Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne 

 A contre-courant

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 23-12-2012 à 00:15:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je mets en ligne ici les 10 premiers chapitres du livre - aujourd'hui introuvable - de Jacques Jurquet.
D'autres chapitres sont ajoutés au fur et à mesure.

A CONTRE-COURANT


Ces dix chapitres relatent la prise de conscience au sein du PCF de la lutte de ligne au sein du mouvement communiste international entre le PCUS et le PCC, et du suivisme imposé par la direction révisionniste envers le PCUS.
Le dernier chapitre se clôt par l'exclusion de Jacques Jurquet et les menaces physiques contre les communistes qui essaient de faire connaître la lettre en 25 points du PCC.
Pour J. Jurquet sa prise de position en faveur du Parti Communiste Chinois est inséparable de la position des communistes français envers les luttes anti-impérialistes, et tout particulièrement envers la lutte de libération nationale algérienne.


___________________


-1-

Au cours de l'été 1963, une campagne soutenue fît son apparition dans les colonnes de L'Humanité. Le Comité central, le Bureau politique, le secrétariat et le secrétaire général du Parti communiste français soutenaient les thèses avancées par le Parti communiste d'Union soviétique contre le Parti communiste chinois. Chaque jour le quotidien publiait une résolution émanant d'un Comité fédéral réuni dans un département donné, dont le contenu restait invariablement le même. Cette prise de position était présentée comme ayant été adoptée à l'unanimité des membres de l'organisme concerné. Ce qui devait être rigoureusement exact. Quel membre d'un organisme dirigeant départemental aurait osé à cette époque s'opposer à la ligne décidée par les dirigeants du Parti ? Une telle attitude était impensable. Je savais bien que sur l'Algérie je m'étais retrouvé seul, avant même d'être sanctionné.

Les communistes français condamnaient la ligne politique imputée à Mao Zedong, accusé de « vouloir édifier le socialisme sur les ruines encore fumantes d'une troisième guerre mondiale ». Interprétation fallacieuse de la position de la Chine populaire qui refusait de signer le traité américano-soviétique de Moscou sur les armes nucléaires. Quatre autres pays socialistes adoptaient la même attitude : l'Albanie, le Vietnam, la Corée du Nord et Cuba. En Europe occidentale seule la France alors dirigée par le général De Gaulle refusait aussi de se plier à la politique des deux super puissances.

Au début mon épouse et moi-même n'accordâmes à cette question qu'une 'attention presque indifférente. Puis sa répétition et sa présentation en encadré à la une de notre quotidien finirent par nous interpeller. Enfin nous prîmes conscience qu'il s'agissait d'une entreprise politique à laquelle la direction du Parti communiste français entendait consacrer d'énormes efforts. D'évidence, le Bureau politique désirait mobiliser toutes les forces du Parti pour développer une immense opération idéologique contre le leader de la Révolution chinoise et contre les thèses alors défendues par le Parti communiste chinois.
Une nouvelle fois, je me sentis en difficulté. Mon vieil esprit de discipline et de totale confiance dans le Parti était de nouveau mis à mal, après les délicates péripéties connues pendant la longue période du combat patriotique du peuple algérien. Une lancinante question taraudait ma pensée : n'étais-je pas tout simplement un petit bourgeois incapable de raisonner fondamentalement dans le respect du matérialisme dialectique ?

Mais Baya que toute son existence passée protégeait de l'accusation d'être une « petite bourgeoise », était plus catégorique. Elle refusait de croire que Mao veuille la guerre. Elle ne pouvait oublier les quelques mois passés en Chine en 1949, lorsqu'elle s'y était rendue à l'occasion du Congrès des Femmes d'Asie. Elle me répétait que s'il lui fallait choisir entre les communistes soviétiques et les communistes chinois, elle n'aurait pas une seconde d'hésitation : les seconds appartenaient comme elle au Tiers-monde. Le souvenir qu'elle en gardait était celui de militants modestes, attentifs, dévoués, souvent proches des paysans comme elle se sentait elle-même, dans son propre pays, proche des fellahs. Tandis que les cadres soviétiques lui étaient apparus comme trop sûrs d'eux, imbus des victoires passées de leur peuple, n'acceptant pas des avis différents des leurs, même si elle s'était enthousiasmée pour les réalisations soviétiques, les mesures sociales, notamment celles en faveur des femmes et des enfants. Elle m'assurait que Soviétiques et Chinois faisaient preuve de psychologies différentes et qu’elle préférait nettement les comportements des camarades de Chine. Elle se sentait plus proches d'eux.

La fin de notre séjour de vacances nous imposa le retour dans nos pénates marseillaises. L'Humanité poursuivait sa campagne manichéenne. A Marseille, le quotidien régional du Parti suivait sans la moindre variante. Nous retrouvions dans La Marseillaise ce que nous avions lu dans le quotidien central.
Depuis ma mise à l’écart du Comité fédéral en 1959 pour que ma vie commune avec Baya, militante supposée appartenir au FLN algérien, ne place pas le parti en danger de mise hors la loi, je ne me sentais jamais très à l'aise avec mes camarades, même avec les plus proches.
Lorsque j'intervenais dans ma cellule ou dans les organisations syndicales, mes compagnons étaient sur la défensive, craignant toujours que je cherche à les entraîner sur des positions contraires à celles du Parti.

Toutefois je dois reconnaître que nombre d'entre eux me gardaient une considération amicale manifeste. Telle était l'attitude d'un ancien combattant grand blessé de guerre, amputé d'un bras, originaire du Mali, Amet El Moktar, ou encore de Daniel Hamiche, dont le père était un travailleur immigré venu de Kabylie dès avant la seconde guerre mondiale. Des copains français connaissant ma biographie, continuaient aussi à me respecter, et savaient parfaitement que je n'étais pas un emmerdeur systématique comme d'autres avaient voulu le décréter dans certaines sphères dirigeantes.
Quoi qu'il en soit, dès la première réunion de ma cellule, je mis les pieds dans le plat.
À vrai dire je me sentais encouragé par le fait que mon beau-frère, militant aussi ancien que je l'étais moi-même, et ma sœur, observaient les mêmes réactions que Baya et moi-même à propos de la formidable campagne anti-chinoise qui submergeait toutes les structures de notre Parti.

Mes camarades de cellule furent plutôt indifférents, écoutant mes questions, mais s'en tenant, pas tous d'ailleurs, à ce qu'ils avaient lu dans notre presse. Enfin, voyons, me disaient-ils, Mao ne proclamait-il pas que la bombe atomique n'était qu'un tigre de papier ? La Chine ne refusait-elle pas de signer le fameux accord international que l'on appelait communément le «Traité de Moscou », traité de non-prolifération nucléaire, exactement comme la France alors dirigée par notre ennemi de classe, le général De Gaulle ? Roger Moretti comme Marcel Delaygue étaient sincèrement stupéfaits que je pose d'insidieuses questions sur les relations effectives entre les Partis communistes soviétique, chinois et français. Pour démontrer que je demeurais un militant sincère et dévoué, je participais activement à toutes les initiatives de distribution de tracts ou d'affichage qui n'abordaient pas le problème opposant les deux plus grands partis communistes du monde et de l'histoire. Notre matériel de propagande concernait surtout les questions sociales liées à la vie dans notre entreprise, une concentration de plusieurs centaines de fonctionnaires.
Mais je me souviens que pendant quelques mois, je ne parvenais pas à rencontrer un seul militant qui exprime les mêmes désaccords que ceux définitivement présents dans mon esprit.

Nous étions quatre, regroupés par nos liens familiaux, à discuter de longues heures lorsque nous nous retrouvions. Christian Maillet appartenait à une cellule du quartier de Vauban ; seul un jeune Algérien, ouvrier maçon, le soutenait.

Nous nous étions remis à étudier les documents publiés en français sur le XXe Congrès du Parti soviétique au cours duquel Khrouchtchev avait étalé de graves critiques contre le «culte de la personnalité » de Staline. Mais je sais aujourd'hui qu'il ne s'agissait que d'une version édulcorée du fameux rapport secret dont j'ai pu prendre connaissance depuis lors. Nous lisions et relisions différents articles publiés dans « Les Cahiers du communisme » tant par des dirigeants soviétiques comme Fourtseva, que français. Nous ne parvenions pas encore à nous faire une opinion précise et solide sur la situation nouvelle agitant le monde communiste. Mais nous demeurions fermes sur nos critiques vis-à-vis de notre propre parti concernant plusieurs de ses positions vis-à-vis de la Révolution de libération nationale algérienne. Sur ces points-là nous avions désormais des certitudes, qui nous conduisaient à penser que le parti n'était pas infaillible comme nous l'avions cru pendant vingt ans. Le bon sens ordinaire de Baya et de ma sœur dominait nos discussions souvent passionnées. La crise profonde que nous avions ressentie à propos de l'Algérie connaissait un prolongement inattendu dans les contradictions opposant les dirigeants soviétiques et chinois. Nous souffrions de manquer d'informations émanant de ces derniers. Nous ne disposions que des comptes-rendus publiés par notre presse française à propos des dernières conférences internationales réunissant à Moscou les Partis communistes du monde entier. Nous savions que celle réunissant 81Partis communistes, avait été l'occasion de sévères contradictions entre les dirigeants soviétiques et albanais, soutenus par les délégués chinois. Mais nos informations s'arrêtaient là. Cette période fut pour nous un moment de désarroi, mais nous sentions bien que cette situation allait nous conduire beaucoup plus loin. Nous n'étions pas disposés à nous laisser aller, à tout abandonner, loin de là.

-2-


En octobre 1963, je découvris dans le centre de la ville des affichettes annonçant la projection d'un film chinois par « le Comité de Marseille de l'Association des Amitiés franco-chinoises ». Le quotidien local du Parti n'y fit aucune allusion.

Je décidai de m'y rendre pour manifester l'intérêt que je continuais à porter à la République populaire de Chine, avec la curiosité de voir, par moi-même, qui pouvait encore s'occuper d'une formation susceptible de devenir suspecte aux yeux des communistes français. J'étais d'ailleurs certain qu'en me rendant à cette séance j'effectuais un acte d'indiscipline vis-à-vis du Parti, mais d'emblée j'en acceptais toutes les conséquences. Ma résolution en ce sens tenait au fait que j'étais convaincu que la ligne anti-chinoise était fondamentalement erronée. Ce n'était pas une ligne internationaliste prolétarienne !

Je ne conserve aucun souvenir du titre de la projection cinématographique, ni même de la salle où elle eut lieu. Ma mémoire ne retient de cette séance que les faits qui allaient précipiter mon engagement dans le processus militant me conduisant jusqu'à la rupture avec le Parti de ma jeunesse. Mais ce dernier était-il encore semblable à celui qui avait suscité mon adhésion, mes convictions et mon ardent engagement militant ? Je ne le pensais plus. C'était lui qui avait changé, pas moi

Il y eut une bonne centaine de spectateurs, la salle étant relativement exiguë elle paraissait remplie. Un homme que je ne connaissais pas, grand, costume trois pièces sombre, cravate, lunettes épaisses, chevelure poivre-sel prit la parole et se présenta en qualité de Président du Comité. Ce Monsieur Deschamps, dont l'éloquence n'était pas la suprême qualité, fournit quelques explications sur le fonctionnement de l'association, évitant soigneusement toute référence d'ordre politique et dit son intention de présenter d'autres films chinois à Marseille. Je compris spontanément que ce personnage n'était nullement communiste, mais pouvait être un ami de la Chine pour des raisons que je ne pus imaginer.

Lorsque la foule se leva pour sortir et se dispersa en passant par un étroit couloir, un autre des organisateurs dont le visage ne m'était pas inconnu, s'approcha de moi et m'interpella de façon directe. Lui savait parfaitement qui j'étais, il me nomma par mon patronyme et se présenta comme un camarade. Je n'avais aucune raison de ne pas l'écouter ou de recourir à une attitude de vigilance comme je l'avais si souvent observée au cours de ma vie de militant. Je lui dis ma surprise de constater que des camarades puissent encore s'occuper d'une association favorable aux Chinois. Il me proposa alors de sortir pour nous rendre dans un bar voisin « prendre un pot » et bavarder un instant.

Mon interlocuteur commença par énoncer son identité, Marcel Coste, adhérent du Parti depuis plusieurs années, exerçant depuis un an les fonctions de secrétaire du Comité local des Amitiés franco-chinoises. Il m'indiqua aussitôt que le présentateur de la séance n'était pas engagé politiquement, mais il le qualifia d’homme plutôt anarcho-libertaire, peut-être gaulliste, donc à classer à droite. Mr Deschamps était un petit industriel, passionné par la vieille Chine, par l'art, par l'architecture, par la cuisine chinoise. Il m'informa aussi qu'il y avait dans la salle quelques camarades, peu nombreux, mais il fut prudent et ne fit aucune allusion le premier aux désaccords entre notre Parti et son homologue qui détenait le pouvoir en Chine. Comme je n'avais réellement rien à perdre en révélant ce que j'en pensais, je lui expliquais donc de manière abrupte mon point de vue sur cette question. Son visage s'éclaira alors et je compris que nos avis convergeaient. Dès lors, il me raconta le déroulement du dernier Congrès national de l'Association, où l’immense majorité des délégués avaient approuvé l'attitude politique du Parti et transformé « l'amitié » jusque-là proclamée en hostilité ouverte vis-à-vis de la politique internationale de la Chine communiste et de ses dirigeants. La délégation de Marseille à laquelle il avait participé avec M. Deschamps et un communiste de longue date, Fortin, ancien combattant de la Résistance, s'était trouvée complètement isolée, avait refusé de voter la déclaration finale hostile à la Chine et n'avait pas manqué d'être injuriée par quelques énergumènes particulièrement excités.
La confiance entre nous s'étant rapidement établie, Marcel Coste m'indiqua les noms de quelques très rares adhérents du Parti qui condamnaient la ligne imposée par le Comité central. Je ne connaissais pas personnellement ces militants, mais avais souvent entendu parler d'eux en bien. La plupart étaient des intellectuels ou des titulaires de professions libérales. Le Docteur Lluccia, d'Aubagne, figurait parmi eux. Il avait été, en son temps, l'un des organisateurs du service sanitaire du Vietnam ; un autre médecin dont j'avais chaudement apprécié le comportement pendant la Révolution algérienne était le Docteur Jo Roger, dont on disait qu'il avait organisé la libération d'un des arrondissements de Paris en 1944 en qualité de chef d'un groupe de F.T.P. et d'Étudiants communistes. Il y avait aussi des ouvriers, moins nombreux, que je n'avais jamais rencontrés.

Finalement je donnai volontiers mon adresse à Marcel Coste, qui me fit part de son intention de réunir les quelques militants qui partageaient nos positions. Il m'assura qu'il était indispensable que nous examinions ensemble comment lutter contre la condamnation imposée par la direction du PCF ainsi que par celle, encore plus incompréhensible, du Parti soviétique. Coste me promit aussi de me faire parvenir des documents édités en français par les communistes chinois, notamment l'hebdomadaire Pékin-Information. Les adhérents de l'Association étaient tous abonnés depuis des mois et des années à cette publication qui entrait en France sans difficulté bien que notre pays n'entretienne aucune relation diplomatique avec le gouvernement chinois.

Il ne m'en dit pas plus ce jour là, il s'agissait d'une simple prise de contact. Il m'indiqua simplement que son frère, Paul, ouvrier mineur et conseiller municipal de Saint-Savournin, était entièrement acquis à nos idées.
Je me rendis chez ma sœur et mon beau-frère et leur annonçai avec une certaine exaltation que nous n'étions plus seuls. D'autres membres du Parti pensaient comme nous !
Quelques jours plus tard je reçus la proposition d'adhérer à l'Association des Amitiés franco-chinoises et m'empressai de renvoyer mon bulletin dûment rempli accompagné d'un chèque représentant la cotisation en vigueur.

Une assemblée des membres de cette formation fut convoquée dans un grand café du boulevard Longchamp. Une arrière-salle assez vaste recevait les réunions de différentes associations. En vérité nous étions trop peu nombreux pour la remplir, mais l'endroit était agréable et pratique. Il fallait payer une somme fixe et consommer sur place les boissons que nous aurions pu boire ordinairement sur le zinc ou dans le café proprement dit. Coste m'informa en aparté qu'il convenait de ne pas trop insister sur les aspects politiques, parce qu'étaient présentes des personnes susceptibles de ne pas s'intéresser aux mêmes questions que nous. Tel était le cas très spécial du Président. En effet à cette époque certains des adhérents n'étaient présents qu'en raison de leur intérêt pour tout ce qui pouvait représenter l'Extrême-Orient, et souvent, sans qu'ils ne s'en rendent compte, la vieille Chine d'avant la Révolution. M. Deschamps admirait la Chine surtout parce qu'il voyait en elle une puissance susceptible de s'opposer à l'Union soviétique. Bref, je demeurai plutôt réservé et ne mis nullement en avant les véritables misons de ma présence. D'ailleurs, pour être franc, j'avoue que je ne me sentis pas très à l'aise au milieu de ces gens inconnus qui me parurent être avant tout des bourgeois socialement et culturellement. En mon for intérieur, je ressentais bien que je n’étais pas venu dans ce groupement pour seulement m'extasier devant de belles reproductions de peinture ou pour envisager des rencontres fondées sur une communauté de goût pour une cuisine particulièrement réputée. Car l'assemblée devait se poursuivre par un repas dans le seul restaurant chinois de Marseille, à cette époque, qui se trouvait prés du Cours d'Estienne d'Orves, au premier étage.
Bien entendu mes motivations profondes étaient tout à fait différentes. Au demeurant, les camarades ouvriers dont m'avait parlé Marcel Coste, n'étaient pas venus. Seule l'épouse de l'un d'entre eux, secrétaire du syndicat des marins C.G.T. du port de Marseille, était présente. Son mari effectuait un voyage professionnel vers le Japon. Je crus comprendre que cette personne exerçait la fonction de secrétaire administrative du Comité.

Au moment de la dispersion, j'eus un court entretien avec Marcel Coste qui me présenta quelques uns des militants communistes présents. En premier Fortin, dont j'appris qu'il était professeur de dessin et qu'il avait été le graveur de fausses cartes d'identité pendant la Résistance en Bretagne. Je pus aussi m'entretenir quelques secondes avec Marcel Juliot qui appartenait à la cellule des cheminots de la gare Saint-Charles, Paul Coste, mineur à Gardanne, Pietri, cadre moyen des Postes et son épouse.. Nous convînmes qu'il était indispensable que nous nous rencontrions en dehors de l'Association pour examiner ensemble ce que nous pourrions faire à l'intérieur même du Parti. Un rendez-vous nouveau fut fixé pour quelques jours plus tard, en soirée, dans l'arrière-salle de ce café « Le Longchamp », près du carrefour des Mobiles


-3-


Lors de la rencontre qui suivit, Coste nous apporta le document qui devait sceller définitivement mon accord avec les positions du Parti communiste chinois. Il s'agissait d'un texte intitulé « Propositions concernant la ligne générale du mouvement communiste international » daté du 14 Juin 1963. Il constituait une réponse à une lettre du Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique du 30 mars de la même année. La traduction en langue française provenait des Editions en langues étrangères de Pékin.

Par la suite nous n'avons jamais nommé ce document capital autrement que par l'appellation des « 25 points » des Chinois.
Rentré chez moi, j'en lus d'une seule traite la totalité. Ce fut certainement l'un des moments les plus heureux de ma vie. Tout simplement parce que je me rendis compte que toutes les idées qui traversaient mon esprit depuis un certain temps, mais qui s'accompagnaient jusque-là d'une certaine angoisse, se trouvaient clairement exprimées dans la déclaration officielle du Parti frère.
Il y avait un lien direct entre mes réactions déjà anciennes à propos de l'attitude de mon Parti vis-à-vis de la Révolution de libération nationale du peuple algérien et ce que je lisais dans ces 25 points. J'y retrouvais mes réactions sensibles et profondes. Je compris que je n'étais pas seul. D'autres communistes de par le monde étaient du même avis sur nombre de questions. C'était pour moi à la fois une surprise et l'occasion d'une extraordinaire satisfaction.

Mais ici, il est très important de faire une mise au point. Cette adhésion signifiait-elle que je tenais la stratégie et la tactique du Parti communiste chinois comme applicable universellement, et plus spécialement en France ?

Rien ne serait plus stupide et dogmatique que de supposer un seul instant que tel était le fond de mon engagement. Si je considérais comme parfaitement valables les explications fournies sur le plan international, opposées aux graves erreurs alors commises par les communistes soviétiques et tous les partis du monde entier à leur remorque, je ne pensais absolument pas que l'expérience de la Révolution chinoise était susceptible d'être appliquée au cas de la France et de nombreux autres pays. Des principes importants avaient leur valeur et leur portée partout dans le monde, mais il me semblait indispensable de savoir les conjuguer avec les conditions spécifiques de chaque pays, de chaque nation, de chaque état, de chaque peuple. Il fallait que nous agissions de façon tout à fait contraire aux méthodes imposées par le Parti communiste d’Union soviétique au Parti communiste français et acceptées par lui. Si nous nous mettions à la remorque d'un autre parti, n’exécuterions que ce qui lui convenait ou que ce qu'il désirait et pensions qu'il connaissait mieux que nous la situation dans notre pro pré pays, nous irions inévitablement vers de nouveaux échecs.

Une réunion des membres du Parti français en désaccord avec ce que les dirigeants voulaient leur imposer fut envisagée, puis convoquée le 25 novembre 1963. Entre-temps nous avions déjà édité un bulletin des plus modestes dans le but de faire de la propagande en faveur des 25 points à l'intérieur même des cellules. Il était indispensable que nous disions à nos camarades que nos dirigeants les trompaient en leur cachant les véritables positions du Parti communiste chinois.
Compte tenu de ce qui est désormais connu concernant le mouvement fallacieusement proclamé « maoïste » en France, falsifié par d'innombrables fantaisies et escroqueries de toutes origines, je crois utile d'avancer ici une précision qui s'impose sur le plan de l'histoire.
Les premiers militants qui eurent le courage de récuser les thèses anticommunistes des dirigeants soviétiques, et français à leur remorque, dès 1963-1964, furent toutes et tous des adhérents du Parti communiste français. Peu nombreux certes, mais néanmoins suffisamment connus et expérimentés pour demeurer crédibles et respectés. Tous étaient membres à part entière du Parti et ne provenaient nullement de forces politiques extérieures. A eux tous ils comptaient des siècles d'activités militantes au service exclusif de leurs idées qu'avait si longtemps soutenu le Parti fondé à Tours dans une lutte historique mémorable contre les idéologues de la social-démocratie. Plusieurs d'entre eux avaient combattu dans les rangs de la Résistance au nazisme et au fascisme du gouvernement de Vichy


Edité le 16-10-2013 à 18:36:01 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 23-12-2012 à 00:21:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

(suite)

-4-



Cette réunion extraordinaire ne rassembla pas un club de bavards.
Nous nous étions déjà baptisés « Cercle d'études » tout en considérant que nous demeurions rattachés à l'Association des Amitiés franco-chinoises.
La discussion y fut parfois passionnée, dans le respect mutuel des uns et des autres. Il y eut sept points à l'ordre du jour, le contenu de chacun resta extrêmement concret. Ce jour-là fut préparé le premier voyage en Suisse destiné à une prise de contact avec les représentants du Parti communiste chinois, qui ne pouvaient être que des diplomates accrédités. Il n'y avait pas encore de relations diplomatiques entre la France et la République populaire de Chine, les gouvernants français anticommunistes ayant jusque-là refusé d'officialiser toute reconnaissance du régime mis en place, depuis cinq ans, par la Révolution chinoise. Il était donc nécessaire de se rendre à l'étranger pour rencontrer des camarades chinois.
Coste avait déjà établi le contact utile avec l'ambassade de Berne au titre de l'Association des Amitiés franco-chinoises. Je pense qu'il s'y était déjà rendu en compagnie du Président Deschamps. Je suppose que ces deux amis de la Chine étaient au courant de l'itinéraire emprunté antérieurement par les dirigeants des Amitiés franco-chinoises pour rencontrer des représentants habilités du peuple concerné. Le Professeur Jean Dresch, Président de l'Association et membre lui aussi du Parti communiste français, avait dû se rendre plusieurs fois dans cette ambassade à l'étranger.
Mais cette fois-ci, il ne s'agissait plus d'amitié, mais de relations politiques. Le sujet était autrement plus délicat, nous en étions tous conscients.
Que déclaraient alors dans les cellules les envoyés des organismes de direction de notre Parti ? En voici un exemple, recopié sans la moindre censure ou modification, dans le cahier des procès-verbaux de notre cercle :

« Réunion du 2 décembre 1963.
.../... Le rôle du bulletin : renforcer et rétablir la vérité.
Coste demande la parole pour nous tenir au courant de la dernière réunion de la cellule de Saint-Savournin.
Principaux arguments de Marcel Guizard (je précise ici : membre du Bureau fédéral et directeur de La Marseillaise) :
1° ) La Chine est devenue belliciste
2° ) Mao Tsetoung est un fauteur de guerre du genre de De Gaulle.
3° ) Le P.C.C. a repris la thèse trotskyste de la révolution permanente.
4° ) Les guerres amènent le fascisme et le pouvoir personnel.
5° ) La Chine n'a même pas la reconnaissance du ventre envers l'U.R.S.S.
6° ) Le P.C.C. n'a jamais réuni de Congrès depuis 1956
7° ) L'Humanité n'est pas obligée de faire paraître tous les écrits chinois »


Notre cercle décida de consacrer une partie de nos réunions à des exposés éducatifs portant sur des questions précises fixées à l'avance.
Ainsi me revint la tâche de présenter le premier de ces exposés, dont le sujet fut choisi à l'unanimité : « La guerre nationale libératrice du peuple algérien ». Je présentai cette étude lors de notre rencontre du 4 décembre 1963. Une large discussion suivit et contribua à enrichir nos connaissances respectives. En vérité, les conditions économiques et sociales des deux peuples pourtant si distants géographiquement l'un de l'autre, le peuple chinois et le peuple algérien, comportaient des ressemblances certaines, tous deux étaient des peuples du Tiers-monde, tous deux avaient réalisé des révolutions de libération nationale. Je suis persuadé que nous étions bel et bien des communistes tiers-mondistes dans la mesure où nous considérions comme contribuant à la révolution mondiale les luttes armées qu'avaient soutenues si longtemps les patriotes algériens comme les patriotes chinois.
La révolution de libération anticolonialiste du peuple vietnamien, pour laquelle j'avais naguère dépensé tant d'activité conformément à la ligne de mon Parti, s'inscrivait dans le même phénomène désormais historique à l'échelle de la planète, la décolonisation.
Les mois passaient à une vitesse vertigineuse. À partir d'un certain moment je me mis à distribuer ouvertement les tracts et bulletins que nous éditions avec nos maigres ressources. Aucun militant de ma cellule ne me les refusait, mais je suppose qu'aucun d'entre eux ne les lisait attentivement, sauf peut-être El Moktar et Hamiche.
J'avais décidé de soutenir la lutte au sein du Parti jusqu'à son terme, c'est-à-dire que j'entendais laisser aux dirigeants révisionnistes modernes la responsabilité et l'initiative de s'opposer à leur manière habituelle à mes activités contraires à la ligne qu'ils défendaient. Mais à ce moment-là je ne songeais nullement à créer d'autres structures militantes que celles existantes. Que je sois précis, j'entends par là que je n'envisageais pas du tout qu'il soit nécessaire de créer un nouveau Parti ou toute autre forme de regroupement. Mon activité au cercle encore plus ou moins rattaché à l'Association des Amitiés franco-chinoises me semblait suffire pour contrebalancer l'influence de la ligne imposée par les organismes dirigeants du Parti. Au fond, je croyais pouvoir agir de la même façon que pendant la Révolution algérienne, c'est-à-dire faire prévaloir dans mes actes mon point de vue sans pour autant quitter les rangs de ma cellule de base.

-5-



Notre premier voyage à Berne au siège de l'Ambassade de la République populaire de Chine se déroula sans problème, naturellement pendant une fin de semaine, nous permettant de rencontrer nos amis le Samedi après midi et le Dimanche matin. Le reste du temps se passa en train, de Marseille à Lyon puis de Lyon à Genève et enfin, en Suisse, de Genève à Berne. Le retour, avec les mêmes étapes, mais évidemment en sens inverse.
Les entretiens que nous eûmes avec les camarades chinois ne présentaient en vérité aucun caractère subversif immédiat, du moins par rapport aux Etats suisse et français. Nous étions des révolutionnaires, mais nous savions parfaitement que la situation n'était pas mûre dans notre pays pour un passage imminent au socialisme, nous n'étions ni fous ni remplis d'illusions.
Le premier secrétaire nous fit un large tour d'horizon politique. Puis il fournit des précisions sur le rapport de forces entre les révisionnistes modernes et les marxistes-léninistes sur le plan international.
Le Parti communiste chinois, dit-il, estimait qu'en Yougoslavie comme en U.R.S.S., les conditions existaient désormais pour un retour au capitalisme. Dans ces pays, seuls les communistes fidèles aux principes pourraient changer cet état de choses de l'intérieur de leurs propres rangs.
À notre question « Existe-t-il aussi des révisionnistes en Chine ? », il répondit par l'affirmative. « Nous les observons. L'étude d'un phénomène négatif est toujours enrichissante. C'est ce que nous appelons en Chine l'enseignement par la négative. »
A une autre question « Y a-t-il des soviétiques marxistes-léninistes qui luttent contre la perversion révisionniste moderne ? », il répondit aussi par l'affirmative. « La lutte est pour eux difficile. »
Le dimanche soir, nous étions de retour à Marseille.
Nous n'avions pas pris de note par écrit, mais en ce qui me concerne j'avais bien en tête tout ce que nous avaient expliqué les diplomates chinois.
J'avais été impressionné par l'attitude de nos hôtes. Il s'agissait de cadres d'un niveau certainement élevé, très éduqués politiquement, exerçant des fonctions d'une très grande portée internationale. Mais tous m'étaient apparus comme modestes, simples, chaleureux de manière nullement hypocrites, intelligents, capables de comprendre notre situation et d'en parler sans nous imposer la moindre décision. Ils savaient aussi écouter avec la plus sérieuse attention.
Il a été écrit par quelques auteurs occidentaux que le Parti communiste chinois, à cette époque, nous aurait donné l'injonction d'avoir à créer un nouveau parti. J'oppose un démenti catégorique à ce genre d'assertion gratuite. Jamais un représentant chinois ne nous donna quelque ordre ou directive que ce soit, au contraire, tous s'efforcèrent, à chaque rencontre avec nous, de nous inciter à trouver des solutions par nous mêmes, de ne prendre de décisions que mûrement réfléchies en ne comptant que sur nos propres forces. Toute digression sur ce point ne relève que de la littérature et de la contrevérité historique.
En vérité, à mon retour de ce premier voyage pour rencontrer des communistes chinois, je demeurais convaincu de la nécessité de demeurer dans les rangs du Parti communiste français pour y soutenir l'indispensable lutte contre la déviation révisionniste moderne des dirigeants du plus haut niveau.
Mon beau-frère Christian Maillet partageait le même point de vue.
Bien entendu nous eûmes de longs entretiens que j'appellerais maintenant « de famille », mais ce fut surtout au sein du cercle né de l'Association des Amitiés franco-chinoises que se développa une discussion très approfondie, souvent contradictoire et passionnée.
Baya et ma sœur Annie ne participaient pas à ces réunions, mais nous ne cessions de nous entretenir avec elles. Outre ses convictions politiques très catégoriques, critiques vis-à-vis du Parti communiste français sans en devenir ennemie depuis la période de la Révolution algérienne, ma compagne ne cachait jamais sa préférence marquée pour le comportement idéologique et le tiers-mondisme des Chinois, si différents de ceux des Soviétiques et de la plupart des dirigeants français.

-6-


Ayant abordé la question de notre structure politique et de son avenir, nous fûmes unanimes à considérer qu'il était nécessaire d'aller de l'avant en nous organisant de façon toujours plus concrète entre nous.
Le cercle fut alors couronné par une direction : R. devint Secrétaire général, Coste Marcel fut chargé d'assurer la liaison avec l'Association des Amitiés franco-chinoises, Maillet eut la responsabilité de l'administration, ces trois camarades constituant une direction collective. Un bureau fut également mis en place. J'eus en charge l'organisation.

Si je cite tous ces militants c'est pour répondre à la nécessité de respecter ce qui est désormais en train de disparaître dans les profondeurs de l'histoire. Une histoire totalement méconnue par les jeunes Français, y compris celles et ceux qui placent leurs espoirs dans le Parti communiste français.

Car, ce pour quoi j'avais opté à cette époque était juste, je sais aujourd'hui que les communistes chinois avaient raison face à leurs calomniateurs soviétiques. J'en étais déjà convaincu, mais depuis ce moment, l'Union soviétique s'est effondrée. La République populaire de Chine poursuit son destin politique en conservant à sa tête pour le conduire le Parti communiste chinois. Tous les militants devraient réfléchir à ce constat irréversible, même si les médias occidentaux accréditent l'idée que la Chine est devenue capitaliste, ce que contestent les dirigeants chinois. Pour eux, leur parti et leur Etat mettent en œuvre un « socialisme à la chinoise ». Leur premier objectif vise à arracher à la misère des centaines de millions de leurs compatriotes. Pour l'instant ils réussissent à en soustraire à la précarité 30 millions par an.
De plus, pour ce qui concerne la France, si certes les marxistes-léninistes n'ont pu conserver et perpétuer leur organisation, les conditions historiques nationales et internationales ne leur étant pas favorables, il n'en demeure pas moins que le Parti communiste français a enregistré un recul considérable de son influence et s'est trouvé contraint à de nombreuses autocritiques, notamment en ce qui concerne sa soumission bureaucratique aux directives des dirigeants soviétiques devenus, comme les appelaient les Chinois, les « nouveaux tsars de Moscou ».

Mais revenons aux années « héroïques ».
Le processus de lutte au sein du Parti s'accentua rapide ment. Non sans, d'ailleurs, que nos camarades se battent dans toutes les cellules avec la même résolution. Un nouvel élément de contradiction survint entre nous : les uns considéraient qu'il fallait immédiatement quitter les rangs du Parti, d'autres étaient décidés à ne jamais en démissionner de leur propre gré, prêts à aller jusqu'à l'exclusion. Dés les premiers mois de l'année 1964 d'autres regroupements ou militants isolés firent savoir, dans différentes villes de France, leur désaccord fondamental avec la ligne imposée d'en haut sans jamais avoir été discutée à la base. À Marseille même et dans le département, de nouveaux militants prirent contact avec nous quand nous eûmes commencé à diffuser ouvertement dans les rangs du Parti quelques tracts dans lesquels nous dénoncions l'imposture révisionniste moderne.
Dès le 18 décembre 1963, nous avions pris l'habitude de convoquer des assemblées plus importantes et plus ouvertes que celles réunissant notre petit groupe de départ. Ce jour là une conférence présentée par Grégoire permit une très large discussion sur la situation internationale. L'orateur, de sa véritable identité Krikor Kaledjian, ancien FTP du groupe Manouchian sous l'occupation, avait une solide formation politique. Son intervention favorisa un débat de fond d'une réelle richesse. Les communistes présents comptaient toutes et tous des dizaines d'années de vie militante.
Je me souviens de ma contribution à la discussion : je me fis un devoir de rappeler que le moteur de l'histoire n'était autre que la « lutte des classes ». C'était là une notion marxiste de base.
Les événements avançaient avec rapidité. La presse française bien informée commençait à évoquer un règlement officiel des relations entre la France et la République populaire de Chine.
Coste nous apprit qu'un Comité des A.F.C. était en voie de constitution à Grenoble à l'initiative d'un ou deux camarades encore membres du P.C.F., mais en désaccord avec sa ligne hostile au Parti frère.
Le rapport qu'il fit fut rapidement suivi d'une discussion parfois vive opposant ceux qui considéraient l'étude des textes chinois urgente et prioritaire par rapport à ceux qui désiraient dénoncer tout de suite les positions politiques avancées dans la préparation du XVIIe Congrès. Pour ma part j'indiquai que nous n'avions pas à préparer la révolution en Chine, mais à agir en France sur les questions de l'exploitation et de la répression imposées par notre propre bourgeoisie à la classe ouvrière et à tous les travailleurs. Soutenir les 25 points du Comité central chinois sur le plan international n'impliquait absolument pas que nous ne devions pas donner une priorité aux luttes spécifiques à mener dans notre propre pays. Pour certains ce qui se passait au plan mondial avait davantage d'importance que ce qui se passait en France.
D'échange en échange d'idées nous parvînmes à un point précis qui fit notre unanimité : le moment était venu de prendre contact avec les marxistes-léninistes et groupes de militants qui nous étaient signalés dans d'autres villes et régions du pays.

Cependant je me souviens très bien être intervenu au sujet de la reconnaissance de la Chine populaire par la France. Nous n'en étions pas encore là, mais j'insistai pour que nous prenions position sur cette importante perspective. J'affirmai que cet événement éventuel ferait voler en éclats deux mensonges des dirigeants du Parti révisionniste : le premier prétendant que la Chine s'isolait en refusant de signer les accords de Moscou, le second en témoignant du fait que les communistes chinois ne voulaient pas instaurer le socialisme par une troisième guerre mondiale. Je préconisai une déclaration politique publique, qui serait bien entendu à l'opposé de celle adoptée par les dirigeants du Parti communiste français.

Coste demanda l'organisation rapide d'une réunion avec deux camarades de Clichy, deux camarades du quartier latin et deux camarades de Perpignan, puisque nous avions appris les prises de position adoptées par certains membres du Parti ou de l'Union des Etudiants communistes dans ces différents endroits. Comme nous étions tous d'accord pour entrer en relations avec les autres groupes ou militants marxistes-léninistes, R. reçut mandat de leur écrire et de prendre les dispositions nécessaires pour une première rencontre avec chacun d'entre eux.
Notre délégué se rendit donc à Paris.
La semaine suivante il nous présenta un rapport fourni sur ses contacts. Il avait séjourné à Clichy, où des camarades diffusaient notre matériel et un journal de cellule. Puis il avait assisté à une réunion au quartier latin en présence d'une vingtaine de militants étudiants. La majorité paraissait désirer surtout que soit organisée l'étude du marxisme-léninisme avec le souci d'en faire application aux problèmes français. Tous étaient d'accord pour une unification sur le plan national, avec publication d'un bulletin ou d'un journal en commun. Ils demandaient à entrer en contact avec les jeunes étudiants de l'UEC d'Aix-en-Provence qui nous avaient rejoints depuis peu. Eux aussi souhaitaient s'organiser en cercle marxiste-léniniste à Paris, à côté de l'Association des Amitiés franco-chinoises.

Deux nouvelles inattendues m'incitèrent à une réflexion approfondie. Un camarade belge avait participé à la réunion des étudiants en indiquant qu'il était envoyé par les marxistes-léninistes de Belgique, apparemment beaucoup plus développés organisationnellement et politiquement que nous-mêmes.
Par ailleurs, R. avait été reçu à la Légation albanaise, rue de la Pompe. Tous les diplomates albanais étaient membres du Parti du Travail d'Albanie. Ils lui dirent qu'ils étaient au courant de notre activité à Marseille et nous incitaient à suivre de très prés la préparation du XVIIème Congrès du Parti communiste français. Ils pensaient que la lutte anti-révisionniste en France serait plus difficile que dans d'autres pays comme par exemple la Belgique. Ils proposèrent d'étudier les possibilités d'édition d'un journal, ajoutant aussitôt que La Voix du Peuple publiée en Belgique était prête à passer des articles émanant d'organisations françaises. Ils souhaitaient que soit relancée l'association France-Albanie, qui nous permettrait de diffuser du matériel de propagande albanais. Ils nous informèrent qu'au mois de février un Camarade albanais viendrait à Marseille et pourrait nous rencontrer à cette occasion.
Enfin ils indiquèrent que les camarades de Clichy qu'ils avaient déjà remontrés allaient diffuser un bulletin spécial édité par leurs soins et qu'ils en avaient demandé 5000 exemplaires.

Coste ajouta à toutes ces informations militantes qu'il serait aussi opportun de rencontrer l'avocat Jacques Vergès, qui éditait une revue appréciée, Révolution. Le nom de ce dernier n'était pas méconnu de tous ceux qui avaient soutenu ou désiré soutenir les patriotes algériens pendant les sept années de leur Révolution de libération nationale. Je savais même qu'après avoir été le défenseur de nombreux Algériens inculpés par les tribunaux civils ou militaires français, ce dernier s'était marié, après la fin de la guerre, avec la moudjahidate célèbre Djamila Bouhired. Ce qui, évidemment, ne pouvait que susciter ma sympathie.

Après un coup de téléphone à cette revue, un accord avait été conclu pour que s'établissent des relations de l'équipe de journalistes de cette revue avec le Cercle d'Etudes et de documentation de Marseille.
Après discussion, décision fut arrêtée que je devrais me rendre dès que possible à Paris pour rencontrer Jacques Vergés et les militants responsables de Révolution.

R. nous informa également qu'il avait reçu une lettre du camarade François Marty, de Perpignan, qui était Président du Mouvement de la Paix dans cette ville et se déclarait hostile aux positions révisionnistes modernes du Parti communiste français.

La mayonnaise était en train de monter. L'avenir se présentait sous les auspices d'une lutte sévère à soutenir contre les dirigeants révisionnistes modernes de notre vieux Parti, mais d'évidence nous étions loin d'être seuls.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 23-12-2012 à 00:27:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

(suite)

-7-


Les 15 et 16 février 1964, se tinrent deux réunions décisives pour la suite du développement du mouvement marxiste-léniniste en France.

Août 1969, rencontre avec Enver Hoxha, à Vlora, en Albanie, (de droite à gauche, Piro Kotchi, Husni Kapo, François Marty, Enver Hoxha, Jacques Jurquet, Ramiz Alia, René Gilquin).

Par l'intermédiaire de R., les camarades de Clichy avaient fait savoir qu'assisteraient à cette rencontre un camarade belge dont on ignorait l'identité et un camarade albanais. Cette perspective avait soulevé une discussion passionnée dans les rangs du cercle de Marseille. En ce qui me concernait, j'appuyai à fond le point de vue du représentant de Perpignan, le camarade François Marty, je ne comprenais pas l'insistance des parisiens à recevoir un Belge, cette exigence assez frénétique m'intriguait. Finalement, j'acceptai le principe de la présence d'un observateur albanais, quoique sans enthousiasme. Par contre il fut décidé de ne pas accepter le Belge. Nous devions comprendre par la suite que cette opposition avait entraîné l'absence de l'Albanais.
Le premier jour se réunirent donc deux représentants de Clichy, (Beaulieu et D.), deux du quartier latin (M. et W.), un de Perpignan (François Marty) et quatre délégués de Marseille (Coste, R., F. et Jurquet).

« Ici j'informe les lecteurs que dans l'ensemble de cet ouvrage je serai obligé de ne mentionner certains patronymes que par leurs initiales. Pour des raisons professionnelles, familiales ou autres, les personnes concernées m'ont demandé d'agir ainsi, ou, dans certains cas, j'en ai pris moi-même la décision. »

A Beaulieu qui d'emblée protesta contre le refus de recevoir le camarade belge et assura que les camarades albanais étaient du même avis, Coste rétorqua que notre organisation n'était pas encore assez étendue, ni suffisamment stable et unifiée pour prévoir des rencontres internationales.
Je soutins Coste en affirmant que notre réunion n'était pas une conférence, mais seulement une prise de contacts. J'ajoutai qu'en ce qui concernait l'absence du représentant albanais, l'avenir nous permettrait certainement de savoir pour quelle rai¬son il n'était pas venu à Marseille. De toutes façons, en mon for intérieur, je n'étais pas disposé à accepter que qui que ce soit nous impose nos décisions de l'extérieur de nos rangs.

La discussion sur ces questions de présence ou d'absence s'éternisa, M. mangea le morceau en déclarant que les Parisiens étaient mieux placés dans la capitale pour entretenir des liaisons avec les camarades étrangers. Dans les propos de Beaulieu étaient apparus les noms de deux dirigeants belges qu'il avait déjà rencontrés, Jacques Grippa et René Raindorf, cadres du vieux Parti communiste belge à des niveaux élevés.
François Marty déclara qu'il était préférable que nous discutions d'abord entre nous et qu'ensuite on verrait mieux ce qu'il conviendrait de faire.
A ce moment-là, Beaulieu proclama que la direction du Comité de Marseille pour l'ensemble des cercles était désormais remise en question.
C'était d'emblée une lutte pour le pouvoir, j'en étais très conscient, mais je pensais aussi qu'il s'agissait au fond d'une lutte de contenu idéologique et politique. Certainement des différences d'orientation nous opposeraient tôt ou tard les uns aux autres.
R. présenta un rapport très complet des activités du Cercle d'étude et de documentation de Marseille.

Puis François Marty exposa la situation de sa région. Près de Perpignan, deux cellules de villages, celle de Velmanya et celle de Baillestavy s'opposaient à l'unanimité à la ligne imposée par la direction du Parti contre celles des Partis albanais et chinois. Ces cellules étaient composées d'ouvriers mineurs et de petits paysans pyrénéens. Comme par ailleurs la direction nationale des Amitiés franco-chinoises n'avait jamais répondu à trois lettres demandant des explications, les amis de la Chine populaire avaient décidé de constituer un « Comité catalan pour la connaissance de la Chine ». Ce regroupement comptait vingt militants et demandait que se réalise une coordination avec Marseille.

Le camarade Marty expliqua comment les dirigeants fédéraux le tenaient à l'écart et le qualifiaient de trotskiste. D'ailleurs le Bureau fédéral lui avait demandé de démissionner de sa fonction de Président du Mouvement de la Paix, mais le Bureau départemental de cette Association avait récusé l'exigence de la direction des Pyrénées-Orientales du Parti communiste français. Ce camarade était le plus âgé d'entre nous tous, il comptait vingt-huit années d'appartenance au Parti communiste français. Avant la seconde guerre mondiale, il avait eu à s'occuper de la solidarité avec les Républicains espagnols. Et dans le début des années trente il avait été le principal fondateur du périodique communiste Le Travailleur catalan. Il était retraité de l'enseignement, après avoir accompli une carrière d'instituteur de village. Quelques temps avant que nous ne nous rencontrions il avait effectué un voyage d'information en Albanie, prenant toutes les dépenses engagées à son compte personnel. D'emblée nous eûmes pour lui un sentiment de considération et de respect.
Beaulieu était visiblement mécontent. Le militant de Clichy qui l'accompagnait restait silencieux pour ne pas dire taciturne. Mais le premier présenta un rapport sur les activités soutenues par lui et ses camarades au sein de la Fédération de Seine-est du Parti communiste français. Il mit en avant ses relations avec les camarades albanais et surtout avec les Belges.

Le lendemain, nous nous réunîmes à Saint-Savournin dans une salle de la Mairie.

François Marty ouvrit la discussion.
Aussitôt Beaulieu, M. et les camarades du quartier latin déclenchèrent une discussion violente détournant la réunion de l'ordre du jour. François Marty déclara qu'il n'était pas d'accord sur le contenu et la forme de la discussion en cours. Chacun intervint et je pensai qu'il s'agissait plus d'une cacophonie que d'une réunion marxiste-léniniste. Je posais la question « Pouvons-nous supplanter l'influence des révisionnistes sur les masses et disposons nous des possibilités matérielles pour nous adresser directement aux travailleurs? » - « Avons-nous la possibilité d'influencer effectivement et efficacement les révisionnistes de l'intérieur des rangs du Parti ? » Je considérai poser ainsi des questions de tactique essentielles et déterminantes.
J'ajoutais qu'à mon avis les groupuscules avaient déjà fait leur plein de mécontents et soulignais que les ouvriers réprouvaient les groupuscules.

Je fis des propositions concrètes pour l'édition d'un journal marxiste-léniniste au plan national en y associant tous les cercles déjà organisés et les militants isolés. François Marty était d'accord. Beaulieu ne put que s'incliner, mais il déclara que tout en approuvant l'essentiel de tout ce que j'avais indiqué, il n'aboutissait pas aux mêmes conclusions. Il souligna que « vouloir éliminer la direction révisionniste était une utopie ». Il confondait la domination de ces derniers au sein de la direction nationale de l'Association des Amitiés franco-chinoises, et la réalité combien différente du Parti communiste français.
La discussion reprit de plus belle durant l'après-midi et le début de la soirée. Mais ce fut un dialogue de sourds.
Finalement quelques vagues points d'accord demeurèrent qu'aucun d'entre nous n'envisageait de respecter sérieusement par la suite. Ils prévoyaient :
1 ) la création d'un journal ;
2 ) la sortie de quelques numéros du Bulletin marxiste-léniniste en attendant la sortie de ce journal ;
3 ) la constitution d'un comité de coordination Paris-Marseille-Perpignan.


-8-


Le lendemain réunion, à Marseille, du bureau du Cercle. Les avis, habituellement différents, furent unanimes. Les délégués de Clichy avaient produit une très mauvaise impression.

Marcel Coste souligna que ces Parisiens n'étaient pas de taille et n'étaient que de petits aventuriers. Marty lui avait confié qu'ils ne savaient pas ce qu'est un Parti communiste et n'avaient aucune expérience.
À la fin de ma propre intervention, j'indiquai que je refusai de faire partie d'un groupe de coordination avec ces gens-là.

Nous fûmes tous d'accord pour déplorer le fait que ces curieux militants aient détourné la discussion sur des querelles de personnes, au détriment du contenu politique qu'elle n'aurait jamais du abandonner. Il était indispensable de prévenir nos camarades communistes albanais, belges et chinois que les divergences avec Clichy ne s'étaient nullement atténuées, mais au contraire s'étaient aggravées.
R. alla plus loin encore. À son avis, il était urgent d'avertir les camarades chinois des propositions très graves des Belges et des Albanais, qui avaient parlé d'installer deux permanents marxistes-léninistes, sans doute français, mais ce n'était pas évident, à Paris.
Marcel Coste indiqua qu'il ne voulait plus diriger politiquement le cercle et proposa que j'en prenne la tête. Il était écœuré. Il conclut son intervention en demandant que je sois désigné pour aller dés la semaine suivante à Berne.

La réunion s'acheva sur la décision effective de mon départ pour rencontrer les camarades chinois dés le vendredi soir suivant. Le samedi matin, j'avais la possibilité de m'absenter régulièrement de mon bureau.

La semaine suivante je présentai un rapport sur mes entretiens avec les camarades chinois. Ceux ci soulignaient l'importance de la coordination entre Partis frères vis-à-vis des organisations naissantes comme la nôtre. Ils nous remerciaient des informations apportées. Mais ils n'étaient pas au courant des positions albanaises et belges au sujet des affaires françaises.

Nous étions alors à la date du 24 février 1964. Mais je désire interrompre un instant la relation de mes souvenirs, pour me laisser aller à un commentaire autocritique d'autant plus aisé, aujourd'hui, au cours des années de la dernière décennie du siècle, que je dispose évidemment de la connaissance de tous les événements qui suivirent.
Je commettais alors une grave erreur de caractère subjectiviste. Je croyais très sincèrement que les relations que nous pouvions entretenir avec les représentants des deux partis communistes, chinois et albanais, étaient systématiquement retransmises par la suite de l'un à l'autre. J'imaginais que le Parti chinois tenait au courant le Parti albanais de tous les détails concernant la lutte contre le révisionnisme moderne au sein des partis avec lesquels il entrait en relations. Je pensais la réciproque assurée. Ces deux partis au pouvoir de leurs pays respectifs n'avaient-ils pas intérêt à agir ensemble, à coordonner leurs initiatives, à s'informer constamment des succès ou des échecs enregistrés. Ce qui me semblait logique était devenu ma certitude, et je me demande même si je m'étais vraiment posé la question de l’existence de ces relations entre communistes albanais et chinois.
Or tel n'était absolument pas le cas.

Chacun des deux partis agissait pour son compte, exclusivement. S'il y avait des échanges entre eux, ce ne fut sans doute qu'occasionnellement et nullement de façon délibérée et fréquente, dans le but d'améliorer les activités destinées à s'opposer à la politique mise en œuvre mondialement par le Parti communiste d'Union soviétique et les partis à sa remorque.

J'aurais dû mieux comprendre la situation si j'avais été plus attentif aux propos précis de mes interlocuteurs chinois, ainsi qu'au forcing soutenu par Beaulieu et les siens pour nous imposer le point de vue des diplomates albanais de la rue de la Pompe à Paris et de leurs émules de Bruxelles. Lorsque, à Berne, le camarade chinois m'avait déclaré ne pas être au courant des positions albanaises et belges vis-à-vis de la situation des groupes marxistes-léninistes en France, j'aurais dû m'interroger sur la raison précise de cette ignorance. Peut-être alors aurais-je compris qu'il n'y avait pas de coordination étroite entre les uns et les autres.

D'ailleurs je me sens encore plus coupable d'incompréhension lorsque je me souviens que, quelques semaines plus tard, à l'occasion de ma première rencontre avec des représentants albanais, je pense en compagnie de François Marty, ces derniers nous expliquèrent qu'il convenait d'envisager la constitution d'un nouveau Parti, en suivant l'excellent exemple des camarades belges. Car les Chinois ne nous tenaient pas du tout le même langage, et préféraient nous faire confiance, nous écouter, nous remercier des indications que nous leur apportions, sans jamais nous inciter à créer dans l'urgence un nouveau Parti. Bien qu'il ait été d'abord sensibilisé par sa visite en Albanie, François Marty opposait sa sagesse et son expérience à tout volontarisme trop précipité.

Les semaines passaient vite et notre propagande soutenue commençait à remporter quelques résultats. À Marseille, de nouveaux camarades se faisaient connaître et n'hésitaient pas à rejoindre nos rangs. Le plus précieux d'entre tous fut sans nul doute le secrétaire général des syndicats CGT des Marins, un ancien FTP qui avait fait partie du premier groupe spécial organisé par cette formation pendant la Résistance, le camarade Vincent Marchetti. Il y eut aussi Louis Rovini, ancien déporté de la Résistance, très maigre et de santé fragile, qui travaillait dans un organisme commercial du quotidien La Marseillaise. D'autres nous contactèrent comme Georges Gauthier, cultivateur à Puyricard, près d'Aix-en-Provence, vieux militant dont le père, éminent chirurgien, était conseiller général en tant que membre du Parti. Alain Castan, ancien militant des cercles de soutien au F.L.N., nous rejoignit lui aussi vers cette époque. Et d'autres encore dont j'oublie les identités. A nos causeries du Mercredi venaient maintenant de 25 à 30 auditeurs.

Par ailleurs le travail de Marcel Coste au sein de l'Association des Amitiés franco-chinoises, porta ses fruits. Lors d'un contact à Berne en mars, il put faire état de la réorganisation de 15 à 20 Comités locaux à travers la France. Quatre programmes de cinéma avec films chinois avaient pu être réalisés, des expositions de peinture datant de la dynastie des Song, de livres, de dessins d'enfants, de poteries avaient été organisées avec succès.

Au mois de février, notre camarade Fortin avait été exclu du Parti, non vraiment par sa cellule de base au quartier de la Cayolle, mais par une manipulation malhonnête magouillée par la direction fédérale. Une exclusion complètement anti-statutaire.

Dans nos cellules respectives du PCF, plusieurs d'entre nous continuions à diffuser les informations figurant dans le matériel du Parti communiste chinois. A la cellule Gabriel Péri, du centre administratif de l'Arbois, chaque semaine je distribuais les derniers documents et exposais les points de vue contre les mensonges des révisionnistes soviétiques et des dirigeants français. Certes je sentais bien que Moretti et, dans une moindre mesure, Delaygue acceptaient mal mon comportement.

Un local fut loué sous les arcades du Vieux port, pour y installer le siège de l'Association des Amitiés franco-chinoises. Naturellement je supposais que le côté chinois aidait matérielle ment le Comité à de telles réalisations. En fait des objets venus de Chine étaient offerts par nos amis et les militants de l'Amitié en assuraient la revente assez facilement. Il s'agissait surtout de lampes chinoises anciennes, très décoratives, appréciées des antiquaires et des amateurs d'art un tant soit peu compétents. Je pense que Monsieur Deschamps occupait une honorable place dans ces relations de caractère commercial.
Ce local fut l'occasion d'une inauguration officielle, comportant différentes activités culturelles en présence d'un représentant chinois. Nous étions au mois de mars, et depuis le 10 février précédent, le gouvernement de « Formose » (nom complètement impropre rejeté par la Chine populaire pour désigner l'île de Taïwan) avait rompu ses relations diplomatiques avec la France. Le 3 mars 1964, à l'Organisation mondiale de la Santé, le représentant de la France avait voté pour l'admission de la Chine populaire. En fait les relations diplomatiques entre la France du général De Gaulle et la Chine de Mao Zedong étaient devenues officielles. C'était un grand succès pour nous, dans la mesure où, je l'ai déjà indiqué, cet événement permettait de récuser facilement les mensonges des révisionnistes modernes à propos du Parti communiste chinois et des déclarations de ses dirigeants.

-9-


Début avril, je reçus une convocation de ma propre cellule pour une assemblée générale, en présence d'un membre du Bureau fédéral. Je compris très bien ce qu'une telle initiative signifiait. La direction du Parti voulait m'empêcher de continuer la propagande contre le révisionnisme moderne et contre les positions du Parti soviétique. De plus elle était pressée d'obtenir contre moi une mesure de nature à m'empêcher d'être élu à la Commission administrative de la C.G.T.
Elle exigeait que les adhérents de base restent tous convaincus du caractère belliciste de Mao et des intentions aventurières et antisoviétiques du Parti chinois.

Cette séance se tint le 21 avril 1964 à 18 heures.
Etaient présents douze membres de la cellule, dont moi-même. Je m'attendais à voir le secrétaire fédéral, membre du Comité central, Georges Lazzarino. Mais il n'était pas là. Le représentant du Bureau fédéral n'était autre qu'un homme que je connaissais bien et pour lequel je n'avais jamais ressenti la moindre hostilité. Il s'agissait d'un fonctionnaire des P.T.T., plus jeune que moi d'un ou deux ans je crois, appelé à devenir permanent de la Fédération et élu du Parti comme conseiller général d'un des quartiers populaires de Marseille, Roger Donadio.

Il ne fit qu'un très court exposé politique, évidemment bien dans la ligne, puis passa de suite à l'ordre du jour de cette réunion exceptionnelle. Le Comité central demandait à la cellule de m'exclure à vie pour travail fractionnel et antiparti. Cette mesure serait suivie d'une publication dans le quotidien central L'Humanité.

Il souligna qu'il n'était pas question de discuter politique, mais qu'il importait de ne considérer que les actes concrets qui m'étaient reprochés. Il stigmatisa mon attitude oppositionnelle en ses manifestations, sans accepter de prendre en considération les raisons politiques que j'avais si souvent exposées.

Mes camarades de cellule ne soufflaient mot, on aurait entendu voler une mouche. J'exigeai de pouvoir prendre la parole à mon tour pour m'expliquer. Cela ne plaisait pas au représentant fédéral, qui fut obligé d'accepter parce que plusieurs membres de la cellule m'appuyèrent.
Mais avec un empressement fébrile, Donadio fit voter mon exclusion avant même de me laisser la possibilité de répondre. Sous la pression de Roger Moretti et de Marcel Delaygue, huit des adhérents votèrent pour la sanction demandée. Deux votèrent contre, Amet El Moktar et moi-même. Deux s'abstinrent, Daniel Hamiche et Puech. Ce dernier déclara son désaccord avec la procédure et fit savoir qu'il lui était impossible de savoir le fond réel des contradictions sino-soviétiques, en l'absence de toute indication exposant sérieusement les positions des camarades chinois. Les deux militantes femmes présentes qui votèrent avec Moretti ne purent retenir leurs larmes et me déclarèrent que cela ne changerait rien à l'amitié qu'elles m'avaient toujours témoignée. Elles aussi indiquèrent ne rien comprendre aux événements opposant les communistes des deux plus grands pays du monde. Rocchi, vieux militant à un an de la retraite, vota en baissant la tête.

Je conserve depuis cette date le texte de la déclaration que j'avais préparée et que je lus devant la cellule et le procureur révisionniste envoyé par la Fédération sur ordre du Comité central. En voici quelques extraits :

« Camarades !
Qu'il me soit tout d'abord permis de dire ma stupéfaction de la procédure que vous avez acceptée pour prononcer mon exclusion des rangs de notre Parti communiste français.
Le vote que vous avez émis ne me parait pas en effet, dans son principe même, conforme aux statuts en vigueur. Car, en cas d'exclusion, il est formellement stipulé que l'intéressé aura la possibilité de se faire entendre et de présenter ses observations et sa défense.

Or voici que vous ne m'avez pas accordé ce droit, en votant avec une rapidité déconcertante une mesure contre laquelle je n'avais pas encore pu vous présenter mes arguments.
Je vous prie donc d'enregistrer ma protestation solennelle contre cette violation de la loi du Parti et je vous informe que je considère votre décision d'exclusion comme entachée d'irrégularité grave et donc nulle.
J'ai donné mon adhésion au Parti communiste français fin 1941, puis je l'ai confirmée, après une coupure, fin 1943. C'est un vieux cheminot, mort hélas depuis, membre du Parti depuis 1921, qui l'a reçue et qui m'a fait connaître qu'elle était acceptée. N'adhérait pas qui voulait en effet à cette époque à notre glorieux Parti. On avait exigé que je fasse la preuve de mon courage. C'est ainsi qu'à la barbe des Nazis il m'avait fallu arracher toutes les affiches hitlériennes d'une ville et c'est ce que j'avais réussi malgré le couvre-feu et bien que je ne dispose plus de papiers d'identité en ordre, m'étant évadé en sautant d'un train du Service du Travail Obligatoire. Il s'agissait de la fameuse affiche rouge contre la brigade des camarades étrangers du M.O.I.

Si je vous raconte tout cela c'est parce que je pense indispensable que chacun d'entre vous soit placé effectivement devant ses responsabilités et sa conscience au moment de se prononcer sur l'exclusion d'un camarade dont il ne connaît nullement le passé.
Je n'alourdirai d'ailleurs pas de détails inutiles, vous comprenez bien que plus de vingt ans de vie militante ne peuvent se relater en quelques minutes.


.../... (suite de la biographie - ma période de Résistance)

C'est une époque où j'ai vu tout autour de moi la mort et la guerre et au cours de laquelle j'ai choisi pour ma vie entière de ne jamais me taire, de ne jamais m'agenouiller, de ne jamais accepter ce qui me paraîtrait faux ou pervers. Je me suis senti alors pleinement communiste, même si ma formation idéologique ou politique était encore bien modeste.
.../... (suite de la biographie)
E t puis, je suis venu à Marseille.
Camarades, c'est le fondateur de votre cellule que vous avez exclu. Oui, à l'époque nous n'étions que trois, parmi lesquels Rocchi, puis rapidement nous nous sommes développés et nous avons pu commencer à organiser notre petit travail.


.../... (suite biographie, conjugale ici, rupture)

Voilà.
C'est là en gros « ma vie ». Rien n'y figure que je doive cacher à qui que ce soit. Je n'en regrette rien même si je puis dire qu'elle n'a pas toujours été rose.
Je ne suis pas un petit-bourgeois. De façon naturelle, je vis sur un pied modeste. J'occupe la même pièce avec de vieux meubles pour manger, travailler et dormir.
Le mois d'août a marqué le point de départ de mon drame actuel qui s'identifie à un drame bien plus vaste, celui du monde communiste tout entier.


.../... (biographie « algérienne » )

Ce mois d'août 1963 a fait éclater publiquement les divergences sino-soviétiques. Je ne veux pas en parler sur le fond, je vous ai déjà fait suffisamment la démonstration matérielle que l'on emploie des procédés indignes de nous, des tronquages de textes ou des dénaturations de positions politiques. Finalement on tombe dans le plus vulgaire anticommunisme. « Les Chinois veulent la guerre pour édifier le communisme ! ».

Je dois dire que jamais dans l'histoire du mouvement communiste international nous ne nous étions trouvés en présence d'une situation pareille, jamais, au grand jamais ! Être communiste en France en 1964, cela ne peut pas être observer une minute de silence pour Kennedy et vociférer contre Mao Zedong.

Je pourrais vous dire « j'abandonne, je lâche la lutte que j'ai entreprise et je rentre dans le rang ». Tout cela, par exemple, au nom de la discipline. Le caractère de l'unité idéologique comme source de l'efficacité de l'action est la raison majeure qui me détermina à donner mon adhésion au Parti dont je parlais il y a un instant.
Où allons-nous ?

Pour ma part je déclare en pesant mes mots qu'entre une discipline formelle que l'on voudrait m'imposer pour que je me taise et la vérité sur le problème chinois, je choisis la vérité. Et je prétends de la sorte me conformer à la discipline suprême des communistes qui est de respecter les principes du marxisme-léninisme.

...Je tiens à vous assurer que vous me trouverez toujours à vos côtés si le Parti se trouve attaqué par l'ennemi, la bourgeoisie. Nous aurons peut être plus vite qu'on ne croit des journées difficiles en France...
Je continue à penser que de grandes forces révolutionnaires sont concentrées dans le Parti, je continue à penser que la mission historique du Parti demeure réalisable malgré les erreurs révisionnistes qui sont commises. Je vais plus loin : je ne condamne nullement en bloc tous nos dirigeants. A ce sujet je me permets de vous faire remarquer que vous n'avez jamais entendu sortir de ma bouche quelque épithète malsonnante contre l'un de nos camarades si haut placé soit-il. Je ne suis pas en particulier de ceux qui veulent la tête de Thorez à tout prix. Au contraire, je pense qu'un jour sera faite l'analyse d'ensemble de sa vie de militant et que, comme pour Staline, on en dégagera à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs. Mais je suis résolument hostiles à ceux qui voudraient en faire le bouc émissaire de tout ce qui peut ne pas aller, et, Camarades, si je dis ces choses aujourd'hui, rappelez-vous en, dans pas longtemps, vous verrez l'offensive ultra-révisionniste.

Je veux en terminer. Vous aussi d'ailleurs, c'est un mauvais moment à passer, je vous comprends.

Vous avez voté pour la discipline, contre le fractionnisme.
Mais je vous dis que l'on interprétera votre vote comme une condamnation des camarades chinois et comme une approbation des positions soviétiques. Ce qui est une prise de position sur le fond. Mais c'est comme ça que les choses seront présentées, que vous le vouliez ou non,.

Par ailleurs, on vous a demandé la peine capitale, ma tête, quoi. Rien que ça, c'est-à-dire la sanction la plus grave, celle que l'on réserve habituellement aux traîtres ou aux voleurs ou aux flics qui s'en foutent pas mal d'ailleurs puisqu'ils ont fait leur boulot.

Je pose la question à chacun d'entre vous, individuellement, est-ce que je mérite cette peine capitale ?
J'ai dit et je répète que si le Parti nous avait donné les textes chinois, je n'aurais jamais adhéré aux Amitiés franco-chinoises, même si bien entendu sur la base de ces textes et de ceux des camarades soviétiques et français, vous aviez pris une position hostile aux thèses chinoises.

Est-ce que je mérite cette peine capitale ?

J'ai dit et je répète que je n'ai jamais rien caché au Parti, à vous-mêmes en particulier, mon voyage à Berne, ma participation au cercle, le fait que j'ai donné l'adresse de Briand pour qu'on lui expédie des documents. De la sorte je ne peux être accusé d'un travail de sape, c'est-à-dire clandestin.

Est-ce que je mérite cette peine capitale ?

...en particulier je n'ai pas tenu compte de mes positions dans mon activité syndicale parmi les adhérents de ma section syndicale. Si j'ai fait une intervention sur le Traité de Moscou au Comité général de l'Union des syndicats, je puis affirmer qu'elle a été nuancée et loin d'avoir la teneur complète des positions chinoises.

Est-ce que je mérite cette peine capitale ?


.../... (sur mon activité professionnelle)
Et je terminerai maintenant tout simplement en vous révélant simplement un secret. Bien que je sois meurtri d'être frappé par les révisionnistes, j'ai ma conscience en paix.

Sur le catafalque fictif de Staline, lors de sa mort, avec le secrétariat fédéral dont je faisais partie, j'ai prêté serment. J'ai la fierté d'être fidèle à mon serment. Je ne renie rien. Ni Staline, ni ses enseignements, ni mon Parti d'alors, ni moi-même. C'est pourquoi je ne cesserai pas de dire, personne ne pourra m'en empêcher :

Vive le Parti communiste français !
Vive le glorieux Parti communiste de Lénine et Staline, vive le Parti communiste d'Union soviétique !
Vive le Parti communiste chinois !
Vive le mouvement communiste international !
Vive l'unité indestructible des rangs des communistes du monde entier !
Vive le Communisme !

A vous de dire maintenant, en votre âme et conscience, si je mérite la peine capitale ? »


Donadio s'empressa de partir prétextant qu'il devait rejoindre une autre réunion. Moretti agit de même pour presser le départ des autres, qui ne se comportaient pas à mon égard avec animosité. Amet El Moktar, Hamiche et Puech laissèrent entendre qu'ils ne viendraient plus aux réunions de la cellule. Mon camarade malien se montrait le plus scandalisé et le plus radical. Les femmes, pressées de rentrer chez elles, ne s'attardèrent pas non plus. Je revins chez moi, rue de la République, à deux pas du boulevard des Dames. Je m'efforçai devant Baya de paraître calme et serein, mais ma compagne, intuitive par nature, comprit que l'événement constituait pour moi une blessure extrêmement profonde, sans pour autant que le moindre remord ne m'accable sur la légitimité de mon activité politique. Comme nous en avions l'habitude, nous nous entretînmes tard dans la nuit, sans doute jusqu'au moment où la fatigue nous contraignit à ne plus parler et à nous endormir.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 23-12-2012 à 00:31:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

-10-


Au cours de la même semaine, simultanément avec la mienne, la Fédération des Bouches-du-Rhône de PCF procéda à trois autres exclusions, celle de mon beau-frère Christian Maillet, et celles des deux frères Marcel et Paul Coste. Première charrette.

Puis, les procureurs révisionnistes ne s'arrêtèrent pas en si bonne voie, ils exclurent encore six autres militants de Marseille ou de la région. Deuxième charrette.

Aucune considération n'était accordée aux biographies respectives de ces camarades, ni à leurs anciennetés dans le Parti, ni à leurs activités passées, ni à leurs âges, ni à leurs conditions sociales. Les qualifier de « pro-chinois » équivalait à les considérer comme des traîtres, et déjà de bouche à oreille certains cadres n'hésitaient pas à indiquer que se posait la question de savoir s'ils n'étaient pas tout simplement des « flics ».

Ces sanctions témoignaient d'une précipitation inhabituelle. Par exemple, pendant la Révolution algérienne, le Parti avait fait preuve de beaucoup moins de rapidité pour écarter les indisciplinés. Mieux, aucune exclusion n'était prononcée, mais le militant trop proche du FLN algérien était convoqué par sa section ou par la Fédération, qui lui proposaient de démissionner de lui-même. Le cas le plus connu reste celui du Docteur Joseph Roger, qui adressa à cette occasion une lettre admirable à François Billoux.

Un nombre appréciable d'intellectuels étaient qualifiés de « pro-italiens », certains d'entre eux étaient en relation avec le groupe « Unir » qui éditait un périodique, mais les processus d'exclusions n'étaient jamais aussi rapides que ceux lancés contre nous.

Il importe de souligner que ces mesures n'étaient jamais accompagnées de la possibilité de discuter sur le plan politique. Le Parti, j'entends par là le comité central et les fédérations départementales refusaient catégoriquement de publier les déclarations, propositions et autres textes émanant du Parti communiste chinois. Autrement dit, à partir du moment où le Bureau politique avait lancé une accusation contre Mao Zedong et le Parti communiste chinois, il n'y avait plus aucune liberté de solliciter des explications, voire de simples précisions si modestes soient-elles. Tu ne pouvais rester membre du Parti que si tu acceptais sans aucune réserve les affirmations hostiles aux Chinois.

De plus, à cette époque-là, la section de montée des cadres près le Comité central, eut comme activité intense et quasiment exclusive la surveillance et la recherche des adhérents, des cadres et des dirigeants qui auraient pu se taire mais nourrir des convictions allant dans le même sens que celles des communistes chinois. On sait que cette section n'était autre qu'une police ayant des ramifications dans toutes les Fédérations et aussi, il n'est pas inutile de le souligner, dans certains services de la police d'Etat. Naturellement le travail de ces bureaucrates était secret.

Pour étayer mon accusation de publication de mensonge et de contrevérités fabriquées en toute connaissance de cause par les dirigeants révisionnistes, je tiens à citer un exemple précis et certes nullement exhaustif.

Le XVIIème Congrès du Parti communiste français se réunit à Paris du 14 au 17 mai 1964. L'énoncé de ces dates suffit à comprendre au passage pourquoi nos exclusions intervinrent aux mois d'avril et de mai, à la veille de cette instance considérée statutairement comme celle du niveau le plus élevé dans le fonctionnement interne du Parti. Georges Lazzarino, secrétaire fédéral, y conduisait la délégation des Bouches-du-Rhône. Il se trouva dans l'obligation d'évoquer ce qui s'était passé à Marseille dans le Comité de l’Association des Amitiés franco-chinoises. Dans le but de minimiser l'événement, il en attribua l'origine, je le cite, à « une poignée de gens... souvent renégats ou exclus du Parti » et n'hésita pas à affirmer « c'est à l'unanimité que les cellules où se trouvaient les cinq individus qui se livraient à ce travail fractionnel, les ont exclus... » Toute son intervention sur la question « des idées et activités scissionnistes des dirigeants chinois » ne fut qu'un amas d'interprétations hautement fantaisistes et de mensonges, prêtant aux dirigeants communistes chinois des positions qui n'étaient pas les leurs. Elle figure in extenso dans le numéro de la revue « Les Cahiers du Communisme » spécialement consacré au XVIIème Congrès du Parti communiste français en juin-juillet 1964 -N° 6-7, pages 168 et suivantes.

J'affirme qu'il n'y avait aucun « renégat ou exclus » parmi les camarades du cercle d'étude et de documentation qui avaient eu le courage d'engager la lutte contre le révisionnisme moderne. Les présenter sous ces qualificatifs relevait d'une falsification pure et simple. De plus proclamer devant le Congrès que ces militants avaient été exclus « à l'unanimité » constituait également une contrevérité. Dans mon cas personnel c'était loin d'être la réalité, dans le cas de la cellule de Vauban qui avait exclu mon beau-frère Christian Maillet c'était aussi faux, je me souviens qu'un membre de cette cellule, un jeune travailleur du bâtiment, un Algérien nommé Belganem refusa de continuer à venir dans cet organisme et suivit l'exclu.

Mais Lazzarino n'en était qu'à ses débuts. Deux ans plus tard, devant le XVIIIe Congrès réuni à Levallois-Perret les 2 et 3 mars 1967, il affirma encore : «... Pour accomplir leur sordide besogne, les groupuscules prochinois de Marseille disposent de plus de 100 millions d'anciens francs... »
Ah si seulement nous avions pu bénéficier d'un tel trésor !... mais il s'agissait évidemment d'un nouveau mensonge dont j'ignore s'il avait été soufflé à ce cadre fédéral par le Comité central, ou s'il l'avait inventé de lui-même. Son intervention figure dans le numéro des Cahiers du Communisme consacré à ce XVIIIe Congrès N° 2 et 3 de février-mars 1967, à partir de la page 239. Le mensonge sur les 100 millions est imprimé en haut de la page 242.

Devant tant de mauvaise foi et pour protester contre les accusations lancées contre eux devant ce Congrès, mensonges qui ne furent jamais justifiés ou confirmés devant les militants de base des Bouches-du-Rhône, dix camarades victimes de la brutale et injuste répression révisionniste publièrent le 15 juillet 1964 une déclaration dont je fus l'un des principaux rédacteurs et dont voici des extraits :

« Les militants dont les noms figurent au verso tiennent à rétablir la vérité et déclarent solennellement :

1.- qu'aucune des cellules auxquelles ils appartenaient n'a pris l'initiative des exclusions, bien qu'ils n'aient caché ni leurs opinions, ni leurs activités « prochinoises », c'est-à-dire leur fidélité résolue aux principes de Marx et Lénine, qu'ils ont assimilés au cours de leurs longues années de vie militante et qui ont été opportunément rappelées par les propositions en 25 points du P.C. Chinois au mois de juin 1963 ;

2.- qu'aucun d'entre eux n'a été exclu à l'unanimité des adhérents de sa cellule ;

3.- que l'accusation de « renégats » lancée contre eux ne peut qu'être inconsidérée et fausse, étant donné qu'ils demeurent pleinement d'accord avec la ligne politique et les conquêtes idéologiques, qui ont prévalu au sein du mouvement communiste international de 1917 à 1956 et que leur divergence avec d'autres porte sur les révisions du marxisme-léninisme développées depuis 1956 sous la direction du groupe Khrouchtchev-Souslov, révisions qui ont amené sur le plan international la coopération avec l'impérialisme américain et la rupture de l'unité du camp socialiste avec le déchaînement d'une hostilité néfaste contre certains Partis frères (Chinois, Albanais et d'autres ) ;

4.- qu'ils désapprouvent catégoriquement la politique révisionniste en France où les dirigeants du Parti prônent une alliance sans principe avec les dirigeants socialistes tels Guy Mollet ou Gaston Defferre, en même temps qu'ils passent des accords commerciaux contraires à la dignité et à l'esprit de classe des travailleurs avec des milliardaires comme Paul Ricard, grand patron marseillais, dont les journaux du Parti ne cessent de vanter les mérites !

5.- que loin d'avoir des positions hostiles au Parti, ils sont exclusivement antirévisionnistes, profondément affligés de la dégénérescence de leur Parti, dont ils veulent le plus prompt rétablissement sur la base d'un retour aux principes léninistes d'organisation;

6.- que les cinq « individus » mis en cause totalisent ensemble 110 années de vie militante, des années de résistance en tant que membres du Parti, des sacrifices librement consentis (prison, arrestations, difficultés multiples, etc..) et qu'ils resteront aux premiers rangs du combat. »


Dés le mois d'avril, nous avions été conscients de la nécessité d'éviter toute confusion entre l'Association des Amitiés franco-chinoises proprement dite et le cercle qui en était issu, mais qui s'en détachait de plus en plus en ne s'orientant que sur le plan politique. Par exemple, nous avions été d'accord pour ne pas organiser nos réunions au nouveau siège de l'Association, c'eut été rapidement un élément de désintégration de celle-ci de l'intérieur. Quelques rodomontades du Président Deschamps nous avaient démontré quelles étaient nos limites. Il fallait donc que nous agissions en conséquence. Aussi décidâmes-nous la suppression de toute référence aux A.F.C. dans le sous-titre de notre bulletin. De la même façon le cercle prit aussi un caractère d'autonomie complète. Un nouveau contact avec nos camarades chinois à Berne avait été assuré par le camarade Maillet. Nos rangs ne cessaient d'augmenter en nombre.

D'ailleurs le Comité de l'Association des Amitiés franco-chinoises décida en assemblée générale de changer son sigle et de le remplacer par celui d' « Association France-Chine ».

Rovini, qui continuait à militer de façon discrète au sein d'un organisme de La Marseillaise expliqua quelles étaient les réactions des camarades trompés dans les rangs du Parti. Il proposa l'édition d'un tract-choc : « Avant de condamner les Chinois, as-tu lu les thèses chinoises ? Tu ne peux les condamner sans connaître ces thèses. Demande donc qu'on te les envoie en t'adressant à telle adresse : Boite postale et Guozi Shudian. »

Lors de la réunion du 4 Mai je fis le point des exclusions dont nous avions connaissance, non seulement à Marseille, mais dans toute la France. Il était très réconfortant que dans la région de Perpignan, trois cellules soient sur les positions de Mao Zedong, en ce qui concernait la situation internationale. Car je le redis, nous n'étions pas des fous et ne pensions nullement que la révolution chinoise puisse servir de modèle à la révolution dans un pays capitaliste comme la France.

Sans doute vers la même époque, le 11 mai 1964 exactement, la police révisionniste réussit à infiltrer dans nos rangs l'un de ses agents marseillais, le nommé Nicolas Lanzada, ouvrier typographe qui prétendait avoir été écarté de l'imprimerie du quotidien La Marseillaise. Je devais le démasquer quelques mois plus tard, nous verrons plus loin dans quelles circonstances.

Il me semble indispensable de révéler qu'après mon exclusion, je dus prendre toute une série de mesures concrètes pour assurer ma protection. Certains responsables de la Fédération des Bouches-du-Rhône projetaient de se venger des difficultés que je leur avais occasionnées. Certes pas tous, c'est vrai, mais deux ou trois auxquels le Comité central ne cessait de demander des comptes sur l'évolution de la situation du Parti à Marseille. De plus, pour expliquer aux militants de base, que quelques adhérents avaient été exclus et révéler les raisons exactes des sanctions en cause, les dirigeants ne recouraient qu'à des calomnies sans nul fondement, où les qualificatifs de traitres et de flics occupaient la place principale. Aucune explication politique sérieuse bien entendu. Il se trouvait que j'étais le plus connu d'entre nous, ne serait-ce qu'à travers les sections que j'avais eu à « suivre », comme celle de Saint-Lazare-La Villette, celle de Plan-de-Cuques-Allauch, celle de Sainte-Anne ainsi qu'à l'occasion de mes nombreuses tournées dans le département. Par ailleurs ma participation aux campagnes électorales diverses en tant qu'orateur ou candidat comme en 1958 dans la première circonscription législative, centre de la ville, m'avaient assuré, sans que je ne le recherche nullement, une certaine notoriété. Enfin n'avais-je pas pris la parole aux côtés de François Billoux sur le port devant les dockers, la photographie de presse de ce meeting se trouve dans mes archives.
Tous ces faits faisaient désormais de moi la bête noire des dirigeants fédéraux et centraux du Parti communiste français.Je remarquai rapidement que j'étais l'objet d'une surveillance à la sortie de mon travail, de la part de quelques jeunes appartenant aux J.C. Puis de l'intérieur des rangs du Parti, je fus informé que l'on préparait contre moi une bonne correction comme le Parti savait les administrer aux « traitres ». Était-ce là intimidation ou réalité, je l'ignore encore. Mais nous allons constater un peu plus loin que la police politique du PCF n'hésitait pas à sortir des armes de poing contre les marxistes-léninistes. Je m'entretins de ces menaces avec ma compagne, qui vint m'attendre tous les soirs à la sortie de mon bureau. Mais était-ce vraiment là suffisant pour éviter une agression bien préparée ? Nous résolûmes de ne pas nous laisser faire et de nous organiser pour pouvoir riposter à tout événement susceptible d'intervenir.
Baya eut l'heureuse initiative de recueillir un chien berger belge, un Gronendal, encore très jeune qui devint bientôt un redoutable défenseur de tous les membres de la famille.

De la sorte, mieux vaut prévenir que guérir, je réussis à dissuader au moins temporairement les révisionnistes excités qui avaient rêvé de me donner une tannée discrète mais non moins douloureuse.
C'est quelque chose de terrible que d'avoir à redouter la violence de jeunes gens trompés par des bureaucrates révisionnistes. Mais je surmontai mon angoisse légitime en faisant face et en multipliant mes actions militantes et finalement je triomphai de toutes ces turpitudes.
Ailleurs qu'à Marseille, au Mans, comme à Châteaudun et à la salle de la Mutualité à Paris, notre vigilance ne suffit pas et plusieurs camarades marxistes-léninistes, anciens du PCF bien entendu, comme Madeleine Vissière, Claude Combe, Régis Bergeron et André Druesnes reçurent des coups de la part de véritables commandos révisionnistes recourant à des méthodes d'une violence inqualifiable.


________________


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 22:44:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je poursuis la mise en ligne de A CONTRE-COURANT par les chapitre 11 à 19, en ajoutant des titres pour faciliter la lecture :

de la Fédération des Cercles Marxistes-Léninistes à l'interdiction du PCMLF


_______________



Fédération des Cercles Marxistes-Léninistes – délégation à la Conférence internationale contre les armes d'extermination massive


- 11 -


Les 4 et 5 juillet 1964 se réunirent les représentants de plusieurs cercles marxistes-léninistes. Cette rencontre inter-régionale fut baptisée par nous, plus tard, sous le nom du village près duquel elle eut lieu, ce fut la rencontre de Saint-Julien Boutière, en Ardèche.
Elle se clôtura par l'adoption d' un communiqué :

« Au cours d'une réunion, tenue en juillet 1964, les représentants des Cercles marxistes-léninistes de Marseille, Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Perpignan et Saint-Savournin ont décidé unanimement :
1 ° La création d'une Fédération des Cercles marxistes-léninistes;
2° La transformation du Bulletin édité par le Cercle de Marseille en Bulletin de la Fédération sous le titre « Pour la défense du marxisme-léninisme » organe de la Fédération des Cercles marxistes-léninistes. »


De retour à Marseille, j'appris aussitôt par Marcel Coste que nos camarades chinois proposaient que nous envoyons une délégation de militants marxistes-léninistes à une Conférence internationale contre les armes d'extermination massive organisée à Tokyo par le Gensukyo japonais, qui semblait correspondre au Mouvement de la Paix.
Régis Bergeron s'occupait à Paris de toutes les démarches auprès des diplomates chinois. Notre délégation devait comprendre Bergeron lui-même, François Marty, Paul Coste et moi-même. Le chef de délégation fut Bergeron si j'ai bonne mémoire.

Le 26 Juillet 1964, nous fîmes le trajet en DC 8 en volant au-dessus du pôle nord depuis Paris, escale à Copenhague au Danemark, nouvelle escale à Anchorage aux U.S.A. et finale-ment arrivée à Tokyo. J'étais complètement stupéfait de la chance inattendue qui m'échoyait. Un voyage semblable n'était pas courant pour le commun des mortels. Si Copenhague ne m'intéressa pas, car l'escale nous confina à l'intérieur d'une salle d'attente de style européen, je fus enthousiasmé par le spectacle offert par les immensités du pôle nord vues d'environ dix mille mètres d'altitude par un temps splendide. Sans doute au meilleur de la longue journée polaire qu'illuminé le soleil. En Alaska où l'aéroport était fort modeste, partiellement en bois, nous pûmes envoyer des cartes postales à nos familles. Il faisait une température assez fraîche, certainement pas très éloignée de zéro degré. Il nous semblait que nous nous trouvions loin de toute agglomération. La flore était maigre et rare, très peu d'arbres, entourant de loin les installations industrielles liées aux activités de l'aviation intercontinentale.

Ensuite, fatigués, nous pûmes nous assoupir dans l'avion assez longtemps avant de parvenir à Tokyo. Là nous retrouvâmes la vie grouillante que nous connaissions en Occident, mais évidemment il y avait des différences notables. Par exemple, dès que nous sortîmes de l'aéroport et prîmes un taxi, dont la carrosserie était peinte en jaune et qui possédait un petit poste de télévision à l'intérieur, nous fûmes surpris par la vitesse que le chauffeur imposa à son véhicule. Empruntant une longue voie à sens unique comme une autoroute, mais érigée sur de hauts pylônes et plus étroite, puis, débouchant sur une voie plus large, il roula définitivement à gauche. En moins de temps qu'il ne faut pour le relater en l'écrivant, nous arrivâmes à un hôtel de deux ou trois dizaines d'étages ou une armada d'hôtes de tourisme, engagés par le Gensukyo, nous accueillit et nous conduisit chacun dans une chambre luxueuse. Là des robes de chambre japonaises, des kimonos blancs, nous attendaient étalés sur nos lits, ainsi que des chaussures sans talons, en cuir, comme des babouches.

Une heure après notre arrivée, un camarade chinois vint nous visiter. Il parlait un français fort compréhensible et nous pûmes l'écouter avec la plus grande attention parce que ce fut lui qui nous mit véritablement « au parfum » de l'opération politique dans laquelle nous étions engagés. A la Conférence allaient s'affronter les thèses révisionnistes développées par les délégations soviétiques et indiennes, et les thèses marxistes-léninistes défendues par les délégations chinoises, de différents pays du Tiers-monde et par les représentants de marxistes-léninistes d'Europe comme notre propre délégation. Le responsable chinois présent serait le président du Mouvement de la Paix chinois qui était aussi Président des syndicats en Chine, le camarade Liu Ning yi.

Un repas nous fut offert par des amis chinois après que nous ayions été présentés à des responsables japonais du Gensukyo. Le décalage horaire accentuant notre fatigue, nous ne fîmes aucun accès d'insomnie et nous endormîmes immédiatement.

J'étais au Japon. Je me rendis compte dès le lendemain matin qu'il faisait une température torride, telle que je n'en avais jamais connue. Mais l'intérieur de l'hôtel et de tous les locaux où nous eûmes à nous rendre bénéficiait d'une fraîcheur des plus agréables grâce aux climatiseurs installés un peu partout.
Au petit déjeuner des geishas habillées de délicats kimonos de couleurs vives et variées nous firent nous asseoir par terre et commencèrent à nous faire manger à l'aide de baguettes. Mais à notre stupéfaction et en opposition avec nos goûts habituels, elles nous servirent avant tout des poissons séchés froids, et je dois dire que c'était pour nous, pour moi, très difficile à avaler et beaucoup trop salé. Heureusement elles avaient prévu ensuite du lait chaud qui fut dans mon gosier meilleur que tous les bols et tasses que j'avais pu boire en France. J'en redemandais à plusieurs reprises. Nos entretiens avec ces japonaises fort jolies et coquettes étaient impossibles, car aucune ne parlait français et nul d'entre nous ne parlait japonais. À la rigueur Bergeron aurait pu parler anglais avec elles, mais elles étaient tout aussi inhabituées à cette langue qu'à la nôtre.

Par bonheur, le lendemain matin, on ne nous imposa plus une alimentation à la japonaise, mais on nous servit des déjeuners à l'européenne.

Les premiers discours furent, comme de coutume dans de telles rencontres internationales, des discours de salutations prononcés par les hôtes japonais qui fixèrent l'ordre du jour tel qu'ils l'avaient prévu. Nous disposions tous d'appareils plantés dans nos oreilles pour écouter les traductions simultanées dans notre langue nationale. Bergeron et Marty étaient plus au courant que moi, le premier des problèmes internationaux, le second de ceux du mouvement mondial de la paix. Mais je parvins néanmoins à suivre les débats engagés dès que des délégués étrangers commencèrent à prendre la parole. Il me semblait que les Japonais étaient de tendance centriste et conciliatrice, désireux d'éviter à tout prix que des violences verbales n'opposent Soviétiques et Chinois.

Les journées se suivirent. Et je ne retiens pas grand-chose des discussions passionnées qui opposèrent les uns et les autres jusqu'au moment le plus critique. Un délégué indien commença à injurier les Chinois, allant jusqu'à menacer du poing un membre de leur délégation. Le poing sous le nez. De la salle montaient des hurlements en de multiples langues. Finalement le Président dut clore la séance qui ne reprit pas le lendemain. Deux conférences se réunirent en des endroits différents, l'une avec les Chinois et les délégations du Tiers-monde à laquelle nous participâmes, l'autre avec les Soviétiques et les Hindous, ainsi que toutes les délégations des pays soumis à l'influence ou même à l'autorité de l'U.R.S.S.

Lorsque les travaux des deux conférences parallèles furent achevés, nous fûmes invités par le Gensukyo japonais à visiter le pays. Ils nous conduisirent d'abord à Osaka et Kyoto, des villes industrielles immenses comportant quelques hôtels d'architecture gratte-ciel, mais des maisons à perte de vue sans étage ou à un seul étage construites avec le soucis d'échapper aux tremblements de terre. Des villes grises. À Tokyo, nous avions visité le quartier chaud, par contre très coloré, avec du néon partout, des lumières éblouissantes s'allumant et s'éteignant sans cesse alternativement.
Ensuite les militants du Gensukyo nous emmenèrent à Nagasaki et Hiroshima. C'était la période de la commémoration du bombardement atomique américain sur ces deux villes qui avait fait en quelques secondes environ six cent mille morts.

J'assistai avec mes camarades à toutes les cérémonies religieuses taoïstes, shintoïstes et bouddhistes et fus intéressé par les vêtements colorés des officiants. Les manifestations religieuses eurent lieu exactement à l'endroit de l'impact central de chaque bombe atomique. Dans l'une de ces deux villes on nous invita à visiter un hôpital de victimes ou de descendants de victimes des rayonnements atomiques encore vivants. Ce fut terrifiant, horrible, désespérant, insoutenable. Nous étions tous les quatre paralysés devant ces spectacles. Il faut avoir vu de ses propres yeux ces êtres humains complètement disloqués et rongés par l'atome pour savoir vraiment ce qu'un simple esprit humain, si sain soit-il, ne peut imaginer.

Quel contraste tragique avec le quartier que l'on nous fit visiter le soir, au bord de la mer. Dans de minuscules baraques en bois, des prostituées offraient aux passants la vue de leurs corps prêts à se vendre. Un peu plus loin, nous pûmes nous arrêter plus longtemps devant un étalage de poissons où nous fumes conviés à goûter de petites anguilles que l'on grillait encore vivantes et frémissantes en les sortant de l'eau de mer et en les plongeant dans de l'huile bouillante.

Un des délégués chinois qui veillaient sur les conditions de notre séjour, nous indiqua un soir que le camarade Liu Ning yi désirait nous rencontrer. Nous nous rendîmes en quarteron au rendez-vous fixé. Le dirigeant chinois nous fit part d'une invitation à achever notre séjour en Extrême-Orient par une visite partielle de la Chine en nous rendant à Pékin. Nous avions encore juste le temps de consentir ce détour des plus prometteurs tant au point de vue touristique que politique. Nous acceptâmes donc.

La veille de notre départ du Japon, se succédèrent un immense meeting où purent s'exprimer des délégués de chaque continent et un défilé comme je n'en avais jamais vu, avec service d'ordre en tête et sur les côtés, et d'innombrables banderoles multicolores portant des mots d'ordre en japonais. Les manifestants scandaient inlassablement ces revendications dans leurs langues respectives. Quant à nous, nous avions reçu l'indication de lancer de toutes nos voix assemblées « Plus jamais ça !» en anglais : « No More Hiroshima ! » .

Les amis du Gensukyo nous avaient remis des bandeaux portant le même mot d'ordre, que nous avions noués autour de nos fronts.
Le lendemain nous prîmes l'avion en direction de Hongkong, en compagnie de nombreuses délégations du Tiers-monde et de nos amis chinois.


Edité le 15-10-2013 à 22:51:02 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 22:49:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

1e visite en Chine Populaire


- 12-


À Hongkong nous étions attendus par des hôtes chinois, qui agirent exactement comme si la ville se trouvait déjà en République populaire de Chine. Ils étaient chez eux. Ils nous firent passer douane et police britanniques sans encombre, ils connaissaient tous les fonctionnaires en place. Ils savaient les convaincre de nous accorder toutes facilités.

L'atterrissage m'avait impressionné. La piste d'arrivée était longue et construite sur un remblai avançant loin au milieu de la mer. Je crus au dernier moment que nous allions amerrir et non nous poser sur de la terre ferme. L'appareil vira cependant pour regagner son poste de stationnement rapproché de l'aérogare.

Nos amis nous emmenèrent immédiatement dans un hôtel de classe moyenne.
Notre transit devait durer deux ou trois jours. Le temps d'effectuer une visite sommaire de la grande ville, plus chinoise que britannique. Un interprète nous fournit des explications sur l'histoire de cette ville qui était en réalité une colonie anglaise. L'immense majorité de la population était chinoise, mais les banques, les industries, les structures touristiques, les organes exécutifs étaient dirigés par des Britanniques.
Le soir de notre arrivée nous eûmes loisir d'effectuer une courte promenade dans un quartier de bijouteries. Il y avait vraiment de quoi émerveiller les petits Français que nous étions, je n' avais jamais vu tant de bijoux et autres objets de grandes valeurs. À noter que rien ne me paraissait exotique. Simplement j'appris que les prix de ces marchandises étaient nettement moins élevés qu'en Europe.

Le lendemain nous eûmes le privilège d'être emmenés en voitures jusqu'à la montagne Victoria, d'où la vue sur l'ensemble de la baie de Hongkong était très pittoresque. À classer, selon mes goûts, parmi les panoramas du monde les plus exceptionnels.

Le troisième jour, levés assez tôt, nous prîmes un train à destination de la Chine populaire. Dans les couloirs des wagons de style européen, allaient et venaient d'innombrables vendeurs, surtout des enfants ou adolescents, qui parlaient couramment anglais et proposaient des paquets de cigarettes, des objets divers comme des éventails, des journaux, des bouteilles de rafraîchissement, surtout de coca-cola ou d'orangina, et d'autres gourmandises comme des petits pains cuits à la vapeur. Quelques hommes plus âgés promenaient des bidons contenant du thé chaud qu'ils vendaient également aux voyageurs. Ce spectacle était certes inhabituel pour nous Européens, mais il n'avait rien d'étrange et ne nous surprenait nullement.
Le train roula assez lentement et traversa de longs faubourgs où se dressaient des maisons assez basses, entourées d'une végétation luxuriante qui n'avait rien de commun avec les arbres et fleurs poussant dans nos contrées tempérées. Nous aperçûmes aussi beaucoup d'animaux, presque exclusivement des buffles noirs, nettement différents des bovidés des campagnes de France. De nombreuses mares permettaient à ces animaux de se rafraîchir en y plongeant la quasi-totalité de leurs corps volumineux. Seuls émergeaient de l'eau boueuse leurs têtes gris foncé avec leurs cornes et leurs museaux aux épaisses narines.

Enfin après deux heures de voyage environ, le train siffla longuement sans doute pour annoncer son arrivée, au terme de sa course, aux abords de la ville chinoise de Wenlu, ville frontière.

Nous descendîmes et fûmes aussitôt accueillis par de nouveaux accompagnateurs chinois. Nous avions effectué le trajet de Hongkong jusque là sans aucun hôte à nos côtés. Parmi ceux qui nous recevaient, figurait une femme, une dame encore jeune, qui parlait un excellent français sans accent.

Nous sûmes plus tard qu'elle n'était autre que Madame Tzi Zong hua, interprète officielle attachée à Mao Zedong et à Chou En lai. Elle avait vécu son enfance à Paris. En bout de quai, elle nous offrit à boire. Et, stupéfaction, le verre qu'elle nous fit tendre par un employé sans doute préposé à la soif, contenait de l'eau chaude. Une eau qui conservait un goût de javel prouvant qu'ici on devait se prémunir contre toute contamination véhiculée par le liquide si désaltérant soit-il. Comme dans certaines villes de France d'ailleurs. Nul d'entre nous ne fit la moindre remarque. Mais l'un de mes camarades me souffla à l'oreille « Ce qu'ils doivent être pauvres !» . Explication qui ne correspondait pas à la réalité. Dans une région aussi chaude que celle où nous arrivions, il était d'usage de se désaltérer avec la boisson qui ne présentait aucune nocivité, l'eau, d'autant plus rafraîchissante qu'elle était bue non refroidie.

Je ne me souviens plus du type de véhicule qui nous transféra ensuite de cette gare frontière dans la grande ville de Canton, train de nouveau ou voitures automobiles. Toujours est-il que c'est bien en voitures que nous pénétrâmes dans une vaste propriété, plus exactement un immense parc d'essences d'arbres et de fleurs multiples. Nous fûmes logés dans l'ancienne résidence de Tchang Kaï chek, une vaste construction de style chinois et de confort absolu. Des pièces quatre fois plus grandes que les pièces normales de chez nous, toujours séparées des couloirs y conduisant par des portes sculptées, entourées de lions et autres dragons, peintes en noir, rouge et or. Le restaurant où nous prîmes nos repas, entre Français, était installé dans une salle aux dimensions spectaculaires.

Mais Canton n'était qu'une étape sur notre voyage vers Pékin.
Nous y consacrâmes néanmoins une journée à quelques visites : l'Institut d'étude du monde paysan qu'avait dirigé Mao Zedong dans les années vingt, puis le parc, les escaliers et le mon¬ument destinés à honorer Sun Yat sen, fondateur de la République de Chine et du Kouomintang et les dizaines de milliers de Chinois révolutionnaires qui avaient été massacrés à la suite d'insurrections populaires.
Ces visites successives constituaient objectivement un cours d'histoire de la Chine révolutionnaire. J'étais sincèrement passionné.

Le lendemain, nous prîmes un avion de la Compagnie des lignes intérieures chinoises pour parvenir enfin à Pékin. Nous nous rendîmes compte alors que nous étions loin d'être les seuls invités, un grand nombre de délégués des pays du Tiers-monde venus à Tokyo se trouvant aussi dans le même appareil. Je retrouvais notamment un ami algérien avec qui j'avais sympathisé au Japon, prénommé Touami, Président ou Secrétaire du Mouvement de la Paix en Algérie.

Pendant notre voyage, à une altitude modérée de trois ou quatre mille mètres et à une vitesse plus lente que celle des appareils intercontinentaux, nous pûmes observer depuis les hublots l'immensité de la Chine. Pas une parcelle de terrain ne nous semblait non cultivée. Le sol était un damier très régulier de cultures variées et les villages, alors organisés en communes populaires, paraissaient minuscules, perdus au milieu d'un océan de céréales, d'arbres fruitiers, de prairies d'élevage où nous distinguions des troupeaux de buffles ou de moutons.

Dès l'atterrissage, quand s'ouvrirent les portes de l'avion, nous fûmes appelés par pick-up, à l'intérieur de l'appareil, à descendre les premiers.
Une équipe d'accueil importante nous attendait et je connus pour la première fois le processus d'arrivée en Chine que je devais renouveler si souvent par la suite.

Au bas de la passerelle se tenait d'abord le directeur du département de liaison internationale du Comité central du Parti communiste chinois, ou son représentant le plus élevé en responsabilité.

Ce jour là, pour ce premier contact, je crois me souvenir que nous fûmes reçus par l'homme que nous avions déjà rencontré brièvement à Tokyo, Liu Ning yi. À ses côtés, je vis tout de suite, avec son très large sourire et ses grosses lunettes d'écaillé en bout de nez, un diplomate que j'avais rencontré plusieurs fois à Berne, le camarade Tchao Chu-li, qui parlait un français approximatif mais compréhensible. Puis encore une camarade femme, que j'étais appelé à revoir à chacun de mes voyages, fonctionnaire du département, Li Mei.
Et encore un responsable du protocole, dont j'ai oublié le nom. Vous savez, les patronymes chinois ne sont pas plus simples pour nous que les patronymes français pour eux !
Trois voitures noires, longues, brillantes, nous emmenèrent. Mais, nouvelle surprise, les vitres étaient doublées de rideaux foncés qui empêchaient que l'on ne nous aperçut de l'extérieur, mais aussi que nous ne puissions observer le paysage extérieur à notre gré. Je crois me souvenir que ces automobiles plus volumineuses que luxueuses étaient de marques soviétiques. Un confort de qualité, en tout cas.

Ici j'eus droit à la fonction de chef de délégation et en cette qualité, je montais dans la première voiture en abandonnant mes camarades, et fus accompagné d'un responsable du département. Liu Ning yi avait d'autres obligations qui consistaient tout simplement à recevoir d'autres délégations.
Nous dûmes rouler une bonne heure. Je ne vis donc pas grand-chose, si ce ne fut quelques paysans marchant sur les bords de la route, quelques attelages, très peu ou presque pas de voitures. Madame Tsi me tenait la conversation et traduisait les propos du camarade qui était sans doute le fonctionnaire chargé des relations du département avec les communistes de l'Europe occidentale, ou même de la France.

Nous finîmes par arriver d'abord dans les faubourgs, puis dans le centre de Pékin. Première impression : ville extrêmement étendue, sans immeubles d'habitation de plusieurs étages, sauf là où nous nous arrêtâmes, en plein centre. Nous arrivions au grand hôtel de l'Amitié, bâtisse élevée construite jadis, me dit-on, par des étrangers occupant la Chine. Nous nous trouvions en plein milieu de la plus longue artère de la capitale chinoise, Wang Fou chin. Avant d'entrer très rapidement dans l'hôtel, j'eus le temps d'apercevoir sur cette voie d'innombrables cyclistes, presque tous et toutes habillés en bleu. Le temps était chaud, sec, le ciel immaculé.

Je pinçai l'un de mes avant-bras, pour être certain que je ne rêvais pas. Or, oui, j'étais bel et bien éveillé. Et je me trouvais à Pékin !


Edité le 15-10-2013 à 22:51:36 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 22:57:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Rencontre avec Mao Tsé-toung à Pékin


-13-


L'hôtel de Pékin était un vieil établissement. Une partie de son personnel avait travaillé dans ses murs dès avant la Révolution. Si bien que quelques-uns des serveurs auxquels nous avions affaire baragouinaient quelques mots d'anglais et même de français.
Les pièces de cet immense immeuble étaient de vastes dimensions, leurs entrées dissimulées par des portes décorées de motifs divers, avec des tentures, dans un style, où rouge, noir et or s'entremêlaient harmonieusement. Dans chaque salle des tableaux de dimensions murales représentaient des scènes anciennes ou modernes, le tableau central montrant invariablement Mao Zedong souvent entouré de dirigeants légendaires de la Révolution chinoise. Il y avait aussi des peintures de style chinois traditionnel représentant des montagnes aux sommets environnés de nuages.

Dès le premier soir, nous fumes invités à un « banquet » , tel était le terme utilisé par nos hôtes pour exprimer l'idée d'un repas officiel. Les principaux responsables du département de liaison étaient présents, dont très certainement Liu Ning yi, mais je ne m'en souviens plus. Le repas, exclusivement chinois bien entendu, fut des plus inattendus, faisant succéder des plats sucrés à des plats pimentés. Je me régalai, c'était délicieux. Pour terminer nous trinquâmes à l' inévitable victoire future du marxisme-léninisme sur le révisionnisme moderne. Des petits verres de maotaï montait une odeur à laquelle nous n'étions pas habitués et qui nous semblait désagréable. Mais une fois dans nos gosiers, après ces plats typiquement chinois, nous en appréciâmes la saveur certes fortement alcoolisée.
Pour trinquer nous apprîmes à dire « campé » . À la fin du repas, l'hôte principal nous déclara que nous devions être fatigués et qu'il était temps que nous allions nous reposer. Par la suite nous comprîmes que les militants chinois se couchaient de bonne heure en général et se levaient très tôt, de façon différente de nos habitudes occidentales.

Le lendemain, après avoir absorbé de véritables breakfasts avec tartines de confiture, fruits, œufs bacon ou sur le plat, thé ou café au lait, le tout à volonté, nous nous rendîmes à notre première réunion de contact politique avec des représentants du département de liaisons internationales du comité central. La séance de travail en commun dura jusque vers une heure. En tant que visiteurs nous eûmes à prendre la parole les premiers, mais nos hôtes n'attendirent pas longtemps pour nous exposer le programme de visite de la Chine qu'ils nous proposaient.
Nous partîmes par avion à Shanghai qui nous apparut aussi comme une ville aux dimensions démesurées, avec un port s'étendant jusqu'à l'horizon, avec quelques gratte-ciel. Nos amis nous invitèrent à monter tout en haut de l'un d'eux pour avoir une vue panoramique de la cité. Le bruit de la rue était beaucoup plus fort que dans les rues de Pékin. Nous vîmes l'ancienne entrée du quartier réservé aux Français où figuraient des écriteaux interdisant de pénétrer « aux chiens et aux Chinois » .

Nous apprîmes qu'avant la Révolution, Shanghai était une ville où les femmes dites de mauvaise vie pullulaient. Il y avait un lupanar réunissant environ dix mille prostituées. La rééducation de ces malheureuses avait été menée dans des conditions extrêmement difficiles et celles d'entre elles qui avaient réussi à accepter d'abandonner leur métier antérieur travaillaient maintenant normalement comme toute femme chinoise. D'autres, et je crois bien la majorité, avaient été expulsées vers Hongkong.

Lors de notre retour à Pékin, nous pûmes bénéficier d'une brève visite au fameux bazar que les gardes rouges devaient entièrement détruire quelques années plus tard. Un quartier que nous aurions nommé chez nous « marché aux puces » . On y trouvait de tout, des objets les plus ordinaires aux plus inattendus. Ici, pour les occidentaux que nous étions, régnait un exotisme pas toujours facile à comprendre.

Puis nous visitâmes le Palais d'été, la cité interdite, la colline de charbon et, naturellement, la place Tien An men. L'immense estrade qui lui faisait face était décorée d'un portrait central géant de Mao Zedong, et, sur les côtés de portraits moins grands de Marx, d'Engels, de Lénine et de Staline. Au milieu de la place était érigé un monument en hommage aux martyrs de la Révolution dont les bas-reliefs représentaient des épisodes célèbres des événements de l'histoire du peuple chinois.

Enfin, nous eûmes l'extrême faveur de pouvoir visiter le quartier des antiquaires. J'y vis d'innombrables objets en tout genres devant lesquels je m'émerveillais, ce qui ne pouvait que surprendre nos camarades chinois. Pour eux en effet ces miniatures d'art appartenaient à la Chine du passé féodal. Mais je ne pus cacher mon admiration pour plusieurs d'entre eux.

Le lendemain, qui devait être le dernier ou l'avant-dernier jour de notre visite, nous fûmes « consignés » à l'hôtel en l'attente d'un événement exceptionnel dont nos hôtes ne nous révélèrent pas tout de suite l'objet. Puis vers quatre heures de l'après-midi, ils nous demandèrent de nous préparer pour rendre visite, sur son invitation, au Président Mao Zedong. Je fus pris d'une intense émotion.

Je n'avais qu'un seul costume, mis l'une de mes deux chemises, la blanche gardée en cas de besoin, nouai mon unique cravate, me coiffais du mieux possible et rejoignis mes camarades dans une salle d'attente.
Au bout de deux heures d'impatience, nos hôtes, tout aussi fébriles que nous, vinrent nous chercher et nous firent monter dans les voitures du Comité central. Nous fûmes conduits dans un immeuble à l'intérieur de la cité interdite. Nous fûmes regroupés dans une pièce assez vaste avec les délégations du Tiers-monde, et l'on me fit asseoir au premier rang.

Peu après, Mao Zedong, s'appuyant sur de jeunes Chinois beaucoup moins grand que lui, pénétra et salua l'auditoire en souriant. Il dit quelques mots dans une langue qui n'était pas le mandarin, nous dit-on, mais le dialecte de sa province natale, le Hounan. Il prit place face aux visiteurs à deux mètres de moi, me désigna de son index et me demanda dans sa langue : «Vous êtes Français ? » . Intimidé, je répondis par l'affirmative. Mais déjà il enchaînait : « Connaissez-vous le général De Gaulle ? » . Je répondis encore par l'affirmative, en précisant qu'il était le chef d'Etat de mon pays, mais que je n'avais pas de relations directes avec lui.
Et Mao partit d'un immense éclat de rire en lançant sa tête en arrière, ce qui fit apparaître l'immensité de son front et la largeur de sa bouche. « C'est le bourgeois le plus rusé du siècle ! » affirma-t-il.
Puis, il poursuivit encore en s'adressant de nouveau directement à moi, je dirais peut-être que c'était une forme de discussion dialectique. « Avez-vous peur de la bombe atomique ? » .
Je répondis que je n'avais pas peur, mais qu'il fallait mener une lutte continue contre les armes d'extermination massive.
Une fois encore il enchaîna sans écouter la traduction de ma réponse. « La bombe atomique n'est qu'un tigre de papier ! » dit-il en jetant un regard tournant sur les cinquante invités assis dans la salle. « C'est un tigre de papier sur le plan stratégique, ajouta-t-il, mais un tigre qui a des dents de feu sur le plan tactique. »
C'était là l'analyse que nous avions déjà étudiée en France à l'aide de documents fournis par nos amis de Berne pour contrecarrer les arguments des dirigeants du Parti français qui la dénaturaient complètement en faisant le jeu de la politique des révisionnistes de Moscou et des gouvernants Américains.

L'entretien, si l'on peut appeler cette rencontre un entretien, ne dura pas plus d'une demi-heure, moins peut-être. Mao se dirigea vers la sortie, toujours appuyé sur les deux jeunes gens avec lesquels il était arrivé. Visiblement il souffrait des jambes. Mais il resta debout et serra toutes les mains des invités qui passèrent devant lui. Je lui dis merci au nom de notre délégation et lui souhaitai bonne santé.

Le quotidien Renmin Ribao qui tirait à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires publia le lendemain une photographie de groupe pour laquelle nous avions tous posé à ses côtés. Je figurais au premier rang, entre un délégué camerounais et mon ami l'Algérien Touami.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 23:05:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Curieuse attitude de Grippa


- 14-


Il ne me semble pas que nous ayons eu un nouvel entretien politique avec le « département » . Nos hôtes nous reconduisirent à l'aéroport de Pékin, et, là nous fûmes de nouveau accueillis dans une salle spéciale par Liu Ning yi qui resta avec nous jusqu'au moment de l'embarquement. Le préposé au protocole nous rendit nos passeports qu'il nous avait poliment demandés à notre arrivée. Les cachets d'arrivée et de départ de la République populaire de Chine étaient majestueux et dûment apposés, avec une application visible plus nette que ceux du Japon et de Hongkong.

L'aéroport de Pékin était assez rudimentaire en 1964 et n'avait aucunement les aspects d'un grand centre aérien international comme nous avions eu l'occasion d'en traverser quelques-uns Depuis Paris. D'ailleurs à ce moment-là ne fonctionnait pas encore une compagnie chinoise aérienne assurant des vols intercontinentaux. Il n'est pas douteux que l'établissement de relations diplomatiques entre la France et la Chine populaire puis l'entrée de cette dernière à l'O.N.U. incita le gouvernement chinois à accélérer la mise en service ultérieure de sa propre compagnie aérienne de vols internationaux et naturellement l'aménagement moderne des aéroports de Pékin, Shanghai et d'autres grandes villes.

De retour en France nous dûmes rapidement reprendre nos activités qui exigeaient à la fois du courage, de la perspicacité et de la santé. Nous étions attaqués de tous les côtés : de la part du Parti communiste français en proie à une période de délire révisionniste et de la part des services de police de l'État français.

Dès le 7 août 1964, je fus amené à présenter devant le Bureau du cercle de Marseille un rapport détaillé sur notre voyage au Japon puis en Chine populaire.
En ce qui concerne le compte-rendu des travaux de la Xe Conférence Internationale contre les armes A et H, mes informations étaient déjà préparées très sérieusement avec le concours de François Marty, membre du Conseil national du Mouvement de la Paix. Connu pour sa sincérité et son honnêteté, il avait été rudement diffamé par les révisionnistes, mais jusque-là sa popularité les avaient empêchés de l'exclure de cette association de masse.

Un sujet supplémentaire s'offrit à nos réflexions : les élections municipales à Saint-Savournin. Le vieux sénateur révisionniste Léon David, que les paysans estimaient beaucoup parce qu'il leur rendait de nombreux services, avait été envoyé sur place par la Fédération. Finalement nous prîmes la décision de ne pas constituer une liste autour de Paul Coste, parce que sur le plan de la commune nous aurions fait figure de diviseurs.

Le 7 octobre, je présentai un nouveau rapport, cette fois exclusivement consacré à notre séjour en Chine populaire. Nous avions appris entre-temps la scission du Gensukyo japonais à l'initiative des Soviétiques, mais nos jeunes militants, ainsi que Castan, Rovini et quelques autres critiquaient le fait que nous apparaissions davantage comme des supporters des Chinois que comme des militants communistes préoccupés des dures conditions économiques et sociales des travailleurs en France. Un certain clivage, non antagonique, se dessina peu à peu entre ceux qui désiraient militer avant tout en faveur de la Chine contre l'Union soviétique, et ceux qui, tout en critiquant cette dernière, entendaient agir surtout sur les questions sensibles aux populations françaises.

Au cours de la discussion suivant mon exposé sur notre voyage en Chine, pendant lequel nous avions aussi rencontré le vieux Maréchal Tchen Yi, le jeune camarade algérien demanda si les camarades chinois pensaient que la Révolution violente était aussi possible en France comme en Algérie ou à Cuba. Je lui répondis que les communistes chinois avançaient une conception de la « zone des tempêtes » , c'est-à-dire essentiellement des pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, où grondait la révolution, mais qu'ils ne pensaient pas que pour l'instant existait une situation révolutionnaire dans les pays capitalistes d'Europe. J'ajoutai que ce ne pouvait être une raison pour nous croiser les bras et que le devoir de tout communiste en France consistait à soutenir par tous les moyens possibles les justes luttes des peuples du Tiers-monde.

Dès cette époque, dernier trimestre de l'année 1963, fonctionnaient à Marseille des cellules marxistes-léninistes dans plusieurs quartiers : Vauban, Centre-ville, Marseilleveyre, Saint-Gabriel, Saint-Louis et La Blancarde. Chacune avait la directive de compter sur ses propres forces au point de vue financier et fonctionnait comme les structures de base du P.C.F, exigeant des cotisations mensuelles de tous ses adhérents. Elles tenaient des réunions hebdomadaires, en alternant les ordres du jour : une semaine une réunion idéologique, la semaine suivante, une réunion de travail pratique, collage d'affiches, tracts, badigeons, etc... Mais ce que nous voulions consistait à instaurer un style de travail différent de celui des cellules du vieux Parti. Nous exigions de chaque adhérent qu'il ait une activité concrète et ne demeure pas passif.
Nous considérions que les adhérents du P.C.F. se comportaient en général comme ceux des partis sociaux-démocrates, Parti socialiste et autres.

Vis-à-vis des jeunes militants qui rejoignaient nos rangs nous soulignions qu'un communiste marxiste-léniniste devait avoir à lui seul davantage d'activité que cent révisionnistes.
Pour nous la solution résidait dans la force de l'idéologie, la confiance dans notre ligne politique. Il est effectif que de vieux communistes, vieux par leur ancienneté dans les rangs du PCF, comme des jeunes gens qui n'avaient pratiquement jamais milité réagissaient avec enthousiasme envers nos initiatives.

Pour répondre aux exigences sans cesse réitérées des quelques militants de Clichy et de nos camarades albanais, nous finîmes par accepter de nous rendre en délégation à Bruxelles pour une rencontre avec le Parti communiste de Belgique que dirigeait Jacques Grippa. Selon les affirmations de Claude Beaulieu, ce Parti regroupait d'ores et déjà le quart des effectifs du vieux Parti révisionniste belge. Il publiait un périodique bien présenté Le Drapeau rouge.
Je fus chargé de conduire cette délégation, accompagné de François Marty, de Perpignan, Robert Thiervoz, de Grenoble, Marcel Juliot de Marseille et, sauf erreur de mémoire, de Régis Bergeron, de Paris.

Jacques Grippa ne nous accueillit pas lui-même. L'un de ses représentants nommé Morenhoot eut charge de nous présenter un exposé général sur les activités du P.C.M.L.B. au siège de leur Comité central, un immeuble imposant. Une rencontre nous fut annoncée pour le lendemain avec le leader de cette formation, qui était, nous dit-on, un ancien membre du Bureau politique du vieux Parti devenu révisionniste. En attendant cette échéance, un militant fut chargé de nous faire visiter la capitale de la Belgique.

Nous avions mis comme condition à l'acceptation de cette rencontre sollicitée depuis longtemps par les camarades belges et albanais que la délégation française soit exclusivement composée de militants de notre Fédération, à l'exclusion de Beaulieu et autres membres du cercle de Clichy qui n'avaient pas notre confiance.

Lorsque nous fûmes introduits dans une grande salle où se trouvait déjà Jacques Grippa, nous fûmes aussitôt frappés par l'absence totale de toute cordialité dans son comportement. Il nous accueillit très froidement, puis nous fit asseoir un peu comme des élèves dans une classe d'établissement scolaire.

Presque aussitôt après entra une délégation soi-disant venue de Clichy et Beaulieu prit place auprès de Grippa. À notre première stupéfaction succéda rapidement la conviction que nous étions tombés dans un piège.

François Marty se montra catégorique : les accords passés pour fixer l'ordre du jour de la rencontre franco-belge étaient violés. Par conséquent nous n'avions plus rien à faire en ces lieux. Nous condamnions de pareilles méthodes. Il s'agissait d'une ingérence inadmissible dans les affaires intérieures des marxistes-léninistes de France.
En conséquence nous quittâmes prestement cet établissement et nous rendîmes aussitôt à la gare centrale de Bruxelles pour rentrer dans notre pays. À 16 heures, notre train démarra tandis que nous échangions nos commentaires indignés.

Tous nos camarades des cercles déjà constitués approuvèrent ensuite notre attitude et condamnèrent celle du Parti belge et de son curieux dirigeant.

En ce qui me concerne, je commençai à supposer qu'existaient des différences tactiques entre les Partis Albanais et Belge d'une part, et le Parti communiste chinois d'autre part. Mais, dans ma pensée, je n'allais pas encore, jusqu'à imaginer qu'il puisse s'agir de divergences fondamentales ou de rivalités pour assumer la direction internationale du mouvement marxiste-léniniste. De toutes façons, je n'en dis absolument rien à qui que ce soit, je conservais cette impression au fond de moi comme un secret. Ou plus exactement, comme une inquiétude.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 23:16:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'Humanité Nouvelle


- 15 -


La décision fixée par la Fédération des cercles marxistes-léninistes de lancer un mensuel fut longue à voir le jour. François Marty et moi-même en étions les principaux protagonistes, mais nous étions extrêmement exigeants à la fois pour les camarades qui allaient participer à la rédaction et à l'administration de ce périodique et vis-à-vis de nous-mêmes.
D'abord il fallait réunir les fonds de départ, il importait de trouver un imprimeur en qui nous avions confiance, c'est-à-dire un artisan qui ne soit pas en relations amicales avec la direction du Parti révisionniste ni avec les services des Renseignements généraux.
Il fallait prévoir une diffusion commerciale par le canal des Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne, les N.M.P.P. dont les bureaux et entrepôts étaient à Paris rue du Sentier, juste derrière ceux du quotidien France-Soir, il importait que nous connaissions exactement les formalités administratives à respecter, les déclarations et dépôts légaux obligatoires, bref il s'agissait d'une entreprise exigeant des expériences que nous ne possédions pas encore.

Un débat assez vite réglé se conclut par la réalisation de l'unanimité des militants responsables de la Fédération sur le choix du titre l'Humanité-nouvelle. La question de savoir si nous reprendrions la même calligraphie que celle du titre de la vieille Huma fondée par Jaurès suscita quelques hésitations. Les dirigeants révisionnistes ne trouveraient-ils pas là une cause suffisante pour nous faire un procès en justice ?
Je considérais pour ma part qu'ils n'oseraient pas engager une telle initiative. En agissant ainsi ils auraient pris le risque de nous faire une publicité susceptible de révéler notre existence à des milliers de communistes qui pensaient comme nous, mais ne savaient pas encore que nous existions, organisés en dehors des rangs du vieux Parti. La suite me donna raison, il n'y eut aucun procès contre l'Humanité-nouvelle.

Le premier numéro sortit des presses sur seize pages au mois de février 1965. Son directeur de publication fut d'emblée François Marty.
Régis Bergeron fut rédacteur en chef, il était en réalité le seul journaliste de métier présent parmi nous.
Je fus, de fait, secrétaire de rédaction, chargé de rassembler avec Marcel Juliot, les différents articles à publier dans les rubriques ouvertes dés le début.

Mais une tâche bien particulière m'imposa un travail soutenu pendant deux ou trois jours par mois. J'avais aussi à assumer la mise en page, articles, photographies, titres, pavés légaux imposés par la Loi sur la presse. Je demeurais donc pendant des heures au marbre, à côté d'un typographe, avec lequel je me liais d'amitié sans pour autant le transformer en marxiste-léniniste.

Cet homme, nettement plus âgé que moi, était tout simplement un ouvrier et possédait un sens de classe naturel et, du coup, certains de nos textes ne pouvaient manquer de lui plaire. L'avantage de ce rapport entre lui et moi fut tout simple : il ne fut jamais de mauvaise humeur et fit preuve d'une grande patience vis-à-vis de toutes les erreurs et autres fantaisies qui n'étaient dues qu'à mon inexpérience.

La vente de notre organe rencontra d'extrêmes difficultés. D'abord parce que L'Humanité-nouvelle n'était pas connue. Ensuite parce que là où elle était évoquée dans les rangs du vieux Parti, les cadres fédéraux arrivaient aussitôt pour nous diffamer et lancer contre nous calomnies et mensonges. Ils n'hésitaient pas à nous accuser d'être des « flics » . Enfin parce que les organismes de distribution, NMPP à Paris et régionalement, ainsi que les kiosques publics ne trouvaient aucun intérêt financier à la vente de cet organe de faible tirage et de trop longue périodicité. Il est intéressant de souligner que la cellule d'entreprise du Parti révisionniste aux NMPP adopta à notre égard une attitude nullement antagonique. Son secrétaire politique devint bientôt membre de notre organisation.

Contrairement à ce qu'écrivent les journalistes, reporters et autres auteurs qui entendent traiter, aujourd'hui, des « maoïstes » , notre organe ne bénéficia pas durant toute sa période d'édition de dix mille abonnements chinois.
Ce chiffre important ne fut réalisé je crois bien qu'à l'époque où il devint quotidien durant une assez courte période, après 1970.
Les abonnements étrangers, essentiellement chinois et albanais, nous aidèrent certes de façon précieuse, mais les quantités commandées varièrent d'une année à l'autre, n'atteignant leur sommet qu'un ou deux ans de suite en cette période exceptionnelle. En général, nous eûmes à expédier en Chine populaire 5 000 exemplaires, que les lecteurs de français trouvaient dans les aérogares des grandes villes.
Bientôt d'ailleurs « l'Humanité » révisionniste ne franchit plus les frontières chinoises. Les étudiants de langue française de l'Université de Pékin n'eurent plus à leur disposition que notre modeste organe, qu'ils pouvaient se procurer à la Librairie internationale de Pékin.

Une autre source de financement de la trésorerie indispensable qui nous permit de tenir près de quinze années (Humanité-nouvelle, puis Humanité-rouge) provint de la souscription permanente dont l'objectif fut plusieurs fois de recueillir en douze mois quatre-vingt à cent millions de francs (de centimes d'aujourd'hui).
Plusieurs années de suite, surtout au début et en 1968, nos résultats en ce domaine furent excellents, et même si l'objectif resta quelquefois supérieur au résultat obtenu, il n'en fut pas moins proche et utile, voisinant les quatre-vingt millions de francs. À cet égard je dois révéler les sacrifices énormes que consentirent de nombreux lecteurs et militants, qui envoyèrent des sommes très importantes par rapport à leurs revenus professionnels.
Il y avait dans de telles attitudes la manifestation d'une conviction, d'une honnêteté et surtout d'une espérance engendrées par notre refus du révisionnisme moderne et des méthodes bureaucratiques, antidémocratiques et brutales des dirigeants du Parti français.
La politique suivie par les dirigeants de Moscou était de plus en plus condamnée, non par des ennemis de classe du communisme, mais au contraire par des militants qui se voulaient radicalement communistes et fidèles au passé glorieux de leurs aînés en France comme dans le monde entier.

Notre organe mensuel put ouvrir rapidement une rubrique de « Lettres de lecteurs » dans laquelle s'exprimèrent de nombreux militants, de manière anonyme ou revendiquée et signée.

Les cercles marxistes-léninistes fleurissaient un peu partout en France, dans des villes ou dans des usines et nous recevions des encouragements d'un peu tous les milieux.
Régis Bergeron nous fît savoir que Gilbert Mury, qui exerçait encore de hautes responsabilités au sein du Parti révisionniste, était prêt à nous rejoindre.

Courant avril 1965, nous reçûmes de l'Ambassade d'Albanie une invitation à assister aux cérémonies du Premier Mai à Tirana.
Je réussis à prendre le congé nécessaire, soit une semaine à imputer sur mon congé annuel. Je partis en compagnie de François Marty.
Mais j'eus dans la capitale albanaise la désagréable surprise d'y retrouver le fameux Claude Beaulieu, en qui nous n'avions vraiment aucune confiance. Nous le soupçonnions d'être soit une « barbouze » travaillant pour la police, soit un indicateur de la section de montée des cadres du Parti révisionniste, c'est-à-dire encore d'une police parallèle.
Je ne peux toujours pas trancher cette question, et pense qu'il n'était peut-être ni l'un ni l'autre.
Toujours est-il que très longtemps après, à l'occasion de mes activités militantes antiracistes, je devais le rencontrer et j'appris qu'il était membre d'un organisme du Parti communiste français dans le département des Alpes-Maritimes. Je n'en tire aucune certitude, mais seulement une hypothèse subjectiviste, disons une présomption.

Je fus assez impressionné par le défilé militaire et populaire albanais. Nos hôtes nous avaient placés à la tribune d'honneur, aux côtés de nombreux autres étrangers qui représentaient des groupes marxistes-léninistes européens ou d'autres pays dans le monde.
Nous fîmes la connaissance de certains d'entre eux, notamment d'Italiens, d'Allemands et d'Autrichiens. Une place de choix, plus prés du centre de la tribune, était occupée par les Belges.

Un banquet officiel nous réunit tous avec les dirigeants albanais dans le château de l'ancien roi Zog. Chacun dut y porter un toast en faveur des mots d'ordre marxistes-léninistes en même temps qu'à la santé d'Enver Hoxha, et à la gloire des grands dirigeants révolutionnaires. Le repas fut abondant, servi par des gens stylés habitués aux grandes réceptions. Avant de partir chacun d'entre les invités serra la main du chef de l'Etat populaire albanais et de ses plus proches compagnons, Husny Kapo, Mehmet Chehou, Ramiz Alia notamment.

Le lendemain, ou la veille, je ne m'en souviens plus avec précision, nous eûmes, François Marty et moi-même, un long entretien avec les représentants de la direction du Parti frère, dans une assez petite pièce de l'immeuble servant de siège au Comité central.
Ce qui fut exposé et déclaré n'est pas du tout resté dans ma mémoire. Je sais seulement qu'Enver Hoxha fit une entrée remarquée après que nous avions déjà tous pris place.
C'était un homme de haute taille, avec une chevelure foncée de coupe un peu romantique, un regard direct et perçant, sachant parler français assez correctement, parce qu'il avait vécu, jeune étudiant, une année, à Montpellier. Il nous manifesta une sollicitude un peu exubérante et nous donna de nombreux conseils, en prenant des exemples tirés de la lutte de libération qu'il avait conduite victorieusement contre les Italiens d'abord, puis contre les Nazis.
Le plus sympathique de ses compagnons me parut être Husny Kapo. Tel fut aussi l'avis de François Marty.
Mais le plus intelligent, à mon très modeste avis, me semblait être le plus jeune d'entre eux tous, Ramiz Alia, qui parlait au moins quatre langues étrangères dont le français.

Les journées passèrent très vite et nous nous retrouvâmes bientôt sur la voie du retour, par avion comportant un changement de lignes à Bari, dans le sud de l'Italie, puis à Rome Fiumicino. Nous dûmes descendre à Nice et rejoindre ensuite Marseille par une ligne intérieure française. Nous étions plutôt fatigués.

Quelques jours à peine après notre retour était publiée la nouvelle que la Chine populaire venait de procéder à sa deuxième expérience atomique. Nous étions satisfaits de voir ainsi brisé le monopole nucléaire américano-soviétique. Pour nous la menace d'une agression des États-Unis se trouvait quelque peu éloignée par la possibilité de riposte, même minime, de la Chine communiste.

Le fameux Traité de Moscou qui avait tellement opposé les révisionnistes du monde entier et les marxistes-léninistes se trouvait contourné par le gouvernement du pays où vivait le plus grand peuple de la terre qui avait refusé de le signer. Je tiens à rappeler qu'à l'initiative du général De Gaulle, la France avait aussi refusé de signer ce traité instaurant une double hégémonie planétaire.

Avant même que nous ayons eu le temps de réunir nos instances dirigeantes de la Fédération, nous reçûmes des informations de militants nous annonçant que pendant notre absence, le nommé Georges Frêche, adhérent de date récente, avait entrepris une visite des différents responsables des cercles marxistes-léninistes existant pour leur expliquer qu'il fallait « vider les vieux et les remplacer par des jeunes » .
En clair, il demandait que l'on expulse des rangs de la Fédération François Marty et Jacques Jurquet pour mettre à leur place des militants moins âgés, et, naturellement, lui-même, docteur en droit et ancien militant de la Fédération Générale des Etudiants de Lettres, la FGEL.
Nous fûmes pour le moins stupéfaits. Une réunion spéciale fut convoquée pour le 5 juin, au cours de laquelle, à l'unanimité, ce curieux personnage fut exclu par les cercles de Tours, Bordeaux, Aix en Provence, Le Havre, Grenoble, Paris, Marseille et par le Secrétariat provisoire composé de François Marty, Louis Rovini et Jacques Jurquet.

Georges Frêche a depuis lors fait une carrière politicienne.
Après qu'il eut signé dans l'Humanité-nouvelle une étude sur les questions agricoles sous le pseudonyme de Georges Lierre, et après son exclusion, il rejoignit tout d'abord le groupe de Clichy, dirigé par Claude Beaulieu. Puis, après une interpellation en Suisse sur laquelle je vais revenir plus loin, il quitta définitivement les rangs des marxistes-léninistes et disparut, du moins pour nous.
Plus tard nous devions le reconnaître en la personne du député-maire de Montpellier, élu socialiste. C'est pourquoi les plus humoristes d'entre les nôtres, prenant en compte son pseudonyme lors de son court passage dans nos rangs, le baptisèrent « la plante grimpante» .

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 23:28:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Des brimades policières - 2e voyage en Chine - "je vote communiste"


- 16-


L'année 1965 n'avait pas fini de nous offrir des surprises.

J'effectuais assez régulièrement, mais nullement tous les mois, beaucoup moins souvent en vérité, des visites à l'Ambassade de Chine populaire en Suisse.
Lors d'un voyage effectué au cours du premier trimestre de 1965, je me rendis compte que j'étais filé et surveillé par deux hommes en civil, que je tins aussitôt pour deux fonctionnaires de police. Comme je prenais, à Lyon-Perrache, mon billet pour la Suisse, ils passèrent juste derrière moi au guichet de la SNCF et j'entendis qu'ils demandaient des titres de transport pour la même direction. Sans leur laisser l'impression que je les avais repérés, je me mis à les surveiller. Ils montèrent, comme par hasard, ou, tout au contraire de façon très déterminée, dans le même wagon que moi, cherchèrent, depuis le couloir, l'endroit où je m'étais installé et demeurèrent debout non loin de mon compartiment. À l'arrivée à Berne, ils me laissèrent descendre devant eux, mais je m'arrangeai pour qu'ils soient contraints de me dépasser et je constatai qu'ils se rendirent directement à une porte, qui ne constituait nullement une sortie de la gare, mais portait en grosses lettres l'indication « police » .
J'avais compris, mais ignorais s'il s'agissait de policiers français ou suisses. De toutes façons, je pensai qu'une coordination étroite existait entre les deux services et peu m'importait que ces gens soient de mon pays ou de celui où je me trouvais en situation d'étranger.
Je me rendis à l'hôtel où je descendais habituellement, puis à l'Ambassade de Chine populaire en taxi. Pas de filature apparente. Je n'indiquai pas même le fait à mes interlocuteurs chinois.

Quelque temps plus tard, alors que j'effectuai une nouvelle fois le même trajet, à l'arrêt en gare de Lausanne, une femme élégante, toute vêtue de noir, monta dans le wagon. Je me trouvais seul, il n'y avait pas d'autres voyageurs. Elle sembla chercher quelqu'un, puis me vit et vint s'asseoir juste en face de moi. Elle sortit aussitôt de son sac à main un superbe boîtier à cigarettes, puis une cigarette, enfin un briquet et m interpella « J'espère que la fumée ne vous dérange pas, Monsieur » . Je ne lui répondis que par une dénégation bougonne de la tête. Alors elle alluma sa cigarette en élevant très haut son briquet, disons à hauteur de mon visage. Sur le moment je ne compris pas, mais quand elle recommença le même manège un moment plus tard, je pensai instantanément que cette femme était en train de me photographier. Jusqu'à Berne, je ne desserrai pas les dents, elle non plus. Affectant une politesse naturelle, je la laissai passer la première pour descendre du train et l'observai attentivement jusqu'au moment où je la vis entrer à son tour, sans hésitation, dans la partie de la gare portant l'inscription « police » .

J'informais mes plus proches camarades, à mon retour en France, que je me trouvais sous surveillance policière.
Je ne me trompais pas.

Ces filatures étaient-elles demandées par les Renseignements généraux français, ou par la Police fédérale suisse, je l'ignore toujours. Mais à la façon dont réagirent ultérieurement les journalistes et dirigeants du Parti révisionniste, j'incline à penser que nous avions été donnés par la section de montée des cadres alors dirigée par Gaston Plissonnier.
Toutefois rien n'est jamais établi de manière infaillible en pareilles circonstances.

Toujours est-il que fin juin 1965, trois d'entre nous furent interpellés à la frontière, du côté suisse. Il convient que je relate cette péripétie.
Nos contradictions avec le C.M.L.F. de Claude Beaulieu, comme d'ailleurs avec les Belges, ne cessaient de s'exacerber. À tel point que notre direction de la Fédération des Cercles marxistes-léninistes décida d'en informer le Parti communiste chinois.
Pour cette démarche furent désignés trois camarades : François Marty, Marcel Juliot et moi-même. Deux d'entre nous travaillaient et ne pouvaient se libérer que durant un week-end. Nous prîmes donc le train en direction de Berne en passant, comme d'habitude par Lyon-Perrache, le Samedi 19 Juin 1965.

Aussitôt arrivés, nous eûmes un entretien approfondi avec nos interlocuteurs chinois, au siège de leur ambassade, puis, le soir, un peu tard, nous rejoignîmes le grand hôtel où nous avions pris l'habitude de descendre lors de nos passages. Nos amis chinois nous avaient défrayés de nos dépenses, ce qui était normal, parce que sans ce soutien concret, nos bourses respectives ne nous auraient pas permis de tels déplacements. Nous avions reçu chacun deux cents dollars, ce qui couvrait correctement et sans excès les frais de train, d'hôtel, de nourriture. Mais, par vigilance, nous effectuâmes le retrait de francs français dans une agence de change près de la gare.
Nous considérions inutile d'être éventuellement trouvés porteurs de dollars. Le préposé de la caisse nous remit à chacun un ticket enregistrant l'opération effectuée.
Nous montâmes dans le train suisse, assez satisfaits d'avoir pu apporter à nos camarades chinois des explications détaillées justifiant que nous ne voulions avoir aucune relation avec le groupe de Clichy, particulièrement suspect à nos yeux.

Le voyage est assez rapide entre Berne et Genève, même en omnibus. Nous arrivâmes vers la fin de la matinée dans la grande cité des bords du lac Léman. Il faisait beau temps, nous n'étions pas trop fatigués, mais je redoutais simplement un accès de rhume des foins, maladie à laquelle j'étais prédisposé depuis longtemps pendant les mois de printemps.
Nous descendîmes pour passer en territoire français par le couloir souterrain qui relie les deux pays. Les baraques des douaniers et des services de police s'élevaient en haut, sur les quais, de chaque côté, l'un français, l'autre suisse.

Dès que nous fûmes engagés dans les escaliers du côté suisse, des fonctionnaires de la police fédérale helvétique en civil nous abordèrent et nous déclarèrent que nous étions en état d'arrestation. Nous fûmes séparés en moins de vingt secondes et escortés, chacun, par l'un de ces personnages. Je pus remarquer que notre arrestation avait fait l'objet d'une préparation minutieuse par le nombre impressionnant de policiers en civil que j'aperçus dans les escaliers et dans la gare. On nous conduisit dehors et l'on nous fit monter dans des automobiles banalisées.
Ni vus ni connus. C'était une interpellation dans toutes les règles de la discrétion. Puis on nous amena dans un immeuble important qui devait être le siège de la direction fédérale de la Police suisse.
Je ne ressentais aucune inquiétude et ne parvenais pas à comprendre pour quelle raison avait pu être décidé ce contrôle. Et sur demande de quel organisme.

Le fonctionnaire qui s'occupait de moi se présenta, Commissaire Marchesi. Il me donna lecture d'un texte me notifiant une inculpation « d'espionnage au profit d'un État, d'une nation ou d'une formation politique étrangère » .
Cette notification était plus détaillée que les quelques mots qui demeurent dans ma mémoire. Elle me fit éclater de rire, sans ostentation, mais avec une totale sincérité. Moi, un espion ? C'était une farce.
Mais l'honorable flic suisse, qui restait très poli, m'indiqua que les meilleurs espions étaient les « bons pères tranquilles » dans mon genre.

Je lui parlai alors avec sérieux et lui demandai sur quels faits cette accusation pouvait être fondée. Il énuméra mes déplacements de la veille et du matin, indiqua l'hôtel où j'avais dormi, et, point crucial pour lui de ma qualité d'espion, m'assura que j'étais allé à l'ambassade de Chine populaire, en étais ressorti tard le soir, et que ce n'était pas ma première visite dans ces lieux diplomatiques. Il ajouta qu'il était absolument anormal que je rende visite à cette ambassade, moi, Français, dans la mesure où des relations diplomatiques existaient désormais entre mon pays et la Chine.

Je répondis calmement à toute son argumentation en indiquant, ce qui était vrai, que nos relations étaient politiques et ne regardaient en rien la Suisse. S'il pouvait m'établir une infraction d'espionnage mettant en cause les intérêts directs de son pays, qu'il le fasse donc immédiatement.
Naturellement il s'en garda bien, demanda à fouiller mon portefeuille, je ne pus m'y opposer, il y trouva le reçu du change des deux cents dollars de défraiement et me demanda pourquoi j'avais choisi de changer en Suisse plutôt qu'en France. Là il est exact que je me trouvai quelque peu embarrassé parce que je ne voulais à aucun prix révéler qu'il s'agissait du remboursement de nos frais par les Chinois.
Je n'entendais absolument pas mettre en cause nos camarades. Je lui fournis donc une explication à laquelle évidemment il ne mit pas. J'inventai que le taux de change était plus favorable dans son pays que dans le mien, qu'il me restait ces quelques dollars chez moi laissés par un ami étranger de passage et que j'avais donc profité de mon déplacement en Suisse pour en effectuer le change en francs français. Il insista pour me faire dire que je les avais reçus des diplomates chinois et je refusais jusqu'au bout cette assertion.

J'ignorais deux faits : au même moment, mon camarade François Marty, plus habile que moi, avait réussi à froisser le reçu qu'il possédait, qui ne se trouvait pas dans son portefeuille, mais dans sa poche. De telle sorte que même la fouille du Commissaire qui l'interrogeait ne provoqua pas la découverte du reçu en cause. Par contre, Marcel Juliot se laissa piéger par le fonctionnaire qui l'interrogeait. Ce dernier prétendit mensongèrement que Marty et moi avions avoué avoir reçu des dollars de l'Ambassade de Chine. Alors notre camarade, naïvement, accepta de reconnaître le même fait, se croyant couvert par les aveux des deux autres membres de notre délégation.

Marchesi me demanda aussi à brûle-pourpoint si j'étais un ancien député du Parti communiste français. Cette question me sembla étrange et m'incita à considérer qu'il pouvait y avoir effectivement une relation entre nos arrestations et une éventuelle dénonciation venant de la police politique révisionniste. Mais, avec le recul des années, m'est venu à l'esprit que peut-être cette question correspondait à ma qualité d'ancien secrétaire de député à l'Assemblée nationale. Or cette indication figurait dans ma fiche des Renseignements généraux, comme j'en eus la preuve par des articles ou la presse citait mon premier prénom « Alphonse » , celui fourni par ce service de police. Un journaliste me confirma le fait.

Finalement après deux ou trois heures de questions sans aucun intérêt pour établir je ne sais quel délit d'espionnage, la Police fédérale suisse nous fit signer nos dépositions avant de nous libérer en nous expulsant du territoire de ce pays. Nous aurions pu refuser de signer, comme il était de règle pour tout communiste. Mais cette attitude impliquait que nous allions demeurer en Suisse encore quelques temps et que pour Juliot et moi-même cet emprisonnement ne serait pas sans conséquence immédiate sur nos situations professionnelles.
Comme d'autre part ce que nous signions n'avait rien de vraiment compromettant ni pour nous mêmes ni pour nos amis chinois, tactiquement nous eûmes tous les trois la même réaction. Il était préférable de signer pour pouvoir rentrer immédiatement en France.

Nous atteignîmes enfin nos pénates à Marseille dans la soirée du Dimanche. Fait étrange : côté français, à Genève, les services de police ne nous adressèrent pas un seul mot, alors que certains de leurs fonctionnaires avaient parfaitement pu voir que nous étions accompagnés et relâchés juste sur la frontière par leurs homologues suisses. À vrai dire je pense que sur le plan judiciaire, rien ne pouvait nous être reproché. Nous n'étions pas encore à l'époque du fameux Ministre de l'Intérieur Raymond Marcellin qui allait voir partout, quelques années plus tard, la main de Mao Zedong, comme d'autres avaient vu naguère en tout communiste la main de Moscou ou un homme avec un couteau entre les dents.

Simplement nos épouses s'étaient inquiétées et s'étaient consultées l'une l'autre sans pouvoir se rassurer efficacement.

À qui profita cet acte de répression assez stupide ? Et d'autant plus ridicule que nous fûmes tous « interdits de séjour » dans ce beau pays évidemment beaucoup plus accueillant aux visiteurs chargés de déposer des fortunes sur des comptes secrets en banques que les modestes militants politiques que nous étions.
La presse en France en fît état, sans grand tapage. Les seuls à avoir tenté d'exploiter l'affaire furent évidemment les dirigeants révisionnistes. L'Humanité nous présenta, comme à son habitude lorsqu'elle parlait de nous, en termes diffamatoires et nullement politiques. Elle publia un communiqué perfide en encadré et je répugne sincèrement à en rapporter les termes et les accusations.

Pendant longtemps je me creusai l'esprit pour essayer de savoir s'il y avait eu une fuite émanant de notre groupe. Mais en vérité, notre voyage n'était connu avant notre départ que de quatre militants de notre direction fédérale. Je ne nommerai pas le quatrième qui ne vint pas avec nous. Je ne parviens pas à me faire une certitude au sujet de son rôle personnel. Était-il une taupe de l'appareil policier du Parti communiste français ? C'est tout à fait possible.

Etait-il tout simplement un indicateur des services français ? C'est également possible. Mais dans le doute, je préfère taire son nom et récuser toute hypothèse accusatrice à son égard. Toujours est-il qu'il nous quitta quelques mois plus lard et que je n'ai plus jamais su ce qu'était devenu cet homme.

Plusieurs années plus tard, une demande en suppression de cette mesure à mon encontre soutenue par un avocat français fut rejetée par le Tribunal fédéral suisse ; ma présence dans ce pays demeurant indésirable. Curieux pays, ou superbe pays ayant des autorités et des administrations pour le moins paranoïaques ou corrompues internationalement. Il faut bien blanchir l'argent sale ou profiter de l'or et des objets de valeur volés aux Juifs par les Nazis et leurs serviteurs pendant la seconde guerre mondiale. Ce pays est pourtant si beau et certains de ses ressortissants humanistes ont sauvé les grands parents, les tantes et les oncles de mes enfants en 1943 et 1944, leur accordant asile en tant que Juifs qui, demeurés en France, auraient probablement été pris et déportés vers la mort. Double visage d'une société fort policée de notre Occident prétendu civilisé.

En 1965 j'effectuai un second voyage en Chine populaire, durant deux ou trois semaines couvrant la fin du mois d'août et la première quinzaine de septembre. Par une carte postale encore présente dans mes archives, je sais que j'étais à Pékin le 3 septembre, où je rejoignis le couple Marty. Ils arrivaient de Tokyo où ils avaient participé, avec Thiervoz et Juliot, à la seconde conférence du Gensuykyo japonais contre les armes d'extermination massive.
Avec mes camarades, nous partîmes d'abord pour Canton. Puis nous eûmes le privilège exceptionnel de visiter la ville touristique magnifique de HangTchéou le 12 du même mois.

Après notre retour en France, notre activité au cours de l'année 1965 fut constituée par une prise de position politique et à ne voter ni pour De Gaulle ni pour Mitterrand, mais à mettre dans l'urne un bulletin de vote nul sur lequel ils auraient inscrit : « Pour la fidélité à l'idéal communiste, je vote communiste».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 23:36:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vers la création du PCMLF


-17-


L'année 1966 restera essentiellement caractérisée par le déclenchement de la Grande Révolution Culturelle prolétarienne en Chine populaire. Une année de bouleversements de plusieurs sortes dans le monde entier, et particulièrement dans le monde communiste. Mais en France elle fut marquée aussi par l'essor des mouvements contestataires s'opposant au révisionnisme, notamment chez les intellectuels et les étudiants.

La Fédération des cercles marxistes-léninistes commençait à être connue. Aussi la confrontation avec les révisionnistes devenait-elle de plus en plus aiguë. Les dirigeants du vieux Parti n'hésitaient pas à recommander la violence à leurs militants de base.
La question du soutien aux patriotes vietnamiens constituait un point de friction sévère, d'autant plus que les dirigeants Communistes vietnamiens suivaient une ligne définie par Ho Chi minh en refusant de condamner les camarades chinois, tout en conservant des relations avec les Soviétiques.
En fait, le vieux Parti ne supportait pas que dans ses propres rangs des militants et non des moindres ne dissimulent plus leurs critiques vis-à-vis de la mollesse de leurs dirigeants centraux dans la lutte contre l'impérialisme américain.

Madeleine Riffaud, admirable journaliste et camarade connue pour ses activités pendant la Résistance contre les Nazis exprimait tout haut ce que de nombreux intellectuels pensaient tout bas ou ne proclamaient qu'à demi-voix. Le 23 mars, lors d'un défilé marqué par de sévères affrontements entre marxistes-léninistes et révisionnistes, à Paris, elle s'était retrouvée très spontanément aux côtés de celles et ceux qui se montraient les plus résolus dans le soutien au peuple frère en guerre contre les forces américaines. Un millier de marxistes-léninistes et sympathisants avaient recouru à un sit-in Place de l'Opéra, après avoir été durement repoussés par le service d'ordre musclé du vieux Parti, sans que personne ne puisse les déloger.
Debout au milieu de ces manifestants, la pasionaria française, encore membre du PCF, n'avait pas hésité à reprendre les mots d'ordre scandés par les communistes tiers-mondistes.
J'ai toujours éprouvé une considération élevée à l'égard de cette camarade, qui a quitté les rangs du vieux parti depuis plusieurs années maintenant.

D'ores et déjà, au nom de la FCML, j'avais adressé des messages de solidarité et de soutien aux représentants des patriotes vietnamiens, qui les avaient acceptés. D'autre part, ces dirigeants communistes asiatiques n'ignoraient nullement la situation interne du mouvement communiste international. Ils tenaient le plus grand compte des positions exprimées par le Parti communiste chinois. Leur maison d'édition en langues étrangères, Xunhasaba, à Hanoï nous adressaient d'appréciables quantités de brochures en français. Ils me firent savoir de façon indirecte qu'ils étaient très intéressés par les activités des cercles marxistes-léninistes, mais, au moins provisoirement, n'entrèrent pas en rapport direct avec nous.

A la même époque, l'Union des Etudiants communistes était traversée de part en part par une crise idéologique et politique extrêmement profonde que les deux professeurs chargés de la diriger, Guy Hermier et Pierre Juquin, ne parvenaient plus à juguler.

Un débat commença à enfler les discussions internes dans nos rangs. Devions-nous ou non préparer la création d'un nouveau Parti communiste comme le souhaitaient tant, pour ne pas les citer, nos camarades albanais.

Personnellement, je ne pensais pas que nous soyons parvenus à un stade de développement suffisant pour lancer une formation politique ayant vocation nationale. Dans des régions entières, le Parti révisionniste était lui-même faible et nous-mêmes ne bénéficiions d'aucun contact. François Marty se montrait tout aussi prudent.
Quant à nos camarades chinois, quand nous évoquions l'éventualité d'une telle initiative, ils nous donnaient toujours des conseils de pondération et nous affirmaient que nous seuls étions en mesure d'en décider, car nous connaissions la situation en France beaucoup mieux qu’eux.

Je tiens à opposer un démenti catégorique à toute relation historique qui présenterait les communistes chinois comme protagonistes de la fondation de nouveaux partis, quand, comme en France, les conditions nécessaires n'étaient pas remplies. J'ajoute à ce démenti une autre indication historique capitale : jamais le Parti communiste chinois n'a cherché à mettre en place une nouvelle Internationale, ou un nouveau regroupement de partis communistes qui auraient été d'accord avec sa politique.
Il n'accepta pas de reproduire en ce domaine les graves erreurs commises par le Parti soviétique.

Par contre nos interlocuteurs albanais adoptaient une position opposée. Ils étaient très favorables à la création en France d'un Parti marxiste-léniniste comme il en existait déjà dans d'autres pays européens, en Belgique, en Italie, en Allemagne, en Espagne, en Autriche. Je ne crois pas me tromper en considérant que les dirigeants albanais estimaient qu'autour de leur propre exemple devait se constituer sinon une Internationale, du moins un courant communiste international se plaçant délibérément sous leur obédience.

Une mesure transitoire fut arrêtée à l'unanimité de notre direction de la Fédération des Cercles marxistes-léninistes. Nous allions lancer le mot d'ordre de l'objectif de fondation d'un nouveau Parti, mais nous allions prendre tout le temps nécessaire pour accomplir cette tâche sans précipitation en mettant de notre côté les meilleurs atouts possibles. Tel fut l'ordre du jour, disons stratégique, d'une Conférence nationale convoquée à Paris dans la salle Lancry le 26 Juin 1966.

Au nom du Bureau politique de la FCML, je pus présenter un long rapport sous le titre « En avant pour une analyse concrète de la situation des classes sociales françaises ! En avant pour la création du Parti communiste français (marxiste-léniniste) ! » . Ce rapport fut ensuite connu sous le nom de » rapport de Lancry » . Il est publié, avec d'autres documents dont je fus l'auteur, dans un ouvrage qui connut un assez beau succès de diffusion « Arracher la classe ouvrière au révisionnisme » recueil de textes de 1965 à 1971 - éditions du Centenaire février 1976 - huit mille exemplaires vendus.
Le ou la camarade chargé de cette édition oublia tout simplement le mot « moderne » à la fin du titre. Nous ne combattions pas comme Lénine le révisionnisme ancien de Kautsky, mais les formes nouvelles de cette perversion idéologique que nous nommions le « révisionnisme moderne » .

Mon rapport fixait la tâche de créer un nouveau parti de type léniniste et combattait les illusions de la « lutte interne » dans les rangs du vieux parti.
Après discussion, un vote unanime, ou largement majoritaire, décida la fondation du « Mouvement communiste français (marxiste-léniniste) » , qui succéda à la Fédération des cercles et se trouva conçu comme « instrument de la création du P.C.F.(M-L) » .Une nouvelle direction fut élue, comportant un secrétariat collectif.

Deux mois plus tard, je pus enfin prendre quelque repos. Pendant mes vacances professionnelles, je partis de Marseille trois semaines. Je conserve un souvenir très marquant des vacances ainsi passées avec Baya dans une ferme isolée, presque désolée, où nous vécûmes seuls. Cette résidence de repos et de calme absolu nous avait été offerte par des amis de la Cimade avec lesquels ma compagne avait noué des relations privilégiées pendant la révolution algérienne. À Prat Haut, dans le Queyras, département des Hautes Alpes, l'altitude d'environ 1800 mètres nous offrait des journées très agréables, fraîches et ensoleillées, mais des nuits où, dormant sans la moindre insomnie nous devions nous recouvrir de toutes les couvertures usagées trouvées sur place et nous serrer étroitement l'un contre l'autre pour unir la chaleur de nos corps. Nous restions quelquefois trois jours sans voir âme qui vive. Le quatrième jour, nous prenions notre Citroën deux chevaux pour descendre jusqu'à Aiguille, ou monter à Saint-Véran acheter quelques approvisionnements, il fallait bien manger. Cette dernière commune, située à 2040 mètres d'altitude, est souvent présentée comme le plus haut village habité d'Europe.
Outre l'enchantement des lieux, nous dévorions une nourriture bien spéciale.
Baya lisait « Etoile rouge sur la Chine » d'Edgar Snow et je me plongeais dans les articles du premier tome des « Œuvres choisies de Mao Zedong » , ouvrage de 392 pages traduit en français par les Editions en langues étrangères de Pékin. Un plaisir idéologique riche et profond. Une découverte insoupçonnée et enrichissante. Une lecture plus facile que celle des textes de Lénine, et même de Marx ; j'étais enthousiasmé.

Ce fut sans doute un peu plus tard, en septembre 1966, que j'effectuai mon troisième séjour en Chine populaire pour une semaine. Je fus reçu par Zhao Jien ming, qui partagea entièrement mes vues à propos du Parti belge de Grippa et du CMLF de Beaulieu.

Les luttes avec les forces lancées contre nous par les dirigeants révisionnistes s'aiguisaient de plus en plus surtout en milieu étudiant et intellectuel. Mais par ailleurs, le philosophe Althusser cristallisait autour de lui à l'École Normale Supérieure un nombre appréciable de militants qui se rapprochaient toujours de plus en plus des idées défendues par le Parti communiste chinois et les marxistes-léninistes du monde entier.

Ainsi, Gilbert Mury annonça dans une retentissante conférence de presse qu'il quittait le vieux parti et adhérait au Mouvement communiste français (marxiste-léniniste). Régis Bergeron avait eu au préalable des entretiens prolongés et approfondis avec ce philosophe très connu, lui aussi, de la jeunesse estudiantine.

Puis à la suite de violences méprisables organisées par le service d'ordre central révisionniste à la salle des Horticulteurs contre une réunion des jeunes normaliens, les « ulmards » , ceux-ci décidèrent de saborder l'Union des Étudiants communistes et se regroupèrent à une centaine au théâtre de l'École Normale supérieure, rue d'Ulm, pour fonder une formation nouvelle baptisée par eux « Union des Jeunesses Communistes (marxistes-léninistes) » . Je leur écrivis pour entrer en relation avec eux, mais ne reçus aucune réponse.

Moins d'une semaine plus tard, le 16 décembre 1966, notre camarade Claude Combe, ouvrier d'usine, ancien cadre fédéral du PCF de l'Eure-et-Loir, fut attaqué et blessé au visage par une foule de révisionnistes, excités et encadrés de dirigeants spécialement venus à Tours pour empêcher la tenue de l'un de nos meetings.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 23:50:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les agressions révisionnistes - le Congrès de Puyricard


- 18-


Le 5 mai 1967, le Mouvement communiste français (marxiste-léniniste) avait annoncé et préparé un important meeting de soutien aux patriotes vietnamiens alors en guerre contre l'armée américaine qui avait remplacé le corps expéditionnaire-français après les Accords de Genève. Ce rassemblement était organisé dans la grande salle de la Mutualité, susceptible de recevoir jusqu'à 2000 personnes.
Plusieurs orateurs étaient prévus parmi lesquels Gilbert Mury et moi-même. Nous avions aussi mis sur pied un service d'ordre, mais sans supposer que sur un sujet comme la solidarité aux combattants vietnamiens, les dirigeants et cadres révisionnistes feraient preuve d'une lâcheté et d'une violence de caractère fasciste. Nous avions manqué de vigilance et de perspicacité.

Une heure avant le début de la réunion, plusieurs centaines d'adhérents du Parti révisionniste moderne, encadrés par des responsables de leur police politique, bousculèrent brutalement le service d'ordre marxiste-léniniste. Supérieurs en nombre, ils étaient munis de matraques ou de barres de fer. Ils réussirent à s'emparer de la tribune et poursuivirent différents militants et cadres dirigeants comme l'ouvrier métallurgiste André Druesnes et le journaliste communiste Régis Bergeron. Ils les rouèrent de coups et les précipitèrent du premier étage en bas des escaliers. Ils déchirèrent en de nombreux morceaux les pancartes portant les mots d'ordre en faveur des patriotes du Vietnam, et, ne réussissant pas à l'arracher complètement, lacérèrent grossièrement une immense effigie du Président Ho Chi minh que nous avions placée juste au-dessus de la scène.

Gilbert Mury fut évacué juste à temps par l'un de nos gardes du corps.

En ce qui me concerne, il avait été prévu, que je ne me rendrais à la salle de la Mutualité qu'après l'ouverture du meeting.
J'avais rendez-vous non loin de là avec un groupe de camarades chargés d'assurer ma sécurité. L'un d'entre eux vint me prévenir dés le début des affrontements et insista pour m'éloigner en automobile ou en métro, je ne m'en souviens plus. Si bien que, mis à l'abri, je ne pus me retrouver sur place quand, après l'évacuation de la Mutualité par les agresseurs révisionnistes sous protection de la police, des militants tinrent quand même la réunion prévue, improvisant des discours ou la colère anti-révisionniste et la solidarité pro-vietnamienne cohabitaient aisément.

Le lendemain, j'écrivis une lettre de dénonciation de ces agissements que j'adressais aux délégations présentes à Paris des Vietnamiens du Nord comme des Vietnamiens du Sud. J'insistais sur le caractère inqualifiable de la destruction au moins partielle du portrait du Président Ho Chi minh.

L'Humanité-nouvelle en publia une photographie saisissante. Avec, bien entendu, notre version des faits, ainsi que la photographie du visage tuméfié de notre camarade Druesnes. Nous apprîmes plus tard par des camarades étrangers en contact avec les Vietnamiens que ces derniers avaient élevé une sévère protestation auprès du Comité central du Parti communiste français. Je n'ai jamais pu me procurer le texte exact de leur lettre, mais on m'indiqua qu'il était catégorique et condamnait l'action organisée par le service d'ordre révisionniste.

_______________


Trois mois plus tard, une délégation de quatre membres du Mouvement communiste français (marxiste-léniniste) était invitée à Tirana par le Parti du Travail d'Albanie. Aussi, du 8 au 15 août 1967, quatre d'entre nous séjournèrent au «pays des aigles » .
Je conduisis cette représentation et fus accompagné de Raymond Casas, Claude Combe et Gilbert Mury.

Une fois cette visite achevée, nous prîmes un vol à destination de Bari, ville de l'extrême sud de la botte italienne, puis, à l'aéroport de Fiumicino, près de Rome, nous nous séparâmes, Combe, Casas et Mury rentrant en France. Bergeron me retrouva en Italie et nous nous envolâmes vers la Chine. Sans doute, à cette époque, par la Compagnie aérienne pakistanaise qui desservait Le Caire, Téhéran et Karachi.

_______________


Quelques jours après, Bergeron et moi-même nous rendîmes dans la province du Heilongkiang, à Kharbin, accompagné de Madame Tsi.

La Révolution culturelle prolétarienne durait depuis un an environ.

Nous fûmes invités à assister à la mise en accusation par les masses d'un cadre important du Parti communiste chinois, un secrétaire régional si je ne me trompe. Cet homme était présenté sur une estrade avec une pancarte autour du cou sur laquelle étaient inscrits des mots en idéogrammes chinois.
Madame Tsi Zong hua nous traduisit : « Je suis une sangsue du peuple ». L'accusé penchait sa tête en avant. De l'imposante foule où nous nous trouvions partaient des cris, des invectives auxquels nous ne comprenions rien évidemment. Finalement un accusateur public grimpa sur la scène et lui posa des questions.
Madame Tsi commença à rire jusqu'aux larmes. Elle nous traduisit ce qui se disait, les réponses de l'accusé se résumant par ce qui nous semblait être un simple grognement rauque et court. Le dialogue était à peu près le suivant : « Lorsque tu étais le premier dirigeant de la région, lorsque quelqu'un critiquait tes articles, tu répondais que c'était ton secrétaire qui les écrivait et non toi-même. Est-ce vrai ?» — Réponse par un grognement qui devait signifier qu'il reconnaissait le fait. Autre question : « Lorsque le repas que tu offrais à des visiteurs n'était pas excellent, tu déclarais que c'était la faute de ton cuisinier ? Est-ce vrai ? » — Même réponse en grognement coupable.

Après chacune de ses réponses, la foule hurlait, mais sans doute en raison du brouhaha général résultant des différentes injures lancées, Madame Tsi nous assurait qu'elle ne comprenait pas et ne pouvait donc pas tout nous traduire.

Tel fut notre premier contact avec la Révolution culturelle, dont nos interlocuteurs du Comité central nous expliquèrent les raisons et les buts.
A la fin de notre séjour, après notre retour à Pékin, nous eûmes le 30 Août 1967 un assez long entretien avec Kang Sheng, présenté comme membre du Bureau politique et responsable du département de liaisons internationales. Il insista avec une force apparemment passionnée sur la nécessité impérieuse d'étudier les Œuvres du Président Mao et de tout faire pour en comprendre parfaitement la portée.

Ce vieux dirigeant était atteint d'un cancer, de la gorge, je crois. Il ne nous le dit pas, mais nous nous rendîmes compte qu'il était malade. Son épouse, Cao Qi, une femme chinoise d'assez petite taille, ronde et forte, restait toujours dans la pièce où nous nous trouvions avec lui et quelques autres camarades chinois, peu nombreux, l'indispensable interprète et sans doute le responsable du secteur de l'Europe occidentale et de la France.
Je devais le rencontrer de nouveau en janvier 1970, je reparlerai donc de ce personnage qui a été présenté en Occident comme le directeur des services d'espionnage chinois pendant trente années au moins.

Je n'entends souligner à ce stade de mes souvenirs qu'une seule réalité, notre interlocuteur chinois nous avait expliqué la Révolution culturelle de façon extrêmement claire et pédagogique, en soulignant l'importance décisive de rééduquer tous les militants menacés par l'idéologie révisionniste. Dans ce but il insistait sur la nécessité de ne jamais s'écarter des principes de la pensée de Mao Zedong.

_______________


A notre retour en septembre, nous apprîmes que le cinéaste réputé Jean-Luc Godard venait de réaliser un film intitulé « La Chinoise » . L'entreprise me sembla suspecte dans son principe même. Je n'éprouvai aucun désir d'aller voir ce long métrage, parce que je pressentais qu'il s'agissait sinon d'une provocation montée contre la Chine populaire, du moins d'une opération destinée à ridiculiser les militants marxistes-léninistes en France.

Michèle Z. signa un article critique très vif contre ce nouveau venu sur les écrans en recourant au pseudonyme de journaliste de Michèle Daria.
Cette initiative servit de détonateur à une formidable campagne de certains étudiants et intellectuels parisiens L'Humanité-nouvelle fut dénoncée dans les milieux comme sectaire et dogmatique, personne n'osa la qualifier à cette époque de « stalinienne » . Toutefois les étudiants de la rue d'Ulm, après des débats animés, condamnèrent à leur tour ce film, qui n'était m'assura-t-on qu'une caricature.
Je pense que l'opération montée par Jean-Luc Godard relevait davantage de l'esprit Canard enchaîné, d'une recherche d'humour sur le dos des jeunes qui se passionnaient pour la Révolution culturelle et croyaient faire œuvre de militants sincères en s'habillant à la manière chinoise, avec des vestes à cols Mao. Une mode qui n'avait jamais pénétré nos rangs.

_______________


Nous désirions convoquer le Congrès fondateur du Parti en tant que tel en septembre 1967. Mais nos discussions n'étaient pas encore achevées et la préparation exigeait des délais plus longs que ceux que nous avions prévus. Il importait en effet que nous réussissions cette initiative « historique » dans les meilleures conditions possibles. Or nous savions quels en étaient les risques aussi bien du côté de la répression du gouvernement que de la police politique du Parti communiste français. Le congrès de fondation du Parti communiste italien marxiste-léniniste avait été l'occasion d'une grave et violente provocation des révisionnistes de la péninsule.

Des documents émanant de la section de montée des cadres sont depuis lors tombés entre mes mains, offerts par des écrivains-reporters journalistes. L'un d'entre eux traite de la tenue de notre futur Congrès. Il est adressé en date du 28 Novembre 1967 aux « membres du Comité central » par porteur et signé « Gaston Plissonnier, secrétaire du Comité central » . Les dirigeants révisionnistes ignoraient l'endroit exact où nous le réunirions. Ils croyaient que nous prendrions une initiative à Tours « en liaison avec l'endroit où s'est tenu le congrès de 1920 » , ou bien « à Marseille, en raison des forces dont ils y disposent » , ou enfin « dans la région parisienne » .

Ils avançaient aussi d'autres hypothèses et ordonnaient aux Fédérations de toute la France de les tenir informés du moindre renseignement qu'elles auraient pu collecter à ce sujet. D'autres documents de la même origine m'ont prouvé depuis que je les possède, que la police politique du Parti révisionniste ne disposait pas de renseignements très précis et utilisables depuis 1964.

François Marty, vieux baroudeur ayant une solide expérience
des activités clandestines, depuis la guerre d'Espagne jusqu'à la Résistance, s'occupa activement de la préparation matérielle de notre Congrès. Je le secondais dans cette tâche délicate. Nous eûmes l'idée de tenir nos assises dans la propriété privée du camarade Georges Gauthier, alors exploitant agricole dans la campagne de Puyricard, près d'Aix-en-Provence. Pour des raisons de commodités pratiques nous fixâmes aux deux derniers jours de l'année 1967 la réunion nécessaire. Depuis lors le Congrès fondateur du « Parti communiste marxiste-léniniste de France » est connu sous le nom de « Congrès de Puyricard » .

Si le vieux Parti, très offensif pour essayer de nous empêcher de créer le nouveau Parti, ne bénéficia effectivement que de très peu d'informations, tel ne fut pas le cas de la police du gouvernement en place.

A vrai dire, nous n'entendions nullement tenir un Congrès clandestin par rapport à l'État de notre pays. Notre organe était public et légal, nos réunions s'y trouvaient annoncées, le courrier des lecteurs n'avait rien de secret. Mais nous désirions éviter une provocation des hommes manipulés par Moscou dans le sens de la politique anti-chinoise. C'est pourquoi nous avions donc pris un certain nombre de mesures de sécurité qui, finalement, s'avérèrent efficaces, puisque le Congrès put se tenir et conduire ses travaux jusqu'à leur terme en dépit d'une tentative de déstabilisation effectuée par le Parti révisionniste.
Un petit commando de quatre hommes en train d'essayer d'observer les abords du lieu de notre Congrès fut découvert par notre propre service d'ordre. Ce qui les contraignit à se replier dès que l'alerte fut donnée aux autres membres de notre S.O. et aux délégués rassemblés dans la salle du Congrès. Pour se replier ces gens, que nous connaissions presque tous, puisqu'au premier rang d'entre eux se trouvait le fameux Nicolas Lanzada, démasqué comme élément infiltré dans nos rangs quelques mois plus tôt, se mirent à tirer des coups de revolver assez nombreux, des camarades en dénombrèrent onze. Une balle atteignit Christian Maillet et lui traversa la plante du pied.

Je dis que nous connaissions presque tous ces agresseurs, mais l'un d'eux qui parut être le chef de kommando nous était inconnu. Par la suite diverses rumeurs émanant des milieux révisionnistes nous incitèrent à penser qu'il s'agissait tout simplement d'un cadre du service d'ordre central venu spécialement de la région parisienne pour la circonstance.

Ce fut alors un moment au cours duquel aucun présent ne sombra dans quelque panique, tout au contraire. L'intervention stupide des révisionnistes réussit au moins à créer une unité et une résolution qui firent de ce Congrès un moment très fort de l'existence de notre petite formation.

Dois-je révéler qu'au moment de cet incident, comme dans les heures qui l'avaient précédé, François Marty, Raymond Casas et moi même avions donné des consignes de vigilance très stricte. En particulier nous avions interdit tout recours à des armes de poing ou fusils de chasse. Avec l'accord de Georges Gauthier, j'avais collecté tout objet entrant dans ces catégories et les avais déposées dans une pièce annexe de sa ferme, dissimulée sous des bâches ou un tas de foin, je ne me souviens plus exactement. Nous n'étions pas des « gauchistes » agissant sans réfléchir, nous étions tout simplement des communistes bénéficiant d'expériences précieuses acquises pendant la Résistance. Aussi étions-nous des dirigeants sachant prendre leurs responsabilités.

Je ne désire pas revenir sur le très long rapport politique que je présentai au nom du Bureau politique du Mouvement communiste français (marxiste-léniniste). Le rapport de Puyricard était une somme comportant une analyse de la situation internationale, de la situation politique et sociale en France. S'il approuvait les grandes lignes des décisions du Parti communiste chinois, et les principes idéologiques de Mao Zedong, il récusait le qualificatif de «prochinois » pour revendiquer seul celui de «marxistes-léninistes » , et se démarquait délibérément des fantaisies des milieux qui s'autoproclamaient déjà «maoïstes » .

Sa conclusion proposait la création du « Parti communiste marxiste-léniniste de France » . Il fut adopté à l'unanimité des congressistes, qui étaient au nombre de 104, venus des quatre coins de notre pays.
Peut-être y eut-il une abstention, mais je ne m'en souviens plus avec certitude.

Un Comité central fut élu, ainsi qu'un Bureau politique et un secrétariat. Je revendique d'avoir proposé au Congrès que le camarade Raymond Casas, ouvrier métallurgiste, soit élu comme secrétaire général du Parti, partageant avec moi cette fonction dirigeante du plus haut niveau. François Marty et quelques autres comme Régis Bergeron furent désignés pour constituer le Secrétariat et le Bureau politique.

Je pense que la naissance de notre formation était inéluctable du fait de la dégénérescence accélérée du Parti soviétique et, dans son sillage, du Parti communiste français. Je ne regrette donc rien de ma vie de militant dans ces circonstances, ce qui ne signifie pas du tout que je sois persuadé que nous ne commîmes jamais d'erreurs.

Sans doute les temps n'étaient pas encore venus pour la réussite d'une telle entreprise de redressement des partis communistes dans le monde et en France tout particulièrement. Il y a beaucoup à apprendre de toutes les erreurs commises par les uns et par les autres, ainsi que des prises de position justes et positives qui marquèrent la vie de tous.

Je demeure inflexiblement persuadé qu'un jour futur les peuples ne supporteront plus le fléau historique du capitalisme et sauront inventer une société nouvelle de paix, de justice et de bonheur ayant pour fondement les acquis positifs des premières expériences du socialisme, les aspects négatifs étant sérieusement analysés et rejetés ou corrigés.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 15-10-2013 à 23:57:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mai 68 - interdiction du PCMLF


- 19-


En application d'une disposition du Statut de la Fonction publique, j'obtins de mon administration un congé sans solde d'une année.
Dés après le 1er mars, nous organisâmes une sous-location discrète de notre appartement de Marseille, et, laissant là nos meubles, prîmes la route pour Paris. Nous nous installâmes au treizième étage d'une tour Félix Potin, un gratte-ciel locatif édi fié par une grande société bancaire au bout de la rue de Flandn dans le dix-neuvième arrondissement.

Baya sut être une compagne dont les activités secondèrent matériellement les miennes, parce qu'elle s'occupa de tout ce qui nous était indispensable pour vivre certes modestement, mais dans des conditions convenables néanmoins. Un accord tacite entre elle et moi la dispensait de toute participation politique à mes activités, parce que nous pensions qu'elle devait observer une espèce de devoir de réserve en raison de sa nationalité d'Algérienne. Non qu'elle ne soit entièrement d'accord avec moi, mais parce qu'il importait de ne pas fournir à la police l'occasion d'une pression contre moi à travers elle en sa qualité d'étrangère.

Je voyageais souvent à travers la France, tandis que notre camarade François Marty venait périodiquement à Paris et habitait avec nous. Nous marquions à son égard un respect très sincère, non seulement par rapport à son âge plus avancé que les nôtres, mais surtout en raison de l'ancienneté et la richesse de son expérience de communiste. D'autres dirigeants marxistes-léninistes passaient chez nous mais beaucoup moins fréquemment. L'un d'eux, Claude Combe, habitait aussi la tour Félix Potin, mais au troisième étage, avec sa famille.

Le calme relatif que nous connûmes en arrivant à Paris ne dura pas longtemps. Moins de deux mois après, débutèrent les événements de mai-juin 1968, ce que je devais nommer plus tard «le printemps révolutionnaire de 1968 » . En commettant sans nul doute une erreur d'analyse, ne serait-ce que sur le plan de la chronologie historique parce que nous étions encore vraiment loin de la « Révolution » .

Dès les premières grandes manifestations d'étudiants, je pris l'habitude de les rejoindre, la plupart se développant au quartier latin. Je comptais vingt minutes de métro, mais en général je parvenais à temps pour me mélanger avec cette jeunesse bouillonnante. Les premiers jours, il n'y eut pas de répression policière brutale. Mais par la suite les actions estudiantines devenant de plus en plus hardies, les CRS et les gardes mobiles intervinrent de manière plus radicale, face à des manifestants qui attaquaient et ripostaient comme depuis longtemps personne ne se l'était plus permis.

Certes, presque chaque jour, avec le concours des dirigeants présents dans la capitale, je m'efforçai de pondre un communiqué de notre Parti. Il est possible d'en retrouver trace dans les numéros de l'époque de l'Humanité-nouvelle ainsi que dans un opuscule intégré dans mon ouvrage sur cette période. Il s'agissait de notre part d'une ligne politique approuvant les actions des étudiants, soutenant leurs mots d'ordre, critiquant l'hostilité de la direction du vieux Parti et de la C.G.T. à leur égard, protestant en des termes vigoureux contre la violence de la répression gouvernementale.

Pouvions-nous tenir un rôle dirigeant en ces circonstances ? Pas du tout. Mais je me souviens avoir défilé avec des milliers de jeunes nés gens en scandant, après l'arrestation de Daniel Cohn-Bendit : « Nous sommes tous des Juifs allemands ! »
Je me souviens encore de la fameuse nuit où Alain Geismar conduisit une foule de manifestants pour envahir la Bourse des valeurs, considérée à juste titre comme temple du capitalisme.
Avec des militants marxistes-léninistes parisiens, nous avions constitué un groupe dont nous assumions la direction à travers les rues de Paris, bientôt, ce groupe devint une foule considérable de cinq à six mille jeunes et moins jeunes, qui grossissait au fur et à mesure de sa progression. Certains brandissaient des drapeaux rouges, d’autres s'étaient emparés de bâtons et autres gourdins, j'en vis même un qui portait sur une épaule une longue fourche à foin, je remarquai bien le contenu hétéroclite de ces masses en mouvement, mais je crus que leur diversité caractérisait justement le côté révolutionnaire de ces journées.

Je sais aujourd'hui que je n'avais pas discerné l'importance de l'absence de la classe ouvrière, en tant que classe, dans ces événements exceptionnels. Ce qui ne signifie pas que dans ma pensée la place des travailleurs n'était pas là. Je suis d'avis que la ligne politique alors suivie par les révisionnistes et syndicalistes était erronée, et sauva la bourgeoisie française de difficultés beaucoup plus décisives qu'elles ne le furent en définitive.

Le 12 Juin 1968, nous apprîmes par la radio, dès le matin, que le gouvernement avait décidé de dissoudre différentes associations qualifiées de «gauchistes» , subversives ou révolutionnaires.

La veille, il est vrai qu'avec le concours actif d'un jeune camarade, ancien des Jeunesses communistes du Nord, Alain D. et l'aide d'un militant éprouvé, Max D., j'avais fait procéder à l'évacuation de notre local de la rue du Sentier de tous les papiers et autres documents un tant soit peu compromettants. Nous avions brûlé ceux qui ne nous paraissaient ne plus avoir aucun intérêt. Rien d'important ne restait susceptible de permettre à une perquisition policière de fournir des éléments matériels de nature à nous poursuivre. Ne restaient plus en ces lieux aucune liste de noms et adresses de militants.
Le matin de ce 12 juin, nous apprîmes donc que sept associations étaient dissoutes par application du décret contre les ligues factieuses prises par le gouvernement de Front populaire en 1936.
Raymond Marcellin, Ministre de l'Intérieur, ancien récipiendaire de la Francisque de Pétain, n'y allait pas de main morte. Il prétendait contre toute évidence que ces associations étaient armées et préparaient une tentative de renversement de l’Etat par une Révolution violente.
Ses propos devant le Parlaient relevaient purement et simplement de cette maladie que les médecins psychiatres nomment « paranoïa » . Il discernait un peu partout la main d'un chef d'orchestre qu'il ne nommait pas pour des raisons diplomatiques, mais tout le monde comprenait qu'il s'agissait de Mao Zedong.

Croyant que nous n'étions pas concernés par les mesures en cours q'application, Régis Bergeron, André Druesnes et moi-même nous rendîmes, dans la matinée, au siège du PSU, pour proposer à ses dirigeants d'entreprendre avec nous des démarches de protestation auprès des autorités et des actions de solidarité vis-à-vis des groupes interdits. Nous fûmes reçus par trois dirigeants de ce Parti : Michel Rocard, Marc Heurgon et Henri Leclerc. Nous connaissions bien ce dernier pour l'avoir pressenti en faveur du GONG, à l'époque où bon nombre de nationalistes guadeloupéens avaient été arrêtés dans leur pays aussi bien que dans la « métropole » et transférés puis emprisonnés à la prison de la Santé.

Nous discutâmes un long moment. Rocard était un interlocuteur difficile parce que cassant et doué d'un désagréable esprit de supériorité ou de suffisance. Mais nous parvînmes finalement à nous mettre d'accord, nous allions nous rencontrer de nouveau incessamment et mettre au point les formes de nos actions communes.

Nous quittâmes le local de la rue Mademoiselle vers 13 h 30, entrâmes dans un petit restaurant pour déjeuner modestement, en sortîmes peu avant la mise en vente du numéro du quotidien du soir Le Monde. Et lorsque nous prîmes connaissance des dernières nouvelles publiées par ce périodique, nous eûmes la surprise de constater que quatre autres formations étaient visées par les décrets de dissolution, dont la nôtre, le P.C.M.L.F. Nous étions interloqués parce que nous étions mieux placés que quiconque pour savoir que nous n'étions pas une organisation factieuse armée.

Comme on parlait déjà d'arrestations de dirigeants et de perquisitions, nous décidâmes de ne pas rentrer à nos domiciles respectifs. Régis Bergeron et moi-même avions prévu de longue date un lieu de repli en cas d'éventualité comme celle qui se produisait et que nous jugions absurde. Notre indignation provenait surtout de l'invocation juridique des décrets du Front populaire pour justifier les mesures décidées par le Gouvernement.

Tranquillement, Régis et moi partîmes pour dormir dans l'appartement qui avait été mis à notre disposition pour un passage dans la clandestinité. Nous pûmes y dormir tranquillement, en dépit d'aller et venues dans les escaliers, et, le lendemain matin, nous sortîmes ensemble pour aller aux nouvelles.

Dans la journée, chacun d'entre nous prit de nouvelles dispositions pour ne pas se laisser appréhender bêtement à son domicile. Il est vrai qu'à ce moment-là la police des Renseignements généraux accusait un certain retard dans ses
Recherches pour « loger » certains d’entre nous. J'appris par la suite qu'une perquisition avait eu lieu à mon domicile de Marseille, chez Baya. Là, les sous-locataires, des étudiants tunisiens, ne purent fournir aucun renseignement sur l'endroit où nous pouvions nous trouver, ma compagne et moi-même.

Des fonctionnaires de police utilisèrent successivement des promesses et des menaces pour faire parler ces jeunes gens, mais le dispositif que nous avions mis en place pour qu'ils règlent le loyer à notre place et en notre nom demeura hermétique aux recherches de ces enquêteurs. Seuls les malheureux Tunisiens eurent à se démener pour assurer ces visiteurs inattendus qu'ils ne connaissaient absolument pas notre adresse.

Sans doute irrités par leur échec, les policiers repartirent non sans emmener avec eux différents documents, qui n'avaient aucune valeur au point de vue renseignement. Ils prirent en particulier mon carnet de souvenirs où, pendant le régime de Vichy, l'occupation et la Résistance, j'avais inscrit quelques réactions personnelles sans conséquences dangereuses. J'y avais recopié des poèmes comme celui de Kipling, traduit en français par André Maurois « Si tu veux être un homme » ou la lettre du grand rabbin de France Isaïe Bloch au Maréchal Pétain contre les mesures antisémites ou encore l'alphabet hébreu.

Peut-être prirent-ils quelques autres documents, ou des photographies, mais de toute façon il n'y avait plus dans ce logement quoi que ce soit qui puisse servir une répression aussi stupide que maladroite.

Certes, à Paris, Max Durand avait été interpellé en même temps que se produisait la perquisition de notre siège rue du Sentier. Mais comme rien de concret ne pouvait étayer une mesure judiciaire contre lui il fut rapidement relâché.

A Marseille, le camarade Henri Blasquez, membre d'une famille de vieux communistes, originaire d'Espagne, fut lui aussi interpellé à notre siège et retenu assez longtemps dans les locaux de la police. Dés que j'eus connaissance de sa situation j'appelai au téléphone un vieil ami qui exerçait d'importantes responsabilités à l'organisation de la Cimade, le Pasteur Gourdol, et sollicitai son intervention pour faire libérer Blasquez et faire cesser toutes poursuites contre lui.
Il intervint avec habileté et notre camarade put bientôt rejoindre sa femme et ses trois enfants. Aujourd'hui le Pasteur Gourdol est décédé et je tiens à rendre à sa mémoire l'hommage dû aux gens de foi infatigables dans leur dévouement à un humanisme inconditionnel. Il sut nous soutenir sans réserve et sans jamais nous proposer de nous convertir à quelque religion que ce soit.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne  A contre-courantNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum