Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 Au sujet du révisionnisme

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2147 messages postés
   Posté le 30-06-2006 à 15:23:33   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Pour illustrer la question du révisionnisme (ancien ou moderne), voici un lien vers une brochure interne du PCRml (servant pour la formation) publiée en 1979.
http://membres.lycos.fr/edipro/Dochml/presse/brochures/PCRml/lerevisionnisme/lerevisionnisme.htm

Il est intéressant de voir comment l'histoire et la lutte contre le révisionnisme (ancien et moderne) était abordé dans ces différents aspects.
Au sommaire :

I LA PREMIÈRE MANIFESTATION HISTORIQUE DU RÉVISIONNISME
II L'APPARITION DU RÉVISIONNISME MODERNE APRÈS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE
- ÉLÉMENTS SUR L'HISTOIRE DU PCF ET LES SOURCES DU RÉVISIONNISME MODERNE EN FRANCE.
-LA SCISSION DU RÉVISIONNISME MODERNE AU SEIN DU MOUVEMENT COMMUNISTE INTERNATIONAL
III LE PROJET DU PCF
IV LA CRISE DU PCF
ANNEXE: THOREZ DÉCLARATION A "THE TIMES" 1946 (extraits)

Le texte complet de cette brochure est dispo sur le site des EP. Mais voici quelques extraits notamment concernant :
-L'APPARITION DU RÉVISIONNISME MODERNE APRÈS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE
- ÉLÉMENTS SUR L'HISTOIRE DU PCF ET LES SOURCES DU RÉVISIONNISME MODERNE EN FRANCE.
-LA SCISSION DU RÉVISIONNISME MODERNE AU SEIN DU MOUVEMENT COMMUNISTE INTERNATIONAL

« L'apparition du révisionnisme moderne
après la deuxième guerre mondiale

..... Le courant révisionniste, prédominant dans les partis ouvriers sociaux démocrates avant la guerre, s'est dans une large mesure déconsidéré: il a soutenu sa propre bourgeoisie dans sa guerre de rapine, il a trahi tous ses engagements de luttes contre la guerre, il se refuse en général à soutenir la révolution soviétique, quand il ne la dénigre pas, il participe directement au gouvernement et à la répression sanglante des mouvements révolutionnaires (en Allemagne, après la fin de la guerre). De la sorte il se coupe nettement de la volonté de lutte, des aspirations à la Révolution et du mouvement de solidarité avec les Soviets qui se manifestent, au sortir de la guerre, dans de larges franges de la classe ouvrière.
..... Il divise le mouvement ouvrier en se regroupant pour l'essentiel dans une IIè Internationale maintenue les partis qui font ainsi scission (en France la SFIO de Blum) et à qui sera désormais réservé le nom de social-démocratie, vont abandonner plus ou moins rapidement leurs références marxistes et pratiquer plus ouvertement, en général, une politique réformiste et de collaboration de classe.
Les partis communistes qui se forment alors dans les différents pays marquent une victoire sur le révisionnisme. Ils adoptent, au moins en principe, clairement l'objectif de la révolution prolétarienne, de la dictature du prolétariat; ils combattent dans une large mesure le chauvinisme, le colonialisme et développent la solidarité avec les peuples et nations opprimés; ils s'efforcent d'appliquer le centralisme démocratique pour assurer la cohésion et renforcer la capacité offensive du Parti; ils donnent le plus souvent une orientation combative aux organisations de masse où ils s'investissent ou bien qu'ils créent; ils organisent une solidarité de classe active avec le premier Etat socialiste, contre les attaques de l'impérialisme et de la réaction.
..... Ces partis réunis dans la IIIè Internationale Communiste (fondée en 1919 et dissoute en 1943) ont, sur ces bases, incarné nettement la volonté révolutionnaire du prolétariat, dirigé et impulsé notamment sa lutte contre le fascisme y compris sa lutte armée dans le cours de la guerre antifasciste.
..... L'apparition du révisionnisme moderne, après le seconde guerre mondiale, se situe donc sur un terrain bien différent de celle du révisionnisme de la IIè Internationale:
..... -d'une part, il provient du processus de dégénérescence de partis qui, comme le PCF, avaient effectivement regroupé dans leurs rangs l'essentiel des ouvriers révolutionnaires, s'étaient efforcés de se transformer en partis communistes léninistes, avaient mené des actions de masse justes et organisé la lutte de résistance contre le nazisme.
..... -d'autre part, étant donné les liens étroits entre ces partis et le rôle très important d'exemple joué par l'Union Soviétique, la dégénérescence propre du PCUS dans les années 50, sa transformation en parti révisionniste pèse lourd pour rendre irréversible la dégénérescence des autres partis. Le révisionnisme moderne qui, en 1963, provoque la scission au sein du mouvement communiste internationale se trouve ainsi avoir une sorte de centre :
le PCUS, en dégénérant en parti révisionniste, en restaurant le capitalisme en URSS, se trouve ainsi à la tête d'un Etat puissant.
..... ..... Nous examinerons plus en détail :
..... -d'une part quelques éléments qui permettent d'éclairer le processus de dégénérescence du PCF en parti révisionniste
..... -d'autre part, les bases politiques sur lesquelles les révisionnistes modernes, avec le PCUS pour chef de file provoquent la scission du mouvement communiste international en 1963.

ÉLÉMENTS SUR L'HISTOIRE DU PCF ET LES SOURCES DU RÉVISIONNISME MODERNE EN FRANCE
..... La transformation du PCF en parti bourgeois, révisionniste à la fin, des années 50 est le résultat d'une évolution historique.
Elle s'opère dans un parti qui.. dès 1944-1945, s'est donné une ligne de caractère révisionniste et qui, antérieurement, ne s'était point montré capable, quoique menant un certain nombre d'actions révolutionnaires, de s'édifier en véritable parti communiste.
- LES CONDITIONS DE CRÉATION DU PCF
..... ..... Le PCF est né, en décembre 1920 au congrès de Tours, de la rupture avec le réformisme et le social-chauvinisme qui avait conduit l'ancien Parti Socialiste à collaborer ouvertement à l'effort de guerre de la bourgeoisie impérialiste française. Le Parti Socialiste français était assurément un des membres les plus dégénérés de la IIè Internationale.
..... Aussi, lorsqu'on examine le processus de différenciation qui se produira, à partir de 1915, au sein du Parti Socialiste (et de la CGT}, on ne peut perdre de vue ces deux caractéristiques essentielles du mouvement ouvrier d'avant-guerre :
..... -La domination sur une période relativement longue du réformisme (et de l'anarcho-syndicalisme).
..... -Le passage à la bourgeoisie de tous les "chefs" socialistes (et nombre de ceux de la CGT).
..... Elles contribueront de faire du PCF à sa naissance quelque chose de bien différent non seulement du Parti Bolchevik (car ce dernier s'est formé, depuis la fin du XIXe siècle par une lutte intransigeante, animée par Lénine, contre toutes les déformations du marxisme et pour le développement créateur, c'est-à-dire révolutionnaire du marxisme), mais aussi par exemple du Mouvement Révolutionnaire Allemand. En Allemagne, si la social-démocratie, elle aussi, avait complètement dégénéré en tant que telle, elle avait en son sein des dirigeants comme Bebel, Liebknecht, Rosa Luxembourg qui avaient mené la lutte pour le maintien de la voie révolutionnaire contre le réformisme et qui, dès le premier jour du déclenchement de la guerre impérialiste, avaient appelé le prolétariat à transformer la guerre impérialiste en guerre civile révolutionnaire.
..... Le ralliement de toute la direction du PS (et de la CGT) à l'"union sacrée" désarme complètement le prolétariat.
..... Néanmoins, les premières oppositions à l'intérieur de la CGT puis du PS, commencent à se manifester dès 1915.
..... Cette opposition est animée par des ouvriers ou des militants du rang. D'abord nécessairement inconséquente, de caractère pacifiste, elle évolue vers des positions plus révolutionnaires. En 1919, avec le "Comité pour l'Adhésion à la IIIè Internationale" elle contribue largement à regrouper au sein du Parti Socialiste et de la CGT les éléments révolutionnaires.
..... Mais elle manque d'expérience et d'unification au sein des dirigeants et est confrontée à un large courant centriste, majoritaire dès 1918, au sein du PS dont les dirigeants n'acceptent que contraints et forcés de quitter la IIè Internationale (début 1920).
..... Après avoir recommandé une attitude très ferme, à l'égard des centristes, l'Internationale sembla envisager en 1920 une ligne de démarcation plus large à l'intérieur même du courant centriste. Sans doute parce qu'elle croyait la révolution proche en Europe de l'Ouest et ressentait donc la nécessité de partis communistes suffisamment forts y compris numériquement.
..... Toutefois en fixant 21 conditions pour l'adhésion du PS, la IIIè Internationale délimite un cadre politique déterminé pour le futur parti communiste (propagande pour la dictature du prolétariat, travail anticolonialiste et antimilitariste, soutien à la Révolution d'Octobre, démarcation de classe avec le réformisme et le social-chauvinisme) mais elle prévoit aussi une série de dispositions relatives aux organismes dirigeants; au groupe parlementaire, à la presse etc, en vue d'épurer les éléments sociaux-chauvins.
..... Au Congrès de Tours (décembre 1920), le courant centriste va ainsi se diviser :
-Une partie refusera les conditions d'adhésion, pensant qu'il serait impossible d'infléchir de l'intérieur le nouveau parti communiste. Elle suivra Blum dans la scission.
-Une autre partie du courant centriste acceptera les 21 conditions, avec pour certains des "chefs" socialistes qui animent ce courant l'idée qu'il sera possible, progressivement. d'infléchir la ligne et l'action du futur parti.
..... Le ralliement d'une partie du courant centriste qui gardera d'ailleurs la direction du nouveau parti à ses débuts, est une caractéristique qui jouera un rôle important dans l'évolution du parti.

...-LES PREMIÈRES ANNÉES DU PCF ET LA DIFFICULTÉ A S'ÉDIFIER EN VÉRITABLE PARTI COMMUNISTE
..... Compte-tenu des circonstances qui ont marqué sa formation, les caractéristiques du PCF dans ses premières années sont contradictoires :
..... -D'une part, après avoir éliminé dans les années 22-23 une série d'éléments arrivistes, sociaux-démocrates, pacifistes, etc. il tente, sous l'impulsion de la IIIe Internationale de s'affirmer comme Parti Révolutionnaire de la classe ouvrière, reflétant et représentant un certain nombre d'aspirations révolutionnaires des masses.
..... Il est indéniable que le PCF regroupe tous les travailleurs qui veulent faire la révolution, qui veulent suivre la voie ouverte par les bolcheviks russes. Le PCF draine à lui les meilleurs éléments de l'ancien courant anarcho-syndicaliste, tels que, par exemple, Gaston Monmousseau. Il mène toute une série d'actions et de campagnes politiques qui tranchent aussi avec l'ancienne politique social-démocrate réformiste et chauvine: mobilisation, en rapport avec le Parti Communiste Allemand, contre l'occupation de la Ruhr; mobilisation contre la guerre du Rif; campagne contre le "bloc de gauche" de 24 etc.
..... Il cherche à modifier ses structures héritées de la vieille social-démocratie pour mener un travail révolutionnaire dans les entreprises.
-Mais l'action révolutionnaire du PCF se heurte à une double limite :
--->>Toutes les actions engagées, pour positives qu'elles soient, ne s'accompagnent pas d'une unification en profondeur sur le plan idéologique et politique. Certes, certaines questions (la liaison parti-syndicat, le travail anti-militariste, l'attitude vis-à-vis du colonialisme...) sont abordées au fur et à mesure des campagnes à engager. Mais elles le sont d'une manière rapide et souvent superficielle. Un bilan d'ensemble du mouvement ouvrier avant 14, des différentes manifestations du réformisme et de l'anarcho-syndicalisme n'est pas réellement entrepris.
..... Il n'apparaît d'ailleurs pas utile et ne se pose pas comme tâche aux dirigeants du PCF : la rupture organisationnelle avec les réformistes avérés et la possibilité de faire jouer les lois de la discipline à l'égard des directives de la IIIe Internationale semblent prémunir le PCF d'une résurgence des vieilles tares et garantir son maintien dans le droit chemin.
..... De ce fait, les acquis politiques restent limités. Malgré des victoires partielles de la voie juste, les tendances réformistes et anarcho-syndicalistes sont toujours présentes et toujours prêtes à ressurgir dans des conditions propices.
--->> Elles le sont d'autant plus que ces actions révolutionnaires ne sont pas intégrées à une ligne politique construite, consciente, qui réalise la fusion du marxisme-léninisme et de la réalité concrète de la Révolution en France. Ce qui est significatif pour le PCF de cette période, c'est que cette tâche n'ait pas véritablement entreprise, et qu'il n'y a pas de réflexion véritablement propre et autonome du PCF sur les conditions et les chemins de la Révolution en France.
..... Il faut à ce propos se rappeler le fonctionnement de l'Internationale d'alors :
..... La IIIe Internationale était constituée comme un grand parti mondial, avec des sections dans les différents pays, sections qui devaient appliquer impérativement les directives du Comité Exécutif de l'Internationale.
..... Ce qu'a essayé de faire le PCF, c'est seulement d'appliquer autant que possible ces directives sans tenter véritablement de se livrer par lui-même à une analyse marxiste de la réalité française, de construire par sa propre réflexion un point de vue sur cette réalité.
..... Une telle approche du marxisme-léninisme a eu des conséquences directes qui ont affecté la vie du PCF dans ses premières années :
..... En l'absence d'une ligne construite et consciente, le PCF n'a cessé d'osciller d'erreurs de droite en erreurs de "gauche", de concessions opportunistes en tentatives aventuristes, chaque fois marquées, lorsqu'elles prenaient une trop grande extension, par des rappels à l'ordre de l'Internationale. D'autre part, la vie politique interne, de même que les rapports du parti avec les masses a toujours été marquée par un assez grand sectarisme.
..... On peut tirer de l'expérience des premières années du PCF que si ce parti était incontestablement un parti révolutionnaire, le parti révolutionnaire, il n'a pas su s'édifier en véritable parti communiste, noyau dirigeant de la cause du prolétariat.

... -DE L'OPPORTUNISME A UNE LIGNE RÉVISIONNISTE DÉS LA LIBÉRATION
..... De ce que nous venons da voir, il s'ensuit naturellement une grande sensibilité, une grande perméabilité au réformisme; c'est-à-dire à la voie de la facilité.
..... Dès 1936, confronté à un mouvement de masse d'une large ampleur. il cède à l'opportunisme et au réformisme.
..... Mais c'est au lendemain de la guerre, à la libération que le PCF franchit un pas extrêmement important dans la dégénérescence en se donnant une ligne franchement révisionniste sous l'impulsion de Thorez.
..... Au lendemain de la guerre, la bourgeoisie qui a collaboré en grande partie avec l'occupant nazi est largement discréditée et affaiblie, politiquement, mais aussi économiquement. Elle ne dispose plus d'un appareil d'État solide, tandis qu'une partie des masses populaires -dont une bonne partie sous la direction du PCF- se trouve armée. De plus, son appareil productif est largement endommagé et son empire colonial menacé par les luttes de libération en Indochine, à Madagascar, au Maghreb. etc.
..... Dans cette situation que fallait-il faire ?
..... Passer de la résistance à l'occupant étranger à la lutte pour le socialisme, ou alors aider à la restructuration d'une France soi-disant "républicaine", c'est-à-dire capitaliste ?
..... Devant ce choix, c'est la ligne révisionniste qui s'est imposée à la direction du PCF. Capitulant devant la bourgeoisie et ses différentes forces politiques de même que devant les risques d'une intervention étrangère en cas de transformation révolutionnaire, socialiste, Thorez et la direction du PCF imposèrent leur point de vue réformiste parlementaire: aidons à "reconstruire" la France, le peuple tranchera ensuite dans le cadre des institutions qu'il se sera lui-même données: une "constitution démocratique", un parlement "représentatif de la volonté populaire", et pourra passer progressivement. s'il le désire, au socialisme. Consciente du fait qu'elle ne pourrait préserver son pouvoir et éviter la révolution qu'avec l'appui des dirigeants du PCF, la bourgeoisie leur avait concédé plusieurs postes au ministère.
..... ...La ligne et la pratique des dirigeants révisionnistes à ce moment sont connues :
. Désarmement des FTP et des milices patriotiques et ordre de s'intégrer à l'armée et à la police "régulières" placées en fait sous la direction de l'état-major et des officiers gaullistes.
. Liquidation des comités de libération qui avaient pris en mains dans certaines localités les tâches d'administration, de justice, d'épuration des collabos, etc. et ordre de se plier en tout aux administrations "régulières" désignées par le pouvoir gaulliste.
. Incitation à la "bataille pour la production".
. Défense de la prétendue Union française et participation à la répression des peuples coloniaux.
..... Dans son interview au "Times", Thorez systématisa cette ligne révisionniste en prêchant ouvertement le passage pacifique et parlementaire au socialisme.
..... L'épisode de la libération et des premières années de l'après-guerre sont une des meilleures confirmations de cette appréciation de Lénine sur le révisionnisme :
..... "La pratique a démontré que ceux qui sont actifs dans le mouvement ouvrier et qui adhèrent au courant opportuniste sont les meilleurs défenseurs de la bourgeoisie que la bourgeoisie elle-même. Sans leur direction sur les ouvriers, la bourgeoisie n'aurait pu rester au pouvoir".
..... Sans la collaboration active des dirigeants révisionnistes, jamais la bourgeoisie n'aurait pu conserver aussi facilement son pouvoir .
..... A partir du moment où une ligne révisionniste a prédominé au sein de la direction du PCF, le Parti commença de subir d'importantes transformations dans sa composition, sa physionomie; des travailleurs le quittent (ou s'en trouvent exclus), notamment après la libération et lors de la guerre d'Algérie. Dans le même temps y affluent une masse d'éléments d'origine petite-bourgeoise (instituteurs, fonctionnaires d'abord) qui y accaparent souvent les postes responsables. Ceci dans la vague de l'après guerre.
..... Ensuite de plus en plus, des professeurs, techniciens, ingénieurs, membres de professions libérales.
..... L'existence d'une ligne révisionniste clairement affirmée de même que le changement déjà significatif de sa base de classe ne signifiait pas pour autant que la lutte entre les deux voies y ait été alors définitivement tranchée au profit de la voie bourgeoise.
..... Ce n'est qu'avec la scission opérée par les révisionnistes khroutchéviens en 1963 au sein du Mouvement Communiste International que disparaît toute possibilité de combattre de l'intérieur, pour la détruire, la ligne révisionniste du PCF.
..... C'est alors que se constituent dans notre pays les premières forces marxistes-léninistes.

LA SCISSION DU REVISIONNISME MODERNE
AU SEIN DU MOUVEMENT COMMUNISTE INTERNATIONAL.

..... Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l'URSS n'était plus le seul pays socialiste. En se libérant de l'occupant nazi, avec l'aide de l'Armée soviétique souvent, des peuples des pays de l'Est avaient instauré des démocraties populaires. La République Populaire de Chine est proclamée en 1949. Dans la mesure où les partis qui jouent un rôle dirigeant dans ces pays parviennent à une unité politique de vue suffisante, ils constituent alors un vaste camp socialiste.
..... Les partis communistes, partis au pouvoir ou non, manifestent alors leur appartenance au Mouvement Communiste International en participant à des Conférences qui les réunissent (1957.1960). La IIIè Internationale avait été dissoute en effet en 1943.
..... C'est dans le cadre de ces conférences et de leur préparation, où il, s'agissait donc de définir la ligne générale du M.C.I., que le PCUS a avancé ses thèses révisionnistes modernes et s'est fait le chef de file de la scission, consommée en 1963, entrainant dans son sillage la plupart des partis au pouvoir dans les pays de l'Est, et de nombreux autres partis (dont le PCF).
**
..... Quelles étaient alors les principales thèses du révisionnisme moderne, que Khroutchev entendait imposer comme ligne générale du MCI ?

...1) "LA CONTRADICTION ENTRE LE CAPITALISME ET LE SOCIALISME EST LA CONTRADICTION ESSENTIELLE DE NOTRE EPOQUE".
..... "Le système socialiste exerce une influence grandissante sur le développement mondial; Tout le processus révolutionnaire mondial se déroule à présent sous l'action directe de la grande force que constitue l'exemple de la nouvelle vie dans les pays du socialisme".
..... "A mesure que l'économie de la communauté socialiste progresse, on verra se manifester de plus en plus nettement les avantages du socialisme et la possibilité pour les travailleurs d'obtenir plus de biens matériels et spirituels que sous le capitalisme. L'élévation du niveau de vie des peuples est une grande force qui attire la classe ouvrière de tous les pays. "
..... "Plus le développement des forces productives des pays socialistes sera rapide, plus leur potentiel économique s'élèvera et plus forte sera l'influence de la communauté socialiste sur les cadences et l'orientation de tout le développement historique".

.. "LES FUSÉES NUCLÈAIRES, MISES AU POINT AU MILIEU DE NOTRE SIÈCLE, ONT CHANGÉ L'IDÉE QU'ON SE FAISAIT DE LA GUERRE."
..... "Bien sûr personne ne peut garantir que les impérialistes n'essayeront pas de déclencher une guerre mondiale. Mais la situation de l'agresseur dans les conditions actuelles diffère radicalement de celle dans laquelle il se trouvait avant la deuxième guerre mondiale. La guerre thermonucléaire n'offre une telle perspective (de déclencher à nouveau une agression) à aucun agresseur et les impérialistes ne peuvent pas ne pas en tenir compte. La peur de la riposte la peur des représailles les empêche de déclencher une guerre mondiale."
..... " Tant que le désarmement ne sera pas réalisé, la communauté socialiste doit toujours avoir la supériorité sur les impérialistes en ce qui concerne les forces armées."
..... "L'Union soviétique développe au maximum son économie et sur cette base perfectionne sa défense, augmente sa puissance militaire, tient ses forces armées toujours prêtes au combat."
..... "Prévenir la guerre thermonucléaire, c'est sauver la classe ouvrière, les peuples de pays et même de continents entiers de la mort."
**
Ces deux points clefs de l'argumentation révisionniste moderne prétendaient prendre en compte, de façon marxiste, deux données nouvellement apparues: l'extension du camp socialiste et, selon le PCUS le rapide développement économique de l'URSS à prévoir; l'arme thermonucléaire, possédée par les USA et par l'URSS.
Il en découlait:
..... -La ligne de"COEXISTENCE PACIFIQUE" entre pays à systèmes sociaux différents, entendue en fait comme la collaboration plutôt que la confrontation avec l'impérialisme américain, ennemi no1 des peuples en cette période.
..... -La "COMPÉTITION PACIFIQUE": la tâche des pays socialiste, dans le cadre de cette coexistence pacifique, était de développer rapidement leurs forces productives, de façon à montrer sans conteste la supériorité du système socialiste. Kroutchev proclamait alors que l'URSS rattraperait dans un délai rapproché le niveau de vie des USA et que le communisme était en vue.
..... -le "PASSAGE PACIFIQUE": "La tâche de la classe ouvrière et des partis communistes consiste à utiliser au maximum les possibilités qui existent actuellement d'emprunter une voie pacifique de la révolution socialiste sans recourir à la guerre civile."
..... Les possibilités nouvelles venant notamment du poids du camp socialiste, de la coexistence pacifique, du prestige acquis dans la compétition pacifique etc....
..... Ainsi la nouvelle bourgeoisie soviétique qui s'était emparée du parti et de l'état et qui restaurait le capitalisme en URSS entendait alors désarmer le mouvement communiste et ouvrier, en imposant une vision du monde qui estompait systématiquement les contradictions de classe, puisque leur solution dépendait de, et n'avait, en quelque sorte qu'à attendre les résultats de la compétition pacifique entre capitalisme et socialisme.
..... En même temps, en brandissant l'épouvantail de la guerre nucléaire, les révisionnistes modernes prétendaient contenir le développement de ces contradictions: pas de révolution violente mais plutôt le passage pacifique au socialisme, pas de guerre populaire de libération nationale mais plutôt "préparer les conditions pour la formation d'un Etat de démocratie nationale et la passage à la voie de développement non capitaliste. "
..... Ces thèses révisionnistes modernes ont pour particularité, dès cette période, de servir directement les intérêts à terme de la nouvelle bourgeoisie soviétique qui se constitue.
..... L'exigence du "renforcement de la communauté socialiste", de la "compétition (économique) pacifique" justifie par avance"la division internationale du travail,", l'intégration des économies des démocraties populaires et leur subordination au potentiel technologique et économique de l'URSS.
..... De même la mise en avant du risque de catastrophe nucléaire vise à instituer l'URSS détentrice face aux USA de l'arme nucléaire, comme la seule véritable protection militaire contre l'impérialisme américain. L'affaire des fusées de Cuba en est dès ce moment une illustration.
..... Le pacifisme des thèses révisionnistes contient la volonté de se constituer un empire et d'édifier une puissance capable de rivaliser avec l'impérialisme américain.
..... L'autre volet des thèses révisionnistes vise à dissimuler le caractère de la nouvelle domination bourgeoise en URSS, en vidant la dictature du prolétariat de son contenu. C'est la théorie de "l'Etat du peuple tout entier" et du "Parti du peuple tout entier" .
" L'ETAT DU PEUPLE TOUT ENTIER"
"On ne peut nier qu'actuellement la société soviétique est composée de deux classes essentielles: les ouvriers et les paysans, ainsi que les intellectuels, qu'aucune classe de la société soviétique n'occupe une fonction qui lui permettrait d'exploiter les autres classes. Contre qui les camarades chinois proposent-ils de réaliser la dictature, du prolétariat en URSS ?.. Après la victoire complète et définitive du socialisme, la classe ouvrière n'exerce plus son rôle dirigeant par la dictature du prolétariat."
..... ..... De même
"LE PARTI REPRESENTANT TOUT LE PEUPLE" n'aurait plus lieu d'incarner les intérêts historiques du prolétariat.
* *
Le Parti communiste chinois a combattu vigoureusement, sur la base des principes marxistes léninistes, de l'expérience historique et de l'analyse concrète de la situation concrète, les thèses révisionnistes du PCUS, notamment dans la "Réponse du Comité central du PCC" du 14 Juin 1963
(dite "lettre en 25 points").
Il y affirme notamment :
1 - Le monde contemporain est toujours défini par quatre contradictions fondamentales. Il n'y a pas lieu d'admettre uniquement les contradictions entre camp socialiste et camp impérialiste. en négligeant ou sous-estimant les autres.
2 - "C'est dans les vastes régions d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine que convergent les différentes contradictions du monde contemporain, que la domination de l'impérialiste est le plus faible, et elles constituent aujourd'hui la principale zone des tempêtes de la révolution mondiale qui assène des coups directs à l'impérialisme. "
"C'est pourquoi, dans un certain sens, l'ensemble de la cause révolutionnaire du prolétariat international dépend en définitive de l'issue de la lutte révolutionnaire menée par les peuples de ces régions, qui constituent l'écrasante majorité de la population mondiale."
3 - Le parti du prolétariat ne doit en aucun cas baser sa pensée, son orientation révolutionnaire et l'ensemble de son travail sur l'idée que l'impérialisme et la réaction accepteront la transformation pacifique."
4 - "AU cours de la lutte révolutionnaire des nations et peuples opprimés, le parti du prolétariat doit avancer, d'une façon indépendante, un programme combattant jusqu'au bout l'impérialisme et la réaction du pays et luttant pour l'indépendance nationale et la démocratie populaire, ...
...c'est seulement ainsi qu'il pourra poursuivre la révolution nationale et démocratique jusqu'au bout et l'amener sur la voie du socialisme. "
5 - "l'apparition de armes nucléaires n'a pas résolu et ne peut pas résoudre les différentes contradictions fondamentales du monde contemporain, elle n'a pas modifié et ne peut pas modifier la loi de la lutte de classe, elle n'a pas changé et ne peut pas changer la nature de l'impérialisme et de toute la réaction. "
6 - "Dans une longue période historique qui suit la conquête du pouvoir par le prolétariat, l'existence de la lutte de classe demeure une loi objective indépendante"
..... " la dictature du prolétariat continuera inévitablement à exister dans toute la période historique du passage du capitalisme au communisme."
..... "Le parti du prolétariat est le seul qui puisse représenter les intérêts du peuple tout entier."

Finimore


--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2147 messages postés
   Posté le 30-06-2006 à 15:25:43   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Voici un article extrait de la revue Prolétariat n°17 -1978- (le PCF en question).

L'article concerne le révisionnisme il s'intitule:

Qu'est -ce que
le révisionnisme


Dans ce numéro spécial de Prolétariat, les termes de "révisionnistes, révisionnisme moderne" reviennent souvent. Pour en donner une définition suffisamment complète à nos lecteurs, nous publions ci-dessous la résolution du IIIe congrès du Parti communiste marxiste-léniniste de France. Après plusieurs mois de discussion et d'étude, après un débat fructueux et un travail de commission lors du congrès, cette résolution a été adoptée par les délégués. Elle donne sous une forme condensée l'ensemble des caractéristiques du révisionnisme moderne, telles que les marxistes-léninistes les analysent aujourd'hui.

Le révisionnisme est un courant idéologique bourgeois infiltré dans les rangs ouvriers.
"Le révisionnisme ou "révision" du marxisme, est l'une des principales manifestations, sinon la principale, de l'influence bourgeoise sur le prolétariat et de la corruption des prolétaires par la bourgeoisie".
C'est la défmition fournie par Lénine en 1914, qui précise un an plus tard :
"En réalité, l'affiliation formelle des opportunistes aux partis ouvriers ne les empêche nullement d'être -objectivement- un détachement politique de la bourgeoisie, d'être le canal par lequel s'exerce son influence, d'être ses agents au sein du mouvement ouvrier".
C'est l'impérialisme qui produit le révisionnisme. Ainsi l'explique encore Lénine dans " L'impérialisme, stade suprême du capitalisme " :
"L'impérialisme... qui procure des profits de monopole élevés à une poignée de pays très riches, crée la possibilité économique de corrompre les couches supérieures du prolétariat; par là même, il alimente l'opportunisme, lui donne corps et le consolide".
L'impérialisme corrompt une petite partie de la classe ouvrière qui pratique la collaboration de classes: bureaucrates des partis et des syndicats, associés dans les organisations de collaboration de classe et dans la gestion des nationalisations. Cette minorité, c'est l'aristocratie ouvrière qui est le principal soutien social de la bourgeoisie.

*
Le révisionnisme est un phénomène international auquel sont confrontés tous les partis prolétariens. La lutte entre marxisme et révisionnisme n'a jamais cessé en leur sein. Et ceci, depuis la mort de Marx, où les opportunistes n'ont eu de cesse de se " déguiser en marxistes " pour vider la théorie du prolétariat de son contenu révolutionnaire. Lénine mena un combat incessant contre les révisionnistes de son propre parti et contre les sociaux-chauvins de la IIe Internationale qui collaborèrent avec leur propre impérialisme lors de la 1ère guerre mondiale impérialiste.
A la fin des années 50, une clique bourgeoise, sous la conduite de Khrouchtchev, a usurpé le pouvoir en Union soviétique et a transformé le premier Etat socialiste en un Etat capitaliste qui, plus tard, avec l'invasion de la Tchécoslovaquie, a manifesté sa nature social-impérialiste. L'Union soviétique et son parti sont devenus le chef de file du nouveau révisionnisme, du révisionnisme moderne. Une bataille gigantesque a été alors déclenchée par Mao Tsetoung et le PCC contre ses trahisons théoriques et pratiques. Le révisionnisme moderne se distingue du révisionnisme ancien parce qu'il détient le pouvoir dans de nombreux pays anciennement socialistes. Il présente de multiples visages mais son centre de gravité reste toujours le révisionnisme soviétique.

arracher la classe ouvrière au révisionnisme moderne

Au sein du mouvement ouvrier français, marxisme et révisionnisme se sont affrontés en permanence. En 1920, la création du Parti communiste français marque une victoire du marxisme-léninisme. Dans les rangs du Parti se déroule ensuite une intense lutte de lignes. Ce parti qui, pendant de longues années, mena la lutte révolutionnaire classe contre classe, pour le communisme, fut porteur de tout l'espoir des masses populaires. Cependant, depuis 40 années, la ligne opportuniste de Thorez s'est développée et consolidée au sein du PCF, combattue et parfois vaincue par les justes positions prolétariennes. Avec la prise du pouvoir en URSS par le révisionnisme khrouchtchévien, cette ligne opportuniste a dominé dans la direction du Parti et ses représentants y ont pris définitivement le pouvoir. Le PCF est alors devenu irrémédiablement un parti révisionniste, un parti bourgeois.
La bataille contre le révisionnisme moderne s'est notamment menée au niveau mondial contre la négation du rôle révolutionnaire des luttes du tiers-monde et dans le mouvement ouvrier français contre la trahison par le PCF de la lutte de libération nationale du peuple algérien.
C'est dans le cadre de cette bataille contre le révisionnisme moderne à l'échelle internationale et nationale que s'est créé le Parti communiste marxiste-léniniste de France dont un objectif fondamental est d'arracher. la classe ouvrière au révisionnisme moderne.

*
Le PCF est aujourd'hui le principal représentant du révisionnisme moderne dans notre pays.
Sur le plan de la théorie, et entre autres " révisions ", il prône la " voie pacifique au socialisme " et a rejeté la théorie de la dictature du prolétariat. Sur le plan de l'idéologie et de l'organisation, il a provoqué la scission, la division et le désarroi dans les rangs prolétariens. Il répand activement dans la classe ouvrière, le chauvinisme. Il tente ainsi d'opposer les travailleurs de notre pays aux peuples et pays du tiers-monde, les travailleurs français aux travailleurs immigrés, et d'entraîner la classe ouvrière à soutenir les intérêts de l'impérialisme français.
Sur le plan politique, il a pour objectif de prendre les rênes du pouvoir capitaliste. Son but est d'assurer la direction et l'administration bureaucratique du capitalisme monopoliste d'Etat. Le parti révisionniste représente les intérêts non point de la bourgeoisie monopoliste actuellement en place, mais d'une bourgeoisie de formation récente, issue de l'aristocratie ouvrière. Tel est le sens de la stratégie de " nationalisations " du PCF .
"Le révisionnisme au pouvoir, c'est la bourgeoisie au pouvoir" a indiqué Mao Tsetoung. Le projet politique du PCF, dans sa réalisation intégrale, implique une
dictature terroriste ouverte contre les masses. En effet, la concentration accrue du Capital et le renforcement du rôle direct de l'Etat bourgeois, conduiront inévitablement les révisionnistes à prendre, face aux luttes ouvrières et populaires, des mesures de répression nouvelles instaurant dans notre pays un régime social-fasciste, à l'image des dictatures terroristes ouvertes qui règnent aujourd'hui en Union soviétique, avec asiles psychiatriques, syndicats fasciste " à la polonaise ", répression sauvage contre les minorités nationales. Ce processus peut s'accélérer brutalement.

*
Pour parvenir au pouvoir, le PCF a: développé depuis de longues années la thèse du passage pacifique au socialisme ; il a prôné la voie électorale et abandonné la voie révolutionnaire. Cependant, dans des circonstances données, les révisionnistes modernes sont susceptibles de recourir au putsch, au coup de force.
Le PCF pratique la collaboration de classes; il s'efforce d'utiliser le mouvement spontané de la classe ouvrière à ses fins politiques. Aussi, tour à tour ou parallèlement, tente-t-il de briser les luttes de classe ou de les canaliser à son profit. Il met en place les moyens d'encadrement et de répression accrus des masses.
Le PCF sert les intérêts impérialistes de l'Union soviétique. Il lui sert d'appui pour son infiltration économique (Doumeng, Eurobank...). Tout en développant des contradictions avec l'URSS, le PCF soutient la politique du social-impérialisme russe, prône les illusions de la " détente ", s'oppose à ce qui contrecarre les ambitions soviétiques en Europe (unité européenne), appuie l'expansionnisme russe (Angola, Zaïre). Le PCF prépare idéologiquement le terrain à une pénétration -subversive ou violente- du social-impérialisme dans notre pays.

*
Il faut arracher la classe ouvrière au révisionnisme moderne.
L'idéologie révisionniste est une idéologie bourgeoise, ennemie du prolétariat. Lutter contre elle, c'est avant tout lutter contre sa principale forme organisée, le PCF. La destruction de l'influence de ce parti conditionne le développement du mouvement révolutionnaire des masses et la victoire de la révolution prolétarienne.
En ce sens, le PCMLF condamne les thèses trotskistes selon lesquelles le parti révisionniste serait un " parti ouvrier bureaucratisé ", un faux-frère capable de se corriger.
De même, il critique fermement la thèse selon laquelle "Les masses doivent faire l'expérience du révisionnisme au pouvoir pour être en mesure de le démasquer" ; cette politique du pire sous-estime gravement les capacités actuelles de la classe ouvrière et du peuple de prendre conscience et de combattre le révisionnisme moderne. C'est une vue pessimiste et dangereuse qui perpétue les illusions et s'interdit de le combattre effectivement.
C'est dans le combat de classe contre la bourgeoisie capitaliste et contre les deux super-puissances que le PCMLF développe son activité pour amener les plus larges masses à rejeter le révisionnisme.
Il faut combattre ouvertement la ligne idéologique et politique du PCF. Cette lutte, au sein des rangs ouvriers et des masses populaires, exige à la fois une grande fermeté et une juste appréciation tactique des coups à porter. En distinguant la grande majorité des militants trompés des dirigeants traîtres, nous pourrons unir les masses populaires et isoler les chefs révisionnistes.

Finimore


--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Jameul
pas de justice pas de paix
Grand classique (ou très bavard)
721 messages postés
   Posté le 06-07-2006 à 13:08:44   Voir le profil de Jameul (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Jameul   

merci le texte amène bcp de précision... ca m'était nécessaire

tu aurais d'autres textes traitant plus de la relation avec l'émergence du révisionnisme au PCUS et dans les autres partis européens ?

de mon coté je vais chercher si je trouve les positions du pdt de l'époque (il y avait alors une nette démarcation avec l URSS)

Message édité le 06-07-2006 à 13:22:30 par Jameul
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 19-02-2007 à 11:17:17   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

JETONS PAR-DESSUS BORD LES THÈSES RÉVISIONNISTES DU XXe CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE DE L’UNION SOVIÉTIQUE ET LES POSITIONS ANTI-MARXISTES DU GROUPE DE KHROUCHTCHEV ! DÉFENDONS LE MARXISME-LÉNINISME !


Discours prononcé par le camarade Enver Hoxha en tant que représentant de la délégation du Parti du Travail d’Albanie à la Conférence des 81 Partis Communistes et Ouvriers à Moscou le 16 novembre 1960. Avant-propos. Dans son intervention à la Conférence des 81 Partis Communistes et Ouvriers tenue à Moscou en novembre 1960, le camarade Enver Hoxha procéda à une analyse complète des principaux problèmes qui préoccupaient le mouvement communiste international et défendit fermement le marxisme-léninisme. Ce discours constitue un des maillons essentiels dans la lutte de principe qu’a menée le Parti du Travail d’Albanie pour démasquer le révisionnisme moderne et renforcer l’unité du mouvement communiste et ouvrier international.

Le Parti du Travail d’Albanie engagea la lutte contre les points de vue révisionnistes de la direction soviétique khrouchtchévienne dès le lendemain même du XXe Congrès du Parti Communiste de l’Union Soviétique. Si le Parti du Travail d’Albanie n’avait pas, au début, mené cette lutte directement et de façon déclarée, il n’en avait pas moins fait part au Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique de toutes ses réserves et oppositions à ces points de vue. Soucieux de ne pas fournir une arme aux ennemis du communisme, le Parti du Travail d’Albanie s’appliquait par tous les moyens à ne pas rendre publiques ses divergences avec le Parti Communiste de l’Union Soviétique. D’autre part, encore dans l’ignorance des véritables desseins nourris par le groupe de Khrouchtchev, il cherchait à aplanir les divergences surgies, par des négociations et des consultations empreintes d’un esprit de camaraderie. Tout en observant une attitude de principe, il espérait que les dirigeants soviétiques se rendraient compte de leurs erreurs et regagneraient la juste voie. Mais de jour en jour, le Parti du Travail d’Albanie discernait plus nettement le véritable visage de traître des révisionnistes soviétiques. Plus leur trahison était mise au jour, plus le Parti du Travail d’Albanie accentuait l’âpreté et l’intransigeance de sa lutte contre le révisionnisme khrouchtchévien, pour le stigmatiser et le réduire à néant. À la Rencontre de Bucarest qui eut lieu en juin 1960, le Parti du Travail d’Albanie prit ouvertement la défense des principes marxistes-léninistes et annihila les tentatives des révisionnistes khrouchtchéviens d’organiser un dangereux complot contre le Parti Communiste Chinois et l’ensemble du mouvement communiste international. Après la Rencontre de Bucarest, la direction révisionniste soviétique s’en prit farouchement au Parti du Travail d’Albanie, afin de le contraindre à se solidariser avec sa propre ligne et son activité scissionniste. Dans les conditions ainsi créées, le Parti du Travail d’Albanie se convainquit encore davantage qu’il lui fallait défendre avec le plus grand courage et la plus grande fermeté sa position de principe sur toutes les questions fondamentales du mouvement communiste international. C’est précisément ce qu’il fit à la Conférence de Moscou qui se tint en novembre 1960 . Dans le discours qu’il prononça à cette Conférence, le camarade Enver Hoxha exposa ouvertement, franchement, et avec une hardiesse marxiste-léniniste le point de vue de principe du Parti du Travail d’Albanie sur les principaux problèmes du mouvement communiste international, à propos desquels avaient surgi des divergences, et critiqua sévèrement le groupe révisionniste de N. Khrouchtchev tant pour ses vues et ses actions erronées anti-marxistes, que pour ses actes d’ingérence dans les affaires intérieures du Parti du Travail d’Albanie, de même que pour les brutales attaques qu’il avait déclenchées contre lui. Le Parti du Travail d’Albanie formulait cette ferme critique de principe à l’adresse de la direction soviétique afin de préserver l’unité du mouvement communiste international et du camp socialiste, car l’unité ne peut être sauvegardée sans mettre à nu les erreurs et les pratiques étrangères à l’idéologie marxiste-léniniste, sans les dénoncer sévèrement et sans les corriger sur des bases marxistes-léninistes . À la Conférence de Moscou, les révisionnistes khrouchtchéviens firent tout leur possible pour éluder la critique de leurs points de vue révisionnistes et de leur activité scissionniste, mais en vain. À la suite de la ferme position de principe prise par le Parti du Travail d’Albanie sur tous les problèmes qui préoccupaient le mouvement communiste international et de l’intervention de la délégation chinoise, les représentants de tous les partis participant à la réunion se virent contraints de faire connaître d’une manière ou d’une autre leur attitude. Dans ces circonstances, les révisionnistes s’efforcèrent de détourner l’attention des participants des problèmes de principe, et de se servir de cette conférence comme d’une tribune pour y lancer leurs basses attaques contre le Parti du Travail d’Albanie et le Parti Communiste Chinois. Mais cette tentative échoua également. L’attitude de principe, internationaliste du Parti du Travail d’Albanie pour la défense du marxisme-léninisme et de l’unité du mouvement communiste international fut soutenue par le Parti Communiste Chinois et par nombre de délégations d’autres partis. Les révisionnistes khrouchtchéviens se virent contraints de battre en retraite. Le discours du camarade Enver Hoxha constituait une importante contribution à l’heureux aboutissement de la Conférence de Moscou. Grâce à la lutte résolue du Parti Communiste Chinois, du Parti du Travail d’Albanie et de certains autres partis, la Conférence de Moscou approuva la Déclaration des Partis Communistes et Ouvriers . Certes, celle-ci comportait également certaines appréciations mal fondées ainsi que des thèses erronées, sur lesquelles le Parti du Travail d’Albanie avait des vues totalement opposées, qu’il avait exprimées ouvertement au cours de la conférence même. Néanmoins, la délégation du Parti du Travail d’Albanie signa la Déclaration en se basant sur le fait que, dans les grandes lignes, le fond en était juste. Cependant, si, dans l’intérêt de l’unité, le Parti du Travail d’Albanie fit des concessions sur des questions secondaires, il n’en consentit aucune sur les questions essentielles touchant les principes fondamentaux du marxisme-léninisme. Le Parti du Travail d’Albanie estimait que l’unité au sein du mouvement communiste international pouvait être établie si chaque parti appliquait fidèlement la Déclaration. Les divergences, selon lui, ne pourraient être éliminées qu’en respectant les normes qui doivent régir les rapports entre partis marxistes-léninistes, sans faire publiquement connaître ces divergences aux ennemis. C’est pour cette raison, notamment, que le Parti du Travail d’Albanie ne rendit pas public, à l’époque, le discours du camarade Enver Hoxha à la Conférence de Moscou, et qu’il lutta résolument pour l’application de la Déclaration qu’il avait lui-même approuvée. Le discours du camarade Enver Hoxha à la Conférence de Moscou montre clairement que la lutte du Parti du Travail d’Albanie, bien que déjà ouvertement engagée, n’avait pas encore pris l’ampleur et la profondeur qu’elle devait connaître par la suite, en tant que conséquence logique de l’exacerbation de la lutte entre le marxisme-léninisme et le révisionnisme moderne, et du fait de la dégénérescence de la direction révisionniste soviétique en une bande de renégats et de traîtres au socialisme. Ce document porte d’un bout à l’autre l’empreinte de la période et des circonstances dans lesquelles il a été conçu. Il est publié ici dans sa teneur originale.__________


********** « Chers camarades, Cette Conférence des Partis Communistes et Ouvriers est d’une grande portée historique pour le mouvement communiste international, du fait qu’elle procède à une analyse minutieuse de la situation politique internationale, qu’elle dresse le bilan des succès et des erreurs que nous avons pu enregistrer sur notre voie, qu’elle nous aide à définir plus clairement la ligne qu’il nous faudra suivre à l’avenir afin de remporter de nouveaux succès pour le plus grand bien du socialisme, du communisme et de la paix. L’existence du camp socialiste avec à sa tête l’Union Soviétique est désormais une réalité. Le mouvement communiste dans l’ensemble s’est élargi, renforcé et aguerri. Les Partis Communistes et Ouvriers sont devenus dans le monde entier une force colossale qui conduit l’humanité en avant vers le socialisme et vers la paix. Comme le souligne le projet de déclaration élaboré, notre camp, le camp du socialisme, est bien plus fort que le camp de l’impérialisme. Le socialisme se renforce et grandit de jour en jour, alors que l’impérialisme s’affaiblit, se décompose. Par tous les moyens dont nous disposons et de toutes nos forces nous devons nous employer à accélérer ce processus. Nous y parviendrons à la condition de demeurer indéfectiblement fidèles au marxisme-léninisme et de le mettre correctement en œuvre. Sinon, nous ne ferons que freiner ce processus, car nous avons à affronter des ennemis féroces qu’il nous faut vaincre et réduire à néant, nous avons à affronter l’impérialisme, celui des États-Unis en tête. Nous voulons la paix, alors que l’impérialisme, lui, ne la veut pas et qu’il se prépare à une troisième guerre mondiale. Nous devons lutter de toutes nos forces pour éviter une nouvelle guerre et faire triompher dans le monde une paix juste et démocratique. Nous n’atteindrons ce but que lorsque nous aurons contraint l’impérialisme à désarmer. L’impérialisme ne déposera pas les armes de son propre gré. Croire à une telle possibilité revient à se leurrer soi-même et à duper les autres. Nous devons donc opposer à l’impérialisme la puissance colossale du camp socialiste, sa puissance économique, militaire, morale, politique et idéologique, et en même temps les forces unies des peuples du monde entier, afin de saboter de toutes les manières possibles la guerre que préparent les impérialistes. Le Parti du Travail d’Albanie n’a pas caché et ne cachera pas à son peuple cette situation et la menace que l’impérialisme fait peser sur l’humanité éprise de paix. Nous pouvons vous assurer que le peuple albanais qui hait la guerre, n’a pas été troublé par cette franche mise en garde lui venant de son Parti; il n’est pas tombé dans le pessimisme, et n’a pas non plus marqué le pas en ce qui concerne la construction du socialisme. Il voit clairement ses perspectives d’avenir et travaille avec une entière confiance, sans jamais relâcher sa vigilance, en tenant d’une main la pioche et de l’autre le fusil. Notre point de vue est que l’impérialisme, l’impérialisme américain en tête, doit être démasqué sans merci, politiquement et idéologiquement, et qu’en aucun cas les flatteries, les cajoleries à l’égard de l’impérialisme ne sont admissibles. Nous ne pouvons lui faire aucune concession de principe. Les tactiques et les compromis de notre part doivent, pour être admissibles, aider notre cause et non pas celle de l’ennemi. Devant un ennemi féroce, la garantie de la victoire de notre cause réside dans notre unité parfaite, qui sera assurée en éliminant les profondes divergences idéologiques surgies et en basant cette unité sur les fondements du marxisme-léninisme, sur l’égalité, la fraternité, l’esprit de camaraderie et d’internationalisme prolétarien. Notre Parti estime que non seulement aucune faille idéologique ne doit nous diviser, mais que nous devons au contraire avoir une attitude politique unique sur toutes les questions. Notre tactique et notre stratégie, à l’encontre de nos ennemis, doivent être élaborées par tous nos partis et se fonder sur les principes marxistes-léninistes, sur de justes critères politiques adaptés aux situations concrètes et réelles . Le camp socialiste, ayant à sa tête la glorieuse Union Soviétique, est devenu une force colossale sous tous les aspects, par son potentiel économique et culturel, comme par son potentiel militaire. Nos succès, la force de notre camp, ont pour fondement la puissance morale, politique, économique, culturelle et militaire colossale de l’Union Soviétique. L’Union Soviétique a enregistré d’immenses succès dans l’industrie, l’agriculture, l’enseignement et la culture, dans les domaines scientifique et militaire. Ces succès constituent pour les autres pays du camp socialiste un appoint incommensurable qui les aide à remporter à leur tour de grands succès. Le projet de déclaration élaboré souligne à juste titre que la force immense et inépuisable du camp socialiste, l’Union Soviétique en tête, constitue le facteur décisif du triomphe de la paix dans le monde, que c’est une force morale, politique et idéologique qui inspire les peuples du monde luttant pour s’affranchir du joug des colonisateurs buveurs de sang, des griffes de l’impérialisme et du capitalisme, et qui par la grande force de son exemple et de l’appui économique qu’elle leur prête, aide et inspire les autres peuples à gagner la bataille pour s’affranchir complètement du capitalisme exploiteur. C’est pour cette grande raison que l’Union Soviétique et le camp socialiste sont devenus le cœur des peuples du monde entier et la source de leurs espérances, leur force, leur soutien moral, politique et économique, leurs défenseurs sûrs et dévoués contre les menaces des agresseurs fauteurs de guerre, américains, anglais, français, et de leurs alliés. Tous les peuples du monde aspirent à la liberté, à l’indépendance, à la souveraineté nationale, à la justice sociale, à la culture, à la paix, et ils luttent pour se les assurer. Ces aspirations sacrées ont été et sont étouffées par les capitalistes, les féodaux et les impérialistes ; aussi est-il naturel que ces peuples mènent une lutte des plus âpres contre les capitalistes, contre les féodaux, contre les impérialistes. Il est également naturel que les peuples du monde se cherchent des alliés dans cette lutte pour l’existence qu’ils livrent à leurs bourreaux. Leurs grands, puissants et fidèles alliés sont seuls l’Union Soviétique et le camp socialiste. Aussi dans la lutte pour la paix, pour le désarmement, pour le progrès social dans le monde, le camp du socialisme n’est pas seul face au camp impérialiste, mais allié étroitement à tous les peuples progressistes du monde, alors que les impérialistes, eux, se trouvent isolés face au camp socialiste. Nous vivons à une époque où l’on assiste à l’effondrement total du colonialisme, à la liquidation de ce fléau qui tendait à supprimer les peuples de la face du globe. Des États nouveaux voient le jour en Afrique, en Asie. Des pays où régnaient le capital, le fouet et le fusil, secouent le joug de la servitude, et les peuples prennent leur destin dans leurs propres mains. Cela s’est réalisé et se réalise grâce à la lutte de ces peuples et à l’appui moral que leur prêtent l’Union Soviétique, la Chine Populaire et les autres pays du camp socialiste. Des traîtres au marxisme-léninisme, des agents de l’impérialisme et des intrigants du type de Josip Broz Tito, s’efforcent de mille manières, en ourdissant des plans diaboliques, tels que la création d’une troisième force, de désorienter les peuples et les jeunes États, de les détacher de leurs alliés naturels, de les lier directement à l’impérialisme américain. Nous devons tendre toutes nos forces pour réduire à néant les plans de ces valets de l’impérialisme. Nous assistons actuellement à la désagrégation de l’impérialisme, à sa décomposition, à son agonie. Nous vivons et nous luttons à une époque caractérisée par le passage irrésistible du capitalisme au socialisme. On voit se confirmer tous les enseignements géniaux de Marx et de Lénine, enseignements qui ne sont nullement surannés comme le prétendent les révisionnistes. L’impérialisme mondial essuie des coups sévères qui montrent clairement qu’il n’en est plus à son « âge d’or », lorsqu’il faisait la loi ou et quand il le voulait. Si l’initiative lui a maintenant échappé, il ne l’a pas abandonnée de gaîté de cœur. Cette initiative ne lui a pas été arrachée que par des mots ou des discours, mais à l’issue d’un long processus de révolutions et de combats sanglants, que le capitalisme a lui-même suscités contre le prolétariat, contre la force des peuples qui se dressaient pour détruire le monde de la faim et de la misère, le monde de la servitude. Cette page glorieuse a été ouverte par la grande Révolution socialiste d’Octobre, par la grande Union Soviétique, par le grand Lénine. Même maintenant qu’il sent venir la mort, qu’il voit se dresser devant lui des adversaires puissants et résolus, comme le sont le camp socialiste et sa grande alliance avec tous les peuples du monde, l’impérialisme mondial, l’impérialisme américain en tête, rassemble, organise et arme ses forces d’assaut. Il se prépare à la guerre. Qui ne voit pas cela, est aveugle. Qui le voit, mais le dissimule, est un traître au service de l’impérialisme. Le Parti du Travail d’Albanie estime qu’en dépit des difficultés auxquelles nous nous heurtons pour instaurer la paix dans le monde, réaliser le désarmement et régler les autres problèmes internationaux, il n’y a pas lieu d’être pessimistes . Seuls nos ennemis qui subissent défaite sur défaite peuvent et doivent être pessimistes. Nous avons été, nous sommes et nous serons victorieux, et c’est pourquoi nous avons été et restons optimistes, et nous sommes convaincus que nos efforts seront couronnés de succès. Nous estimons toutefois que l’optimisme excessif, non réaliste, loin d’être bénéfique, est même nuisible. Qui nie, qui minimise notre grande force économique, politique, militaire, morale, qui n’a pas foi en elle, celui-là est un défaitiste et ne mérite pas de porter le nom de communiste. Mais de même, qui est grisé par notre force, qui sous-estime l’adversaire, qui s’imagine, que l’ennemi a perdu tout espoir, qu’il est devenu inoffensif et entièrement à notre merci, celui-là n’est pas réaliste et ne fait que duper, endormir les gens, endormir les peuples, face à ces situations complexes et pleines de dangers, qui exigent de tous une très grande vigilance, qui exigent la montée du mouvement révolutionnaire des masses et non pas son déclin, son relâchement, sa désagrégation, et sa décomposition. Notre peuple fort expérimenté dit bien : « L’eau dort, mais l’ennemi est toujours en éveil. » Regardons les faits bien en face. L’impérialisme mondial, avec à sa tête son détachement le plus agressif, l’impérialisme américain, oriente son économie vers la préparation de la guerre. Il s’arme jusqu’aux dents. L’impérialisme américain équipe l’Allemagne de Bonn, le Japon et tous ses alliés et satellites de toutes les armes existantes. Il a organisé et il perfectionne les organisations militaires d’agression, il a créé et il crée des bases militaires aux quatre coins du monde, tout autour du camp socialiste. Il augmente ses stocks d’armes nucléaires, il refuse de désarmer, il refuse de cesser les essais d’armes nucléaires, il travaille fébrilement à inventer de nouveaux moyens d’extermination massive. Et pourquoi fait-il tout cela ? Pour préparer une partie de plaisir ? Non ! pour nous faire la guerre, pour anéantir le socialisme et le communisme, pour asservir les peuples. Le Parti du Travail d’Albanie estime que s’exprimer et juger différemment signifie se leurrer soi-même et duper les autres. Nous ne serions pas des communistes si nous perdions courage dans l’adversité. Nous, communistes, nous haïssons la guerre, et nous nous battrons jusqu’au bout pour annihiler les plans diaboliques et belliqueux qu’ourdit l’impérialisme américain, mais s’il nous déclare la guerre, nous devrons porter à l’impérialisme un coup écrasant pour qu’il soit balayé à jamais de la surface de la terre . Devant les menaces de guerre atomique que lance l’impérialisme mondial, conduit par l’impérialisme américain, nous devons être parfaitement préparés économiquement, politiquement, moralement, et militairement, pour faire front à toute éventualité. Nous devons chercher à éviter une guerre mondiale, car elle n’est pas inéluctable, mais nous serions impardonnables de nous bercer d’illusions et de nous laisser surprendre, car la loyauté a toujours été étrangère à nos ennemis ; en eût-il été autrement, ils n’auraient pas été nos ennemis. Nos ennemis sont et resteront des ennemis, et des ennemis perfides. Qui se fie à l’ennemi perdra tôt ou tard la partie. Pour éviter la guerre, il nous faudra déployer de gros efforts, lutter par tous les moyens. La politique de l’Union Soviétique, de notre camp socialiste, a été et demeura une politique de paix. Toutes les propositions du gouvernement soviétique et de ceux de nos pays de démocratie populaire dans l’arène internationale, ont visé à la détente internationale, au règlement de toutes les questions demeurées en suspens par voie de négociations et non par la guerre. La politique pacifique de l’Union Soviétique et des pays du camp socialiste a beaucoup contribué à mettre à nu les visées agressives de l’impérialisme, à mobiliser les peuples contre les fauteurs de guerre, à intensifier leur glorieux combat contre les oppresseurs impérialistes et leurs instruments. L’exemple de l’héroïque Cuba, de la lutte du peuple japonais et des événements de Corée du Sud et de Turquie, témoignent, on ne peut mieux, de l’influence de cette politique. Néanmoins, de nombreux problèmes concrets mis sur le tapis, telles notamment les propositions sur le désarmement, sur une conférence au sommet, etc., n’ont pas été réglés, et leur règlement est systématiquement saboté par les impérialistes américains. Quelles conclusions devons-nous en tirer ? Le Parti du Travail d’Albanie estime que l’impérialisme et, au premier chef, l’impérialisme américain n’a changé ni de peau, ni de nature. Il est agressif et il demeurera tel même s’il ne lui reste qu’une dent dans la gueule. Agressif par nature, il est capable de précipiter le monde dans une guerre. Aussi, pour notre part, ainsi que nous l’avons souligné à la Commission de rédaction, nous insistons pour qu’il soit bien expliqué aux peuples qu’il n’y aura de garantie absolue contre une guerre mondiale que lorsque le socialisme aura triomphé dans le monde entier ou pour le moins dans la plupart des pays du monde. Les Américains ne cachent pas leur jeu ; loin d’accepter de désarmer, ils intensifient leur armement, ils préparent la guerre, aussi devons-nous être vigilants. Nous ne devons faire aucune concession de principe à l’ennemi, ne nous faire aucune illusion sur l’impérialisme, car en croyant arranger les choses nous ne ferions que les aggraver. L’ennemi, non seulement s’arme et prépare la guerre contre nous, mais il mène aussi une propagande effrénée pour empoisonner et désorienter les esprits. Il dépense des millions de dollars pour stipendier des agents et des espions, des millions de dollars pour organiser dans nos pays des activités d’espionnage, de diversion et des attentats. L’impérialisme américain a donné et donne des milliards de dollars à ses fidèles agents, à la bande de traîtres de Tito. Toutes ces menées ont pour but d’affaiblir notre front intérieur, de nous diviser, de débiliter et de désorganiser nos arrières . On discute beaucoup de la question de la coexistence pacifique, et d’aucuns disent à ce sujet de telles absurdités qu’ils vont même jusqu’à prétendre que la Chine Populaire et l’Albanie sont contre la coexistence pacifique. J’estime qu’il convient de réfuter une bonne fois de tels points de vue nuisibles et erronés. Il ne peut y avoir d’État socialiste, de communiste qui soit contre la coexistence pacifique, qui soit contre la paix. Le grand Lénine a, le premier, posé le principe de la coexistence pacifique des pays à systèmes sociaux différents, comme une nécessité objective, tant qu’il existera, dans le monde, à la fois des pays socialistes et des pays capitalistes. Notre Parti du Travail, fidèle à ce grand principe de Lénine, a toujours estimé et il estime toujours que la politique de coexistence pacifique répond aux intérêts fondamentaux de tous les peuples, qu’elle répond à l’objectif du renforcement ultérieur des positions du socialisme ; aussi ce principe de Lénine est-il à la base de toute la politique extérieure de notre État populaire. La coexistence pacifique entre les deux systèmes opposés, ne signifie pas, comme le prétendent les révisionnistes modernes, qu’il convient de renoncer à la lutte de classes. Au contraire, la lutte de classes doit se poursuivre, la lutte politique et idéologique contre l’impérialisme, contre l’idéologie bourgeoise et l’idéologie révisionnistes, doit s’intensifier toujours davantage. Tout en luttant conséquemment pour l’instauration de la coexistence pacifique léniniste, sans faire aucune concession de principe à l’impérialisme, il convient de développer plus avant la lutte de classes dans les pays capitalistes, ainsi que le mouvement de libération nationale des peuples des pays coloniaux et dépendants. Selon notre point de vue, les Partis Communistes et Ouvriers des pays capitalistes doivent lutter pour que s’instaure la coexistence pacifique entre leurs pays, encore dominés par le système capitaliste, et nos pays socialistes. Une telle action renforce les positions de la paix, affaiblit les positions du capitalisme dans chacun de leur pays et apporte plus généralement un soutien à la lutte de classe dans ces pays. Mais ce n’est pas là leur seule tâche. Il faut que dans ces pays se développe, croisse et se renforce la lutte de classe et que les masses travailleuses, guidées par le prolétariat de chaque pays, leur Parti Communiste en tête, et en alliance avec tout le prolétariat mondial, rendent l’existence impossible à l’impérialisme, sapent les bases de son appareil de guerre et de son économie, lui arrachent de vive force le pouvoir économique et politique pour s’acheminer vers la destruction de l’ancien pouvoir et instaurer le nouveau pouvoir du peuple. Cela le feront-elles par la violence ou par la voie pacifique et parlementaire ? Cette question était claire et il était inutile que le camarade Khrouchtchev vienne l’embrouiller au XXe Congrès comme il l’a fait pour la plus grande satisfaction des opportunistes . Pourquoi fallait-il parodier de la sorte les thèses si claires de Lénine et de la Révolution socialiste d’Octobre ? Le Parti du Travail d’Albanie a toujours eu une claire compréhension des enseignements de Lénine à ce sujet et il leur est toujours resté fidèle. Jusqu’à présent, aucun peuple, aucun prolétariat ni aucun Parti Communiste ou Ouvrier, ne s’est emparé du pouvoir sans violence et sans effusion de sang. Certains camarades s’écartent en fait de la réalité lorsqu’ils prétendent qu’ils ont pris le pouvoir sans effusion de sang ; ils oublient que la glorieuse Armée Soviétique a versé des flots de sang pour eux durant la Seconde Guerre mondiale. Notre Parti estime qu’en cette matière nous devons nous préparer, et nous préparer avec soin pour les deux voies, mais surtout pour la prise du pouvoir par la violence, car si nous nous préparons bien pour cette éventualité, nous renforçons nos chances de succès pour l’autre. La bourgeoisie vous permet bien de discourir, mais elle monte ensuite un coup de force fasciste et vous écrase, du fait qu’on n’a préparé ni les cadres de choc, ni le travail dans la clandestinité, ni les lieux où se mettre à l’abri et travailler, ni les moyens de combat. Nous devons prévenir cette tragique éventualité. Le Parti du Travail d’Albanie s’est battu, se bat et se battra pour la coexistence pacifique sur la voie marxiste-léniniste telle que nous l’enseigne Lénine et qu’elle est définie par le Manifeste de Moscou pour la paix. Il a toujours été, il est et il sera pour le désarmement général et il luttera activement pour la mise en œuvre de ce désarmement. En aucun cas et pas un instant le Parti du Travail l’Albanie ne cessera de combattre politiquement et idéologiquement les menées de l’impérialisme et du capitalisme ainsi que l’idéologie bourgeoise, il ne cessera de livrer une lutte acharnée, continue et intransigeante, au révisionnisme moderne et au révisionnisme titiste yougoslave en particulier. Il se peut que certains camarades nous accusent, nous Albanais, d’être obstinés, emportés, sectaires, dogmatiques et de tout ce qu’on voudra, mais nous réfutons ces fausses accusations et leur déclarons que nous ne bougerons pas de nos positions car ce sont des positions marxistes-léninistes. On prétend que nous voulons la guerre et que nous sommes opposés à la coexistence. Le camarade Kozlov nous a même placés, nous Albanais, devant l’alternative suivante : soit la coexistence, telle que lui la conçoit, soit une bombe atomique des impérialistes sur l’Albanie, une bombe qui réduirait le pays en cendres et ne laisserait aucun Albanais vivant. Le peuple albanais ne s’était jamais jusqu’ici entendu proférer une telle menace atomique même par un représentant de l’impérialisme américain. Mais voilà que cette menace lui vient d’un membre du Présidium du Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique, et à qui celui-ci l’adressait-il ? À un petit peuple héroïque qui a lutté pendant des siècles contre des ennemis farouches et innombrables et qui ne s’est jamais incliné, à un petit peuple qui a combattu avec un héroïsme sans pareil les hitlériens et les fascistes italiens, il l’adresse à un peuple qui est lié comme les doigts de la main à la glorieuse Union Soviétique, il l’adresse à un parti qui témoigne une fidélité conséquente et indéfectible au marxisme-léninisme et au Parti Communiste de l’Union Soviétique. Mais, camarade Frol Kozlov, vous vous êtes grossièrement mépris, vous ne pouvez nous intimider ni nous plier à votre volonté égarée et nous ne confondons en rien le glorieux Parti de Lénine avec vous et votre comportement si hostile et éhonté envers le peuple albanais et le Parti du Travail d’Albanie. Le Parti du Travail d’Albanie appuiera toutes les propositions justes et pacifiques de l’Union Soviétique et des pays du camp socialiste, ainsi que des autres pays épris de liberté, et luttera pour les voir mettre en œuvre. Le Parti du Travail d’Albanie tendra toutes ses forces, usera de tous ses droits et s’acquittera de toutes ses obligations afin de consolider l’unité du camp socialiste, son unité marxiste-léniniste. Il serait absurde de penser que la petite Albanie socialiste puisse se détacher du camp socialiste et vivre en dehors de ce camp, en dehors de la fraternité de nos peuples socialistes. Son appartenance au camp socialiste, l’Albanie ne l’a pas reçue en cadeau, mais c’est notre peuple lui-même et le Parti du Travail d’Albanie qui l’ont conquise par leur sang versé, par leur labeur, par les sacrifices qu’ils ont consentis, par lé système de gouvernement qu’ils ont instauré et par la voie marxiste-léniniste qu’ils suivent. Mais que personne ne se figure que l’Albanie, parce qu’elle est un petit pays, et le Parti du Travail d’Albanie, parce qu’il est un petit parti, obéiront à qui que ce soit, s’ils sont convaincus que la voie qu’on leur indique est erronée. Comme je l’ai dit plus haut, le Parti du Travail d’Albanie estime que notre camp socialiste qui poursuit un objectif unique et qui est guidé par le marxisme-léninisme, doit aussi avoir une stratégie et une tactique qui lui soient propres et que celles-ci doivent être élaborées en commun par nos partis et nos États du camp socialiste. Au sein de notre camp nous avons créé certaines formes d’organisation du travail, mais il est juste de dire que celles-ci sont demeurées en quelque sorte purement formelles, ou plutôt, qu’elles ne fonctionnent pas de façon collégiale. Tels sont notamment les organismes du Traité de Varsovie et ceux du Conseil Économique d’Entraide. Comprenons-nous bien. Nous ne soulevons pas ici la question de savoir si nous devons également être consultés ou non. Bien entendu, personne ne peut nous dénier le droit d’être consultés, mais pour l’être, il faut que nous nous réunissions. Nous soulevons la question en principe et nous affirmons que ces formes d’organisation doivent fonctionner régulièrement, que c’est là qu’il faut poser les problèmes, prendre les décisions et en contrôler l’exécution. Le développement et le renforcement de l’économie des pays socialistes ont toujours été une des premières préoccupations de nos partis et de nos gouvernements, un des facteurs déterminants de la puissance invincible du camp socialiste. L’édification du socialisme et du communisme progresse impétueusement dans nos pays. Cela est dû aux grands efforts de nos peuples et aux bienfaits de l’assistance mutuelle que s’accordent nos pays. La coordination des plans économiques de nos pays et le Conseil Économique d’Entraide ont joué un rôle important dans ce sens. Jusqu’à présent, la République Populaire d’Albanie n’a jamais accordé d’aide à personne, d’abord parce que notre pays est pauvre et ensuite parce que personne n’a sollicité notre appui. Mais dans les limites de justes normes, nous avons fait et nous faisons tous nos efforts pour aider tant soit peu par nos exportations les pays amis et frères. Nous avons été aidés par nos amis et en premier lieu par l’Union Soviétique. Nous avons été aidés par l’octroi de crédits et l’envoi de spécialistes sans lesquels il eût été fort difficile à notre pays et à notre économie de se développer à des rythmes aussi rapides. De cette aide généreuse de l’Union Soviétique et des autres pays de démocratie populaire, le Parti du Travail d’Albanie et le Gouvernement de la République Populaire d’Albanie ont tiré le meilleur profit pour le plus grand avantage du peuple albanais. Notre peuple sera à jamais reconnaissant de cette aide aux peuples soviétiques, au Parti Communiste de l’Union Soviétique et au Gouvernement Soviétique, aux peuples, aux partis et aux gouvernements des pays de démocratie populaire. Cette aide, nous l’avons conçue, nous la concevons et la concevrons non pas comme une aumône, mais comme une aide fraternelle, comme une aide internationaliste. Notre peuple, en tant que peuple qui a connu un extrême dénuement, qui a combattu avec héroïsme, qui a été massacré et spolié, avait pleinement le droit de solliciter l’aide de ses amis et de ses frères, plus grands et économiquement plus riches que lui. Et ses amis avaient le devoir internationaliste de lui venir en aide. Aussi faut-il réfuter toute conception ténébreuse et anti-marxiste qui pourrait éventuellement se manifester quant au caractère et aux fins de cette aide. Les pressions économiques sur le Parti du Travail d’Albanie, sur notre Gouvernement et sur notre peuple sont vouées à l’échec. Je voudrais soulever ici la question de l’aide des pays économiquement plus puissants aux pays ayant une économie plus faible, comme c’est le cas du nôtre, et proposer par ailleurs que cette aide soit accrue. Le peuple albanais ne compte nullement se croiser les bras et attendre la bouche ouverte qu’on le nourrisse. Ce n’est pas son habitude. Notre peuple n’a pas davantage la prétention que le niveau de vie dans notre pays atteigne d’un seul coup celui de maints pays de démocratie populaire, mais il n’en demeure pas moins que l’aide qui doit lui être accordée pour le développement ultérieur de ses forces productives doit être plus considérable. Nous estimons que les pays économiquement puissants du camp socialiste doivent accorder des crédits aux pays capitalistes neutres également, et aussi aux peuples à peine affranchis du colonialisme, lorsque les gouvernements de ces pays capitalistes s’opposent à l’impérialisme, qu’ils appuient la politique pacifique du camp socialiste et qu’ils n’entravent ni ne contrecarrent la lutte légitime des forces révolutionnaires, mais ce qu’il faut avant tout, c’est considérer plus attentivement les besoins des pays du camp socialiste et satisfaire ces besoins. Certes, l’Inde a besoin de fer et d’acier, mais l’Albanie en a besoin plus qu’elle et avant elle, l’Egypte a besoin d’une industrie énergétique et d’ouvrages d’irrigation, mais l’Albanie socialiste en a besoin plus qu’elle et avant elle. Sur bien des problèmes politiques primordiaux, les points de vue à l’intérieur de notre camp socialiste ont été et sont identiques. Or, du fait que la voie des consultations collégiales n’est pas devenue une pratique régulière, on a souvent observé que des pays de notre camp socialiste prennent des initiatives politiques, à propos de quoi nous devons dire, bien que nous ne soyons pas en principe contraires à la prise d’initiatives, que celles-ci portent souvent atteinte à d’autres pays du camp socialiste. Certaines de ces initiatives ne sont pas justes, en particulier quand celles-ci doivent être prises collectivement par les membres du Traité de Varsovie. Telle est l’initiative du Gouvernement bulgare, qui a informé le Gouvernement grec, sans faire aucun cas de l’Albanie, que les pays de démocratie populaire des Balkans sont disposés à désarmer si le Gouvernement grec accepte également de le faire. À notre point de vue, cette initiative fut erronée, car même si la Grèce souscrivait à une telle proposition, le Gouvernement albanais, lui, ne l’accepterait jamais. L’Albanie adhère à la proposition soviétique faite par Nikita Khrouchtchev en mai 1959, mais non pas à la proposition bulgare qui tend à désarmer les pays des Balkans, sans toucher à l’Italie. Les camarades bulgares auraient-ils oublié que l’Italie bourgeoise et fasciste a attaqué à plusieurs reprises l’Albanie au cours de ce siècle ? Est-il permis aux camarades bulgares d’agir comme ils l’ont fait encore en une autre occasion, sans nullement consulter le Gouvernement albanais auquel ils sont liés par un traité d’alliance défensive, lorsqu’ils ont proposé au Gouvernement grec de conclure avec lui un traité d’alliance et de non agression, et ce en un temps où la Grèce maintient l’état de guerre avec l’Albanie, et nourrit des visées territoriales à son égard ? Il nous semble dangereux que de telles actions soient menées de façon unilatérale . Cette juste et légitime opposition de notre part a pu induire les camarades bulgares à conclure que nous, Albanais, n’avons pas une juste conception de la coexistence, que nous voulons la guerre, etc. Ce sont là des points de vue erronés. Des actions analogues ont également été le fait des camarades polonais aux Nations Unies, lorsque le camarade Gomulka a présenté unilatéralement devant l’Assemblée Générale une proposition de la Pologne en faveur du maintien du statu quo en ce qui concerne le stationnement des forces militaires dans le monde et, précisément, contre la création de nouvelles bases militaires, mais pour le maintien des bases existantes, contre l’installation de nouvelles rampes de lancement de fusées, mais pour le maintien des rampes existantes, pour le maintien du secret de la bombe atomique par les États qui fabriquent de ces bombes et contre la transmission de ce secret à d’autres États. Une telle proposition, à notre sens, est contraire aux intérêts de notre camp. Qu’on n’installe plus de rampes de lancement de fusées ? Mais à qui cette interdiction s’adresserait-elle et dans quels pays s’appliquerait-elle ? Tous les alliés de l’O.T.A.N., y compris l’Italie, l’Allemagne occidentale et la Grèce, sont pourvus de fusées. Qu’on ne révèle pas le secret de la bombe atomique ? Mais à qui ? L’Angleterre, comme la France ou l’Allemagne occidentale, en ont connaissance. Il est bien clair que si une telle proposition était acceptée, nous, les pays de démocratie populaire, serions obligés de ne pas installer de rampes de lancement de fusées et aucun pays du camp socialiste, l’Union Soviétique exceptée, ne pourrait posséder la bombe atomique. Nous demandons pourquoi la Chine communiste ne devrait pas avoir la bombe atomique. Nous estimons qu’elle doit la posséder et lorsque la Chine disposera de la bombe atomique et de fusées on verra bien alors quel sera le langage de l’impérialisme américain, on verra bien si l’on continuera à dénier à la Chine ses droits dans l’arène internationale, on verra bien si les impérialistes américains oseront brandir leurs armes comme ils le font aujourd’hui. On pourra demander si la possession et la possibilité de se servir de la bombe permettraient à la Chine d’acquérir ces droits en dépit de l’action contraire des États-Unis. Non, la Chine, tout comme l’Union Soviétique, ne fera jamais usage de cette arme, si nous ne sommes pas attaqués par ceux qui ont l’agression et la guerre dans le sang. Si l’Union Soviétique ne possédait pas la bombe atomique, l’impérialisme nous tiendrait un autre langage. Nous ne serons jamais les premiers à employer les armes atomiques, nous sommes contre la guerre, nous sommes pour la destruction des armes nucléaires, mais nous avons besoin de la bombe pour nous défendre. « La crainte est la meilleure gardienne des vignes », dit un adage de notre peuple. Les impérialistes doivent nous craindre et même nous craindre beaucoup. Le Parti du Travail d’Albanie, se fondant sur le marxisme-léninisme et sur la Déclaration des Partis Communistes et Ouvriers et le Manifeste pour la Paix de Moscou a suivi en ce qui concerne les questions de politique internationale et les problèmes importants de l’édification du socialisme, une juste ligne marxiste-léniniste. Dans les relations internationales, la ligne de notre Parti a été conforme à la politique du camp socialiste et a suivi l’orientation de la politique pacifique de l’Union Soviétique. Le Parti du Travail d’Albanie a considéré et ne cessera de considérer l’Union Soviétique comme le sauveur de notre peuple, et sa grande expérience comme universelle et indispensable à tous les partis. Le Parti du Travail d’Albanie a suivi, a appliqué et fait sienne sans réserve cette grande expérience dans tous les domaines et il lui doit de grands succès. Nous avons remporté des succès dans la création et le renforcement de notre industrie, dans la collectivisation de l’agriculture, dans le développement de l’instruction et de la culture, qui connaissent chez nous un grand essor, dans la construction de notre État et de notre Parti. Notre Parti s’est d’ores et déjà acquis une maturité et une expérience considérables dans ces domaines d’activités. Notre Parti a éduqué et ne cessera d’éduquer notre peuple dans un esprit d’attachement et de grande fidélité à l’égard des peuples de l’Union Soviétique et du Parti Communiste de l’Union Soviétique. Cet attachement est trempé et il le sera chaque jour davantage car il est imprégné du sang versé au combat ; car il a crû sur les fondements du marxisme-léninisme et de l’internationalisme prolétarien. Nous avons aimé et nous aimons les hommes soviétiques de tout notre cœur, et c’est avec la même ferveur qu’ils ont aimé et qu’ils aiment le peuple et le Parti du Travail d’Albanie. C’est une amitié de peuples, une amitié de partis marxistes-léninistes ; aussi s’épanouira-t-elle à jamais dans les siècles. C’est là la ferme conviction des communistes albanais et cette conviction, ils l’ont inculquée au peuple albanais et ils ne cesseront de la cimenter en lui. Nous l’avons déjà dit et nous le répétons, sans cette amitié il n’aurait pu y avoir de liberté pour notre peuple. C’est là le fruit du léninisme. Le Parti du Travail d’Albanie et notre petit peuple ont toujours été préoccupés par les grands problèmes du moment. Notre République Populaire a été et est toujours géographiquement encerclée par des États capitalistes et par les révisionnistes yougoslaves, et il nous a fallu être très vigilants, engager des hommes et des fonds considérables pour assurer la défense de nos frontières, pour défendre la liberté et la souveraineté de la patrie contre les tentatives sans nombre des impérialistes, de leurs satellites et de leurs valets. Nous sommes un petit pays et un petit peuple, et nous avons énormément souffert, mais aussi beaucoup lutté. La liberté dont nous jouissons aujourd’hui personne ne nous en a fait cadeau, nous l’avons conquise au prix du sang versé. Nous avons appris à connaître et nous connaissons de mieux en mieux nos ennemis impérialistes, leurs menées contre le camp socialiste et contre notre pays en particulier, aussi n’avons-nous eu et n’avons-nous aucune illusion de les voir changer de nature et de modifier leurs visées à l’encontre des peuples, de notre camp et de l’Albanie socialiste en particulier. Notre Parti a été et reste toujours un défenseur de la paix et il se battra inlassablement, aux côtés de l’Union Soviétique, de la Chine Populaire, des autres pays du camp socialiste et de tous les peuples progressistes pour défendre la paix. Mus par cet objectif sacré, le Parti du Travail d’Albanie et notre Gouvernement ont appuyé de toutes leurs forces la politique pacifique du Parti Communiste de l’Union Soviétique, du Gouvernement Soviétique et de tous les pays du camp socialiste. En tout point, sur toutes leurs propositions, nous avons été solidaires avec eux. Les impérialistes américains et anglais nous ont accusé et nous accusent d’être « intraitables et belliqueux ». C’est compréhensible, car le peuple albanais a écrasé leurs tentatives réitérées de l’asservir et a anéanti leurs agents qui ont comploté contre le Parti du Travail d’Albanie et notre régime de démocratie populaire. La bande de Tito, celle des monarcho-fascistes chauvins grecs et les dirigeants de Rome nous ont accusé et nous accusent d’être « des fauteurs de guerre, de perturber la paix dans les Balkans », car nous leur avons cassé et nous leur casserons toujours les reins, sans la moindre hésitation, leurs objectifs ayant été et demeurant toujours de démembrer l’Albanie à leur profit, d’asservir notre peuple. Il nous semble superflu de réaffirmer à cette réunion que la guerre est étrangère à nos pays socialistes, à nos partis marxistes-léninistes, mais la question se pose de savoir pourquoi les impérialistes et leurs agents accusent la Chine et l’Albanie d’être des fauteurs de guerre et soi-disant hostiles à la coexistence pacifique. Prenons le cas de l’Albanie. À qui l’Albanie ferait-elle la guerre et pourquoi ? Il serait ridicule de nous attarder à répondre à cette question. Ce qui est vrai c’est que ceux qui nous lancent cette accusation ont besoin eux-mêmes de camoufler leurs visées agressives à l’encontre de l’Albanie. Rankovic souhaiterait nous voir faire de nos frontières des auberges à deux portes, par où entrent et sortent sans visa agents et armes yougoslaves, italiens ou grecs, pour nous apporter la « culture du poignard » entre les dents, pour que Tito réalise son rêve de faire de l’Albanie la septième république de Yougoslavie, ou pour que la bourgeoisie réactionnaire italienne mette à exécution pour la troisième fois ses visées spoliatrices à l’encontre de l’Albanie, ou encore que les monarcho-fascistes grecs réalisent leur rêve insensé de s’emparer de l’Albanie du Sud. Comme nous les en avons empêchés et nous les en empêcherons toujours, on nous accuse d’être des « fauteurs de guerre ». Ils savent fort bien que s’ils touchent à nos frontières, ils auront la guerre avec nous et avec tout le camp socialiste. Leur objectif a donc été et reste de nous isoler de notre camp et de nos amis, et parce que nous ne leur ouvrons pas nos frontières pour qu’ils puissent venir paître librement sur notre territoire, ils nous accusent d’être « violents et belliqueux », d’être hostiles à la coexistence. Mais l’ironie du sort veut qu’il se trouve des camarades qui se laissent tromper par ce manège des révisionnistes et ajoutent foi à ces calomnies dirigées contre le Parti du Travail d’Albanie. Bien entendu, nous sommes opposés à une coexistence dans l’intérêt de laquelle nous, Albanais, devrions faire des concessions territoriales et politiques à Sophocle Venizelos. Non, les temps sont révolus à jamais, où le territoire d’Albanie était considéré comme un objet de marchandage. Nous sommes opposés à une coexistence avec l’État yougoslave, qui impliquerait l’extinction de la lutte idéologique et politique contre les révisionnistes yougoslaves, contre ces agents de l’impérialisme international, contre ces traîtres au marxisme-léninisme. Nous sommes opposés à une coexistence avec les Anglais ou les Américains, dans l’intérêt de laquelle nous devrions reconnaître, comme ils le réclament, la validité des anciennes concessions politiques, diplomatiques et commerciales que leur avait accordé le régime du roi Zog. En conclusion générale, le Parti du Travail d’Albanie est pleinement convaincu que notre grande cause, la cause de la victoire du socialisme et de la paix, triomphera. Les forces unies du camp socialiste, l’Union Soviétique en tête, du mouvement communiste et ouvrier international et de tous les hommes et peuples épris de liberté, sont en mesure, par une action plus résolue, de contraindre les impérialistes à accepter la coexistence pacifique, afin d’éviter la guerre mondiale. Mais en même temps nous ne devons cesser de renforcer notre vigilance révolutionnaire, pour que nos ennemis ne puissent jamais nous prendre au dépourvu. Nous sommes convaincus que nous l’emporterons dans cette noble lutte pour la paix dans le monde et le triomphe du socialisme. Le peuple albanais et le Parti du Travail d’Albanie s’emploieront, comme ils l’ont fait jusqu’ici, à contribuer de toutes leurs forces au triomphe de notre cause commune. Comme toujours, nous irons de l’avant, en unité d’airain avec tout le camp socialiste, avec la glorieuse Union Soviétique, avec tout le mouvement communiste et ouvrier international. Chers camarades, L’unité du mouvement communiste et ouvrier international constitue le facteur décisif pour la réalisation du noble objectif qu’est le triomphe de la paix, de la démocratie, de l’indépendance nationale et du socialisme. Ce point est souligné de façon particulière tant dans la Déclaration de Moscou de 1957 que dans le projet de déclaration préparé pour la présente réunion. La Déclaration de 1957 indique que « les Partis Communistes et Ouvriers assument une responsabilité historique particulièrement lourde pour les destinées du système socialiste mondial et du mouvement communiste international. Les Partis Communistes et Ouvriers participant à la Conférence déclarent qu’ils consolideront inlassablement leur unité et leur collaboration fraternelle pour affermir plus encore la communauté des États socialistes, renforcer le mouvement ouvrier international et servir la cause de la paix et du socialisme. » Il convient de dire que, particulièrement dans les derniers temps, dans le mouvement communiste international et les relations de quelques partis entre eux, se sont fait jour de profondes divergences idéologiques et politiques, dont l’accentuation ne peut que porter préjudice à notre grande cause. Aussi le Parti du Travail d’Albanie estime-t-il, que, pour pouvoir aller de l’avant, unis, vers de nouvelles victoires, il nous faut condamner les erreurs et les manifestations négatives relevées jusqu’ici dans notre action, et y remédier. Nous voulons nous arrêter ici sur la question de la réunion de Bucarest, où notre Parti, comme on le sait, n’exprima pas son point de vue relativement aux divergences apparues entre le Parti Communiste de l’Union Soviétique et le Parti Communiste Chinois, mais se réserva, dès lors, le droit de le faire à cette réunion des représentants des Partis Communistes et Ouvriers. Le Parti du Travail d’Albanie fut accusé à l’époque par les camarades soviétiques et par certains camarades des autres partis frères de tous les maux de la terre, mais personne ne s’est avisé de réfléchir un moment et de se demander pourquoi ce parti avait adopté une telle attitude contre l’ensemble du courant, pourquoi ce parti qui est toujours resté fidèle jusqu’au bout au marxisme-léninisme et à la Déclaration de Moscou, était subitement accusé d’être prétendument « hostile au marxisme-léninisme et à la Déclaration de Moscou », pourquoi ce parti si étroitement lié à l’Union Soviétique et au Parti Communiste de l’Union Soviétique, se dressait tout d’un coup contre la direction de l’Union Soviétique. À présent que tous les camarades ont en main tant les matériaux d’information soviétiques que ceux du Parti Communiste Chinois, qu’ils réfléchissent eux-mêmes sur ce sujet. Pour notre part, nous avons lu et étudié aussi bien les documents soviétiques que les documents chinois, nous avons discuté attentivement ces documents avec les cadres actifs de notre Parti et nous venons ainsi à cette réunion avec le point de vue unanime de notre Parti. Comme on le sait, le 24 juin dernier, à l’occasion du Congrès du Parti des Travailleurs de Roumanie, inopinément et sans le moindre préavis, du moins en ce qui concerne notre Parti, sur l’initiative des camarades de la direction du Parti Communiste de l’Union Soviétique, fut organisée la Rencontre de Bucarest. Celle-ci, au lieu de servir, conformément à l’accord conclu par les lettres du 2 et du 7 juin, à un « échange d’idées » et à fixer la date de l’actuelle conférence, s’occupa d’une tout autre question, de l’accusation idéologique et politique lancée contre le Parti Communiste Chinois, sur la base de la « lettre d’information soviétique ». Sur la base de cette lettre, totalement ignorée d’eux quelques heures avant la réunion, les délégués des Partis Communistes et Ouvriers frères qui se trouvaient à Bucarest pour une autre question et qui n’étaient pourvus d’aucun mandat (du moins en ce qui concerne la délégation da notre Parti) de leurs partis pour discuter, et encore moins pour décider, d’une question si importante du communisme international, ces délégués, donc, devaient se prononcer en faveur des points de vue du C.C. du P.C.U.S. Il ne pouvait même être question d’une discussion sérieuse de cette lettre qui contenait de si graves accusations contre un autre parti marxiste-léniniste, alors qu’il n’était pas permis non seulement aux délégués, mais encore et surtout aux directions des Partis Communistes et Ouvriers de l’étudier sous tous les aspects et qu’il n’était pas donné à la partie accusée le temps voulu pour présenter, elle aussi, sous les mêmes formes que la partie accusatrice, ses points de vue. Le fait est que la direction soviétique avait pour première préoccupation de faire rapidement approuver ses accusations à l’encontre du Parti Communiste Chinois et de le faire condamner à tout prix. C’était cette question qui préoccupait le camarade Khrouchtchev et les autres camarades soviétiques à Bucarest et non pas les questions de politique internationale intéressant notre camp et le monde entier en général et qui ont surgi à la suite de l’échec de la conférence au sommet de Paris. Notre Parti serait entièrement d’accord pour que se réunisse une telle conférence, et toute autre conférence, avec n’importe quel ordre du jour qui pourrait être fixé, mais à la condition que ces conférences soient régulières, qu’elles reçoivent l’approbation de tous les partis, que l’ordre du jour en soit clairement et préalablement défini, que soient fournis aux Partis Communistes et Ouvriers les matériaux nécessaires, pour se préparer et pour que les bureaux politiques des partis, puissent, le cas échéant, obtenir l’approbation des plenums de leurs comités centraux pour les décisions qui pourraient être éventuellement prises à ces conférences. Les conférences doivent donc se dérouler conformément aux normes léninistes qui régissent les rapports entre Partis Communistes et Ouvriers, elles doivent se dérouler sur un pied de complète égalité entre les partis, dans un esprit de camaraderie communiste, internationaliste et de haute morale communiste. La Rencontre de Bucarest ne respectait pas ces normes, aussi notre Parti, bien qu’il ait participé à cette réunion, l’a dénoncée et il la dénonce comme une conférence irrégulière qui a enfreint les normes léninistes. Nous estimons que la Rencontre de Bucarest a très mal servi la cause du mouvement communiste international, la cause de la solidarité internationale des travailleurs, la cause du renforcement de l’unité du camp socialiste, la cause du règlement marxiste-léniniste des divergences de caractère idéologique qui peuvent surgir au sein des Partis Communistes et Ouvriers et qui portent préjudice au marxisme-léninisme. La responsabilité doit en retomber sur les camarades de la direction du Parti Communiste de l’Union Soviétique qui organisèrent cette rencontre, qui l’ont conçue sous ces formes et qui y ont appliqué ces normes non marxistes. Leur dessein était de faire condamner le Parti Communiste Chinois par le mouvement communiste international pour des erreurs et des fautes imaginaires. C’est là la profonde conviction du Comité Central du Parti du Travail d’Albanie, une conviction qu’il s’est acquise par l’étude des faits, sur la base des matériaux soviétiques et chinois dont dispose maintenant le Parti du Travail d’Albanie, sur la base d’une analyse minutieuse que celui-ci a faite de l’évolution de la situation internationale et des positions officielles du Parti Communiste de l’Union Soviétique et du Parti Communiste Chinois. Le Parti du Travail d’Albanie est unanime à penser que les camarades soviétiques se sont lourdement trompés à Bucarest, en dénonçant injustement le Parti Communiste Chinois pour avoir soi-disant dévié du marxisme-léninisme, pour s’être soi-disant écarté de la Déclaration de Moscou de 1957, en accusant le Parti Communiste Chinois d’être « dogmatique », « sectaire », d’être « pour la guerre », « contre la coexistence pacifique », de convoiter « une place privilégiée » au sein du camp socialiste et du mouvement communiste international, etc. Les camarades soviétiques ont également commis une lourde erreur en profitant du grand attachement des communistes pour l’Union Soviétique et le Parti Communiste de l’Union Soviétique, pour tenter d’imposer aux autres Partis Communistes et Ouvriers leurs points de vue erronés à l’égard du Parti Communiste Chinois. Le Parti du Travail d’Albanie s’est clairement rendu compte dès les premiers moments, dès que les camarades soviétiques entreprirent fiévreusement et de façon inadmissible les camarades de notre délégation à Bucarest, qu’ils cherchaient, par des arguments spécieux et des pressions, à attirer la délégation du Parti du Travail d’Albanie dans le piège qu’ils montaient, à la rallier à leurs points de vue erronés. Ce qui était important pour le camarade Khrouchtchev, (et cela le camarade Antropov en a fait part au camarade Hysni Kapo) c’était de savoir « si nous nous rallierions ou non à la partie soviétique ». Ce souci, le camarade Khrouchtchev l’exprima également sous d’autres formes au cours de ses interventions contre notre Parti à la Rencontre de Bucarest. Cela fut également confirmé à plusieurs reprises par l’attitude injustifiée et inamicale de la direction soviétique et du personnel de l’ambassade soviétique à Tirana, après la Rencontre de Bucarest, attitude dont je parlerai plus loin. Les camarades dirigeants soviétiques ne faisaient aucun cas du point de vue d’un parti marxiste-léniniste, comme notre Parti ; ce qui importait pour eux, c’est qu’il se ralliât à la position prise par le Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique à Bucarest. Le Parti Communiste de l’Union Soviétique, qui organisa la Rencontre de Bucarest, n’a nullement prévenu le Parti du Travail d’Albanie qu’à l’occasion du Congrès du Parti des Travailleurs de Roumanie, le Parti Communiste Chinois serait accusé de prétendues fautes graves dans la ligne suivie. Ces attaques furent pour le Parti du Travail d’Albanie tout à fait inopinées. Or, nous apprenons maintenant que les autres partis du camp socialiste, à l’exception du Parti du Travail d’Albanie, du Parti Communiste Chinois, du Parti du Travail de Corée, du Parti des Travailleurs du Vietnam, étaient au courant qu’une rencontre serait organisée à Bucarest en vue de mettre la Chine en accusation. S’il en a été ainsi, il est alors bien clair que l’affaire devient très sérieuse et revêt la forme d’une fraction de caractère international. Néanmoins, notre Parti ne fut pas pris au dépourvu et la vigilance ne lui a jamais fait défaut. Cela, il le doit au fait qu’il respecte constamment les normes léninistes dans ses rapports avec les autres partis, qu’il éprouve un profond respect marxiste pour le Parti Communiste de l’Union Soviétique, pour le Parti Communiste Chinois et pour tous les autres Partis Communistes et Ouvriers, qu’il observe le principe de l’égalité entre les partis, principe que doivent respecter les autres partis également à l’égard du Parti du Travail d’Albanie, indépendamment de sa petitesse numérique. À la Rencontre de Bucarest, notre Parti a vu dès le début, que toutes ces normes étaient violées. C’est pour cette raison qu’il a adopté l’attitude que l’on sait, l’attitude qu’il estimait et qu’il estime la seule juste face à l’évolution des événements. Certains dirigeants des partis frères nous ont qualifiés de « neutralistes », certains nous ont accusés « de nous être écartés de la juste ligne marxiste-léniniste » et ces dirigeants sont allés jusqu’à entreprendre au sein de leurs partis de discréditer le nôtre. Nous rejetons toutes ces menées avec mépris, car ce ne sont là que calomnies, pratiques malhonnêtes incompatibles avec la morale, communiste. Nous demandons à ceux qui ont entrepris ces actions blâmables contre le Parti du Travail d’Albanie, si un parti a ou non le droit d’exprimer librement son opinion, telle qu’il se l’est lui-même formée ? Quelle opinion le Parti du Travail d’Albanie a-t-il exprimée à Bucarest ? Nous avons exprimé notre fidélité au marxisme-léninisme et cette fidélité est attestée par toute la vie et la lutte du Parti du Travail d’Albanie ; nous avons exprimé notre fidélité à l’égard des décisions de la Déclaration de Moscou et du Manifeste pour la Paix de 1957 et cette attitude est illustrée par la ligne suivie avec conséquence par le Parti du Travail d’Albanie ; nous avons exprimé notre attachement à l’unité du camp du socialisme et notre détermination à la défendre, et ces sentiments sont confirmés par toute la lutte du Parti du Travail d’Albanie ; nous avons exprimé notre attachement, notre fidélité au Parti Communiste de l’Union Soviétique et aux peuples soviétiques, et ces sentiments trouvent leur manifestation dans toute la vie du Parti du Travail d’Albanie. Nous nous sommes refusés à juger les « erreurs » du Parti Communiste Chinois et encore moins à « condamner » le Parti Communiste Chinois sans tenir compte dans cette appréciation des points de vue du Parti Communiste. Chinois sur les questions qui étaient soulevées faussement, hâtivement, et de manière anti-marxiste, contre lui. Nous avons conseillé que cette question d’importance vitale et extrêmement grave pour le communisme international fût réglée avec pondération, sang-froid et dans un esprit de camaraderie. Voilà quel fut tout notre « crime » pour lequel nous a été lancée la pierre. Mais nous pensons que la pierre qui a été brandie pour nous frapper est retombée sur la tête même de ceux qui la lançaient. Les jours qui passent ne feront que confirmer le bien-fondé de l’attitude du Parti du Travail d’Albanie. Pourquoi le camarade Khrouchtchev et les autres camarades soviétique se sont-ils tant hâtés d’accuser le Parti Communiste Chinois de façon mal fondée et sans faits à l’appui ? Est-il permis à des communistes et en particulier aux principaux dirigeants d’un si grand et glorieux parti que le Parti Communiste de l’Union Soviétique de commettre un acte aussi blâmable ? Ils peuvent donner leur réponse à ce sujet, mais le Parti du Travail d’Albanie a lui aussi parfaitement le droit de donner son opinion. Le Parti du Travail d’Albanie estime que non seulement la Rencontre de Bucarest a constitué une initiative complètement erronée, mais que l’erreur commise a été consciemment approfondie. La Rencontre de Bucarest ne doit nullement être laissée dans l’oubli, mais être sévèrement condamnée comme une tache dans le mouvement communiste international. Il ne fait pas le moindre doute que de grandes divergences idéologiques se sont fait jour et se sont développées entre le Parti Communiste de l’Union Soviétique et le Parti Communiste Chinois. Ces divergences auraient dû être depuis longtemps aplanies, par la voie marxiste-léniniste, entre les deux partis. Dans le document chinois, le Parti Communiste Chinois affirme que ces divergences de principe sont apparues au lendemain même du XXe Congrès du Parti Communiste de l’Union Soviétique et que les questions controversées ont été soulevées par les camarades chinois. Certains de ces points de vue ont été pris en considération par les camarades soviétiques, d’autres ont été réfutés. Le Parti du Travail d’Albanie estime que si ces divergences n’étaient pas réglées entre les deux partis, il fallait alors chercher à organiser une réunion des Partis Communistes et Ouvriers, qui se verrait soumettre ces questions, qui en discuterait et où chaque parti prendrait position à leur sujet.

Message édité le 19-02-2007 à 11:21:45 par Paria
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 19-02-2007 à 11:19:03   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

. Il n’est pas juste que ces questions n’aient pas été soulevées, et la responsabilité en retombe sur les camarades soviétiques, qui avaient connaissance de ces divergences et qui n’en firent pas cas, convaincus qu’ils étaient de la justesse de leur ligne et de son « inviolabilité », ce qui, à notre sens, est un point de vue idéaliste et métaphysique. Si les camarades soviétiques étaient véritablement convaincus du bien-fondé de leur ligne et de leur tactique, pourquoi n’organisèrent-ils pas en temps utile une réunion de ce genre pour y régler ces divergences ? Les questions soulevées étaient-elles de si peu d’importance, alors qu’il s’agissait notamment de la condamnation de Joseph Staline, de la contre-révolution hongroise, de la forme de la prise du pouvoir, sans parler de bien d’autres questions fort importantes qui surgirent par la suite ? Non, il ne s’agissait pas du tout de questions sans importance. Tous, nous avons nos points de vue sur ces problèmes, car ils nous intéressent tous en communistes que nous sommes, et si tous nos partis ont assumé une responsabilité devant leurs peuples, ils sont aussi responsables devant le communisme international. Pour pouvoir condamner le Parti Communiste Chinois pour des fautes et des péchés imaginaires, le camarade Khrouchtchev et d’autres dirigeants soviétiques avaient grand intérêt à présenter ces questions comme s’il s’agissait là de divergences entre la Chine et l’ensemble du mouvement communiste international, mais quand il s’est agi de questions du genre de celles que nous venons d’évoquer, le camarade Khrouchtchev ou les camarades de son proche entourage, ont pris sur eux de les juger et de les trancher tout seuls, estimant inutile leur discussion collégial par une réunion des représentants de tous les partis, en dépit de l’important caractère international de ces questions. La contre-révolution hongroise se produisit, mais on fit le silence sur les questions qui la concernaient. Pourquoi cette tactique des camarades soviétiques qui consiste à couvrir les choses quand ils le jugent de leur intérêt, alors que dans le cas contraire, non seulement ils organisent des réunions comme celle de Bucarest, mais ils font tout leur possible pour imposer aux autres le point de vue selon lequel « la Chine s’en tient à une ligne qui va à l’encontre de celle de tous les Partis Communistes et Ouvriers du monde » ? Les camarades soviétiques ont également fait une tentative de ce genre auprès de nous. Au mois d’août dernier, la direction soviétique adressa à notre Parti une lettre dans laquelle elle nous proposait, « afin que de l’étincelle des divergences ne jaillît point la flamme », une rencontre des représentants de nos deux partis pour que notre Parti se range aux côtés de l’Union Soviétique, contre le Parti Communiste Chinois, et que nos deux partis se rendent en un front uni à la conférence actuelle. Bien entendu, le Comité Central de notre Parti n’accepta pas une telle proposition et, dans sa réponse officielle, il considéra cette façon d’agir comme n’étant nullement marxiste, comme une action fractionnelle dirigée contre un troisième parti frère, contre le Parti Communiste Chinois. Il va sans dire que cette attitude juste et de principe de notre Parti ne fut pas du goût de la direction du Parti Communiste de l’Union Soviétique. Il est absolument hors de doute que ces questions sont d’une importance primordiale et qu’elles nous concernent tous de très près, mais pour le Parti du Travail d’Albanie il ne fait guère de doute non plus que les questions soulevées à Bucarest contre la Chine l’étaient à des fins tendancieuses et qu’elles avaient pour but de condamner le Parti Communiste Chinois et de l’isoler de l’ensemble du mouvement communiste international. Le Parti du Travail d’Albanie considérait une telle action comme scandaleuse et inadmissible, non seulement parce qu’il n’était pas convaincu qu’il y eut lieu de l’entreprendre, mais parce qu’il soupçonnait à juste titre qu’on entreprenait, par une voie non marxiste, une action contre un grand et glorieux parti comme le Parti Communiste Chinois, qu’on organisait sous le couvert d’une accusation de dogmatisme contre la Chine, une attaque contre le marxisme-léninisme et les principes de la Déclaration et du Manifeste pour la paix de Moscou. À la Rencontre, le Parti Communiste Chinois fut accusé de bien des fautes. Cela devait figurer dans le communiqué. Pourquoi n’en a-t-il rien été ? Si les accusations étaient fondées, pourquoi a-t-on hésité et publié un communiqué qui ne traduisait pas les objectifs de la Rencontre ? Pourquoi n’y était-il pas fait mention du « grand danger de dogmatisme » qui, prétendument, menaçait le communisme international ? Non, camarades, la Rencontre de Bucarest est indéfendable, elle contrevenait aux principes, elle avait des visées tendancieuses dont la principale était, selon le jugement du Parti du Travail d’Albanie, en accusant le Parti Communiste Chinois de dogmatisme, de dissimuler certaines fautes graves que se sont permis de commettre les camarades dirigeants soviétiques dans l’application de la ligne. Les camarades soviétiques avaient besoin de l’appui des autres partis sur ces questions. Aussi tentèrent-ils de les prendre par surprise. Les camarades soviétiques atteignirent à moitié leur objectif et obtinrent que ces partis examinent la question de la condamnation à prononcer contre la Chine, par une prochaine « conférence internationale du communisme ». Les Partis Communistes et Ouvriers, à l’exception du Parti du Travail d’Albanie et de quelques autres Partis Communistes et Ouvriers, furent saisis « des graves erreurs commises dans l’observance de la ligne par le Parti Communiste Chinois » il leur fut fait part de la condamnation « unanime » prononcée à Bucarest contre la Chine, et on s’employa à accréditer cette opinion auprès de chacun de ces partis et parmi chacun de ces peuples. À certaines de ces réunions de parti, on dénonça également le Parti du Travail d’Albanie. Après la Rencontre de Bucarest, le Comité Central du Parti du Travail d’Albanie décida, à juste titre, de n’examiner en son sein que le communiqué, d’informer le Parti qu’entre le Parti Communiste de l’Union Soviétique et le Parti Communiste Chinois s’étaient fait jour des divergences de principe qui devaient être discutées et réglées à la future conférence convoquée pour novembre à Moscou. Et c’est ce qui fut fait. Mais cette attitude de notre Parti ne plut guère aux camarades de la direction du Parti Communiste de l’Union Soviétique, et nous eûmes tôt fait de nous en apercevoir. Au lendemain même de la Rencontre de Bucarest, une attaque soudaine, en opposition avec les principes, et qui prit la forme d’une ingérence brutale et de pressions multilatérales, fut lancée contre notre Parti et son Comité Central. L’assaut fut donné par Khrouchtchev à Bucarest, puis repris par le camarade Kozlov à Moscou. Les camarades du Bureau Politique de passage dans la capitale soviétique furent entrepris afin de se dresser contre la direction de notre Parti, sous prétexte que la direction du Parti du Travail d’Albanie avait « trahi » l’amitié qui unissait l’Albanie et l’Union Soviétique, que la ligne que suivait la direction du Parti du Travail d’Albanie était essentiellement « tortueuse », que l’Albanie « devait décider » si elle se rallierait aux 200 millions (c’est-à-dire à l’Union Soviétique) ou aux 650 millions (c’est-à-dire à la Chine Populaire) et enfin que « l’Albanie, isolée, était en péril », qu’il « suffisait d’une seule bombe atomique jetée par les Américains pour l’anéantir complètement, elle et toute sa population », et il leur furent lancées d’autres menaces de ce genre. Il est tout à fait évident que l’objectif poursuivi était de provoquer une scission dans la direction de notre Parti, d’en éliminer les éléments qui, selon leur jugement, faisaient obstacle à leur entreprise tortueuse et déloyale. Ce travail de scission eut pour résultat de faire capituler la camarade Liri Belishova, membre du Bureau Politique du Comité Central du Parti du Travail d’Albanie, devant les flagorneries des dirigeants soviétiques, devant leurs menées de chantage et d’intimidation, et de la mettre en opposition ouverte avec la ligne de son parti. La tentative, faite par les camarades soviétiques dans leur lettre adressée au Comité Central du Parti Communiste Chinois, pour présenter la question comme si en Albanie on condamnait les amis de l’Union Soviétique, est fallacieuse. Les véritables amis de l’Union Soviétique et de son Parti Communiste, les amis fidèles des peuples soviétiques, sont et seront toujours le million et demi d’Albanais et le Parti du Travail d’Albanie, qui a forgé et cimenté cette amitié trempée dans le sang, et non pas les capitulards, les scissionnistes et déviationnistes de tout genre. Mais ce n’est pas seulement à Moscou que les camarades soviétiques tentèrent de susciter des doutes quant au bien-fondé de l’attitude de notre Parti à Bucarest. Des tentatives encore plus pressantes furent faites à Tirana également par des fonctionnaires de l’ambassade soviétique, l’ambassadeur en tête. Comme je l’ai dit plus haut, avant la Rencontre de Bucarest, les liens qui nous unissaient aux camarades soviétiques étaient des plus étroits, des plus sincères et des plus fraternels que l’on pût imaginer. Nous n’avions aucun secret, fût-ce de parti, fût-ce d’État, pour les camarades soviétiques. Cette attitude avait été décidée par notre Comité Central. Et ces liens reflétaient les vifs sentiments d’attachement et de dévouement du peuple albanais pour le peuple soviétique, ces sentiments que notre Parti a trempés par son sang versé. Et ces sentiments sacrés du Parti du Travail d’Albanie et de notre peuple, certains éléments malsains, l’ambassadeur soviétique en tête, les ont foulés aux pieds. Profitant de ces liens amicaux et de la confiance des cadres, ils se mirent fiévreusement et intensément à attaquer la ligne marxiste-léniniste du Parti du Travail d’Albanie, cherchèrent à scinder notre Parti, à semer la panique et la confusion dans ses rangs, à séparer le Parti de sa direction, et les choses en arrivèrent au point que l’ambassadeur soviétique à Tirana incita les généraux de notre armée à dresser l’Armée Populaire d’Albanie contre la direction du Parti du Travail d’Albanie et de l’État albanais. Mais ils sont tombés sur un os, car l’unité de notre Parti est une unité d’airain. Nos cadres, trempés dans la Lutte de Libération Nationale et dans la lutte à mort menée contre les révisionnistes yougoslaves, ont défendu à la manière marxiste leur parti héroïque, et ils savent fort bien faire la distinction entre le Parti Communiste de l’Union Soviétique, le Parti de Lénine, d’une part, et ses scissionnistes de l’autre, ils savent fort bien sauvegarder et cimenter leur attachement et leur dévouement à l’Union Soviétique. Et, en fait, ils remirent à leur place ces dénigreurs. Les fonctionnaires de l’ambassade soviétique à Tirana, l’ambassadeur en tête, usant de pratiques inadmissibles et anti-marxistes, réussirent à attirer le président de la Commission de Vérification du Parti du Travail d’Albanie, qui, quinze jours plus tôt, s’était déclaré solidaire de la ligne suivie par le Comité Central du Parti du Travail d’Albanie à Bucarest, dans les griffes de ces intrigants, à l’écarter entièrement de la voie du marxisme-léninisme et à le mettre en opposition flagrante avec la ligne de son parti. Il est clair que ces agissements blâmables de ces camarades soviétiques visaient à scinder la direction du Parti du Travail d’Albanie, à la séparer des masses du Parti. Et cela pour nous punir du « crime » que nous avions commis à Bucarest, de ce que nous nous étions permis d’exprimer librement notre point de vue, tel que nous l’estimions juste. Les fonctionnaires de l’ambassade soviétique à Tirana allèrent encore plus loin sur cette voie. Ils entreprirent les Albanais qui avaient fait leurs études en Union Soviétique pour les monter contre la direction albanaise, espérant trouver en eux des contingents qui se prêteraient à leurs sinistres desseins. Mais les Albanais, qu’ils aient ou non terminé leurs études en Union Soviétique, ont toujours aimé et ils aimeront toujours l’Union Soviétique et le Parti Communiste de l’Union Soviétique d’un amour ardent et sincère et ils savent bien que les basses méthodes employées par les fonctionnaires de l’ambassade soviétique à Tirana sont tout à fait étrangères à l’Union Soviétique et au Parti Communiste de l’Union Soviétique. Les Albanais sont les fils de leur peuple, les fils de leur parti, ce sont des marxistes-léninistes, des internationalistes. Nous pourrions citer bien d’autres exemples qui illustrent cette attitude, mais pour ne pas accaparer trop de temps à cette importante réunion je me contenterai de citer deux autres cas caractéristiques. Les pressions sur notre Parti se poursuivirent également ici à Moscou lors des travaux de la commission chargée de rédiger le projet de déclaration qui nous a été présenté ; en effet les camarades soviétiques nous disaient alors que nous devions porter nos regards en avant et non pas en arrière. Ces jours-là, à Moscou, au cours d’une réunion élargie des chefs d’État-Major des pays signataires du Traité de Varsovie, le maréchal Malinovski, membre du Comité Central et ministre de l’Union Soviétique, attaqua ouvertement le peuple albanais, le Parti du Travail d’Albanie, le Gouvernement albanais et notre direction. Cette attaque inamicale et publique ressemblait fort à l’attaque de diversion de l’ambassadeur soviétique à Tirana qui cherchait à monter notre armée populaire contre la direction de notre Parti et de notre État. Mais tout comme l’ambassadeur soviétique, le maréchal Malinovski se trompe lourdement. Nul ne peut espérer arriver ainsi à ses fins et encore moins rompre l’amitié qui unit notre peuple et les peuples de l’Union Soviétique. La juste lutte du Parti du Travail d’Albanie contre ces activités de sape ne fait que consolider l’amitié sincère qui unit notre peuple à ceux de l’Union Soviétique et au glorieux Parti Communiste de l’Union Soviétique. Cette amitié ne peut non plus être altérée par les étonnantes déclarations du maréchal Gretchko, commandant en chef des armées du traité de Varsovie, qui, non content de dire à notre délégation militaire qu’il serait prétendument difficile de satisfaire les besoins de notre armée en certains armements indispensables et qui devaient nous être fournis aux termes des accords conclus, nous a aussi déclaré ouvertement : « Vous ne faites partie du Traité de Varsovie que pour un certain temps », laissant entendre, par là, qu’il aurait décidé de nous en exclure. Mais une telle décision n’est heureusement pas du ressort du camarade maréchal. En octobre de l’année en cours, le camarade Khrouchtchev, avec le plus grand sérieux, a déclaré aux camarades chinois que « nous traiterons l’Albanie comme la Yougoslavie ». Nous faisons part de ces déclarations à cette réunion du communisme international, afin de montrer jusqu’à quel point on a poussé les choses, de quelle manière on se comporte à l’égard d’un petit pays socialiste. Quel est le « crime » commis par le Parti du Travail d’Albanie, pour que notre pays soit traité comme la Yougoslavie titiste ? Aurions-nous trahi le marxisme-léninisme, comme l’a fait la clique de Tito ? Ou bien aurions-nous quitté le camp socialiste pour nous mettre à la remorque de l’impérialisme américain, comme s’y est mis le révisionnisme yougoslave ? Non, et tout le mouvement communiste international en témoigne ; en fait foi aussi toute l’activité concrète, politique, idéologique et économique, de notre Parti et de notre État tout au long de la Lutte de Libération Nationale et des seize années qui se sont écoulées depuis la libération de notre patrie ; en témoigne le Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique lui-même, qui déclare dans sa lettre en date du 13 août 1960, adressée au Comité Central du Parti du Travail d’Albanie : « Les rapports entre le Parti du Travail d’Albanie et le Parti Communiste de l’Union Soviétique, fondés sur les principes de l’internationalisme prolétarien, ont toujours été véritablement fraternels. L’amitié qui unit nos partis et nos peuples n’a jamais été assombrie par aucun désaccord ou écart. Les positions du Parti du Travail d’Albanie et du Parti Communiste de l’Union Soviétique sur toutes les questions les plus importantes du mouvement communiste et ouvrier international et de politique extérieure ont toujours coïncidé. » Alors en quoi consiste notre faute ? Notre seul « crime » est de ne pas avoir accepté, à Bucarest, que soit injustement blâmé un Parti Communiste frère comme l’est le Parti Communiste Chinois, notre seul « crime » est d’avoir ouvertement, dans une réunion communiste internationale (et non pas en le criant sur les toits), osé nous opposer à l’action injustifiée du camarade Khrouchtchev, notre seul « crime » est d’être un petit parti, le parti d’un petit pays, d’un pays pauvre, qui, selon les conceptions du camarade Khrouchtchev, doit se contenter d’applaudir, d’approuver, mais ne pas exprimer son opinion. Or cette conception n’est pas marxiste, et elle est inadmissible. Le droit de dire notre mot nous a été conféré par le marxisme-léninisme, et ce droit, personne ne peut nous en priver, quelles que soient les pressions politiques ou économiques exercées contre nous, quelles que soient les menaces qu’on nous lance ou les épithètes dont on nous gratifie. À cette occasion nous aimerions demander au camarade Khrouchtchev : « Pourquoi cette déclaration, ne nous l’a-t-il pas faite à nous, mais à un représentant d’un parti tiers ? Ou bien le camarade Khrouchtchev pense-t-il que le Parti du Travail d’Albanie n’a pas ses propres points de vue, qu’il a fait cause commune avec le Parti Communiste Chinois au mépris des principes et que, de ce fait, on peut discuter des affaires de notre parti avec les camarades chinois ? Non, camarade Khrouchtchev, vous persistez dans vos erreurs et vous avez une très mauvaise opinion de notre Parti. Le Parti du Travail d’Albanie a ses points de vue et il en répond devant son propre peuple, comme devant le mouvement communiste et ouvrier international. Nous sommes contraints d’informer cette réunion que la direction soviétique est passée, en fait, des menaces de traiter l’Albanie comme la Yougoslavie titiste à des actions concrètes. Cette année, notre pays a été frappé d’une série de calamités naturelles. Ce fut d’abord un violent tremblement de terre, puis, en octobre, de graves inondations, mais surtout, par la suite, une terrible sécheresse, pas une goutte de pluie n’étant tombée sur l’Albanie pendant quatre mois. La population était menacée de famine. Les faibles réserves du pays furent consommées. Notre Gouvernement demanda d’urgence à l’Union Soviétique de lui acheter du blé en lui exposant la très grave situation du pays. Cela se produisit après la Rencontre de Bucarest. Nous dûmes attendre 45 jours pour recevoir une réponse de l’Union Soviétique, alors que nous n’avions de vivres que pour deux semaines. Au bout de 45 jours, et à la suite de nos sollicitations réitérées, le Gouvernement soviétique, au lieu des 50.000 tonnes de blé que nous lui avions demandées, ne nous en accorda que 10.000 ; ce qui équivalait aux besoins de la population pour quinze jours, et encore cette quantité ne devait nous être livrée qu’en septembre-octobre. C’était là une pression ouverte exercée contre notre Parti pour le plier à la volonté des camarades soviétiques. En ces journées difficiles, nous pûmes constater bien des choses. Comment l’Union Soviétique, qui vend du blé au monde entier, n’en avait-elle pas 50.000 tonnes pour les fournir au peuple albanais, un peuple frère, fidèle au peuple soviétique, au marxisme-léninisme et au camp socialiste, en un temps où, pour des raisons qui ne lui étaient pas imputables, il était menacé de famine ? Le camarade Khrouchtchev nous avait dit un jour : « Ne vous inquiétez pas à propos de votre pain, chez nous les rats seuls, mangent autant de blé que vous en consommez. » En Union Soviétique, les rats, donc, continuaient de se nourrir, mais le peuple albanais, lui, devait mourir de faim tant que la direction du Parti du Travail d’Albanie ne se serait pas soumise à la volonté de la direction soviétique. Cela est terrible, camarades, mais vrai. Le peuple soviétique ne pardonnera jamais, s’il l’apprend, cette façon d’agir de ses dirigeants, car ce comportement n’est ni marxiste, ni internationaliste, ni amical. Il n’est guère amical non plus de la part de ceux-ci de refuser un accord de clearing pour cet achat de blé, et de nous obliger à sortir de notre banque nationale notre petite réserve d’or pour acheter en Union Soviétique le maïs nécessaire à la subsistance de notre population. Ces actions sont liées entre elles ; elles ne sont pas fortuites. Ces jours derniers en particulier, les attaques du camarade Khrouchtchev contre notre Parti du Travail ont atteint leur paroxysme. Vous, camarade Khrouchtchev, déclariez le 6 novembre que « les Albanais se comportent avec nous comme Tito ». Vous avez dit aux camarades chinois : « Nous avons perdu l’Albanie, et vous, Chinois, l’avez gagnée. » Et vous avez finalement affirmé que le Parti du Travail d’Albanie était un maillon faible du mouvement communiste. Que sont ces accusations monstrueuses, ces comportements de « marchand » à l’égard de notre Parti, de notre peuple et d’un pays socialiste, que l’on perdrait ou gagnerait comme une mise au jeu ? Que sont ces jugements portés sur un parti frère, qui serait selon vous un maillon faible du mouvement communiste international ? Il nous paraît évident que c’est notre juste attitude de principe, l’audace que nous avons de ne pas souscrire à vos actions injustifiées et de les blâmer, qui vous poussent à attaquer notre Parti, à pratiquer toutes sortes de pressions sur lui, à proférer même les monstruosités les plus inouïes à son adresse. Il n’y a dans cette attitude rien d’amical, rien de communiste. Vous nous comparez aux révisionnistes yougoslaves. Or tout le monde sait bien comment notre Parti s’est battu et se bat contre les révisionnistes yougoslaves. Ce n’est pas nous qui agissons comme les Yougoslaves, mais bien vous, camarade Khrouchtchev, qui employez contre notre Parti des méthodes étrangères au marxisme-léninisme. Vous considérez l’Albanie comme une marchandise négociable que quiconque peut acquérir ou céder. Il fut un temps, il est vrai, où l’Albanie était considérée comme telle, c’était lorsque certains croyaient qu’il dépendait d’eux qu’elle existe ou non, mais ce temps-là est révolu depuis que les idées du marxisme-léninisme ont triomphé dans notre pays. Et vous, vous avez fait revivre cet état de choses en prétendant que vous « aviez perdu » l’Albanie et que quelqu’un d’autre « l’avait gagnée », en décidant que l’Albanie n’était plus un pays socialiste, ce qui ressort de la lettre que vous nous avez remise le 8 novembre, et dans laquelle notre pays n’est pas défini comme un pays socialiste. Que l’Albanie avance dans la voie du socialisme et qu’elle fasse partie du camp du socialisme, ce n’est pas vous, camarade Khrouchtchev, qui en décidez, cela ne dépend pas de votre bon vouloir. Cela, c’est le peuple albanais, avec à sa tête son Parti du Travail, qui l’a décidé, par sa lutte, et il n’est pas de force au monde qui puisse l’écarter de cette voie. Quant à votre jugement selon lequel notre Parti du Travail serait le maillon le plus faible du camp socialiste et du mouvement communiste international, nous répondons que les vingt années d’histoire de notre Parti, la lutte héroïque de notre peuple et de notre Parti contre les occupants fascistes, les seize années qui se sont écoulées depuis la Libération et au cours desquelles notre Parti et notre petit peuple ont tenu tête à toutes les tempêtes, prouvent bien le contraire. Entourée d’ennemis, comme une île au milieu des flots, la République Populaire d’Albanie a résisté vaillamment à toutes les attaques et provocations des impérialistes et de leurs valets. Tel un roc de granit, elle a tenu et elle tient haut levé le drapeau du socialisme sur les arrières de l’ennemi. Camarade Khrouchtchev, vous avez levé la main contre notre petit peuple et son Parti, mais nous sommes convaincus que le peuple soviétique qui a versé son sang pour la liberté de notre peuple également, que le grand Parti de Lénine, n’approuveront pas votre action. Nous avons pleinement foi dans le marxisme-léninisme, nous sommes certains que les partis frères, qui ont envoyé leurs représentants à cette réunion, considéreront et jugeront cette question dans un parfait esprit de justice marxiste-léniniste. Notre Parti a toujours considéré le Parti Communiste de l’Union Soviétique comme le parti père, parce que c’est le parti le plus ancien, [#0000ff]le glorieux parti des bolchéviks ; il l’a tenu pour tel à cause de son expérience universelle, de sa grande maturité. [#800000]Mais notre Parti n’a jamais accepté et il n’acceptera jamais qu’un dirigeant soviétique, quel qu’il soit, lui impose ses propres conceptions, des conceptions que, pour sa part, il juge erronées. La direction soviétique a regardé cette importante question de principe de façon erronée, idéaliste et métaphysique ; elle s’est monté la tête à la suite des succès colossaux remportés par les peuples soviétiques et le Parti Communiste de l’Union Soviétique, et elle enfreint les principes marxistes-léninistes, elle se juge infaillible, elle estime parfaits et immuables toute décision, toute action, tout propos et tout geste de sa part. Les autres, eux, peuvent se tromper, les autres sont blâmables, elle pas. « Nos décisions sont sacrées, elles sont inviolables. Nous ne pouvons faire aucune concession au Parti Communiste Chinois, aucun compromis avec lui », disaient les dirigeants du Parti Communiste de l’Union Soviétique à nos représentants. Alors pourquoi nous ont-ils convoqués à Bucarest ? Assurément afin de nous faire voter les yeux fermés les points de vue de la direction soviétique. Et une telle manière d’agir serait marxiste ? Une telle attitude serait normale ? Peut-on admettre des actes de diversion de la part d’un parti contre un autre parti pour briser l’unité de celui-ci, renverser sa direction ou celle d’un autre État ? Jamais de la vie ! Les dirigeants soviétiques ont accusé le camarade Staline d’être soi-disant intervenu auprès des autres partis pour leur imposer les points de vue du Parti bolchévik ; nous pouvons témoigner que jamais le camarade Staline n’a agi de la sorte envers nous , qu’il s’est comporté en toute occasion à l’égard du peuple albanais et du Parti du Travail d’Albanie comme un grand marxiste, comme un internationaliste éminent, comme an camarade, un frère et un ami sincère du peuple albanais. En 1945, lorsque notre peuple était menacé de famine, le camarade Staline dérouta les navires chargés de céréales destinées au peuple soviétique, qui souffrait pourtant lui-même à l’époque d’une pénurie de vivres, pour les envoyer aussitôt au peuple albanais. Tout au contraire, la direction soviétique actuelle s’est permis des actions indignes. De telles pressions économiques sont-elles admissibles ? Est-il admissible que le peuple albanais soit menacé comme il l’a été par la direction soviétique après la Rencontre de Bucarest ? En aucune manière. L’Union Soviétique nous a aidés en toute circonstance, généreusement, par des crédits et de mille manières. L’Albanie nouvelle n’eût pu être édifiée sans l’aide qui lui a été prêtée avant tout par 1’Union Soviétique, puis par les autres pays de démocratie populaire. À dire la vérité, nous sommes très reconnaissants à l’Union Soviétique, au Parti Communiste de l’Union Soviétique et au Gouvernement soviétique, de l’important appui qu’ils ont accordé à notre pays pour lui permettre d’édifier son industrie, de mettre sur pied son agriculture, en un mot d’améliorer les conditions d’existence de notre peuple et d’accélérer la construction du socialisme en Albanie. Nous considérons que cette aide offerte à notre petit peuple, qui était plongé avant la guerre dans une misère profonde et générale, à un peuple dont le pays fut gravement dévasté durant la Seconde Guerre mondiale mais qui, sans plier le genou, et sous la glorieuse conduite du Parti Communiste d’Albanie, combattit héroïquement jusqu’à sa libération, que cette aide-là, donc, est une aide internationaliste. Or, pourquoi l’attitude de la direction soviétique à notre égard a-t-elle changé après Bucarest, au point de laisser le peuple albanais souffrir de la faim ? Et les dirigeants roumains ont agi de même, refusant d’envoyer, dans le cadre d’un accord de clearing, le moindre grain de blé à notre peuple, alors que la Roumanie exporte des céréales aux pays capitalistes, et que nous étions, pour notre part, contraints d’acheter du maïs contre devises aux producteurs français. Quelques mois avant la Rencontre de Bucarest, le camarade Dej invita expressément une délégation de notre Parti à discuter avec elle des perspectives de développement de l’Albanie. C’était là une préoccupation louable et marxiste. Le camarade Dej dit à notre Parti : « Nous, les autres pays de démocratie populaire, ne devons plus discuter de l’importance des crédits à accorder à l’Albanie, mais c’est l’Albanie elle-même qui doit décider de construire telles et telles fabriques, d’élever le niveau de ses moyens de production, quant aux millions de roubles que de telles réalisations pourront nécessiter, peu importe. » Et le camarade Dej ajouta même : « Nous en avons parlé aussi avec le camarade Khrouchtchev et il est d’accord avec nous. » Mais vint la Rencontre de Bucarest et notre Parti adopta l’attitude que l’on sait. Les camarades roumains oublièrent ce qu’ils avaient dit et choisirent la voie qui consistait à laisser le peuple albanais souffrir de la faim. Nous avons auparavant fait part officiellement de ces questions au Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique, nous ne les avons pas soulevées et n’en avons pas discuté publiquement, nous n’en avons chuchoté à l’oreille de personne et nous les révélons pour la première fois à une réunion de partis, comme l’est la Conférence d’aujourd’hui. Pourquoi donc soulevons-nous ces questions ? Notre but est de mettre un terme à ces manifestations négatives, qui loin de la renforcer, affaiblissent au contraire notre unité. Nous sommes mus par le désir de voir raffermir les relations et les liens marxistes-léninistes entre les Partis Communistes et Ouvriers et entre les États socialistes, de manière que soient balayées toutes les manifestations pernicieuses qui ont pu jusqu’à présent se faire jour. Nous sommes optimistes et fermement convaincus que les camarades soviétiques, de même que les autres camarades, comprendront correctement nos critiques. Elles sont sévères, mais franches et cordiales, et elles visent à renforcer nos relations. Notre Parti et notre peuple, indépendamment des attitudes injustes et malveillantes que l’on observe à notre égard, et que nous espérons voir cesser dans l’avenir, cimenteront encore plus leur attachement et leur dévouement infinis aux peuples soviétiques, au Parti Communiste de l’Union Soviétique, aux peuples et aux Partis Communistes et Ouvriers du camp socialiste, un attachement et un dévouement qui auront toujours pour fondements les enseignements marxistes-léninistes. Notre Parti ne conçoit l’amitié que fondée sur la justice, le respect réciproque et les principes marxistes-léninistes. Cela est dit en toutes lettres dans la Déclaration de Moscou de 1957, c’est également ce que souligne le projet de déclaration qui nous est présenté. Nous déclarons avec la plus profonde conviction que le Parti du Travail d’Albanie et le peuple albanais combattront résolument comme ils l’ont toujours fait jusqu’ici pour raffermir les relations entre les membres du camp socialiste, pour renforcer son unité et le mouvement communiste international. Le peuple albanais est prêt à se jeter au feu pour défendre ses vrais amis et il n’en est aucun qu’il place avant l’Union Soviétique. Ce ne sont pas là des paroles creuses qui ne sortent que de ma bouche, je ne fais qu’exprimer ici les sentiments de mon peuple et de mon Parti et on doit bien se dire que si nous aimons l’Union Soviétique et le Parti Communiste de l’Union Soviétique, ce n’est pas pour les beaux yeux de qui que ce soit, ou pour flatter quelqu’un, mais parce que sans l’Union Soviétique il n’y aurait pas aujourd’hui de vie libre dans le monde, et l’on verrait régner le fascisme et la terreur capitaliste. Voilà pourquoi nous aimons l’Union Soviétique et le Parti du grand Lénine et nous leur resterons à jamais fidèles. Chers camarades, La Déclaration de Moscou de 1957 tout comme le projet de déclaration qui nous est soumis constatent que le révisionnisme constitue aujourd’hui le principal danger dans le mouvement communiste et ouvrier international. La Déclaration de 1957 souligne à juste titre que la source intérieure du révisionnisme est la persistance de l’influence bourgeoise, alors que la capitulation face à la pression de l’impérialisme constitue sa source extérieure. La vie a pleinement confirmé que le révisionnisme moderne, camouflé de slogans pseudo-marxistes et révolutionnaires, s’est employé de toutes les manières à discréditer notre grande doctrine, le marxisme-léninisme, qu’il a proclamée « surannée » et ne répondant plus à l’évolution sociale. Sous le couvert du slogan du marxisme créateur, de prétendues conditions nouvelles, les révisionnistes ont tenté, d’une part, de dépouiller le marxisme-léninisme de son esprit révolutionnaire et de saper la confiance de la classe ouvrière et du peuple travailleur dans le socialisme, et, d’autre part, et de mille façons, d’enjoliver l’impérialisme, de faire croire qu’il s’est adouci, qu’il est devenu pacifique. Les trois années qui se sont écoulées depuis la Conférence de Moscou ont pleinement confirmé que les révisionnistes modernes ne sont que des scissionnistes du mouvement communiste et du camp socialiste, des laquais fidèles de l’impérialisme, des ennemis jurés du socialisme et de la classe ouvrière. L’expérience même a montré jusqu’à présent que le révisionnisme moderne a dans les révisionnistes yougoslaves, dans la clique traîtresse de Tito et Cie, ses porte-drapeau, ses représentants les plus agressifs et les plus dangereux. À l’époque où fut approuvée la Déclaration de Moscou, bien que, à notre sens, il existât alors déjà des données et des faits suffisants pour le faire, ce groupe hostile, agence de l’impérialisme américain, ne fut pas dénoncé publiquement. De surcroît, par la suite, lorsque le danger qu’il présentait apparut plus clairement, la lutte contre le révisionnisme yougoslave, la lutte conséquente et ininterrompue pour son démantèlement idéologique et politique, ne fut pas menée avec la vigueur voulue. Au contraire. Et ce fut là l’origine de bien des maux et de torts enregistrés dans notre mouvement communiste et ouvrier international. De l’avis de notre Parti, si le groupe de Tito n’a pas été totalement démasqué, si l’on a entretenu des « espérances » mensongères d’une soi-disant « amélioration » et d’un « tournant » positifs de ce groupe de traîtres, c’est parce qu’ont joué dans ce sens la tendance conciliatrice, la conception erronée et le jugement faussé du camarade Khrouchtchev et de certains autres dirigeants soviétiques à l’égard du dangereux groupe révisionniste titiste. Il a été dit que J. V. Staline s’était trompé dans le jugement qu’il avait porté sur les révisionnistes yougoslaves et en exacerbant l’attitude adoptée à leur encontre. Notre Parti n’a jamais été d’accord avec un tel point de vue, car le temps et la pratique ont précisément démontré le contraire. Staline avait fait une très juste appréciation du danger que présentaient les révisionnistes yougoslaves, et il a cherché à résoudre cette question en temps voulu et par la voie marxiste. Le Bureau d’Information en tant qu’organe collégial se réunit à l’époque et, le groupe titiste ayant été démasqué, une lutte sans merci fut engagée contre lui. Et le temps a démontré et il continue de démontrer qu’une telle action était juste et indispensable. Le Parti du Travail d’Albanie a toujours été convaincu que le groupe de Tito trahit le marxisme-léninisme, que c’est une officine de l’impérialisme, un dangereux ennemi du camp socialiste et de l’ensemble du mouvement communiste et ouvrier international, et qu’il faut donc mener contre lui une lutte impitoyable. Pour notre part, nous avons mené et nous continuons de mener cette lutte, parce que nous sommes des communistes internationalistes et que nous avons senti et nous sentons chaque jour sur notre dos tout le poids de l’activité hostile de la clique révisionniste de Tito contre notre Parti et notre pays. Mais cette attitude de notre Parti n’a pas été du goût du camarade Khrouchtchev ni de quelques autres camarades. Le groupe titiste est, de longue date, un groupe de trotskistes et de renégats. Du moins pour le Parti du Travail d’Albanie, il est tel depuis 1942, c’est-à-dire depuis 18 ans. Dès 1942, lorsque la lutte du peuple albanais prit une grande ampleur, le groupe trotskiste de Belgrade, sous le masque de l’amitié et profitant de notre bonne foi, s’efforça par tous les moyens d’entraver le développement de notre lutte armée, d’empêcher la création de puissants détachements de choc de partisans albanais et, se voyant incapable de le faire, il tenta d’en prendre directement la conduite politique et militaire. Ce groupe chercha à faire en sorte que tout dans notre action dépendît de Belgrade et que notre Parti, notre armée partisane, fussent de simples appendices du Parti Communiste Yougoslave et de l’armée de libération nationale yougoslave. Notre Parti, tout en préservant l’amitié qui l’unissait aux partisans yougoslaves, contrecarra victorieusement ces desseins diaboliques. Dès cette époque, le groupe titiste s’employait à jeter les fondements d’une Fédération Balkanique placée sous la direction de Belgrade, à mettre les Partis Communistes à la remorque du Parti Communiste de Yougoslavie, et les armées partisanes des peuples des Balkans sous la dépendance de l’état-major titiste. À cette fin, il tenta, de concert avec les Anglais, de créer l’État-Major Balkanique et de placer celui-ci, c’est-à-dire nos armées, sous la direction des Anglo-américains. Notre Parti déjoua victorieusement ces plans diaboliques. Et lorsque le drapeau de la Libération fut hissé sur Tirana, la bande titiste de Belgrade donna l’ordre à ses agents en Albanie de rabaisser le succès du Parti Communiste d’Albanie et d’organiser un putsch afin de renverser la direction du Parti, la direction même qui avait organisé le Parti, guidé la Lutte de Libération Nationale et conduit le peuple albanais à la victoire. Et Tito, de concert avec ses agents secrets dans notre Parti, organisa son premier putsch chez nous. Mais le Parti Communiste d’Albanie fit échouer ce complot. Les comploteurs de Belgrade ne déposèrent pas les armes pour autant, et en collusion avec le traître Koçi Xoxe, leur premier agent dans notre Parti, ils reprirent, sous de nouvelles formes, l’organisation de leur complot contre l’Albanie nouvelle. Leur but était de faire de l’Albanie une septième république de la Yougoslavie. En un temps où le pays était dévasté, incendié, et qu’il fallait le reconstruire à partir de ses fondements, que notre peuple était sans pain et sans abri, mais animé d’un moral élevé, que notre peuple et notre armée, les armes à la main, montaient une garde vigilante contre les complots de la réaction organisés par les missions anglo-américaines qui menaçaient l’Albanie nouvelle de nouvelles invasions, qu’une grande partie de l’armée partisane albanaise avait franchi la frontière de l’Albanie pour se porter au secours de ses frères yougoslaves, combattre à leurs côtés et libérer avec eux le Monténégro, la Bosnie, l’Herzégovine, Kosovë et Métohi, et la Macédoine, en ce temps-là les comploteurs de Belgrade ourdissaient de nouveaux plans pour asservir l’Albanie. Mais notre Parti a tenu tête héroïquement à ces agents camouflés en communistes. Les trotskistes de Belgrade, voyant qu’ils perdaient la partie, que leurs complots étaient réduits à néant par notre Parti, jouèrent leur dernière carte : ils tentèrent d’envahir l’Albanie militairement, d’y étouffer la résistance, d’arrêter les dirigeants du Parti du Travail d’Albanie et de l’État albanais et de déclarer l’Albanie septième république de la Yougoslavie. Le Parti déjoua, comme les autres, ce plan diabolique monté par eux. L’appui et l’intervention de Joseph Staline à ces moments-là furent décisifs pour notre Parti et la liberté du peuple albanais . C’est précisément à ce moment que la clique de Tito fut démasquée par le Bureau d’Information. Staline et l’Union Soviétique sauvaient ainsi le peuple albanais pour la seconde fois. Le Bureau d’Information fit échouer les menées et complots de la clique de Tito, non seulement en Albanie, mais aussi dans les autres pays de démocratie populaire. Masqués en communistes, Tito et sa bande, ces renégats et agents de l’impérialisme, tentèrent de rompre l’amitié et l’alliance de combat qui unissaient les pays de démocratie populaire des Balkans et de l’Europe centrale à l’Union Soviétique, de détruire les Partis Communistes et Ouvriers de nos pays et de transformer nos États en réserve de l’impérialisme anglo-américain. Qui ne connaissait et ne voyait alors en action ces plans hostiles de l’impérialisme et de son serviteur fidèle Tito ? Tous en avaient connaissance, tous en furent informés et tous approuvèrent unanimement les justes décisions du Bureau d’Information, tous, sans exception, souscrivirent aux résolutions du Bureau d’Information, lesquelles, selon notre point de vue, étaient et sont demeurées toutes justes. Ceux qui ne voulurent voir, ni comprendre les agissements de cette bande de criminels, éprouvèrent pour la seconde fois, avec la contre-révolution en Hongrie et les complots incessants en Albanie, que le loup meurt dans sa peau ; Tito et sa bande ont eu beau recourir à toutes les ruses, s’affubler de tous les masques, ils n’en demeurent pas moins des traîtres, des criminels, des agents de l’impérialisme, des assassins des héroïques communistes internationalistes yougoslaves, et ils le resteront tant qu’ils n’auront pas été liquidés. Quant aux décisions prises contre le groupe renégat de Tito par le Bureau d’Information, le Parti du Travail d’Albanie ne les considère pas comme ayant été arrêtées personnellement par le camarade Staline, mais par tous les partis qui faisaient partie du Bureau d’Information. Et non seulement par les partis membres du Bureau d’Information, mais aussi par les Partis Communistes et Ouvriers qui n’en faisaient pas partie. Cette question concernant tous les Partis Communistes et Ouvriers, touchait par conséquent aussi le Parti du Travail d’Albanie, lequel, ayant reçu et étudié la lettre adressée par Staline et Molotov au Comité Central du Parti Communiste de Yougoslavie, se montra pleinement solidaire de cette lettre et des décisions du Bureau d’Information. Pourquoi alors le « tournant » opéré par le camarade Khrouchtchev et le Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique en 1955 à l’égard des révisionnistes yougoslaves, ne donna-t-il pas lieu à une consultation régulière avec les autres Partis Communistes et Ouvriers, mais fut-il conçu et mis en application si rapidement et unilatéralement ? C’était là une question qui nous concernait tous. Ou bien les révisionnistes yougoslaves s’étaient dressés contre le marxisme-léninisme et les Partis Communistes et Ouvriers du monde, ou bien ils ne l’avaient pas fait ; ou bien c’est eux qui avaient commis une faute, ou bien c’est nous qui en avions commis une à leur égard, et pas seulement Staline. Et ce point, le camarade Khrouchtchev ne pouvait ni ne devait le résoudre seul, à sa guise. C’est pourtant ce qu’il fit et il rattacha le tournant dans les rapports avec les révisionnistes yougoslaves à son voyage à Belgrade. Cette initiative fit l’effet d’une bombe au Parti du Travail d’Albanie et il s’y opposa immédiatement de façon catégorique. Avant le départ, en mai 1955, du camarade Khrouchtchev pour Belgrade, le Comité Central du Parti du Travail d’Albanie adressa au Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique une lettre dans laquelle il exprimait l’opposition de notre Parti à ce voyage à Belgrade, en soulignant que la question yougoslave ne pouvait être résolue unilatéralement, mais qu’elle devait être discutée par une réunion du Bureau d’Information, à laquelle le Parti du Travail d’Albanie demandait à être invité. C’est là que cette question devait être décidée après un long et juste débat. Certes, du point de vue de la forme, il ne nous appartenait pas de décider si le camarade Khrouchtchev devait faire ou non ce voyage à Belgrade, mais, dans le fond, nous avions raison et le temps a confirmé que la question yougoslave ne devait pas être réglée ainsi au pied levé. On lança le slogan des « superpositions », on annula rapidement la seconde résolution du Bureau d’Information, on inaugura l’« époque de la réconciliation » avec les « camarades yougoslaves », on révisa les cas des comploteurs, qui furent réhabilités, on ne fit plus que parler avec chaleur des « camarades yougoslaves », et les « camarades yougoslaves » se dressèrent sur leurs ergots, se mirent à clamer que leur « juste cause » avait triomphé, que c’était « Staline, ce criminel », qui avait ourdi toutes ces accusations contre eux, et il se créa ainsi une situation où quiconque refusait de marcher droit dans ce sens était traité de « stalinien » et devait être éliminé. Notre Parti s’opposa à l’adoption d’une telle voie conciliatrice et opportuniste. Il se maintint sur de justes positions idéologiques, marxistes-léninistes, sur les positions de la lutte idéologique et politique contre les révisionnistes yougoslaves . Le Parti du Travail demeura inébranlablement attaché à son point de vue que le groupe titiste était un groupe de traîtres, de renégats, de trotskistes, un groupe de diversion et à la solde des Américains, et que le Parti du Travail d’Albanie ne s’était pas trompé à leur égard. Le Parti du Travail d’Albanie s’en tint fermement au point de vue selon lequel le camarade Staline ne s’était pas trompé sur ces questions, que les révisionnistes, suivant leur ligne de trahison, avaient tenté d’asservir l’Albanie, de détruire le Parti du Travail d’Albanie, et qu’en tramant contre notre pays une série de complots internationaux en collusion avec les impérialistes anglo-américains, ils cherchaient à le plonger dans des conflits internationaux. Par ailleurs, le Parti du Travail d’Albanie était d’accord pour établir avec la République Fédérative Populaire de Yougoslavie des rapports d’État à État, de bon voisinage, des relations commerciales et culturelles, si les normes de la coexistence pacifique entre États à régimes différents étaient respectées, car pour le Parti du Travail d’Albanie, la Yougoslavie titiste n’a jamais été, elle n’est et elle ne sera jamais un pays socialiste, tant qu’elle aura à sa tête un groupe renégat et agent de l’impérialisme. Aucune tentative ouverte ou camouflée ne put écarter le Parti du Travail d’Albanie de ces justes positions. Vainement, le Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique, par le truchement du camarade Souslov, s’employa à nous convaincre de ne pas évoquer la question de Koçi Xoxe au rapport d’activité que nous devions présenter à notre IIIe Congrès, en mai 1956, ce qui eut signifié de notre part le reniement de notre lutte et de nos positions de principe. Avec l’Albanie, les titistes tombèrent sur un os, ou comme le dit Tito, « l’Albanie lui devint une épine au pied », et le groupe des traîtres titistes poursuivit naturellement sa lutte contre le Parti du Travail d’Albanie, croyant nous démasquer en nous qualifiant de « staliniens ». Le groupe de Belgrade ne se borna pas à nous combattre par la propagande, mais il continua ses menées d’espionnage, ses actes de diversion, ses complots, il envoya des bandes armées dans notre pays et se montra encore plus agissant qu’avant 1948. Tout cela est établi par des faits. Mais la tragédie réside en ce que d’une part le Parti du Travail d’Albanie devait se défendre contre les dures et incessantes attaques des révisionnistes yougoslaves, et que d’autre part, la position inébranlable, de principe, marxiste-léniniste, de notre Parti était en opposition avec l’attitude conciliatrice adoptée à l’égard des révisionnistes yougoslaves par les dirigeants soviétiques et ceux de certains autres Partis Communistes et Ouvriers. On clamait et écrivait alors partout que « la Yougoslavie est de fait un pays socialiste », que « les communistes yougoslaves ont une grande expérience et de grands mérites », que « l’expérience yougoslave est digne d’un grand intérêt et mérite une étude attentive », que « la période des querelles et des malentendus n’avait pas été suscitée par la Yougoslavie et que celle-ci avait été victime d’une grande injustice », etc. etc. Bien entendu, ces attitudes encouragèrent la clique de Tito, qui crut avoir totalement gagné la partie, à part « l’épine » qui lui était restée « au pied » et qu’elle comptait bien isoler et finalement liquider. Mais non seulement elle ne put isoler et encore moins liquider notre Parti, mais le temps est au contraire venu confirmer le bien-fondé des points de vue de notre Parti. À cause de cette position qu’il a adoptée, notre Parti a été l’objet de pressions multiples. La direction albanaise fut jugée « emportée », « entêtée », on l’accusa de « gonfler » l’importance de ses litiges avec la Yougoslavie, d’exciter injustement les Yougoslaves, etc. Sur ce plan, notre Parti fut attaqué au premier chef par le camarade Khrouchtchev .
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 19-02-2007 à 11:21:04   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

. J’ai brièvement évoqué plus haut les agissements des révisionnistes yougoslaves contre notre Parti et notre pays durant la guerre, après la guerre, et après 1948, mais je m’arrêterai aussi un peu sur la période antérieure à la contre-révolution en Hongrie, contre-révolution qui fut l’œuvre des agents yougoslaves. Le groupe de traîtres de Belgrade entreprit d’organiser une contre-révolution en Albanie également. Si notre Parti avait commis l’erreur d’entrer dans la « danse de la réconciliation » avec les révisionnistes yougoslaves, comme on le lui conseillait après 1955, la démocratie populaire en Albanie aurait été perdue. Nous Albanais, ne serions pas aujourd’hui dans cette salle, mais en train de combattre encore dans nos montagnes. Notre Parti et notre peuple, [#0000ff]fondus en une unité d’acier, [#800000]constamment en éveil, découvrirent et démasquèrent les espions de Tito infiltrés dans notre Comité Central, qui travaillaient en collusion avec la Légation de Yougoslavie à Tirana. Tito fit savoir à ces traîtres qu’ils s’étaient trop hâtés et qu’ils devaient attendre ses instructions. Ces espions et traîtres écrivirent aussi au camarade Khrouchtchev, lui demandant d’intervenir contre le Comité Central du Parti du Travail d’Albanie. Ce sont là des faits établis. Le dessein de Tito était de coordonner la contre-révolution en Albanie avec la contre-révolution hongroise. Quelque temps après le XXe Congrès du Parti Communiste de l’Union Soviétique, devait se tenir notre IIIe Congrès. L’agence yougoslave jugea le moment venu de renverser la direction albanaise « obstinée et stalinienne » et organisa le complot qui fut découvert et écrasé à la Conférence du Parti à Tirana, en avril 1956. Les comploteurs reçurent le châtiment sévère qu’ils méritaient. D’autres agents dangereux de Tito en Albanie, Dali Ndreu et Liri Gega, reçurent de lui l’ordre de s’enfuir en Yougoslavie, car « ils étaient en péril et les actions [contre notre Parti] devaient être organisées sur le territoire yougoslave ». Le Parti avait pleinement connaissance de l’activité et de l’ordre secret de Tito. Il veillait et se saisit des traîtres sur la frontière, alors qu’ils tentaient de s’enfuir. Ceux-ci furent jugés et fusillés. L’agence yougoslave qui préparait la contre-révolution en Albanie fut découverte et complètement anéantie. Chose curieuse, le camarade Khrouchtchev se posa devant nous en défenseur de ces traîtres et agents yougoslaves : il nous accusa d’avoir fait fusiller l’agent yougoslave Liri Gega, alors qu’elle était soi-disant « en état de grossesse, ce qui n’avait pas de précédent même à l’époque du tsar, et avait produit une très mauvaise impression dans l’opinion publique mondiale ». C’étaient là des calomnies des Yougoslaves, en qui le camarade Khrouchtchev avait plus confiance qu’en nous. Bien entendu, nous réfutâmes ses insinuations. Mais dans son attitude injuste, contraire aux principes et inamicale à l’égard de notre Parti et de sa direction, le camarade Khrouchtchev ne s’en tint pas là. Panajot Plaku, un autre agent yougoslave, traître au Parti du Travail d’Albanie et au peuple albanais, s’enfuit en Yougoslavie et se mit au service des Yougoslaves. Il organisait les émissions hostiles de la station dite « l’Albanie socialiste ». Ce traître écrivit au bandit Tito et au camarade Khrouchtchev, demandant notamment à ce dernier de se prévaloir de son autorité pour éliminer la direction albanaise, Enver Hoxha en tête, parce que nous serions « anti-marxistes, staliniens ». Le camarade Khrouchtchev, loin de s’indigner de la lettre de ce traître, estimait au contraire que celui-ci devait pouvoir rentrer en Albanie sans y être inquiété ou, sinon, qu’il pourrait trouver asile politique en Union Soviétique. En entendant ces propos, nous eûmes l’impression que les murs du Kremlin s’écroulaient sur nous, car nous n’aurions jamais pu imaginer que le premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste de l’Union Soviétique en arriverait au point de soutenir les agents de Tito et les traîtres à notre Parti, contre notre Parti et notre peuple. Mais nos divergences de principe avec le camarade Khrouchtchev sur la question yougoslave atteignirent leur point culminant lorsque, devant notre insistance de principe à démasquer l’agence titiste de Belgrade, il s’indigna à tel point, qu’au cours des entretiens officiels d’avril 1957 entre nos deux délégations, il nous dit, en colère : « Arrêtons là nos discussions, nous ne pouvons pas nous entendre avec vous. Vous cherchez à nous ramener sur la voie de Staline. » Nous étions, pour notre part, outrés d’une telle attitude inamicale de la part du camarade Khrouchtchev, qui cherchait à rompre les conversations, en d’autres termes à envenimer ses rapports avec le Parti et l’État albanais sur la question des traîtres au marxisme-léninisme, du groupe de Tito. Nous ne pouvions en aucune manière souscrire à cette attitude, et pourtant, bien qu’accusés d’emportement, nous gardâmes notre sang-froid, car nous étions convaincus que c’était nous et non le camarade Khrouchtchev qui étions dans le vrai, que c’était la ligne que nous suivions et non pas celle du camarade Khrouchtchev qui était juste, que le bien-fondé de notre ligne serait démontré une fois de plus par la vie, comme il le fut effectivement. Selon nous, la contre-révolution en Hongrie fut principalement l’œuvre des titistes. Les impérialistes américains avaient, au premier chef en Tito et dans les renégats de Belgrade, la meilleure arme pour saper la démocratie populaire en Hongrie. Après le voyage du camarade Khrouchtchev à Belgrade, en 1955, la question de l’activité de sape de Tito fut négligée. La contre-révolution en Hongrie n’éclata pas inopinément, elle fut préparée quasi ouvertement et personne ne réussirait à nous convaincre que cette révolution a été préparée dans le plus grand secret. La contre-révolution fut préparée par l’agence de la bande Tito, en collusion avec le traître Imre Nagy, en collusion avec les fascistes hongrois, qui, tous ensemble, agissaient ouvertement sous la direction des américains. Les titistes, principaux fauteurs de la contre-révolution hongroise, projetaient de détacher la Hongrie de notre camp socialiste, de la transformer en une seconde Yougoslavie, de l’allier à l’O.T.A.N. par l’intermédiaire de la Yougoslavie, de la Grèce et de la Turquie, de l’assujettir à l’aide de l’Amérique et de lui faire poursuivre la lutte, de concert avec la Yougoslavie, et sous la direction de l’impérialisme, contre le camp socialiste. Les contre-révolutionnaires en Hongrie œuvraient au grand jour. Comment leurs agissements ne furent-ils remarqués par personne ? Nous ne pouvons concevoir que dans une démocratie sœur comme la Hongrie, où le Parti est au pouvoir et dispose des armes de la dictature du prolétariat, où étaient stationnées des troupes soviétiques, Tito et les bandes horthystes aient pu œuvrer aussi librement qu’ils le firent. Nous estimons que les positions du camarade Khrouchtchev et des autres camarades soviétiques à l’égard de la Hongrie n’ont pas été claires, du fait que leurs points de vue tout à fait erronés sur la bande de Belgrade les empêchaient d’avoir une juste vision de ces questions. Les camarades soviétiques avaient confiance en Imre Nagy, l’homme de Tito. Et ce que nous disons là n’est pas un vain propos. Avant que n’éclate la contre-révolution et quand la chaudière bouillait au cercle « Petöfi », j’étais de passage à Moscou et, au cours d’un entretien que j’eus avec le camarade Souslov, je lui fis part de ce que j’avais vu en passant par Budapest, je lui dis aussi que le révisionniste Imre Nagy se dressait et qu’il organisait la contre-révolution au cercle « Petöfi ». Le camarade Souslov rejeta catégoriquement mon point de vue et, pour me prouver les bons sentiments d’Imre Nagy, il me sortit d’un tiroir « l’autocritique toute fraîche d’Imre Nagy ». Néanmoins, je répétai au camarade Suslov qu’Imre Nagy était un traître. Nous avons un autre sujet d’étonnement et nous posons cette question légitime : pourquoi le camarade Khrouchtchev et les camarades soviétiques sont-ils allés plusieurs fois à Brioni pour y converser avec le renégat Tito sur l’affaire hongroise ? Du moment que les camarades dirigeants soviétiques étaient informés que les titistes préparaient la contre-révolution dans un pays de notre camp, leur était-il permis d’aller s’entretenir avec un ennemi qui fomente des complots et des contre-révolutions dans les pays socialistes ? Il est naturel que nous demandions au camarade Khrouchtchev et aux camarades soviétiques, en Parti Communiste, en État de démocratie populaire, en membre du Traité de Varsovie et du camp socialiste que nous sommes, pourquoi ils ont jugé opportunes ces rencontres répétées à Brioni en 1956 avec Tito, avec ce traître au marxisme-léninisme, et n’ont pas estimé utile de se réunir une seule fois avec les représentants de nos pays, ni d’organiser une seule réunion des pays membres du Traité de Varsovie. Quand donc se réuniront les pays membres du Traité de Varsovie ? Faudra-t-il attendre pour cela qu’un de nos pays soit en danger ? Nous estimons que le fait d’intervenir ou non par les armes en Hongrie est une question qui ne doit pas relever du jugement d’une seule personne ; du moment que nous avons mis sur pied le Traité de Varsovie, nous devons prendre les décisions qui nous concernent en commun, sinon il est vain de parler d’alliance, de collégialité et de coopération entre les partis. La contre-révolution hongroise a coûté du sang à notre camp, elle a coûté du sang à la Hongrie et à l’Union Soviétique. Comment a-t-on permis cette effusion de sang et n’a-t-on pas pris de mesures pour la prévenir ? Nous estimons qu’aucune mesure préalable ne pouvait être prise, dès lors que le camarade Khrouchtchev et les camarades soviétiques avaient confiance dans l’organisateur de la contre-révolution hongroise, dans le traître Tito, et qu’ils faisaient si bon marché des réunions régulières indispensables avec leurs amis, avec leurs alliés, qu’ils jugeaient seules justes leurs propres décisions sur des questions qui nous touchent tous, sans faire le moindre cas du travail et des décisions collégiales. Le Parti du Travail d’Albanie n’a pas une idée claire de la manière dont les choses se sont déroulées ni de la façon dont les décisions ont été prises sur cette affaire. En un temps où les titistes, d’une part s’entretiennent à Brioni avec les camarades soviétiques et, d’autre part, organisent fébrilement la contre-révolution en Hongrie et en Albanie, les camarades soviétiques ne se donnent même pas la peine de mettre notre direction au courant, ne fût-ce que de façon purement formelle, par égard pour les alliés que nous sommes, de ce qui se passe, des mesures qu’ils entendent prendre. Les camarades soviétiques savent fort bien quels étaient les vues et les desseins de Belgrade à l’égard de l’Albanie. En fait, l’attitude des camarades soviétiques est non seulement blâmable mais même incompréhensible. L’affaire hongroise nous a servi de précieuse leçon, par ce qui s’y est passé, sur la scène comme dans les coulisses. Nous pensions que la contre-révolution hongroise était plus que suffisante pour prouver la trahison de Tito et de sa bande. Nous savons que de nombreux documents sont conservés dans las tiroirs et ne sont pas révélés, des documents qui démasquent l’activité barbare du groupe de Tito dans l’affaire hongroise. Nous ne comprenons pas pourquoi l’on agit ainsi. Quels sont les intérêts qui se cachent derrière ces documents, lesquels ne sont pas révélés mais soigneusement conservés dans des classeurs ? On a recherché et découvert les moindres documents pour condamner après sa mort le camarade Staline et on serre dans les tiroirs les documents qui démasqueraient le vil traître qu’est Tito. Toutefois même après la contre-révolution hongroise la lutte politique et idéologique contre la bande titiste, au lieu d’aller crescendo, comme le requiert le marxisme-léninisme, est allée s’éteignant, vers la réconciliation, les sourires, les contacts, l’adoucissement, pour aboutir presque à des embrassades. En fait, les titistes, grâce à cette attitude opportuniste observée à leur égard, réussirent à franchir également ce fossé. Le Parti du Travail d’Albanie était opposé à la ligne suivie par le camarade Khrouchtchev et les autres camarades à l’égard des révisionnistes yougoslaves. Notre Parti poursuivit sa lutte contre les révisionnistes avec encore plus de force. Nombre d’amis et de camarades, et en premier lieu les camarades soviétiques et les camarades bulgares, incapables d’attaquer notre juste ligne, nous raillaient, avaient un sourire ironique à notre adresse et, par leurs contacts amicaux avec les titistes, isolaient partout nos représentants. Nous espérions qu’après le VIIe Congrès titiste, même les aveugles, sans parler des marxistes, verraient à qui ils avaient affaire et comment ils devaient agir. Par malheur, il n’en fut rien. Peu de temps après le VIIe Congrès titiste, la dénonciation du révisionnisme s’émoussa. Les revues théoriques soviétiques parlaient de toutes sortes de révisionnisme, même du révisionnisme d’Honolulu, mais ne disaient que fort peu de chose du révisionnisme yougoslave. C’était ne pas voir le loup qu’on avait devant soi et chercher ses traces. On vit lancer les slogans : « Ne parlons plus de Tito et de son groupe, car cela ne fait qu’alimenter leur vanité », « Ne parlons plus de Tito et de son groupe, car nous faisons du tort au peuple yougoslave », « Ne parlons pas des renégats titistes, car Tito tire parti de nos propos pour mobiliser le peuple yougoslave contre notre camp », etc. Un bon nombre de partis firent leurs ces slogans, mais notre parti ne les suivit pas dans cette voie et nous estimons avoir agi judicieusement. Il se créa ainsi une situation telle, que la presse des pays amis n’acceptait d’insérer des articles de collaborateurs albanais qu’à condition qu’il n’y fût pas fait mention des révisionnistes yougoslaves. Dans tous les pays de démocratie populaire européens, à l’exception de la Tchécoslovaquie, où les camarades tchécoslovaques, jugèrent dans l’ensemble nos actions judicieuses, nos ambassadeurs furent indirectement isolés, car les diplomates des pays amis préféraient converser avec les diplomates titistes ; ils détestaient les nôtres et ne voulaient pas les voir. Et les choses en arrivèrent au point que le camarade Khrouchtchev fit de la question yougoslave une condition de sa venue en Albanie, à la tête d’une délégation du Parti et du Gouvernement soviétique, au mois de mai 1959. Les premiers mots du camarade Khrouchtchev, au début des entretiens à Tirana, furent pour avertir les assistants qu’il ne parlerait pas contre les révisionnistes yougoslaves, ce que personne du reste ne l’obligeait à faire, mais cette déclaration signifiait clairement son désaccord avec le Parti du Travail d’Albanie sur cette question. Nous respectâmes son désir, comme étant celui d’un ami, tant qu’il séjourna en Albanie, indépendamment du fait que la presse titiste, qui se réjouit outre mesure de cette attitude, ne manqua pas de dire que Khrouchtchev avait cloué le bec aux Albanais. En fait, cela ne correspondait pas exactement à la réalité, car le camarade Khrouchtchev était fort loin de nous rallier à ses vues sur cette question et les titistes apprirent clairement, après le départ de notre hôte, que le Parti du Travail d’Albanie n’était plus lié aux conditions que Khrouchtchev lui avait posées et qu’il poursuivait sa propre voie marxiste-léniniste. Le camarade Khrouchtchev, dans ses entretiens avec Vukmanovié Tempo, a, entre autres, jugé nos prises de position, quant au ton, similaires à celles des Yougoslaves et a désapprouvé le ton des Albanais. Nous considérons erronés et répréhensibles les propos du camarade Khrouchtchev tenus à Vukmanovic Tempo, ennemi du marxisme, du camp du socialisme et de l’Albanie. Nous disons que chacun doit être traité comme il le mérite et, pour notre part, nous ne sommes pas d’accord avec le ton conciliant de Khrouchtchev à l’égard des révisionnistes, car notre peuple dit bien qu’on doit parler durement à l’ennemi et avoir les paroles les plus douces pour ceux qu’on aime. Certains camarades, dont le jugement sur ce point est erroné, prétendent que nous observons cette attitude à l’égard des titistes parce que nous tiendrions, prétendument, à porter le drapeau de la lutte contre le révisionnisme ou parce que nous avons une manière étroite, strictement nationale, de considérer ce problème, et que de ce fait nous nous sommes engagés, sinon dans une voie « chauvine », tout au moins dans la voie d’un « nationalisme étroit ». Le Parti du Travail d’Albanie a jugé et juge la question du révisionnisme yougoslave à travers le prisme du marxisme-léninisme, il l’a regardé comme le principal danger pour le mouvement communiste international, comme un danger pour l’unité du camp socialiste, et il le combat en tant que tel. Mais tout en étant internationalistes, nous n’en sommes pas moins des communistes d’un pays donné, de l’Albanie. Nous, communistes albanais, ne nous considérerions pas comme des communistes, si nous ne défendions pas avec esprit de suite et détermination la liberté de notre chère patrie contre les complots et les attaques de diversion de la clique révisionniste de Tito, qui visent à envahir l’Albanie et dont tout le monde a désormais parfaitement connaissance. Est-il possible et permis que nous, communistes albanais, laissions notre pays devenir la proie de Tito, des Américains, des Grecs ou des Italiens ? Non, jamais ! D’autres nous conseillent de ne pas nous en prendre aux Yougoslaves. « Que craignez-vous ? — nous dit-on — Vous avez la protection de l’Union Soviétique. » Nous avons dit et nous répétons à ces camarades que nous ne craignons ni les trotskistes yougoslaves, ni personne au monde. Nous avons toujours dit et nous répétons que l’Union Soviétique nous a défendus, qu’elle nous défend et qu’elle nous défendra, mais nous sommes marxistes-léninistes, et nous ne relâcherons jamais un seul moment notre lutte contre les révisionnistes et les impérialistes, avant de les avoir liquidés. Car pour être protégé par l’Union Soviétique, il faut d’abord être capable de se défendre soi-même. Les Yougoslaves nous accusent d’être soi-disant « chauvins », de nous « ingérer dans leurs affaires intérieures et de rechercher une rectification de frontières avec la Yougoslavie ». Nombre de nos amis pensent et laissent entendre que nous, communistes albanais, inclinons dans ce sens. Nous déclarons à ceux de nos amis qui ont cette opinion qu’ils se trompent lourdement. Nous ne sommes pas chauvins, nous n’avons demandé ni ne demandons aucune rectification de frontière. Mais ce que nous demandons et que nous demanderons constamment aux titistes, c’est de mettre fin à leurs crimes de génocide contre la minorité albanaise de Kosovë et de Metohi, à la terreur blanche contre les Albanais de Kosovë, à l’expulsion des Albanais de leurs territoires et à leur envoi en masse en Turquie, nous demandons que, conformément à la Constitution de la République Populaire de Yougoslavie, la minorité albanaise en Yougoslavie se voie reconnaître ses droits, et nous dénoncerons les Yougoslaves jusqu’au bout sur tous ces points. Cette attitude est-elle chauvine ou marxiste ? C’est là notre position sur cette question. Mais si les titistes parlent de coexistence, de paix, de rapports de bon voisinage, et s’ils organisent par ailleurs des complots, des troupes de mercenaires et de fascistes en Yougoslavie pour violer nos frontières et démembrer, de concert avec la Grèce monarcho-fasciste, notre Albanie socialiste, alors soyez certains que non seulement le peuple albanais de l’Albanie nouvelle se dressera les armes à la main, mais que se dresseront aussi, les armes à la main, un million d’Albanais qui vivent sous la servitude de Tito pour arrêter la main du criminel. Et il n’y a rien là que de marxiste, et c’est bien ce qui surviendra, si une action de ce genre est entreprise. Le Parti du Travail d’Albanie ne permet à personne de jouer ou de faire de la politique avec les droits du peuple albanais. Nous n’intervenons pas dans les affaires intérieures d’autrui, mais lorsque, du fait de l’atténuation de la lutte contre les révisionnistes yougoslaves, les choses en arrivent au point que, dans un pays ami comme la Bulgarie, on publie une carte des Balkans qui englobe l’Albanie à l’intérieur des frontières de la Yougoslavie, nous ne pouvons rester cois. On nous dit que cela est imputable à une erreur technique d’un employé, mais comment se fait-il que rien de tel ne se soit produit auparavant ? Et ce n’est pas là un cas isolé. À un meeting, à Sremska Mitrovica, le bandit Rankovic s’en est pris comme d’habitude à l’Albanie, la qualifiant « d’enfer, où règnent les barbelés et les bottes des gardes-frontières » et prétendant que la démocratie des néo-fascistes italiens est plus avancée que la nôtre. Les propos de Rankovic ne seraient d’aucune importance pour nous, mais ces propos ont été écoutés avec la plus grande sérénité, et sans la moindre protestation, par l’ambassadeur soviétique et l’ambassadeur bulgare à Belgrade qui assistaient à ce meeting. Nous avons pour notre part protesté amicalement contre cette attitude auprès des Comités Centraux du Parti Communiste de l’Union Soviétique et du Parti Communiste Bulgare. Le camarade Jivkov, dans sa lettre de réponse adressée au Comité Central du Parti du Travail d’Albanie, a eu le front de rejeter notre protestation et de définir le discours du bandit Rankovic de positif. Nous n’aurions jamais pu imaginer que le premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste Bulgare aurait qualifié de positif le discours d’un bandit comme Rankovic qui outrage si gravement l’Albanie socialiste en la décrivant comme un enfer: Non seulement nous rejetons avec mépris cet outrage intolérable qui nous est fait par le premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste Bulgare, mais nous sommes pleinement convaincus que le Parti Communiste Bulgare et l’héroïque peuple bulgare eux-mêmes se révolteraient s’ils apprenaient cela. Si nous permettons que de si graves fautes soient commises dans les attitudes que nous observons les uns à l’égard des autres, les choses n’iront pas bien. Nous ne pouvons en aucune façon être d’accord avec le camarade Khrouchtchev, et nous avons protesté auprès de lui en temps utile, sur les entretiens qu’il a eus avec Sophocle Venizelos, à propos de la minorité grecque d’Albanie. Le camarade Khrouchtchev sait bien que les frontières de l’Albanie sont inviolables et sacrées, que qui les touche est un agresseur. Le peuple albanais versera son sang si on touche à ses frontières. Le camarade Khrouchtchev a commis une grave erreur, en disant à Venizélos qu’il avait vu à Korçë des Grecs et des Albanais travaillant côte à côte en frères. Il n’existe pas à Korçë la moindre minorité grecque, mais ce qui existe, ce sont les convoitises séculaires des Grecs sur la région de Korçë, comme sur toute l’Albanie. Il existe une toute petite minorité grecque à Gjirokastër. Le camarade Khrouchtchev sait bien qu’il est reconnu à cette minorité tous les droits et l’usage de la langue grecque, qu’elle a ses églises, ses écoles et qu’en fait ses membres jouissent exactement des mêmes droits que tous les autres citoyens albanais. Les revendications des Grecs et notamment celles formulées par Sophocle Vénizélos, le fils d’Eleutherios Venizélos, l’assassin des Albanais, l’incendiaire des régions albanaises du Sud, le chauvin grec le plus enragé et le père de la « mégaliidhea » grecque, le fauteur du démembrement de l’Albanie et de son annexion sous le couvert du slogan de l’autonomie, sont bien connus. Le camarade Khrouchtchev connaît bien l’attitude du Parti du Travail d’Albanie, du Gouvernement et du peuple albanais sur cette question. Dans ces conditions, ne pas donner la réponse qu’il mérite, laisser des espérances et des illusions à un agent anglais, à un chauvin, à un ennemi du communisme et de l’Albanie, et lui dire qu’on transmettra ses vœux aux camarades albanais, cela, pour nous, est inadmissible et blâmable. Nous avons donné, camarade Khrouchtchev, notre réponse à Sophocle Vénizélos, et nous pensons que vous devez en avoir pris connaissance par la presse. Nous n’avons aucune objection à ce que vous fassiez votre politique avec Sophocle Vénizélos, mais vous ne devez pas faire de politique avec nos frontières et avec nos droits, car cela nous ne l’avons jamais permis et nous ne le permettrons jamais à personne. Et en cela nous ne sommes pas nationalistes, mais internationalistes. Quelqu’un pourra considérer mes propos comme déplacés, comme des déclarations qui ne sont pas à la hauteur de la réunion. Il ne me serait pas difficile de composer un discours au ton soi-disant théorique, d’aligner des phrases et des citations de caractère général, de vous présenter un rapport général, de vous faire plaisir et de passer mon tour. Mais le Parti du Travail d’Albanie estime qu’il n’y a pas lieu d’agir ainsi, et quelqu’un jugera peut-être mes propos comme des attaques, mais ce sont là des critiques qui ont été faites par la voie normale, qui ont déjà été formulées en lieu et en temps voulus, conformément aux normes léninistes, mais devant les erreurs qui s’aggravent, ce serait une erreur que de se taire, car les prises de position, les actes, la pratique, confirment, enrichissent et créent la théorie. Comme on eut tôt fait d’organiser la conférence de Bucarest et de blâmer le Parti Communiste Chinois pour « dogmatisme » ! Pourquoi donc n’a-t-on pas aussi organisé rapidement une conférence pour dénoncer le révisionnisme ? Mais le révisionnisme serait-il totalement démasqué comme le prétendent les camarades soviétiques ? Aucunement. Le révisionnisme a été et continue d’être le principal danger, le révisionnisme yougoslave n’est pas liquidé et, par la manière dont nous nous comportons à son égard, nous lui laissons un vaste champ d’action sous toutes les formes. Et dans les autres partis n’y aurait-il aucun signe inquiétant de révisionnisme moderne ? Qui le nie, ne fait que fermer les yeux devant ce péril, et risque un beau matin d’avoir de mauvaises surprises. Nous sommes marxistes, et il nous faut analyser notre travail comme nous l’enseignait Lénine et comme il le faisait lui-même en pratique. Il ne redoutait pas les erreurs, les regardait en face et les corrigeait. C’est ainsi que s’est trempé le Parti Bolchévik, c’est ainsi que se sont trempés nos partis également. Que se passe-t-il au sein de nos partis ? Que se passe-t-il dans notre camp depuis le XXe Congrès ? Le camarade Souslov peut être très optimiste à cet égard. Cet optimisme, il l’a manifesté à la commission réunie au mois d’octobre dernier, accusant le camarade Hysni Kapo, délégué du Parti du Travail d’Albanie, de pessimisme dans la vision des événements. Nous communistes albanais, n’avons pas été pessimistes même dans les temps les plus sombres de l’histoire de notre Parti et de notre peuple et nous ne le deviendrons jamais, mais nous sommes et nous serons toujours réalistes. On parle beaucoup de notre unité. Cette unité est indispensable et nous devons tout mettre en œuvre pour la renforcer, pour la cimenter. Mais il est de fait que sur maintes importantes questions de principe, cette unité n’existe pas. Le Parti du Travail d’Albanie estime que les choses doivent être revues à la lumière d’une analyse marxiste-léniniste et que les erreurs doivent être corrigées. Prenons la question de la critique à l’encontre de Staline et de son œuvre. Notre Parti, en tant que parti marxiste-léniniste, est pleinement conscient que le culte de la personnalité est une manifestation étrangère et néfaste pour nos partis et pour le mouvement communiste lui-même. Les partis marxistes ne doivent pas se borner à empêcher le développement du culte de la personnalité en ce qu’il freine l’activité des masses, dénie leur rôle et s’oppose au développement de la vie même du Parti et des lois qui la régissent, mais ils doivent aussi lutter de toutes leurs forces pour extirper ce culte dès qu’il commence à se manifester ou lorsqu’il est déjà apparu dans un pays. Dans cette optique, nous sommes entièrement d’accord qu’il convient de critiquer le culte de la personnalité de Staline comme une manifestation néfaste dans la vie du Parti. À notre avis, le XXe Congrès et en particulier le rapport secret du camarade Khrouchtchev, n’ont pas posé la question du camarade Staline de façon correcte et objective, dans un esprit marxiste-léniniste. À cet égard, Staline a été gravement et injustement condamné par le camarade Khrouchtchev et le XXe Congrès. Le camarade Staline et son activité n’appartiennent pas seulement au Parti Communiste de l’Union Soviétique et au peuple soviétique, mais ils nous appartiennent à tous. De même que le camarade Khrouchtchev a précisé à Bucarest que les divergences existantes n’opposent pas le Parti Communiste de l’Union Soviétique et le Parti Communiste Chinois, mais le Parti Communiste Chinois et le communisme international, de même qu’il se complaît à dire que les décisions du XXe et du XXIe Congrès ont été adoptées par tous les Partis Communistes et Ouvriers du monde, de même il devait se montrer plus large et conséquent et faire juger les actes de Staline en toute conscience par les Partis Communistes et Ouvriers du monde entier. Il ne peut y avoir deux poids et deux mesures sur ces questions. Alors pourquoi le camarade Staline a-t-il été condamné au XXe Congrès sans que les autres Partis Communistes et Ouvriers du monde entier eussent été préalablement consultés ? Comment se fait-il que soudainement l’anathème ait été jeté sur Staline devant les Partis Communistes et Ouvriers du monde entier et que bien des partis frères n’aient appris cette dénonciation que lorsque les impérialistes firent répandre le rapport secret du camarade Khrouchtchev à tous les vents ? Le monde communiste et le monde progressiste se virent imposer, par le camarade Khrouchtchev la condamnation du camarade Staline. Que pouvaient bien faire nos partis dans ces conditions, quand, subitement, usant de la grande autorité de l’Union Soviétique, on leur imposait ainsi en bloc une pareille question ? Le Parti du Travail d’Albanie se trouva dans un grand dilemme. Il n’était pas, comme il ne le sera du reste jamais, persuadé du bien-fondé de la condamnation du camarade Staline, de la manière et sous les formes empruntées par le camarade Khrouchtchev. Mais si notre Parti souscrivit globalement aux formulations du XXe Congrès sur cette question, il ne s’en tint pas strictement aux limitations fixées par ce Congrès, il ne s’inclina pas devant les menées de chantage et d’intimidation dirigées du dehors contre notre pays. Sur la question de Staline, le Parti du Travail d’Albanie se montrait réaliste, il se montrait juste et reconnaissant à l’égard de ce glorieux marxiste, que, de son vivant, personne de nous n’eut la « bravoure » de critiquer, et qu’on couvre de boue après sa mort. Il s’est ainsi créé une situation intolérable. Toute une époque glorieuse de l’histoire de l’Union Soviétique, une époque qui vit s’ériger le premier État socialiste au monde, qui vit l’Union Soviétique se renforcer, venir victorieusement à bout des complots impérialistes, écraser les trotskistes, les boukhariniens, les koulaks en tant que classe, mettre triomphalement sur pied son industrie lourde, et collectiviser son agriculture, en un mot, une époque qui vit l’Union Soviétique devenir une puissance colossale, édifier avec succès le socialisme et, durant la Seconde Guerre mondiale, se battre avec un héroïsme légendaire, mettre à bas le fascisme et libérer les peuples, une époque qui vit se créer le puissant camp socialiste, etc., etc., cette glorieuse époque, donc, de l’histoire de l’Union Soviétique est ainsi privée de tête, de guide. Le Parti du Travail d’Albanie estime qu’il n’est ni juste, ni naturel, ni marxiste, que, de toute cette époque, soient effacés le nom et la grande œuvre de Staline, comme ils le sont à présent. L’œuvre féconde et immortelle de Staline, il nous incombe à tous de la défendre ; qui ne la défend pas est un opportuniste et un lâche. Le camarade Staline, par son rôle personnel et en tant que dirigeant du Parti Communiste bolchévik, fut également le guide le plus éminent du communisme international après la mort de Lénine ; il influa de façon très positive et avec la plus grande autorité sur la consolidation et le développement des conquêtes du communisme dans le monde entier. Toutes les œuvres théoriques du camarade Staline s’ont un ardent témoignage de sa fidélité à son maître génial, au grand Lénine et au léninisme. Staline lutta pour les droits de la classe ouvrière et des travailleurs dans le monde entier, il lutta avec un grand esprit de suite jusqu’au bout pour la liberté des peuples de nos pays de démocratie populaire. Ne fût-ce que sous ces aspects, Staline appartient au monde communiste tout entier et pas seulement aux communistes soviétiques, il appartient à tous les travailleurs du monde et pas seulement aux travailleurs soviétiques. Si le camarade Khrouchtchev et les camarades soviétiques avaient regardé cette question dans cet esprit, les grandes erreurs commises auraient été évitées. Mais ils considérèrent la question de Staline superficiellement, uniquement du point de vue intérieur de l’Union Soviétique. Mais, de l’avis du Parti du Travail d’Albanie, ils ont, même de ce point de vue, considéré la question de façon unilatérale, n’ont vu que ses erreurs, ont presque totalement ignoré son immense activité, sa grande contribution au renforcement de l’Union Soviétique, à la trempe du Parti Communiste de l’Union Soviétique, à la mise sur pied de l’économie, de l’industrie soviétiques, de l’agriculture kolkhozienne, à la conduite du peuple soviétique dans la grande lutte victorieuse contre le fascisme allemand. Staline a-t-il commis des erreurs ? Assurément oui. Il était inévitable qu’une si longue période, remplie d’actes héroïques, de combats, de victoires, comportât aussi des erreurs, non seulement personnelles de Joseph Staline, mais aussi de la direction en tant qu’organe collectif. Est-il un parti ou un dirigeant qui se considère exempt de toute erreur dans son travail ? Lorsque des critiques sont soulevées à l’égard de la direction soviétique actuelle, les camarades soviétiques nous conseillent de regarder en avant, de ne pas revenir sur le passé et de mettre un terme à la polémique, mais lorsqu’il s’agit de Staline, non seulement ils ne regardent pas en avant, mais ils reviennent en arrière, très en arrière, pour ne fouiller que dans les faiblesses de l’œuvre de Staline. Le culte de la personnalité de Staline devait, certes, être critiqué. Mais peut-on dire, comme on l’a dit, que Staline était lui-même l’artisan de ce culte de la personnalité ? Le culte de la personnalité doit assurément être réprouvé, mais pour cela était-il nécessaire et juste que quiconque mentionne le nom de Staline soit immédiatement mis à l’index, montré du doigt, que quiconque fait une citation de Staline soit regardé de travers. Certains s’empressèrent avec zèle de briser les statues de Staline, de changer le nom des villes baptisées de son nom. Mais est-il besoin d’en dire plus long ? À Bucarest, le camarade Khrouchtchev dit aux camarades chinois : « Vous vous accrochez à un cheval mort », « Si vous en avez envie, vous pouvez même venir prendre ses restes. » Et ces propos étaient tenus à l’adresse de Staline. Le Parti du Travail d’Albanie déclare solennellement qu’il est opposé à ces actes et à ces appréciations sur l’œuvre et la personne de Joseph Staline. Mais pourquoi, camarades Soviétiques, ces questions ont-elles été posées de cette manière et sous des formes faussées, alors qu’il était possible de faire ressortir comme il convient et les erreurs de Staline et celles de la direction, de corriger ces erreurs et de ne pas susciter un tel choc au cœur des communistes du monde entier, que seuls leur sens de la discipline et l’autorité de l’Union Soviétique retinrent d’élever vigoureusement leur voix ? Le camarade Mikoyan nous a dit que nous n’osions pas critiquer le camarade Staline de son vivant, car il nous aurait supprimés. Nous sommes certains que le camarade Khrouchtchev ne nous fera rien de tel si nous lui adressons de justes critiques. Le XXe Congrès fut suivi d’une succession d’événements ; ce furent d’abord les faits que l’on sait en Pologne, puis la contre-révolution en Hongrie, ensuite le système soviétique commença à être mis en cause, de nombreux Partis Communistes et Ouvriers furent en proie au désarroi, et finalement voilà cette dernière secousse. Nous demandons qu’on éclaircisse pourquoi ces choses-là se sont produites au sein du mouvement communiste international, au sein de notre camp après le XXe Congrès ? Serait-ce parce que la direction du Parti du Travail d’Albanie est soi-disant sectaire, dogmatique et pessimiste ? Un tel état de choses doit nous préoccuper à l’extrême ; nous devons déceler l’origine de la maladie et la guérir. Assurément, la maladie ne peut être guérie ni en donnant des tapes sur l’épaule du renégat Tito, ni en affirmant dans la déclaration que le révisionnisme moderne est définitivement liquidé, comme le prétendent les camarades soviétiques. L’autorité du léninisme a été et demeure déterminante. Elle doit être instaurée de manière à balayer partout et totalement toutes les conceptions erronées. Pour les communistes, il n’est pas d’autre voie. Si l’on peut et si l’on doit parler juste, dire les choses telles qu’elles sont, il faut le faire dès à présent, tant qu’il n’est pas trop tard, à cette conférence même. À notre sens, les communistes doivent avoir la conscience nette, renforcer leur unité marxiste, mais sans nourrir en eux ni réserves, ni préférences malsaines, ni rancunes. Un communiste doit dire ouvertement ce qu’il a sur le cœur et les choses doivent être sainement jugées. Il se peut que la position de notre petit Parti ne soit pas du goût de certains, il se peut que notre petit Parti soit isolé, que des pressions économiques soient exercées sur notre pays pour soi-disant démontrer à notre peuple l’incapacité de ceux qui le guident, il se peut que notre Parti soit l’objet d’attaques et il l’est en fait : Mihail Souslov compare en effet le Parti du Travail d’Albanie aux partis bourgeois et ses dirigeants à Kerenski. Mais cela ne nous effraye pas. Nous sommes habitués à ces attitudes à notre égard. Rankovic n’a rien dit de plus sur le Parti du Travail d’Albanie, Tito nous a traités de Gœbbels ; nous n’en demeurons pas moins des léninistes et ce sont eux qui sont des trotskistes, des traîtres, des valets et des agents de l’impérialisme. Je tiens à souligner que le Parti du Travail d’Albanie et le peuple albanais ont prouvé par leurs actes à quel point ils sont attachés et fidèles à l’Union Soviétique et au Parti Communiste de l’Union Soviétique, à quel point ils les respectent, et lorsque le Parti du Travail d’Albanie critique les actions erronées de certains dirigeants soviétiques, cela ne signifie pas qu’il y ait quelque chose de changé dans nos vues et notre attitude. Nous, Albanais, avons le courage marxiste de critiquer ces camarades, non pas par animosité contre eux, mais au contraire parce que nous les aimons et parce que nous aimons par-dessus tout le Parti Communiste de l’Union Soviétique et les peuples soviétiques. C’est de cette manière que nous aimons l’Union Soviétique, le Parti Communiste de l’Union Soviétique et la direction soviétique. Avec une rigueur marxiste, nous leur disons amicalement et en toute franchise ce que nous pensons, car nous n’avons jamais été hypocrites et nous ne le serons jamais. Le Parti Communiste de l’Union Soviétique nous conservera son amitié, en dépit de notre sévérité et même si nous nous trompons. Quoi qu’il en soit, il est une chose dont le Parti Communiste de l’Union Soviétique et les Partis Communistes et Ouvriers du monde ne nous blâmeront pas : c’est notre franchise et le fait que nous ne disons pas de mal des gens derrière leur dos, ou encore que nous n’avons pas cent drapeaux. J’aimerais, pour finir, dire quelques mots du projet de déclaration qui nous à été présenté par la commission de rédaction. Notre délégation a pris connaissance de ce projet et l’a étudié attentivement. Le nouveau document qui nous est soumis comporte pas mal de modifications, par rapport au premier texte proposé par la délégation de l’Union Soviétique, et qui a servi de base au travail de la commission de rédaction. Avec les amendements qui lui ont été apportés, le nouveau projet est sensiblement amélioré, nombre d’idées importantes y sont soulignées avec plus de force, bien des thèses y sont formulées plus correctement, presque toutes les allusions hostiles au Parti Communiste Chinois y ont été supprimées. La délégation de notre Parti a fait, à la commission de rédaction, maintes observations, dont il a été partiellement tenu compte. Notre délégation, quoique n’étant pas d’accord sur le maintien de certains points importants et de principe dans le projet, a consenti que ce document soit présenté à cette réunion, en se réservant le droit d’exprimer son opinion une nouvelle fois sur tous les points qu’elle n’approuvait pas. Avant tout, nous estimons qu’il convient de régler, d’une manière qui soit acceptable pour tous, les cinq questions sur lesquelles l’accord n’a pas été fait, afin qu’il soit publié un document approuvé à l’unanimité. Nous jugeons nécessaire que la déclaration fasse nettement ressortir l’idée de Lénine, exprimée ces temps derniers par le camarade Maurice Thorez ainsi que par le camarade Souslov dans son discours à la réunion de la commission de rédaction, selon laquelle le danger de guerre ne sera définitivement conjuré que lorsque le socialisme l’aura emporté dans le monde entier, ou du moins dans un certain nombre de grands pays impérialistes. De même, il convient de supprimer de la déclaration le paragraphe qui fait mention d’activités fractionnelles et d’esprit de groupe au sein du mouvement communiste international, cela, comme nous l’avons également expliqué à la réunion de la commission, ne servant pas l’unité mais au contraire la sapant. Nous sommes également d’avis qu’il convient de supprimer les passages faisant état de l’élimination des conséquences néfastes du culte de la personnalité, ou d’y ajouter les mots « qui se manifestait dans plusieurs partis », ce qui correspond mieux à la réalité. Je ne veux pas trop occuper le temps de la conférence avec cette question et les autres observations que nous avons à faire sur le projet de déclaration. Notre délégation présentera ses observations concrètes lorsque sera examiné le projet même de déclaration. Il serait très salutaire qu’à cette conférence nous regardions nos erreurs courageusement en face et que nous pansions nous blessures, partout où elles apparaissent, car elles risquent de s’envenimer et de devenir dangereuses. Nous ne nous considérons pas offensés des critiques que nous font les camarades, quand celles-ci sont justes et fondées sur des faits, mais nous n’admettrons jamais d’être traités gratuitement de « dogmatiques », de « sectaires », de « nationalistes étroits », rien que parce que nous luttons opiniâtrement contre le révisionnisme moderne et en particulier contre le révisionnisme yougoslave. Si quelqu’un considère notre lutte contre le révisionnisme comme du dogmatisme ou du sectarisme, nous lui conseillerons d’ôter ses lunettes révisionnistes pour y voir clair. Le Parti du Travail d’Albanie estime que cette conférence demeurera historique, du fait qu’elle se rangera dans la tradition des conférences léninistes organisées par le Parti Bolchévik pour dénoncer et extirper les points de vue erronés, renforcer et cimenter, sur la base du marxisme-léninisme, l’unité de notre mouvement communiste et ouvrier international. Notre Parti du Travail luttera résolument dans l’avenir également pour souder notre unité, nos liens fraternels, et renforcer l’action commune des Partis Communistes et Ouvriers, car dans cette unité et dans cette action commune il faut voir la garantie de la victoire de la cause de la paix et du socialisme. L’unité du camp socialiste, l’Union Soviétique en tête, l’unité du mouvement communiste et ouvrier international, ayant pour centre le glorieux Parti Communiste de l’Union Soviétique, est le bien le plus sacré, que notre Parti préservera comme la prunelle de ses yeux et qu’il renforcera de jour en jour.

Extrait de Documents principaux du Parti du Travail d’Albanie, tome III, Éditions « Naim Frashëri », Tirana, République Populaire d’Albanie, 1969.
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 19-02-2007 à 11:27:25   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Voici un extrait du rapport au VIII ème congrès du PTA présenté par Enver Hoxha en novembre 1981 :

"Le révisionnisme soviétique a été et demeure le courant le plus dangereux du révisionnisme moderne. Il garde, plus que toute autre variante révisionniste, les masques socialistes et la phraséologie léniniste afin de couvrir la réalité capitaliste actuelle de l’Union soviétique et sa politique extérieure impérialiste et agressive. C'est un révisionnisme qui a pris le pouvoir dans un Etat qui est en fait une grande puissance et qui dispose d'abondants moyens et possibilités pour exercer son influence dans le monde et agir avec une grande force et dans de multiples directions.

De même que les autres courants révisionnistes, le révisionnisme khrouchtchévien a eu son processus d'éclosion et de croissance pour aboutir à sa forme actuelle de révisionnisme total, qui déforme toutes les questions de la théorie marxiste et de la pratique socialiste. En tant que phénomène social, le révisionnisme khrouchtchévien a ses racines et ses causes idéologiques, sociales et historiques. Le Parti du Travail d'Albanie a procédé à une analyse marxiste approfondie de ces causes. Il en a dégagé des conclusions et a adapté une série de mesures pour barrer les accès à l'apparition d'un phénomène régressif similaire dans notre pays. Mais il nous faut nous saisir toujours mieux de ce problème, pour faire en sorte que le révisionnisme ne passe jamais en Albanie.

Le groupe Khrouchtchev, dès le début, se fixa pour but principal de liquider la dictature du prolétariat, de saper les bases de la société socialiste, d'engager l'Union soviétique dans la voie capitaliste et d'en faire une superpuissance impérialiste. Maintenant tout le monde voit bien la grande transformation contre-révolutionnaire qui s'est produite en Union soviétique. Il n'y a plus que la bourgeoisie et l'impérialisme qui citent encore ce pays comme étant communiste. Et s'ils présentent l'Union soviétique actuelle capitaliste comme un pays socialiste, c'est pour discréditer le marxisme-léninisme et le socialisme authentique.

Le révisionnisme khrouchtchévien est l'idéologie et la politique du capitalisme d'Etat, lequel domine toute la vie du pays. Le retour de l'Union soviétique au capitalisme devait nécessairement avoir ses particularités, et le régime capitaliste y revêtir des formes propres. Ces particularités et ces formes sont déterminées par le fait que le capitalisme y a été restauré à la suite du renversement du socialisme, comme un processus régressif, au contraire du processus progressif que constitue le passage de l'ordre féodal renversé au capitalisme de type classique.

La particularité fondamentale de ce type de capitalisme est qu'on y a préservé beaucoup de formes socialistes en matière de propriété, d'organisation et de direction, mais le contenu en a été radicalement transformé. Aujourd'hui en Union soviétique les moyens de production sont en fait propriété capitaliste d'Etat ou collective, car ils sont utilisés dans l'intérêt de la nouvelle classe bourgeoise qui a accédé au pouvoir, la classe qui précisément s'approprie le travail des ouvriers et des paysans.

Les anciennes lois, traditions et pratiques ont été remplacées par de nouvelles, qui laissent la bureaucratie de l'Etat et du parti libre d'exprimer et d'appliquer sans obstacle sa propre volonté. Elle a utilisé les nouvelles compétences qu'elle a acquises par suite des réformes économiques, pour assurer et augmenter les revenus et les privilèges des diverses castes dirigeantes, pour conserver le pouvoir et se défendre contre les manifestations de mécontentement et les révoltes de la classe ouvrière et des masses travailleuses.

Certes, la propriété d'Etat demeure et les usines n'ont pas été distribuées à des particuliers, les kolkhozes sont restés des exploitations collectives communes et les banques n'ont pas été remises à des actionnaires, mais la répartition du produit social, sa destination, ont complètement changé.

Bien que l'on prétende appliquer le principe de la rémunération selon le travail, en réalité, les divers groupes de la nouvelle bourgeoisie s'approprient la plus-value créée par les ouvriers et les paysans. Cette spoliation à grande échelle est présentée comme un type de stimulant matériel visant soi-disant à encourager l'activité productive, le travail scientifique et la création artistique, etc. En vérité il s'agit là d'une exploitation typiquement capitaliste.

Afin de frayer la voie à la restauration du capitalisme, les révisionnistes khrouchtchéviens s'en sont pris aux thèses fondamentales de la théorie marxiste-léniniste sur la production marchande et à l'action de la loi de la valeur sous le socialisme. En théorie et dans la pratique, ils ont identifié la production marchande socialiste avec la production capitaliste et, sur cette base, réformé tout le mécanisme économique. Graduellement, les entreprises économiques, mais aussi bon nombre d'institutions, ont acquis une plus grande indépendance à l'égard du plan d'Etat. Les directeurs des entreprises et des diverses institutions se sont vu attribuer des droits et des pouvoirs étendus pour diriger et manipuler le production et la répartition, embaucher et licencier des ouvriers, distribuer les bénéfices, etc. Le financement centralisé des entreprises existantes par l'Etat a été limité et la pratique de l'autofinancement et des crédits étendue.

Les révisionnistes soviétiques prétendent que leur économie est dirigée et se développe sur la base de plans élaborés suivant le principe du centralisme démocratique. Or le plan d'Etat, tel qu'ils le conçoivent en théorie et l'appliquent dans la pratique, n'est ni ne peut être en aucune manière un plan de véritable économie socialiste. En Union soviétique cohabitent le centralisme bureaucratique de type monopoliste et un large libéralisme économique à la base. On cherche à donner l'image d'une direction planifiée de l'économie, alors que dans la pratique on a laissé le champ libre aux lois et aux catégories économiques du mode de production capitaliste.

La consommation parasitaire a pris des proportions d'une ampleur sans précédent. Le rapport entre les rémunérations des ouvriers et celles des administrateurs bureaucrates et technocrates de la production, calculé sur la base du salaire nominal, est de plus de 1 à 10, mais si l'on y ajoute les revenus provenant de la distribution des bénéfices et des gratifications de toutes sortes, et autres privilèges sans nombre, cet écart s'accentue encore. Ces différences dans les salaires et dans le niveau de vie sont à peu près analogues à celles qui existent entre les administrateurs bourgeois et les ouvriers dans les pays occidentaux.

Etant donné que la rétribution de la valeur de la force de travail se forme, dans une proportion de 35 à 40 pour cent, de manière décentralisée, à travers la distribution des bénéfices, que les normes de rendement du travail ne sont pas uniques ni appliquées de manière centralisée, que le stimulant matériel en faveur de la nouvelle bourgeoisie a la priorité absolue et que l'inflation, surtout en raison de la militarisation de l'économie qui engloutit un tiers du revenu national, ne cesse de croître, la société a, fondamentalement, perdu tout contrôle véritable sur la mesure du travail et de la consommation, ces deux clés essentielles d'une économie socialiste.

Ces mesures et une série d'autres de caractère capitaliste, qui ont été tant vantées comme un développement créateur de la théorie et de la pratique économiques marxistes-léninistes, avaient pour but de saper les bases de l'économie socialiste et elles y sont parvenues.

Les conséquences de ce cours apparaissent dans la vie quotidienne du peuple soviétique. Les articles de première nécessité manquent sur le marché, l'inflation, le chômage, la fluctuation de la force de travail se sont aggravés, on constate une hausse déclarée et non déclarée des prix des diverses marchandises. Le secteur privé de l'économie s'est étendu, les portes ont été ouvertes au capital monopoliste étranger, et l'on voit fleurir le marché noir, les spéculations, les abus, les pots-de-vin et les fraudes.

La réalité soviétique actuelle témoigne que ce processus ne va pas vers «la suppression des distinctions de classe» et «la création d'une nouvelle unité sociale», comme le proclament les révisionnistes khrouchtchéviens-brejnéviens, mais vers une profonde différenciation sociale entre la nouvelle classe bourgeoise, composée de la couche des bureaucrates et des technocrates, et les larges masses travailleuses, qui se trouvent dans la situation d'une force simplement productive. Le fossé entre elles va constamment s'approfondissant à mesure que s'élève le degré d'exploitation des travailleurs et que s'accroissent les avantages de la bourgeoisie. Cette situation a engendré toute une idéologie et une politique, qui s'attachent à justifier et à défendre ce nouveau système d'exploitation capitaliste.

Le pouvoir des soviets n'est plus des soviets, des ouvriers et des paysans. Il s'est détaché d'eux et est devenu une force distincte, qui leur est étrangère. Sur le plan de la forme également, les révisionnistes khrouchtchéviens ont déclaré la dictature du prolétariat liquidée. Ils ont baptisé l'Etat, Etat du peuple tout entier, justement pour masquer le fait qu'il n'est plus effectivement du peuple, mais une dictature de la nouvelle bourgeoisie soviétique. Son caractère capitaliste apparaît clairement dans toute sa politique intérieure et extérieure, qui sert les intérêts de la classe bourgeoise au pouvoir. L'Etat soviétique, qui dispose des principaux moyens de production et dirige toute l'économie, s'est transformé en un représentant et un défenseur des intérêts de la classe dominante.

Pour garder leurs masques socialistes et «prouver» que l'Union soviétique est un pays socialiste, les révisionnistes soviétiques déclarent qu'il n'y a chez eux qu'un seul parti, le parti communiste, et que son rôle dirigeant est sanctionné par la Constitution. Le fait qu'un parti dirigeant est unique et que son pouvoir sans partage est reconnu par la loi, ne le rend pas communiste. Dans beaucoup de pays bourgeois il n'y a qu'un seul parti dominant. Le caractère d'un parti politique n'est pas défini par sa position dans l'Etat. Il est déterminé en premier lieu par la classe à laquelle il appartient et les forces qu'il sert, par l'idéologie sur laquelle il se guide et la politique qu'il poursuit.

Le Parti communiste de l'Union soviétique est actuellement le représentant direct de la classe bourgeoise au pouvoir, c'est au nom de celle-ci qu'il exerce le pouvoir, qu'il sert le développement et le renforcement de l'ordre capitaliste restauré. Il n'a de communiste que le nom. L'appellation de communiste que ce parti a conservée et les quelques phrases marxistes et mots d'ordre socialistes qu'il invoque ont un caractère hypocrite et purement démagogique. Cela fait partie de sa propagande trompeuse, qui vise à maintenir les masses dans les ténèbres, à leur faire croire qu'elles vivent en régime socialiste, et non pas dans une société capitaliste d'oppression et d'exploitation. Par tradition, pour se camoufler ou par simple inertie, beaucoup de partis ont gardé les appellations de «démocratique», «populaire», «socialiste», etc., alors que ce sont des partis typiquement bourgeois et réactionnaires.

La politique révisionniste et capitaliste qui est appliquée en Union soviétique a ranimé les anciens démons de l'empire tsariste, comme l'oppression nationale, l'antisémitisme, le racisme slave, le mysticisme religieux orthodoxe, le culte des castes militaires, l'aristocratisme de l'intelligentsia, le tchinovnisme [Du russe tchinovnik, fonctionnaire bureaucrate de la Russie tsariste.] bureaucratique, etc. Les théories des révisionnistes soviétiques sur la prétendue création d'une «nouvelle communauté historique», du «peuple soviétique unique» ont été inventées précisément pour dissimuler cette réalité pleine de profondes contradictions sociales, de classe et nationales.

La force dominante aujourd'hui en Union soviétique est l'armée. La militarisation effrénée de la vie du pays, la lourde charge des dépenses militaires, qui ont atteint des chiffres astronomiques et ébranlent toujours plus l'économie soviétique, en déforment le développement, appauvrissent le peuple.

La restauration du capitalisme dans le pays ne pouvait pas ne pas conduire à un grand versement dans la sphère des relations internationales et de la politique extérieure du Parti communiste et de l'Etat soviétiques. Le révisionnisme khrouchtchévien s'est converti graduellement en une idéologie et une politique de nouvelle superpuissance impérialiste, qui justifient et soutiennent l’expansion, l'agression et les guerres pour instaurer sa domination sur le monde. C'est cette idéologie et cette politique qui ont engendré les théories tristement célèbres de la «souveraineté limitée», de la «division internationale du travail», de l'«intégration économique, politique et militaire» des pays de la prétendue communauté socialiste, théories qui ont mis un carcan à ces pays et en ont fait des Etats vassaux. Ces relations, Brejnev, au XXVIe Congrès du PCUS, les a qualifiées de «relations entre peuples», pour dépouiller ainsi ces pays de toute identité nationale et étatique.

Afin d'atteindre ses objectifs expansionnistes et néo-colonialistes, le social-impérialisme soviétique a créé une théorie selon laquelle aucun pays ne peut se libérer et se défendre contre l'impérialisme ni se développer de manière indépendante sans l'aide et la tutelle soviétiques. Il spécule sur le slogan de l'«aide internationaliste» pour entreprendre des agressions et piller les richesses des autres pays.

Toute la politique extérieure expansionniste, hégémoniste et agressive de l'Union soviétique social-impérialiste est une preuve et un témoignage de plus du fait que l'ordre soviétique est un ordre capitaliste, car seul un tel ordre peut poursuivre une pareille politique dans l'arène internationale. Comme l'a dit Lénine, la politique extérieure est le prolongement de la politique intérieure et toutes deux ensemble sont l'expression concentrée des rapports économiques existant dans un pays donné. Les masques socialistes et communistes que les révisionnistes soviétiques s'efforcent encore de conserver, leur sont déchirés chaque jour par leur réalité capitaliste et par la politique social-impérialiste qu'ils poursuivent.

Quant au temps qu'il faudra pour que prenne fin cette grande mystification du peuple soviétique, qui croit vivre en régime socialiste, pour que la classe ouvrière soviétique cesse de se bercer d'illusions, cela dépend de beaucoup de facteurs, intérieurs et extérieurs. Les événements de Pologne sont annonciateurs des situations qui attendent les pays où règne le révisionnisme khrouchtchévien. Le fait est qu'en Pologne a éclaté un conflit de classes entre les travailleurs et la classe bourgeoise au pouvoir, représentée par le parti révisionniste. Indépendamment du fait qu'elle a été manipulée par les forces de droite, la révolte de la classe ouvrière polonaise atteste bien que celle-ci a pris conscience de sa position de classe opprimée et exploitée, que le pouvoir existant en Pologne appartient à une classe antagoniste de la classe ouvrière, que le socialisme y a été trahi. Après la Pologne à qui le tour ? Les processus de différenciation de classe couvent dans tous les pays révisionnistes. Les conflits de classe se durcissent rapidement. Et à cet égard l'Union soviétique elle-même, bien qu'elle semble le plus stable d'entre eux, ne fait pas exception. Les plaies qu'y a ouvertes la restauration du capitalisme ne peuvent être guéries que par le renversement du révisionnisme et la restauration du socialisme."
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  Au sujet du révisionnismeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade