Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
 
Retour au forum
 

Ajouter une réponse

Pseudo :    S'inscrire ?
Mot de passe :    Mot de passe perdu ?
Icône :
                                
                                
Message :
 
 
 
Smilies personnalisés
 
Options :
Notification par email en cas de réponse
Désactiver les smilies
Activer votre signature
 
 
Dernières réponses
Xuan
Laura He, journaliste à CNN Business, a expliqué que «certains commentateurs en ligne ont comparé Hupan à l’Académie Donglin, qui aurait formé des universitaires et des fonctionnaires partageant les mêmes idées au XVIIème siècle, qui ont ensuite formé une faction politique célèbre et puissante. De tels penseurs ont accumulé une influence, menant à des années d’intenses batailles entre factions pour le pouvoir au sein de l’empire, et on pense que les combats ont finalement conduit à l’effondrement de la dynastie Ming».
Alibaba est dans le viseur des autorités depuis les critiques émises par Jack Ma, en octobre dernier, à l’encontre des autorités de régulation. - Robert Kissous



JACK MA VA DÉMISSIONNER DE SON ÉCOLE DE COMMERCE

Publié par Chine Magazine | Mai 25, 2021
https://www.chine-magazine.com/jack-ma-va-demissionner-de-son-ecole-de-commerce/?fbclid=IwAR2KqrdtoPBh5RCF3r6c2jpvLKdS1_3N-wg7dFaSEkC5jYXU-O98-YnlegU

Cible des autorités chinoises, le fondateur d’Alibaba Jack Ma va démissionner de la présidence de l’école de commerce qu’il a créée, alors qu’il se fait très discret depuis plusieurs mois.

Cette démission suggère un retrait supplémentaire de la vie publique de Jack Ma, l’entrepreneur le plus éminent de Chine, face à la pression du gouvernement sur l’industrie technologique.
Jack Ma va démissionner de la présidence de l’école de commerce qu’il a créée, a indiqué le 24 mai le Financial Times, alors que son groupe Alibaba, géant du commerce en ligne, est dans le viseur des autorités chinoises.

Le multi-milliardaire se fait très discret depuis l’an dernier lorsque Alibaba a été visé par une enquête pour des soupçons de pratiques monopolistiques et suite à ces critiques contre la politique du gouvernement dans le secteur financier.

Le journal britannique, Financial Times, citant plusieurs sources, affirme que l’Université Hupan, qui forme l’élite des hommes d’affaires chinois, a changé de nom et a restructuré son cursus scolaire.

L’école avait déjà supprimé le mot «université» de son nom, suite aux directives du gouvernement contre les institutions qui ne sont pas autorisées à être des universités mais qui revendiquaient le statut.

Jack Ma, ancien professeur d’anglais, ne devrait pas avoir de responsabilités dans la nouvelle organisation de l’école, fondée en 2015 dans sa ville de Hangzhou (est), siège d’Alibaba, d’après le quotidien économique.

Jack Ma avait créé cette école d’élite avec la vision de la transformer en une «entreprise de 300 ans» qui deviendrait un nom mondial de l’éducation entrepreneuriale.

Le Financial Times, citant une personne proche de l’école, a rapporté que Jack Ma ne détiendrait « aucun titre officiel de haut niveau » au sein de la structure après sa restructuration.

Le journal a ajouté que plusieurs personnes ont déclaré que Jack Ma souhaitait rester en contact avec l’école et qu’il pourrait y donner des conférences.

Jack Ma a choisit le nom de Hupan, qui signifie «au bord du lac», en référence à l’appartement dans lequel il vivait lorsqu’il a cofondé Alibaba en 1999. Lakeside Gardens est l’endroit où les 18 premiers employés d’Alibaba ont travaillé lors des premiers pas de l’entreprise. Jack Ma a comparé cette expérience à la pratique occidentale de gérer une petite entreprise dans un garage.

«Chaque entreprise a sa propre culture de garage», a déclaré Jack Ma aux élèves lors d’une cérémonie organisée en 2016 à l’école. «C’est pourquoi nous l’avons baptisée Hupan University, pour nous souvenir de chaque entrepreneur.»

L’école était réputée pour son accès difficile car chaque candidat devait avoir plus de trois ans d’expérience dans la gestion d’une entreprise avec un revenu annuel minimum de 30 millions de yuans (4,7 millions de dollars) et 30 employés.

Même les candidats qualifiés devaient passer des entretiens stricts. Son taux d’admission était de 2,2%, ce qui le rend plus difficile d’accès qu’à Harvard et Stanford.

Parmi les anciens élèves figurent de nombreux entrepreneurs chinois notables, tels que le président de Didi Chuxing, Jean Liu (ou Liu Qing), le fondateur de Li Auto, Li Xiang, et le fondateur du groupe Uxin, Dai Kun.

Laura He, journaliste à CNN Business, a expliqué que «certains commentateurs en ligne ont comparé Hupan à l’Académie Donglin, qui aurait formé des universitaires et des fonctionnaires partageant les mêmes idées au XVIIème siècle, qui ont ensuite formé une faction politique célèbre et puissante. De tels penseurs ont accumulé une influence, menant à des années d’intenses batailles entre factions pour le pouvoir au sein de l’empire, et on pense que les combats ont finalement conduit à l’effondrement de la dynastie Ming».

Alibaba est dans le viseur des autorités depuis les critiques émises par Jack Ma, en octobre dernier, à l’encontre des autorités de régulation. Entreprise incontournable du numérique en Chine et longtemps montrée en exemple pour sa réussite, Alibaba a été sanctionné en avril d’une amende de 2,3 milliards d’euros pour abus de position dominante, un montant représenta,t 4% de son chiffre d’affaires de 2019.

20 après avoir fondé le groupe emblématique du commerce en ligne en Chine, Jack Ma avait pris sa retraite d’Alibaba en 2019, le jour de ses 55 ans, afin de se consacrer à des activités philanthropiques, particulièrement dans l’éducation. L’université Hupan et Alibaba n’ont pas répondu aux sollicitations de l’Agence France Presse.

Le Financial Times a rapporté, citant une personne proche de l’école, que les autorités craignaient que Jack Ma construise un réseau qui « pourrait être en contradiction avec les objectifs du parti communiste [chinois au pouvoir] ».
Xuan
Une étude très détaillée sur la refonte des activités d'Antech, mais aussi des tous les groupes de la Fintech.


Autopsie de l’exercice de “la dictature du prolétariat” en Chine face à la fintech


DANIELLE BLEITRACH 2 MAI 2021

En détail: la rectification et refonte d’Ant Group que nous présente ici la traduction de Baran et il ajoute ce commentaire : “Le parallèle politique avec le concurrent systémique US est amusant et saisissant. D’un côté on a un rapport de forces où ce sont les entreprises technologiques de la Big Tech US qui déploient leur pouvoir de déplateformisation sur le politique et de l’autre c’est l’appareil d’Etat chinois qui déplateformise les services de la fintech contenus dans les Super Apps, enjoignant le très médiatique Jack Ma au silence radio. Les nouveaux impératifs de fonds propres concernant les services de crédit et le tour de vis sur les données personnelles des citoyens montrent que le régulateur est décidé à ne pas lâcher le cou des holding financières, qui exploitaient jusque-là un certain flou juridique avec la transformation numérique. Dans un moment où le capitalisme occidental derrière Biden fait grand bruit autour de “la contrainte” exercée sur les riches alors que tous les mécanismes mis en place ne peuvent que renforcer le pouvoir de leurs actifs, nous avons ici l’exemple contraire (note de Baran et Danielle Bleitrach. traduction de Baran)

La fintech de Jack Ma évite la rupture mais est obligée de subir une restructuration majeure
Ant Group va être restructuré en une holding financière. © Reuters

ZHANG YUZHE, HU YUE et LUO MEIHAN, Caixin28 avril 2021 à 21h37 JST

L’époque où le consommateur chinois pouvait utiliser son application Alipay comme guichet unique à tout faire, de l’épicerie aux billets de train, en passant par la souscription d’un prêt ou un placement dans un fonds mutuel, semble être comptée depuis que le gouvernement a pris pour cible les dérives des géants de la fintech (concernant leur comportement monopolistique, leurs pratiques de prêt risquées et le respect de la confidentialité des données).

Cela pourrait être une mauvaise nouvelle pour les 711 millions d’utilisateurs actifs mensuels, qui n’auront plus la facilité d’emprunter de l’argent ou d’acheter des produits de gestion de patrimoine en quelques clics sur leur smartphone, mais cela pourrait être encore pire pour Ant Group, le propriétaire d’Alipay, qui est obligée de retirer de sa plateforme de paiement ses vaches à lait, les produits de prêt Huabei et Jiebei sur ordre des régulateurs chinois.

Cette dissociation des produits de prêt fait partie d’une refonte complète des activités de Ant Group, demandée par les régulateurs qui ont ainsi saboté ce qui aurait été le record mondial d’introduction en bourse en novembre 2020 (34,5 milliards de dollars). Aujourd’hui, après six mois de tractations avec les régulateurs financiers, une feuille de route semble avoir émergé qui, espérons-le, remettra sur les rails le géant fintech du milliardaire Jack Ma.

Ant Group et les autorités financières se sont mis d’accord sur un vaste plan de rectification qui pourrait devenir un modèle à suivre par ses pairs alors que les décideurs politiques mènent une campagne à multiples facettes. D’une part, les autorités veulent défendre les droits des consommateurs et la protection de la vie privée et, d’autre part, elles veulent lutter contre les monopoles des entreprises, réduire les risques financiers et uniformiser les règles du jeu entre les groupes innovants de la fintech et les institutions financières traditionnelles, plus stables, qui ont été placées en retrait avec la révolution financière de la dernière décennie.

La plupart des discussions sur la rectification ont été menées par les quatre régulateurs financiers, la Banque populaire de Chine inclus. Ant Group a publié une brève déclaration sur les changements dans une déclaration du 12 avril après sa troisième convocation pour rencontrer la Banque Populaire de Chine et d’autres régulateurs financiers, mais il n’a publié aucune information supplémentaire.

Bien que Ant Group ait été la principale cible de la mesure de réglementation, d’autres sociétés fintech sont intégrées telles que Tenpay Payment Technology Co. de Tencent Holdings qui exploite la plate-forme de paiement WeChat Pay, JD Technology, qui fait partie du géant du commerce électronique JD.com et Du Xiaoman Financial, spin-off fintech du moteur de recherche Baidu, ces derniers seront tous affectés par la série de nouvelles réglementations qui se sont abattues comme un tsunami sur le secteur fintech au cours de l’année écoulée.

Les problèmes identifiés chez Ant Group ne sont pas seulement spécifiques à l’entreprise, mais sont “universels”, a déclaré la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances dans une session de questions-réponse sur son site Web le 31 décembre. “Le développement rapide de la finance numérique a donné lieu à des problèmes relatifs à la cybersécurité, au monopole du marché, à la propriété opaque des données et à la protection des droits des consommateurs, qui ont affecté l’équité du marché et la stabilité financière … Des problèmes surviennent lorsque certaines plates-formes Internet mènent des activités de microcrédit en ligne, en tant que gouvernance d’entreprise malsaine, profitant des monopoles de données et de l’encouragement à des emprunts avec des effets de levier excessifs.”

Voici ce que nous savons du plan de Ant Group jusqu’à présent. La rectification comporte cinq aspects principaux :

* Restructuration du groupe en une holding financière qui intégrera toutes les filiales engagées dans des activités financières et sera soumise à la réglementation sur ce type d’entités, publiée par le Conseil d’État et la Banque Populaire de Chine en septembre 2020.

* Lutte contre les pratiques de concurrence déloyale dans le secteur des paiements. Cela impliquera de ramener la plate-forme de paiement tiers Alipay à ses origines en tant que fournisseur de services de paiement, de retirer les produits financiers d’Ant Group, y compris Huabei et Jiebei, de la plate-forme et de les dissocier de l’infrastructure de paiement Alipay.

* Consolidation des opérations de crédit. Il s’agira de regrouper toutes les activités de crédit du groupe dans Chongqing Ant Consumer Finance, détenue à 50% par Ant Group. L’entreprise dispose déjà d’une licence de crédit à la consommation bien qu’elle n’ait pas encore commencé son activité. Huabei et Jiebei, actuellement dirigées par deux sociétés de microcrédit d’Ant Group enregistrées dans la ville de Chongqing et réglementées par le gouvernement local, seront incorporées au sein de la société de crédit à la consommation et entreront dans le giron règlementaire de la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances(CBIRC).

* Refonte de l’activité de reporting de crédit personnel. Cela impliquera la création d’une société qui demandera une licence de reporting de crédit personnelle et sera soumise aux prochaines « mesures pour la gestion de l’activité de reporting de crédit » de la Banque Populaire de Chine.

* Assurer le respect du cadre réglementaire prudentiel des observateurs financiers, améliorer la gouvernance d’entreprise et rectifier les activités financières illégales pour contrôler l’endettement excessif et le risque de contagion.

* Gérer et contrôler les risques de liquidité des produits de fonds et réduire la taille de Yu’e Bao, la plus grande plateforme de fonds monétaires de Chine principalement dirigée par Tianhong Asset Management, détenue à 51% par Ant Group.


Les régulateurs n’ont pas annoncé publiquement d’échéances spécifiques pour que Ant Group achève les rectifications, dont certaines prendront probablement des mois, voire des années.

Le projet de transformation d’Ant Group en une holding financière est susceptible de constituer une contrainte importante pour ses opérations commerciales et sa croissance en raison des exigences de capital plus strictes qu’Ant Group devra satisfaire. En vertu des nouvelles règles qui sont entrées en vigueur le 1er novembre 2020, toutes les FHC (Financial Holding Company) devront avoir versé au moins 50% du capital social total de toutes les institutions financières qu’elles contrôlent et avoir la capacité de reconstituer leur capital au fur et à mesure, si nécessaire. Le but de ces exigences strictes est d’empêcher le type de levier imprudent et incontrôlé exercé par des conglomérats financiers douteux tels que Anbang Insurance Group et Tomorrow Holding, qui menaçait la stabilité du système bancaire.

La FHC comprendra toutes les unités engagées dans des activités financières, y compris les filiales détenant une grande variété de licences financières couvrant des domaines tels que la banque, la gestion de fonds, l’assurance, les paiements à des tiers, le microcrédit en ligne et le crédit à la consommation. Leur capital social combiné sera d’environ 77 milliards de yuans (11,9 milliards de dollars), selon les calculs de Caixin, ce qui signifie que Ant Group aura besoin d’un minimum de 38,5 milliards de yuans en capital social, soit une augmentation de 62% par rapport au niveau actuel de 23,8 milliards de yuan. En conséquence, la FHC aura besoin d’une injection de capitaux de 15 milliards de yuans uniquement pour maintenir ses opérations à leur niveau actuel et devra en ajouter encore plus pour soutenir sa croissance.



“Les exigences sont assez élevées et limiteront l’effet de levier des sociétés de portefeuille financier” , a déclaré à Caixin Zeng Gang, directeur adjoint de l’institution nationale des finances et du développement. « Dans le passé, l’ampleur de l’effet de levier tiré par les filiales de ces conglomérats financiers importait peu car il n’y avait pas de contraintes de fonds propres, mais il en sera autrement à l’avenir … Les états financiers des filiales devant être consolidés, les actifs à risque devront coïncider avec leur capital en raison des potentiels effets d’entraînement des risques financiers. “

En Chine, avec Huabei et Jiebei, Ant Group est devenue la plus grande plateforme de crédit à la consommation en ligne, via des prêts non garantis. Les prêts en ligne ont été le principal contributeur au chiffre d’affaires de Ant Group au premier semestre 2020, représentant près de 40% du total du CA. Les services de crédit en ligne ont rapporté une augmentation de 59,5% par an, atteignant la somme de 28,6 milliards de yuans au cours de la période.

Le retrait de ces produits de l’écosystème d’Alipay est susceptible, du moins à court terme, d’entraver l’expansion de ce qui était une entreprise lucrative et d’ouvrir potentiellement la porte à des concurrents pour capter une partie de sa part de marché.

“Nous nous attendons à ce que la dissociation des activités de paiement et de microcrédit d’Ant affaiblisse son avantage concurrentiel de vente croisée via sa plate-forme Alipay, qui offrait aux consommateurs plus de choix sur leurs plates-formes de paiement ou sur leurs fournisseurs de microcrédit en ligne” , a déclaré Fitch Ratings dans un rapport du 22 avril . “Ceci, combiné aux effets d’autres mesures réglementaires récentes, pourrait freiner la croissance des revenus et des bénéfices d’Ant à court terme.”

Le plan de rectification exige que toutes les opérations de prêt de Ant Group soient intégrées au CACF. Sa licence lui permettra d’offrir de petits prêts à la consommation dans tout le pays, avec un effet de levier jusqu’à 10 fois, un montant plus élevé que celui autorisé dans les licences de prêt à la consommation à petite échelle offertes par les gouvernements régionaux, selon Fitch Ratings.

Le CACF sera confronté à des restrictions plus strictes dans d’autres aspects de l’activité à la suite des nouvelles règles sur les prêts en ligne et les prêts conjoints émises le 19 février, qui obligent une institution non bancaire à fournir au moins 30% du capital de tout prêt conjoint en ligne avec une banque. Il sera également soumis à un ratio d’adéquation des fonds propres d’au moins 10%, conformément à la réglementation des sociétés de crédit à la consommation.

Par conséquent, le capital social du CACF devrait potentiellement augmenter de près de 580% et passer des 8 milliards de yuans actuels à au moins 54 milliards pour produire le montant actuel de 1,8 billion de yuans d’encours de prêts conjoints, conformément à la réglementation, sur la base du total combiné de 16 milliards de yuans de capital social des deux sociétés de microcrédit, Huabei et Jiebei, qui opèrent actuellement d’après les calculs de Caixin.

La croissance et l’ampleur des activités de crédit de Ant Group seront limitées par les exigences de capital à long terme, estiment les analystes de Zhongtai Securities dans un rapport publié le 1er avril. Son business model peut passer de l’exposition financière aux prêts conjoints pour se concentrer sur la fourniture aux institutions financières traditionnelles des services liés à ces prêts, y compris des services de reporting de crédit et de technologie de données, pour la gestion des risques, considèrent les analystes.

En tant que plus grand microprêteur et fournisseur de paiement à des tiers en Chine, Ant Group a constitué une énorme base de données propriétaire d’informations sur le crédit de millions de particuliers et de petites entreprises. Il offre donc des services de prévention de fraude, de gestion des risques et évalue la solvabilité des emprunteurs pour les banques.

L’un des principaux reproches des régulateurs contre Ant Group était qu’il a tardé à transmettre ses données à Baihang Credit Scoring, une agence crée en 2018 et soutenue par la banque centrale, afin de collecter des informations sur les entreprises et les particuliers ayant contracté des crédits en dehors du système financier traditionnel. Les autorités financières étaient également préoccupées par l’industrie en général et son abus croissant de la collecte, du stockage et de la vente d’informations sur les particuliers et les entreprises et en janvier, la Banque Populaire de Chine a publié un projet avec les propositions de régulations sur les reporting de crédit visant à renforcer la surveillance du secteur.

Le plan de rectification de Ant Group indique que les régulateurs ont enfin obtenu ce qu’ils veulent. Dans sa déclaration du 12 avril, la société s’est engagée à “mener l’activité de reporting de crédit personnel conformément aux lois et réglementations en vigueur, à renforcer la protection des informations personnelles et à prévenir efficacement l’abus sur les données”. Mais il semble que Ant Group obtiendra quelque chose en retour – une licence d’évaluation de crédit personnelle très convoitée. La déclaration d’Ant indiquait qu’elle créerait une société d’évaluation du crédit personnelle et demanderait une licence. Or il est peu probable qu’elle ait rendue publique cette information sans une certaine assurance de succès.

Si et quand l’agrément sera octroyé, Ant Group ne deviendra que la troisième société à remporter une licence d’évaluation de crédit personnelle, après BCS et Pudao Credit, qui ont obtenu une licence en 2020 et ont commencé à opérer en février. Bien que Ant Group détienne une participation de 8% dans BCS et que Pudao ait plusieurs actionnaires, il détiendra la propriété exclusive de la nouvelle société de crédit personnel et l’exploitera de manière indépendante, ont déclaré plusieurs sources à Caixin.

La plupart des analystes conviennent que le plan de rectification affectera négativement la valorisation d’Ant Group au cas où ressurgirait son introduction en bourse. L’analyste principal de Bloomberg Intelligence, Francis Chan, a déclaré dans un rapport récent qu’il s’attend à ce que la valorisation passe en dessous de 700 milliards de yuans contre 2,1 billions de yuans lorsqu’elle a tenté de devenir publique en novembre.

Le changement radical de l’environnement réglementaire se propage également à d’autres sociétés de fintech. JD Technology a retiré sa demande d’introduction en bourse sur le marché STAR de Nasdaq-style à Shanghai, a annoncé la bourse le 2 avril. La société envisage également de créer un FHC.

“Le resserrement de la réglementation sur les activités financières des sociétés fintech aura un impact sur la reconstitution de leur capital, et même sur leur examen et leur évaluation de cotation” , a déclaré à Caixin un banquier d’investissement qui ne souhaitait pas être identifié.

Le CBIRC et la PBOC ont clairement indiqué que les problèmes qu’ils visent à résoudre à travers le plan de rectification d’Ant Group ne sont pas propres à l’entreprise, et le flux de réglementations déployées au cours de l’année écoulée démontre que tous les acteurs du secteur fintech devront s’aligner.

Le plan devrait marquer la fin d’un modèle dans lequel les entreprises ont utilisé la fonction de paiement numérique sur leurs plates-formes comme point d’entrée pour attirer les utilisateurs dans des domaines plus lucratifs tels que les prêts à la consommation. Une source proche de la banque centrale a déclaré à Caixin que d’autres plates-formes seraient nécessaires pour rectifier des pratiques similaires. Cela comprendra le produit de prêt à la consommation en ligne de JD Technology, JD Baitiao et le service de microcrédit en ligne offert par le géant chinois de la livraison de nourriture Meituan.

Les nouvelles exigences réglementaires augmenteront également considérablement les coûts de mise en conformité pour les entreprises de technologie financière, a écrit Ji Shaofeng, un expert en financement sur Internet et en microcrédit, dans un récent article d’opinion.

“Les membres de l’industrie chinoise de la fintech devront s’adapter à des réglementations plus strictes, une surveillance plus large et plus forte, conduisant à une période de modération de la croissance et des investissements fintech” , a déclaré en mars Yan Li, analyste chez Moody’s Investors Service. Les nouvelles lois et réglementations entraîneront des risques pour les sociétés de technologie financière “car le resserrement de l’environnement réglementaire nécessitera probablement des changements importants dans les business models de leurs activités de services financiers”.

Lin Jinbing a contribué à ce rapport.
Xuan
Commentaire d'un bloggeur chinois sur les aventures de Jack Ma

Jack Ma n'est pas le problème

21 FÉVR.
ÉCRIT PAR LI XURAN
TRADUIT BY LI RUIPENG https://www.qiaocollective.com/en/articles/jack-ma-is-not-the-problem

________________________________________



La technologie financière peut-elle être mise au service du développement de la Chine centré sur le peuple ? Avec Ant Group de Jack Ma comme étude de cas, le blogueur chinois Li Xuran propose une analyse convaincante du rôle du capital dans la Chine moderne. L'arrêt de l'introduction en bourse de la bombe d'Ant en novembre 2020, soutient Li, doit être considéré dans le contexte du rôle de l'État socialiste dans la maîtrise de la «bête sauvage» du capital pour le développement socialiste et le bien public.

________________________________________


Note des rédacteurs: les débuts très attendus d'Ant Group sur les bourses de Shanghai et de Hong Kong devraient être la plus grande introduction en bourse de tous les temps. Mais quelques jours à peine avant l'ouverture prévue le 5 novembre 2020, les régulateurs chinois, dirigés par la Banque populaire de Chine, ont interrompu l'introduction en bourse et ont convoqué le fondateur de Ant Jack Ma et d'autres dirigeants de Ant pour discuter de ce qu'ils appelaient des «problèmes majeurs» avec le géant de la technologie en suspens. référencement.
L'affrontement entre les régulateurs de l'État et Ant Group - la société mère du plus grand système de paiement mobile de Chine, Alipay, et un service de prêt pour plus de 80 millions de petites entreprises - a été décrit dans les médias occidentaux comme une «répression» démontrant le pouvoir centralisé du communiste Parti sous Xi Jinping. Ces fausses déclarations ont même conduit à des théories du complot selon lesquelles Ma avait « disparu ». Mais loin d'une répression «totalitaire» du secteur privé, le gel de l'introduction en bourse monstre d'Ant Group doit être compris dans le contexte de l'économie de marché socialiste chinoise, dans laquelle les services bancaires et financiers traditionnels opèrent sous le contrôle de l'État pour l'intérêt public. Contrairement au 14e plan quinquennal de la Chine - qui donne la priorité au développement durable , la revitalisation ruraleet la croissance économique réelle - le pouvoir croissant des prêteurs privés tels que Ant Group pose des risques systémiques pour les types de spéculation, de dette à la consommation et de bulles financières responsables des crises financières cycliques dans les nations capitalistes. Alors que Ant Group continue de travailler avec les autorités réglementaires en vue d'une future introduction en bourse, la question demeure: la fintech peut-elle être mise au service du développement centré sur les personnes de la Chine?

Dans ce contexte, Li Xuran propose une analyse convaincante du rôle du capital dans la Chine moderne. En canalisant Marx, Li soutient que le contrôle du capital est crucial pour le projet de développement socialiste, mais que laissée sans retenue, la «bête sauvage» du capital montrera que ses intérêts de classe dépassent son allégeance nationale. Rejetant le culte milliardaire de la personnalité qui entoure parfois Ma, Li nous rappelle que les succès de Ma et de ses semblables ne sont pas le reflet de leurs propres capacités, mais des opportunités créées par la lutte du Parti communiste et du peuple chinois ordinaire. Que ce soit Ant Group ou non, pour contrôler la bête du capital, il faut un effort concerté du Parti, de l'État et du peuple.
Cet article a été initialement publié en chinois dans Utopia. Suivez la page publique de l'auteur sur WeChat (ID: xuranshuo).
________________________________________


I.

Les marées changent.

J'ai vu plusieurs publications sur les réseaux sociaux, des publications dans les médias grand public et des vlogueurs commencer à critiquer férocement Jack Ma, comme si le critiquer résoudrait tous leurs problèmes. J'y ai réfléchi et, risquant d'éventuelles réactions négatives parmi mes lecteurs, j'ai décidé de discuter longuement de cette question. Parce qu'à mon avis, Jack Ma n'est pas le problème.
Avant de me rôtir, permettez-moi de me reformuler: Jack Ma n'est pas la racine du problème . Pourquoi? Regardons quelques événements récents: l'arrêt de l'introduction en bourse d'Ant Group, la panne d'appartement de Danke [1], la confrontation sur les achats de groupes communautaires ...
En gros, sous ces divers incidents se cache une seule force. Un grand enseignant et sa génération l'ont mis en garde et l'ont réprimé, mais il a refait surface depuis les années 1980. Après 40 ans, il a pris racine dans de multiples facettes de nos vies, y compris la pensée, la société, la réalité et le pouvoir. Peu à peu, il a montré son immense et sa puissance et sa qualité effrayante:

Le Capital.
Même le Capital de Marx ne peut pas pleinement discuter de la complexité du capital. Alors ici, je vais le résumer en trois points, selon ma compréhension:

Premièrement : le capital et le développement sont indissociables.
Le capital accélère et catalyse le développement économique. À un certain stade du développement social (du capitalisme au stade primaire du socialisme), un essor économique rapide le nécessite.
J'ai lu un jour qu'un pays en voie de modernisation à la recherche de développement économique et d'industrialisation n'avait que trois voies: les « ciseaux de prix » urbains-ruraux , c'est-à-dire fixer des prix bas sur les produits ruraux pour soutenir le développement industriel; le pillage, le chemin emprunté par les pays capitalistes occidentaux; et l'utilisation de capitaux étrangers, illustrés par les quatre «Tigres asiatiques» qui se sont développés en attirant massivement des investissements étrangers massifs.
On ne peut donc pas discuter trop profondément de l'accumulation primitive du capital. Comme toutes les grandes fortunes, l'histoire du développement doit être glorifiée. Seule la montée en puissance de la Chine moderne a été réalisée sans pillage, et a plutôt été construite sur une terre stérile autrefois pillée par les envahisseurs.
La première partie du parcours de la Nouvelle Chine a eu lieu peu de temps après sa fondation. Elle consistait à contrôler le prix des produits agricoles, à limiter les déplacements des ménages ruraux et à restreindre à l’échelle nationale la nourriture et la consommation. Au lieu de cela, le peuple chinois a canalisé son énergie dans la construction et a accumulé une base industrielle solide et approfondie, résumée par «resserrer la ceinture, pour mettre en commun nos ressources pour accomplir des missions majeures». D'autre part, après la réforme et l'ouverture, la Chine a attiré des quantités massives de capitaux étrangers et a libéré des capitaux publics et partiellement privés, revigorant l'économie.

________________________________________
Nous devons comprendre que même si nous considérons le capital comme effrayant, nous devons reconnaître sa grande puissance dans la promotion du développement économique.
________________________________________

J'en parle parce que nous devons comprendre que, même si nous considérons le capital comme effrayant, nous devons reconnaître sa grande puissance dans la promotion du développement économique. Nous ne pouvons pas nier les 40 dernières années de la Chine en utilisant ses 30 premières, ni nos 30 premières années en utilisant les 40 dernières. C'est du matérialisme historique.

Deuxièmement : l'expansion est l'instinct de base du capital.
Le capital est comme le code génétique, dont le seul but est de peupler, de dupliquer et de croître. Dans le monde naturel, une créature sans prédateur surpeuplera sûrement, comme la carpe asiatique aux États-Unis. Le capital sans concurrence ni réglementation conduira à un monopole à grande échelle dans tous les domaines.
Liu Cixin, dans son roman de science-fiction Les salaires de l'humanité, imagine l'étape ultime du capitalisme dans laquelle un «producteur final» monopolise toutes les ressources de la planète, y compris la terre, l'air et l'eau. Les gens paient des impôts pour respirer. Cette spéculation est basée sur la reconnaissance de la réalité.
La récession financière récurrente dans la société capitaliste n'est-elle pas, au fond, le résultat de l'expansion du capital à l'extrême, tout en supprimant le coût du travail à l'extrême, conduisant à une capacité de production dépassant de loin les besoins sociaux?
Dans le domaine de la production, le cycle étant relativement long, la réapparition de la crise est longue. Mais de nos jours, la raison pour laquelle nous pensons que le capitalisme tombera en «crise» une fois toutes les quelques années, c'est parce qu'à l'époque actuelle, l'expansion extrême du capital est le capital financier, qui accélère la progression du capital en expansion rapide jusqu'à l'explosion. Parce que lorsque le capital entre dans l'industrie, il se rend compte qu'il doit passer par les intrants, la production, la vente, la ré-intrant et d'autres éléments du cycle, et c'est bien trop lent pour gagner de la valeur ajoutée. Ainsi, nous avons un capital financier utilisant de nombreux leviers, outils et produits éblouissants pour atteindre l'objectif de produire de l'argent avec de l'argent.
Un ami du secteur financier me dit qu'une fois dans le monde de la finance et avec des résultats, vous ne voudrez plus rien faire d'autre parce que d'autres industries gagnent de l'argent beaucoup trop lentement.
Dans une certaine mesure, la finance est comme la drogue. Normalement, les gens tirent du plaisir de l'action, récompensés par leur cerveau grâce à la libération de certains produits chimiques. Mais ce qui est horrible à propos des drogues, c'est qu'elles contournent ce système de récompense et stimulent directement le cerveau via des produits chimiques pour produire du plaisir. C'est pourquoi les toxicomanes sont si désespérés; tout le reste n'a plus de sens.
Le capital financier est tout aussi horrible. Depuis les premiers jours de la conquête du marché boursier, jusqu'à la récente crise des subprimes et des plateformes de prêts P2P, cela ne s'arrêtera pas.

Troisièmement, l'attribut de classe du capital est plus grand que l'attribut national.
Pour être honnête, j'allais sauter cette partie - pour certaines personnes, c'est un peu un point faible. Quand je traite avec les capitalistes, je dis épargnez-moi le discours de «j'ai un cœur pour le pays et le monde». Dans ce monde, les capitalistes patriotiques existent, mais ils ne sont guère une classe qui a la conscience de soi de limiter leur capital aux frontières nationales. S'il y a des individus qui trahissent leur classe, aucune classe ne trahit ses intérêts et ses profits. Aux yeux du capital, le monde est plat. Là où il y a des gens, il y a du profit, il y trouvera son chemin par tous les moyens nécessaires.
Tout comme la Compagnie des Indes orientales il y a toutes ces années; les gens qui connaissent leur histoire le comprendront: du seul point de vue du gouvernement, les puissances occidentales n'auraient pas nécessairement déclenché la guerre de l'opium. Les intérêts vicieux et les ambitions d'expansion du capital européen ont nécessité la guerre. Contrairement au Japon, la Grande-Bretagne n'a pas eu de conflit géopolitique direct avec nous. Depuis les années 1990, une poignée de crocodiles financiers occidentaux ont fait des vagues dans le monde entier, pillant la fortune à l'aide d'outils financiers, le résultat n'est pas moins grave qu'une invasion de guerre chaude. De nombreux pays ont souffert et ne se sont pas encore remis. Le capital, une fois incontrôlé, peut exercer une énorme influence sur la scène politique d'un État. Dans certains pays de taille petite à moyenne, le gouvernement a peu d'autorité et s'effondre facilement en raison du jeu de pouvoir entre de nombreuses forces, y compris le capital. C'est la raison pour laquelle Sun Yat-sen a appelé au «contrôle du capital» il y a plus de cent ans.
Dans la société moderne, il n'y a pas de «capital» au sens purement commercial. Tout le capital est étroitement lié à la politique, en particulier le grand capital et les grands magnats. Si un politicien mature croit encore des absurdités telles que «le capital n'est qu'un outil», «le capital ne parle pas de politique» et «quand il est en affaires, ne parle que des affaires», ils sont fondamentalement hors jeu.

II.

J'ai déjà dit beaucoup de choses. Mon intention principale est de dire à tout le monde: Jack Ma va bien, Danke Apartment aussi. Même les achats collectifs communautaires, phénomène populaire récent, ne sont rien d'autre que des incarnations du capital. Ils ne sont pas eux-mêmes le problème. Le vrai problème se pose si nous négligeons les problèmes qui motivent ces forces.
________________________________________
Le capital est comme une bête sauvage: si nous sommes capables de l'apprivoiser et de l'utiliser pour nos besoins, il contribuera au développement de la productivité. Incontrôlée et sans retenue, elle nous mordra et causera beaucoup de tort.
________________________________________

Le capital est comme une bête sauvage: si nous sommes capables de l'apprivoiser et de l'utiliser pour nos besoins, il contribuera au développement de la productivité. Incontrôlée et sans retenue, elle nous mordra et causera beaucoup de tort. Sur ce point, Ma n'est pas le dernier magnat, Danke n'est pas la dernière faillite, l'achat de groupe communautaire ne sera pas le dernier champ de bataille.
Parce que le capital est un élément essentiel de la production, mais ce n'est pas la production elle-même. Je vous donne 50 cents, vous essaierez de produire des choses qui valent 50 cents. Il peut en effet stimuler le potentiel créatif et la vivacité économique. Mais le problème réside dans, qui surveille ou garantit que des choses d'une valeur de 50 cents sont fabriquées ?

Le capital entre sur le marché, augmentant constamment sa valeur grâce à la finance, aux actions et à d'autres packages brillants. Chaque processus au milieu créerait la fortune. Mais à la fin, le produit doit être fabriqué, sinon le système économique de la société s'effondrerait.
Les producteurs américains se nomment en plaisantant «da gong ren» (maçons, ouvriers), parce que les personnes occupant d'autres postes ne sont pas vraiment impliquées dans la production, elles pourraient être en charge des feuilles de calcul, des ventes, du marketing, de la publicité, voire de la tenue de réunions. Ils attendent ensuite la fabrication et la production, des emplois que, du moins en théorie, quelqu'un d'autre devrait faire.
Mais cette «personne» hypothétique peut être épuisée, incapable de travailler.
Viennent ensuite une production insuffisante, une consommation anticipée, puis une surcapacité, une déflation. Viennent ensuite le déclin et l'effondrement de tout le système économique qui a été construit avec lui. Vous vous souvenez du célèbre passage que Marx cite?
«Avec un profit adéquat, le capital est très audacieux. Un certain 10 pour cent assurera son emploi n'importe où; 20 pour cent produiront certainement de l'empressement; 50 pour cent - audace positive; 100 pour cent le rendra prêt à fouler aux pieds toutes les lois humaines; 300 pour cent - et il n'y a pas de crime auquel pour lequel il aura des scrupules, ni de risque qu'il ne courra pas, même au risque que son propriétaire soit pendu.
Les crises périodiques de la société capitaliste ont conduit les économistes à un consensus: un capital incontrôlé mènera certainement à une autodestruction folle.
La panne de Danke Apartment est due à ceci: ils ont utilisé des loyers bas pour attirer les locataires, ont investi leur argent dans le financement et les ont reconditionnés en tant que produit financier (même en offrant des prêts à ceux qui n'avaient pas les moyens de payer le loyer), puis ont mis ce financement, ce produit de nouveau sur le marché financier, pour obtenir plus de fonds, prendre plus de maisons…
Utilisant des outils du capital, ils se sont développés rapidement en seulement deux ans. Théoriquement, tant qu'il y aura des «ouvriers» qui louent des maisons, paient des loyers, ce jeu du capital peut continuer, le marché continuera à être «vigoureux et énergique» .
Mais ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'est la pandémie. L'économie a souffert, de nombreuses personnes ne pouvaient pas payer leur loyer, brisant la corde raide. En fin de compte, ceux qui souffrent le plus sont toujours les locataires, incapables de se payer un logement.
Alors, face au capital, il ne faut pas être aveuglé par son pelage sucré. Tout comme les achats groupés dans la communauté, les légumes et les fruits qui se vendent pour quelques yuans semblent bon marché. Avec une vision plus claire, nous voyons qu'il ne s'agit que d'un moyen par lequel le capital entre sur un marché où les intérêts sont divers et dispersés. Les guerres des prix, de simples outils pour étouffer les petites entreprises, créer un monopole et centraliser les intérêts.
Après la panne de l'appartement Danke, j'ai demandé à un ami qui a perdu plus de dix mille yuans et a ensuite été expulsé: pourquoi avez-vous choisi Danke? Il a dit que dans son quartier, Danke avait pressé d'autres agences et qu'il n'avait pas le choix. J'étais sans voix.

III.

Outre le risque de se développer librement, le capital a un autre effet caché notable: le capital déforme l'esprit des gens.
Au cours des quarante années qui ont suivi la réforme et l'ouverture, la pensée de notre société a énormément changé. Bien que nous soyons plus prospères au sens matériel, nous avons également perdu beaucoup de choses en termes de philosophie et de valeurs.
Le consumérisme a occupé le devant de la scène. Une mentalité frivole, anxieuse et motivée par les intérêts s'est répandue. Sur les plateformes sociales telles que Douyin (Tiktok pour le marché chinois) et Kuaishou, nous voyons de nombreux jeunes exhiber des sacs de créateurs, des cosmétiques, des vêtements de luxe, même des voitures et des maisons chères.
Cela me peine d'imaginer combien de jeunes seront influencés d'ici là et deviendront les prochains avec des rêves bourgeois. Beaucoup ont été endoctrinés par le consumérisme à courte vue et la «voie du succès» motivée par l'intérêt. Pour combler nos désirs, nous avons peu à peu adopté les services de crédit et la surconsommation.
De temps en temps, dans les nouvelles, nous voyons de jeunes adultes, incapables de rembourser leurs emprunts, enfreindre la loi. Ce qui est plus effrayant, c'est que ce phénomène et cette mentalité influencent la jeune génération. «Étudier est une telle corvée, les gens deviennent plus célèbres et plus riches en tant qu'influenceurs plutôt que d'être admis à Tsinghua ou à l'Université de Pékin. Être une célébrité, gagner de l'argent, subir des chirurgies plastiques, trouver un papa de sucre est la vraie voie vers le succès.
Face à ce phénomène, un internaute demande: «Les jeunes de 17 ans devraient-ils faire la fête ou se préparer au gaokao [l'examen national d'entrée au collège]?» Si vous venez d'une famille riche et que vous avez la liberté de choisir votre vie, la première option serait irréprochable. Mais combien de personnes ont les ressources pour se livrer réellement à ce rêve?
Dans une interview de rue, lorsqu'on lui a demandé «qui est votre célébrité préférée», un vieil homme a répondu : «Je n'aime pas les célébrités. Ils ne contribuent rien au pays, seulement du mal à la prochaine génération. Si vous demandez aux enfants de nos jours ce qu'ils veulent être quand ils grandiront, ils disent tous que stars ou chanteurs, personne ne dit scientifiques, enseignants ou rejoindre l'armée.… Les étoiles ne font pas un pays formidable – les scientifiques, les ingénieurs, les travailleurs le font."

IV.

Encore une chose.
Dans la Chine contemporaine, ce qui fait le plus peur à propos du capital, c'est qu'après une croissance folle pendant une période prolongée, il est presque devenu «trop gros pour échouer». C'est aussi pourquoi de nombreux porte-parole du capital ont le culot de dire des choses scandaleuses.
Jack Ma, dans son discours au Bund à Shanghai en octobre, a fait des remarques qu'il reprendrait probablement maintenant: le financement en Chine «n'a pas de risques systémiques» car il n'y a «pas de système».
________________________________________
Jack Ma disant qu'il n'y a pas de risque systémique dans la finance chinoise prouve seulement qu'il représente ce risque.
________________________________________
Cela rappelle un même: «Dans chaque équipe, il y a une recrue. Si vous ne repérez pas la recrue, vous êtes la recrue. La chose la plus redoutée dans un système financier est le risque systémique. Jack Ma disant qu'il n'y a pas de risque systémique dans la finance chinoise prouve seulement qu'il représente ce risque.
Le lendemain, le chef du Comité économique national de la Conférence consultative politique du peuple chinois a souligné lors d'un sommet financier: que l'on appelle cela technologie financière ou finance technologique, il ne faut pas oublier l'attribut de la finance, ne pas désobéir. la règle de base de la gestion financière, ou on sera puni par le marché.
Si vous ne comprenez toujours pas ce qui fait peur dans le discours de Ma, je vais citer ici ce qui a été souligné dans une conférence du Bureau politique du Comité central: La prévention du risque financier systémique est la tâche fondamentale de notre travail financier.
Après le discours de Ma, j'ai vu de nombreux blogueurs dire qu'il était « au-dessus des nuages» . Je pense qu'ils sont aveuglés par leur apparence. Pour Ma, une personne qui crie de prendre sa retraite tout le temps, avoir le courage de parler comme ça, «au-dessus des nuages» est en fait un euphémisme. Je m'abstiendrai de parler de lui plus loin, chacun pourra se contempler.

V.

Je me sens chanceux de vivre dans un pays socialiste.
La plupart des gens ici ont grandi avec une éducation marxiste-léniniste. Beaucoup n'ont pas une compréhension claire ou ont même oublié nos cours. Cependant, lorsque nous grandissons, que nous sommes «battus» par la société et que nous rencontrons toutes sortes de problèmes sociaux, nous cherchons des réponses. Nous nous souviendrons de ce que les manuels nous ont appris et penserons: nos manuels étaient si complets! Quel dommage que nous ne les comprenions pas à l'époque.
Quels autres pays du monde apprennent aux étudiants à voir le capital à travers la «plus-value»? Quels autres pays expliquent le monde par le «matérialisme» ou posent des questions commençant par «si le capital a 50% de profit…»?
Parce que la majorité a une éducation aussi fondamentale, un blog comme le nôtre, fondé fin 2019, peut gagner le soutien qu'il a mérité. Tout comme dans la discussion du «Projet Xinyu», un étudiant a déclaré: «Le capitalisme sera toujours le capitalisme. Heureusement, nous sommes nés en Chine, le pays qui appartient au peuple chinois. Plusieurs fois, à travers ces événements, nous pouvons voir que la Chine dirigée par le Parti communiste chinois vaut notre confiance. Ce n'est pas un culte aveugle. C'est plutôt une vérité empirique. Si la Chine n'est pas digne de confiance, comment la Chine a-t-elle accompli en quarante ans ce que les pays capitalistes ont accompli en plusieurs centaines d'années?
Et juste à cause de cela, en Chine, le capital aura beaucoup de mal à se développer sans restriction. Quand même les jeunes et les gens ordinaires comprennent, pensez-vous que l'État ne le ferait pas? Non seulement l'État l'a remarqué, mais ils ont répondu rapidement. De l'arrêt de l'introduction en bourse du groupe Ant, à la déclaration de renforcement de l'anti-monopole et de la prévention de la libre expansion du capital, en publiant The Guidance of Anti-Monopoly in the Area of Platform Economy, au renforcement de la régulation de la finance sur Internet, à la récente déclaration selon laquelle le capital doit circuler davantage vers l'économie réelle ... Ces décisions sont conformes à l'idéologie du Parti. Conçu au plus haut niveau, soyez prêt, atteignez la cible, réfléchissez à la stratégie et traitez la racine du problème. Dans des domaines tels que la pensée, la théorie, les communications et la publication de documents de politique, différents départements travaillent ensemble pour former une force unie.
________________________________________
Dans les pays capitalistes occidentaux, les enquêtes anti-monopole sont des efforts extrêmement difficiles. Les grandes entreprises et les grands capitaux engagent des porte-parole politiques et des lobbyistes pour persuader le Congrès et conduire l'élaboration des politiques. Mais en Chine, une seule conférence, un seul commentaire social peut changer le courant. Ici, des géants marchent sur la glace.
________________________________________

Dans les pays capitalistes occidentaux, les enquêtes anti-monopole sont des efforts extrêmement difficiles. Les grandes entreprises et les grands capitaux engagent des porte-parole politiques et des lobbyistes pour persuader le Congrès et conduire l'élaboration des politiques. Il y a aussi des élites juridiques à la recherche d'échappatoires, rationalisant des décisions qui seraient considérées comme irrationnelles et contraires à l'éthique pour toute personne lucide - toutes pour chercher des excuses pour que les capitalistes s'emparent du profit. Même si une entreprise ou une personne est condamnée pour monopole, le long processus d'enquête aurait probablement déjà causé un risque suffisamment grand.
Mais en Chine, une seule conférence, un seul commentaire social peut changer le courant. Ici, des géants marchent sur la glace. C'est la force du système et la force du cœur des gens. Dans notre système social, le capital ne peut jamais s'emparer de notre pays. Pourquoi les gens ont-ils loué et applaudi les documents de lutte contre la corruption et de renforcement de la réglementation? N'est-ce pas «représenter l'intérêt fondamental des gens ordinaires?»

VI.

Enfin, je voudrais parler de la cinquième session plénière du 19e Comité central du PCC - l'événement le plus important de la seconde moitié de l'année. Cette rencontre, à mon avis, tourne en grande partie autour d'une question: quel est le point de développement?
Passons en revue l'essence du socialisme: libérer et développer la productivité; éliminer l'exploitation et la polarisation; et atteindre la prospérité commune.
À cet égard, peu importe Jack Ma ou tout autre magnat, ce sont tous des «pionniers dans l'accumulation de richesses» qui existent dans une phase historique spécifique. Ces personnes dotées de capacités et de spécialités peuvent créer des entreprises et assurer une bonne gestion, et acquérir de la richesse pour elles-mêmes tout en aidant à accélérer l'accumulation de richesse de toute la société. Mais il ne faut pas oublier d'où l'on vient et où il faut aller. Si notre âne se trouve dans le mauvais camp, nous nous trouverons plus en danger, plus notre force sera grande.
Un drame télévisé se déroulant sous la dynastie Qin est récemment devenu populaire.
J'aimerais partager avec vous un commentaire sur l'état de Qin de Han Fei Zi [2]. C'est juste sur le point et a beaucoup d'importance éducative à ce jour. Il dit: «Le général Rang de Qin a attaqué Qi à l'est en croisant Han et Wei. Après cinq ans, Qin n'a pas gagné un pouce de terrain mais le général Rang a gagné le fief de Taoyi. Le général Ying a attaqué Han, huit ans plus tard, il a gagné le fief de Runan. Depuis lors, de nombreux hommes d'État de Qin ont été comme Ying et Rang. Si une guerre était gagnée, ils devenaient nobles, étendant leurs territoires et établissant des fiefs privés.
Cela signifie que l'accomplissement d'une personne de haut rang est attribué à la multitude d'en bas [3]. Mobiliser les forces de tous les Qin pour attaquer d'autres États ne fait que contribuer aux intérêts de chaque politicien bigwig.
________________________________________
Notre propre élite des affaires ne devrait pas considérer les opportunités créées par le développement de notre pays comme les leurs. Si sans environnement politique et sociétal stable, sans politiques de soutien tolérantes, sans une large couverture de l'éducation de base, sans le travail acharné de milliards de gens ordinaires, comment ont-ils fini par avoir tout ce qu'ils ont aujourd'hui?
________________________________________
Nous disons souvent: ne confondez pas les capacités d'une plateforme avec les vôtres. Notre propre élite des affaires ne devrait pas considérer les opportunités créées par le développement de notre pays comme les leurs. Si sans environnement politique et sociétal stable, sans politiques de soutien tolérantes, sans une large couverture de l'éducation de base, sans le travail acharné de milliards de gens ordinaires, comment ont-ils fini par avoir tout ce qu'ils ont aujourd'hui? Il faut savoir où «se trouve» son cul, et il faut savoir où «se tiennent les pieds».
Lors de la cinquième session plénière, un accent particulier a été mis sur l'interprétation du concept de «prospérité commune». Plus important encore, dans le projet explicatif du 14e plan quinquennal illustré par le président Xi, sept questions importantes nécessitant une explication ont été mentionnées, chacune d'une grande importance. L’un d’eux était « Sur la promotion de la prospérité commune de tous les peuples »:
«La prospérité commune est la revendication essentielle du socialisme, c'est l'attente commune du peuple. Nous poussons l'économie et la société à se développer, le tout dans le but de parvenir à la prospérité commune des populations.
Il est à noter qu'une telle expression est une première dans les documents des séances plénières du Parti. Nous devons y réfléchir: le but du développement est-il simplement de créer une «personne la plus riche»? Ou créer des centaines de personnes riches grâce à des introductions en bourse? Non plus. Pour 1,4 milliard de Chinois ordinaires, ces acteurs sont une vague occasionnelle dans une rivière qui dégringole. La vague peut étonner et attirer l'attention et l'adoration, mais ce n'est rien sans l'eau qui coule éternellement. L'eau calme coule profondément. Ceux qui sont tranquilles, qui travaillent dur jour et nuit, constituent la majorité de la Chine - ce sont eux pour qui nous travaillons, travaillons et luttons.
________________________________________
[1] Danke est une startup chinoise qui sert d'intermédiaire entre les propriétaires et les locataires. L'entreprise loue des logements à des propriétaires à long terme, puis sous-loue ces logements à des locataires, dont beaucoup sont des étudiants ou de jeunes professionnels, sur une base flexible à court terme. À la fin de 2020, la société aurait manqué de liquidités et ne pouvait pas payer les propriétaires d'appartements, ce qui a conduit certains propriétaires à expulser des locataires et a déclenché une intervention du gouvernement pour régler les différends et instaurer une surveillance réglementaire accrue au milieu des réclamations de faillite de Danke.
[2] Han Fei Zi est un texte politique fondateur datant de la période des États en guerre de Chine, attribué au philosophe légaliste Han Fei, a vécu ~ 280 AC à 233 PC), qui est également connu comme Han Fei Zi.
[3] Le texte original est une citation célèbre d'un poème de la fin de l'ère Tang par Cao Song (qui a vécu de 828 à 903). La traduction littérale serait «un général réussit pendant que dix mille os pourrissent».
Xuan
A part la comparaison entre la Chine et la Russie, l'article met le doigt sur un aspect essentiel du socialisme en Chine : l'absence de classe bourgeoise pour soi .

Les milliardaires existent en Chine, mais ils n'ont pas le droit de se reconstituer en tant que classe, de renouer les liens idéologiques, politiques et organisationnels.

L'absence de classe bourgeoise pour soi est une étape nécessaire avant de pouvoir anéantir le classe bourgeoise en soi , c'est-à-dire supprimer les classes et la lutte de classe.

Que les chefs d'entreprise soient invités à "travailler avec le parti" constitue non pas la subversion du parti communiste, bien que le danger existe, mais une entrave à la reconstitution de la bourgeoisie pour soi , une subversion idéologique de la classe bourgeoise.


_____________


Russie : Le Parti communiste chinois a démantelé un club secret de milliardaires…

DANIELLE BLEITRACH 25 FÉVRIER 2021

https://histoireetsociete.com/2021/02/25/russie-le-parti-communiste-chinois-a-demantele-un-club-secret-de-milliardaires/


alors que le Kremlin traite ses super-riches comme si c’étaient des œufs de Fabergé dit le KPRF qui est littéralement au bord de l’explosion face à la manière dont selon lui un certain nombre d’oligarques et de gens autour du pouvoir, au gouvernement même sont en fait une cinquième colonne qui préfèrent avoir pour opposant un Navalny plutôt que des communistes. Et il compare la manière dont la Chine traite ses milliardaires. Si l’opinion à l’égard de la Chine n’est pas unanime (la trahison ou ce qui est vécu comme tel a laissé des traces) il y a au moins un point qui soulève l’enthousiasme de l’immense majorité des Russes c’est chaque fois qu’un milliardaire tombe pour corruption. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

https://kprf.ru/party-live/cknews/200700.html

En Chine, le Taishan Club, un club semi-secret des personnes les plus riches de la RPC, a cessé ses activités. Comme le rapporte Apple Daily, cela est dû à l’intensification de la lutte du Parti communiste contre les associations privées parmi les principaux hommes d’affaires du pays. La dissolution définitive de l’organisation a eu lieu le 20 janvier.

Par Anna Sedova pour “Svobodnaïa Pressa” et Serguei Obukhov, Membre du Présidium, Secrétaire du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, Docteur en sciences politiques

Le Taishan Club, nommé d’après une montagne de la province du Shandong où les empereurs pratiquaient des rituels religieux, a été qualifié par certains analystes de «copie chinoise d’une loge maçonnique» . Il a été enregistré en 1993 sous le nom de Taishan Industrial Research Institute. Selon les médias, il était composé d’environ 20 membres, dont le fondateur d’Alibaba Jack Ma, le fondateur de Lenovo Liu Chuanzhi, le PDG de Baidu Robin Li, Guo Guangchang de Fosun Holdings et Feng Lun de Vantone Holdings à plusieurs reprises. Les participants auraient payé des frais annuels de centaines de milliers de dollars et des amendes étaient infligées en cas d’absence.

Le fondateur de BBK Electronics Duan Yongping a ouvertement admis son adhésion. Selon lui, il voulait juste trouver des gens avec qui il pourrait jouer au golf, mais les balles et les clubs des membres de l’organisation n’étaient pas trop ce qui les intéressait. Au lieu de cela, ils se réunissaient plusieurs fois par an pour déjeuner et socialiser.

“Il n’y avait rien de secret là-dedans, mais certains membres du club étaient un peu mystérieux”, écrit-il sur les réseaux sociaux.

Comme l’écrivent les auteurs d’Apple Daily, un tel club représentait une menace pour les autorités chinoises, qui ne veulent pas que les entreprises acquièrent trop d’influence politique. Ce n’est pas par hasard qu’en septembre 2020, le Parti communiste chinois a publié une directive soulignant que les communautés d’affaires privées devraient être «dirigées» et «contrôlées» . Il a également appelé les chefs d’entreprise privés à travailler avec le parti pour «former l’épine dorsale d’une économie privée sur laquelle on peut compter et qui sera utile à des moments critiques ».

Le 1er février 2021, après la dissolution du club, Xi Jinping a appelé l’élite des affaires à réaffirmer son engagement envers le parti.

En Russie, des parallèles avec le club Taishan peuvent être observés, par exemple, dans l’Union russe des industriels et entrepreneurs (RUIE), que l’on appelle parfois en plaisantant l’union des oligarques. L’organisation a été fondée en 1990 et regroupe les plus grandes entreprises du pays. Parmi les participants, on peut également retrouver la plupart des personnes impliquées dans la liste Forbes des personnes les plus riches. Bien que le RUIE ne puisse pas être qualifié de club secret, il ne serait guère exagéré de le considérer comme une structure de lobbying influente.

Svobodnaïa Pressa s’est entretenu avec des experts pour savoir si les autorités russes peuvent suivre l’exemple de leurs homologues chinois et prendre le contrôle du «syndicat des oligarques» .

Le secrétaire du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, docteur en sciences politiques Serguei Oboukhov, estime qu’avec le pouvoir politique actuel, la Russie ne pourra pas suivre l’exemple de la Chine.

– En Chine, le socialisme aux caractéristiques chinoises est officiellement proclamé, et les entrepreneurs patriotiques sont également déclarés base sociale pour la construction du socialisme. Il est clair que le rôle clé dans cette construction est joué par le Parti communiste chinois, qui maintient le monde des affaires sous contrôle grâce à l’économie planifiée et au contrôle du parti.

Chez nous, tout est complètement différent. Qu’est-ce que le RUIE? J’ai été très amusé par la récente rencontre de Vladimir Poutine avec la direction de cette organisation. Elle s’est déroulée à distance et, comme l’ont écrit les médias, la plupart des oligarques ont pris contact pour parler des affaires oligarchiques «syndicales» avec le président, alors qu’ils étaient sur leurs yachts et dans des paradis fiscaux. C’est une excellente illustration de ce qui se passe.

Ces gens imposent leurs politiques, ils dictent leurs intérêts aux autorités. Si en Chine les activités de la communauté entrepreneuriale sont subordonnées aux tâches générales de construction socialiste et de modernisation du pays, chez nous au contraire l’État tout entier vise à assurer les intérêts de ce groupe de centaines de Forbes.

Ce sont des citoyens dont la fortune pendant la pandémie a augmenté de 7 billions de roubles, dont 4 billions ont été exportés à l’étranger. Et puis ils ont dit au président depuis leurs yachts leurs ennuis et que le gouvernement devrait leur offrir un régime confortable, car ce sont des investisseurs. Bien qu’ils investissent principalement dans des sociétés offshore.

“SP”: – Est-il possible d’utiliser l’expérience chinoise et d’exiger plus de fidélité et de retour de l’entreprise?

– Nous voyons que la tâche du gouvernement et de l’administration est d’assurer le fonctionnement de« l’aspirateur doré ». Il y a cent Forbes, il y a cent mille familles – les bénéficiaires du régime actuel, qui, en fait, exproprient la propriété nationale, pompant les ressources de la Fédération de Russie et l’héritage soviétique en Occident.

La situation dans la Fédération de Russie aujourd’hui est très similaire à ce qu’elle était au début du XXe siècle. Le budget de 1913 était de 3,4 milliards de roubles d’or de l’époque. Sur cette somme, l’aristocratie exportait 677 millions de roubles à l’étranger, soit 25% du budget. À peu près la même chose se passe maintenant. Les chiffres officiels des exportations – 48 milliards de dollars – correspondent à 25% du budget. Et ce qui est le plus “remarquable”, à la fois hier et aujourd’hui, cette exportation de capitaux à 50% consiste en la surconsommation de cette aristocratie, dévorant pour quatre.

Il est clair qu’en Chine, cela est impossible, et il est tout aussi clair qu’en Russie, c’est non seulement possible, mais aussi bienvenu. Imaginez ce qui se passerait si cette exportation de capital était réduite d’au moins la moitié. Si Poutine, en tant que soi-disant président de tous les Russes, “mâtait” les oligarques pour qu’ils “mangent” non pas comme quatre, mais au moins comme deux, alors 24 milliards de dollars pourraient être donnés pour les retraites, la santé et le développement économique.

La modernisation des soins de santé primaires, détruite par le gouvernement actuel, est estimée à 90 milliards de roubles. C’est juste un peu plus du milliards de dollars. Si les oligarques commençaient à «manger» moins, il y aurait assez d’argent pour cela, pour les retraites et pour les salaires.
Xuan
A propos de l’économie dans “de la démocratie Nouvelle”.
On lit dans le ‘chapitre VI – L’économie de Démocratie Nouvelle’ ces lignes qui conservent toute leur actualité, et qui éclairent la ligne suivie par le PCC à travers des fluctuations de droite ou de gauche, et de Mao à Xi :


“Les grandes banques et les grosses entreprises industrielles et commerciales doivent dans cette république devenir propriété d’Etat.

Toute entreprise, appartenant aux Chinois ou aux étrangers, qui a un caractère monopoliste ou dépasse, par son envergure, les possibilités d’un particulier, comme la banque, les chemins de fer et les transports aériens, doit être administrée par l’Etat, afin que le capital privé ne puisse dominer la vie économique du peuple. Tel est le sens fondamental du contrôle du capital.

[…]
L’économie chinoise doit suivre la voie du « contrôle du capital » et de « l’égalisation du droit à la propriété de la terre », elle ne doit jamais être « quelque chose qu’une minorité peut s’approprier » ; il ne faut pas laisser un petit nombre de capitalistes et de propriétaires fonciers « dominer la vie économique du peuple » ; il ne faut en aucun cas établir une société capitaliste sur le modèle européen et américain, ni permettre à la vieille société semi-féodale de subsister. Quiconque osera s’engager dans une voie contraire n’atteindra jamais son but et donnera de la tête contre un mur” .

Il apparaît que la RPC a laissé se développer des entreprises de grande taille. Dès qu'elles dépassent les conditions énoncées plus haut, la dictature du prolétariat doit s'appliquer.
Xuan
D. Bleitrach publie un texte très détaillé sur le montage financier de Jack Ma, destiné à privatiser les profits et nationaliser les risques, les raisons de son démantèlement et la ligne défendue par Xi Jinping et le PCC. En fait la dictature du prolétariat.

On notera "après la prise de pouvoir de 1949, le parti s’est tourné vers le riche industriel Rong Yiren pour remettre sur pied la nation déchirée par la guerre" .
La liaison chaotique entre la famille Rong Yiren et le PCC est symptomatique de la révolution de Démocratie Nouvelle, et de l'alliance de la classe ouvrière et de la bourgeoisie nationale, pour redresser la Chine face au féodalisme et au colonialisme.
La domination mondiale de l'impérialisme toujours actuelle explique le maintien de cette alliance, tandis que le PCC doit en permanence tenir la bride aux capitalistes.

On ne peut pas comprendre une telle alliance, contraire aux objectifs des communistes dans les pays déjà industrialisés et impérialistes, sans étudier la notion de Révolution de Démocratie Nouvelle, élaborée par Mao Tsétoung et le PCC, et publiée en 1940 [npc avec la revue fondée en 1947 par Jacques Duclos].

Et, tout en tenant compte de l’histoire de chaque pays, les conditions dans lesquelles ce texte s’applique à la Chine concernent aussi pour l’essentiel la plupart des pays issus de la colonisation, c’est-à-dire le Tiers Monde.
On comprend aussi la signification de rapports comparables dans d’autres pays socialistes engendrés par le colonialisme, rapports d’alliance et de lutte qu’on ne peut pas assimiler à la restauration du capitalisme.


_____________________



Wall Street et la dictature du prolétariat en Chine

DANIELLE BLEITRACH 20 FÉVRIER 2021

La Chine a bloqué l’introduction en bourse du Group Ant, de Jack Ma, après que l’enquête ait révélé des bénéficiaires probables. Wall Street journal décrit un univers qui mériterait la plume d’un Balzac avec le fameux enrichissez-vous de Guizot et comment l’austère Xi descendu tel l’ange exterminateur sur ce qui aurait été l’opération la plus fructueuse pour une bande de capitalistes fous au sein du socialisme. Comment accumuler une fortune maximale en faisant supporter le maximum de risque à l’Etat ou la véritable définition du capitalisme d’Etat au sein du socialisme. De l’exercice de la dictature du prolétariat dans la Bourse. La question est comment se trouve-t-il au sein de ce socialisme là la perpétuation d’un pouvoir politique socialiste qui peut intervenir et punir à l’inverse de ce qui s’est passé sous Gorbatchev, nous tentons d’y répondre dans un autre texte. (note de Danielle Bleitrach, traduction de Catherine Winch)



Des acteurs chinois bien connectés, dont certains ont des liens avec des familles politiques qui représentent un défi potentiel pour le président Xi, étaient derrière des strates de véhicules d’investissement opaques. Ces informations ont renforcé les inquiétudes concernant le risque financier, et la colère face aux critiques directes de Ma.

Par Lingling Wei

Feb. 16, 2021

Lorsque le leader chinois Xi Jinping a annulé l’introduction en bourse de Ant Group à la fin de l’année dernière, ses motivations sont apparues clairement : il craignait que Ant n’ajoute un risque au système financier, et était furieux contre son fondateur, Jack Ma, pour avoir critiqué sa campagne visant à renforcer la surveillance financière.

Selon plus d’une douzaine de fonctionnaires et de conseillers du gouvernement chinois, il y avait une autre raison essentielle : le malaise croissant à Pékin concernant la structure complexe de la propriété de Ant et les personnes qui avaient le plus à gagner de ce qui aurait été la plus grande introduction en bourse au monde.

Dans les semaines qui ont précédé l’entrée en bourse du géant des technologies financières, une enquête du gouvernement central, qui n’avait pas encore fait l’objet d’un rapport, a révélé que le prospectus de l’introduction en bourse de du Group Ant masquait la complexité de la propriété de l’entreprise, selon les fonctionnaires et les conseillers du gouvernement, qui avaient connaissance de l’enquête. Derrière les véhicules d’investissement opaques qui détiennent des participations dans l’entreprise se trouve une clique de puissants opérateurs chinois bien connectés, dont certains ont des liens avec des familles politiques qui représentent un défi potentiel pour le président Xi et son entourage.

Ces personnes, ainsi que M. Ma et les principaux dirigeants de la société, comptaient empocher des milliards de dollars d’une cotation qui aurait évalué la société à plus de 300 milliards de dollars.

Au cours de ses huit années de présidence, M. Xi a mis sur la touche nombre de ses rivaux, et son emprise sur le pouvoir est aujourd’hui comparable à celle de Mao Zedong.

Il a notamment mené des campagnes contre la corruption, la spéculation immobilière et d’autres activités financières à haut risque. M. Xi a utilisé la croisade contre la corruption pour s’attaquer à la corruption réelle et pour renforcer sa propre emprise sur le pouvoir. Le plan d’introduction en bourse de M. Ant représentait le genre de manne financière et d’accumulation de richesses que M. Xi a longtemps désapprouvé.

Un porte-parole de Ant Group a déclaré dans un communiqué que les détails de la structure de l’actionnariat de Ant étaient intégralement révélés dans le prospectus du groupe et dans ses registres publics d’enregistrement des entreprises.

Avant l’enquête, les régulateurs de la banque centrale s’inquiétaient déjà du modèle d’entreprise de Ant. La société possède une application de paiement mobile appelée Alipay qui est utilisée par plus d’un milliard de personnes. Elle fournit à Ant des données volumineuses sur les habitudes de consommation, les comportements d’emprunt et l’historique des paiements de factures et de prêts, que la société a utilisées pour construire un géant des services financiers.

Les investissements dans le Groupe Ant

La participation de Jack Ma dans le Groupe Ant se fait par le biais de deux véhicules d’investissement appelés Hangzhou Junhan et Hangzhou Junao. M. Ma possède également près de 5% d’Alibaba, qui détient à son tour 32,7% de Ant.

Elle a accordé des prêts à près d’un demi-milliard de personnes, gère le plus grand fonds du marché monétaire du pays et vend une multitude d’autres produits financiers. Mais elle n’a pas eu à suivre les réglementations strictes et les exigences de fonds propres auxquelles sont soumises les banques commerciales. Elle réalise des bénéfices sur les transactions, tandis que les banques d’État fournissent la majorité des fonds et assument la majeure partie des risques.

“D’un côté, vous avez un groupe d’individus susceptibles d’amasser de grandes quantités de richesse” , a déclaré l’une des personnes qui connaissent bien l’enquête sur les actionnaires. “Ensuite, d’un autre côté, une grande partie du risque a été transférée à l’État.”

Dans un discours prononcé fin octobre, M. Ma a sévèrement critiqué les régulateurs pour des règles qu’il jugeait inutiles et qui selon lui freinent l’innovation technologique. Il a profondément irrité les hauts responsables financiers, dont certains étaient présents dans la salle. Cette attaque ouverte contre les pouvoirs réglementaires de l’État, associée à l’enquête sur la structure de propriété de Ant – qui avait commencé avant même le discours de M. Ma – a constitué la base de la décision de M. Xi de mettre fin à l’introduction en bourse de Ant et de forcer la société à réduire ses prêts et autres services de type bancaire, selon les personnes qui connaissent bien l’enquête.

Dans le même temps, M. Xi a lancé une campagne visant à freiner l’ensemble de la sphère technologique chinoise afin d’empêcher les grandes entreprises comme Ant d’utiliser leur envergure et leur masse de données sur les consommateurs pour se livrer à des pratiques anticoncurrentielles.

Ces initiatives indiquent qu’après avoir passé des années à faire preuve de souplesse envers les entrepreneurs technologiques, M. Xi exige de plus en plus qu’ils s’alignent sur les priorités politiques du moment.

Sonnettes d’alarme

Certains des investisseurs de Ant et la façon dont leurs participations ont été structurées ont déclenché des sonnettes d’alarme quand les régulateurs se sont plongé dans les détails du prospectus, ont déclaré les personnes familiarisées avec l’enquête.

L’un des investisseurs est Boyu Capital, une société de capital-investissement fondée en partie par Jiang Zhicheng, le petit-fils de l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin. De nombreux alliés de M. Jiang ont été purgés dans le cadre de la campagne anticorruption de M. Xi, bien qu’il reste une force en coulisse.

Une autre partie prenante ayant des liens avec M. Jiang, qui fait partie de ce que l’on appelle la “faction de Shanghai” , est un groupe dirigé par le gendre de Jia Qinglin, ancien membre du Comité permanent du Politburo, l’échelon supérieur du Parti communiste.

Parmi les autres bailleurs de fonds considérés comme problématiques figure un promoteur immobilier qui a bénéficié de programmes de prêts entre pairs des années auparavant – des programmes qui ont néanmoins fait perdre à des dizaines d’investisseurs leurs économies lorsqu’ils ont fait faillite, ont déclaré les personnes qui connaissent bien l’enquête.

Les liens de M. Ma avec Jiang Zhicheng, un “ princeling ” formé à Harvard, comme on appelle la progéniture des dirigeants chinois, remontent aux années où M. Ma développait Alibaba Group Holding Ltd, le géant du commerce électronique qui est la source de sa richesse en tant que l’un des plus riches de Chine, et qui a finalement donné naissance à Ant Group.

En 2012, M. Jiang le jeune, également connu sous le nom d’Alvin, a aidé M. Ma à négocier un accord pour racheter la moitié des parts de Yahoo dans Alibaba. Un consortium d’investisseurs composé de Boyu (M. Jiang), de China Investment Corp. et des divisions de capital-investissement de la Banque de développement de Chine et du Groupe Citic, tous ayant des liens politiques étroits, a financé une partie des 7,1 milliards de dollars nécessaires. La valeur de la participation de près de 5 % que le consortium a reçue en retour dans Alibaba est montée en flèche lorsque la société a été cotée à la bourse de New York deux ans plus tard.

Boyu est devenu l’un des premiers investisseurs dans Ant en 2016 – mais cette fois-ci de manière plus détournée. Sa base à Hong Kong était une question potentiellement délicate à une époque où la réglementation chinoise restreignait la propriété des services de paiement “ offshore” , ou en dehors du continent, un élément essentiel de l’activité de Ant.

Selon les registres commerciaux consultés par le Wall Street Journal, Boyu a d’abord créé une filiale à Shanghai, qui a investi dans une société d’investissement basée à Shanghai. Cette société a ensuite investi dans une société de capital-investissement appelée Beijing Jingguan Investment Center, qui a à son tour acheté des actions de Ant.

Beijing Jingguan est l’un des 16 investisseurs qui ont fourni un total de 29,1 milliards de yuans, soit environ 4,5 milliards de dollars, à Ant en 2016. Il a également rejoint un autre groupe de fonds qui ont investi 21,8 milliards de yuans dans le Groupe Ant en 2018. Ces deux investissements ont donné à Beijing Jingguan une participation de près de 1% dans la société, selon le document d’introduction en bourse de Ant, la plaçant ainsi parmi ses dix premiers actionnaires. Le prospectus ne mentionne pas l’implication de Boyu dans Beijing Jingguan.

M. Jiang et les autres investisseurs du groupe Ant mentionnés dans cet article n’ont pas voulu commenter.

Une autre partie prenante derrière les différentes strates des véhicules d’investissement est le Beijing Zhaode Investment Group, contrôlé par Li Botan, le gendre de M. Jia, l’ancien membre du Comité permanent du Politburo ayant des liens étroits avec Jiang Zemin.

Parmi les élites politiques et commerciales chinoises, M. Li est surtout connu pour avoir contribué à la création en 2009 du Maotai Club, un club privé situé dans une maison historique près de la Cité interdite de Pékin, qui était jusqu’à ces dernières années un lieu de prédilection pour les princes et leurs clients.

Depuis qu’il a pris le pouvoir fin 2012, M. Xi a dirigé sa colère contre la corruption au sein du parti et les histoires de banquets somptueux des membres et de harems de maîtresses qui avaient provoqué le cynisme des Chinois ordinaires. Des événements comme ceux organisés par le Maotai Club de M. Li sont considérés par le dirigeant comme préjudiciables au parti. “Vous, les membres du club, soit vous mangez et buvez jusqu’à la tombe, soit vous mourez entre vos draps” , a-t-il déclaré lors d’une réunion avec des hauts fonctionnaires plus tôt dans son mandat, selon les personnes informées de ces remarques.

M. Xi n’avait que peu d’intérêt à ce que l’introduction en bourse de Ant fasse passer des enjeux financiers extrêmement lucratifs à des princes chinois bien connus, ont déclaré les personnes qui connaissent l’enquête. Pour le dirigeant, cela ne pouvait que creuser l’écart de revenus et nuire à son initiative de réduction de la pauvreté.

Capitaliste rouge

Pour résister à la pression réglementaire croissante à mesure que le Groupe Ant devenait plus important, M. Ma a mis des participations dans le Groupe Ant à la disposition d’une série de piliers de l’État tels que le fonds de pension national et la China Investment Corp, l’énorme fonds d’État du pays, ainsi que ses plus grands assureurs.

Le fait d’avoir de tels “investisseurs stratégiques” à bord – tous prêts à profiter de l’introduction en bourse – a permis au groupe Ant de passer l’été dernier par les différents niveaux des autorités de réglementation des valeurs mobilières, ont déclaré les personnes qui connaissent bien le sujet. La demande a été approuvée en un mois.

“Jack est très avisé sur le plan politique”, a déclaré Gary Rieschel, un investisseur en capital-risque qui a aidé à gérer les investissements de SoftBank en Asie au début des années 2000. “Mais s’il ne les avait pas tous rendus riches, cela n’aurait pas eu d’importance.”

Au fil des ans, grâce aux relations politiques qu’il a nouées, M. Ma est devenu l’un des plus importants “capitalistes rouges” – des magnats ayant des liens étroits avec les dirigeants – qui ont fait partie intégrante du règne communiste en Chine.

Par exemple, après la prise de pouvoir de 1949, le parti s’est tourné vers le riche industriel Rong Yiren pour remettre sur pied la nation déchirée par la guerre. Le fait de donner aux magnats du monde des affaires une certaine marge de manœuvre et un certain soutien a également joué en faveur de Pékin. Peu après que la Chine ait commencé à réorganiser son économie planifiée au début des années 1980, Liu Chuanzhi a fondé ce qui est aujourd’hui le groupe Lenovo, le plus grand fabricant d’ordinateurs personnels au monde, grâce à un prêt du gouvernement.

M. Ma, 56 ans, a créé Alibaba en 1999 dans son appartement de Hangzhou, la capitale de la province du Zhejiang, très dynamique sur le plan économique. Le directeur général de SoftBank, Masayoshi Son, a investi 20 millions de dollars dans Alibaba après une brève rencontre avec M. Ma un an plus tard. “Je le sentais avec mon nez” , a rappelé M. Son, connu comme un preneur de risques poussé par l’instinct, lors d’une conférence publique en 2019. “Nous sommes le même animal.”

La valeur de l’esprit d’entreprise du Zhejiang n’a pas échappé à M. Xi, qui a dirigé la province de 2002 à 2007 et a encouragé des entreprises comme Alibaba à se développer.

Financement en roue libre

Certains bailleurs de fonds trouvés parmi les strates d’actionnaires de Ant ont mis en évidence l’attitude de libéralisme face à la finance sur Internet, ou fintech, ont déclaré les personnes ayant connaissance de la sonde. L’un d’entre eux est la promoteur immobilier Wang Xiaoxing, qui a levé des fonds auprès de sociétés de prêt entre pairs qui, selon les régulateurs, ont canalisé les économies de certains investisseurs familiaux dans des plans de financement à haut risque.

Lorsque ces programmes de prêt ont fait faillite ces dernières années, Mme Wang a trouvé le moyen d’investir dans le groupe Ant par le biais d’un fonds de capital-investissement mis en place par China International Capital Corp. ou CICC, une banque d’investissement chinoise de premier plan.

Certains des amis de longue date de M. Ma ont également pris des participations dans le groupe Ant par le biais de divers véhicules d’investissement. Parmi eux, certains des individus les plus riches de Chine, tels que le magnat de l’immobilier Lu Zhiqiang; ShiYuzhu, président de la société de jeux en ligne Giant Interactive, et Guo Guangchang, co-fondateur de Fosun International Ltd.

Fosun (M. Guo), ainsi que plusieurs autres sociétés privées de haut vol qui ont contracté de gros emprunts pour financer des achats à l’étranger, ont été mises en difficulté il y a quelques années parce qu’elles s’étaient trop endettées. Les régulateurs ont lancé une série d’enquêtes qui ont réduit la capacité d’emprunt de ces entreprises, ébranlant ainsi l’élite économique chinoise.

Lors d’un forum à Pékin le 24 octobre, le jour même où M. Ma faisait ses critiques à Shanghai, Pan Gongsheng, gouverneur adjoint de la Banque populaire de Chine, a fait part de ses inquiétudes quant à la nature des propriétaires de groupe Ant.

“Certaines sociétés non financières se sont développées aveuglément dans l’industrie financière” , a déclaré M. Pan, selon une transcription de son discours au forum organisé par la prestigieuse Université de Pékin. “Leur structure d’actionnariat et d’organisation est complexe, et il y a même des problèmes importants tels que les participations croisées, les fausses injections de capitaux et l’énorme prélèvement de capitaux”, a-t-il ajouté.

Les remarques de M. Pan visaient directement le groupe Ant de M. Ma, ont déclaré des personnes proches de la banque centrale.

“La structure de l’actionnariat est l’une des raisons pour lesquelles nous devons réglementer les entreprises comme Ant”, a déclaré un responsable de la banque centrale.

Pendant des années, le type d’innovation que M. Ma apportait à l’économie chinoise était conforme à l’objectif des dirigeants de faire de la Chine une puissance technologique. Ces dernières années, Alibaba s’est également aventuré dans l’intelligence artificielle et le cloud computing, tous deux considérés comme essentiels pour l’avenir de la Chine.

En 2014, les autorités ont émis des réserves quant au fait que M. Ma avait décidé de faire entrer Alibaba à la Bourse de New York, mais l’environnement politique était toujours encourageant, comme en témoignent les mesures officielles visant à libéraliser la monnaie chinoise et à stimuler les investissements boursiers.

En 2015, cela a changé. Les marchés boursiers chinois se sont effondrés alors qu’un ralentissement de l’économie a provoqué la fin du boom boursier financé par la dette. Dans les années qui ont suivi, le pendule politique a tourné en faveur du secteur public.

M. Ma avait prévu d’inscrire Ant sur le nouveau marché STAR de Shanghai, axé sur les technologies, en même temps que le marché de Hong Kong, afin de plaire aux dirigeants, selon des proches de l’entreprise. Le STAR Market a été développé à la demande de M. Xi pour créer un marché boursier chinois pour les entreprises technologiques qui rivaliserait avec le Nasdaq.

Ce geste n’a guère apaisé les inquiétudes des fonctionnaires concernant les projets du milliardaire.

Ant va maintenant être restructuré principalement comme une entreprise financière soumise au même type d’exigences de fonds propres que les banques. Les règles plus strictes signifient que l’entreprise pourrait avoir à lever des fonds pour renforcer son capital de base, ouvrant ainsi la porte aux grandes banques d’État ou à d’autres types d’entités contrôlées par le gouvernement pour prendre des participations. Les participations des actionnaires existants pourraient ainsi être diluées.

Les principaux actionnaires, les cadres supérieurs et les directeurs de Ant devraient également être contrôlés par les régulateurs financiers, qui s’attacheront à examiner leurs qualifications et leurs sources de capitaux.

Les responsables proches de l’enquête ont déclaré qu’il faudrait un certain temps pour que la restructuration du groupe Ant soit achevée. “La question de savoir si la société peut ou non relancer son introduction en bourse n’est pas à l’ordre du jour au sommet du gouvernement à l’heure actuelle”, a déclaré l’un des fonctionnaires.

Écrivez à Lingling Wei à [email]lingling.wei@wsj.com[/email]

Paru dans l’édition imprimée du 17 février 2021 sous le titre “China Blocked Ant IPO After Uncovering Who Stood to Gain”. [La Chine a bloqué l’introduction en bourse du groupe Ant après avoir découvert à qui cela profiterait.]


Edité le 07-05-2021 à 11:33:51 par Xuan


 
Retour au forum
 
créer forum