Sujet :

la protection sociale en Chine

Xuan
   Posté le 23-08-2009 à 23:00:16   

Tandis que la protection sociale se généralise progressivement en Chine, il est intéressant de connaître les caractéristiques de cette protection sociale. La presse chinoise nous donne quelques éléments ici résumés.

Fin 2006

Les fonds pour la sécurité sociale représentent moins de 15% des dépenses financières publiques. Parmi les quelques 190 membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Chine se trouve à la quatrième place avant la dernière pour les dépenses de l'assurance médicale

70 millions de Chinois dans le besoin bénéficient alors du système d'assistance sociale.
Ce système mis en place durant le Xe programme quinquennal (2001-2005) permet de venir en aide aux familles urbaines et rurales en leur fournissant un revenu minimum vital, ainsi qu’aux personnes sinistrées.

Il propose des subventions aux paysans bénéficiant des cinq garanties ( Wubaohu en chinois incluant la nourriture, l'habillement, le logement, les soins médicaux et une sépulture) et aux familles rurales défavorisées. Des aides spéciales dans les domaines médical et judiciaire, ainsi qu'au niveau de l'enseignement et du logement, etc. sont également accordées.
Dans les régions qui ne sont pas encore couvertes par ce système, un autre système d'assistance suivant les principes d'« assistance par le gouvernement, aide par la société, subvention aux besoins des personnes âgées par leurs enfants et une politique agraire stable » a été mis en place.

Dans les régions urbaines, concernant les garanties du minimum vital, un système de règlements plus transparent, plus efficace et plus sain prend forme. 22 millions de personnes par an en bénéficient déjà.
En 2003, le minimum vital moyen était de 149 yuans. Au troisième trimestre de 2006, ce chiffre est passé à 162 yuans. La subvention mensuelle par personne est passée de 58 yuans en 2003 à 80 yuans en septembre 2006

Dans le cadre du Xe programme quinquennal, la Chine a établi un mécanisme de secours urgents en cas de catastrophes naturelles, avec presque 100 millions de bénéficiaires par an. Les personnes sinistrées se voient ainsi distribuer de la nourriture, des vêtements et un logement temporaire dans les 24 heures qui suivent le sinistre.

Décembre 2007 / janvier 2008

La Chine a commencé à élaborer son premier projet de loi global sur la régulation et la protection de son système de sécurité sociale en décembre 2007.
D'après ce projet, les assurances retraites et chômage devraient couvrir tous les employés à temps plein en plus des fonctionnaires ; l'assurance médicale devrait couvrir tous les employés et les assurances maternité et accidents du travail devraient couvrir tous les employés en plus des fonctionnaires.

Plus de 200 millions de Chinois bénéficiaient du système d'assurance médicale et de retraite de base à la fin de 2007.
Le secteur de l'assurance santé couvrait 60 millions d’assurés supplémentaires en 2007, dont 7,6 millions de travailleurs migrants.

Le montant de la pension de retraite fournie par le système de base a été augmenté de 39% à 963 yuans (environ 132 dollars) par mois.

Le gouvernement chinois promet alors d'élever le montant de la retraite mensuelle de 100 yuans par an durant les trois années suivant 2008.
« Avec l'accord de l'administration de la sécurité sociale, les institutions en charge de collecter les cotisations pourraient directement faire transférer leurs montants des comptes en banque des employeurs si ces derniers ne payent pas une assurance suffisante à leurs employés, selon le projet de loi.
Les fraudes d'escroquerie à la sécurité sociale seront pénalisées d'un montant double à quintuple du montant escroqué à l'origine. »
Xuan
   Posté le 23-08-2009 à 23:13:13   

Beijing Information aborde ici la protection sociale des personnes âgées à la campagne. Comme on peut l'observer, la situation à la campagne est spécifique, et elle varie encore suivant les régions où les niveaux de vie sont différents.


Comment perfectionner le système de protection sociale des personnes âgées des régions rurales en Chine ?


Les habitants des régions rurales âgés plus de 60 ans pourront, prochainement, recevoir une pension de retraite. Cette pension distribuée mensuellement se composera de trois parties, à savoir la subvention de l'Etat, l'allocation collective et les dépôts de garantie acquittés par les bénéficiaires eux-mêmes.
Au mois d'août, un nouveau système d'assurance-vieillesse pour les personnes âgées des régions rurales a été lancé dans plusieurs régions pilotes de Chine. Cette nouvelle a particulièrement attiré l'attention publique.
Quelle est la différence entre cette nouvelle politique et la précédente ? Quels sont les obstacles en ce qui concerne sa mise en application ? Deux chercheurs ont accordé une interview au Nanfang Dairy à ce sujet : Zheng Fengtian, directeur adjoint de la Faculté de l'agriculture et du développement des régions rurales affiliée à l'Université du Peuple de Chine, et, Tang Jun, directeur adjoint et secrétaire général du Centre de recherche des politiques sociales de l'Académie des Sciences sociales de la Chine.



Une vaste couverture à niveau bas


Selon le nouveau plan, combien de yuans pourront percevoir mensuellement les personnes âgées des régions rurales ?
Zheng Fengtian : La pension de retraite mensuelle minimum est de 55 yuans. Les gouvernements locaux pourront élever le niveau des pensions sur cette base en tenant compte de la condition financière locale.

Comment évaluez-vous le montant de cette pension de retraite ? N'est-il pas trop bas ?

Effectivement, il s'agit d'un plan assez conservateur. Dans les régions de l'Est, pour verser annuellement 2 000 yuans à une personne âgée, le gouvernement central et le gouvernement local doivent financer respectivement 1 000 yuans. Dans les régions du Centre, 1 500 yuans suffisent pour une personne âgée. Les gouvernements des deux échelons doivent alors verser respectivement 1 000 yuans et 500 yuans. Dans les régions de l'Ouest, la pension est prévue pour 1 000 yuans qui sont à la charge totale du gouvernement central.

L'argent est-il le plus grand obstacle de cette réforme?

Tang Jun : Certainement. Au stade initial, cela ne pose pas de grandes difficultés dans la mesure où le système ne s'applique que dans 10 % des districts (villes). Cela risque de devenir plus complexe lorsque la couverture sera appliquée à toutes les régions de Chine.


Le point le plus marquant du nouveau système de protection sociale


Dans le passé, le gouvernement central a essayé de populariser un système d'assurance-vieillesse dans les régions rurales, mais cela a abouti à un échec. Pourquoi ?
Tang Jun : La différence la plus significative entre l'ancien système d'assurance-vieillesse des régions rurales et son successeur est que le gouvernement a décidé de débloquer des fonds. Auparavant, le gouvernement central n'investissait aucun sou dans ce domaine, ce qui a restreint la généralisation du système de protection des personnes âgées des régions rurales.

En raison de la crise financière internationale, les finances centrales ne sont pas très abondantes. Pourquoi, dans ce contexte difficile, le gouvernement central a décidé de promouvoir une telle politique qui nécessite de débloquer une importante somme d'argent ?
Tang Jun : Le problème du vieillissement de la population est assez préoccupant en Chine. Les effets négatifs se manifestent, en priorité, dans les régions rurales. En raison de l'immigration de la plupart des jeunes partis travailler ou étudier dans les villes, le problème du vieillissement dans les villes est moins préoccupant que dans les régions rurales. Parallèlement, un grand nombre de personnes âgées restent dans les campagnes, provoquant une série de problèmes, tels que la source des revenus, la gestion de la santé…

Zheng Fengtian : Le gouvernement souhaitait élargir la demande intérieure, mais il était confronté à une forte réticence de la population rurale. Auparavant, il était difficile de stimuler la consommation dans les régions rurales car les paysans devaient épargner de l'argent pour leur retraite. Si on met en place un système d'assurance-vieillesse parfait et complet dans les régions rurales, les personnes âgées oseront certainement dépenser davantage leur argent.

D'où provient cette somme d'argent destinée à la protection des personnes âgées des régions rurales ? C'est un problème auquel font face notamment les régions du Centre et de l'Ouest.
Tang Jun : Les régions de l'Est et du Centre, dont l'économie est puissante ou moyenne, sont capables de soutenir cette politique. Cependant dans les régions pauvres, comme l'Ouest, la situation est moins optimiste. Le gouvernement central doit proposer un plan de contribution réaliste en tenant compte de l'état économique du gouvernement local afin d'assurer la mise en application de cette politique.

[Publié le 21/08/2009]
Xuan
   Posté le 19-09-2015 à 00:18:48   

La Chine allouera 18 milliards de yuans par an pour les subventions aux personnes handicapées


2015-09-18 19:11:39 xinhua

Le gouvernement chinois dépensera annuellement au moins 18,1 milliards de yuans (environ 2,8 milliards de dollars) à partir de 2016 pour les subventions aux personnes handicapées, a annoncé vendredi Zou Ming, ministre adjoint des Affaires civiles, lors d'une conférence de presse.
M. Zou a indiqué que l'argent serait alloué par le budget central et les gouvernements locaux, sans révéler les proportions exactes fournies par chacun.

Ces subventions visent principalement les personnes handicapées vivant sous le seuil de pauvreté et celles souffrants d'handicaps graves. Les sommes varieront selon les conditions économiques locales, a-t-il expliqué.

"D'ici le 1er janvier 2016, un système national de subventions sera établi, et plus de 20 millions de personnes handicapées devraient bénéficier du programme" , a précisé M. Zou.

La Chine compte près de 80 millions de personnes physiquement ou mentalement handicapées.

A l'heure actuelle, 20 des 31 régions provinciales de la partie continentale de la Chine offrent une subvention aux personnes handicapées, avec une allocation mensuelle d'environ 100 yuans par personne, selon M. Zou.
Xuan
   Posté le 03-01-2016 à 21:58:30   

Réforme de la sécurité sociale : comment pratiquer la notion de développement partagé


Publié le 2015-12-21
Par Li Hui - Source Journal Guangming
TheoryChine

Le communiqué de la cinquième session plénière de la 18ème session du comité central du PCC a proposé la notion de « développement partagé » , et « Il faut insister sur un développement pour le peuple, par le peuple, avec les fruits de développement partagés par le peuple ; il faut faire des arrangements institutionnels plus efficaces permettant à toutes les personnes d’avoir un sentiment d’acquisition plus fort dans la co-construction du développement partagé » .
Comme une garantie de secours du développement social, la mise en place et le perfectionnement d’un système de sécurité sociale plus équitable et durable, sont dans le sens propre de la pratique de notion de « développement partagé » .

Ces dernières années, le développement de sécurité sociale du monde présente quelle tendance générale ?
Quels sont les possibilités et les défis apportés par la nouvelle normalité du développement économique de la Chine pour le développement du système de sécurité sociale ?
Quel est le chemin à suivre par la réforme du système de sécurité sociale de la Chine ?
À l’occasion de la conférence de mise en place de la sous-commission de recherche sur la sécurité sociale mondiale de la Société chinoise pour la sécurité sociale, qui est tenue récemment, les experts reconnus dans ce domaine ont mené une discussion sur ces questions.

A. Expériences du monde : plusieurs piliers, une couverture élargie et une diversification constituent la tendance générale

Données : En 2000, le nombre des pays dont la couverture de sécurité de vieillesse dépasse 90% est 34, contre 73 pays dont la couverture de sécurité de vieillesse est inférieure à 20% ; de 2010 à 2012, ces deux chiffres sont respectivement 45 et 57. Le changement de concept et les investissements continuels dans le domaine de sécurité sociale des pays à revenu moyen, surtout les économies émergentes représentées par la Chine, le Brésil etc., constituent la principale force motrice pour le développement de sécurité sociale du monde.

Pour la tendance de développement du système de sécurité sociale des pays du monde après la crise financière de 2008, Zhou Hong, membre de faculté de l’Académie chinoise des Sciences sociales et chercheur de l’Institut de l’Europe, a mené un suivi et une analyse pendant longtemps.

« Une analyse des données a montré que, après la crise financière mondiale de 2008, la couverture de sécurité sociale dans les pays du monde est élargie dans son ensemble. Les pays à revenu moyen, surtout les économies émergentes, constituent la principale force motrice pour le développement de sécurité sociale du monde » , a signalé Zhou Hong, les études ont montré que le fossé de la sécurité sociale entre les pays à revenu élévé, moyen et faible a eu des signes de rétrécissement, mais l’écart reste encore énorme. Du point de vue global, actuellement la sécurité sociale du monde est caractérisée par une couverture élargie, une forme diversifiée et plusieurs piliers, etc.

En citant les données, Zhou Hong a souligné que de 2008 à 2009, près de 50 pays à revenu élevé ont investi au total 2,4 billions de dollars pour stimuler l’économie, dont environ un quart de ces fonds sont investis dans le domaine de la sécurité sociale. Depuis 2010, avec l’éclat de la crise de dette souveraine de l’Europe, les pays européens ont appliqué la politique de réduction de déficits et de stabilisation financière pour remplacer la politique précédente de l’impulsion de l’économie, de manière à réduire progressivement la part des dépenses publiques dans le PIB. Dans ce contexte, les dépenses de sécurité sociale sont réduites, et la politique d’extension de bien-être est remplacée par celle de restriction.

Les experts ont souligné que, tout en cherchant les nouvelles ressources et réduisant les dépenses, les pays européens ont tous mené une réforme structurelle sur le système de sécurité sociale surtout le système de sécurité de vieillesse. D’une part, encourager, soutenir et promouvoir le développement des ressources et méthodes sociales non publiques de sécurité de vieillesse, permettant aux responsabilités de sécurité de vieillesse d’être réparties sur les acteurs comme l’État, les entreprises, l’individu et la famille etc. pour soulager les pressions financières du gouvernement ; d’autre part, rendre le modèle de sécurité de vieillesse plus flexible, de manière à s’adapter au surgissement des modes d’emploi flexibles comme l’emploi à temps non-plein, l’emploi à temps partiel, le petit et micro emploi etc. afin de mieux résoudre de différents nouveaux risques résultant du vieillissement, de la mondialisation et de l’informatisation de cette époque, pour assurer la durabilité de la sécurité de vieillesse.

Contrairement aux pays développés qui ont restreint le bien-être, ces dernières années, pas mal de pays à revenu moyen, surtout les pays industrialisés émergents, ont augmenté les investissements dans les domaines tels que la santé, l’éducation, l’emploi, la retraite, le logement etc. pour élargir la couverture de la sécurité sociale, de manière à stimuler la demande intérieure et redresser l’économie, en prenant la construction de la sécurité sociale comme une occasion pour promouvoir une croissance globale et réaliser un développement durable de l’économie.

Peng Shuwei, chercheur adjoint de l’Institut de l’Europe de l’Académie chinoise des Sciences sociales, a montré après analyse que depuis 2000, la Chine, l’Argentine, le Brésil, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, l’Afrique du Sud etc. ont tous fait des efforts pour élargir leurs systèmes de sécurité sociale respectifs. Certains pays qui sont nouvellement figurés dans la liste des pays à revenu moyen font également des efforts pour élargir progressivement la couverture de la sécurité sociale existante. Il y a encore certains pays comme l’Inde, qui s’efforcent de mettre la plupart de la population active informelle, notamment celle en milieu rural, dans l’économie formelle. Ces efforts permettent à la couverture de la sécurité sociale dans les pays à revenu moyen d’être élargie dans son ensemble, et de nombreux pays ont mis en place une sécurité sociale de base à niveau minimum au plan national, de manière à fournir une garantie de vie de base au moins à la population la plus vulnérable.

B. Modèle chinois : opportunités et défis de la réforme de sécurité sociale sous la nouvelle normalité

Données : De 2000 à 2011, le taux de couverture obligatoire de la sécurité de vieillesse de la Chine a augmenté rapidement de 24,4% à 74,4%. Cependant actuellement, le niveau de vieillissement de la population chinoise est de plus en plus élevé. Jusqu’à la fin de 2014, la population âgée de 60 ans et plus a atteint un nombre de 212 millions de personnes, soit 15,5% de la population totale. La Chine est déjà devenue un pays où les personnes âgées sont les plus nombreuses du monde : les personnes âgées chinoises représentent environ 22% des personnes âgées du monde entier, et 40% de celles de l’Asie, d’où une grande pression pour la construction du système de sécurité de vieillesse de la Chine.

Avec l’entrée de l’économie chinoise dans la nouvelle normalité, on a également une préoccupation sur la construction du système de sécurité sociale : Est-ce que le ralentissement de la croissance économique affectera les investissements continuels dans la construction de sécurité sociale, et pose de grands défis pour perfectionner le système de sécurité sociale ?

À cet égard, Lin Ka, doyen du département de sécurité sociale et de gestion des risques de l’Université de Zhejiang, a signalé après analyse qu’en raison du marché, des finances publiques locales, de la pression d’entreprise et de la controverse d’opinion etc., actuellement la nouvelle normalité du développement économique pose vraiment de multiples défis pour le développement du système de sécurité sociale.

« Les pays européens industrialisés ont déjà connu le défi du ralentissement économique actuel de la Chine dans les années 1980, aussi les pays de l’Asie de l’Est comme le Japon et la Corée du Sud etc., mais ces pressions économiques n’entravent pas le développement sans cesse de leurs systèmes de sécurité sociale » .
D’après Lin Ka, l’entrée du développement de l’économie chinoise dans la nouvelle normalité peut également apporter de nouvelles possibilités pour le développement du système de sécurité social, parce que sous la nouvelle normalité de l’économie, le développement économique de la Chine gardera une tendance stable avec une croissance à moyenne et grande vitesse, la qualité de l’opération économique s’améliorera de manière significative, la production et la gestion des entreprises seront améliorées progressivement, le degré de prospérité économique s’élèvera progressivement, la situation d’emploi en milieu urbain pourra garder une stabilité fondamentale, et la nouvelle population active sera en croissance continue.
Tout cela va créer non seulement un environnement macroéconomique favorable pour la réforme et le développement de sécurité sociale, mais aussi les conditions nécessaires pour l’investissement et l’opération de la caisse de sécurité sociale, en particulier la caisse d’assurance-vieillesse.

Avec l’accélération du vieillissement de la population chinoise, les problèmes économiques et sociaux entraînés par le vieillissement sont de plus en plus graves, de ce fait, le perfectionnement et l’amélioration du système de sécurité de vieillesse semblent plus importants et urgents.
Actuellement, notre pays a déjà mis en place le système d’assurance-vieillesse de base pour les habitants urbains et le système de d’assurance-vieillesse de base pour les habitants urbains et ruraux.
Jusqu’à la fin de 2014, le nombre d’assurés de l’assurance-vieillesse de base pour les employés urbains en Chine a atteint 341 millions de personnes, le nombre d’assurés de l’assurance-vieillesse de base pour les habitants urbains et ruraux a atteint également 501 millions de personnes, ainsi le nombre total d’assurés de ces deux derniers a atteint 842 millions de personnes, avec un taux de couverture globale qui dépasse 80%.

D’après les analyses de Zhou Hong, sous le contexte de la mondialisation, les gouvernements ne se chargent plus de tout dans le domaine de sécurité sociale ; le renforcement de la coopération de multiples forces et former progressivement un système de sécurité sociale à plusieurs niveaux et piliers constituent la tendance générale de la situation.

En ce qui concerne la Chine, dans le domaine de l’assurance-vieillesse complémentaire, on a déjà mis en place le système d’annuité d’entreprise, mais avec un développement relativement lent. Jusqu’à la fin de 2014, parmi plus de 15 millions d’entreprises en Chine, il y en a seulement plus de 73 300 qui ont établi le système d’annuité d’entreprise, couvrant seulement plus de 22 millions d’employés et accumulant les fonds de plus de 700 milliards d’yuans. Dans l’ensemble, l’annuité d’entreprise reste encore faible au plan du nombre total des employés assurés et de la taille d’entreprise. D’ailleurs, les compagnies d’assurances commerciales ont développé un certain nombre de produits de l’assurance-vieillesse ou de l’annuité pour le public, mais la couverture et l’envergure de fonds restent encore faibles.

« Il ressort des expériences étrangères et de la situation actuelle de la Chine que dans le futur, il faut mettre en place un système d’assurance-vieillesse combinant la planification générale de la société et le compte personnel, pour former progressivement un système de sécurité de vieillesse et de sécurité sociale à plusieurs piliers.» , dit Zhou Hong.

C. Chemin de la réforme : perfectionner le système de sécurité sociale avec l’innovation

Données : Les experts estiment qu’à la fin de 2020, le taux de vieillissement de la population chinoise atteindra 18,9% et 26,5% en 2030, en s’approchant progressivement du sommet du vieillissement de la population. Il est estimé qu’en 2052, le nombre des personnes âgées de plus de 60 ans en Chine atteindra le sommet de 487 millions, avec un taux de vieillissement de population de 35% environ.

Récemment, une personne âgée de 95 ans du nouveau village Wenyi de la ville Changsha du Hunan, a sauté du bâtiment pour mettre fin à sa vie. Cette tragédie a également réveillé en sursaut la société, c’est que les soins médicaux trans-provinciaux et la sécurité de vieillesse des personnes d’un âge avancé constituent déjà un problème social qui ne peut être ignoré.
« Le système de sécurité sociale est non seulement une question de justice et de stabilité sociales, mais aussi une question concernant la réduction et la lutte contre la pauvreté, la promotion d’emploi et le maintien de la durabilité du développement économique, qui est un outil nécessaire pour assurer un développement sain et une interaction positive de l’économie et de la société. » , dit Peng Shuwei.

Les experts ont souligné que le « Treizième Quinquennat » sera une période particulièrement critique pour réaliser la maturité et la formation définitive du système de sécurité sociale de notre pays. Nous avons besoin d’un système de sécurité sociale plus juste, plus efficace et plus durable, de ce fait, il faut tenir haut le drapeau de sécurité sociale d’équité, de justice et de partage, et promouvoir la construction d’un système de sécurité sociale positif et sain par l’innovation de théorie tout en respectant la loi objective de la sécurité sociale.

Au cours du « Treizième Quinquennat » , comment explorer le chemin de la réforme du système de sécurité sociale chinois ? Comment réaliser le partage des fruits de développement par le peuple ?

À cet égard, Tian Dewen, chercheur de l’Institut de l’Europe de l’Académie chinoise des sciences sociales, a signalé que la clé de la restructuration du système de sécurité sociale est l’innovation. Le gouvernement doit répondre exactement aux besoins sociaux de nouveaux types et personnalisés pour trouver les solutions de politique de sécurité sociale flexibles et personnalisées, tout en mettant pleinement en jeu le rôle de l’individu, la famille, la communauté et le marché. À cet égard, la Chine est déjà sur une même ligne de départ avec les pays développés européens et américains.

Selon Tian Dewen, l’innovation d’un système de sécurité sociale aux caractéristiques chinoises contient trois aspects de connotation :
Tout d’abord, c’est l’innovation de système. Après avoir terminé la construction d’un système de sécurité sociale à bas niveau et à couverture globale, il faut mettre l’accent sur la mise en place et le perfectionnement du système de service social, ainsi que le perfectionnement du système d’aide sociale, permettant au système de sécurité sociale de jouer un rôle de réseau de sécurité sociale de manière efficace et durable, au lieu d’accroître unilatéralement le « bien-être » ;
ensuite, c’est l’innovation de service. Après avoir bien connu les besoins sociaux de nouveaux types, il faut mettre pleinement en jeu le rôle des ressources sociales et des ressources de marché, permettant aux ressources publiques de jouer un « rôle de levier » pour réaliser une « maximisation » de l’efficacité ;
enfin, c’est l’innovation de technologie. Actuellement, « Internet + » a apporté un soutien technique très fort pour l’innovation du système de sécurité sociale, ce qui a considérablement renforcé la possibilité et la commodité pour fournir les services sociaux personnalisés et l’aide sociale.

Lin Yi, directeur du centre de recherche de l’assurance et de la sécurité sociale de l’Université de finance et économie sud-ouest, a noté qu’il faut insister sur les principes fondamentaux de couverture globale, de base solide, de plusieurs niveaux et de durabilité pour le futur système de sécurité sociale. Il faut suivre les règles de base telle que la législation en priorité, la direction par le gouvernement, le partage des responsabilités, etc., prêter attention aux situations fondamentales du pays et leurs changements, et attacher de l’importance à l’amélioration des capacités de gestion et de service, afin de réaliser un développement durable.

« L’assistance mutuelle constitue l’arrangement institutionnel le plus efficace de l’humanité pour lutter contre les risques, la méthode d’organisation de base pour la sécurité sociale moderne, et la garantie institutionnelle normative à la fois efficace et morale. Dans le processus d’approfondissement de la réforme de sécurité sociale de la Chine à l’avenir, il faut non seulement s’en tenir à l’assistance mutuelle, mais aussi bâtir une fondation solide de l’assistance mutuelle. » , dit He Wenjiong, professeur de l’Université de Zhejiang.
Il faut redresser dès l’origine l’ordre et la disposition de la répartition de richesse, renforcer sans cesse la base matérielle de la sécurité sociale et disposer de manière efficace les ressources de sécurité sociale conformément à l’intégrité et l’équité des droits et intérêts du système de sécurité sociale, afin de réaliser l’État-providence.


Edité le 03-01-2016 à 21:59:02 par Xuan


Xuan
   Posté le 13-01-2016 à 19:46:17   

La Chine promeut une fusion d'assurances médicales pour l'égalité urbaine et rurale


Par : Sofia
French.china.org.cn Mis à jour le 12-01-2016


La Chine a pris mardi une initiative importante pour rendre l'assurance médicale accessible à tous.
Selon un document publié par le Conseil des Affaires d'Etat, le gouvernement chinois a proposé la fusion de deux programmes d'assurance médicale pour les habitants urbains et ruraux.
Aujourd'hui, il existe trois programmes d'assurance médicale séparés -- l'assurance médicale de base pour les employés urbains, l'assurance médicale de base pour les citadins qui couvre principalement les personnes de moins de 18 ans et les chômeurs, ainsi que le nouveau système médical coopératif rural.
La fusion des deux derniers systèmes pourrait être la première étape vers un système d'assurance médicale unifié.
L'objectif de la fusion est de "faire progresser les réformes médicales, assurer un accès identique à l'assurance médicale de base aux habitants urbains et ruraux, promouvoir la justice sociale, et améliorer le bien-être de la population" , a annoncé le gouvernement central dans le document.
F
Xuan
   Posté le 25-12-2016 à 23:55:33   

Réforme des soins médicaux en Chine


le Quotidien du Peuple en ligne - 22.12.2016 16h42

La Chine a ratifié mercredi les lignes directrices visant à proposer des soins médicaux complets dans tout le pays et à approfondir la réforme pour couvrir les résidents urbains et ruraux par un système de santé universel, a déclaré le Premier ministre chinois Li Keqiang en réitérant l’importance d’une réforme médicale.

Dans le cadre du 13e plan quinquennal du pays (2016-2020), les soins de santé demeurent l'une des principales préoccupations du gouvernement.
De plus grands efforts seront consentis notamment autour du traitement et de la prévention de nombreuses maladies chroniques, contagieuses et mentales.
Le gouvernement renforcera également la compétence médicale dans les villes et régions de niveau inférieur et encouragera l’instauration d’un équilibre dans la répartition des ressources médicales. De plus, les procédures d'approbation de nouveaux médicaments seront simplifiées et se tournant en priorité vers les familles ayant deux enfants.

La Chine réformera le système d'approvisionnement en médicaments et améliorera le système d'assurance médicale pour couvrir toute la population du pays.
La directive sur l'approfondissement de la réforme médicale, approuvée également mercredi, vise à établir un système complet concernant les services médicaux publics, les soins de santé et le système d'assurance.

«En termes de réforme médicale, nous devons nous concentrer sur les domaines qui préoccupent le plus nos concitoyens et travailler plus dur pour réduire la concentration des ressources médicales de haute qualité dans les grandes villes et les rendre plus accessibles au public» , a souligné Li Keqiang.

Selon Chen Yuming, professeur de santé publique à l'Université Sun Yat-sen à Guangzhou, la capitale de la province du Guangdong, le plan répond aux besoins les plus urgents des patients et ainsi améliorer les soins médicaux s'ils peuvent être correctement effectués.

De plus, l'intégration du remboursement des frais médicaux est importante pour les travailleurs migrants qui sont traités hors de leur ville natale, a indiqué Chen.
Afin de combler les importantes disparités entre les grands hôpitaux et ceux des régions les moins développées, un système d’incitation devrait être mis en place pour motiver les médecins à venir travailler dans les zones les plus pauvres en augmentant leurs revenus et faisant preuve de plus de respect, a ajouté Chen.


À lire aussi :
La Chine adopte un plan pour promouvoir les services de santé
Le Tibet envisage d'élargir ses services médicaux à tous les monastères
Chine : fusion des assurances médicales pour une égalité entre régions urbaines et rurales
Xuan
   Posté le 15-08-2017 à 16:20:08   

La Chine fait progresser la réforme des hôpitaux publics


2017-08-15 16:20:58 xinhua

La Chine renforcera ses efforts pour améliorer la gestion des hôpitaux publics afin d'approfondir la réforme médicale du pays, selon des lignes directrices.
Ces lignes directrices, publiées fin juillet par le Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement central), ont pour but de bâtir une gestion moderne des hôpitaux avec des responsabilités claires, une gouvernance scientifique, des opérations efficaces et une forte supervision à l'horizon 2020.

"Elles se concentrent sur le coeur de la santé publique, maintiennent le caractère non-lucratif des hôpitaux publics et créent un système moderne de gestion des hôpitaux" , a indiqué Wang Hesheng, directeur du bureau de la réforme médicale dépendant du Conseil des Affaires d'Etat, lors d'une conférence de presse sur ces lignes directrices.

Tous les hôpitaux publics des villes chinoises doivent mettre en oeuvre des réformes globales d'ici fin septembre et annuler toutes les marges sur les médicaments, selon le rapport d'activité du gouvernement de cette année.

Selon M. Wang, les prix des opérations chirurgicales, des thérapies de rééducation, des soins infirmiers et des traitements de médecine traditionnelle chinoise augmenteront, et les frais d'utilisation des appareils médicaux baisseront.

En outre, les lignes directrices appellent les institutions médicales à différents niveaux à établir des règlements sur la gestion et les procédures.

"La plupart des hôpitaux sont dépourvus de règlements, ce qui a engendré des problèmes tels que le gaspillage aveugle de lits d'hôpitaux" , a indiqué Yang Dungan, de l'Hôpital de l'Université de l'union de Beijing, lors de la conférence de presse. "Les règlements peuvent aider les hôpitaux à améliorer l'efficacité de leurs opérations."

Les lignes directrices demandent également aux hôpitaux de former des comités pour fournir des conseils professionnels sur la qualité médicale et la gestion pharmaceutique.

D'après M. Wang, les lignes directrices mettent l'accent sur la responsabilité des gouvernements locaux dans l'établissement et la supervision des hôpitaux publics et renforcent l'importance du travail du Parti concernant les hôpitaux publics.

Plus de 2.300 hôpitaux publics à travers le pays ont participé à la réforme médicale en 2016, selon un rapport publié par le groupe dirigeant sur la réforme médicale du Conseil des Affaires d'Etat.

Les lignes directrices demandent aux gouvernements à tous les niveaux d'élaborer des plans de réforme pertinents, notamment en publiant des politiques concernant le système médical hiérarchique.

"Elles aideront à distribuer des ressources aux institutions médicales de base et atténueront le fardeau en termes d'enregistrement et d'opérations chirurgicales dans les hôpitaux publics" , a indiqué M. Wang.

Le programme pilote de système médical hiérarchique sera étendu à au moins 85% des régions de niveau préfectoral cette année, selon la Commission nationale de la santé et de la planification familiale.

La Chine a alloué plus de 1.400 milliards de yuans (207 milliards de dollars) de son budget aux dépenses sanitaires et médicales en 2017.
Xuan
   Posté le 17-08-2017 à 23:24:27   

Xi Jinping exhorte à accélérer l'élaboration d'un système médical à la chinoise


BEIJING, 17 août (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a lancé un appel pour que des efforts soient déployés dans le but d'accélérer l'élaboration d'un système médical et de soins de santé de base à la chinoise.

M. Xi, aussi secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a fait ces remarques dans une instruction écrite transmise à une conférence nationale qui s'est tenue jeudi afin d'honorer le personnel méritant dans les domaines de la médecine, de la santé et de la planification familiale.

Le PCC et le gouvernement central accordent une attention particulière au développement du secteur de la médecine et des soins, ainsi qu'à l'amélioration de la santé publique, a indiqué le président chinois.

Il a appelé les professionnels du secteur à continuer de servir le peuple, à perfectionner leurs techniques médicales et à promouvoir leurs pratiques éthiques avec enthousiasme, en vue d'offrir des services de la plus grande qualité possible.

Les comités du PCC et les gouvernements de tous les niveaux doivent améliorer leur travail et les conditions de vie des travailleurs dans les secteurs de la médecine, de la santé et de la planification familiale, et créer un bon environnement social respectueux des médecins et des valeurs de la santé, a ajouté M. Xi.

Le Premier ministre Li Keqiang a écrit dans une autre lettre que la réforme et le développement de ces domaines touchaient directement à la santé physique et psychologique, ainsi qu'à la construction in extenso d'une société de moyenne aisance.

M. Li a appelé le personnel de ces secteurs à s'investir totalement dans leur travail, à se perfectionner, à offrir de meilleurs services au public et à contribuer à la construction d'un pays fort en termes de santé.

Au total, 775 personnes et 251 groupes ont été honorés jeudi.