Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 transferts faramineux

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 08-01-2017 à 15:50:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les transferts de joueurs de foot en Chine ont défrayé la chronique, on peut se demander en quoi le développement socialiste peut bénéficier de ce genre d'opération et ce qu'il peut bien apporter à la révolution mondiale.

Football : un frein en Chine sur les transferts faramineux


le Quotidien du Peuple en ligne - 06.01.2017 16h37

De jeunes enfants lors d'un match de football à Shanghai, le 31 octobre 2016. [Photo/Xinhua]

L'autorité chinoise des sports vient d'annoncer une série de mesures visant à limiter les dépenses relatives au transfert des joueurs étrangers et à contrôler l'extravagance de la Chinese Super League.

D'après le porte-parole de l'Administration générale des sports, Xiao Zhiliang, il est important d'avoir un plafond pour l'achat de joueurs étrangers.

«Notre établissement et l'Association chinoise de football envisagent de limiter l'achat exorbitant de joueurs d'outre-mer. L'un des plans consiste à donner une idée claire de la situation financière des clubs de football du pays, y compris leur revenu annuel, afin de pouvoir fixer des règlements concernant le financement » , a-t-il indiqué.

Selon Xiao, les autorités étudient la possibilité de percevoir des impôts sur les joueurs à revenu élevé. Ajoutant que les achats extravagants de clubs de football à l'étranger devraient également être vérifiés, alors que les clubs qui sont surendettés seront dissous.

Les dernières transactions records incluent notamment le Brésilien Oscar qui évoluait à Chelsea racheté par le Shanghai SIPG pour la somme de 75 millions de dollars, et Carlos Tevez nouvelle pépite de la Shanghai Shenhua qui a coûté 50 millions de dollars.

(Rédacteurs :Guangqi CUI, Wei SHAN

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 16-01-2017 à 11:14:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

PLUS QUE TROIS JOUEURS ÉTRANGERS AUTORISÉS À DÉBUTER EN CHINE ?



so foot
DIMANCHE 15 JANVIER

Plus que trois joueurs étrangers autorisés à débuter en Chine ?

Les clubs chinois vont peut-être bientôt devoir réfléchir à deux fois avant de dépenser des millions sur le marché des transferts.

Pour réguler la frénésie qui a accompagné les derniers mercatos et pour permettre le développement du football local, la Fédération chinoise pourrait changer le règlement concernant les joueurs étrangers. Jusqu'à présent, la Chinese Super League appliquait la règle du "quatre plus un" : les clubs pouvaient titulariser quatre joueurs étrangers, plus un joueur issu d'un pays affilié à la confédération asiatique. Ce quota devrait être modifié : seulement trois joueurs étrangers seraient autorisés à débuter et cinq à apparaître sur la feuille de match. De plus, afin de mettre en valeur les plus jeunes éléments de l'effectif, au minimum deux joueurs U23 devront faire partie des dix-huit et un devra jouer.

Si rien n'est encore officiel, plusieurs sources locales annoncent que le changement serait imminent. Sur Twitter, Mads Davidsen, le directeur technique du Shanghai SIPG, a même confirmé l'info : "Le timing est incroyable [le championnat débute dans seulement six semaines, ndlr], mais les nouvelles règles sont intéressantes pour la Chinese Super League."

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 16-02-2017 à 14:39:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: les investissements chinois dans le monde ont chuté de 35,7% en janvier


16/02/2017 -12:01
Pékin (awp/afp) - Les investissements chinois à l'étranger, hors secteur financier, ont plongé de 35,7% sur un an en janvier, illustrant le récent durcissement des autorités, qui veulent restreindre drastiquement la fièvre d'acquisitions à l'étranger pour endiguer les fuites de capitaux hors du pays.

Ces investissements se sont élevés le mois dernier à 53,3 milliards de yuans (7,73 milliards de dollars), selon des chiffres du ministère du Commerce rapportés par l'agence étatique Chine nouvelle.

Ce repli s'explique avant tout par un net durcissement du régime communiste.
Après avoir encouragé ses entreprises à investir tous azimuts à travers la planète pour sécuriser de nouveaux marchés, des technologies et des approvisionnements de matières premières, Pékin a brusquement changé de ton fin 2016.

Le gouvernement a ainsi enjoint aux entreprises d'éviter les investissements "irrationnels" à l'étranger, en particulier dans l'immobilier, le sport et le divertissement, en tentant de distinguer les opérations stratégiques de méga-acquisitions risquées et souvent très spéculatives.

Les autorités sont d'autant plus enclines à mettre le holà que nombre de ces transactions sont réalisées à crédit -- alors que la dette chinoise (privée et publique) s'est déjà envolée à 250% du PIB.
Et, surtout, Pékin chercher à juguler à tout prix une colossale hémorragie de capitaux hors du pays, laquelle pèse lourdement sur le yuan.

Plusieurs médias financiers avaient rapporté que Pékin envisageait d'interdire la plupart des investissements de plus de 10 milliards de dollars, tandis que les acquisitions supérieures à 1 milliard de dollars et sortant des "activités fondamentales" du groupe chinois concerné seraient bannies.

Les investissements chinois à l'étranger ont atteint 170 milliards de dollars en 2016, soit une flambée de 44% sur un an, selon les chiffres officiels. Aucun secteur n'est oublié, du football au cinéma, des technologies high-tech au tourisme -- et jusqu'à l'application de rencontres gay Grindr! --, avec des montants parfois vertigineux.

Début 2016, le géant étatique ChemChina avait annoncé le rachat de l'agrochimiste suisse Syngenta pour 43 milliards de dollars.

Le conglomérat Wanda a mis la main sur le studio hollywoodien Legendary pour 3,5 milliards de dollars. L'assureur Anbang avait annoncé vouloir débourser 6,5 milliards de dollars pour s'emparer d'une chaîne d'hôtels de luxe.

Désormais, Pékin cherche à rationaliser ces opérations.
Les firmes chinoises ont investi le mois dernier dans près de 1.000 entreprises étrangères en attachant "une importance particulière à l'économie réelle et aux industries nouvelles", a expliqué Sun Jiwen, porte-parole du ministère.

Plus de 37% de ces investissements chinois à l'international en janvier ont d'ailleurs concerné l'industrie manufacturière, contre moins de 14% un an auparavant.

afp/rp


Edité le 16-02-2017 à 14:39:38 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 19-02-2017 à 11:36:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine : « la dette s'affole », l’Afrique doit-elle s’inquiéter?


17 Fév 2017 Vitraulle Mboungou
Afrique expansion

« Dette galopante, croissance dopée aux dépenses publiques, bulle immobilière, les risques s'amoncellent en Chine, incitant Pékin à resserrer en douceur sa politique monétaire » , écrit l’AFP.

La dette chinoise (publique et privée) dépassait fin 2016, 270% du PIB du pays. Ainsi, même si la deuxième économie mondiale s'est maintenue l'an dernier, avec une croissance de 6,7%, dans la fourchette fixée par le régime, l’on assiste à « un gonflement toujours accru de l'endettement » , s'inquiète Andrew Fennell de l'agence de notation Fitch, auprès de l’Agence française de presse.

« L'expansion des dépenses publiques » , via des chantiers d'infrastructures et les groupes d'État, « n'est pas tenable » , poursuit-il, pointant de « graves dangers de déstabilisation » . D’où probablement, la décision récente des autorités chinoises, de restreindre les investissements des entreprises publiques à l’étranger, sauf en Afrique qui serait épargnée.

La Chine qui a vu ses investissements à l'étranger progresser de 44% en 2016 selon les statistiques officielles avait déjà annoncé, en décembre dernier, vouloir mettre fin à certains investissements jugés irrationnels ou inutiles dans des domaines comme le sport ou le divertissement.

La décision de la Chine inquiète évidemment les marchés financiers car ses investissements ont beaucoup contribué à la reprise de la croissance dans certains pays développés. En effet, les nombreuse acquisitions de Pékin, souvent pour des montants faramineux, ont permis ces dernières années, la survie de certaines économies, notamment lorsqu'elles interviennent dans des secteurs à la croissance assez morose comme le cinéma, le sport ou le tourisme, fortement impactés par les répercussions de la dernière crise financière.

Comme nous le soulignons plus haut, l’Afrique ne subira pas les conséquences de cette volonté de la Chine de réduire ses investissements directs à l'étranger (IDE). Même si les secteurs visés par cette décision concernent beaucoup de nombreux pays africains, la dynamique des investissements chinois ne risquent pas, à court et moyen terme, de se répercuter sur le continent. Et pour cause, ces derniers continuent d'y enregistrer une croissance relativement soutenue.

Ainsi, le porte-parole du ministère chinois du commerce, Sun Jiwen, a annoncé récemment, une hausse des IDE de l’ordre de 31% sur les dix premiers mois de 2016 comparé à 2015. Par ailleurs, lors du 6e Forum sur la Coopération sino-africaine (FOCAC) de Johannesburg en Afrique du Sud, le président chinois, Xi Jinping, a promis d'injecter 60 milliards de dollars en Afrique entre 2016 et 2018 sous forme d'investissements, de prêts et de dons.

De quoi conforter le continent qui se trouve ainsi à l'abri des nouvelles velléités de Pékin qui, selon les analystes financiers, cherche avant tout, à endiguer la fuite des capitaux dont souffre l'économie chinoise et qui se traduit par une forte dépréciation du yuan.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 13-03-2017 à 15:13:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Gros revers pour l'homme le plus riche de Chine

13 mars 2017 07:56

http://www.lecho.be/entreprises/media-marketing/Gros-revers-pour-l-homme-le-plus-riche-de-Chine/9872053?ckc=1&ts=1489414088

Wang Jianlin voulait que son groupe, Wanda, achète les Golden Globes. Il avait offert 1 milliard de dollars. Mais l'opération ne peut pas être bouclée, à cause des restrictions imposées par la Chine sur les investissements étrangers.

Le conglomérat chinois Wanda avait annoncé le rachat de la société productrice des Golden Globes pour 1 milliard de dollars. Mais au final, il n'est pas en mesure de finaliser l'opération, qui est donc caduque, a indiqué la partie américaine. Le problème? Les restrictions accrues de Pékin sur les investissements étrangers.
Cet échec est un revers cuisant pour l'homme le plus riche de Chine, Wang Jianlin, et pour son groupe Wanda: après avoir multiplié les acquisitions tous azimuts à l'étranger, Wanda avait annoncé en novembre qu'il rachetait la firme américaine Dick Clark Productions (DCP) pour l'équivalent de 900 millions d'euros.
• C'était un coup d'éclat pour le mastodonte chinois de l'immobilier et du divertissement: DCP est le producteur des Golden Globes, prestigieuses récompenses du cinéma américain, et il est impliqué dans des cérémonies en vue comme les American Music Awards ou Miss America.
Mais depuis cette annonce en grande pompe, la transaction patinait. Et Eldridge Industries, le fonds d'investissement qui possède Dick Clark Production, a finalement dévoilé au cours du week-end que l'opération était tombée à l'eau.
La filiale concernée "a résilié son accord avec Wanda Group pour lui vendre Dick Clark Productions", "une semaine après que Wanda eut été dans l'incapacité d'honorer ses obligations contractuelles", a indiqué le fonds.
• Les raisons de l'échec
Une responsable de la communication de Wanda a expliqué à l'AFP que "le groupe n'avait aucun commentaire" sur l'opération avortée.
D'après l'agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, la transaction était au point mort depuis plus d'un mois en raison des restrictions imposées par Pékin sur les sorties d'argent hors du pays et les investissements jugés "irrationnels".
L'incapacité de Wang à s'emparer des Golden Globes "montre que même l'un des conglomérats chinois les plus vastes et les mieux connectés (à l'élite du Parti communiste) est touché par ce durcissement" , a commenté la revue spécialisée The Hollywood Reporter (propriété d'Eldridge Industries).
Wang Jianlin avait déjà acheté en 2012 la chaîne américaine de cinémas AMC, et Wanda avait mis la main en 2016 sur le studio Legendary, producteur de "Jurassic World" et de la trilogie "Batman", pour 3,5 milliards de dollars. Mais là, ils doivent mettre en veilleuse leurs autres rêves hollywoodiens.
Eldridge va poursuivre Wanda aux Etats-Unis pour le contraindre à verser les indemnités prévues en cas de rupture de la transaction, a-t-il ajouté dans son communiqué.


Edité le 13-03-2017 à 15:14:25 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 27-05-2017 à 23:09:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine : Une nouvelle réglementation sur les transferts


Auteur: Media365 26 mai 2017 sur starafrica orange football club

La Fédération chinoise a édicté de nouveaux règlements sur les transferts afin de favoriser le développement des jeunes joueurs locaux.

Dans sa volonté de favoriser l’émergence de joueurs locaux, la Fédération chinoise a décidé d’adopter une nouvelle réglementation en matière de transferts. Les instances du football chinois craignent de rapidement voir leur championnat devenir un repère de joueurs étrangers sans que de nouveaux talents aient la place d’émerger. Les clubs déficitaires pourront toujours faire leur marché à l’étranger, mais ils devront désormais investir le même montant dans un fonds destiné au développement des jeunes joueurs locaux. A partir de la saison 2018, tous les clubs auront également pour obligation d’aligner à chaque rencontre autant de joueurs étrangers que de footballeurs chinois U23.

Des sommes astronomiques investies

En quelques mois, la Chine est rapidement devenue le nouvel eldorado du football mondial, avec pas moins de 338 millions d’euros dépensés rien que lors du dernier mercato d’hiver. Des sommes importantes ont été investies pour faire venir des joueurs de premier plan, comme Ezequiel Lavezzi, Carlos Tevez, Oscar, ou encore Axel Witsel. Pour cet été, les noms de Diego Costa (Chelsea), Wayne Rooney (Manchester United) ou encore Pierre-Emerick Aubameyang circulent pour rejoindre la Super League.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
8967 messages postés
   Posté le 09-07-2017 à 18:29:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LA CHINE FERME LES VANNES


Depuis fin mai, tout club de Chinese Super League qui veut casser sa tirelire sur une star étrangère doit provisionner une somme équivalente pour un fonds de développement du football chinois. Autant dire que Pékin a tapé du poing sur la table et sifflé la fin de l'orgie de transferts. Triste pour les vendeurs européens, positifs pour les joueurs chinois ?

PROPOS RECUEILLIS PAR NICOLAS JUCHA DIMANCHE 9 JUILLET
so fooot

Fin mai 2017, fin de journée, la Chinese Football Association annonce une nouvelle règle avec prise d'effet immédiat : désormais, chaque indemnité de transfert payée à un club étranger par un club chinois des deux premières divisions est soumis à une majoration. Si la somme est en dessous de six millions d'euros, elle doit donner lieu à un investissement de valeur égale dans le centre de formation par le club acquéreur. Au-delà des six millions, un montant similaire à l'indemnité consentie doit être versé par le club chinois.
Où ? Dans un fonds d'État pour le développement du football chinois (Chinese Football Development Fund). Officiellement, un provisionnement pour développer le football local. Officieusement, un trou noir vu qu'aucune transparence sur l'utilisation de ces sommes n'est à prévoir.
Pour simplifier : si, aujourd'hui, Tianjian Quanjian veut s'offrir Pierre-Emerick Aubameyang à 70 millions d'euros, il lui en coûtera le double. De là à y voir les raisons du transfert avorté d'Anthony Modeste et un calme plat total sur le mercato de mi-saison chinois, il n'y a qu'un pas. Quelques mois plus tôt, déjà, les autorités du football chinois avaient réduit - au grand dam d'André Villas-Boas - le nombre de joueurs étrangers autorisés sur les terrains de quatre à trois, quand bien même les écuries de CSL avaient bouclé leurs marchés. Un resserrage qui fait dire à beaucoup, comme le docteur Jon Sullivan, directeur du China Policy Institute de l'université de Nottingham, que "les gros transferts très chers vers la Chine, c'est terminé pour le moment" . Coup d'arrêt ? Plutôt un recadrage.

Sur ordre du président chinois ?

Pour les observateurs avisés du football chinois comme Mark Dreyer, "la CFA n'a été qu'un messager sur cette affaire, les ordres émanent a priori du Conseil d'État chinois" . L'ancien correspondant de Sky Sports et aujourd'hui éditeur du China Sports Insider, basé en Chine depuis dix ans, n'imagine "aucune ligue s'imposer des règles aussi drastiques aussi tardivement dans une saison" . Peut-être l'ordre est-il venu de la vice-Premier ministre chinoise, Liu Yandong, selon Jon Sullivan.
Vue en juin aux côtés de Gianni Infantino, le président de la FIFA, "elle supervise les travaux des différentes institutions et ministères concernés par l'essor du football en Chine. Membre du Polit Buro chinois, elle fait le lien entre le président Xi Jinping et la Fédération."
Et si le numéro un chinois, grand fan de football, a décidé de resserrer la vis, cela signifie que les récentes évolutions de la Chinese Super League n'ont pas correspondu à ses attentes. "Les autorités chinoises veulent développer le football depuis les années 1950. Et l'objectif a toujours été d'avoir une équipe nationale forte pour faire la fierté du pays" , soutient l'universitaire britannique. C'est seulement autour de cette "ambition ultime", comme la qualifie Mark Dreyer, que "d'autres ambitions secondaires se sont greffées, analyse Sullivan. Ils veulent être influents dans les instances dirigeantes, ils veulent acquérir des actifs stratégiques à l'étranger, et avoir une Chinese Super League forte comme symbole des produits de divertissement modernes à l'intention des classes moyennes modernes."
Dans cette optique, Pékin a fait appel aux investisseurs privés, et a, sans forcément l'anticiper, ouvert la boîte de Pandore.

Prévention contre les fuites de capitaux ?

"Les investisseurs privés ont parfois leurs propres ambitions. Dans le cas des transferts et salaires, ils sont allés trop loin. Ces sommes versées à des stars étrangères deviennent sources de critiques de la part des fans de football quand ces joueurs ne s'impliquent pas assez ou ne sont pas performants."

Aujourd'hui, les autorités chinoises cherchent donc à rétablir l'équilibre entre leurs objectifs prioritaires et les efforts consentis. "C'est un fait que trop peu de jeunes joueurs chinois obtenaient du temps de jeu conséquent en équipe première" , rappelle Dreyer, pour qui la nouvelle règle "est donc clairement faite pour favoriser les U23. Cela devrait donc améliorer le niveau du football chinois et de son équipe nationale."
Un retour au cahier des charges originel, ainsi qu'un moyen d'éviter les dommages collatéraux. Dr Sullivan : "Ces lourdes dépenses dans le football ne donnent pas une image positive, or, dans un contexte social tendu, les manifestations des plus défavorisés tournent facilement en contestation contre le gouvernement, et Pékin y est sensible. Calmer ce marché des transferts est donc une affaire d'image, en même temps qu'une mesure prudente de prévention contre le blanchiment d'argent ou l'évasion de capitaux que ces dépenses peuvent favoriser."
Un fléau contre lequel Pékin lutte dans tous les secteurs d'activités, "il n'y a donc rien de surprenant à ce que les régulateurs voient d'un mauvais œil le sport devenir vecteur de fuites de capitaux" , souligne Dreyer.

L'essor du football chinois ?

Pour le moment, la mesure adoptée fin mai doit rester en vigueur jusqu'à la fin de saison, avant d'être, peut-être, prolongée ou assouplie. Si elle venait à devenir la norme, son impact sur la Chinese Super League serait considérable selon le Dr Sullivan : "Les clubs déjà bien structurés, comme Shanghai SIPG ou Guangzhou Evergrande, seront favorisés, tandis qu'un nouvel ambitieux comme Tianjin Quanjian ne pourrait pas rattraper le retard. Ce qui n'est pas une bonne chose pour le championnat à long terme."
Même si l'universitaire ne voit pas Pékin restreindre indéfiniment ses clubs. En attendant, les agents de joueurs et clubs européens ne pourront plus compter sur des offres faramineuses et inespérées, quand les footballeurs chinois peuvent avoir là une opportunité à saisir : en parallèle de la majoration des indemnités de transferts depuis l'étranger, les clubs du championnat chinois seront contraints d'aligner à chaque match autant de U23 chinois que de joueurs étrangers. Autant dire qu'ils vont gagner du temps de jeu, mais aussi en valeur marchande. Suffisant pour faire de la Chine une puissance mondiale d'ici 2050 ?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  transferts faramineuxNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum