Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
 
Retour au forum
 

Ajouter une réponse

Pseudo :    S'inscrire ?
Mot de passe :    Mot de passe perdu ?
Icône :
                                
                                
Message :
 
 
 
Smilies personnalisés
 
Options :
Notification par email en cas de réponse
Désactiver les smilies
Activer votre signature
 
 
Dernières réponses
Xuan
La Conférence centrale du travail économique s'est tenue à Pékin Xi Jinping Li Keqiang a prononcé un discours important Li Zhanshu Wang Yang Wang Huning Zhao Leji Han Zheng ont assisté à la réunion

Source: Xinhuanet 2020-12-18 19:27:24


http://www.qstheory.cn/yaowen/2020-12/18/c_1126879484.htm
Agence de presse Xinhua, Pékin, 18 décembre - La Conférence centrale de travail économique s'est tenue à Pékin du 16 au 18 décembre. Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du PCC, président de l'État et président de la Commission militaire centrale, Li Keqiang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et Premier ministre du Conseil d'État, et Li Zhanshu, Wang Yang, Wang Huning, Zhao Leji et Han Zheng, membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC ont assisté à la réunion.



Du 16 au 18 décembre, la Conférence centrale du travail économique s'est tenue à Pékin. Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du PCC, président de l'État et président de la Commission militaire centrale a prononcé un discours important. Photo par Huang Jingwen, journaliste de l'agence de presse Xinhua

Xi Jinping a prononcé un discours important lors de la réunion, résumant le travail économique en 2020, analysant la situation économique actuelle et planifiant le travail économique en 2021. Dans son discours, Li Keqiang a pris des dispositions spécifiques pour le travail économique l'année prochaine et a prononcé un discours de clôture.

La réunion a estimé que cette année est une année extraordinaire dans l'histoire de la nouvelle Chine. Face à la situation internationale grave et complexe, aux tâches pénibles et onéreuses de réforme intérieure, de développement et de stabilité, en particulier aux graves conséquences de la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne, nous avons maintenu notre détermination stratégique, évalué avec précision la situation, soigneusement planifiée et déployée, agi de manière décisive et travaillé dur. Une feuille de réponses qui satisfont les gens et du monde qui regardent. La Chine est devenue la seule grande économie au monde à avoir réalisé une croissance économique positive. Elle a réalisé des progrès décisifs dans les trois grandes batailles, fait des progrès majeurs en matière d’innovation scientifique et technologique, a réalisé des avancées importantes en matière de réforme et d’ouverture, et a effectivement garanti les moyens de subsistance des populations. Ces réalisations sont des difficultés et des obstacles durement gagnés et rencontrés. Elles sont le résultat de la forte direction du Comité central du Parti avec le camarade Xi Jinping au cœur, et le résultat de la lutte unie de tout le parti, de toute l'armée et du peuple de tous les groupes ethniques à travers le pays.

La réunion a souligné que cette année marque la fin du 13e plan quinquennal. Après cinq ans de lutte continue, le développement économique et social de la Chine a fait de nouvelles réalisations historiques, et les principaux objectifs et tâches du «13e plan quinquennal» sont sur le point d'être achevés. La force économique de la Chine, sa force scientifique et technologique, sa force nationale globale et le niveau de vie de la population ont atteint un nouveau niveau. La victoire dans la construction d'une société aisée à tous égards est en vue, et le grand rajeunissement de la nation chinoise a fait un nouveau pas en avant.

La réunion a souligné que dans la pratique de la coordination des situations nationales et internationales globales, de la coordination de la prévention et du contrôle des épidémies et du développement économique et social, nous avons approfondi notre compréhension du droit du travail économique dans des situations difficiles: l'autorité du Comité central du Parti La dépendance fondamentale des peuples ethniques face aux difficultés. Face à des événements historiques majeurs et à des épreuves majeures, le jugement, le pouvoir de décision et l'action du Comité central du Parti jouent un rôle décisif; le peuple d'abord est la condition fondamentale pour faire des choix corrects. Tant que le peuple est toujours dans son cœur, Mettez toujours les intérêts des gens au plus haut niveau, vous pourrez prendre les bonnes décisions, déterminer le meilleur chemin, et compter sur les gens pour surmonter toutes les difficultés et tous les obstacles; les avantages institutionnels sont la garantie fondamentale pour la formation d'une force puissante pour surmonter les difficultés, tant que les «quatre confidences» << Adhérer à l'avantage institutionnel de concentrer les efforts sur les grandes questions permettra certainement à l'ensemble du parti et aux peuples de tous les groupes ethniques de s'unir étroitement, d'exercer la puissante énergie nécessaire pour surmonter les difficultés et promouvoir le développement de la cause; la prise de décisions scientifiques et la réponse créative sont fondamentales pour transformer les crises en opportunités. Méthode, tant que nous reconnaissons avec précision les changements, répondons scientifiquement et recherchons activement des changements, nous serons en mesure de créer de grandes opportunités dans la lutte contre les grands risques; l'autonomie scientifique et technologique est le support fondamental pour promouvoir la situation globale du développement, tant que nous maintenons l'esprit scientifique, saisissons les lois scientifiques et promouvons vigoureusement l'indépendance L'innovation pourra certainement construire le développement d'un pays sur une base plus sûre et plus fiable.

La réunion a souligné que tout en affirmant les réalisations, nous devons être conscients du fait qu'il existe de nombreuses incertitudes dans les changements de l'épidémie et de l'environnement extérieur, et que les bases de la reprise économique de la Chine ne sont pas encore solides. La situation économique mondiale l'année prochaine restera complexe et grave, la reprise sera instable et inégale et les divers risques dérivés causés par l'impact de l'épidémie ne peuvent être ignorés. Il est nécessaire de renforcer le sentiment de crise, de renforcer la confiance dans la victoire et de promouvoir une reprise économique durable et un développement de qualité. Nous devons bien gérer nos propres affaires, nous en tenir à la réflexion sur les résultats, améliorer la capacité de prédire et de prédire les risques et de nous prémunir strictement contre divers risques et défis. Nous devons continuer de porter haut la bannière du multilatéralisme, participer activement à la réforme et à l’amélioration de la gouvernance mondiale et promouvoir l’édification d’une communauté ayant un avenir commun pour l’humanité.

La réunion a souligné que l'année prochaine est une année d'une importance particulière dans le processus de modernisation de la Chine. Pour faire du bon travail dans le travail économique de l’année prochaine, nous devons être guidés par la pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère, mettre pleinement en œuvre l’esprit du 19e Congrès national du Parti communiste chinois et des 2e, 3e, 4e et 5e sessions plénières du 19e Comité central, et adhérer au travail général de recherche de progrès tout en maintenant la stabilité. Le discours d’introduction est basé sur la nouvelle étape de développement, met en œuvre le nouveau concept de développement, construit un nouveau modèle de développement, prend la promotion d’un développement de haute qualité comme thème, prend l’approfondissement des réformes structurelles du côté de l’offre comme axe principal et considère la réforme et l’innovation comme la force motrice fondamentale pour satisfaire la vie meilleure de plus en plus grande de la population. Il est nécessaire d'adhérer au concept de système pour l'objectif fondamental, de consolider et d'élargir les résultats de la prévention et du contrôle des épidémies et du développement économique et social, de mieux coordonner le développement et la sécurité, de faire un travail solide de "six stabilité", de mettre pleinement en œuvre la tâche des "six garanties" et de mettre en œuvre des politiques macroéconomiques scientifiques et précises. Les efforts visant à maintenir les opérations économiques dans une fourchette raisonnable, à adhérer à la stratégie d'expansion de la demande intérieure, à renforcer le soutien des stratégies scientifiques et technologiques, à élargir l'ouverture de haut niveau sur le monde extérieur, à faire en sorte que le << 14e plan quinquennal >> démarre bien et à célébrer le 100e anniversaire de la fondation du parti avec d'excellents résultats.

La réunion a souligné que la politique macroéconomique de l'année prochaine devrait maintenir la continuité, la stabilité et la durabilité. Il est nécessaire de continuer à mettre en œuvre une politique budgétaire proactive et une politique monétaire prudente, de maintenir le soutien nécessaire à la reprise économique, de rendre les opérations politiques plus précises et efficaces, sans faire un virage serré, et de saisir l'opportunité et l'efficacité des politiques. Il est nécessaire de faire bon usage de la précieuse fenêtre temporelle, de se concentrer sur la promotion de la réforme et de l'innovation et de lancer le «14e plan quinquennal» avec un développement de haute qualité. Une politique budgétaire proactive devrait améliorer la qualité et l’efficacité, être plus durable, maintenir une intensité de dépenses modérée, renforcer les garanties financières pour les grandes tâches stratégiques nationales, prendre l’initiative de promouvoir l’innovation technologique, d’accélérer la restructuration économique et d’ajuster la répartition des revenus, afin de résoudre les secrets cachés des gouvernements locaux. Dans le travail sur le risque de dette sexuelle, le parti et les agences gouvernementales doivent insister pour vivre une vie serrée. Une politique monétaire prudente doit être flexible, précise, raisonnable et appropriée, maintenir la croissance de la masse monétaire et de l'échelle du financement social essentiellement en ligne avec la croissance économique nominale, maintenir le ratio d'endettement macro fondamentalement stable, gérer la relation entre la reprise économique et la prévention des risques et reconstituer le capital des banques par de multiples canaux Nous améliorerons le système juridique du marché obligataire, augmenterons le soutien financier à l'innovation technologique, aux petites et micro-entreprises et au développement vert, approfondirons la réforme de la marchandisation des taux d'intérêt et des taux de change et maintiendrons la stabilité de base du taux de change du RMB à un niveau raisonnable et équilibré.

La réunion a appelé à une bonne première étape pour construire un nouveau modèle de développement l'année prochaine et voir les nouvelles perspectives. Pour accélérer la construction d'un nouveau modèle de développement avec le grand cycle domestique comme corps principal et les doubles cycles nationaux et internationaux se favorisant mutuellement, il est nécessaire de tordre étroitement la ligne principale de réforme structurelle du côté de l'offre, de prêter attention à la gestion de la demande, d'ouvrir les points de blocage, de combler les lacunes et de relier la production, La distribution, la circulation et la consommation formeront un niveau plus élevé d'équilibre dynamique dans lequel la demande stimule l'offre et l'offre crée la demande et améliorera l'efficacité globale du système économique national. Une plus grande attention devrait être accordée à l'approfondissement de la réforme et à l'ouverture pour renforcer la force motrice endogène du développement, et exercer des efforts sur certains points clés a pour effet d'affecter l'ensemble du corps.

La réunion a déterminé que les tâches clés suivantes seront appréhendées l'année prochaine.

La première consiste à renforcer la force scientifique et technologique stratégique nationale. Il est nécessaire de faire jouer pleinement le rôle de l'État en tant qu'organisateur de l'innovation scientifique et technologique majeure, d'adhérer à l'orientation stratégique de la demande, de déterminer la direction et l'orientation de l'innovation scientifique et technologique et de se concentrer sur la résolution des problèmes majeurs qui limitent le développement et la sécurité nationaux. Il est nécessaire de tirer pleinement parti des avantages du nouveau système national, de jouer pleinement le rôle de l'équipe nationale des institutions et universités importantes et de promouvoir l'optimisation des forces de recherche scientifique et le partage des ressources. Nous devons rapidement formuler et mettre en œuvre un plan d'action décennal pour la recherche fondamentale, nous concentrer sur le déploiement d'un certain nombre de centres de recherche fondamentale sur des sujets et soutenir la création de centres d'innovation scientifique et technologique internationaux et régionaux lorsque les conditions le permettent. Il est nécessaire de faire jouer le rôle principal des entreprises dans l'innovation technologique, d'aider les grandes entreprises à former des consortiums d'innovation et de promouvoir les activités d'innovation des petites et moyennes entreprises. Il est nécessaire de renforcer les échanges et la coopération scientifiques et technologiques internationaux. Il est nécessaire d'accélérer la formation des talents nationaux afin que des jeunes talents plus remarquables puissent se démarquer. Il est nécessaire d'améliorer le mécanisme d'incitation et le mécanisme d'évaluation scientifique et technologique, et de mettre en œuvre des mécanismes tels que «révéler les classements» et d'autres tâches clés. Il est nécessaire de normaliser l'éthique de la science et de la technologie, d'établir un bon style d'étude et de travail, et de guider le personnel de recherche scientifique pour qu'il se concentre et progresse.

Le second est d'améliorer la contrôlabilité indépendante de la chaîne d'approvisionnement industrielle. La sécurité et la stabilité de la chaîne industrielle et de la chaîne d'approvisionnement sont à la base de la construction d'un nouveau modèle de développement. Il est nécessaire de coordonner l'avancement du remplissage de planches courtes et de forger des planches longues, de mettre en œuvre des projets de recherche sur les technologies de base clés pour les maillons faibles de l'industrie, de résoudre un certain nombre de problèmes de «cou coincé» dès que possible et de cultiver et développer intensivement des compétences plus uniques dans les domaines de l'avantage industriel. Il est nécessaire de mettre en œuvre le projet de réingénierie industrielle et de jeter une base solide pour les pièces de base, la technologie de base et les matériaux de base clés. Il est nécessaire de renforcer la conception de haut niveau, la traction des applications et l'entraînement complet de la machine, de renforcer l'offre de technologies communes et de mettre en œuvre des actions d'amélioration de la qualité en profondeur.

Le troisième est d'adhérer à la base stratégique de l'expansion de la demande intérieure. La formation d'un marché intérieur fort est un soutien important pour la construction d'un nouveau modèle de développement, et des arrangements institutionnels efficaces doivent être mis en place pour orienter rationnellement la consommation, l'épargne et l'investissement. La chose la plus fondamentale pour développer la consommation est de promouvoir l'emploi, d'améliorer la sécurité sociale, d'optimiser la structure de répartition des revenus, d'élargir les groupes à revenu intermédiaire et de promouvoir fermement la prospérité commune. Il est nécessaire de combiner l'expansion de la consommation avec l'amélioration de la qualité de vie des populations. Annulez de façon ordonnée certaines restrictions administratives sur les achats de consommation et exploitez pleinement le potentiel de consommation des comtés et des cantons. Il est nécessaire d'améliorer le système d'enseignement professionnel et technique pour obtenir un emploi plus adéquat et de meilleure qualité. Il est nécessaire d'augmenter rationnellement la consommation publique et d'accroître l'efficacité des dépenses des services publics pour l'éducation, les soins médicaux, les pensions et la garde d'enfants. Pour améliorer l'endurance de la croissance des investissements, continuer à jouer un rôle clé. Il est nécessaire de jouer sur le rôle d'orientation et de levier des investissements au sein du budget central dans les domaines à fortes retombées et à bénéfices sociaux élevés. Stimuler la vitalité des investissements de toute la société. Nous devons développer vigoureusement l'économie numérique et augmenter les investissements dans de nouvelles infrastructures. Il est nécessaire d'augmenter les investissements dans la mise à jour des équipements de fabrication et la transformation technologique. Il est nécessaire de mettre en œuvre des activités de rénovation urbaine, de promouvoir la transformation des anciennes communautés dans les villes et les villages, et de construire un système logistique moderne. Il est nécessaire de renforcer la planification unifiée et les macro-conseils, de faire des plans d'ensemble pour l'aménagement industriel et d'éviter la construction répétée d'industries émergentes.

Le quatrième est de promouvoir globalement la réforme et l'ouverture. Pour construire un nouveau modèle de développement, nous devons construire un système économique de marché socialiste de haut niveau, mettre en œuvre une ouverture de haut niveau et promouvoir la promotion mutuelle de la réforme et de l'ouverture. Il est nécessaire d'améliorer la gouvernance macroéconomique et de renforcer la coordination internationale des politiques macroéconomiques. Il est nécessaire de mettre en œuvre à fond l'action triennale de réforme des entreprises publiques, d'optimiser l'environnement de développement de l'économie privée, d'améliorer le système d'entreprise moderne, d'améliorer la gouvernance d'entreprise et de stimuler la vitalité de divers acteurs du marché. Il est nécessaire d'assouplir l'accès au marché, de promouvoir une concurrence loyale, de protéger les droits de propriété intellectuelle, de construire un marché unifié et de créer un environnement commercial international, légalisé et orienté vers le marché. Il est nécessaire d'améliorer la gouvernance des institutions financières, de promouvoir le développement sain des marchés de capitaux, d'améliorer la qualité des sociétés cotées et de réprimer toutes sortes d'évasion de la dette. Il est nécessaire de standardiser le développement de l'assurance pension du troisième pilier. Il convient d’envisager activement de rejoindre l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste. Il est nécessaire d'améliorer vigoureusement la capacité et le niveau de réglementation nationaux, d'améliorer le mécanisme d'examen de la sûreté et d'attacher de l'importance à l'utilisation de règles internationalement acceptées pour maintenir la sécurité nationale.

Le cinquième est de résoudre les problèmes des semences et des terres arables. La clé pour assurer la sécurité alimentaire réside dans la mise en œuvre de la stratégie de stockage des céréales sur le sol et de stockage des céréales sur la technologie. Il est nécessaire de renforcer la protection et l'utilisation des ressources génétiques et de renforcer la construction de banques de semences. Il est nécessaire de respecter la science, une surveillance stricte et de promouvoir de manière ordonnée l'application industrielle de la sélection biologique. Il est nécessaire de mener à bien la recherche technique de la source de semences «collé au cou», et est déterminé à lutter contre un retournement de situation dans l'industrie des semences. Il est nécessaire de maintenir fermement la ligne rouge de 1,8 milliard de mu de terres arables, de freiner résolument la «non-agriculture» des terres arables, de prévenir la «non-grainisation» et d'uniformiser l'équilibre des terres arables. Il est nécessaire de construire une ceinture industrielle nationale de sécurité alimentaire, de renforcer la construction de terres agricoles de haute qualité, de renforcer la construction de la conservation de l'eau des terres agricoles et de mettre en œuvre le projet national de protection des sols noirs. Il est nécessaire d'améliorer la capacité de garantir l'approvisionnement en céréales et en produits agricoles et secondaires importants. Il est nécessaire de renforcer le traitement de la pollution de source agricole non ponctuelle.

Le sixième est de renforcer l'anti-monopole et d'empêcher l'expansion désordonnée du capital. L'anti-monopole et la concurrence anti-déloyale sont des conditions inhérentes à l'amélioration du système d'économie socialiste de marché et à la promotion d'un développement de haute qualité. L'État soutient l'innovation et le développement des entreprises de plate-forme, renforce la compétitivité internationale et soutient le développement commun des économies publiques et non publiques. Dans le même temps, il est nécessaire de réglementer le développement conformément à la loi et d'améliorer les règles numériques. Il est nécessaire d'améliorer les normes juridiques pour l'identification des monopoles des entreprises de plate-forme, la collecte de données et la gestion de l'utilisation, et la protection des droits des consommateurs. Il est nécessaire de renforcer la réglementation, d'améliorer les capacités de supervision et de s'opposer résolument au monopole et à la concurrence déloyale. L'innovation financière doit être réalisée sous la prémisse de la surveillance prudentielle.

Sept est de résoudre les problèmes en suspens du logement dans les grandes villes. Les problèmes de logement sont liés aux moyens de subsistance et au bien-être des gens. Nous devons adhérer au positionnement selon lequel les maisons sont utilisées pour la vie et non pour la spéculation, prendre des mesures aux conditions locales et adopter de multiples stratégies simultanément pour favoriser le développement stable et sain du marché immobilier. Nous devons attacher une grande importance à la construction de logements locatifs abordables, accélérer l'amélioration des politiques de logement locatif à long terme, faire progressivement en sorte que les logements loués et achetés aient des droits égaux à bénéficier des services publics et uniformiser le développement du marché du logement locatif à long terme. L'offre de terrains devrait être orientée vers la construction de logements loués, le plan d'utilisation des terres pour les logements loués devrait être répertorié séparément et l'utilisation des terrains à bâtir collectifs et des terrains inutilisés appartenant aux entreprises et institutions devrait être explorée pour construire des logements loués. Les entreprises publiques et privées doivent jouer un rôle fonctionnel. Il est nécessaire de réduire le fardeau des taxes et des frais de location, de rectifier l'ordre du marché locatif, d'uniformiser le comportement du marché et de procéder à des ajustements raisonnables des niveaux de loyer.

Huitièmement, faites du bon travail dans le domaine des pics de carbone et de la neutralité carbone. Les émissions de dioxyde de carbone de la Chine s'efforceront d'atteindre un sommet avant 2030 et s'efforceront d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2060. Nous devons élaborer rapidement un plan d'action pour atteindre le pic des émissions de carbone d'ici 2030 et soutenir les endroits où les conditions permettent d'atteindre le pic en premier. Il est nécessaire d'accélérer l'ajustement et l'optimisation de la structure industrielle et de la structure énergétique, de promouvoir la consommation de charbon pour atteindre son apogée le plus tôt possible, de développer vigoureusement de nouvelles énergies, d'accélérer la construction d'un marché national d'échange de consommation d'énergie et d'émissions de carbone et d'améliorer le système de double contrôle de la consommation d'énergie. Nous devons continuer à lutter contre la pollution et obtenir l'effet synergique de la réduction de la pollution et du carbone. Il est nécessaire de procéder à un verdissement à grande échelle du pays pour améliorer la capacité de puits de carbone de l'écosystème.
La réunion a souligné qu'après plusieurs générations de lutte constante et continue, notre pays est sur le point de construire une société aisée de manière globale. C'est le point de départ d'une nouvelle lutte dans une nouvelle vie, et nous devons continuer à travailler dur. Il est nécessaire de consolider et d'étendre les résultats de la réduction de la pauvreté et d'empêcher résolument le retour de la pauvreté à grande échelle. Il est nécessaire d'établir un lien efficace avec la revitalisation rurale, de maintenir la stabilité globale des politiques d'assistance, d'ajuster et d'optimiser les classifications et de conserver une période de transition politique suffisante.

La réunion a souligné qu'il était nécessaire de promouvoir le fonctionnement économique pour maintenir une fourchette raisonnable, continuer à faire du bon travail dans les "six stabilité" et les "six garanties", saisir raisonnablement le rythme et l'intensité du macro-contrôle et mettre en œuvre avec précision et efficacité les macro-politiques. Il est nécessaire de continuer à stimuler la vitalité des entités de marché, d'améliorer les politiques de réduction des taxes et des frais, de renforcer les services financiers inclusifs et de redoubler d'efforts pour promouvoir la réforme et l'innovation afin d'accroître la vitalité des entités de marché, en particulier les petites, moyennes et microentreprises et les ménages industriels et commerciaux. Nous devons miser sur l'innovation pour améliorer le niveau de développement de l'économie réelle et promouvoir le développement de la fabrication de haute qualité. Il est nécessaire d'exploiter pleinement le potentiel du marché intérieur, d'accroître la consommation et les investissements efficaces guidés par l'amélioration des moyens de subsistance des populations, d'améliorer les mécanismes et les politiques qui soutiennent la participation au capital social, d'accorder plus d'attention à l'infrastructure des moyens de subsistance des populations pour combler les lacunes et de promouvoir une nouvelle urbanisation et un développement régional coordonné. Nous devons promouvoir globalement la revitalisation rurale, faire du bon travail dans la production agricole et faire progresser la réforme rurale et la construction rurale. Il est nécessaire d'approfondir la réforme des domaines clés et des liens clés, de promouvoir la réforme de la "délégation, de la gestion et du service" et d'optimiser en permanence l'environnement des affaires. Il est nécessaire de renforcer le contrôle de la pollution et d'améliorer en permanence la qualité de l'environnement écologique. Il est nécessaire de faire un bon travail pour garantir les moyens de subsistance de base des personnes, promouvoir l'emploi multicanal pour les groupes clés et améliorer continuellement la vie des gens.

La réunion a souligné que pour s’adapter à la nouvelle étape de développement, mettre en œuvre le nouveau concept de développement et construire un nouveau modèle de développement, il est nécessaire de renforcer la direction générale du parti, de bien observer et d’analyser les questions économiques et sociales dans une perspective politique, et de travailler vraiment dur pour mettre en œuvre la prise de décision et le déploiement du Comité central du parti dans tous les aspects du travail économique. . La supervision, la supervision et les autres travaux doivent être effectués de manière normalisée et être efficaces. Les cadres dirigeants à tous les niveaux devraient améliorer leurs capacités professionnelles et s'efforcer de devenir des experts dans la direction de la construction d'un nouveau modèle de développement. Il est nécessaire de renforcer le sentiment d'urgence pour se ressourcer et se rattraper consciemment avec la tendance du temps. Nous devons faire un bon travail de développement et de sécurité, prévenir et résoudre efficacement divers risques économiques et sociaux, attacher une grande importance à la sécurité dans la production et à la prévention et à l'atténuation des catastrophes, et prévenir résolument la survenue d'accidents majeurs. Nous devons continuer d'approfondir la gouvernance sociale et sévèrement réprimer diverses activités illégales et criminelles. Dans la prévention et le contrôle de l'épidémie, nous ne devons pas nous relâcher et faire un bon travail de "prévention des intrants externes et anti-rebond interne", et nous garder strictement contre cela pour nous assurer qu'il n'y a pas d'entrée et de rebond à grande échelle. Il est nécessaire d'organiser l'approvisionnement du marché des «deux festivals» pour assurer la subsistance de base des gens et faire du bon travail dans le travail des groupes difficiles.

La réunion a appelé tous les camarades du parti à s'unir étroitement autour du Comité central du Parti avec le camarade Xi Jinping comme noyau, à travailler ensemble, à aller de l'avant et à saluer le 100e anniversaire de la fondation du parti avec des réalisations exceptionnelles, afin de construire un pays socialiste moderne et de réaliser le rêve chinois du grand rajeunissement de la nation chinoise. Luttez sans relâche.

Les membres du Bureau politique du Comité central du PCC, secrétaire du Secrétariat central, les principaux camarades concernés du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, les conseillers d'État, le président de la Cour suprême du peuple, le procureur en chef du Parquet populaire suprême, les principaux camarades du Comité national de la CCPPC et les membres de la Commission militaire centrale ont assisté à la réunion.
Les principaux camarades responsables du parti et du gouvernement de toutes les provinces, les régions autonomes, les municipalités relevant directement du gouvernement central et les villes relevant de la planification de l’État distinct, le Corps de production et de construction du Xinjiang, les départements concernés des organes centraux et de l’État, les organisations populaires concernées, certaines institutions financières et entreprises gérées par le gouvernement central et les principaux camarades responsables de divers départements de la Commission militaire centrale ont participé à la réunion.


Edité le 19-12-2020 à 13:29:07 par Xuan


Xuan
Sur dnews :

Xi Jinping convoque une réunion du Politburo pour présenter l'économie en 2021 et met l'accent sur les «restrictions de capital»


Écrit par: Sumi
2020-12-11 19:43:01


La réunion du Politburo du Comité central du PCC tenue le 11 décembre, heure de Beijing, a mis l'accent sur trois questions majeures. Celles-ci incluent la disposition du travail économique en 2021, mettant l'accent sur les restrictions de capital; la recherche et le déploiement de la lutte contre la corruption en 2021; et de sérieux changements dans la discipline.

Selon l'agence de presse Xinhua, l'agence de presse officielle chinoise, la réunion présidée par le chef du Parti communiste chinois Xi Jinping estime que cette année est une année extraordinaire dans l'histoire de la nouvelle Chine. Confrontée à de graves défis et à des difficultés majeures, la Chine est devenue la seule grande économie du monde à connaître une croissance positive . Les trois grandes batailles ont abouti à des résultats décisifs, l'innovation scientifique et technologique a fait des progrès significatifs, et la réforme et l'ouverture ont permis de nouvelles percées.

La réunion a souligné que cette année marque la fin du 13e plan quinquennal. Après cinq années de dur labeur, la puissance économique, la force scientifique et technologique de la Chine, la force nationale globale et le niveau de vie de la population ont atteint un nouveau niveau. L'objectif et les tâches de réduction de la pauvreté dans la nouvelle ère ont été achevés comme prévu. La victoire de l'édification d'une société aisée à tous égards est en vue, et le grand rajeunissement de la nation chinoise a progressé. Un nouveau grand pas.

À la fin de 2020, cette réunion donne également le ton à la «Conférence centrale de travail économique», la réunion économique de plus haut niveau que le PCC convoquera régulièrement.
La réunion a souligné que le fonctionnement économique de la Chine revenait progressivement à la normale, mais que la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19) et l’environnement extérieur sont encore nombreux à être incertains. droite.
La réunion a également souligné que nous devrions continuer à faire du bon travail dans le travail des << six stabilité >>, mettre en œuvre la tâche << six garanties >>, mettre en œuvre scientifiquement et avec précision les politiques macroéconomiques, nous efforcer de maintenir les opérations économiques dans une fourchette raisonnable, adhérer à la stratégie d'expansion de la demande intérieure, renforcer le soutien scientifique et technologique et élargir l'ouverture de haut niveau. S'assurer que le «14e plan quinquennal» démarre bien.

La réunion a appelé à la promotion globale de la réforme et de l'ouverture, au renforcement de la force scientifique et technologique stratégique nationale, à l'amélioration de la contrôlabilité indépendante de la chaîne d'approvisionnement industrielle, à la formation d'un marché intérieur fort, à la consolidation de la base agricole, au renforcement de l'anti-monopole et à la prévention de l'expansion désordonnée du capital, et à la promotion du développement stable et sain du marché immobilier , Améliorer en permanence la qualité de l'environnement écologique. Il est nécessaire d'évaluer et de résumer systématiquement la construction d'une société modérément prospère de manière globale, de consolider et d'étendre les résultats de la réduction de la pauvreté et de se connecter efficacement à la revitalisation rurale. Nous devons faire un bon travail dans la résolution de divers risques existants et la prévention des risques supplémentaires.

La réunion a souligné la nécessité de renforcer la direction générale du parti sur le travail économique. Il est nécessaire de renforcer la conscience politique, de penser et de promouvoir le développement économique et social d'un point de vue politique, d'améliorer le niveau de spécialisation et de s'efforcer de devenir un expert dans la construction d'un nouveau modèle de développement. En fin d'année et en début d'année, il est nécessaire d'organiser la vie des personnes en difficulté, de mettre en place le système de responsabilité de production en sécurité, et de prévoir à l'avance les travaux liés aux «deux festivals». Nous ne devons pas nous relâcher et faire du bon travail dans tous les aspects de "l'apport de défense externe et du rebond de la défense interne" pour garantir qu'il n'y ait pas d'importation et de rebond à grande échelle de l'épidémie. Il est nécessaire de faire un bon travail dans la préparation du «14e plan quinquennal».

En termes de lutte contre la corruption, la réunion a souligné que la cinquième session plénière du 19e Comité central du Parti communiste chinois a pris des dispositions stratégiques pour le développement de la Chine au cours de la période du «14e plan quinquennal» et a présenté de nouvelles exigences pour une gouvernance complète et stricte du parti, la construction d'un style de parti et un gouvernement propre, et la lutte contre la corruption. Le travail d'inspection et de supervision de la discipline doit être guidé par la pensée de Xi Jinping, mettre en œuvre à fond l'esprit du 19e Congrès national du PCC et des 2e, 3e, 4e et 5e sessions plénières du 19e Congrès national du Parti communiste chinois, renforcer les «quatre consciences», renforcer les «quatre confidences» et réaliser les «deux «Maintenance individuelle», régissant de manière inébranlable et stricte le parti.

Selon les rapports, la réunion a convenu de tenir la cinquième réunion plénière de la 19e Commission centrale d'inspection de la discipline du 22 au 24 janvier de l'année prochaine.

En ce qui concerne les élections locales, la réunion a souligné la nécessité de persister dans la promotion de la démocratie au sein du parti, de mettre en œuvre le centralisme démocratique du parti, d’élargir et d’améliorer la participation ordonnée et efficace, et de respecter et de protéger les droits démocratiques des membres du parti. Il est nécessaire de renforcer les qualifications des représentants, de mettre en premier lieu des normes politiques et de garantir que des représentants qualifiés sont sélectionnés. Il est nécessaire d'allouer raisonnablement le nombre de représentants, d'optimiser la structure de représentation et d'assurer le ratio de production et de travail des représentants de première ligne. Nous devons adhérer aux normes des bons cadres dans la nouvelle ère, adhérer aux principes d'avoir à la fois la capacité et l'intégrité politique, donner la priorité à la morale et nommer les personnes selon leurs mérites, et l'exigence d'une structure raisonnable pour nommer les candidats aux comités.

La réunion a souligné que grâce à un travail électoral scientifique, normalisé et rigoureux, la direction des organisations locales du parti devrait être choisie et assortie, et la fonction globale devrait être continuellement renforcée, et le niveau de travail et la capacité professionnelle de comprendre la réforme, de promouvoir le développement et d'assurer la stabilité devraient être améliorés. Nous devons insister sur l’éducation d’abord, l’avertissement d’abord, la prévention d’abord, et une discipline politique stricte, une discipline organisationnelle et une discipline générale pour garantir que les élections soient propres et honnêtes. Les comités locaux du parti à tous les niveaux doivent renforcer l'organisation et le leadership de la mise en œuvre des règlements, assumer strictement les principales responsabilités, renforcer la mise en œuvre des règlements et superviser et guider, et veiller à ce que les divers règlements politiques et exigences de travail soient mis en œuvre.
Xuan
Xi Jinping appelle la classe ouvrière à faire de nouveaux efforts historiques pour la modernisation de la Chine

Xinhua | 25.11.2020 08h32
http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/1125/c31354-9788963.html

Xi Jinping appelle la classe ouvrière à faire de nouveaux efforts historiques pour la modernisation de la ChineXi Jinping appelle la classe ouvrière à faire de nouveaux efforts historiques pour la modernisation de la ChineXi Jinping appelle la classe ouvrière à faire de nouveaux efforts historiques pour la modernisation de la ChineXi Jinping appelle la classe ouvrière à faire de nouveaux efforts historiques pour la modernisation de la ChineXi Jinping appelle la classe ouvrière à faire de nouveaux efforts historiques pour la modernisation de la Chine

Le président chinois Xi Jinping a exhorté mardi la classe ouvrière et les travailleurs du pays à oeuvrer pour des réalisations nouvelles et historiques dans la construction complète d'un pays moderne socialiste.

M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale, s'est ainsi exprimé lors d'un rassemblement pour honorer les travailleurs modèles et les individus exemplaires, soulignant que la Chine doit s'appuyer étroitement sur la classe ouvrière pour promouvoir un développement de haute qualité.

Au nom du Comité central du PCC et du Conseil des Affaires d'Etat, M. Xi a félicité les lauréats et a salué la classe ouvrière et les travailleurs chinois qui ont apporté des contributions extraordinaires à la réforme et à l'ouverture, ainsi qu'à la modernisation socialiste du pays.

Les travailleurs modèles sont les élites de la nation chinoise, des modèles pour le peuple et des héros de la République, a indiqué M. Xi, notant que le Parti et le pays ont toujours attaché une grande importance à faire jouer aux travailleurs modèles et aux individus exemplaires leurs rôles importants.

La réunion a été présidée par Li Keqiang. Li Zhanshu, Wang Yang, Zhao Leji et Han Zheng y ont également assisté, alors que Wang Huning a lu la décision relative aux distinctions lors du rassemblement.

Au total, 1.689 personnes ont été honorées en tant que travailleurs modèles nationaux et 804 comme individus exemplaires.

La classe ouvrière et les travailleurs ont été une force majeure qui a permis d'obtenir une victoire décisive dans la construction d'une société modérément prospère à tous égards et de gagner la bataille contre la pauvreté, a indiqué M. Xi.

M. Xi a appelé à des efforts pour promouvoir et encourager l'esprit des travailleurs modèles, la valeur du travail et la poursuite d'un travail de qualité.

Le travail est la source de tout bonheur, a affirmé M. Xi, appelant à promouvoir la norme sociale qui consiste à honorer le travail et à encourager les travailleurs de haut niveau.

M. Xi a ordonné de donner toute sa place au rôle de la classe ouvrière en tant que principale force de maintien et de développement du socialisme à la chinoise.

Il a demandé que la classe ouvrière et les travailleurs suivent toujours le Parti et obtiennent des résultats dans la nouvelle ère.

M. Xi a appelé à la formation d'une main-d'œuvre de haut niveau, et a encouragé la classe ouvrière à continuer à améliorer ses compétences afin de s'adapter aux dernières révolutions scientifique et technologique, ainsi qu'à la transformation industrielle.

Les travailleurs de l'industrie doivent être formés pour disposer d'idéaux solides, de bonnes compétences, d'une capacité d'innovation, et d'un sens des responsabilités et du dévouement, a noté M. Xi.

M. Xi a souligné les efforts déployés pour réaliser, protéger et développer les droits et les intérêts légitimes des travailleurs, et permettre à la classe ouvrière et aux travailleurs d'avoir un sentiment plus fort d'accomplissement, de bonheur et de sécurité.

Une plus grande importance doit être accordée à la stabilisation des emplois, a noté M. Xi, en appelant à une augmentation continue des revenus des travailleurs et à la mise en place d'un système de sécurité sociale à plusieurs niveaux pour eux.

Cette année marquant le 95e anniversaire de la Fédération des syndicats de Chine, M. Xi a exhorté les syndicats à s'inspirer de leurs succès et de leur expérience au cours des 95 dernières années et à s'efforcer de faire encore mieux.

En présidant le rassemblement, Li Keqiang a appelé à une étude sérieuse et à la mise en oeuvre complète du discours prononcé par M. Xi, ainsi qu'à des efforts pour s'unir autour du Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant et à travailler inlassablement pour s'engager dans une nouvelle voie afin de bâtir pleinement un pays socialiste moderne et réaliser le rêve chinois du renouveau national.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)
Xuan
Sur Economie & Politique - Revue marxiste d'économie publiée par le Parti Communiste Français



Les effets sociaux de la crise actuelle sur le marché du travail chinois : un choc considérable, une réponse vertigineuse

par Kevin Guillas-Cavan le 20 mai 2020

Version .pdf

Ce texte est, pour l’essentiel, une revue de l’enquête publiée en de nombreux articles dans le Global Times. Il tente de remettre en perspective les éléments contenus dans ces articles que ce soit en explicitant des concepts considérés comme connus par la presse chinoise ou en replaçant les données dans leur contexte en les comparant à d’autres grands agrégats macro-économiques pour mieux visualiser ce qu’elles représentent. L’enquête ici synthétisée montre l’ampleur du choc que connait la Chine (plus de 70 millions de personnes qui ont perdu leur emploi). Si les industries exportatrices apparaissent relativement peu touchées, les travailleurs migrants et les indépendants (les deux catégories pouvant se confondre et se renforcer) apparaissent particulièrement touchés. La réponse du gouvernement chinois est considérable puisque 3 700 milliards de dollars ont été débloqués pour l’assurance-chômage et les minima sociaux, soit 27 % du PIB.


Le recul du PIB chinois au premier trimestre 2020 est inédit (-6,8 %). Les commentateurs occidentaux s’inquiètent et se réjouissent à la fois du ralentissement chinois. L’inquiétude première des autorités chinoises ne porte cependant pas sur le ralentissement voire le recul du PIB, mais sur ses effets sur l’emploi. Les aides aux chômeurs et aux chômeuses concentrent l’essentiel des efforts du gouvernement, bien plus que les entreprises en elles-mêmes. Il s’agit en effet pour la République populaire de Chine moins de soutenir les entreprises qui sont jugées globalement saines et capables d’absorber la crise, que de soutenir leur réorientation vers le marché intérieur et notamment vers l’Ouest du pays. Faisant de nécessité vertu, le gouvernement de la République populaire entend mettre à profit la crise pour stopper l’hémorragie démographique des provinces de l’Ouest en (re)fixant la main-d’œuvre dans ces provinces. Il s’agit alors de permettre aux travailleurs et travailleuses d’absorber la crise le temps de cette réorientation.

Le marché du travail chinois avant la crise : un système social résilient pour absorber la crise mais insuffisamment développé pour certaines catégories de travailleurs et de travailleuses
Taux de chômage restreint ou taux de chômage élargi : d’une difficulté statistique aux conséquences politiques


Depuis le début de la crise sanitaire du covid-19, les experts chinois estiment que le nombre de personnes ayant perdu leur emploi a augmenté de plus de 70 millions (entre 70 et 80 millions selon les estimations officielles)[1], ce qui représente entre 9 % et 10 % de la population active du pays (807 millions de personnes[2]). Ce nombre est bien supérieur aux statistiques du chômage qui font état d’un nombre de chômeurs et chômeuses enregistrées supplémentaires qui s’élève à 30 millions de personnes (soit 3,8 % de la population active). Ces nouveaux et ces nouvelles inscrites viennent s’ajouter au stock de 12 millions de chômeurs et de chômeuses enregistrées dans le pays avant la crise sanitaire. En d’autres termes, le taux de chômage réel du pays s’élève désormais à 5,4 % (42 millions de personnes)[3] et le nombre de personnes sans emploi ou ayant perdu leur emploi est compris entre 12 % et 13 % (voir Tableau 1).

L’écart entre le taux de chômage au sens restreint et le taux de chômage élargi souligne à la fois le caractère inachevé de l’assurance-chômage, les difficultés statistiques à saisir une part du chômage et la capacité de l’économie chinoise à absorber une part des destructions d’emplois. Une grande partie de l’écart provient du fait qu’une partie des personnes ayant perdu leur emploi ne se retrouve pas au chômage, mais bénéficie des solidarités familiales et villageoises qui leur permettent de conserver une activité, notamment en retournant à la terre. Ces personnes subissent néanmoins un recul (souvent substantiel) de leur revenu. De ce fait, il convient de les intégrer au taux de chômage. Cet écart à une incidence politique immédiate pour le gouvernement de la République populaire : si un renforcement de l’assurance-chômage apparaît nécessaire, les minima sociaux visant à faire face à la baisse des revenus d’une partie des actifs en emploi l’est encore plus.

Tableau 1 – Taux de chômage restreint et élargi de la République populaire de Chine

Stock de chômeurs et de chômeuses en décembre 2019
Nombre (en mio) 12
Part de la population active (%) 1,5(1)
Part cumulée (%) 1,5(1)

Nouveaux chômeurs et chômeuses enregistrée
Nombre (en mio) 30
Part de la population active (%) 3,8 /
Part cumulée (%) 5,4

Personnes ayant perdu leur emploi non-enregistrées auprès de l’assurance chômage
Nombre (en mio) 40 à 50
Part de la population active (%) 5,1 à 6,4
Part cumulée (%) 10,5 à 11,8

Source : Bureau national des statistiques, données annuelles pour le stock, mensuelles pour le flux ; Collectif de reporters du GT, « Is China’s job market facing risk of social instability », Global Times, 27 avril 2020, pp. 1-2, pour l’estimation du nombre de personnes ayant perdu leur emploi.

1) Le taux de chômage a été recalculé par rapport à la population active chinoise (807 millions). Le taux de chômage officiellement fourni par le Bureau national des statistiques s’élevait à 3,1 % de la population active salariée (395 millions) qui exclue donc la population active paysanne (209 millions), les indépendant.es (142 millions) et les fonctionnaires du gouvernent central et des gouvernements provinciaux, les enseignant.es et le personnel médical (61 millions). Les chiffres fournit entre parenthèses datent de 2017, dernière année disponible.

L’assurance-chômage chinoise : une construction encore incomplète et modeste

Même en ne considérant que les chômeurs et chômeuses au sens de l’assurance-chômage chinoise, cela représente une élévation considérable de leur nombre. En 2008-2009, leur nombre n’avait ainsi augmenté « que » de 20 millions La population urbaine au chômage aurait ainsi bondi de 3,62 % en décembre 2019 à 5,9 % à la fin mars 2020, soit une augmentation de plus de 11 millions.[4]. L’assurance-chômage apparaît cependant bien mieux armée qu’en 2008-2009 pour faire face à cette augmentation, puisque le montant des cotisations a triplé au cours de ces dernières années, atteignant la somme de 582 milliards de yuans (soit 82 milliards de dollars)[5].

Malgré cet effort conséquent, l’assurance-chômage demeure largement incomplète. En 2019, sur les 12 millions de chômeurs et de chômeuses enregistrées par l’assurance-chômage, seuls 2,2 millions bénéficiaient d’indemnité, soit 18 % du total. Ce chiffre reflète le fait que plus de la moitié de la population active salariée est employée dans des entreprises qui ne cotisent pas à l’assurance-chômage (207 millions sur les 395 millions de salarié.es) Si l’on y ajoute la paysannerie, les fonctionnaires, les indépendantes et indépendants, mais aussi les salarié.es de TPE, l’assurance-chômage ne couvrent que 23 % de la population active chinoise. En outre, le montant moyen des allocations-chômage demeure limité. Elles ne s’élèvent en effet qu’à 1 815 yuans (257 $ ou 909 $ en parité de pouvoir d’achat), une somme à comparer aux 6 868 yuans du salaire moyen chinois.

À ces allocations qui dépendent de cotisations, s’ajoutent les minima sociaux qui sont versés à l’ensemble des ménages les plus pauvres. Les niveaux de revenus qui ouvrent droit à ces minima sont cependant extrêmement modestes et varient très fortement d’une province à l’autre (de 337 yuans dans le Ningxia à 1 160 yuans à Shanghai).

Une crise qui touche largement les catégories non-couvertes par l’assurance-chômage.

Quatre catégories de travailleurs et de travailleuses sont particulièrement touchées par la crise actuelle : (1) les « travailleurs et travailleuses migrantes », c’est-à-dire dont la résidence principale est enregistrée dans une zone rurale mais qui travaillent en ville, souvent dans une autre province ; (2) les travailleurs et travailleuses indépendantes, ou des très petites entreprises ; (3) les salarié.es des secteurs exportateurs, particulièrement touchés par le ralentissement de l’ensemble de l’économie mondiale ; et (4), quoique ce groupe soit numériquement bien plus petit, les jeunes diplômé.es.

Parmi ces quatre catégories, trois ne sont pas couvertes par l’assurance-chômage : les jeunes diplômé.es, par définition car ils n’ont pas cotisé, les « indépendants » et les salarié.es des TPE, ainsi que l’immense majorité des travailleurs et travailleuses migrantes. Ce terme de travailleurs et travailleuses migrantes (míng&#333;ng) est cependant trompeur pour un lecteur ou une lectrice occidentale si on le rapproche de des migrants internationaux arrivant en Europe, a fortiori sans papier, travaillant au noir et exploités hors de toute mesure. Il est tout à fait légal en Chine de se déplacer d’une province à l’autre et d’y trouver du travail : néanmoins, le système social dépend de la province de résidence déclarée, or il n’est pas possible de changer sa déclaration de résidence de manière automatique : le droit de déclarer sa résidence dans une zone urbaine dépend de l’obtention d’un permis de résidence (hùku) qui jusqu’à récemment était accordé de manière restreinte.

En attendant cette suppression définitive, les « travailleurs et travailleuses migrantes » qui persistent ne bénéficient pas de l’intégralité du système social quand ils travaillent dans une autre province. Ainsi, s’ils y résident avec l’ensemble de leur famille sans être enregistrés, leurs enfants ne bénéficient pas de l’éducation gratuite. La majorité d’entre eux effectuent cependant des aller-retours entre la ville où ils travaillent et la campagne où se trouvent leur famille[6]. Pour les entreprises, cela permet de payer moins de cotisations sociales à ces travailleurs et travailleuses qui ne sont pas enregistrées auprès de la Sécurité sociale de la province où ils travaillent. Comme le résume Jean-Claude Delaunay, « avec la politique de réforme et d’ouverture [décidé par Deng Xiaoping en 1978 et dans laquelle se trouve encore la République populaire], l’accumulation primitive fut réalisée « sur le dos des ouvriers », qui sont des paysans de très fraiches dates »[7]. Cette phase semble cependant désormais achevée et le système du hùku est actuellement en cours d’assouplissement progressif. 100 millions de travailleurs et de travailleuses migrantes ont ainsi reçu un permis de résidence urbain en 2019[8] avant sa suppression de facto prévue pour 2020[9].

Les trois parties de cette note examinent successivement la situation des trois premières catégories, les migrantes et les migrants ruraux, les indépendants et les salarié.es des TPE, puis les salarié.es des secteurs exportateurs. La catégorie des jeunes diplômé.es n’est pas analysée, faute d’un nombre suffisant de statistiques disponibles à ce sujet. Elle est néanmoins cruciale pour comprendre l’état du marché du travail chinois et que ses difficultés étaient antérieures à la crise du covid-19 qui agit comme un révélateur.

Dans la période précédente, le taux de chômage diminuait constamment. Entre fin 2018 et fin 2019, il avait ainsi diminué de 0,2 points de pourcentage (soit quand même près de 4 millions de personnes sur un total de 16 millions en 2018 !). Ainsi, on pourrait en conclure que le retournement du marché du travail chinois est entièrement conjoncturel et lié à la crise sanitaire. Néanmoins, des signes de retournement se faisaient jour depuis 2 ans. Les difficultés d’insertion des jeunes diplômé.es du supérieur croissent ainsi depuis 2017 : leur taux d’emploi un an après leur entrée sur le marché du travail passant de 91,9 % à 90,5 %, lié au ralentissement de la croissance chinoise[10]. Après un léger rebond en 2017, la croissance est repartie à la baisse, tout en demeurant élevée (voir graphique 1). De ce fait, on observe un allongement rapide de la durée d’étude, les étudiantes et les étudiant retardant leur entrée sur le marché du travail[11].

Figure 1 – Taux de croissance du PIB de la République populaire de Chine (199-2020)


Source : Banque mondiale, données provisoires pour 2019, estimation pour 2020.

Les travailleurs et travailleuses migrantes

70 % des 70 à 80 millions des emplois détruits (soit entre 49 et 56 millions) étaient occupés par des travailleurs et des travailleuses rurales (a contrario, cela signifie qu’entre 21 et 24 millions ont leur lieu de résidence principal enregistré en ville). Cette augmentation est nettement supérieure au nombre de chômeurs et de chômeuses enregistrées officiellement dans les statistiques (et donc ayant droit aux allocations chômage) car quand ces travailleurs et travailleuses migrantes se retrouvent au chômage, ne bénéficiant pas du système d’allocation chômage, ceux-ci ne sont donc pas comptés, ce qui correspond aussi à un état de fait : ces travailleurs migrants disposent souvent d’un lopin de terre à la campagne. Quand ils ne retrouvent pas d’emploi en ville, ils retournent donc participer à la production agricole à la campagne, d’ordinaire pris en charge par le reste de la famille, souvent l’épouse restée à la campagne pendant que le mari part s’embaucher à la ville, parfois les parents.

Les travailleurs et travailleuses rurales représentent 351 millions des 781 millions d’actifs que compte la République populaire de Chine. Parmi ces 351 millions, 150 millions sont des travailleurs et travailleuses migrantes, dont 10 millions travaillent dans les services (hôpitaux et commerce notamment, dont 3 millions pour les plateformes de livraison), 60 millions dans la construction et 80 millions dans l’industrie[12]. Ces 150 millions de travailleurs ruraux, soit près de la moitié du total, travaillent généralement dans les centres urbains, loin de leur lieu de résidence déclaré, souvent dans une autre province.

Des travailleurs et des travailleuses migrantes particulièrement précaires et menacées de paupérisation

Le revenu moyen des travailleurs et travailleuses rurales s’élève à 3 962 yuans par mois (560 $ ou 1 982 $ en parité de pouvoir d’achat [PPA]), mais cache des disparités importantes. Le revenu moyen des travailleurs et travailleuses rurales migrantes travaillant en ville sont estimés à 5 000 yuans par mois (700 $ ou 2 477 $ en PPA), ce qui donne un revenu moyen de 2 275 yuans (321 $, 1 136 $ PPA) pour les travailleurs ruraux employés dans leur zone de résidence. Même à 5 000 yuans par mois, cela demeure bien inférieur au moyen national qui s’élève à 6 868 yuans (970 $ ou 3 432 $ en PPA)[13], mais bien supérieur au taux de pauvreté absolue, fixé à 192 yuans (27 $ ou96 $ en PPA). Ce seuil peut paraître ridiculement bas en l’on pourrait croire que le chiffre n’a pas été réévalué depuis des années de sorte qu’il ne concerne personne, mais 17 millions de ruraux, soit 6 % des travailleurs et travailleuses rurales, vivent encore sous ce seuil et, il n’y a pas si longtemps, en 2012, c’était encore 99 millions, soit 28 % de la population rurale d’alors[14]. Cela illustre la pertinence persistante de ce seuil, même s’il devrait être prochainement réévaluer du fait de la quasi-extinction de la pauvreté la plus absolue.

L’effet de la fermeture des entreprises a particulièrement touché ces travailleurs et travailleuses rurales travaillant en ville, car ces dernier&#8729;es se sont retrouvés bloqués en ville, attendant de savoir si l’activité reprendrait ou non. Sans revenu mais devant faire face à des frais de logement et d’alimentation, ces travailleurs ont accumuler des dettes dans la période. La presse reporte ainsi des cas de migrant&#8729;es qui non seulement n’ont rien gagné, mais ont accumulé des dettes s’élevant à près de 8 000 yuans (1130 $ ou 3 999 $ en PPA) au cours des trois derniers mois[15].

Les réponses du gouvernement : renforcement de la lutte contre la pauvreté et du développement industriel des zones et provinces rurales

Face à la situation, le ministère des Affaires sociales a annoncé le 10 avril 2020 le déblocage de 18 800 milliards de yuans d’aides extraordinaires (2 600 milliards de dollars) pour les ménages dont le revenu a diminué sur la période. Les droits aux allocations chômage ont aussi été étendus, représentant un coût supplémentaire de 9 300 milliards de yuans (1 113 milliards de dollars).

5,9 millions de travailleurs et travailleuses rurales n’ayant pas retrouvé de travail en ville ont en outre pu bénéficier de la gratuité des transports pour rentrer sur leur lieu de résidence. L’espoir du gouvernement réside dans l’accélération des politiques de rééquilibrage régional (entre l’Est développé et l’Ouest), mais aussi entre les centres urbains et les zones rurales pour permettre à ces travailleurs et travailleuses rurales de trouver un emploi correctement rémunéré sur leur zone de résidence.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le gouvernement chinois entend profiter de ce grand retour des travailleurs et travailleuses rurales dans leur province et village d’origine, pour accélérer les efforts enclenchés pour permettre à ces travailleurs et travailleuses de gagner un revenu décent dans leur province d’origine.

Le ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales a ainsi annoncé jeudi 30 avril que les investissements du gouvernement allaient augmenter pour permettre à ces travailleurs et travailleuses de retrouver un emploi dans les projets d’infrastructures en zone rurale ou dans la modernisation de l’agriculture et de l’industrie agro-alimentaire[16]. L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping a en effet marqué un tournant dans la lutte contre la pauvreté. Prenant acte de la disparition prochaine de la pauvreté la plus absolue, le gouvernement concentre désormais ses efforts essentiellement sur les zones rurales et zones urbaines, voire entre les provinces encore majoritairement rurales de l’Ouest et les provinces urbanisées de l’Est. Au niveau national, cela repose sur la mise en place de projets industriels spéciaux et d’aides financières à l’industrie, mais aussi par l’envoi de fonctionnaires centraux dans les zones concentrant la pauvreté. Les plans ciblés mis en place par l’administration de Xi Jinping s’inscrivent dans la planification écologique nationale et reposent notamment sur l’emploi de la main-d’œuvre locale dans la préservation et le développement de l’environnement. Institutionnellement, cela repose sur la création de coopératives.

Les travailleurs et travailleuses indépendants

Les travailleurs et travailleuses indépendantes, au sens de propriétaire de leur affaire (ce qui exclut les travailleurs et travailleuses de plateforme dans les statistiques chinoises) représentent 80 millions de personnes (voir Tableau 2). Les statistiques chinoises intègrent dans cette catégorie, les chef&#8729;fes d’entreprises qui travaillent et ont moins de 5 employés. À ces 80 millions de travailleurs et travailleuses indépendantes s’ajoutent alors 200 millions de salarié&#8729;es. Ceux-ci sont d’ordinaire comptés parmi les salarié&#8729;es d’entreprises privées (et couverts par la sécurité sociale). De ce fait la précision apportée par l’enquête du Global Times est riche d’enseignements et permet de préciser quelle part des près de 400 millions de salarié&#8729;es des entreprises privées est pleinement prise dans des rapports de production de type capitaliste (203 millions) et quelle part est employée dans des TPE (200 millions)[17].

Tableau 2 – Répartition de l’emploi dans les différents types d’entreprise

Fonctionnaires (1)
Emploi (mio) 90
Part dans la population active (%)11,15
Part cumulée (%)11,15
Entreprises d’État
Emploi (mio)20
Part dans la population active (%)2,47
Part cumulée (%)13,63
Entreprises collectives
Emploi (mio)4
Part dans la population active (%)0,50
Part cumulée (%)14,13
Coopératives
Emploi (mio)1
Part dans la population active (%)0,12
Part cumulée (%)14,25
Paysans
Emploi (mio)209
Part dans la population active (%)25,90
Part cumulée (%)40,15
Indépendants
Emploi (mio)80
Part dans la population active (%)9,91
Part cumulée (%)50,06
Salariés des indépendants
Emploi (mio)200
Part dans la population active (%)24,78
Part cumulée (%)4,84
Entreprises capitalistes(2)
Emploi (mio)203
Part dans la population active (%)25,15
Part cumulée (%)100
Total
Emploi (mio)807
Part dans la population active (%)100
Part cumulée (%)100

Source : Bureau national des statistiques pour les catégories « fonctionnaires », « entreprises d’État », « entreprises collectives », « coopérative » et « paysans » ; Ma Jingjing & Chu Daye, « Self-employed seek lifeline », Global Time, 30 avril 2020, pp. 12-13 pour la catégorie « indépendants » et « salariés des indépendants » ; calcul de l’auteur pour la part résiduelle des entreprises capitalistes.

(1) La catégorie « fonctionnaires » est entendue au sens large comme l’intégralité des agents rémunérés par l’état hors secteur marchand. Elle comprend donc les fonctionnaires du gouvernement central (2 millions), des gouvernements provinciaux (8 millions), les militaires (2,5 millions), le personnel médical (12 millions) et les agent.es
de l’éducation (42,5 millions dont 16 millions d’enseignant.es).

(2) On retrouve au sein de cette catégorie des entreprises de droit privé où l’État est actionnaire majoritaire voire seul actionnaire. En l’absence d’information précise sur la part de l’État, nous incluons ces entreprises de droit privé sous contrôle de l’État dans les entreprises capitalistes.

Un taux de faillites colossal

Ces millions de petits commerces sont particulièrement touchés par le confinement, mais aussi l’effondrement de la demande des travailleurs et travailleuses migrantes qui ont quitté les villes. La crise actuelle a vu une diminution du nombre de ces petits commerces de 40,4 %[18], reflétant une baisse du chiffre d’affaire de 52,4 %. Dans le Hubei, épicentre de la crise sanitaire, le taux de faillites de ces commerces atteint même le taux vertigineux de 60 % du fait d’une baisse du chiffre d’affaires de 70 %[19]. La multiplication des faillites des indépendantes et des indépendants n’est cependant pas nouvelle : si les experts gouvernementaux contactés par le Global Times parlent d’un nombre d’indépendant.es proche de 80 millions, les dernières statistiques disponibles publiquement (celles de 2017) font état d’un nombre largement supérieur : 142 millions.

Pour l’heure, il n’est pas possible de dire si la baisse du nombre d’indépendant(e)s entre 2017 et 2019 était liée à la bonne santé de l’économie chinoise qui aurait amené ces travailleurs et ces travailleuses à rechercher un emploi salarié plus rémunérateur ou si la crise couvait déjà et avait commencé dans ce segment de l’activité. De même, il n’est pas possible pour l’heure d’estimer où étaient passés les 60 millions d’indépendantes et d’indépendants perdus entre 2017 et 2019. Étaient-ils venus grossir le nombre de salarié.es des entreprises capitalistes ou, dans un mouvement de concentration balbutiante, avaient-ils été embauchés par d’autres indépendant.es, expliquant le nombre élevé de salarié.es de ceux-ci (200 millions de salarié.es pour 80 millions « d’indépendant.es » ? En l’absence de données récentes et de la décomposition précise des « entreprises privées », il est impossible de répondre à cette question.

Si la baisse du nombre d’indépendant.es dans la période précédant la crise peut éventuellement s’expliquer par la bonne santé de l’économie chinoise, la baisse récente du nombre d’indépendant.es en période de crise constitue en outre une nouveauté dans l’histoire économique chinoise et souligne l’importance de la crise. En effet, jusqu’ici, le nombre d’indépendant.es était largement contracyclique, augmentant fortement dans les périodes de ralentissement économique, ce qui a d’ordinaire pour effet de conduire à sous-estimer le chômage urbain : une partie des salarié.es licencié.es tend d’habitude en effet à créer leur micro-entreprise pour s’assurer un revenu, certes (bien) plus faible qu’un salaire, mais néanmoins supérieur aux allocations chômage qui demeurent faibles[20].

Ce nombre de faillites, déjà considérable puisque l’on parle de plus de 32 millions de personnes se retrouvant au chômage, cache sans doute une baisse sensiblement supérieure de l’emploi puisque les travailleurs et travailleuses indépendantes avec salarié.es tendent à licencier avant de mettre leur commerce en faillite. En outre, comme le souligne Zhou Dewen, de directeur adjoint de l’association des petites et moyennes entreprises de Chine, nombre de ces petits commerces indépendants ne sont pas enregistrés et on n’a aucune idée du taux de faillites réel. En outre, ces travailleurs et travailleuses indépendantes non-enregistrés n’auront de ce fait pas le droit aux aides directes ouvertes pour ces petits commerces, et sans doute pas non plus aux aides exceptionnelles pour les familles appauvries car ils ne peuvent prouver la baisse de leur revenu[21].

Les réponses du gouvernement : des mesures limitées reposant sur un assouplissement des conditions de crédit et, localement, des exonérations de loyer

Pour les entreprises enregistrées, le gouvernement a annoncé avoir demandé aux institutions financières d’ouvrir l’équivalent de 300 milliards de yuans (42 milliards de dollars) de nouvelles lignes de crédit à très faible taux d’intérêt. Appliqué aux 80 millions de petits commerces, cela représente une somme relativement modeste de 400 yuans. Le gouvernement a aussi annoncé des exonérations de TVA et des exonérations de cotisations sociales pour celles qui ont des salarié&#8729;es.

Certaines autorités provinciales, comme celles de Shanghai, ont aussi pris la décision d’exonérer de loyers les petits commerces installés dans des locaux ayant bénéficié de capitaux publics. L’exemple de la province de Shanghai montre cependant le caractère limité de ces mesures d’exemption des loyers[22].

Les salarié.es des secteurs exportateurs

Les entreprises exportatrices emploient près de 180 millions de personnes. Dans le cas d’un recul des exportations de 12 %, on estime que 10 millions d’emplois, soit 5,5 % du total, pourraient être détruits

Si la Chine semble avoir su juguler l’épidémie rapidement et devrait réussi à limiter les effets économiques de la crise grâce au rebond de son marché intérieur au second semestre, l’impact de l’arrêt économique du reste de la planète touche particulièrement le secteur exportateur. Un recul de 12 % des exportations est attendu pour l’année 2020 du seul fait de la crise du covid-19. Le rebond attendu au second semestre ne devrait pas suffire pour compenser la chute de 20 % au premier semestre[23]. En outre, l’effet pourrait être encore supérieur du fait de la guerre économique enclenchée par les États-Unis contre la Chine. Les barrières aux importations pourraient en effet conduire à une baisse allant jusqu’à 32 % pour l’année 2020 selon l’OMC.

Les mesures du gouvernement : accompagner le recentrage sur le marché intérieur
Face à cette situation, le gouvernement chinois a mis en place deux types de mesures.

À court terme, pour faire à la crise conjoncturelle, le gouvernement a offert d’exempter les entreprises exportatrices de loyers pendant 2 mois, mais aussi de prendre en charge une partie de leurs dépenses de Sécurité sociale. À travers sa mainmise sur le système bancaire, le gouvernement distribue à ces entreprises des crédits à faible taux d’intérêt[24].

À plus long terme et face aux menaces de guerre commerciale, le gouvernement encourage ces entreprises à se recentrer sur le marché intérieur chinois. À cette fin et considérant que les entreprises exportatrices manquent de réseaux de vente nationaux, le géant du commerce en ligne Alibaba a été mis à contribution pour mettre en place une nouvelle plateforme Alibaba 1688, destinée aux entreprises exportatrices. Cela doit permettre à ces entreprises de trouver plus aisément leurs clients en interne en les regroupant sur une seule et même plateforme. Plutôt que d’avoir à chercher des clients et réseaux de distribution, les acheteurs sont encouragés à découvrir ces entreprises. Cette nouvelle plateforme mise en place au début de la crise sanitaire connait une croissance fulgurante. 500 000 entreprises exportatrices vendent désormais en interne à travers cette plateforme. Entre février et mars, le volume de ventes passant par elle a ainsi cru de 295 % et devrait atteindre les 200 milliards de yuans d’ici à la fin de l’année (28 milliards de dollars). Néanmoins, si cela doit permettre à ces entreprises de compenser partiellement la chute des exportations, cela ne suffira pas. 200 milliards de yuans ne représentent en effet que 7,5 % des 2 656 milliards d’exportation de la Chine. Dit autrement, cette bascule vers le marché intérieur ne devrait permettre d’absorber que les deux tiers de la baisse des exportations prévues dans le meilleur des cas. Dans le pire, si le recul des exportations devait atteindre les 32 % qui constituent le scénario pessimiste de l’OMC, cela ne permettrait d’absorber qu’un quart de la baisse.

Quelques éléments de conclusion

Les mesures de soutien aux entreprises les plus touchées (entreprises exportatrices et petits commerces) sont pour l’heure limitée à faciliter l’accès au crédit. Les montants dont il est question demeurent cependant modestes. Le gouvernement concentre pour l’heure ses efforts sur le renforcement de son filet de Sécurité sociale générale, c’est-à-dire sur les travailleurs et les travailleuses se retrouvant au chômage ou qui voient leurs revenus diminuer. De ce point de vue, l’effort est considérable avec le déblocage de 28 100 milliards de yuans (3 700 milliards de dollars) pour les allocations-chômage et les minima sociaux, auxquels viennent en outre s’ajouter les mesures prises par les gouvernements provinciaux et municipaux.

Plutôt que d’aider les entreprises, il s’agit d’enclencher un nouveau chemin de développement davantage autocentré (ou d’accélérer le tournant qui était déjà en cours). Pour cela, il s’agit de permettre aux entreprises exportatrices de se tourner vers l’intérieur et de servir les investissements massifs dans les infrastructures de l’Ouest rural du pays. Cette réorientation par le développement des infrastructures et des industries de l’Ouest doit à la fois permettre et s’appuyer sur le retour d’une part des travailleurs et travailleuses migrants dans leur province d’origine.

[1] Cf. Collectif de reporters du GT, « Is China’s job market facing risk of social instability », Global Times, 27 avril 2020, pp. 1-2.

[2] Sauf précision contraire, l’ensemble des chiffres contenu dans cette note provient du Bureau national des statistique de la République populaire de Chine.

[3] Ce pourcentage est cohérent avec les statistiques de « l’enquête mensuelle sur le taux de chômage urbain » du Bureau national des statistiques qui l’estime être de 5,9 % au 31 mars 2020.

[4] Ibidem.

[5] Cf. Crossley Gabriel & Cheng Leng, « Coronavirus pandemic to test China’s unemployment safety net », Reuter, 13 avril 2020.

[6] L’objectif est d’éviter que les provinces rurales ne se dépeuplent et que les villes ne croissent de manière incontrôlée dans un contexte où, en quelques décennies, s’est enclenché un immense exode rural, souvent qualifié de plus « grande migration de l’histoire de l’humanité ». Ainsi, en 1980 et 2020, la population urbaine est passée de 190 millions à 823 millions, croissant à un rythme quasiment continu.

[7] Delaunay Jean-Claude (2018), Les trajectoires chinoises de modernisation et de développement. De l’empire agro-militaire à l’État-Nation et au socialisme, Paris, Éditions Delga, p. 164.

[8] Xinhua, « La Chine simplifie l’obtention du hukou », 9 avril 2019.

[9] Quotidien du Peuple, « Objectif 2020 pour la réforme du Hukou », Le Quotidien du peuple, 18 décembre 2013, édition française.

[10] Collectif de reporters du GT, « Is China’s job market facing risk of social instability », Global Times, 27 avril 2020, pp. 1-2.

[11] Ibidem.

[12] Collectif de reporters du GT, « All I can say is things are getting better », Global Times, 28 avril 2020, pp. 1-2.

[13] En outre, ce salaire moyen des travailleurs et travailleuses rurales travaillant en fait en ville devrait être comparé au salaire moyen de ces zones plus développés. À titre d’exemple, le salaire moyen à Beijing, proche de la moyenne des provinces côtières atteint ainsi 8 033 yuans, soit 1 135 dollars ou 4 017 en parité de pouvoir d’achat.

[14] Li Ju (2019), « Poverty alleviation: a 70-year miracle in China », Qiushi, n° 41 ; calcul de l’auteur pour les conversions en dollars et en parité de pouvoir d’achat, à partir des parités de l’OCDE.

[15] Collectif de reporters du GT, « All I can say is things are getting better », Global Times, 28 avril 2020, pp. 1-2.

[16] Ma Jingjing & Chu Daye, « Self-employed seek lifeline », Global Time, 30 avril 2020, pp. 12-13.

[17] Cela rappelle la nécessité de considérer les « entreprises » capitalistes comme résiduelles dans statistiques chinoises. Contrairement aux statistiques occidentales qui se sont construites autour de l’entreprise privée avant d’y ajouter d’autres statuts, les statistiques chinoises se sont construites autour de l’entreprise publiques à laquelle sont venue s’ajouter de nouvelles formes d’entreprises, à commencer par les indépendants, puis les TPE et enfin les entreprises capitalistes. Le léger écart dans le nombre de salarié&#8729;es des entreprises privées entre ceux présentés dans le tableau 1 (395 millions) et ceux présentés ici (403 millions) provient du fait que les sources les plus récentes sur la répartition de la main-d’œuvre par type d’entreprises datent de 2017 alors que les chiffres fournit par le Global Times portent sur 2019.

[18] Ma Jingjing & Chu Daye, « Self-employed seek lifeline », Global Time, 30 avril 2020, pp. 12-13.

[19] Ibidem.

[20] Delaunay Jean-Claude, Les trajectoires chinoises de modernisation et de développement. De l’empire agro-militaire à l’État Nation et au socialisme, Paris, Éditions Delga, p. 71.

[21] Ibidem.

[22] Dans la province, elles concernent 14 000 personnes soit 2,4 % des travailleurs et travailleuses indépendantes et représentent 1 milliards de yuans de loyers, soit une mesure représentant 0,03 % du PIB régional

[23] Collectif de reporters du GT, « A battle to save export job», Global Times, 29 avril 2020, pp. 1-2.

[24] Collectif de reporters du GT, « A battle to save export job», Global Times, 29 avril 2020, pp. 1-2.
 
Retour au forum
 
créer forum