Sujet :

le développement de la crise

Xuan
   Posté le 25-11-2020 ŕ 23:43:22   

La crise annoncée à cause du covid a déjà commencé.
De très nombreux commerces doivent mettre la clef sous la porte. Ces éléments de la petite-bourgeoisie iront grossir le flot des chômeurs et de la classe ouvrière, apportant avec eux une idéologie extérieure à celle du prolétariat.

Dès à présent les mutuelles doivent répercuter une augmentation de 1/6e ou 16.67 %. Ce sont des sommes très importantes, passant par exemple de 100 à 117 €. Sinon cette augmentation pourra se traduire en prestations annulées dans le contrat.


Edité le 27-11-2020 à 19:17:14 par Xuan


Xuan
   Posté le 27-11-2020 ŕ 19:22:35   

La banque alimentaire voit les besoins augmenter de 20 à 25 % "nos besoins sont urgents"

Le nombre d'étudiants s'est multiplié :
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/entreprendre/aides/crise-sanitaire-une-aide-alimentaire-indispensable-pour-certains-etudiants_4178657.html


Edité le 27-11-2020 à 19:23:22 par Xuan


Xuan
   Posté le 26-03-2021 ŕ 23:14:54   

La dette est au plus haut depuis 1949.


https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-la-dette-publique-francaise-s-est-envolee-a-115-7-du-pib-en-2020-le-deficit-public-a-9-2_4348037.html

Covid-19 : la dette publique française s'est envolée à 115,7% du PIB en 2020, le déficit public à 9,2%


Edité le 26-03-2021 à 23:18:16 par Xuan


Xuan
   Posté le 10-04-2021 ŕ 23:59:51   

Tandis que la bourgeoisie ne se dépêtre pas de la crise sanitaire, avec un bug informatique à la clé pour les élèves cloîtrés chez eux, un gel historique vient de détruire une très grande partie des fruits dans les vergers et les vignes.

Aussitôt les pompiers ont promis monts et merveilles, on y croît. Par contre on n'a pas entendu parler - y compris dans les colonnes de l'Humanité - des saisonniers qui seront privés d'emploi, aussi bien étudiants que retraités maintenant.
En passant on apprend aussi que la prostitution des mineures a fait un bond.

Les nuages s'alourdissent, on ne peut pas fabriquer de la monnaie impunément tandis que la misère s'accroît sans cesse.
Xuan
   Posté le 26-06-2021 ŕ 18:24:07   

Covid-19 : la dette de la France grimpe à 118,2% du PIB à l'issue du premier trimestre 2021
"Cette progression est due "en partie" aux "mesures de soutien liées à la crise" sanitaire et au plan de relance économique, rapporte l'Insee."
Xuan
   Posté le 27-07-2021 ŕ 16:24:48   

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/07/27/les-tarifs-du-gaz-d-engie-augmentent-a-nouveau-en-aout-apres-un-bond-de-10-en-juillet_6089677_3234.html

https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/lvmh-affiche-un-benefice-depassant-son-niveau-d-avant-crise-a-plus-de-cinq-milliards-34a8b178bbc2671da313c235cee75853
Xuan
   Posté le 29-07-2021 ŕ 00:11:37   

Ces chiffres ne tiennent pas compte des augmentations à venir comme celle du gaz https://www.lelynx.fr/energie/comparateur-gaz/tarif-gaz/hausse/gaz-explosion-du-tarif-reglemente-en-septembre-2021/

L'inflation au plus haut depuis 10 ans, à 3,0% sur un an

information fournie par REUTERS•31/08/2021 à 11:14
https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/l-inflation-au-plus-haut-depuis-10-ans-a-3-0-sur-un-an-4874ade523e4780cb461dcea4f0232f6

FRANCFORT (Reuters) - L'inflation dans la zone euro s'est encore accélérée en août pour atteindre son niveau le plus élevé en dix ans, montre mardi la première estimation publiée par Eurostat.

Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 3,0% par rapport à août 2020, après +2,2% en juillet, alors que le consensus Reuters prévoyait une hausse de 2,7%.
La hausse des prix de l'énergie est estimée à 15,4% en rythme annuel après une hausse de 14,3% le mois précédent, précise Eurostat. Ceux des biens industriels hors énergie ont augmenté de 2,7% sur un an, ceux de l'alimentation, de l'alcool et du tabac de 2,0%.

L'inflation sous-jacente, c'est à dire hors énergie et alimentation, surveillée de près par la Banque centrale européenne (BCE), affiche une hausse en août de 1,6% contre 0,9% en juillet. Et une mesure encore plus étroite qui exclut aussi l'alcool et le tabac a également augmenté de 1,6%, après +0,7%.

La BCE, qui vise un niveau d'inflation durable de 2%, considère la poussée inflationniste comme un phénomène temporaire et s'est engagée à ne pas resserrer pour l'instant sa politique monétaire afin de ne pas handicaper la reprise.

(Reportage Balazs Koranyi, version française Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)


Edité le 31-08-2021 à 19:27:29 par Xuan