Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  les sites marxistes-léninistes 

 parti communiste maoïste

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 16-01-2016 à 20:04:38   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Bloc Rouge (Unification des maoïstes) devient le Parti Communiste maoïste !

01/16/2016

source
Le processus d’Unification

Depuis plusieurs années déjà les maoïstes se redéveloppent sur le territoire de l’État français. Cette dynamique a pris un nouveau tournant lorsqu’en 2012, des Camarades du Parti Communiste maoïste de France et des Camarades alors membres du ROCML, qui le quitteront par la suite, participent conjointement à la Conférence Internationale de Soutien à la Guerre Populaire en Inde qui s’est déroulée à Hambourg. Les activités conjointes se développent alors et décision est prise d’organiser des journées de formation communes en juillet 2013 auxquelles participent également des Camarades n’étant membres d’aucune organisation. A la suite, l’ensemble de ces Camarades décide de mener un processus d’Unification. Des commissions sont alors mises en place pour établir la base idéologique d’unification.

Au cours du processus, la lutte idéologique émerge et conduit à la fois au départ de quelques éléments et au renforcement de l’unité de celles et ceux participant à la poursuite du processus. Le Bloc Rouge (Unification des maoïstes) a alors la tâche de réaliser le Congrès d’Unification des maoïstes. C’est ce que nous sommes parvenus à établir après un travail à la fois théorique et pratique.

Le Bloc Rouge a ainsi développé la lutte sur plusieurs fronts, tels que les luttes ouvrières, l’antifascisme, le féminisme prolétarien, la lutte contre la répression et les violences policières, les soutien aux Guerres Populaires menées par les Partis maoïstes à travers le monde, le soutien aux migrants et migrantes, etc.

De même, la base d’unité couvrant les questions du marxisme-léninisme-maoïsme, de la classe ouvrière, de l’organisation, de la guerre populaire, du féminisme prolétarien, de l’immigration, de l’écologie, de l’antifascisme a été établie par le Congrès. Ces textes font l’objet d’une publication en cours et il est d’or et déjà possible de consulter notre programme sur notre site internet.

Le Parti Communiste maoïste est alors né du Congrès d’Unification des maoïstes. Bien évidemment, il s’agit d’une première pierre posée pour l’édification du Parti, mais la dynamique est lancée et la base est établie.

Notre ligne stratégique

Notre société est une société de classe, dont certaines ont des intérêts inconciliables. C’est notamment le cas entre le prolétariat -qui ne possède que sa force de travail- et la bourgeoisie -qui possède les moyens de production (usines, terres, ressources,…).

Notre époque, comme l’a défini Lénine, est celle de l’impérialisme et de la révolution prolétarienne. L’impérialisme, c’est la domination totale du capital financier sur l’économie. La classe dominante est alors la bourgeoisie impérialiste qui cherche par tous les moyens possibles d’accroître son taux de profit basé sur l’exploitation des prolétaires. L’impérialisme, c’est la concentration toujours plus importante des richesses entre quelques exploiteurs et l’exploitation d’un nombre toujours croissant de prolétaires. On le voit aujourd’hui où il n’y a jamais eu autant d’ouvriers et ouvrières à l’échelle mondiale et où une poignée possèdent la grande majorité des richesses tandis que les autres se partagent la misère.

La seule solution à ce système qui signifie la guerre, l’exploitation et la misère est la révolution prolétarienne, c’est à dire la prise de pouvoir par le prolétariat dont le cœur est la classe ouvrière. La voie de la révolution dans les pays impérialistes est ainsi celle de la révolution socialiste. Mais comme l’histoire nous l’enseigne, la bourgeoisie ne lâchera jamais le pouvoir pacifiquement car tout le système est taillé sur mesure pour garantir sa domination et la continuité de ses profits basés sur l’exploitation du travail des prolétaires. La prise du pouvoir est donc impossible sans violence révolutionnaire, sans destruction de l’appareil d’Etat bourgeois de fonds en combles. Cette leçon était déjà tirée par Marx suite à la Commune de Paris en 1871. Le pouvoir d’une classe sur une autre ne peut être renversé sans violence.

La stratégie permettant de réaliser cet objectif, c’est celle de la Guerre Populaire, qui met tous les moyens possibles à disposition du prolétariat tant qu’ils permettent d’avancer vers la prise du pouvoir ; aucun n’est à exclure a priori, cependant les moyens, méthodes et formes de lutte correspondent forcément à une nécessité objective d’une situation concrète. Le Parti ne met pas en œuvre les mêmes tactiques à des endroits et des temps différents.

La Guerre Populaire est la stratégie universelle pour la prise du pouvoir par le prolétariat. C’est l’unification des expériences historiques de lutte du prolétariat. La Guerre Populaire, c’est la guerre du peuple, c’est la guerre que mènent les masses contre la dictature de classe de la bourgeoisie.

Mais la Guerre Populaire ne peut se mener sans les instruments nécessaires.
Les 3 instruments de la révolution

Le Parti

Le Parti assure le rôle dirigeant de la révolution. Il se bat pour l’unité de tous et toutes les révolutionnaires car sans Parti, la classe ouvrière est désorganisée et ne pourra vaincre le capitalisme. Les éléments les plus conscients et déterminés du prolétariat doivent construire ce parti de type nouveau.

Le Parti Communiste d’aujourd’hui a pour idéologie le marxisme-léninisme-maoïsme, le dernier degré atteint en théorie et en pratique par le marxisme.

Il se base sur toutes les expériences historiques du prolétariat international et plus particulièrement la Commune de Paris, la révolution russe dirigée par le Parti Communiste jusqu’en 1953 et la révolution chinoise dirigée par le Parti Communiste jusqu’en 1976. Dans le cas de la Chine, une attention particulière doit être portée sur la période de la Révolution Culturelle, première expérience de mobilisation des larges masses dans la lutte contre la restauration capitaliste et pour l’approfondissement de la construction du socialisme. Du point de vue de la France, la Commune de Paris, les grandes grèves de 36, la résistance antifasciste, mai 68 et l’expérience de la Gauche Prolétarienne dans les années 70 sont également des points de référence.

Le Front

Le Parti seul ne suffit pas pour la révolution, il a besoin de construire de nouvelles structures pour développer la lutte révolutionnaire. Ces structures doivent être un contre-pouvoir au pouvoir d’État en place quel que soit le gouvernement. Ces structures doivent être un véritable outil de combat du prolétariat et des masses populaires. Elles ne doivent pas être des coordinations de lutte, mais des structures stables, autonomes sur le plan organisationnel, indépendantes politiquement des partis et organisations social-démocrates, révisionnistes et opportunistes.

Ces structures forment le front rassemblant toutes celles et ceux qui veulent s’unir pour lutter contre le patronat, la bourgeoisie et son État, regroupant les larges masses populaires qui ont intérêt à la révolution en se basant sur le fait que « ce sont les masses qui font l’histoire ».

La Force Combattante

La Force Combattante c’est la force de combat du Parti, c’est un instrument militaire indispensable à la conquête du pouvoir par la Guerre Populaire, et nous ferions une erreur en mettant cette question de côté. La bourgeoisie dispose des forces de répression officielles et de leurs alliés fascistes, les communistes eux doivent également disposer d’une force capable de mener l’affrontement de classe sur le plan militaire. La Force Combattante se place sous la direction du Parti car c’est la politique qui guide le fusil et non l’inverse.

Le développement d’une force combative est nécessaire, cependant elle doit correspondre à la réalité du développement du mouvement révolutionnaire et à l’intensité de l’affrontement de classe.

La Guerre Populaire est la seule solution pour faire table rase et abattre le vieux monde capitaliste. Les trois instruments de la révolution donnent à la classe ouvrière et aux masses populaires les moyens de rendre coup pour coup à la bourgeoisie et de conquérir le pouvoir.

Les questions de la révolution dans notre pays

Plusieurs questions se posent lorsqu’on parle de révolution. La première est celle de savoir qui a intérêt à la révolution. La réponse pour le cas de la France, pays impérialiste de premier plan qui mène la guerre aux 4 coins de la planète, est en premier lieu le prolétariat, dont le cœur est la classe ouvrière. Le prolétariat trouve ensuite ses alliés dans d’autres classes comme la petite paysannerie, certains commerçants et artisans, certaines professions intellectuelles.

Notre travail principal, en tant que communistes, est ainsi d’organiser le prolétariat où il se trouve, c’est à dire dans les usines et entreprises, sur les chantiers, dans les quartiers populaires et dans les lycées pros et techniques et les CFA. Voilà les lieux que nous ciblons dans nos activités.

Plusieurs formes d’exploitation et d’oppression existent et nous devons en tenir compte afin de développer au mieux notre stratégie.

Ainsi, la question des luttes ouvrières est primordiale. Nous intervenons à l’intérieur des usines et entreprises ou à l’extérieur pour impulser les luttes ou les soutenir.

La question spécifique de l’oppression des femmes fait partie de la question ouvrière, car en tant que femmes, les ouvrières et prolétaires subissent une oppression supplémentaire que les hommes. Elles sont moins bien payées, ont les postes les plus précaires, restent encore reléguées au travail domestique et subissent différents types de harcèlement. Les femmes prolétaires sont celles qui ont le plus à gagner de la révolution, voilà pourquoi nous développons le féminisme prolétarien, un féminisme de classe et combatif.

La question de l’immigration fait également partie de la question ouvrière, car les immigrés prolétaires sont nos frères et sœurs de classe. Ils et elles subissent également une oppression supplémentaire et n’ont pas les mêmes droits que les autres travailleurs et travailleuses. Le racisme est très présent et trouve ses racines dans le caractère impérialiste de notre pays. La bourgeoisie n’hésite pas à se servir des contradictions qu’il existe au sein du peuple pour le diviser. Elle dresse notamment les prolétaires immigrés contre les autres. Nous nous battons pour l’Unité de la classe ouvrière dans sa diversité.

Du fait de l’approfondissement de la crise économique, la bourgeoisie est capable de recourir à toutes les possibilités pour affermir sa domination de classe, et notamment le recours au fascisme. Cette possibilité est accrue, surtout lorsqu’on voit qu’elle renforce l’État policier et va rendre les dispositions de l’État d’Urgence permanentes. La soi-disant « lutte antiterroriste » n’est qu’une façade pour continuer leurs attaques contre les conquêtes ouvrières et diviser encore plus le peuple en faisant croire que le conflit actuel est un conflit de civilisation et non un conflit de classe. Nous développons donc la lutte antifasciste révolutionnaire, inséparable de la lutte anticapitaliste et opposée à l’antifascisme républicain qui voudrait nous faire croire que la solution est dans le bulletin de vote alors que c’est ce dernier même qui peut amener les fascistes au pouvoir.

Enfin, nous défendons les droits des minorités, comme les minorités nationales, les LGBTI, ainsi que les droits que la classe ouvrière a acquis au prix du sang comme le droit à l’avortement, la question du logement, l’accès à la santé, le coût de la vie, bref, tout ce qui touche à la vie quotidienne des masses populaires.

Notre combat étant le combat de la classe ouvrière et de ses alliés, nous inscrivons notre travail au niveau international. Nous développons ainsi la lutte anti-impérialiste, avant tout contre notre propre impérialisme mais aussi contre les autres puissances impérialistes : nous ne saurions soutenir un impérialisme contre un autre. Nous soutenons également les Guerres Populaires dirigées par les Partis Communistes maoïstes à travers le monde en tant que forme la plus haute de lutte anti-impérialiste et comme porteuses de l’alternative révolutionnaire qui finira par triompher. Nous prenons part à la reconstruction d’un centre international des forces maoïstes comme outil indispensable au développement des Partis Communistes maoïstes et au développement des Guerres Populaires.

Il est grand temps de faire la rupture avec la contestation stérile !

Il est grand temps de développer nos outils de combat, aux côtés de nos frères et sœurs de classe du monde entier pour en finir avec ce système d’exploitation, d’oppression, de guerre et de misère !

Avançons ensemble dans la consolidation du Parti Communiste maoïste pour la révolution au service de la classe ouvrière et des masses populaires !

Vive le marxisme-léninisme-maoïsme !

Vive la révolution prolétarienne mondiale !


_________________


Le programme du PCM

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 29-01-2016 à 00:07:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A bas l’État d’Urgence, l’État policier ! On a raison de se révolter !


PCM 01/28/2016



Depuis les attentats fascistes de Daech du 13 décembre dernier, le parlement a voté l’État d’Urgence.

Tous les politicards du parlement ont voté pour l’État d’Urgence, du Front National au Front de Gauche ! A peine voté, le gouvernement a déjà prolongé de 3 mois supplémentaires. Aujourd’hui, « l’état d’exception » que l’on nous a vendu comme temporaire et répondant à une « nécessité de sécurité » devient la norme. Les chiens de garde de la bourgeoisie ont franchi un pas de plus dans le renforcement de l’appareil répressif en cherchant à incorporer les mesures relatives à l’État d’Urgence dans la législation courante, voire même dans la constitution. Cela nous prouve une fois de plus que les lois dites d’exception n’ont rien d’exceptionnelles, mais sont bien une manœuvre pour imposer au peuple une fascisation constante de l’appareil d’Etat. Si demain le FN arrive au pouvoir, il n’aura même pas à voter de lois anti ouvrières car le gouvernement Hollande-Valls aura déjà fait le travail en amont, cela avec la complicité plus ou moins active de l’ensemble des partis de droite comme de gauche !

Alors, on essaye de nous vendre que c’est pour notre bien, que c’est pour lutter contre les terroristes. La mascarade a duré à peine quelques jours.

Des quartiers entiers ont été placés sous couvre-feu, comme à Sens en Bourgogne.

Des milliers de perquisitions ont eu lieu. Pour au final pas grand-chose, puisque dans l’écrasante majorité des cas, les perquisitions n’ont même pas donné lieu à des gardes à vue.

L’objectif, c’est de montrer du doigt une partie de la population : les habitants et habitantes des quartiers populaires, et en premier lieu les immigrés ou désignés comme tels. Pour l’État et les fascistes, le terme immigré est interchangeable avec musulman ou encore arabe. Le projet de loi raciste sur la déchéance de la nationalité va clairement dans ce sens, il permet de jeter la suspicion généralisée sur toute une frange du prolétariat d’origine immigrée, transformé ainsi en danger potentiel vis à vis du reste de la population désigné comme « communauté nationale ». Nous devons rejeter les lois racistes qui divisent notre classe en reléguant une partie au rang de bouc émissaire et enchaînant l’autre partie derrière les intérêts directs de la bourgeoisie.

Selon eux, nos quartiers seraient donc des nids de terroristes. Nos voisins et nos voisines, nos frères et sœurs de classe, prépareraient des attentats ! Le message est clair : «nous sommes entourés de poseurs de bombes potentiels. N’ayez crainte, nous sommes là pour vous protéger ! Si vous n’êtes pas d’accord, c’est que vous avez sûrement quelque chose à vous reprocher...» Voilà ce que dit l’État bourgeois.

Alors forcément, avec l’État d’Urgence, plus besoin d’enquête ni de juge pour astreindre à résidence, pour perquisitionner ! Les préfets et les flics s’en donnent à cœur joie : expulsions de squats, assignations à résidence de militants et militantes, coups de pression, etc., etc.

Avant l’État d’Urgence, ils allaient chercher des syndicalistes chez eux à 6h du matin pour une simple chemise déchirée ! Imaginez un peu ce qui nous attend…

La lutte antiterroriste a pour vocation d’élargir son champ d’action à toutes celles et ceux qui luttent contre l’État. On le voit bien avec les ouvriers de Goodyear qui ont été condamnés à 9 mois de prison ferme alors qu’ils luttaient contre la fermeture de leur usine…

Voilà ce qui est, voilà la situation qui se développe sous nos yeux. C’est dans ce contexte qu’on nous exhorte à nous ranger derrière le drapeau, derrière notre armée, pour partir en guerre. Comme avant la 1ère Guerre Mondiale. On nous demande de défendre les puissances impérialistes qui partent en guerre. Celles là même qui grâce à ces interventions militaires pillent les ressources naturelles de trop nombreux pays. Citons comme exemple parmi tant d’autres Areva, à qui l’opération soi-disant «humanitaire» au Mali profite bien pour exploiter l’uranium du Niger. C’est la même logique en Syrie où les futurs profits se feront sur les milliers de cadavres que l’État français bombarde quotidiennement.

Ces puissances impérialistes qui n’hésitent pas à déstabiliser des pays, en utilisant toutes leurs cartes pour diviser le peuple et dresser les uns contre les autres, tout ça pour mettre en place de nouveaux chiens de garde qui leur seront bien dociles. Et après, alors que les monstres qu’ils ont eux même créé se retournent contre eux, ils viennent jouer aux pompiers ! Ce sont eux les responsables !

On voit bien quelles conséquences terribles cela a eu pour l’ensemble des peuples opprimés du monde.

Cette situation est dangereuse. Elle profite à la bourgeoisie pour renforcer son appareil d’État, dans un vrai élan de militarisation et de flicage général de la société. Mais ne vous inquiétez pas, c’est pour votre bien nous disent ils !

Cette situation, et surtout ses acteurs, renforce la montée du fascisme. Sarko avait commencé à labourer le terrain pour le Front National. Certains et certaines se sont dit que Hollande allait y faire barrage. Mais non, bien au contraire ! Avec toutes les mesures anti-ouvrières et anti-populaires, le PS trace la voie royale au FN !

Face à l’État d’Urgence qui est en passe de devenir l’état normal de la société, face à la montée du fascisme, la seule solution c’est la révolution ! C’est le développement du Front sur une ligne antifasciste, anticapitaliste et révolutionnaire ! C’est le développement des outils qui ont pour but de servir le peuple ! C’est le développement de la solidarité internationale avec les peuples du mondes en lutte contre l’impérialisme et le fascisme !

C’est le développement dans nos usines et entreprises et sur nos chantiers de structures regroupant syndiqués et non syndiqués dans des perspective révolutionnaires ! C’est le développement de notre force combattante qui face aux attaques réactionnaires rend coup pour coup !

En un mot, c’est le déploiement de la seule guerre justifiée, la Guerre Populaire, la guerre du peuple pour reprendre le pouvoir et mettre en place un système qui serve les intérêts du prolétariat et des masses populaires !

Nous appelons à relever la tête et à reprendre nos affaires en main !

Le chemin n’est pas facile, mais nous devons faire tomber les illusions !

Aujourd’hui, les défis sont de taille et c’est unis et déterminés que nous arriverons à y faire face !

A bas l’État d’Urgence, l’État policier ! On a raison de se révolter !



Partager :

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 01-02-2016 à 00:06:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Action de soutien aux Goodyear :



--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 13-02-2016 à 18:54:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Contre l’antisémitisme, unité de classe et riposte populaire !


02/13/2016 source


Tract du Parti Communiste maoïste pour le rassemblement progressiste en hommage à Ilan Halimi et contre tous les crimes racistes et antisémites, le dimanche 14 février à 15h à Saint-Michel, Paris.

Nous rendons hommage à Ilan Halimi et à toutes les victimes de l’antisémitisme. L’antisémitisme n’est pas un phénomène nouveau dans la société française. Auparavant cristallisé autour de l’église catholique et des féodaux, il est devenu l’arme des nazis et des collabos et reste aujourd’hui l’arme des fascistes pour diviser le peuple et faire dévier la lutte de classe de ses vrais ennemis.

L’antisémitisme, en tant que forme de racisme, fait partie de l’arsenal de la bourgeoisie et de ses représentants pour diviser et opprimer le peuple, trouver un bouc émissaire pour les rendre responsables des maux du capitalisme.

Au niveau de l’État français, à l’heure actuelle, les Rroms et les musulmans ou supposés comme tels restent les cibles privilégiées du racisme d’État, avec une vraie offensive porteuse des amalgames les plus crasses, avec toujours comme objectif de « diviser pour mieux régner ».

Toutes les formes de racisme sont à rejeter en tant qu’arme de la bourgeoisie contre l’unité de la classe ouvrière et des masses populaires et créant par la même occasion une double oppression pour les prolétaires visés par le racisme et une triple oppression pour les femmes prolétaires visées par celui-ci.

Aujourd’hui, les fascistes, qui s’appuient sur les théories du complot et le révisionnisme historique, font l’amalgame « juifs=sionistes » et, dans une lecture de la réalité distordue à l’extrême jusqu’au ridicule, tentent d’expliquer que les juifs seraient la source de tous les maux du système en reprenant les vieilles thèses antisémites prétendant que les juifs contrôleraient les banques, les médias et toute la vie politique.

Les fascistes tentent de s’appuyer sur le soutien populaire à la lutte du peuple palestinien pour faire dévier le soutien à cette juste lutte vers un antisémitisme le plus primaire. Ils veulent nous faire croire que la lutte du peuple palestinien, et par extension la nôtre, n’est pas une lutte contre un Etat colonial, contre le système qui le soutient, mais une lutte contre les juifs.

En tant que marxiste-léniniste-maoïstes, nous ne mangeons évidemment pas de ce pain là. Nous continuerons dans toutes nos luttes à nous opposer à toutes les formes de racisme.

Vive l’unité de la classe ouvrière dans sa diversité !

A bas l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, arme de division de la bourgeoisie et de ses larbins fascistes !

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 16-02-2016 à 07:21:32   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Extension de l’état d’urgence : ripostons contre l’offensive de la bourgeoisie !

02/14/2016


Nouvelle action du PCm contre l'Etat d'Urgence et en soutien aux Goodyear en prenant pour cible le local de la députée PS Odile Saugues

Nouvelle action du PCm contre l’Etat d’Urgence et en soutien aux Goodyear en prenant pour cible le local de la députée PS Odile Saugues
Etat d’urgence, déchéance de nationalité, extension des droits pour les forces de répression… Une fois de plus, le parlement de la bourgeoisie a voté contre le camp des travailleurs et travailleuses. L’unanimité est telle au sein de la bourgeoisie que lors du vote pour l’inscription de l’Etat d’urgence dans la constitution plus de 440 députés étaient absents : et dire qu’après ça ce sont les mêmes qui nous somment d’aller voter lors de leurs farces électorales…

Il n’y a rien d’étonnant à tout cela. Le gouvernement raciste et anti-ouvrier avait annoncé l’instauration de l’État d’urgence comme étant une mesure dite d’expédition. Mais très rapidement, presque immédiatement, il était prolongé avec l’aval du parlement du Front national au Front de Gauche et était appelé à être inscrit dans la législation courante.

Malgré les timides apitoiements d’une partie de la gauche permettant de donner l’illusion du jeu démocratique, c’est bien le parti « socialiste » au pouvoir qui fait actuellement un pas de plus dans le processus d’instauration d’une forme moderne de fascisme. Aujourd’hui comme hier, la sociale démocratie et le fascisme sont bels et biens les deux faces d’une même pièce, ce sont des rouages complémentaires de la machinerie capitaliste qui n’est qu’une source d’oppression et d’exploitation pour nous les prolétaires.

Quand Hollande fait voter le prolongement de l’Etat d’urgence renforçant ainsi le flicage généralisé de la population, c’est Marine Le Pen qui se frotte les mains. Lorsque vos « adversaires » politiques mettent en place votre programme et se font le relais de vos positions idéologiques jusqu’à les inscrire dans la loi et la constitution, à quels points sont-ils vraiment vos adversaires ?

Quand le gouvernement instaure la loi sur la déchéance de nationalité en ciblant les binationaux, mesure raciste par excellence et d’un populisme puant, permettant de jeter la suspicion généralisée sur une partie de notre classe, immigrée ou désignée comme telle, et enchaînant l’autre partie dite « nationale » derrière les intérêts de la bourgeoisie, c’est bien le Front National et l’ensemble du patronat qui applaudit.

Si l’on écoute la propagande officielle, nous, ouvriers et ouvrières, prolétaires, devrions accepter la fascisation croissante de l’État et les lois racistes qui divisent notre classe, sortir le drapeau tricolore et marcher au pas derrière les intérêts de la « nation », cela au nom de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme. Notre classe devrait avancer le revolver dans le dos en se rangeant derrière les intérêts de ses oppresseurs, tandis que ces derniers lancent une offensive généralisée contre l’ensemble des conquêtes sociales acquises de haute lutte par nos aînés.

De qui se moque-t-on ? Ils brisent le code du travail, condamnent les ouvriers qui luttent pour leur emploi à de la prison ferme comme à Goodyear, ils licencient, mènent une politique de terreur économique contre les travailleurs et travailleuses, mais au nom d’une pseudo unité nationale contre le terrorisme nous devrions rentrer dans le rang et accepter sans brocher… Et malgré les plus de 7 millions de chômeuses et chômeurs, on serait en plus des faignants de pas trouver de travail !

Aujourd’hui plus que jamais les véritable terroristes ce sont les patrons, leurs marionnettes politiques et leurs chiens de gardes policiers. Le terrorisme que nous subissons réellement au quotidien, c’est le processus d’instauration d’une forme moderne de fascisme, c’est les salaires de misère qui nous permettent à peine de survivre et de nourrir nos familles, c’est les conditions de travail dangereuses et dégradantes, c’est les accidents handicapants voir mortels qui nous emportent à l’usine ou au chantier, c’est la peur de se retrouver au chômage avec toutes les conséquences que cela entraîne. Le terrorisme, c’est un mort par jour dans la construction, c’est la police qui vient chercher les syndicalistes chez eux à 6h du matin comme à Air France, c’est le nombre de portes fracassées pour rien dans nos quartiers, c’est la prison ferme pour les ouvriers de Goodyear. C’est également l’impérialisme fauteur de guerre et de massacres de masse, qui par le pillage des peuples du monde, crée des monstres comme DAESH.

Face à cette situation, nous appelons à ne pas nous plier, à ne pas baisser la tête. Nous devons résister face à l’Etat d’urgence et face aux lois racistes, répondre à la division par l’unité derrière les intérêts de la classe ouvrière. Répondre aux attaques du patronat en rendant coup pour coup que ce soit contre les lois anti sociales ou au sein même de nos entreprises contre les pressions patronales et les petits chefaillons larbins qui nous pourrissent la vie. Lutter contre notre propre impérialisme en refusant toute unité nationale, en refusant l’encasernement et répondant par l’internationalisme prolétarien qui a toujours fait la fierté de la classe ouvrière.

Quand Hollande a déclaré que « Nous sommes en guerre. » il avait raison ! Par « nous » il fallait comprendre « La bourgeoisie française ». A l’extérieur c’est la guerre impérialiste, la France ne cesse de multiplier les interventions militaires : en Syrie, dans le Sahel, au Mali etc. A l’intérieur on nous parle du terrorisme comme s’il tombait du ciel et en même temps l’Etat livre une guerre contre les masses populaires avec notamment cet Etat d’urgence, les lois anti-terroristes pour réprimer les militantes et militants, les lois anti-ouvrières et les lois racistes !

La guerre de classe est déclarée, l’offensive de la bourgeoisie est en plein élan, nous devons resserrer les rangs derrière notre Parti, le Parti Communiste maoïste, seul à même de défendre l’intérêt des travailleurs et travailleuses et de rétorquer à la guerre contre le peuple menée par la bourgeoisie, par la Guerre Populaire menée par la classe ouvrière et les masses populaires.

Face à l’Etat d’urgence, face à la montée du fascisme, la seule solution c’est la révolution !

A bas l’Etat d’urgence ! A bas les lois racistes et anti-ouvrières !

Rejoins les rangs du Parti et ensemble rendons coup pour coup !

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 01-03-2016 à 15:53:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Etat d’urgence : Procès d’un ouvrier maoïste à Clermont-Ferrand !

02/27/2016
Alors qu’il sortait de la mairie de Clermont-Ferrand suite à la mobilisation devant le conseil municipal (voir lien), un camarade a été arrêté par la police. Il a tenté de se réfugier dans le bar de la mairie, en vain.

C’est dans deux voitures que l’attendaient les flics, une de chaque côté de la rue de l’hôtel de ville. Pourquoi l’ont-ils arrêté nous ont-ils dit ? Il serait « recherché ».

Dans la nuit même, le commissariat de St Jacques a été dégradé par les slogans suivants : « Libérez notre camarade », « à bas la répression ». Le PCm revendique cette action, déclare qu’il ne se laissera jamais intimider et soutiendra jusqu’au bout les camarades.

Le camarade a été libéré à 12h30, la justice bourgeoise l’accuse d’avoir « organiser une manifestation publique n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration préalable ». La manifestation en question, était contre l’État d’Urgence, elle avait eu lieu le samedi 12 décembre à l’appel de plusieurs organisations et avait été un véritable succès (voir lien). Pour l’État français, il s’agit de réprimer le mouvement révolutionnaire et toutes les personnes qui osent relever la tête face à la chape de plomb qu’il est en train d’établir tout comme les condamnations contre les Goodyear et la répression à Air France.

Le camarade passe en procès au Tribunal de Grande Instance le lundi 23 mai à 14h. Le PCm appelle donc, même date et même lieu, à un rassemblement de soutien au nom de la liberté de manifester et contre la fascisation de la société. Nous appelons toutes celles et ceux qui se passent dans le camps du peuple à se mobiliser contre la répression et contre l’état d’urgence qui frappent les militantes et militants ouvriers, syndicalistes, zadistes, manifestants réprimés en Corse et les habitants et habitantes des quartiers populaires !

A bas l’état d’urgence et la répression !

Liberté de manifester !

Rendons coup pour coup !

Osons lutter ! Osons vaincre !

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9413 messages postés
   Posté le 01-05-2016 à 20:01:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

1er mai : Déclaration Internationale des Partis et Organisations maoïstes

05/01/2016

PC maoïste

Le PC maoïste est signataire de la déclaration internationale des Partis et Organisations maoïstes.

Vive le 1er Mai internationaliste et révolutionnaire !
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!
Vive le 50e anniversaire de la Grande Révolution culturelle prolétarienne!
Vive la révolution prolétarienne mondiale! Vive le maoïsme!


En ce 1er Mai, nous appelons les prolétaires et les peuples opprimés du monde entier à célébrer le 50e anniversaire de la Grande Révolution culturelle prolétarienne (GRCP) chinoise. Au cours de la révolution culturelle, en tant que point d’ancrage, ce qu’on appelait alors la pensée-maozedong a été largement diffusé et le président Mao est devenu un dirigeant reconnu de la révolution mondiale, notamment comme celui ayant amené le marxisme-léninisme à une nouvelle étape: le maoïsme.

Cinq décennies après que le président Mao eut affirmé que «l’impérialisme et tous les réactionnaires sont des tigres de papier», le système impérialiste s’enfonce toujours plus dans une crise profonde et prolongée et fait face à une instabilité croissante, si bien que les conditions pour avancer vers la révolution sont de plus en plus favorables.

Dans sa phase actuelle, la concentration et la centralisation brutales du capital qui caractérisent l’impérialisme atteignent des sommets. Aujourd’hui, 1% de la population mondiale possède plus de richesses que tout le reste de la population. Avec l’accroissement de la concentration du capital que l’on a connue dans les cinq dernières années, les 62 personnes les plus riches de la planète ont vu leurs richesses croître de 45%, pendant que les revenus de la moitié la plus pauvre ont diminué de 38%. Ces personnes les plus pauvres se trouvent en majorité dans les pays opprimés, dont 33% en Inde. La grande bourgeoisie est de plus en plus concentrée dans la grande superpuissance hégémonique que sont les États-Unis: il y a cinq ans, 41% de ceux qui détiennent le plus de richesses vivaient aux États-Unis, et leur nombre atteint maintenant 46%. En raison de la concentration croissante du capital, et pour la première fois depuis 1999, les États-Unis comptent pour plus de 50% des sommes négociées par des monopoles sur les marchés mondiaux.

À l’opposé, on compte plus de 800 millions de personnes qui vivent dans des conditions d’extrême pauvreté. Cela se vérifie avec encore plus d’acuité dans les sociétés de type semi-féodales, là où les paysannes et paysans pauvres comptent pour plus des trois quarts des gens se trouvant dans de telles conditions. Quelque 750 millions de personnes n’ont pas accès à de l’eau potable et 25% de la population mondiale n’a pas accès à l’électricité. Des centaines de millions de gens sont victimes des guerres impérialistes, des déplacements forcés, des épidémies, de la famine et du chômage massif, y compris dans des pays comme la Grèce, où plus de la moitié des jeunes sont sans travail.

L’impérialisme, dont principalement l’impérialisme US, poursuit ses guerres impérialistes de pillage contre les pays dominés, principalement au Moyen-Orient; l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie et l’Iran fournissent la majeure partie du butin dont l’impérialisme US essaie de s’accaparer. L’impérialisme US bataille pour consolider son statut d’unique superpuissance hégémonique, alors que l’impérialisme russe essaie pour sa part de maintenir ses sphères d’influence et son statut de puissance nucléaire. De même, la Chine impérialiste demande sa part du gâteau et entre donc de plus en plus en contradiction avec l’impérialisme US, la seule puissance hégémonique. La lutte pour l’hégémonie entre les puissances impérialistes d’Europe (principalement entre l’Allemagne et la France) n’a pas encore trouvé d’issue, ce qui mène leurs forces dirigeantes à s’inquiéter des autres impérialistes.

La coalition impérialiste dirigée par les États-Unis, en lutte mais de connivence avec la Russie (comme le montre le récent accord entre Lavrov et Kerry), tente de diviser la nation syrienne pour mieux régner sur l’ensemble du sous-continent; elle se livre à toutes sortes de massacres et à des génocides au nom de la «guerre au terrorisme». Elle lance des écrans de fumée et essaie de mobiliser les masses contre les masses afin de diviser le front anti-impérialiste.

Après plus de cinq années d’agression impérialiste en Syrie, on compte plus de 470 000 victimes et près de deux millions de personnes blessées. L’espérance de vie a chuté de 70 à 55,4 ans. Ce à quoi s’ajoutent les quelque 5 350 personnes qui sont mortes alors qu’elles tentaient d’émigrer en 2015.

L’accentuation de ce qui demeure la contradiction principale de notre époque – entre l’impérialisme et les nations opprimées – provoque l’exacerbation de toutes les autres contradictions, comme les contradictions inter-impérialistes et la contradiction entre le prolétariat et la bourgeoisie dans les pays impérialistes.

La décision de la Russie de s’impliquer activement dans le conflit en Syrie s’explique par sa volonté de promouvoir ses intérêts partout où elle en détient, comme on l’a vu également en Ukraine. Au cœur des disputes inter-impérialistes visant à dominer la région, les gouvernements laquais de Turquie et d’Arabie saoudite se livrent à toutes sortes de provocations, encourageant l’impérialisme US à dévaster encore plus la région et à isoler l’Iran, comme on l’a vu récemment avec la décapitation de leaders chi’ite. Les rivalités interimpérialistes n’amènent rien de bon pour les masses; elles favorisent au contraire l’approfondissement de la domination coloniale et semi-coloniale, comme on le voit en Syrie, en Irak, au Yémen et en Libye.

En ce qui concerne plus particulièrement la lutte du peuple kurde contre la domination de l’État turc et des autres pays du Moyen-Orient, nous réaffirmons que seule la révolution de démocratie nouvelle, à travers la guerre populaire dirigée par les partis marxistes-léninistes-maoïstes, assurera sa libération; elle seule peut garantir le droit inaliénable des nations opprimées à l’autodétermination – jusqu’à et y compris la sécession.

L’arrivée massive de migrantes, migrants et réfugiées dans les pays impérialistes secoués par la crise est le résultat de la guerre impérialiste à laquelle les pays impérialistes européens participent et de la misère et du désespoir auxquels sont soumis les peuples du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique. À cela, il faut ajouter le chômage massif sur le continent, en particulier parmi la jeunesse.

Ces vagues migratoires font partie du pillage impérialiste, car les impérialistes doivent recruter chaque année des centaines de milliers de travailleurs et travailleuses immigrées afin que leur économie puisse faire face au «déficit de population». L’Allemagne a par exemple besoin de recruter chaque année 500 000 immigrés dans son économie d’ici 2060. Mais ces mêmes impérialistes propagent la «menace migratoire» pour exacerber le chauvinisme au sein de la population, faisant ainsi la promotion du fascisme pour diviser les prolétaires entre eux et créer une opinion publique favorable à la guerre contre les peuples et aux guerres d’agression impérialistes.

La contradiction entre la bourgeoisie et le prolétariat devient plus aiguë, sous la forme d’une contradiction entre les masses et les gouvernements des États impérialistes. De plus, la guerre impérialiste est «ramenée à la maison». Avec les attaques de Paris et Bruxelles, les bourgeoisies impérialistes européennes, en commençant par celle de France, paient le prix de leur participation active à la guerre de pillage en Syrie, aux interventions impérialistes en Libye, au Mali, etc.

Pendant qu’ils étendent leur guerre de domination à l’étranger, les impérialistes mènent une réelle guerre interne contre les masses pauvres de leurs propres pays. L’impérialisme utilise la guerre comme un moyen de résoudre toutes sortes de problèmes. Au nom de la «guerre au terrorisme», ils imposent l’état d’urgence, la répression et la militarisation de la société entière, et mènent des campagnes réactionnaires racistes et xénophobes contre les quartiers où habitent les personnes immigrées.

Avec leurs politiques «d’ajustements et de nouvelles lois du travail», les impérialistes continuent de supprimer des droits conquis de longue date par les prolétaires et accentuent l’exploitation du travail salarié. Des millions de travailleurs et travailleuses, principalement les jeunes, descendent dans la rue dans des manifestations puissantes en France et dans d’autres pays européens.

Les masses prolétaires, dirigées par les communistes, doivent organiser la résistance massive contre la guerre intérieure et entreprendre résolument les préparatifs pour transformer la guerre impérialiste en guerre révolutionnaire.

Au cœur de la bête impérialiste, les communistes bâtissent ainsi de nouveaux partis communistes maoïstes, consacrant leurs efforts à fusionner avec les larges masses du prolétariat, à assurer l’hégémonie du mouvement révolutionnaire et faire en sorte que l’idéologie prolétarienne surpasse les idéologies non-prolétariennes, notamment en politisant et organisant les sections les plus exploitées de la classe ouvrière et des masses populaires à travers les diverses actions qu’elles déploient; les communistes se préparent ce faisant au déclenchement de la guerre populaire.

Les pays opprimés par l’impérialisme sont au centre et à la base de la révolution mondiale. En Inde, aux Philippines, en Turquie et au Pérou, les masses et les paysans et paysannes, la principale force de la révolution de démocratie nouvelle, mènent la révolution agraire pour défendre leurs terres et vaincre les campagnes d’exode rural organisées par le capitalisme bureaucratique engendré par l’impérialisme.

En Inde, la guerre populaire développée par le PCI (maoïste) a survécu aux campagnes d’encerclement et d’annihilation de l’ennemi, en imposant des défaites à l’impérialisme et à tous les réactionnaires. C’est un excellent exemple pour les masses du monde entier en ce qui concerne la voie à suivre. Des centaines de millions de paysans et paysannes se joignent aux masses de travailleurs et travailleuses de l’Inde et se lèvent dans la guerre populaire sous la direction du PCI (maoïste). Cela constitue une grande force pour le prolétariat mondial.

Le vieil État indien, dirigé par la clique réactionnaire de Modi, favorise le massacre des paysans Adivasi, les arrestations massives dans les campagnes et dans les villes, et la persécution des dirigeants et dirigeantes révolutionnaires et personnalités démocratiques dans le cadre de la guerre contre le peuple, dans ce qui est une tentative désespérée pour arrêter la révolution. Ainsi, les réactionnaires indiens révèlent le vrai caractère du gouvernement et de l’État indien et de sa fausse démocratie.

En développant la guerre populaire et en se liant aux luttes de libération nationale de la révolution de démocratie nouvelle, le PCI (maoïste) empêche la division des masses. Les camarades infligent une défaite au nouveau révisionnisme; ils et elles sont un exemple pour le mouvement communiste international.

Dans le cadre du développement inégal de la situation révolutionnaire à l’échelle internationale, la faillite des gouvernements opportunistes au Brésil, en Argentine, en Équateur, au Venezuela, etc. fait partie de la crise du révisionnisme électoral et ouvre de grandes possibilités au mouvement révolutionnaire prolétarien.

Au Brésil, la crise politique et économique profonde du capitalisme bureaucratique a brisé en mille morceaux la propagande officielle qui cherche à présenter le Brésil comme une nouvelle «puissance montante» (les «BRICS» présentés comme une nouvelle perspective pour le monde, etc.). Au cœur de la crise économique, les partis politiques, qu’ils soient traditionnels ou nouveaux, représentant des fractions de classe différentes, développent une lutte sans fin pour savoir qui pourra rester à la tête de la vieille machine d’État bureaucratique. Et bien que la faillite des opportunistes ait suscité une nouvelle vague anticommuniste, les soulèvements paysans, unis aux luttes urbaines, portent l’espoir de secouer l’ensemble de l’ordre ancien et de porter la lutte de classe à un niveau supérieur.

Ces faits démasquent le nouveau révisionnisme des PCPMOVADEF/PCPMLM au Pérou, des Prachanda et Avakian qui veulent nier la validité des analyses de Lénine et de Mao, séparant les deux grands courants du mouvement communiste international: les luttes de libération nationale des peuples opprimés et la révolution prolétarienne, dont l’unité est garantie par les partis communistes.

Plus que jamais, la tâche urgente du mouvement marxiste-léniniste-maoïste est de lutter contre l’état actuel de dispersion du mouvement communiste international, en luttant pour une Conférence internationale unifiée des partis et organisations marxistes-léninistes-maoïstes. Poursuivre cette tâche servira à établir, à travers la lutte de lignes, une nouvelle coordination entre les forces maoïstes à travers le monde, ce qui suscitera le déclenchement de nouvelles guerres populaires et renforcera le mouvement anti-impérialiste sous l’hégémonie du prolétariat révolutionnaire.

Célébrons les 50 ans de la Grande Révolution culturelle prolétarienne!

Développée et dirigée par le président Mao Zedong, la GRCP a été le stade le plus avancé et le plus élevé de la révolution prolétarienne mondiale. Elle a mis au premier plan et résolu le problème de la façon de mener la lutte des classes sous les conditions de la dictature du prolétariat, de comment continuer la révolution sous le socialisme et faire évoluer la société vers le communisme, après que le capitalisme ait été restauré en URSS (1956). Pendant 10 ans, la GRCP a empêché la restauration du capitalisme en Chine.

Par la mobilisation de centaines de millions de gens parmi les masses dans la défense de la dictature du prolétariat, la GRCP a porté le plus dur coup à l’idéologie, la politique et la culture bourgeoises, armant le prolétariat international avec la pensée-maozedong, qui s’est développée en maoïsme.

Le président Mao a établi que la lutte contre les détenteurs du pouvoir qui empruntent la voie vers le capitalisme était la tâche immédiate de la GRCP, et que pour cela, il est fondamental de résoudre le problème de la conception du monde, afin d’éradiquer les racines du révisionnisme. Nous devons donc nous saisir de la GRCP et de ses enseignements, notamment dans le domaine de l’idéologie, en assumant pleinement le maoïsme comme la question clé pour la prise de pouvoir de notre classe, soutenue par une armée populaire capable de défendre le nouvel État soutenu par les larges masses.

Cinquante ans après le lancement de la GRCP, le puissant vent d’Est continue de souffler pour balayer l’impérialisme de la terre. Les glorieuses guerres populaires de l’Inde, du Pérou, des Philippines et de Turquie menacent de mettre le feu à toute la plaine. Ces guerres populaires, malgré mille difficultés, prouvent que les bandits impérialistes sont les vrais terroristes et que les masses populaires sont les véritables bâtisseurs héroïques d’un Nouveau Monde ; que l’impérialisme et tous les réactionnaires sont des tigres de papier, et que les masses sont toutes-puissantes.

Ce 1er Mai, dans un monde toujours plus orageux et plein de défis, célébrer la GRCP, c’est continuer à nager contre le courant, à avancer contre vents et marées dans les luttes idéologiques et politiques profondes pour défendre le maoïsme dans la lutte du prolétariat international pour la conquête du pouvoir. Les communistes du monde entier doivent assumer leur rôle par des actes de guerre contre l’impérialisme de manière à placer le maoïsme au poste de commande et comme guide de la nouvelle grande vague de la révolution prolétarienne mondiale qui balaiera l’impérialisme de la surface de la Terre!

C’est un défi qui exige de résoudre la tâche inachevée de la constitution et de la reconstitution des partis communistes marxistes-léninistes-maoïstes dans le monde entier afin de déclencher la guerre populaire dans autant de pays que possible.

À bas la guerre impérialiste, vive la guerre populaire!
Pour une Conférence internationale unifiée et un nouveau Centre international maoïste!
L’impérialisme et tous les réactionnaires sont des tigres de papier!

1er Mai 2016

Collectif des maoïstes iraniens
Comité de construction du Parti communiste maoïste, Galice, État espagnol
Comités pour la fondation du Parti communiste (maoïste), Autriche
Noyau Communiste Népal
Parti Communiste (maoïste) d'Afghanistan
Mouvement Communiste de Serbie
Parti communiste du Brésil Fraction Rouge - CPB (RF)
Fraction Rouge du Parti communiste du Chili
Parti communiste d'Équateur Red Sun - CPE (RS)
Parti Communiste d'Inde (maoïste)
Parti Communiste de Turquie / marxiste-léniniste - TKP / M-L
Democracy & Class Struggle, Etat britannique
Klassenstandpunkt, Position de Classe, Equipe éditoriale - Allemagne
Great Unrest WSRM, Pays de Galles, Etat britannique
Groupe Communiste maoïste USA
Mouvement Communiste Maoïste Tunisie
Parti communiste maoïste – France
Parti communiste maoïste Italie
Parti communiste maoïste Manipur
Groupe Maoïste Shouresh - Iran (MGS)
Ligue Maoïste Révolutionnaire - Sri Lanka
Comité de construction du Parti marxiste-léniniste-maoïste (Allemagne) MLM-PAK
Organisation maoïste pour la reconstitution du Parti Communiste de Colombie
Réseau de Blogs communiste
Mouvement Populaire Pérou (Comité de réorganisation)
Parti communiste révolutionnaire (PCR-RCP Canada)
Front populaire révolutionnaire de Bolivie MLM
Servir le Peuple - Ligue communiste de Norvège
Servir le Peuple - Sheisau Sorelh - Occitanie - Etat français
La Voix des Travailleurs - Malaisie


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  les sites marxistes-léninistes  parti communiste maoïsteNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade