Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne 

 programme commun : l'ombre de lui-même

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9517 messages postés
   Posté le 10-09-2015 à 00:15:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le programme commun ne date pas d'hier, son origine a plus de 50 ans. Les dirigeants du PCF, dont Maurice Thorez, l'appelaient déjà de leurs vœux lors du 17e congrès en 1964 comme on peut s'en assurer dans ces extraits de vidéo.

Le remplaçant de Thorez, Waldeck-Rochet, revient plusieurs fois sur la nécessité de ce programme commun, "condition de la victoire commune sur le pouvoir personnel" . Ici il est question évidemment de De Gaulle, et on remarque que ce dirigeant ne le présente pas comme le représentant des monopoles capitaliste mais lui reproche son "pouvoir personnel" à la manière des socialos.
L'objectif était donc de revenir à un régime "démocratique", avec une "opposition démocratique" ...le désastre causé par cette ligne opportuniste est flagrant aujourd'hui.

A 1h15 de l'enregistrement, Waldeck Rochet dénonce le "dogmatisme et l’étroitesse sectaire qui sont devenus le danger principal pour le mouvement ouvrier international" :

"L’analyse de l’évolution des conceptions et de la politique des dirigeants du Parti Communiste Chinois montre que ceux-ci ont remis en cause toutes les thèses fondamentales de la conférence des 81 partis concernant notamment le caractère de notre époque, la possibilité d’écarter la guerre mondiale, la possibilité de passer dans certaines conditions pacifiquement au socialisme, la possibilité de développer l’unité avec les socialistes , la nécessité de la lutte contre le culte de la personnalité »
.

Un demi siècle plus tard la théorie de la "possibilité de développer l’unité avec les socialistes" a définitivement démontré qu'elle allait à l'encontre non seulement de la révolution prolétarienne, mais du simple maintien des acquis sociaux, et qu'elle conduisait au sabordage du parti communiste et à sa disparition.

Aujourd'hui les dirigeants du P'C'F en sont rendus à rechercher une nouvelle unité au sommet avec d'autres micro partis, mais même à cette échelle la ligne révisionniste est vouée à l'échec.

__________



Sur Politis :

Front de gauche : la mésentente cordiale


Toutes les familles du Front de gauche étaient réunies lundi soir à Paris pour travailler à un programme commun pour l’Île-de-France. Sur fond de divisions.



En façade, l’unité semble quasi parfaite . « Nous devons proposer un rassemblement le plus large possible de l’opposition de gauche » , lance Eric Coquerel pour le Parti de gauche (PG). « Nous allons faire une magnifique liste tous ensemble », renchérit Pierre Laurent pour le Parti communiste (PCF). Deux représentants d’EELV, Jérôme Gleizes et Francine Bavay, sont même venus en éclaireurs défendre leur idée d’un rassemblement le plus large possible à la gauche du PS.

Le Front de gauche tenait lundi soir à Paris une soirée de « travail » et de lancement de la campagne pour les régionales en Île-de-France. À trois mois du premier tour, aucun accord n’a encore permis de déboucher sur la constitution d’une liste. Le temps du « rassemblement citoyen » et de la construction du projet a, il est vrai, retardé les discussions entre partis.

Lire > PCF : La fabrique du citoyen

Malgré les ambitions affichées, les discours manquent donc un peu d’entrain. Et font place à l’inquiétude : « Ce n’est pas sérieux, franchement , tonne même Caroline De Haas, co-fondatrice de Osez le féminisme, en se tournant vers la rangée des représentants de partis. Nous avons une occasion de faire de ce vote un signal fort au gouvernement et nous allons présenter plusieurs listes ?! »

Bisbilles sur le cumul des mandats



Le gymnase Japy, dans le 11e arrondissement de Paris, est bien rempli, grâce à la présence massive des militants communistes. Les « ateliers citoyens » ont même colonisé les gradins que l’organisation avait condamnés.

Tous s’accordent sur le gâchis que représenterait, à gauche, un éclatement des forces pour les régionales. Mais dans les faits, les obstacles à la constitution d’un large rassemblement sont encore importants .



Comme en région Auvergne Rhône-Alpes, où les militants PCF viennent de voter pour une candidature solitaire, l’application du non-cumul des mandats pose problème. D’un côté, le PCF se range derrière le sénateur Pierre Laurent pour conduire ses troupes. Les autres formations du Front de gauche lui opposent la « charte éthique » en préparation, qui prévoit l’application stricte du non-cumul. 


Lire > Le PC fait de la résistance

"Système pourri par l'ENArchie


« Je ne pensais pas que nous aurions un désaccord au sujet du cumul des mandats » , hurle une militante du PG dans l’épais brouhaha qui sature la halle mal insonorisée, au cours d’un atelier sur les « identifiants éthiques de la campagne » . Face à elle, un groupe du PCF défend une application allégée du principe de non-cumul, pour « prendre en compte les difficultés » .

« Nous sommes dans un système pourri par l’ENArchie. Si nous voulons renouveler la politique, il faut rendre le pouvoir de décision aux élus » , fait valoir un militant communiste. « Or ce n’est pas évident, pour certaines responsabilités, de trouver des candidats ! Et puis tu présentes le non-cumul comme une nouveauté, mais c’est ce que font les Verts depuis quinze… avec les résultats que l’on connaît » , invective l’ancien élu local.

Réactions outrées de l’autre côté de la table : « Les électeurs sont dégoûtés par la politique. Ils ont besoin que le message donné soit extrêmement clair » , fustige un militant du PG.

L’éternelle question des alliances avec le Parti socialiste


Autre point de discorde, déjà ancien : l’alliance avec le PS au second tour. « L’objectif numéro un est de faire barrage à la droite » , fait valoir Pierre Laurent lors de son discours, après restitution du contenu des ateliers. L’alliance avec la liste socialiste est donc considérée comme acquise.

Les autres formations du Front de gauche redoutent, elles, le mauvais signal que cela enverrait dans l’opinion. Elles souhaitent donc s’en remettre au vote de la base, dans l’esprit des rassemblements citoyens larges et horizontaux qui ont bouleversé le paysage politique en Espagne.

Lire > Régionales : Un appel pour un rassemblement citoyen en Ile-de-France

Cette question des alliances avait fait exploser le Front de gauche aux municipales de 2014. A l’issue des régionales de 2009 en Ile-de-France, où la liste Front de gauche conduite par Pierre Laurent (5,11%) avait fusionné entre les deux tours avec la liste du socialiste Jean-Paul Huchon (25,38%), ses élus avaient divorcé sur le rapport au PS. Un groupe « Front de gauche et alternatifs » avait été créé par ceux qui refusaient de participer à l’exécutif, contrairement aux élus PCF ou apparentés regroupés dans un groupe Front de gauche.


La soirée a commencé autour d'une vingtaine de tables rondes chargées de débattre du programme et de la méthode.


Autour d’une table chargée de discuter de la « démarche citoyenne », Lyliane, ex-militante d’une cinquantaine d’années, lâche son agacement : « Il y a trop de rapports de forces entre les partis. J’en ai marre maintenant. Vous ne m’attirerez plus, ça, c’est sûr » , lance-t-elle.

« Vous êtes pourtant là ce soir ! » , ironise un trentenaire de l’autre côté de l’imposante table ronde.

« Additionner les différences »


Les discussions restent en cours jusqu’à la fin du mois de septembre. Et elles restent ouvertes, fait savoir Éric Coquerel, coordinateur du PG, qui se veut rassurant : « Nous ne sommes pas en retard par rapport aux listes classiques, qui proposent toute la même chose » .

Les termes d’un accord peuvent donc encore être trouvés. « Il n’est pas trop tard, mais il faut que tout le monde se lève et se mette en mouvement » , poursuit Clémentine Autain, porte-parole d’Ensemble !, la troisième formation du Front de gauche.

Il faudra, esquisse Pierre Laurent, « créer une liste de convergence en additionnant aussi les différences et accepter que nous ne soyons pas tous exactement pareils » .


Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.

EM.

EELV, pour sa part, doit se réunir les 15 et 29 septembre pour arrêter sa position finale.


Edité le 10-09-2015 à 00:32:23 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9517 messages postés
   Posté le 01-03-2016 à 13:31:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

réseau faire vivre

Francis Parny soutien Mélenchon


Dimanche 28 février 2016
Francis Parny soutien Mélenchon, après avoir démissionné de l’exécutif du PCF... lui reprochant en fait de ne pas aller au bout de ce qu’il proposait avec Marie-Georges Buffet en 2007, la "métamorphose" du PCF en un mouvement plus large.

Sa déclaration de soutien à Mélenchon est amusante...

Car déja en 2007, ce "Buffetiste" était à la pointe de la tentative de "métamorphose" du PCF, et très déçu de la décision d’alors des secrétaires de section de conserver le parti. Mais il savait que la direction du PCF allait poursuivre ses efforts et était tout requinqué par la réussite de MGB avec la stratégie FG/JLM en 2012, stratégie vendue aux communistes en faisant miroiter des gains de députés,

Patatras... depuis les communistes sont dans le chou à chaque élection se demandant que faire... Et la direction coincée dans ses contradictions, cherche désespérément une issue dans les primaires, tellement les communistes sont mécontents de cette situation dont ils accusent souvent, à tort ou à raison l’accord avec Mélenchon... Pire, les communistes refusent ces primaires...

Parny s’éloigne donc du PCF regrettant en fait l’échec de cette stratégie... bien sûr en accusant les autres, pas cette stratégie...

Il voit le"vide" dans la préparation de 2017, et bien sûr, le vide est pour lui l’absence d’un présidentiable du bon coté... Il a raison de parler du vide, sauf qu’il ne voit pas le vide "réel" laissé par l’affaiblissement du PCF, des syndicats et associations, le vide en fait "de capacité d’organisation du mouvement populaire"...

Résultat, le plus combatif du mouvement social se trouve dans les délégués syndicaux en pointe face au patronat (Mathieu, Wamen...) et dans les appels à la grève générale le 9/03, qui se situent en dehors de toute organisation... et comme toujours, laisse la place à toutes les manipulations possibles...

Il est vrai que ce vide réel, il est entre autres le résultat des stratégies que Parny a défendu et mis en oeuvre....

pam

___________________________________


Francis Parny :

Membre du Conseil national et de l'exécutif national

Biographie

Depuis 1998, Francis Parny est vice-président du Conseil régional d'Île-de-France, chargé tout d'abord des sports et du tourisme jusqu'en 2004 puis chargé de la culture et des nouvelles technologies.

Il entre au comité exécutif national du PCF au 32e congrès en 2003, où il est chargé de la culture, des intellectuels et des médias - charge à laquelle il est réélu au 33e congrès, en 2006 – il est aussi secrétaire du comité régional du PCF en Ile de France.

Pour l'élection présidentielle de 2007, Francis Parny anime le comité de soutien de Marie-George Buffet.

En juin 2007, il est candidat aux élections législatives dans la huitième circonscription du Val-d'Oise (Garges-lès-Gonesse, Sarcelles, Arnouville-lès-Gonesse, Villiers-le-Bel, Bonneuil-en-France). Il obtient 3,57 % des suffrages (6,40 % sur Garges). À la suite de la démission de Dominique Strauss-Kahn, il est à nouveau candidat dans la circonscription en décembre 2007 et réalise un score de 6 % (14 % sur Garges).

En 2008, il est candidat aux élections municipales à Garges-lès-Gonesse en tête d'une liste intitulée Garges ensemble. Sa liste reçoit 17,46 % des voix au premier tour et se maintient au second suite au refus de la liste du Parti socialiste conduite par Hussein Mokhtari de fusionner les deux listes. Au second tour la liste de « Garges ensemble » obtient 16,2 % des voix.

En 2010, il est candidat dans le Val-d'Oise sur la liste du Front de Gauche pour le premier tour des élections régionales en Île de France. Réélu au deuxième tour sur la liste d'union conduite par Jean-Paul Huchon il est élu vice président et reçoit la délégation des sports et des loisirs.

Il est aussi Conseiller municipal à Garges-lès-Gonesse et membre de la Fondation Copernic.

Fédération du Val-d'Oise (95) Membre de l'exécutif


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne  programme commun : l'ombre de lui-mêmeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade