulons promouvoir un développement mondial plus résilient. La mondialisation économique se heurte à des vents contraires et l'économie mondiale est menacée de récession. Tout le monde traverse une période difficile et les pays en développement sont les premiers à en pâtir. Nous accordons plus que jamais d'attention aux questions de développement. Le sommet de Bali a établi la vision de la coopération de "reprise commune et reprise forte", et a envoyé un signal positif indiquant que le G20 soutient le développement des pays en développement et évite la différenciation et la reprise inégale de l'économie mondiale. Nous devons construire un partenariat pour la reprise économique mondiale, adhérer à la priorité du développement, placer les personnes au centre, garder toujours à l'esprit les difficultés des pays en développement et tenir compte des préoccupations des pays en développement. La Chine soutient l'adhésion de l'Union africaine au G20.

Toutes les parties doivent continuer à approfondir la coopération internationale dans la lutte contre l'épidémie, à améliorer la disponibilité et l'accessibilité financière des vaccins, des médicaments et des méthodes de diagnostic et de traitement dans les pays en développement, afin de créer un environnement favorable à la reprise économique. Il est nécessaire de freiner l'inflation mondiale et de désamorcer les risques économiques et financiers systémiques. En particulier, les économies avancées doivent réduire les retombées négatives des ajustements de politique monétaire et stabiliser la dette à un niveau soutenable. Le Fonds monétaire international devrait accélérer la mise en œuvre du processus de prêt de DTS aux pays à faible revenu. Les institutions financières internationales et les créanciers commerciaux, en tant que principaux créanciers des pays en développement, devraient participer aux actions d'allégement de la dette des pays en développement. La Chine a pleinement mis en œuvre l'initiative de suspension de la dette du G20, et le montant total de la suspension de la dette est le plus important parmi les membres du G20, et a participé à la liquidation de la dette du cadre commun de suivi de l'initiative de suspension de la dette du G20 avec les membres concernés, en fournissant une assistance aux pays en développement concernés. Le pays a apporté son soutien pour surmonter les difficultés.

Le commerce mondial, l'économie numérique, la transformation verte et la lutte contre la corruption sont des facteurs importants pour promouvoir le développement mondial. Nous devons continuer à maintenir le système commercial multilatéral avec l'Organisation mondiale du commerce en son centre, promouvoir activement la réforme de l'Organisation mondiale du commerce, promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements et promouvoir la construction d'une économie mondiale ouverte. La Chine a proposé un plan d'action pour la coopération en matière d'innovation numérique au G20 et se réjouit de travailler avec toutes les parties pour créer un environnement de développement économique numérique ouvert, équitable et non discriminatoire et réduire la fracture numérique entre les pays du Nord et du Sud. En réponse aux défis du changement climatique et de la transition vers un développement vert et sobre en carbone, nous devons apporter un soutien aux pays en développement en termes de capital, de technologie et de renforcement des capacités, et mener activement une coopération financière verte basée sur le principe de mais des responsabilités différenciées. La coopération internationale contre la corruption est très importante. Les membres du G20 doivent adhérer à la tolérance zéro pour la corruption, renforcer la coopération internationale dans la poursuite des fugitifs et le recouvrement des avoirs, et ne pas devenir un "refuge" pour les éléments et les avoirs corrompus.

Le développement mondial est indissociable d'un environnement international pacifique et stable. À cette fin, je propose une initiative de sécurité mondiale dans le but de travailler avec vous pour faire avancer l'esprit de la Charte des Nations Unies, adhérer au principe d'indivisibilité de la sécurité, adhérer au concept de sécurité commune, globale, coopérative et durable, et prôner l'élimination des conflits par la négociation et le règlement des différends par la consultation, pour soutenir tous les efforts propices à la résolution pacifique de la crise.

Collègues!

La sécurité alimentaire et énergétique sont les défis les plus pressants du développement mondial. La cause profonde de la crise actuelle n'est pas des problèmes de production et de demande, mais des problèmes de chaînes d'approvisionnement et des perturbations de la coopération internationale. La solution réside dans le fait que les pays, sous la coordination de l'ONU et d'autres organisations internationales multilatérales, renforcent la supervision et la coopération des marchés, établissent des partenariats pour les produits de base, créent un marché des produits de base ouvert, stable et durable, et ensemble lissent les chaînes d'approvisionnement et stabilisent les prix du marché. Nous devons résolument nous opposer à la politisation, à l'instrumentalisation et à la militarisation des questions alimentaires et énergétiques, révoquer les sanctions unilatérales et supprimer les restrictions à la coopération scientifique et technologique y afférente. Dans le processus de réduction de la consommation d'énergie fossile et de transition vers une énergie propre, tous les facteurs doivent être pris en compte de manière équilibrée pour garantir que le processus de transition n'affecte pas l'économie et les moyens de subsistance des personnes. Les risques pour la sécurité alimentaire et énergétique des pays en développement sont plus importants, et le G20 devrait prendre cette question à cœur et fournir le soutien nécessaire en matière de production, d'achat et de stockage, de capital et de technologie. Les Nations unies ont mis en place une "Global Food, Energy and Financial Crisis Response Team", qui devrait être relayée par le G20.

Pendant longtemps, la Chine a apporté d'importantes contributions à la sécurité alimentaire et énergétique mondiale. Cette année, la Chine, en collaboration avec six pays partenaires, dont l'Indonésie et la Serbie, a lancé l'"Initiative de coopération internationale pour la construction d'une chaîne industrielle et d'approvisionnement stable et résiliente", a préconisé la création d'un partenariat mondial sur l'énergie propre avec un certain nombre de pays et a lancé un partenariat mondial pour l'énergie propre au sein du G20 Proposer une initiative internationale de coopération en matière de sécurité alimentaire. Nous espérons approfondir la coopération avec toutes les parties.

Collègues!

Le Parti communiste chinois a récemment tenu son 20e Congrès national, qui a défini les objectifs, les tâches et les principales politiques pour le développement du Parti et du pays au cours des cinq prochaines années et au-delà. La Chine suivra inébranlablement la voie du développement pacifique, approfondira inébranlablement la réforme et élargira l'ouverture, et favorisera inébranlablement le grand renouveau de la nation chinoise de manière globale avec une modernisation à la chinoise. Une Chine qui se dirige constamment vers la modernisation offrira sûrement plus d'opportunités au monde, insufflera une impulsion plus forte à la coopération internationale et contribuera davantage au progrès de toute l'humanité !

Merci à tous.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 15-11-2022 à 20:33:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping assiste au 17e sommet du G20 et prononce un discours important

Source : Xinhuanet 2022-11-15 16:36:30

http://www.qstheory.cn/yaowen/2022-11/15/c_1129130489.htm

Agence de presse Xinhua, Bali, Indonésie, 15 novembre (Reporter Liu Hua, Yu Qianliang) Le 15 novembre, heure locale, le 17e sommet du G20 s'est tenu à Bali, en Indonésie. Le président Xi Jinping y a assisté et a prononcé un important discours intitulé « Relever ensemble les défis de l'époque et bâtir un avenir radieux ».

Dans son discours, Xi Jinping a souligné que le monde d'aujourd'hui subit des changements majeurs jamais vus depuis un siècle : un changement du monde, un changement des temps et un changement de l'histoire. À l'heure actuelle, l'épidémie de COVID-19 a été retardée à plusieurs reprises, la vulnérabilité de l'économie mondiale est devenue plus importante, la situation géopolitique est tendue, la gouvernance mondiale fait gravement défaut, et de multiples crises telles que l'alimentation et l'énergie se superposent, et l'humanité développement est confronté à des défis majeurs. Tous les pays devraient établir le sens d'une communauté de destin pour l'humanité, prôner la paix, le développement, la coopération et des résultats gagnant-gagnant, et laisser l'unité remplacer la division, la coopération plutôt que la confrontation, la tolérance plutôt que l'exclusion, et résoudre ensemble les problèmes de l'époque "Qu'est-ce qui ne va pas dans le monde, que devons-nous faire ?" et surmonter ensemble les difficultés. Créer un avenir meilleur.

Xi Jinping a souligné que les membres du G20 sont tous des grands pays du monde et de la région, qu'ils doivent incarner la responsabilité des grands pays, jouer un rôle exemplaire et rechercher le développement de tous les pays, le bien-être de l'humanité et le progrès. pour le monde.

Nous voulons promouvoir un développement mondial plus inclusif. L'union fait la force, la division n'a pas d'issue. Nous vivons dans le même village global, confrontés à divers risques et défis, nous devons nous entraider dans le même bateau. Tracer des lignes avec l'idéologie et s'engager dans la politique des blocs et la confrontation des camps ne fera que diviser le monde et entraver le développement mondial et le progrès humain. La civilisation humaine est entrée dans le 21e siècle et la mentalité de la guerre froide est dépassée depuis longtemps. Nous devons travailler ensemble pour ouvrir un nouveau domaine de coopération gagnant-gagnant. Les pays doivent se respecter, rechercher un terrain d'entente tout en réservant les différences, vivre dans une coexistence pacifique et promouvoir la construction d'une économie mondiale ouverte. Le G20 doit s'en tenir à son intention initiale de solidarité et de coopération, hériter de l'esprit d'entraide dans les moments difficiles et adhérer au principe du consensus par la consultation. La séparation et la confrontation ne sont dans l'intérêt d'aucune partie, et l'unité et la symbiose sont le bon choix.

Nous voulons promouvoir un développement mondial plus inclusif. Le développement commun de tous les pays est le véritable développement. La prospérité et la stabilité dans le monde ne peuvent être construites sur la base que les pauvres s'appauvrissent et les riches s'enrichissent. Chaque pays veut vivre bien et la modernisation n'est l'apanage d'aucun pays. Les pays qui sont en avance devraient sincèrement aider les autres pays à se développer et à fournir davantage de biens publics mondiaux. Un grand pays devrait avoir la responsabilité d'un grand pays, et tous devraient faire de leur mieux pour contribuer à la cause du développement mondial. La Chine a proposé une initiative de développement mondial, créé un fonds mondial de développement et de coopération Sud-Sud, augmentera les investissements dans le Fonds Chine-Nations Unies pour la paix et le développement et fera la promotion de cette initiative auprès de plus de 100 pays et organisations internationales pour mettre en œuvre le plan des Nations Unies Programme de développement durable à l'horizon 2030 Apporter un nouveau soutien.

Nous voulons promouvoir un développement mondial plus résilient. La mondialisation économique se heurte à des vents contraires et l'économie mondiale est menacée de récession. Tout le monde traverse une période difficile et les pays en développement sont les premiers à en pâtir. Nous accordons plus que jamais d'attention aux questions de développement. Il est nécessaire de construire un partenariat mondial pour la relance économique, d'adhérer à la priorité du développement, de placer les personnes au centre, de toujours garder à l'esprit les difficultés des pays en développement et de tenir compte des préoccupations des pays en développement. La Chine soutient l'adhésion de l'Union africaine au G20. Toutes les parties doivent continuer à approfondir la coopération internationale dans la lutte contre l'épidémie, freiner l'inflation mondiale et désamorcer les risques économiques et financiers systémiques. En particulier, les économies développées doivent réduire les retombées négatives des ajustements de politique monétaire. Les institutions financières internationales et les créanciers commerciaux, en tant que principaux créanciers des pays en développement, devraient participer aux actions d'allégement de la dette des pays en développement. La Chine a pleinement mis en œuvre l'Initiative de suspension de la dette du G20, et la suspension totale de la dette est la plus importante parmi les membres du G20, apportant un soutien aux pays en développement concernés pour surmonter les difficultés.

Nous continuerons de maintenir le système commercial multilatéral avec l'Organisation mondiale du commerce en son centre, de promouvoir activement la réforme de l'Organisation mondiale du commerce et de promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et de l'investissement. La Chine a proposé un plan d'action pour la coopération en matière d'innovation numérique et se réjouit de travailler avec toutes les parties pour créer un environnement de développement économique numérique ouvert, équitable et non discriminatoire et réduire la fracture numérique entre les pays du Nord et du Sud. En réponse aux défis du changement climatique et de la transition vers un développement vert et sobre en carbone, nous devons apporter un soutien aux pays en développement en termes de capital, de technologie et de renforcement des capacités sur la base du principe de responsabilités communes mais différenciées. Nous devons adhérer à la tolérance zéro pour la corruption et renforcer la coopération internationale dans la poursuite des fugitifs et des avoirs.

Xi Jinping a souligné que la sécurité alimentaire et énergétique sont les défis les plus urgents dans le domaine du développement mondial. La cause profonde de la crise actuelle n'est pas des problèmes de production et de demande, mais des problèmes de chaînes d'approvisionnement et des perturbations de la coopération internationale. La solution réside dans le renforcement de la coopération en matière de régulation des marchés, la création de partenariats sur les produits de base, la construction d'un marché des produits de base ouvert, stable et durable, le lissage conjoint de la chaîne d'approvisionnement et la stabilisation des prix du marché. Nous devons résolument nous opposer à la politisation, à l'instrumentalisation et à la militarisation des questions alimentaires et énergétiques, révoquer les sanctions unilatérales et supprimer les restrictions à la coopération scientifique et technologique y afférente. Le G20 devrait fournir le soutien nécessaire aux pays en développement en termes de production, d'achat et de stockage, de capital et de technologie. La Chine a proposé une initiative de coopération internationale en matière de sécurité alimentaire au G20 et se réjouit d'approfondir la coopération avec toutes les parties.

Enfin, Xi Jinping a souligné que le Parti communiste chinois a récemment tenu le 20e Congrès national, qui a planifié les objectifs, les tâches et les principales politiques pour le développement du parti et du pays au cours des cinq prochaines années ou même plus. La Chine suivra inébranlablement la voie du développement pacifique, approfondira inébranlablement la réforme et élargira l'ouverture, et favorisera inébranlablement le grand renouveau de la nation chinoise de manière globale avec une modernisation à la chinoise. Une Chine qui se dirige constamment vers la modernisation offrira sûrement plus d'opportunités au monde, insufflera une impulsion plus forte à la coopération internationale et contribuera davantage au progrès de toute l'humanité !

Wang Yi, He Lifeng et d'autres ont participé aux activités ci-dessus.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 15-11-2022 à 20:39:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Robert Kissous

Le président indien Modi dit non à toute tentative de restreindre l'approvisionnement énergétique mondial

5.11.2022
Le groupe des sept pays développés (G-7) devrait mettre en œuvre la proposition de plafonnement des prix du pétrole russe à partir de décembre, malgré les inquiétudes des consommateurs de pétrole qui craignent que cette mesure ne limite l'approvisionnement en énergie sur le marché mondial. Les pays en développement et sous-développés d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine sont confrontés à une crise énergétique.
Mardi, le Premier ministre indien Narendra Modi a exhorté les dirigeants mondiaux à éviter de promouvoir toute mesure susceptible de restreindre l'approvisionnement en énergie sur le marché mondial.

S'exprimant lors du sommet du G20 à Bali, le dirigeant du troisième plus grand consommateur de pétrole au monde a exprimé de sérieuses inquiétudes quant à l'effondrement de la chaîne d'approvisionnement mondiale, déclenché par la crise ukrainienne et la pandémie de COVID.

L'Inde, cinquième économie mondiale, importe 85 % de ses besoins en pétrole du marché mondial.
"Nous ne devons pas promouvoir de restrictions à l'approvisionnement en énergie, et la stabilité du marché de l'énergie doit être assurée" , a-t-il déclaré.
New Delhi a non seulement maintenu la pression occidentale sur les achats de pétrole russe, mais a fini par augmenter l'importation de pétrole "à prix réduit" pour protéger près de 1,4 milliard de personnes des pressions inflationnistes.

Le bloc G7 des nations les plus riches du monde, plus l'Australie, a annoncé un plan visant à limiter le prix international du brut russe par un plafonnement des prix en septembre, dans le but de "priver" Moscou de ses revenus pétroliers à la suite de l'opération militaire spéciale en Ukraine.
Le plafond proposé devrait entrer en vigueur le 5 décembre. Entre-temps, Moscou a déclaré qu'elle ne fournira pas de pétrole à ceux qui décident de suivre le mécanisme de plafonnement des prix.
Le Premier ministre indien a également soulevé la question de la pénurie d'engrais, affirmant que cette perturbation pourrait entraîner le monde dans une grave crise alimentaire.

"La pénurie actuelle d'engrais en termes de sécurité alimentaire est aussi une énorme crise. La pénurie d'engrais d'aujourd'hui est la crise alimentaire de demain, pour laquelle le monde n'aura pas de solution ", a souligné le Premier ministre.
La Russie a considérablement augmenté ses exportations d'engrais, entre autres produits de base, vers l'Inde pour aider le secteur agricole, qui fait vivre près de la moitié de la population indienne, qui compte plus de 1,3 milliard d'habitants.

En septembre, le président russe Vladimir Poutine a noté que les livraisons d'engrais à l'Inde avaient été multipliées par plus de huit au cours de l'exercice financier actuel.
En mai, New Delhi a finalisé un accord de troc avec Moscou pour obtenir des engrais. New Delhi est susceptible de conclure un accord à long terme avec la société russe Uralkali pour la fourniture d'un million de tonnes métriques d'engrais potassique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 18-11-2022 à 19:19:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Trudeau bâché au G20

https://twitter.com/i/status/1592784639474929665

Commentaire Ria Novosty :
https://ria.ru/20221117/tryudo-1832131020.html?in=t

« C'est une fessée » : les Canadiens réprimandent Trudeau après l'échange avec Xi Jinping

Les Canadiens s'en prennent au Premier ministre Trudeau après avoir été réprimandé par Xi Jinping

MOSCOU, 17 novembre - RIA Novosti. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est déshonoré après une conversation avec le président chinois Xi Jinping, ternissant gravement l'image du pays sur la scène internationale, ont déclaré les téléspectateurs de la chaîne de télévision CBC .

La veille, une vidéo du sommet du G20 en Indonésie est apparue sur la Toile , dans laquelle Xi Jinping accuse Trudeau de violer les termes des négociations et de transférer les détails de leur dialogue aux médias. Le premier ministre du Canada a répondu qu' « au Canada, on croit au dialogue ouvert et honnête » .
Xi Jinping reproche à Trudeau d'avoir divulgué leur conversation aux médias
Les Canadiens étaient mécontents du comportement du premier ministre qui, à leur avis, ne pouvait pas se justifier adéquatement après de telles affirmations.

"Le premier ministre a prouvé, du moins à moi, qu'il n'est jamais ouvert avec les Canadiens" , a déclaré Rick Botting.

"Wow, c'est une fessée. Quelle honte" , a écrit William Knot.

"Encore une fois, notre premier ministre est devenu viral à cause de problèmes. La vidéo n'a même pas besoin d'être visionnée avec le son, son langage corporel et la façon dont il se cache après la conversation parlent d'eux-mêmes - vraiment gênants" , a ajouté Gary Foucault.

"Qu'est-ce que la fuite d'informations confidentielles a à voir avec un dialogue libre et ouvert? Trudeau a-t-il compris ce que l'on entend par discussion confidentielle? Il évite toujours de répondre à la question et répond par des commentaires complètement hors de propos. Je pense qu'il est trop stupide pour répondre sans un scénario préparé par d'autres. Quelle honte pour le Canada » , s'est plaint Ted Lunny.

"Oh, petit Justin. Dans ce monde, il y a des gens qui peuvent être interrompus et d'autres qui ne le peuvent pas. Le président est l'un de ceux qu'il ne faut pas interrompre. Je ne dis pas qu'il faut s'attirer ses faveurs, besoin de montrer un peu de respect" , — a écrit Richard Eye.

"Les réponses savantes de Trudeau peuvent être utiles à la Chambre des communes, mais pas avec Xi. La façon dont il s'est éloigné de la conversation après avoir été réprimandé montre à quel point il est fou" , déclare Leonardo Romero.

"Eh bien, à partir de maintenant, les politiciens adultes sur la scène mondiale forceront simplement Trudeau à signer un accord de non-divulgation avant de le laisser entrer dans la salle" , a déclaré David Greene.

Auparavant, les dirigeants des deux États avaient tenu une courte réunion informelle. Le Premier ministre canadien, en particulier, s'est dit préoccupé par la "présumée ingérence" de la Chine dans les élections de son pays. Il est à noter que la Chine n'a pas publié de rapport sur la réunion et qu'elle n'a pas été mentionnée dans les médias d'État. Le lendemain, le président chinois, se retrouvant nez à nez avec Trudeau, le critiquait personnellement. Une vidéo présentant un dialogue tendu entre les dirigeants des deux pays a été diffusée sur la Toile par des correspondants canadiens du pool.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1120 messages postés
   Posté le 19-11-2022 à 04:59:42   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

J. Trudeau et E. Macron jouent en Ligue 2, ce ne sont pas des interlocuteurs sérieux ou crédibles face à des dirigeants défendant les intérêts de leurs peuples comme XI ou Poutine, ce sont des enfants gâtés jouant la communication superficielle et émotionnelle en ignorant les conséquences de leurs paroles.
Dirigeants jetables, à l'image des vedettes sportives ou du cinéma du monde occidental.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 19-11-2022 à 08:06:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le sommet du G20 en Indonésie dessine les contours d’un nouvel ordre mondial, par Anna Sedova

19 NOVEMBRE 2022

https://svpressa.ru/politic/article/352643/
https://histoireetsociete.com/2022/11/19/le-sommet-du-g20-en-indonesie-dessine-les-contours-dun-nouvel-ordre-mondial/#comment-7141
“Le G7 perd progressivement son rôle dominant sur la scène mondiale. C’est la conclusion non seulement de cet article mais de la quasi totalité de ceux que nous publions aujourd’hui et qui montrent le caractère global de la fin de l’hégémonie occidentale avec les Etats-Unis comme puissance dominante. La guerre en Ukraine doit s’analyser à travers cette évolution autrement on a de grandes chances de n’y rien comprendre. Le processus est irréversible et il montre que de la contrerévolution qui a mis à bas l’URSS et la vague néolibérale qui a paru tout emporter, le monde est en train de sortir avec une aggravation des contradictions capitalistes et une mondialisation, interpénétration dans laquelle des pays émergents, dont la Chine et d’autres impulsent un mouvement inusité qui touche toute la planète. (Note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop)

Le 16 novembre, les pays du G20, après de longues délibérations, se sont mis d’accord sur une déclaration finale du sommet de Bali satisfaisante pour tous les participants. Si la plupart des pays participants ont “fermement condamné” l’action militaire en Ukraine, notant que les combats “causent d’énormes souffrances humaines” et ont un impact négatif sur l’économie mondiale, le document indique qu’il existe d’autres points de vue sur “la situation et les sanctions”. D’une manière générale, le G20 a souligné que la réunion de Bali n’était pas une plate-forme “pour aborder les questions de sécurité”, mais que ces problèmes sont lourds de conséquences.

En outre, le G20 a soutenu la prolongation de l’accord sur les céréales, s’est prononcé contre les restrictions qui entravent les exportations d’engrais et de denrées alimentaires, a demandé une assistance aux pays les plus durement touchés par la crise alimentaire et a souligné la nécessité de soustraire les activités humanitaires aux sanctions.

Le G20 a également déclaré que l’utilisation des armes nucléaires était inacceptable, soulignant que “l’ère actuelle ne devrait pas être une ère de guerre”. Les États ont appelé à la résolution pacifique de tous les conflits.

Enfin, le G20 a exprimé son inquiétude face à la volatilité des prix de l’énergie et aux pénuries du marché, réaffirmant l’engagement de parvenir à la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle et promettant une transition accélérée vers des sources d’énergie alternatives.

On peut noter que tant le sommet que la déclaration finale ne se sont pas transformés en un événement totalement anti-russe, comme le souhaitaient les pays occidentaux. Le secrétaire de presse du président russe, Dmitri Peskov, a déclaré que la déclaration pouvait être considérée comme équilibrée, y compris la partie concernant la question ukrainienne, ce pour quoi les experts et les représentants russes ont fourni de nombreux efforts.

Svetlana Lukash, Sherpa de la délégation russe, a même noté que le document démontrait clairement que la position du G7 n’était plus dominante au sein du G20. Selon elle, les pays occidentaux ont fait preuve d’hypocrisie lors du sommet, mais le G20 est parvenu à équilibrer pleinement le texte dans l’intérêt des économies émergentes également.

Selon elle, la Russie, avec ses partenaires des BRICS et d’autres pays amis, a réussi à “trouver un équilibre sur tous les sujets, qu’il s’agisse de la sécurité alimentaire, du climat ou de la transformation numérique et de l’énergie”.

“Petit à petit, lentement, mais l’équilibre des forces est en train de changer. Peut-être que cela aurait pu être fait un peu plus rapidement, mais au moins cela se produit, et c’est une bonne chose”, a-t-elle déclaré.

Le politologue Youri Svetov estime que le processus de réduction du rôle du G7 dans le monde a réellement commencé, mais que les pays en développement seront en mesure de tenir tête au G7 lorsqu’ils auront atteint l’égalité dans l’économie.

– Le sommet d’Indonésie a montré une tendance qui se développe progressivement sur la scène internationale. Nous avons constaté ce mouvement au cours des derniers mois. Alors que la résolution condamnant la Russie à l’Assemblée générale des Nations unies a été adoptée par 150 États, il y a eu presque égalité de voix sur la récente résolution, qui demande en fait de retirer l’argent de la Russie et de l’utiliser par d’autres pays. 94 pays se sont prononcés en faveur, 14 contre et 73 autres se sont abstenus. Cela représente un total de 181 pays, mais l’ONU en compte plus de 200. Donc certains pays ne se sont tout simplement pas présentés pour voter.

Ensuite, il y a eu la réunion au Cambodge, à laquelle participaient non seulement les pays asiatiques, mais aussi les États-Unis et leurs alliés, où il n’a carrément pas été possible de faire passer une résolution condamnant la Russie. Il y a donc du progrès.

Pourquoi le sommet de Bali est-il si important ? Le G20 regroupe les vingt premières économies du monde selon des mesures objectives. Il est clairement divisé en deux parties. Dix pays sont constitués du G7, plus la Corée du Sud, l’Australie et l’Union européenne en tant qu’union. D’autre part, dix autres pays sont les États BRICS (Russie, Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud) plus cinq autres pays qui ne sont ni là ni ailleurs. Il s’agit du Mexique, de l’Argentine, de l’Indonésie en tant qu’hôte, de la Turquie et de l’Arabie saoudite. La principale pression de l’Occident s’est exercée sur ces pays qui n’ont pas adhéré aux sanctions contre la Russie. Les Dix ont exercé une forte pression sur les Cinq, mais ils n’ont pas pu être écrasés. Ainsi, pour la première fois, la résolution dit qu’il y a ceux qui condamnent la Russie et ceux qui ont un point de vue différent. Il s’agit d’une étape très importante.

Je pense que le vote de l’ONU sur la tentative de faire main-basse sur l’argent de la Russie a joué un rôle énorme dans cette affaire. D’autres pays ont pensé au fait que leur argent se trouve également en Occident et qu’il peut être retiré de la même manière. Les Américains ont montré que lorsqu’on leur donne de l’argent, on devient vulnérable. Vous aidez l’économie américaine avec votre argent, mais votre argent fait de vous un otage. Il peut être confisqué à tout moment. Les politiciens américains et européens ne savent pas comment calculer ces risques car ils sont si arrogants à l’égard du monde qui les entoure qu’ils supposent que tout le monde considère comme une bénédiction de leur donner leur argent.

Le sommet du G20 a été très révélateur à cet égard. Il n’y a pas eu grand-chose de fait, et la résolution adoptée n’aura probablement pas d’impact sérieux. Mais le fait que les Américains n’aient pas réussi à tordre le bras de tous les pays et à les faire voter comme ils le voulaient est très important.

SP : Ces processus vont-ils encore se développer ?

– Bien sûr, prenez par exemple l’expansion des BRICS et le désir de l’Arabie saoudite de les rejoindre. Je constate que le G20 ne comprend pas un pays comme l’Iran qui, malgré toutes les sanctions de ces dernières années, s’est développé économiquement de manière tout à fait efficace. Le Vietnam n’est pas là, et c’est un pays qui a été détruit jusqu’à raz de terre par les Américains. Les Américains ont dit qu’ils le “bombarderaient” pour le ramener à l’âge de pierre, mais le Vietnam s’est relevé et est en train de devenir un État très puissant. De tels États existent également en Afrique. Ils peuvent ne pas aimer la Russie, ils peuvent ne pas aimer notre opération spéciale en Ukraine, mais ils voient que la Russie se bat contre ceux qui tordent les bras et dictent leurs conditions au reste du monde. Et ils apprennent cela de la Russie, même s’ils ne sympathisent pas avec nous, mais ils nous soutiennent à cet égard.

Ce n’est pas une coïncidence si, lors de la réunion de coopération en Asie de l’Est au Cambodge, Joe Biden a été symboliquement conduit à sa résidence le long de l’avenue principale de Phnom Penh, appelée avenue de la Russie. C’est un signe de gratitude pour le fait que la Russie a soutenu le Cambodge pendant toutes ces années, y compris lorsque les États-Unis les ont arrosés avec leur agent “Orange” et sont intervenus dans les hostilités.

SP : – Quand le reste des pays du G20 sera-t-il en mesure de faire pleinement contrepoids au G7 ?

– Le contrepoids se produira lorsque ces pays deviendront économiquement égaux au G7. La Chine a pour objectif de devenir la première économie du monde en 2030. Mais nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur la Chine ; à l’heure actuelle, le leader du développement économique mondial est l’Inde et, soit dit en passant, elle a grandement besoin d’un approvisionnement stable en vecteurs énergétiques et la Russie l’aide à cet égard.

L’égalité et ensuite l’influence des BRICS viendront lorsque nous serons plus forts économiquement. Maintenant, les Américains imposent un plafond de prix sur notre pétrole à partir du 5 décembre. Sur quoi comptent-ils ? Sur le fait qu’ils ont l’assurance du transport, la logistique, beaucoup d’autres choses dans leurs mains. Lorsque les BRICS auront progressivement créé leurs propres compagnies d’assurance, leurs chaînes logistiques, l’Occident n’aura plus aucun moyen de pression sur nous.

Vladimir Poutine dit maintenant : “Imposez des limites de prix – vous vous retrouverez sans pétrole, si vous ne voulez pas payer en roubles – je vous en prie, restez sans gaz russe. Mais nous avons aussi des problèmes parce que nous ne fournirons pas de gaz et de pétrole à ces pays et que nous ne gagnerons pas d’argent avec cela. Cela signifie que nous devons créer des structures qui nous permettront d’ignorer leurs sanctions – de nous assurer, d’affréter des pétroliers à d’autres compagnies.

Ces choses se font progressivement. Par exemple, Rosneft construit ses propres pétroliers depuis 2017. Maintenant, quand ils veulent bloquer le transport maritime vers d’autres pays, nous avons déjà nos propres pétroliers. Oui, ils ne sont pas nombreux, mais il y en aura d’autres. Dans l’ensemble, tous ces processus sont désormais déterminés par ce qui se passe en Ukraine. Lorsque nos forces armées seront victorieuses, le jeu sera différent.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 19-11-2022 à 08:08:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A sommet de l'APEC :

Xi annonce que le 3e forum "la Ceinture et la Route" se tiendra en 2023 et appelle l'Asie-Pacifique à porter la coopération à un niveau supérieur

ParWang Cong, Bai Yunyi et Yang Ruoyu à Bangkok
Publié: 18 nov. 2022 23:45

https://www.globaltimes.cn/page/202211/1279916.shtml


S'adressant à la réunion des dirigeants économiques de l'APEC à Bangkok, en Thaïlande, vendredi, le président chinois Xi Jinping a salué la coopération économique en Asie-Pacifique au cours des dernières décennies qui a conduit à un "miracle Asie-Pacifique", et a appelé à la construction conjointe de une communauté Asie-Pacifique de destin et portant la coopération Asie-Pacifique à un nouveau niveau.

Il a également annoncé que Pékin envisageait d'organiser l'année prochaine le troisième Forum de la Ceinture et de la Route pour la coopération internationale afin de donner un nouvel élan au développement et à la prospérité en Asie-Pacifique et dans le reste du monde.

Les remarques du président chinois lors de la première réunion en personne des dirigeants économiques de l'APEC en quatre ans ont réfuté vigoureusement les tentatives croissantes de certaines économies et d'autres forces d'attiser activement les tensions dans la région et de saper sérieusement la coopération régionale. Ils ont également apporté un soulagement indispensable aux économies régionales qui sont de plus en plus inquiètes face aux tensions croissantes, ont noté des représentants et des analystes d'entreprises d'Asie-Pacifique.

Lors de la réunion des dirigeants économiques de l'APEC et d'autres événements connexes à Bangkok, de nombreux participants ont également établi un contraste frappant entre le rôle de leadership croissant de la Chine et la présence décroissante des États-Unis. Certains observateurs ont noté la position claire de la Chine sur la coopération Asie-Pacifique et les actions concrètes pour faire progresser la paix et le développement régionaux, tout en suggérant que l'engagement réaffirmé à plusieurs reprises par les États-Unis ressemble davantage à un "bavardage vide" en période de difficultés.

Le président chinois Xi Jinping prononce un discours intitulé Assumer la responsabilité et travailler ensemble en solidarité pour construire une communauté Asie-Pacifique avec un avenir partagé lors de la 29e réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Bangkok, Thaïlande, le 18 novembre 2022 Photo : Xinhua
Le président chinois Xi Jinping prononce un discours intitulé "Assumer la responsabilité et travailler ensemble dans la solidarité pour construire une communauté Asie-Pacifique avec un avenir partagé" lors de la 29e réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Bangkok, Thaïlande, le 18 novembre , 2022. Photo : Xinhua


La vision de la Chine

Après son arrivée au grand et moderne centre de convention national Queen Sirikit au centre-ville de Bangkok, où le thème de la coopération Asie-Pacifique est omniprésent, vendredi matin, M. Xi a déclaré aux dirigeants de l'APEC que "l'Asie-Pacifique est notre maison ainsi que la moteur de la croissance économique mondiale. Au cours des dernières décennies, une solide coopération économique dans la région a créé le « miracle Asie-Pacifique » admiré dans le monde entier. La coopération Asie-Pacifique s'est profondément enracinée dans le cœur des gens. »

Notant que le monde est arrivé à un autre carrefour historique, M. Xi a appelé à s'unir pour construire une communauté Asie-Pacifique de destin et porter la coopération Asie-Pacifique à un nouveau niveau.

Le président chinois a fait quatre propositions spécifiques - défendre l'équité et la justice internationales et construire une Asie-Pacifique de paix et de stabilité, rester attaché à l'ouverture et à l'inclusion et apporter la prospérité pour tous en Asie-Pacifique, lutter pour un développement vert et à faible émission de carbone et assurer une Asie-Pacifique propre et belle, et garder à l'esprit l'avenir commun et faire de l'Asie-Pacifique une région où tous sont prêts à s'entraider.

M. Xi a également souligné la nécessité de veiller à ce que le développement soit pour le peuple et par le peuple, et que ses fruits soient partagés entre les peuples, appelant à des efforts pour promouvoir la prospérité pour tous en Asie-Pacifique.

La Chine travaillera avec d'autres parties à la mise en œuvre complète et de haute qualité du partenariat économique global régional (RCEP) et continuera à travailler en vue d'adhérer à l'accord de partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP) et à l'accord de partenariat sur l'économie numérique (DEPA ), dans le but de promouvoir le développement intégré de la région.

La Chine envisagera d'organiser l'année prochaine le troisième Forum de la Ceinture et de la Route pour la coopération internationale afin de donner un nouvel élan au développement et à la prospérité de l'Asie-Pacifique et du monde, a déclaré M. Xi.

Li Haidong, professeur à l'Institut des relations internationales de l'Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré au Global Times que le forum de l'année prochaine conduira à un monde plus interconnecté sur le plan économique, et que la BRI proposée par la Chine aidera à "enterrer les divisions et les confrontations régionales". et apporter une paix et une prospérité mondiales durables, car la chose la plus importante pour l'économie mondiale actuelle est de maintenir le processus d'intégration économique et d'empêcher un renversement de la mondialisation par la formation de petites cliques économiques par certains pays occidentaux.

Il a déclaré que l'année prochaine marquera le 10e anniversaire de la BRI, le forum devrait faire de nouveaux plans pour que le monde utilise mieux la BRI pour promouvoir la construction d'une communauté de destin pour l'humanité et contribuer à l'évolution de la communauté internationale. paysage qui se trouve dans une période de transition critique.

"L'économie de l'Asie-Pacifique est à une période cruciale de reprise post-COVID, et les troubles et les changements dans la politique et les économies internationales posent un sérieux défi pour le développement de l'Asie-Pacifique. Le président Xi nous a montré que le développement pacifique et la coopération gagnant-gagnant sont la clé. grand public pour le développement futur de l'Asie-Pacifique », a déclaré vendredi Wirun Phichaiwongphakdee, directeur du Centre de recherche Thaïlande-Chine de l'Initiative Ceinture et Route, au Global Times.

Phichaiwongphakdee a déclaré que l'appel du président chinois à la construction de chaînes industrielles et d'approvisionnement régionales plus étroites est un aspect très important de la coopération Asie-Pacifique, qui aidera la région à faire face aux risques et à assurer la stabilité et la prospérité.

Cette photo prise le 14 novembre 2022 montre un logo de l'APEC 2022 à Bangkok, en Thaïlande. La 29e réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) se tiendra à Bangkok, en Thaïlande, les 18 et 19 novembre. Photo : Xinhua
Cette photo prise le 14 novembre 2022 montre un logo de l'APEC 2022 à Bangkok, en Thaïlande. La 29e réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) se tiendra à Bangkok, en Thaïlande, les 18 et 19 novembre. Photo : Xinhua


Les « discours vides » des États-Unis

Comme cela a été le cas dans de nombreux événements multilatéraux, la présence de la Chine et des États-Unis a également attiré l'attention et fait l'objet de comparaisons lors de la réunion des dirigeants économiques de l'APEC à Bangkok.

Avant même le début de la réunion, beaucoup ont soulevé des questions sur l'engagement des États-Unis envers la coopération Asie-Pacifique, le président américain Joe Biden ayant sauté la réunion et envoyé à la place le vice-président Kamala Harris à Bangkok.

Lors d'un discours lors de la réunion de l'APEC vendredi, Harris a promis un engagement économique supplémentaire dans la région Asie-Pacifique. "Les États-Unis sont là pour rester. Renforcer nos relations économiques dans la région et nouer des partenariats avec le secteur privé est une priorité absolue pour les États-Unis", a déclaré Harris.

Cependant, pour de nombreuses personnes dans la région qui ont suivi de près les paroles et les actes des États-Unis depuis la pandémie de COVID-19 ainsi que les stratagèmes géopolitiques des États-Unis pour attiser les tensions dans la région, de tels engagements ressemblent de plus en plus à des « discours creux ».

"Les paroles de l'Occident sur la soi-disant égalité entre les pays et l'engagement envers l'Asie du Sud-Est sont, à mon avis personnel en tant que ressortissante thaïlandaise, juste des paroles. Lorsque vous faites vraiment face à des moments difficiles, ils ne vous aideront pas du tout, alors nous Les Thaïlandais ont maintenant une profonde compréhension de cela. Et notre véritable ami est la Chine », a déclaré Phichaiwongphakdee.

Les perturbations de la coopération régionale par les États-Unis sont particulièrement ressenties par de nombreuses entreprises de la région, même si la communauté des affaires s'efforce de rester à l'écart de la politique.

Sur le lieu de la réunion des dirigeants de l'APEC, où de nombreuses entreprises régionales ont installé des kiosques pour promouvoir leurs produits et services, les représentants des entreprises n'hésitent pas à souligner le vaste potentiel de coopération régionale. Cependant, lorsqu'on les interroge sur les risques et les défis, ils sont également prompts à souligner les tensions géopolitiques, en particulier celles du détroit de Taiwan.

"Si les tensions dégénèrent en conflit, l'économie régionale s'effondrera, tout comme l'économie mondiale", a déclaré au Global Times en marge du Réunion des dirigeants de l'APEC.

Le représentant des entreprises, qui a requis l'anonymat, a déclaré que "l'économie de la coopération industrielle dans la région est déjà là" et que ce qui est nécessaire pour stimuler une telle coopération est un "déclencheur" politique d'occasions comme l'APEC.

Ces préoccupations ne se limitent pas aux entreprises, mais ont également été soulignées par les dirigeants régionaux et mondiaux lors de la réunion des dirigeants de l'APEC vendredi, où beaucoup se sont abstenus de dénoncer directement le programme géopolitique de certains pays consistant à impliquer les pays de la région dans sa stratégie d'endiguement de la Chine, mais à plusieurs reprises mis en garde contre les tensions et appelé à la coopération.

Mettre l'accent sur la coopération

Dans son discours de vendredi, M. Xi a souligné que la Chine ferait progresser un programme plus large d'ouverture dans davantage de domaines et de manière plus approfondie, suivrait la voie chinoise vers la modernisation et mettrait en place de nouveaux systèmes pour une économie ouverte de meilleure qualité.

La Chine continuera de partager ses opportunités de développement avec le monde, en particulier avec la région Asie-Pacifique, a déclaré le président chinois.

Le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha, hôte de la réunion des dirigeants de l'APEC, a déclaré vendredi que les pays devaient changer leurs pratiques pour surmonter les défis posés par la pandémie, le changement climatique et les divisions géopolitiques.

"Nous ne pouvons plus vivre comme avant. Nous devons ajuster notre perspective, nos modes de vie et nos façons de faire des affaires", a déclaré Prayut.

En tant qu'hôte de la réunion des dirigeants de l'APEC, la Thaïlande a défini le thème "Ouvert, connecté et équilibré", visant à façonner les discussions autour de l'ouverture du commerce et de l'investissement régionaux, en restaurant la connectivité et un développement équilibré et durable.

Ce thème a été repris par de nombreux dirigeants régionaux et mondiaux, car l'économie de l'Asie-Pacifique, bien qu'elle soit la plus dynamique du monde, est également confrontée à une multitude de défis, notamment l'inflation mondiale, les crises alimentaires, énergétiques et de la dette, les perturbations de l'industrie et de l'approvisionnement. chaînes ainsi que des tensions géopolitiques.

Malgré les avertissements croissants contre la montée des tensions géopolitiques dans la région, les responsables américains ont semblé attachés non à la coopération régionale mais à la division régionale lors de la réunion des dirigeants de l'APEC, en y amenant diverses questions géopolitiques.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré jeudi que le règlement du conflit russo-ukrainien était un objectif clé de l'APEC.

Mais de telles tentatives de détournement de la réunion afin de se concentrer sur son propre agenda géopolitique n'ont pas été très fructueuses, car de nombreux dirigeants régionaux et mondiaux se sont concentrés sur la coopération.

Participant à la réunion en tant qu'invité, le président français Emmanuel Macron a également déclaré lors du sommet des PDG de l'APEC qu'un nouvel équilibre et une stabilité au niveau régional sont nécessaires pour éviter de nouveaux conflits, notant que la guerre commerciale des États-Unis contre la Chine "a mis beaucoup de pays en situation de choisir. Êtes-vous du côté des États-Unis ou de la Chine ?... Mais nous avons besoin d'un ordre mondial unique.

Les observateurs régionaux ont déclaré qu'étant donné que de nombreux pays, de plus en plus préoccupés par les crises économiques, se concentrent sur la coopération, la vision chinoise d'une communauté de destin s'enracinera plus profondément dans la région Asie-Pacifique, contrairement à la vision américaine de la division entre différents blocs.

"La pensée centrée sur les personnes [de la Chine] a été ressentie non seulement par les Thaïlandais en termes d'approvisionnement en vaccins, mais aussi par les gens du monde entier. Et c'est quelque chose de réel que les peuples du monde peuvent voir à propos de la communauté avec un avenir partagé. pour l'humanité », a déclaré Phichaiwongphakdee.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 19-11-2022 à 08:09:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LA RENCONTRE DU « G-QUOI QUE CE SOIT » S’EST TERMINÉE SANS DOULEUR NI GLOIRE


19 NOVEMBRE 2022
https://histoireetsociete.com/2022/11/19/la-rencontre-du-g-quoi-que-ce-soit-sest-terminee-sans-douleur-ni-gloire/


« Le collectif occidental n’était intéressé que par la condamnation de la Russie » et de pouvoir exporter son mantra du moment, dans l’indifférence grandissante, mais il a dû accepter l’évidence qui se construit d’une manière irrésistible à savoir la reconnaissance de la puissance financière de la Chine et la fin de l’hégémonie du dollar, la reforme nécessaire du FMI et de l’ONU. Ce texte est précieux parce qu’il décrit clairement les lignes forces de ce qui se met en place, certes il anticipe peut-être sur l’état réel de la situation, le processus bien que déjà bien avancé d’isolement de l’impérialisme des Etats-Unis par la voie économique et la transformation des institutions internationales n’en est pas encore au stade de maturation que dit l’article, mais il est irréversible et va dans le sens de ce qui est mis en évidence ici. Il y manque encore une pleine conscience des acteurs principaux ceux qui font l’histoire par leur mise en mouvement et qui refusent la guerre, la perte de souveraineté, le pillage de leurs ressources et exigent un processus de coopération, mais le processus est amorcé comme nous le décrivons aujourd’hui à travers les conclusions du G 20 et la guerre. Nous devons en tant que communistes percevoir les possibles et notre rôle spécifique. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)
Peut être une image de 1 personne
PAR « EL LINCE » (le lynx, blogueur des îles Canaries)

La réunion du G-whatever (anciennement appelé G-20) a eu lieu presque sans douleur ni gloire. Presque.

Bien que les médias de propagande insistent sur leur monothème, à savoir que la Russie est le mal incarné, ils n’ont pas été en mesure d’éviter des choses comme reconnaître que la pauvreté a augmenté (où est la fameuse « grande réinitialisation » qui avait inventé qu’elle devait être contenue, que l’on pouvait « réformer le capitalisme? » et la réforme de deux institutions clés pour l’hégémonie occidentale : la Banque mondiale et le FMI.

Le collectif Occident ne s’intéressait, et ne s’intéresse qu’à une chose : la condamnation de la Russie. Bien que la déclaration officielle mentionne ce qui intéresse l’Occident (la résolution de l’ONU condamnant l’intervention russe, par exemple), il n’y a pas eu d’autre choix pour ce collectif que de reconnaître qu’« il y a eu une discussion sur cette question ». C’est-à-dire qu’en dehors de l’Occident collectif, la chose ne passionne pas. C’est pourquoi il est dit que « la plupart des membres » ont condamné la Russie, juste avant de terminer le paragraphe tout en énonçant l’évidence : « il y a d’autres points de vue et des évaluations différentes de la situation et des sanctions associées ».

Cela signifie que l’Occident a dû s’en contenter quand il est déclaré que :

« Il est important de respecter le droit international et de maintenir un système multilatéral pacifique et stable, notamment en défendant les buts et principes de la Charte des Nations Unies, en respectant le droit international humanitaire et en protégeant les civils et les infrastructures dans les conflits armés. L’emploi ou la menace de l’emploi d’armes nucléaires est inadmissible. La résolution pacifique des conflits, tous les efforts pour résoudre les crises, ainsi que la diplomatie et le dialogue sont importants. Pas d’« ordre international fondé sur des règles » et de stupidités ad hoc que l’Occident répète comme un mantra. Pas une seule mention. Il est clair que pour les premiers, la mention « à la majorité », a dû faire cette concession. Maintenant, nous allons voir qui la reprendra, dans une courte route, si l’Occident prétend vendre l’image du « triomphe diplomatique » et d’autres absurdités.

Au-delà des affirmations habituelles et génériques de stabilité macroéconomique, de changement climatique, de sécurité alimentaire, de réduction de la pauvreté, etc., ce qui est intéressant, c’est l’engagement en faveur de la réforme de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. L’Occident sait que ces deux instruments sont fondamentaux pour tenter de maintenir son hégémonie, et propose une réforme de « l’actionnariat », c’est-à-dire des quotes-parts de ses membres. Dans le cas de la BM, la date de 2025 est fixée pour cela, alors qu’en ce qui concerne le FMI ce sera « avant le 15 décembre 2023 ».

Qu’un pays comme la Chine, avec sa puissance économique, ait un pourcentage inférieur à celui de l’Europe ou du Japon est inconcevable et bien que les Chinois n’en aient pas fait une maladie, un certain réarrangement est inévitable, surtout au FMI puisque cette organisation n’a eu d’autre choix que d’accepter l’évidence : les monnaies occidentales baissent et le yuan monte, bien qu’il ne soit pas encore internationalisé. Parce que l’une des conséquences de ce que nous vivons est qu’il y a une dé-dollarisation évidente, avec une méfiance généralisée envers les monnaies occidentales.

Surtout, parce que la mer devient incontrôlable pour l’Occident : cette semaine, la Chine a accordé des crédits à l’Égypte en dehors de ces structures et en utilisant une institution parallèle, la Banque africaine de développement.

Et, en même temps, pour la première fois dans l’histoire de l’ONU, des candidats chinois ont été choisis pour quelque chose d’important : la Cour d’appel et le Tribunal du contentieux administratif. La Chine aura son mot à dire dans le fonctionnement de l’ONU sur la base de sa charte fondatrice, réduisant ainsi l’obstruction occidentale.

Encore un autre symptôme du nouveau monde dans lequel nous sommes déjà.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales  G20 2022Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum