Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
 
Retour au forum
 

Ajouter une réponse

Pseudo :    S'inscrire ?
Mot de passe :    Mot de passe perdu ?
Icône :
                                
                                
Message :
 
 
 
Smilies personnalisés
 
Options :
Notification par email en cas de réponse
Désactiver les smilies
Activer votre signature
 
 
Dernières réponses
pzorba75
Et sur la poignée de présents à l'exposé de Macron, un bon nombre d'entre eux étaient collés à leur téléphone mobile.
Macron parle fort dans le vide, c'est son talent. Pendant son discours "impressionnant" à l'ONU, les allemands passent commande de 35 avions de chasse aux américains. Sans rire, le couple franco-allemand et "Notre Europe" au meilleur de leur forme.
Xuan
Quand Macron a parlé, je crois qu'on peut compter les auditeurs sur les sièges de l'ONU. C'était plus que clairsemé. Un non événement.

Voir la photo ici :
https://pbs.twimg.com/media/FdMT9TqXgAAqFas.jpg

Son discours : https://www.bfmtv.com/politique/elysee/ukraine-climat-le-discours-d-emmanuel-macron-a-l-onu-en-integralite_VN-202209200666.html


Edité le 22-09-2022 à 13:57:07 par Xuan


pzorba75
Macron a prévenu à la tribune de l'ONU que ces référendums ne seraient pas reconnus par la France, de quoi faire trembler les ukrainiens pro russes en guerre depuis 2014, de là à les ramener à la raison occidentale, il peut y avoir la guerre générale.
Les marchands d'armes ont des stocks, et la crise énergétique et les ruptures d'approvisionnement en composants ne semblent pas gêner les livraisons de matériels.
Maintenant que Macron a parlé, reste à attendre la réaction des dirigeants des pays qui n'ont pas soutenu la fameuse coalition internationale, ce qui représente un peu de monde sur la planète, monde souvent ignoré par les dirigeants alignés avec Macron derrière l'impérialisme américain.
Xuan
Source svpressa compte rendu quotidien du 20 septembre :
https://svpressa.ru/war21/article/346466/


15.00h L’écrasante majorité des résidents des régions de la RPD, de la RPL, de Zaporozhye et de Kherson souhaiteraient que leurs territoires fassent partie de la Russie après l’achèvement de l’opération spéciale - RIA Novosti en référence à l’étude de la société INSOMAR.
On a demandé aux répondants : « Si nous parlons de votre position, aimeriez-vous personnellement que le territoire de votre région reste une partie de l’Ukraine après l’achèvement de l’opération militaire, devienne une partie de la Fédération de Russie ou devienne un État indépendant ? »
Dans la République populaire de Donetsk, 91% des personnes interrogées étaient en faveur de l’adhésion à la Fédération de Russie, 4% - estiment que la république devrait rester un État indépendant, 5% - ont eu du mal à répondre et personne n’a choisi l’option de rejoindre l’Ukraine.
Presque les mêmes données sont ressorties selon les résultats d’une enquête auprès des habitants de la République populaire de Lougansk: 90% ont soutenu l’adhésion à la Fédération de Russie, 5% - pour un État indépendant, 5% - ont eu du mal à répondre.
Dans les régions de Zaporozhye et de Kherson, 80% de tous les répondants étaient en faveur de l’adhésion à la Fédération de Russie. Pour que les régions continuent de faire partie de l’Ukraine, 2% et 4% des habitants des régions de Zaporozhye et de Kherson, respectivement, ont voté. L’option d’un État indépendant a été soutenue par 4 % et 5 %, respectivement. 14% des répondants de la région de Zaporizhzhya, 11% des répondants de la région de Kherson ont eu du mal à répondre.
14.55 Environ 80% des habitants de la région de Kherson sont prêts à venir au référendum, les citoyens qui sont partis pour les territoires contrôlés par Kiev ne pourront pas voter. Stremousov.
14.50 La RPD a programmé un référendum sur l’adhésion à la Russie aux mêmes dates que la RPL - du 23 au 27 septembre.
Xuan
Comment ils préparent un conflit généralisé

18 SEPTEMBRE 2022

https://histoireetsociete.com/2022/09/18/comment-ils-preparent-un-conflit-generalise/

Jean-Luc Picker nous transmet un article du WSWS qu’il a traduit au sujet du récent document qui a provoqué l’ire de Medvedev sur Telegram hier et effectivement il s’agit bien d’une entrée en guerre de l’OTAN, de l’UE, de nos gouvernements qui devrait être soumis à approbation. Il y ajoute la précision suivante : Le groupe de travail présidé par Rasmussen est en fait co-présidé par Andriy Yermak, directeur du cabinet de Zelensky. Il a été mis en place à la demande et sous la direction du régime de Zelensky (avec probablement en toile de fond les directives otanesques). Il ne s’agit donc pas d’une initiative spontanée d’idéologues représentant un courant de pensée ‘non officiel’, un ballon d’essai, mais bien de la mise en application de politiques entérinées par certaines directions occidentales. Rasmussen, Rudd, Bildt, WJ Hague (et un peu plus loin, hiérarchie oblige, Fotyga, ministre des affaires étrangères de la Pologne) sont les premiers sur la liste (après Yermak !). On voit à qui on a affaire. Les USA, eux, choisissent le back seat et envoient les autres au charbon (c’est le cas de le dire ?), comme ils l’avaient fait avec Blair pour leur seconde guerre d’Irak. Je ne suis pas certain par contre de l’implication des pays du sud de l’Europe (Allemagne, France, Italie….) qui ne sont représentés que par des seconds couteaux. Il se peut qu’ils doivent avaler la pilule, contraints et forcés, comme notre Macron national, incapable de se rebeller contre l’autorité du père états-unien. (note et traduction de J.L Picker pour histoireetsociete)
illustration : D’anciens officiels de haut rang occidentaux se réunissent pour discuter de l’alliance proposée (source : bureau du président de l’Ukraine)

https://www.wsws.org/en/articles/2022/09/12/pers-s12.html

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Une clique d’anciens dirigeants politiques et conseillers occidentaux proposent de lier une alliance militaire avec l’Ukraine

Publié le 15 septembre 2022 dans Word Socialist Web Site par Andre Damon, @Andre__Damon

https://www.wsws.org/en/articles/2022/09/15/btuv-s15.html

Un groupe de travail constitué d’anciens premier ministres européens et d’anciens officiels de haut rang de pays de l’OTAN a publié mardi un document proposant de créer une alliance formelle entre l’Ukraine et les pays de l’OTAN. Sa mise en application menacerait de transformer la guerre par proxy actuelle qui se déroule en Ukraine en un conflit généralisé entre l’OTAN et la Russie.

Sous le titre de ‘Kyiv Security Compact’, ce document a été proposé mardi au président ukrainien Volodymyr Zelensky qui l’a approuvé, publié sur le site web de la présidence et réclamé sa mise en application.

Ce document demande que « les USA, le Royaume Uni, le Canada, la Pologne, l’Allemagne, la France, l’Australie, la Turquie ainsi que les pays du Nord, les pays Baltes et les pays d’Europe centrale » s’allient avec l’Ukraine dans sa guerre en cours contre la Russie au moyen « d’accords contraignants au plans légal et politique ».

Après un rappel des processus en cours visant à une intégration de l’Ukraine dans l’UE et l’OTAN qui « renforceront significativement la sécurité de l’Ukraine sur le long-terme » le document ajoute que « l’Ukraine a besoin de garanties de sécurité dès maintenant » « L’Ukraine a besoin de garanties de sécurité à toute épreuve qui seront fournies prioritairement -mais pas exclusivement- par les pays de l’OTAN »

Le document est le produit d’un ‘groupe de travail sur les garanties de sécurité pour l’Ukraine’ formé de politiciens chevronnés en provenance des puissances impérialistes. Co-présidé par le Général Anders Fogh Rasmussen (ancien premier ministre du Danemark et ancien secrétaire général de l’OTAN), on trouve parmi ses principaux membres Kevin Rudd (ancien premier ministre d’Australie), Carl Bildt (ancien premier ministre de Suède), Lord William J. Hague (ancien ministre des affaires étrangères du Royaume Uni), ainsi que d’anciens ministres d’Allemagne, d’Italie, de Pologne et de France.

Prenant acte du caractère provocateur de leur travail, le site web précise que les membres du groupe de travail « participent en leur nom personnel et non au titre de leurs organisations respectives »

On trouve dans le texte des propositions visant à la création d’une zone de contrôle aérien au-dessus de l’Ukraine, rappelant qu’il existe « un ensemble d’accords entre l’Ukraine et des pays producteurs de système de défense anti-aériens et anti-missiles en quantités suffisantes pour assurer une ‘verrouillage total de l’espace aérien’ interdisant toute attaque par cette voie. ».

Avec la publication de ce document, on y voit plus clair dans le calendrier des récents événements en Ukraine.

Rappelons que l’offensive ukrainienne en cours a été précédée de provocations capitales, portant la marque de Washington, qui visaient à favoriser l’escalade militaire, telles que le bombardement de bases militaires russes en Crimée et l’assassinat de Daria Dougina, fille de l’idéologue d’extrême droite et grand promoteur de la guerre Alexandre Dugine.

Dans le New York Times de mardi un article révèle que l’offensive ukrainienne récente qui a conduit à l’effondrement des troupes russes dans le nord-est de l’Ukraine a été proposée au gouvernement de Zelensky par les Etats-Unis : « Ensemble, l’Angleterre, les Etats-Unis et l’Ukraine ont étudié le nouveau plan et l’ont modélisé une fois encore. Cette fois, les responsables des trois pays se sont accordés sur les chances qu’il fonctionne – et ont donné à Mr Zelensky ce qu’il désirait le plus : une grande et claire victoire »

Il est évident pour tous que le but de cette ‘grande et claire victoire’ est de créer les conditions politiques pour une escalade massive de l’implication militaire des USA et de l’OTAN dans la guerre, et le texte du ‘groupe de travail’ joue un rôle majeur dans cette stratégie.

Au cours de sa présentation du document, l’ancien secrétaire général de l’OTAN Rasmussen a précisé que « en ce moment même, les Ukrainiens démontrent sur le front que, s’ils disposent des ressources adéquates, ils peuvent défaire militairement la Russie. Les Ukrainiens ont démontré leur volonté à se battre et le monde démocratique doit continuer à leur procurer les moyens dont ils ont besoin pour cette bataille ».

Les responsables russes ont rapidement répondu à cette publication en proférant des menaces terrifiantes tout en invitant les puissances impérialistes à revenir au bon sens. Dmitry Medvedev, Président adjoint du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie, a réagi sur Télégram : « La clique de Kiev propose des ‘garanties de sécurité’ qui constituent un prologue à la troisième guerre mondiale. Bien sûr, personne ne donnera quelque ‘garantie’ que ce soit aux nazis ukrainiens. Tout bien pesé, cela reviendrait à étendre l’article 5 de Traité de l’Atlantique Nord (traité de Washington) à l’Ukraine. Pour l’OTAN, c’est la même m….., vu sous un angle différent. Terrifiant ! »

Medvedev croit-il vraiment que ‘personne ne donnera quelque ‘garantie’ que ce soit’ à Kiev ? Après 8 ans que les pouvoirs impérialistes ont utilisés pour bâtir une armée ukrainienne précisément en vue de cette guerre ? Après cette déclaration d’auto-réassurance, il devient menaçant et promet aux pays de l’OTAN que : « Tout prendra feu autour d’eux aussi. Leurs populations seront dévastées. La terre brûlera, au vrai sens du terme, et le béton fondra. Nous souffrirons nous aussi énormément. Ça sera très, très mauvais pour tout le monde. N’oublions pas ce qui est dit dans les écritures ! ‘un tiers de l’humanité mourut sous l’effet de ces trois fléaux : le feu, la fumée et le souffre sortaient de leurs bouches’ (Apocalypse 9 :18) »

De son côté, Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaire étrangères de Russie, dans une allusion aux pénuries d’énergie qui agitent les pays de l’Union Européenne, a déclaré que « Le soutien inconditionnel au régime de Kiev serait un suicide [pour l’UE]. Et cette demande est adressée à des pays qui ne savent pas comment ils vont survivre à l’hiver ? ».

Ces réactions du gouvernement russe montrent qu’il n’a pas de vraie réponse face aux plans d’escalade de la guerre, sinon de promettre la destruction globale au cours d’un échange thermonucléaire ou d’appeler les pouvoirs impérialistes au bon sens.

La publication de ce document, coordonné aux plus hauts niveaux des états à la tête de l’OTAN, démontre que les USA et leurs alliés de l’OTAN ont décidé d’une escalade massive de la guerre, en dépit des dangers incommensurables que leurs plans font courir à l’humanité entière.
Xuan
Qu'en est-il des nouvelles "exactions russes" ?

Une résidente di Kupyansk, partie en Russie, a raconté comment le forces armées ukrainiennes tuent ceux qui ont accepté les aides russes.

https://t.me/tutti_i_fatti/7934

"Voici à qui appartiennent les corps que l'armée ukrainienne trouve dans les "fosses communes" : communistes et antifascistes, citoyens ukrainiens d'ethnie russe, gens ordinaires qui ont accepté l'aide humanitaire des forces armées russes.

C'est une femme de Kupyansk qui a réussi à échapper à l'occupation ukrainienne en traversant la frontière et en trouvant refuge dans un camp de réfugiés de Belgorod. À Readovka, elle raconte les crimes que subissent les civils accusés de collaboration. Les représailles frappent avec meurtre, tortures et viols même ceux qui ont accepté l'aide humanitaire des Russes, accusés de collaboration.

Les Ukrainiens savent optimiser la situation à la Goebbels et maintenant ils accusent à nouveau la Russie de fosses communes dans les territoires dont ils ont perdu le contrôle.
C'est ainsi que le régime de Kiev attrape deux pigeons avec une faveur : il met en œuvre sa haine russophobe et nazie en se vengeant des opposants, puis expose leur corps pour un faux drapeau visant à incriminer Moscou.

Les nazis et l'Union européenne qui les soutient."


Edité le 17-09-2022 à 16:13:14 par Xuan


Xuan
Les néonazis défilaient à Lviv il y a 2 ans avec le soutien de la ville. On se rappelle que l'ambassadeur d'Ukraine en Allemagne avait pris la défense du leader nazi Bandera lors d'une interview. Tout ce que les autorités ukrainiennes avaient trouvé à dire : ce sont ses opinions personnelles.

https://fr.timesofisrael.com/arno-klarsfeld-condamne-la-glorification-des-anciens-collabos-par-lukraine/?fbclid=IwAR0ysXfMDNLM9io4d1Z3OPnGI-qGkv8gnc9of0x-vRzoHLAhFOZ1Bc_ClXM

" "Arno Klarsfeld rappelle aussi qu’à Lviv, il y a encore deux ans, des centaines d’hommes ont défilé en uniforme SS de collaborateurs ukrainiens lors d’un événement approuvé par la ville. Il condamne aussi le fait que, ces dernières années, au moins trois municipalités ukrainiennes ont dévoilé des statues pour l’adjoint de Bandera, Yaroslav Stetsko, qui, pendant la Shoah, approuvait « l’extermination des Juifs ». La devise des nationalistes ukrainiens collaborateurs de nazis de Bandera affichée dans les rues de Kiev en 1941 était : « Tes ennemis sont la Russie, la Pologne et les Youpins » , indique-t-il."
Xuan
Cet article très bien documenté et publié sur le site fairevivre PCF provient du site dedefensa.org.
Il s'agit évidemment d'un site souverainiste. Il est notable que des milieux souverainistes en France sont liés au gouvernement russe, qui est lui-même bourgeois nationaliste.
Il en ressort qu'un mouvement anti impérialiste et anti capitaliste conséquent dans notre pays n'existe pas, et ça ne date pas d'hier.
La condition n'est pas de rester sur la touche en dénonçant une "guerre inter-impérialiste", alors qu'il s'agit de l'existence de l'hégémonisme US.
Il est nécessaire de promouvoir la politique de la Chine, que les souverainistes sont contraints de soutenir.



‘Ukrisis’ bascule : c’est l’OTAN contre la Russie


Mercredi 14 septembre 202

https://lepcf.fr/Ukrisis-bascule-c-est-l-OTAN-contre-la-Russie

Une analyse qui confirme la nature globale de la guerre en Ukraine et le choix déterminé des puissances occidentales d’aller au bout d’une guerre destructrice contre la Russie, bien au-delà de l’Ukraine.

Sans prétendre donner une vision claire des derniers événements militaires (dans la région de Kharkov), avec une défaite et un repli russe suivis d’une stabilisation dans des combats intenses, un facteur essentiel est mis à jour. Il y a désormais une intervention importante des pays de l’OTAN, USA en tête, au-delà des seuls armements. Pour le président russe Poutine, voici venu le temps de la décision : passer du stade de l’‘Opération Militaire Spéciale’ à celui de la guerre avec tous les moyens nécessaires. Sa position intérieure en dépend.

Après deux semaines de “contre-offensives” ukrainiennes, dans la région de Kherson puis, surtout, dans la région de Kharkov, les données essentielles d’‘Ukrisis’ sont bouleversées. Dans la seconde opération, les Russes ont connu des revers significatifs qui amènent évidemment à des réactions sur le terrain, à des jubilations du côté OTAN/USA, à une mobilisation du côté russe, après le constat d’un affaiblissement notable de la posture des forces ayant conduit à ce revers.


Zelenski et les ‘midterms’
Il y a du côté ukrainien, une montée évidente vers un changement de format qui fait qu’on ne peut plus parler, justement, de “côté ukrainien” mais plutôt de “côté de l’OTAN” (et si l’on veut faire-court, de “côté US”). Ce point absolument fondamental est indirectement confirmé, notamment par des déclarations sans ambiguïtés de deux personnalités impliquées dans la bataille.

La première est de Zelenski, parlant à CNN. Elle n’est pas nouvelle sur le fond mais, à la lumière de ce qui a été constaté de présence otanienne/américaniste dans la contre-offensive de Kharkov, elle prend une dimension nouvelle. Zelenski dit à nouveau que la capacité de combat et de combattre de l’Ukraine dépend de l’aide des USA, et l’on peut donc désormais conclure que ce sont les USA qui se battent contre la Russie (que ce soit le sempiternel et glorieux “jusqu’aux derniers Ukrainiens” ne change rien à la différence d’interprétation, d’autant qu’il y a désormais un nombre non négligeables d’opérateurs OTAN/US sur le terrain, y compris dans les combats).

... Et l’on n’est pas sans remarquer que Zelenski a été mis au courant : les élections midterms aux USA, le 8 novembre, joueront un rôle dans l’engagement US ; et il s’agit d’un point d’une particulière importance qui nous renvoie à l’importance que nous accordons constamment à la crise interne du système de l’américanisme.

« L’Ukraine pourrait être vaincue dans son conflit militaire avec la Russie sans l’aide financière et militaire continue des États-Unis, a déclaré son président Vladimir Zelenski à CNN. Il répondait à une question sur l’impact que la politique intérieure américaine pourrait avoir sur son pays, lors d’une interview diffusée dimanche, mais enregistrée à Kiev au cours de la semaine dernière.

» “Je suis reconnaissant au président Biden et à la Maison Blanche, ainsi qu’au soutien bipartisan”, a déclaré Zelenski à Fareed Zakaria de CNN. “Sans ce soutien, nous ne serons pas en mesure de reprendre nos terres”.

» “Je veux croire que le soutien bipartisan restera fort et inébranlable. Pour nous, c’est extrêmement important”, a ajouté M. Zelensky, répondant à l’affirmation de M. Zakaria selon laquelle une victoire des Républicains lors des élections de mi-mandat en novembre entraînerait une diminution du soutien des États-Unis à l’Ukraine. »


La seconde déclaration est du sénateur Mark Warner, un démocrate parmi les plus bellicistes de l’establishment d’un parti qui s’est toujours illustré dans l’histoire, à la fois d’être à gauche et de lancer d’innombrables guerres typiquement américanistes pour établir une paix juste-démocratique, – sauf pendant la période Bush-junior 2001-2009, où ils (les démocrates-Système) se montrèrent un peu déconfits et frustrés de n’être pas les initiateurs de l’Afghanistan, de l’Irak et du reste.

Ici, Warner s’emporte de satisfaction du soutien US apporté à l’Ukraine, s’arrêtant de justesse de donner trop de quelques-unes des précisions que l’on trouve dans le texte de ‘SouthFront.org’, repris ci-dessous.

« Le soutien actif des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN, – ainsi que le partage de renseignements entre Washington, Londres et Kiev, – ont permis aux troupes ukrainiennes de réaliser des “gains importants” lors de leur contre-offensive dans la région de Kharkov, a déclaré le sénateur Mark Warner sur CNN dimanche.

» “Ce type de collaboration montre la force de nos renseignements militaires combinés”, a déclaré M. Warner, qui est à la tête de la commission du renseignement du Sénat américain, ajoutant que les services de renseignement américains et britanniques “travaillent avec les Ukrainiens”. Le sénateur n’a toutefois fourni aucun détail sur la nature de ces “collaborations”.

» Warner a également salué ce qu’il a appelé “l’énorme soutien des États-Unis et de nos alliés de l’OTAN” qui “s’assurent” que Kiev obtienne l’équipement militaire dont les troupes ukrainiennes ont “besoin”. »


Le côté russe et ses choix nécessaires
Il y a, du côté russe, une crise réelle pour déterminer la suite des opérations, et, surtout, le ‘format’ de l’OMS (‘Opération Militaire Spéciale’), qui ne peut plus en rester au niveau d’une simple OMS justement, si la Russie veut prétendre l’emporter sur un adversaire qui se nomme désormais OTAN-Ukraine. Nous pensons que, dans la multitude d’interventions dans la presse qui compte, indépendante, et très présente dans les milieux anglo-saxons et associés, celles des vidéos du tandem Alexander Mercouris-Alex Christoforou, sur ‘The Duran.com’, peuvent être privilégiées pour cette séquence ; elles sont extrêmement bien informés, mesurées, éclairantes...

Ici, nous recommandons la vidéo du 12 septembre, sous le titre de « Upgrading the Special Military Operation ». (A noter que ces vidéos donnent en sous-titre une transcription automatique des conversations, ce qui, malgré la pseudo-orthographe, facilite la tâche d’une oreille peu habituée à la compréhension directe et sans hésitation de l’anglais parlé, malgré la superbe diction de Mercouris.)

Les points principaux du tandem sont les suivants :

• Alors que la population russe pouvait être considérée comme initialement assez hésitante à propos de l’OMS lancée le 24 février, comprenant assez peu ses buts et surtout sa cause profonde, elle a fortement évolué et considère désormais ce conflit comme “existentiel” pour la Russie.

• Le paradoxe est que ce caractère d’existentatialité fut mis en évidence par Poutine dès le début, qu’il en a donc convaincu la population, et qu’il se trouve aujourd’hui dans une position délicate, à la suite du revers de Kharkov, parce que susceptible d’être critiqué pour n’avoir pas jusqu’ici permis à l’armée russe d’utiliser plus de moyens alors qu’il s’agit d’une lutte existentielle. Pour Mercouris-Christoforou, s’il devait y avoir un second revers, par exemple vers Marioupol, ce serait la position même de Poutine à la direction russe qui serait menacée. (Bien entendu, cela correspond à l’évidence que le “monstre-Poutine”, loin d’être un extrémiste comme l’on se targue de l’avoir découvert dans nos salons-Système, est plutôt un centriste qui ne parvient pas, malgré ses affirmations, à complètement abandonner tout espoir d’arrangement, notamment avec l’Europe.)

• S’ils veulent l’emporter, ou dans tous les cas ne pas subir de défaites, les Russes doivent impérativement changer les règles de contrainte de l’OMS, faites pour radicalement épargner les dégâts collatéraux et les pertes civiles mais qui ont évidemment pour effet d’obliger l’armée russe à se battre « avec les deux mains liées derrière le dos » (Christoforou). Mercouris dit notamment ceci :

« Un point essentiel, c’est de comprendre que la Russie a tous les moyens nécessaires pour renverser complètement la tendance actuelle, elle n’a nul besoin de mobiliser son industrie, ni ses réserves, ni la population civile. Elle a tous les moyens nécessaires, elle a de prodigieuses capacités, comme celle de produire des missiles dans un nombre qui a stupéfié l’Occident. Ce qu’il faut, c’est que la Russie lève les contraintes qu’elle s’impose à elle-même, qu’elle impose à son armée... Bien entendu les Russes et Poutine particulièrement considèrent les Ukrainiens comme des Russes, et c’est la cause de ces contraintes... Mais vous comprenez... Abraham Lincoln aussi considéraient les Sudistes comme des Américains, – et ils seraient considérés à nouveau comme des Américains après la guerre, – mais en attendant il fallait gagner la guerre... »

Le facteur Kadyrov
Une autre indication importante du climat en Russie, à la fois symboliquement et opérationnellement, et même politiquement, est la position du président de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, une personnalité de poids, influente (il est écouté de Poutine) et qui participe intensément à ‘Ukrisis’, affichant aussi bien son identité russe que sa religion musulmane. Bien entendu, Kadyrov est détesté et dénoncé comme ‘fasciste’, ‘dictateur’, ‘suppôt de Poutine’, ‘terroriste et boucher’, etc., par les salons et la presseSystème, – une bonne indication de ce qu’on peut juger de lui. Les Tchétchènes sont des combattants redoutables, particulièrement aptes à l’intervention dans les “guerres hybrides”.

Kadyrov a fait dimanche un discours devant un rassemblement martial de plus de 3 000 soldats tchétchènes nouvellement formés, en uniformes de combat, avec leurs équipements de combat et de transport blindés : 3 bataillons d’un peu plus de 500 hommes chacun et un régiment de forces spéciales de 1 500 hommes. Il s’agit de nouvelles forces qui vont être immédiatement engagées en Ukraine, avec plusieurs milliers d’autres en train d’être rassemblés (Kadyrov estime qu’il peut rassembler jusqu’à 10 000 hommes pour l’Ukraine).

RT.com donne quelques extraits de l’intervention de Kadyrov, qu’on peut retrouver complète, notamment sur le site d’Erwan Castel, qui le définit selon « sa fidélité totale sans courtisanisme au président Poutine mais aussi une liberté de penser sans autosuggestion » :

« Ces derniers jours, l’armée russe s’est retirée de plusieurs positions de la région à la suite d’une offensive massive lancée par Kiev. Ses chefs ont commis quelques “erreurs”, a déclaré Kadyrov, exprimant l’espoir qu’“ils tireront les conclusions nécessaires”.

» “Le ministère de la Défense a clarifié la situation, à cause de laquelle ils ont quitté les villes d’Izyum, Kupyansk, Balakleya dans la région de Kharkov. C’était une mesure forcée d’une stratégie visant à [éviter] les pertes en vies humaines”.

» Le leader tchétchène a ensuite promis de “récupérer toutes ces villes”, ajoutant de manière énigmatique que “nos hommes, qui ont été spécialement formés pour cette tâche, sont déjà sur place”. Il a ajouté que “dans un avenir proche, nous atteindrons [la ville portuaire du sud-ouest] Odessa et vous verrez des résultats concrets”.

» Dans le même temps, il a demandé que des changements soient apportés à la “stratégie” russe dans l’opération en cours. “Si aujourd’hui ou demain aucun changement de stratégie n’est effectué, je serai obligé de parler avec la direction du ministère de la Défense et la direction du pays pour leur expliquer la véritable situation sur le terrain. C’est une situation très intéressante. Je dirais même qu’elle est stupéfiante”. »


Paysage de la bataille
Pour terminer, nous emprunterons un texte assez court mais très factuel, sur les événements opérationnels de ces derniers jours, du revers de Kharkov. Le texte est du site ‘SouthFront.org’, qui est un site clairement antiSystème et donc nettement prorusse, mais certainement avec une indépendance affirmée. On en veut pour preuve cette observation du ‘SakerUS’, par définition prorusse, que nous rapportions le 4 mars 2022 :

« Alors que je n’ai jamais eu d’illusions sur ‘CounterPunch’ ou Cockburn, les articles de SouthFront sur la guerre me laissent sans voix. Je ne sais pas s’ils adhèrent vraiment à la ‘narrative’ ou s’ils ont été mis sous pression par quelqu’un. Peut-être sont-ils sincèrement des civils désemparés qui ne comprennent pas les cartes, je ne sais pas. »

Qu’importe, l’essentiel est que, sur la durée, selon une fréquentation assez régulière, on voit que ce site se montre mesuré tout en conservant son orientation antiSystème, extrêmement bien informé, référence évidente pour une démarche éclairée (il était une référence favorite du colonel Lang sur la Syrie, du temps où Lang n’était pas devenu ce qu’il est depuis le 24 février).

Voici donc le texte de ‘SouthFront.org’, du 12 septembre ; on notera les divers détails du soutien et de la présence US/OTAN se terminant par une conclusion sans appel :

« L’opération offensive des forces armées ukrainiennes et de l’OTAN dans la région de Kharkov a été planifiée par le commandement militaire américain. Environ 200 unités de véhicules militaires lourds et jusqu’à 9 000 soldats ont participé à l’offensive. Selon les rapports, un soldat sur trois opérant sous le chevron ukrainien était un citoyen d’un État membre de l’OTAN. Ces forces étaient 4 à 5 fois supérieures aux unités de la DPR, de la LPR et de la Russie qui défendaient leurs positions dans la région.

» L’objectif principal de l’offensive ukrainienne était une attaque de flanc, l’encerclement puis la destruction du groupement russe dans la région de Balakleya, Kupyansk et Izyum.

» Le commandement russe avait prévu l’attaque par d’importantes forces de l’Ukraine et de l’OTAN dans cette direction. Il était conscient qu’il serait extrêmement difficile de contenir l’offensive de l’ennemi avec les forces dont il disposait. Il était également presque impossible de transférer en temps voulu des renforts suffisants sans affaiblir d’autres zones sur d’autres lignes de front.

» Évaluant les risques, les militaires russes ont décidé de laisser les positions faiblement fortifiées et de retirer des troupes vers de nouvelles lignes et de redresser les lignes de communication.

» Avant le début de l’offensive ukrainienne, les civils qui ont accepté de se déplacer sur le territoire de la Fédération de Russie ont été évacués des localités menacées.

» Du 6 au 11 septembre, les unités russes se sont retirées de manière organisée sous la couverture d’unités spécialement organisées. En utilisant des tactiques de défense mobile, les militaires russes ont détruit le plan de Kiev et de l’OTAN visant à encercler le groupement russe.

» Dans le même temps, les militaires russes ont commis des erreurs évidentes. La zone située devant les positions avancées n’a pas été minée. Les unités de la ligne de front n’avaient de facto pas plus de 30% du personnel militaire indiqué. Les soldats n’étaient pas correctement équipés en armes antichars. Les services de renseignement de première ligne ont également été défaillants. En conséquence, la couverture d’artillerie du retrait a été inefficace dans les premiers jours de l’offensive ukrainienne.

» Aujourd’hui, le 12 septembre, les troupes russes se sont retirées vers de nouvelles positions le long de la rive orientale de la rivière Oskol avec des pertes minimales. Pendant ce temps, les deux parties confirment que les unités ukrainiennes et de l’OTAN ont subi des pertes importantes en termes d’effectifs.

» La quasi-totalité du territoire de la région de Kharkov est passée sous le contrôle de Kiev avec des dommages minimes aux infrastructures des villes. Immédiatement après avoir pris le contrôle des localités, les militaires ukrainiens ont commencé à réprimer la population pro-russe, violant ainsi la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre. Les premiers cas d’exécutions ont déjà été signalés.

» D’importantes réserves russes sont transférées sur les champs de bataille. La localité de Krasny Liman, stratégiquement importante, n’a pas encore été prise par l’armée ukrainienne. Les combats se poursuivent.

» La nuit dernière [nuit du 11 septembre], des frappes de missiles ont touché les plus grandes installations électriques de l’est de l’Ukraine. L’effondrement du système électrique a touché les réseaux des régions de Kharkiv, Sumy, Dnipropetrovsk, Zaporozhye, Odessa, Donetsk et Kiev. Jusqu’à présent, l’alimentation électrique n’a pas encore été entièrement rétablie.

» Le conflit armé dans l’est de l’Ukraine s’est finalement transformé en un état de guerre entre la Russie et l’OTAN, avec des résultats imprévisibles pour toutes les parties au conflit. »


... Cette “conclusion sans appel” est bien ce dernier paragraphe qui est particulièrement intrigant et hollywoodien type-Rambo, bien dans leur manière, lorsqu’on sait que les plans US de départ, largement déclamés et acclamés avec des clins d’yeux malicieux, était de faire durer la guerre le plus longtemps possible (par Ukrainiens interposés) pour “épuiser la Russie” (ou “mettre la Russie à genoux”, au choix) :

« Le conflit armé dans l’est de l’Ukraine s’est finalement transformé en un état de guerre entre la Russie et l’OTAN, avec des résultats imprévisibles pour toutes les parties au conflit. »

Il semble donc que les hommes de l’Ouest n’ait pas résisté à la nécessité ni à la tentation de prendre de plus en plus les choses en mains... Avec une éclatante discrétion et une habileté qui se mesure en tonnes et en $milliards : si l’Ukraine gagne (mais oui, mais oui, c’est possible puisque BHL le dit, précisant de très-bonne source que « l’armée russe est en débandade » ), ce sera grâce à leur brio ; si elle perd, ce sera à cause des Ukrainiens, ces sous-hommes venus des steppes. Deux hypothèses pour expliquer cette accélération des délais démocratiques, qui peuvent se compléter parfaitement d’ailleurs :

• La perspective qu’au lieu de “mettre la Russie à genoux”, la guerre mette le bloc-BAO “à genoux”, grâce au festival étourdissant et brillantissime des contre-effets dans le bloc-BAO, du fait des judicieuses sanctions décidées par le bloc-BAO ;

• L’ivresse de gens si contents d’eux-mêmes, qu’ils ne résisteraient pas à la tentation de montrer leurs exceptionnelles capacités aux sous-hommes venus des steppes (des Russes, c’est-à-dire).

Vraiment, les deux se complètent, comme l’arrogance de la bêtise et la bêtise de l’arrogance, – comme Bouvard & Pécuchet.



Mis en ligne le 13 septembre 2022 à 13H55

Voir en ligne : sur le site dedefensa.org


Edité le 16-09-2022 à 21:07:58 par Xuan


Xuan
Ziouganov :
pour nous, la situation dans la direction de Kharkov est une bonne leçon et une bonne école

16 SEPTEMBRE 2022

https://histoireetsociete.com/2022/09/16/ziouganov-pour-nous-la-situation-dans-la-direction-de-kharkov-est-une-bonne-lecon-et-une-bonne-ecole/


Une excellente interview qui prolonge le discours du KPRF que nous avons publié hier. L’argumentation sur la situation, la guerre ouvertement déclarée par l’OTAN à la Russie pour maintenir à n’importe quel prix l’hégémonie des USA se joue sur le continent européen, l’Ukraine a été détruite et elle est désormais une simple colonie qui reçoit armes et mercenaires des USA, la démonstration de cette transformation est saisissante mais justement elle sera de courte durée et il annonce très clairement la tenaille d’un piège (comme pour Alexandre Nevski) se refermant sur une avancée sans base arrière. Mais si on veut réellement l’emporter sur ces mercenaires qui sacrifient leur peuple, un changement fondamental de la politique intérieure est nécessaire. La victoire se forge dans les coulisses, et les politiques du président ne peuvent être réalisées sans un changement de cap. “Nous avons toujours des oligarques qui s’engraissent alors que la moitié de la population arrive à peine à joindre les deux bouts avec 20 000 roubles par mois. J’ai été choqué par les prévisions de la Banque centrale : en 2022, selon le régulateur, les sorties de capitaux de Russie atteindront un montant record de 243 milliards de dollars. C’est une somme gigantesque ! Mais Silouanov, chef du ministère des finances, suggère à nouveau de mettre de côté une partie importante des revenus de l’État ! C’est une politique absolument déplorable pour le pays ! “. Ce qui est stupéfiant en outre dans cette situation dramatique, selon le leader communiste est que l’Europe unie se soumet complètement aux Américains, en sacrifiant son bien-être, et même sa puissance industrielle. Il faut absolument lire cet interview et ouvrir le dialogue avec nos camarades c’est ce que propose Ziouganov, le PCF en particulier se doit de répondre à l’invitation et pas au niveau d’un secteur international totalement inféodé à l’UE et à l’OTAN depuis des années, cela est nécessaire pour les peuples russes et français. (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop)

https://svpressa.ru/politic/article/346020/

L’AFU est prise dans un piège que les forces armées russes vont bientôt refermer – et où elle va se faire massacrer.
Andrei Polounine

Photo : Guennadi Ziouganov, leader du KPRF, lors de la première session plénière de la Douma d’État russe de la session d’automne. (Photo : Sergey Fadeichev/TASS)

Le 13 septembre, lors de la première session d’automne de la Douma d’État, le président du comité central du KPRF, Guennadi Ziouganov, a déclaré : “La Russie a besoin d’une mobilisation maximale des forces et des ressources. L’opération militaire et politique en Ukraine a dégénéré en une véritable guerre déclarée par les États-Unis et l’OTAN à la Russie, a déclaré le dirigeant communiste russe. “La question de la victoire dans le Donbass est la question de notre survie historique. Chacun doit évaluer ce qui se passe de manière réaliste”, a-t-il souligné.

Sur ce que cela signifie en pratique et sur les conclusions que doivent tirer les dirigeants politiques du pays, Guennadi Andreevitch a accordé une interview détaillée à Svobodnaya Pressa.

– Nous vivons dans une situation extrême – au plus fort de la guerre hybride. Il s’agit d’une menace urgente”, a déclare Guennadi Ziouganov. – À mon avis, au cours des deux derniers mois, l’opération spéciale en Ukraine s’est transformée en une guerre à grande échelle déclenchée contre nous par les Américains, l’OTAN et toute l’Europe unie.

Nous devons comprendre qu’une opération spéciale est différente d’une guerre. Lors d’une opération spéciale, il est possible d’ajuster les objectifs. De plus, elle peut être arrêtée à tout moment lorsque vous le jugez nécessaire. La guerre, en revanche, ne peut être arrêtée, même si vous le voulez.

Pourquoi est-ce que je pense ainsi ? À une époque, j’ai dû travailler avec le “dossier spécial”, un document qui prévoit trois régimes de sécurité de l’État. Ce sont l’état d’urgence, la loi martiale et la guerre. “Le dossier spécial”, on pourrait dire, est écrit avec du sang. Les Russes, je vous le rappelle, ont passé près de 700 des mille ans de leur histoire les armes à la main, à défendre le droit de vivre dans cette étendue et de parler leur langue maternelle.

Il faut savoir que les mondialistes considèrent depuis longtemps la Russie comme l’ennemi numéro un, tout comme le parti communiste chinois, qui a fait de la Chine une superpuissance. Les Yankees comprennent très bien que la domination des Anglo-Saxons sur la planète touche à sa fin. Et pour la maintenir, ils doivent d’abord vaincre la Russie.

C’est pourquoi les États-Unis nous ont déclaré la guerre dans tous les domaines. Sa phase chaude se situe maintenant en Ukraine – elle a été transformée en base militaire, en tête de pont. L’idéologie nazie et banderiste y a imprégné presque toute la population. Ouvrez un manuel scolaire ukrainien de cours élémentaire – la haine de tout ce qui est russe y est déjà inculquée. Je vous rappelle qu’elle a commencé immédiatement après le coup d’État de 2014 – avec l’interdiction faite aux Russes d’Ukraine de parler leur langue maternelle. Personne ne s’est soucié du fait que 82 % des Ukrainiens ont confirmé dans un sondage que le russe était leur langue maternelle.

L’histoire nous enseigne que de telles interdictions sont un chemin direct vers la guerre. Une personne normale ne peut accepter l’interdiction de parler sa langue maternelle, car elle perd tout – son histoire et son avenir.

“SP : Comment pouvez-vous caractériser la situation autour de l’Ukraine ?

– Aujourd’hui, cette situation est devenue dramatique. Je suis stupéfait de voir que l’Europe unie se soumet complètement aux Américains, en sacrifiant son bien-être, et même sa puissance industrielle.

Je n’ai jamais pensé, par exemple, que l’Allemagne accepterait cela. Les Allemands font d’excellentes voitures, une excellente ingénierie électrique. Mais leur avantage concurrentiel reposait avant tout sur une énergie abordable et bon marché en provenance de Russie. Même à l’époque la plus morose, au plus fort de la guerre froide, la RFA a participé activement à la pose d’un gazoduc en provenance de l’URSS. À l’époque, les Américains s’y sont opposés catégoriquement et ont interdit de nous fournir des tuyaux. Alors, nous avons établi nous-mêmes leur production à Tcheliabinsk et les Allemands nous ont activement aidés à le faire.

Et que voit-on maintenant ? Dans une situation où l’ouverture de la vanne pour Nord Stream-2 suffirait à améliorer l’économie, les Européens commencent à fermer des entreprises. Selon les estimations des experts, près de la moitié des installations métallurgiques en Europe ont déjà été fermées. La prochaine victime sera la pétrochimie, puis les petites et moyennes entreprises seront au tapis. Je pense que nous devrions travailler plus activement avec la population européenne, car il y a une grande vague de protestation contre cette folie.


Un autre point dramatique est que les Américains injectent toutes sortes d’armes en Ukraine. Je remarque que les mêmes Américains ont détruit le complexe militaro-industriel ukrainien. L’Ukraine aurait pu produire de splendides missiles à Dnepropetrovsk, d’impressionnants avions Antonov, d’excellents navires de guerre à Nikolayev. L’Amérique n’avait pas besoin de tout ça. Mais aujourd’hui, elle est allée encore plus loin et se livre à un bombardement de la centrale nucléaire de Zaporojié. C’est une terrible tragédie pour l’Ukraine.

Cependant l’Europe se souvient très bien de Tchernobyl. On peut dire que l’odeur de la fumée radioactive est encore dans ses narines aujourd’hui. Pourtant, les Européens, contrairement à la logique, se livrent au pilonnage des centrales nucléaires à la suite des Américains !

“SP : – L’Ukraine a demandé des armes supplémentaires aux États-Unis et à ses alliés, notamment des systèmes de missiles à longue portée. Entre autres des missiles balistiques de classe ATACMS d’une portée de 300 km, rapporte le Wall Street Journal. Kiev les obtiendra-t-il ?

– Les États-Unis et la Grande-Bretagne augmentent régulièrement la puissance des missiles qu’ils fournissent à l’Ukraine. Des missiles d’une portée de 200 à 300 km peuvent bombarder les grandes villes russes et les installations énergétiques. Encore une fois, il y a une guerre à grande échelle entre l’Occident et la Russie. Et l’Ukraine en est un outil obéissant.

“SP : – Comment commenteriez-vous les événements tragiques qui se sont déroulés depuis le 6 septembre sur la vaste étendue du front russo-ukrainien dans la région de Kharkov, où nous avons quitté, sous les coups de l’AFU, Balakleya, Izium et Kupiansk ?


– Les forces armées ukrainiennes ont assemblé une énorme force de frappe dans la zone. Les unités ukrainiennes ont été formées en Grande-Bretagne et en Pologne, elles étaient saturées de mercenaires, et des spécialistes de l’OTAN dirigeaient l’opération. Mais nous devons comprendre qu’une percée du front ne résout pas à elle seule les problèmes fondamentaux. Même si elle s’accompagne de la prise de zones peuplées – il y a environ 50 000 habitants à Izium, environ 30 000 à Balakleya et Kupiansk – du point de vue militaire, la percée n’a de sens qu’à une seule condition : si vous avez des unités puissantes, que vous introduisez dans cette percée, infligeant un grand dommage à l’ennemi.

L’AFU a fait la percée, mais elle ne dispose pas d’unités puissantes qui pourraient frapper dans la brèche qui s’est ouverte. Ils se sont donc retrouvés dans un piège, que les forces armées russes vont bientôt, je pense, refermer – elles vont submerger les unités ukrainiennes qui se sont avancées.

Pour nous, la situation dans la direction de Kharkov est une bonne leçon et une bonne école. Et il n’est pas nécessaire de crier que tout est perdu. Comprenez que certains de nos soldats et officiers sont dans les tranchées depuis six mois – ils sont fatigués. Pendant la Grande Guerre patriotique, après deux mois passés au front, ils étaient envoyés à l’arrière – pour se réorganiser et se reposer. Et c’est absolument la bonne méthode.

” SP : – Qu’est-ce qui nous empêche de gagner ?

– En déclarant la libération et la défense du Donbass comme objectif principal de l’opération militaire et politique, nous devions avant tout assurer l’accomplissement de cette tâche. Je suis sûr que si nous avions concentré des fonds importants à temps et coupé l’approvisionnement en armes lourdes occidentales, le bombardement du Donbass aurait pris fin.

Les livraisons d’armes passent par trois lignes ferroviaires, trois ponts et deux tunnels. En outre, il existe des gares où les wagons sont convertis de bogies européens étroits en bogies de notre écartement large. Il vaudrait la peine de frapper ces stations – sans pratiquement aucune perte de vie.

Cette tâche est plus que réaliste, étant donné la domination totale de nos missiles dans l’espace aérien ukrainien. Si on coupe les lignes d’approvisionnement, l’AFU aura assez d’obus pour une semaine au plus.

Une autre tâche consiste à restaurer le système des bureaux d’enregistrement et d’enrôlement militaires et le système d’éducation militaro-patriotique des jeunes.

Je tiens également à souligner que l’une des fonctions du Parlement russe est le contrôle. J’ai suggéré en séance plénière : examinons, lors d’une réunion à huis clos du comité de sécurité de la Douma d’État, comment sont approvisionnés nos gars qui participent à l’opération militaire. Ont-ils assez de nourriture, d’équipement de protection, tout ce dont ils ont besoin ? Hélas, Russie unie n’a pas soutenu cette initiative.

“SP : – A quoi ressemblent les tâches prioritaires de la Russie dans le domaine économique ?

– M. Poutine a exprimé ces tâches lors du 7e Forum économique oriental. Il s’agit du développement du chemin de fer transsibérien et de la ligne Baïkal-Amour. Il ne suffit pas de faire retourner le “tuyau” de l’Ouest vers l’Est – il faut aussi avoir de bonnes communications, assurer la livraison des marchandises et développer ses propres hautes technologies.

L’échelle est énorme – nous devons transférer 40 millions de tonnes de ressources énergétiques vers les marchés de l’Est. Pour cela, nous avons besoin, entre autres, de la route maritime du Nord, de navires de nouvelle classe, de systèmes de suivi et de sécurité par satellite. Tout ceci donnera un second souffle au développement de notre zone circumpolaire.

D’autres tâches importantes sont le développement des plus grandes villes de Russie, ainsi que le développement de l’aviation. Tout cela nécessite des investissements gigantesques – dans les machines-outils, l’électronique, la robotique, l’intelligence artificielle. Et tout cela constitue une nouvelle qualité du développement du pays !

“SP” : – Qu’est-ce qui est nécessaire pour résoudre les tâches énumérées ci-dessus ?

– Les fournitures d’armes occidentales ont obligé à porter l’industrie de la défense russe à un niveau qualitativement nouveau – et les Ukrainiens en font déjà l’expérience sur leur propre peau. Un changement fondamental de la politique intérieure est nécessaire. La victoire se forge dans les coulisses, et les politiques du président ne peuvent être réalisées sans un changement de cap. Nous avons toujours des oligarques qui s’engraissent alors que la moitié de la population arrive à peine à joindre les deux bouts avec 20 000 roubles par mois. J’ai été choqué par les prévisions de la Banque centrale : en 2022, selon le régulateur, les sorties de capitaux de Russie atteindront un montant record de 243 milliards de dollars. C’est une somme gigantesque ! Mais Silouanov, chef du ministère des finances, suggère à nouveau de mettre de côté une partie importante des revenus de l’État ! C’est une politique absolument déplorable pour le pays !

Le président a appelé à la cohésion, mais il n’y a pas de véritable dialogue entre les autorités et le peuple. Les élections dans un certain nombre de régions se sont déroulées sur le mode d’une opération spéciale, visant à atteindre un résultat planifié à l’avance. Krasnodar a été transformé en sultanat électoral : certains observateurs ont été traînés par les jambes hors des bureaux de vote !

La Russie a maintenant besoin de se mobiliser. Ce n’est pas une question de ressources humaines – il y en a suffisamment pour mener l’opération spéciale. Il s’agit d’arrêter les sorties de capitaux et de concentrer les ressources à l’intérieur du pays. Et Russie Unie casse le système électoral à la place !

Le pays doit se battre pour son existence, pour son avenir ! Mais Russie Unie retombe toujours dans les vieilles ornières libérales ! Dans le contexte de la guerre hybride que l’Occident mène contre nous, c’est absolument inacceptable ! Cela ne fait que miner la situation de l’intérieur !


Edité le 16-09-2022 à 08:55:16 par Xuan


Xuan
Le Monde ose dire ce qu’il en est de notre entrée en guerre

15 SEPTEMBRE 2022

https://histoireetsociete.com/2022/09/15/le-monde-ose-dire-ce-quil-en-est-de-notre-entree-en-guerre/

Hier fut un grand jour dans la tombée des masques: il y a eu le discours au Parlement européen d’Ursula Von Der Leyen, et cet article du Monde et pour que nous sachions bien où nous en sommes l’ouverture d’un foyer de guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui a promis à l’UE de livrer gaz et pétrole… Bref je résumerai la situation tandis que les marchands d’armes et autres vertueux capitalistes qui ont la main mise sur nos médias assuraient la couverture en matière de propagande, les USA et l’Otan pouvaient en toute quiétude mener la guerre qu’ils n’ont cessé de mener pour continuer à dépecer ce qui fut l’URSS, s’attaquer au gros morceau que constitue la Russie. Tout cela en faisant monter l’extrême-droite face à la trahison de TOUTE la gauche parce qu’ils en auront besoin pour imposer à TOUS les peuples leur programme de guerre et de pillage derrière des dirigeants que tous vomissent. L’Ukraine est bien le destin que nous promet un capitalisme crépusculaire. Même si quelques forces éparses, ci et là commencent à protester, tant que le niveau politique, celui du Parti communiste français restera ce qu’il est nous n’avancerons pas, parce que la seule issue est politique et elle porte un nom la bataille pour un changement d’État, de mode de production, la fin de la dictature de la bourgeoisie et le socialisme. (note de Danielle Bleitrach dans histoireetsociete)
Derrière la contre-offensive de l’armée ukrainienne, l’omniprésent soutien des Etats-Unis
En plus de livrer du matériel militaire et de former des soldats, les Etats-Unis partagent avec l’Ukraine leur système de renseignement. Avec les images des satellites d’observation américains, Kiev dispose ainsi d’une vue d’ensemble du théâtre d’opérations.

Par Cédric Pietralunga
Publié hier à 05h28, mis à jour hier à 11h47

« Nous n’aurions pas pu reprendre ces territoires sans l’aide des Etats-Unis. » Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, l’a reconnu lui-même, lors d’une visite du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, à Kiev, le 8 septembre : le soutien de Washington a été essentiel dans la réussite de la contre-offensive lancée par les troupes ukrainiennes dans le sud et dans le nord-est du pays. En quelques jours, l’armée de Kiev a repris 6 000 kilomètres carrés de son territoire autour de Kherson et de Kharkiv, selon le ministère de la défense ukrainien, et sa progression se poursuivait mercredi matin 14 septembre.

Sans surprise, le soutien américain est d’abord matériel. Depuis le 24 février, les Etats-Unis ont livré pour plus de 14,5 milliards de dollars (14,5 milliards d’euros) d’équipements militaires à l’Ukraine, dont 12,5 milliards de dollars ont été directement prélevés dans les stocks de l’armée américaine, affirme le Pentagone. A titre de comparaison, le budget de la défense ukrainien était d’environ 5 milliards de dollars par an avant l’invasion russe. A eux seuls, les Etats-Unis fournissent 70 % de l’aide militaire occidentale. Le deuxième contributeur est la Pologne, suivie du Royaume-Uni, selon le Kiel Institute for the World Economy, en Allemagne. La France se situe au onzième rang.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Ukraine : les Occidentaux poursuivent leur aide militaire
Hormis des chars lourds et des avions de combat, que Washington et ses alliés se montrent toujours réticents à céder par crainte d’une escalade avec Moscou, les Etats-Unis ont livré une véritable armée en kit à l’Ukraine. Des missiles antichars portatifs (plus de 40 000, dont 8 500 Javelin), des canons (126 M777 de 155 mm), des drones suicide (700 Switchblade et 700 Phoenix Ghost), des hélicoptères (vingt Mi-17), des missiles antiaériens portatifs (1 400 Stinger), des batteries de missiles sol-air (huit Nasams), des véhicules blindés (200 M113 et plusieurs centaines de Humvee)…

« Fournir aux Ukrainiens tout ce dont ils ont besoin »
Au-delà de la quantité, c’est surtout la qualité du matériel livré qui a permis aux troupes de Kiev d’arrêter l’offensive russe, puis de reprendre l’initiative. De l’avis même de l’état-major ukrainien, la livraison par Washington de seize lance-roquettes multiples Himars M142, à partir de juin (le Royaume-Uni, la Norvège et l’Allemagne ont aussi fourni neuf exemplaires de M270, un modèle équivalent), a marqué un tournant, permettant de frapper le dispositif russe (dépôts, axes logistiques, etc.) jusqu’à 80 kilomètres de distance.

La fourniture massive de munitions (800 000 obus de 155 mm, 144 000 de 105 mm, 85 000 de 120 mm…) a été également déterminante pour répondre à la puissance de feu de l’artillerie russe et soutenir un front de 2 500 kilomètres, dont 1 300 kilomètres sont considérés comme actifs. L’opérateur Starlink, propriété d’Elon Musk, dit pour sa part avoir livré 15 000 à 20 000 terminaux satellites en Ukraine, très utiles pour les militaires lorsque les réseaux de communication sont coupés. « Notre objectif, aujourd’hui, est de continuer à fournir aux Ukrainiens tout ce dont ils ont besoin », a résumé le ministère de la défense américain, dans un communiqué publié lundi 12 septembre.

PS comme le dirait notre président : ce n’est pas bien d’envahir l’Arménie, mais que va-t-il faire ? Envoyer l’armada de l’OTAN, submerger de sanctions l’Azerbadjian, occuper les plateaux de télévision avec des supporters de la petite Arménie, mais non voyons, l’opération outre qu’elle assure à BP qui est le véritable gouvernement de l’Azerbadjian des bénéfices et est faite pour forcer la Russie à imposer la paix, en protégeant l’Arménie… Les Etats vassaux sont invités à ne pas se distraire inutilement, l’OTAN et les USA ont besoin d’eux en Ukraine.
 
Retour au forum
 
créer forum