Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Actions en communs des membres 

 Mobilisons-nous face à la répression de Oaxaca!

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 09-11-2006 à 19:38:18   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

MOBILISONS-NOUS FACE À LA RÉPRESSION DE LA COMMUNE D'OAXACA !

Lundi 20 novembre à 18 h 30 au parvis Beaubourg

Alors qu'au Mexique, la répression s'abattait sur une grève de mineurs à
Sicartsa, dans l'État du Michoacán, en avril 2006, puis sur le village de
San Salvador Atenco, près de Mexico, en mai ; dans l'État d'Oaxaca, depuis
plusieurs mois, le peuple s'est soulevé contre le despote au pouvoir,
Ulises Ruiz. Une Assemblée populaire des peuples d'Oaxaca (APPO) s'est
formée suite à la répression d'une longue grève d’enseignants de la
région, et rassemble des centaines d'organisations de différents secteurs
de la société de cet État.

L'idée que le peuple puisse révoquer à tout instant celui qu'il a élu et
qui n'accomplit pas sa tâche pour le bien commun est l'idée centrale de ce
mouvement qui rassemble des centaines de milliers de personnes d'origines
et d'horizons les plus divers. C'est elle qui anime la résistance. Au-delà
des barricades, c'est une autre vision de la politique et des rapports que
les gens peuvent avoir entre eux qui se construit...

Alors que l'APPO contrôle une grande partie de la ville, le 27 octobre,
des paramilitaires au service du gouvernement local ont tiré sur des
barricades faisant 4 morts. Cela a été le prétexte rêvé du gouvernement
fédéral pour envoyer la PFP (police militarisée) à Oaxaca. Elle est entrée
dans la ville le 29 et a occupé le zócalo (la place centrale). Les membres
de l'APPO se sont alors retranchés sur la place Santo Domingo, près de
l'université. Le 2 novembre au matin, la PFP a tenté de les déloger et de
s'attaquer à Radio Universidad, l'une des voix du mouvement, mais elle a
été repoussée et a dû battre en retraite.

Pour que cette Commune ne finisse pas dans un bain de sang, il est de
notre devoir de nous mobiliser et de faire pression sur le gouvernement
mexicain, ainsi que d'exprimer notre solidarité envers la lutte des
peuples d'Oaxaca. C'est pourquoi, en réponse à l'appel à la mobilisation
nationale et internationale lancé par l'APPO et d'autres mouvements
sociaux d'Oaxaca pour le 20 novembre, nous appelons à manifester :

Le lundi 20 novembre à 18 h 30
Départ : parvis Beaubourg.

Dehors Ulises !
Dehors la PFP !
Libération de touTEs les prisonnierEs !

Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Message édité le 14-07-2007 à 21:13:57 par ludo90290
Komintern
C'est la lutte finale
Grand classique (ou très bavard)
Komintern
578 messages postés
   Posté le 10-11-2006 à 11:36:19   Voir le profil de Komintern (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Komintern   

Il pourait être utile de faire un tract à cette occasion qu'on pourrait distribuer pendant la manif, qu'en pensez vous?


--------------------
Vive le drapeau victorieux de Marx, Engels, Lénine et Staline. Vive le communisme
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
908 messages postés
   Posté le 10-11-2006 à 11:47:45   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Répression et manifestation, le pain quotidien à Oaxaca

Seules trente minutes s’étaient écoulées ce mercredi 8 novembre quand la Doctora Berta, une des voix les plus emblématiques et combatives de 1400 AM, Radio Universidad, nous informa de la détention arbitraire et illégale de 16 camarades universitaires, l’ un d’eux participait à l'antenne.
Selon les premières informations qui furent transmises par la radio, 8 de ces camarades étaient détenus avenue Ferrocarril, très près de la barricade de cinco señores, 6 autres étaient détenus avenue Carillo Puerto et les deux derniers à seulement un pâté de maison du Campus Universitaire. On nous informa aussi que l’ on avait entendu des tirs près de la barricade de Soriana, il faut signaler que ces tirs nocturnes ne sont plus une nouveauté, cela fait 6 jours que nous sommes ici et chaque nuit nous avons entendu ces tirs. Malheureusement, deux de ces balles répressives ont atteint le camarade Marcos Manuel Sánchez Martínez, étudiant de l’ Instituto Tecnologico d Oaxaca (ITO), dimanche dernier 5 novembre, le blessant gravement. Actuellement, ce camarade est hospitalisé au « Seguro Social », se battant pour rester en vie.

Selon l ’info que transmettait Radio Universidad, « la voix de la vérité », les camarades appréhendés ont été embarqués dans des camionnettes de la police municipale de Sta Lucia del Camino, commune qui se trouve à dix minutes de Oaxaca et où fut assassiné le camarade d’ Indymedia Bradley Will, raison pour laquelle la radio accuse le maire de la commune, Manuel Martínez Puerto, d ’avoir dirigé cette opération.

Selon les versions que donnent les témoins, plusieurs policiers de l'État, des « porros » (ndt : paramilitaires au service du gouvernement d'Oaxaca) et autres vandales reçoivent quotidiennement de petites sommes pour faire ce genre de basses oeuvres ; ces sommes dépendent du niveau du fonctionnaire et du travail qu ’il doit effectuer : cela va de centaines de pesos à quelques milliers (ndt : de dizaines d’ euros à quelques centaines). On dit aussi que le Sr. Ruiz a engagé ce que l’ on appelle des « cholos », qui ne sont rien de plus que des vandales, pour aller frapper les gens et en particulier les étudiants qui défendent dignement, jour après jour, leur Université et leur Radio.

Durant cette émission très matinale, on nous informait aussi qu ’il était prévu qu’ à 11h du matin du jour même les étudiants et les travailleurs du syndicat de l’ UABAJO (Universidad Autónoma Benito Juárez de Oaxaca) allait effectuer une manifestation de l’ avenue Universidad jusqu ’aux bureaux de la SCT Secretaria de Comunicaciones y Transportes) pour exiger que cette succursale fédérale cesse de bloquer le signal de Radio Universidad. Le blocage de la radio a commencé samedi 3 novembre, il consiste principalement recouvrir le signal de radio Universidad par une musique rock stridente et étourdissante qui empêche quasiment d’ entendre les voix des locuteurs et, étant répétitive, génère tension et dégoût chez celui qui l’ écoute.

La manifestation, à l’ appel des étudiants, ne partit pas comme prévu à 11h, mais quasiment une heure et demie plus tard, cependant elle fut menée à terme y dura environ 2h30. Le point d’ arrivée fut la Secretaria de Comunicaciones y Transportes, où il y eut lieu une prise de parole d’ environ 20 minutes durant laquelle deux orateurs du Trabajadores de la UABJO se pasèrent le micro et reprochèrent à cette succursale son intervention et le blocage du signal de Radio Unversidad.

Vers 14h30, la manifestation, qui regroupait près de 500 personnes parmis lesquels des étudiants, des travailleurs, des ouvriers et des membres de la société civile, avait accompli son objectif.

Juan Pablo Romo, 8/11/2006* http://vientos.info/cml/?q=node/6501

UN LIEN INTERESSANT ICI : http://www.mexico.indymedia.org/oaxaca

Message édité le 10-11-2006 à 11:55:52 par gorki


--------------------
L'émancipation des ouvriers sera l'œuvre des ouvriers eux-mêmes
sti
Grand classique (ou très bavard)
969 messages postés
   Posté le 10-11-2006 à 15:42:45   Voir le profil de sti (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à sti   

Komintern a écrit :

Il pourait être utile de faire un tract à cette occasion qu'on pourrait distribuer pendant la manif, qu'en pensez vous?


Pourquoi pas. Tu débutes le truc pour donner une idée ...
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
908 messages postés
   Posté le 11-11-2006 à 16:36:57   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Communiqué du Comité Central du Parti Communiste du Mexique (ML)
à propos des événements d'Oaxaca

Le processus démocratique et révolutionnaire va de l'avant, acculant les forces de la réaction, les forces du fascisme, le régime capitaliste, à prendre des mesures contre le peuple, mais celles-ci n'ont pas réussi à nous affaiblir. Au contraire, ces mesures se sont attirées le rejet de millions et de millions d'opprimés du Mexique et renforcent l'organisation d'un futur Front Unique contre l'oligarchie financière.

Ainsi, l'oligarchie financière, incapable de résoudre les grands problèmes du Mexique puisqu'elle en est la cause, prétend, avec ses forces d'occupation, freiner et anéantir ce processus démocratique, pour le bon plaisir des monopoles impérialistes, pour aller plus loin encore dans l'exploitation et l'oppression, déjà exacerbées.

Les enseignements que nous offre le peuple d'Oaxaca dans sa longue marche et sa ferme résistance à l'offensive fasciste, nous amènent, à n'en pas douter, à une nouvelle interprétation de la réalité nationale, interprétation plus large, beaucoup plus claire, de ce que signifie le système capitaliste, de ce que représente la soumission du Mexique au néo-colonialisme, de ce qu'implique le Plan Puebla-Panama, le Traité de Libre Echange, de toute la cochonnerie des négoces bourgeois du tourisme international, de la sauvegarde de caciques et de propriétaires terriens et de la protection des usines-prisons de millions de prolétaires.

Oaxaca est une source d'inspiration pour la classe ouvrière et pour tout le peuple mexicain. Celui-ci, acculé à la pauvreté et à l'oppression de la bourgeoisie et de ses partis, subit aujourd'hui la répression féroce du régime, pour le simple fait d'exiger la liberté, d'exiger la démocratie, d'exiger de meilleurs conditions de vie. Pour toute réponse, l'oligarchie financière n'a fait que manoeuvrer et imaginer différents subterfuges pour conserver le statut-quo, mettant ainsi au grand jour le rôle de son Etat, de ses institutions, de ses partis politiques et de ses moyens d'information ; par là-même, elle démontre la nécessité de la révolution prolétarienne.

La réaction de l'oligarchie financière et de son Etat face au problème social à Oaxaca est partie intégrante de la politique destinée à maintenir soumis le peuple. Les Ulises Ruiz sont présents dans tous les Etats de la république, sous toutes les couleurs (jaune, bleu et tricolore), mais, à Oaxaca, ils ont dû faire face à une résistance organisée, à la conscience de classe ; c'est pour cela qu'ils cherchent à noyer ce peuple dans le sang.

La dictature du capital, voilà ce que défend la Police Fédérale Préventive à Oaxaca, rien d'autre. Les grands affairistes, voilà qui appuie Fox en pressurant les peuples. Offrir le pays à l'impérialisme, voilà le programme de Calderon. Offrir à la bourgeoisie les ressources du peuple, voilà l'objectif d'Ulises Ruiz et de la classe qu'il représente. Voici les questions qui sont en débat à Oaxaca comme dans tout le pays, et c'est pourquoi la lutte doit être développée activement et largement, dans la montagne, sur la côte, à la campagne et dans les villes, dans tous les recoins de notre pays.

L'offensive des "forces publiques" contre les peuples d'Oaxaca signifie par ailleurs l'échec de la démocratie bourgeoise, démasquée, et l'entrée en scène du fascisme, face à l'impossibilité pour la bourgeoisie de continuer à gouverner comme jusqu'à présent. Voilà pourquoi tant d'opérations militaires et cet entêtement à soumettre ce peuple, pour qu'aucun exploité et opprimé n'ose remettre en cause l'ordre actuel des choses.

Mais les choses ne tournent pas comme l'espérait l'oligarchie financière, et elle y risque encore plus sa crédibilité, elle y risque son régime même, face au rejet général. Ainsi, il ne resta plus à la bourgeoisie qu'à se jeter dans les bras de l'impérialisme, totalement et définitivement. Pas à pas, petit à petit, dans les rues de la ville d'Oaxaca, le foxisme, les impérialistes, l'oligarchie financière et ses partis serviles reçoivent en pleine figure le rejet de leur système et, surtout, une déclaration de guerre de la part de ce peuple, lassé de la misère et de l'exploitation auxquelles il a été soumis.

La répression de la part régime et la façon dont cette tendance s'est consolidée à travers le Sénat et les structures dirigeantes du PRI, du PAN et du PRD, montre suffisamment que toutes les forces du capitalisme sont associées afin de conserver le système de domination de la propriété privée.

Ainsi, les différentes tendances soi-disant humanistes du capitalisme se démontrent inefficaces à détenir le fascisme, puisqu'assises sur le fondement du profit maximum et du régime en soi de la démocratie du capital. Tout ceci démontre leur incapacité à résoudre les problèmes économiques, politiques et sociaux, et démontre qu'aucune des vieilles politiques social-démocrates, qu'elles se proclament "de gauche", néo-libérales, national-bourgeoises, ou bien "patriotiques", ne sont suffisantes pour endormir l'instinct de classe des masses travailleuses.

Ainsi donc, notre Parti et le FPR appellent à la résistance populaire et à l'offensive contre le régime bourgeois, pour la défense de nos intérêts sociaux, pour un gouvernement ouvrier, de paysans pauvres, et populaire.

Halte à la répression !
Police Fédérale Préventive, hors d'Oaxaca !
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !
Seule la Révolution Socialiste est changement !


--------------------
L'émancipation des ouvriers sera l'œuvre des ouvriers eux-mêmes
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 29-11-2006 à 18:16:19   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Que vive Oaxaca !

Il existe aujourd'hui, dans un monde dominé par la lâcheté, la résignation
et la servitude volontaire, une ville et une région résolues de résister à
un gouvernement local et mondial qui ne connaît d'autres lois que celles
de la corruption et du profit.

Depuis plusieurs mois, la population d'Oaxaca refuse les diktats d'une
administration corrompue, qui n'hésite pas à tuer les opposants à sa
politique de malversation. Le mouvement n'a cessé de se développer et a
donné naissance à une assemblée populaire, encore noyautée par la vieille
politique clientéliste, mais qui s'oriente de plus en plus vers un refus
de tout pouvoir et vers une priorité : améliorer la vie quotidienne des
enfants, des femmes et des hommes.


J'appelle à se manifester en faveur d'Oaxaca celles et ceux qui n'ont
d'autre force que leur volonté de vivre, car c'est de là que vient
aujourd'hui la seule pensée qui ne soit pas à la botte des commanditaires
du marché planétaire.

Je les appelle à défendre par tous les moyens de leur inventivité la libre
Commune d'Oaxaca afin qu'en son assemblée populaire se développent la
démocratie directe et la pratique autogestionnaire que les barricadiers,
la population urbaine et les communautés paysannes indigènes sont en train
de consolider.

Je les appelle à alerter toutes les forces vives, qui peu à peu
s'éveillent pour sortir des millions d'êtres humains du cauchemar que fait
peser sur eux le totalitarisme économique. Il faut empêcher que le
gouverneur Ulises Ruiz et ses tueurs, soutenus par Fecal (Felipe
Calderon), le nouveau président du Mexique, n'écrasent l'expérience
d'autonomie régionale - urbaine et paysanne - qui s'esquisse dans la
lignée de la Commune de Paris et des collectivités andalouses, aragonaises
et catalanes des années 1936-1938.

Ce qui se passe à Oaxaca est un espoir pour tous ceux qui désespèrent
d'accéder à une existence, digne de ce nom, sous le joug du capitalisme
financier réduisant la vie et l'environnement à une marchandise.

Souvenons-nous ! C'est une prise de conscience mondiale qui a aidé le
mouvement zapatiste encore fragile à échapper à la répression du
gouvernement et de son armée, en janvier 1994 et en février 1995.
Ce que les zapatistes ont réussi pour les communautés paysannes indigènes
du Chiapas, la population d'Oaxaca est en train de le tenter en milieu
urbain. L'enjeu est considérable. Faisons en sorte que se conforte la
chance d'instaurer la Commune d'Oaxaca, car cette chance est la nôtre,
celle de l'émancipation existentielle et sociale qui nous tient à cœur.

En toute autonomie individuelle,
Raoul Vaneigem.
Le 28 novembre 2006.
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 03-12-2006 à 20:52:42   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

DE PARIS À OAXACA, FORMONS DES ASSEMBLÉES EN LUTTE !

"Les barricades ouvrent de nouveaux chemins"

Depuis cinq mois un soulèvement populaire exigeant la destitution du
gouverneur local secoue l’État d’Oaxaca au Mexique. Dans cette région,
l’une des plus indiennes et en même temps des plus pauvres du pays, les
peuples qui l’habitent ont décidé de dire "basta !" à la corruption, à
l’exploitation et aux injustices qu’ils subissent au quotidien, en
reprenant le contrôle de la ville à travers des blocages, des barricades,
des manifestations afin de chasser les pouvoirs en place. Cependant la
répression ne s’est pas fait attendre, et depuis un mois, la police
militaire occupe tout le centre-ville, essayant d’en finir avec la révolte
: on compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de morts, des dizaines de
personnes disparues et des centaines d’arrestations, dont de nombreux cas
d’enlèvement et de torture.

Face à cette situation, il nous semble important de manifester notre
soutien aux peuples d’Oaxaca insurgés. N’oublions pas toutefois qu’ici
aussi, nous subissons l’arbitraire et l’exploitation. Qu’ici aussi on
décide à notre place. Qu’ici aussi il y a des révoltes, si faibles
soient-elles, et que des gens cherchent à reprendre leur destin en main.
De Paris à Oaxaca, pour que nos luttes ne finissent pas isolées et
réprimées, il est important de nous rencontrer, de nous écouter.

C’est pourquoi nous aimerions vous inviter, dimanche 17 décembre, à une
assemblée en lutte afin de faire part aux révoltés d’Oaxaca de notre
solidarité, en portant la parole des luttes menées ici.

Concrètement nous pensons organiser cette assemblée en deux temps :

D’abord en expliquant et en discutant la situation à Oaxaca, à l’aide de
la projection d’un film retraçant les grandes étapes de cette révolte.

Ensuite en laissant la parole à chaque collectif ou individu, afin que
chacun puisse témoigner de sa lutte et de sa solidarité. Nous souhaitons
en effet que cette journée nous permette au minimum de rassembler un
certain nombre de témoignages écrits que nous nous chargerons de traduire
et de diffuser là-bas, à Oaxaca. Pour cela :

RENDEZ-VOUS 14 HEURES DIMANCHE 17 DÉCEMBRE AU CENTRE INTERNATIONAL DES
CULTURES POPULAIRES (CICP) 21 TER, RUE VOLTAIRE, PARIS XIe, MÉTRO NATION
OU RUE-DES-BOULETS

Oaxaca libre !, Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte
(CSPCL), Coordination de soutien aux luttes du peuple argentin (CALPA).

******************

URGENT ! ! ! ! RASSEMBLEMENT MERCREDI 6 DÉCEMBRE À 18 HEURES POUR
PROTESTER CONTRE LA VAGUE DE RÉPRESSION ACTUELLE À OAXACA FACE À
L’AMBASSADE DU MEXIQUE (9, rue de Longchamp 75116 Paris - M° IÉNA).

Depuis le 25 novembre dernier, plusieurs morts, des dizaines de blessés et
de disparus, et des centaines de nouvelles arrestations.

--
Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (CSPCL, Paris)
33, rue des Vignoles - 75020 Paris - France
réunion (ouverte) le mercredi à partir de 20 h 30
http://cspcl.ouvaton.org
cspcl@altern.org
liste d'information : http://listes.samizdat.net/sympa/info/cspcl_l
sti
Grand classique (ou très bavard)
969 messages postés
   Posté le 06-12-2006 à 13:26:39   Voir le profil de sti (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à sti   

A Toulouse, Avant garde essait de prendre contacte avec des travailleurs mexicains qui sont bien informés et qui tentent la mobilisation si j'ai bien compris ...
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 10-12-2006 à 20:06:08   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Communiqué du Collectif Caracol Marseille

Appel du CIPO-RFM
Consejo Indígena Popular de Oaxaca "Ricardo Flores Magón"

Oaxaca reste debout, la lutte continue !

Frères et soeurs,

Noyés dans la douleur éprouvée à partir de nos morts, blessés, disparus
et emprisonnés, et malgré la persécution que nous subissons à cause des
forces répressives des mauvais gouvernements, votre parole nous
encourage à continuer notre chemin. Merci de nous faire savoir que nous
ne sommes pas seuls et nous vous demandons de continuer à faire des
actions ou que vous veniez à Oaxaca nous rejoindre afin d’arriver à
nous constituer en un seul corps unitaire, pour empêcher qu’ils
continuent à faire disparaître et emprisonner des sœurs et frères.

Nous vous demandons de l’argent car on a emmené nos prisionnier(e)s
très loin et leurs proches ont besoin de les voir mais nous n’en avons
pas les moyens. On en a besoin aussi pour que des avocats puissent se
rendre à Nayarit où on les a emmenés, pour acheter le billet, de la
nourriture et pour les démarches nécéssaires.

Excusez-moi de vous demander cela mais à Oaxaca on n’a déjà plus aucun
droit garanti. De nos jours dans toutes nos rues et maisons il y a
plein de membres de la police militaire, nos foyers ont été
perquisitionnés. Eux, ils nous cherchent en ayant recours à des listes,
caméras de vidéo, ainsi que des photos. Aujourd’hui à Oaxaca il n’y a
plus de paix pour ceux qui veulent construire un monde juste où il y
ait une place pour tous et toutes.

Oaxaca reste debout, la lutte continue !

Dolores, ex-prisionnière politique, membre du Consejo del APPO

LIBERTAD A LOS/AS PRESOS/AS INDIGENAS DEL CIPO-RFM "VIVA LA AUTONOMÍA"

visite nuestra pagina : http://www.nodo50.org/cipo

Consejo Indígena Popular de Oaxaca "Ricardo Flores Magón", CIPO-RFM.
- Calle : Emilio Carranza 210, Sta. Lucía del Camino, Oaxaca, México.
- tel : +(951) 51-78183 y +(951) 51-78190
- mail :
cipo@nodo50.org
mujercipo@hotmail.com
los_magoneros@hotmail.com

Pour vos dons au nom du CIPO-RFM :
- Banco Nacional de México, SA.
- Domicilio Hidalgo # 821. col.Centro, Oax. C.P.68000, Sucursal
Oaxaca, No. 120,
- Suit : Banamex : BNMXMXMM, Cuenta : 002610012077451770
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 10-12-2006 à 20:07:08   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

sti a écrit :

A Toulouse, Avant garde essait de prendre contacte avec des travailleurs mexicains qui sont bien informés et qui tentent la mobilisation si j'ai bien compris ...


Ok, tiens nous au courant.
sti
Grand classique (ou très bavard)
969 messages postés
   Posté le 10-12-2006 à 23:36:53   Voir le profil de sti (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à sti   

Le CIPO-RFM ? Tu sais qu'est-ce que c'est ?
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 11-12-2006 à 11:13:56   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   



Le CIPO-RFM (Consejo Indigena Popular de Oaxaca- Ricardo Flores) est une organisation indigène politique qui défend les droits d'une vingtaine de communautés et monte des projets productifs communautaires. Proche des zapatistes, le CIPO défend une conception autonome des villages, proche de l'idéal de Ricardo Flores. Ses dirigeants sont allés régulièrement en prison, treize fois pour Raul Gatica, en plus d'avoir subi des tortures et autres mauvais traitements.
A Oaxaca, les persécutions contre les organisations indigènes sont courantes, au CIPO comme ailleurs, en particulier quand les communautés défendent leurs terres et leurs forêts contre d'autres intérêts. Par contre le CIPO reçoit plus d'appui international que d'autres associations indigènes et ces échanges l'ont amené à penser au tourisme.

>Source<
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 18-12-2006 à 21:23:16   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Pétition internationale

Monsieur l’ambassadeur du Mexique à Paris,
Monsieur le Président du Mexique,

En mai dernier, dans l’État d’Oaxaca, au sud du Mexique, les enseignants
ont entamé une lutte pour l’amélioration de leurs conditions salariales.
Suite à la répression déclenchée par le gouvernement d’Oaxaca le 14 juin,
le mouvement jusque-là limité à des revendications corporatives s’est
étendu à d’autres secteurs pour déboucher sur un vaste mouvement populaire
et social, qui exige depuis plus de 6 mois la destitution du gouverneur de
l’État d'Oaxaca, Ulises Ruíz Ortiz (appartenant au PRI).

Dans cette région, l’une des plus indiennes et plus pauvres du pays, le
peuple s’écrient "basta!" à la corruption, à l’exploitation et aux
injustices qu’ils subissent au quotidien.

Au cours des derniers mois, le conflit s’est durci, jusqu’à l’intervention
récente de la police nationale mexicaine, qui a violemment délogé les
piquets et les campements de l’APPO (l’Assemblée populaire des peuples de
l’Oaxaca).

Depuis le début du conflit, au moins 20 personnes ont été assassinées, des
centaines de manifestants ont été arrêtés et on déplore des dizaines de
disparus. Des organismes de défense des droits de l’Homme ont d’ores et
déjà enregistré les tortures, les mauvais traitements et les menaces dont
ont été victimes les personnes appréhendées, ainsi que les persécutions et
les abus commis par les corps de police et les groupes paramilitaires.

L’opinion internationale s’est mobilisée autour de ces graves événements
pour dénoncer les abus commis et trouver à ce conflit une issue qui passe
par le dialogue.

Notre ONG audiovisuelle tient à promouvoir le rôle du cinéma et de la vidéo
indigène ainsi que des médias indépendants qui ont diffusé l’information
sur les mouvements de résistance et ont réussi à rompre le silence des
médias internationaux :

Le cinéma et la vidéo indigènes se sont développés ces dix dernières
années. Ils donnent une voix digne aux visions, aux luttes, aux
connaissances et à la culture des peuples indigènes.

Le premier Centre de vidéo indigène a été créé à Oaxaca en 1994. Cette
institution a mis en place des ateliers dans lesquels elle a formé plus de
six cents personnes entre 1994 et 2000.

Il existe à l’heure actuelle plus de deux cents productions vidéo indigènes
réalisées dans l’État d’Oaxaca. Des vidéos documentaires qui parlent, entre
autres, de coutumes et de traditions, de lutte pour la terre et qui exigent
la reconnaissance des droits indigènes. "En utilisant la vidéo dans des
processus d’autoreprésentation, nous avons mis l’accent sur son utilité
pour renforcer l’identité et les luttes des peuples indigènes, sur la
nécessité de posséder des archives audiovisuelles qui défendent la mémoire
indigène et la préservent pour l’avenir et sur l’importance de disposer de
moyens de communication qui reflètent notre diversité culturelle, force de
notre pays.

Le travail est le fil conducteur de nos productions et c’est l’élément qui
articule la représentation de nos communautés. C’est la base dont nous
partons pour valoriser l’image de nos peuples." Ojo de Agua

Ojo de Agua Comunicación, organisation audiovisuelle, assure le soutien et
la promotion des projets de communication des communautés indigènes grâce à
la réalisation, la production et la diffusion de films vidéo.

Grâce au relais du média indépendant Indymedia d’Oaxaca, du Chiapas et
Mexico, Ojo de Agua a réagi en tant que collectif de réalisateurs et a pu
donner au monde son témoignage des événements.

Nous avons fait découvrir leurs films à travers des festivals réputés comme :

Amiens, Toulouse, Lussas, Paris, à la Scam. Le regard qu’ils donnent à voir
sur le monde est d’une grande richesse. Partout leurs films ont étonné et
leur singularité ont été reconnues. Ces films constituent une mémoire
inaltérable pour leur peuple et pour l’humanité.

Aujourd’hui l’existence d’Ojo de Agua est menacée. Ses membres sont
persécutés, accusés de crime. Ils vivent dans la peur.

Nous, signataires, rompons le silence des médias officiels sur la
répression, l'impunité, l'arbitraire et les brutalités policières qui
s'exercent contre le mouvement populaire et indigène de l'APPO de la ville
d’Oaxaca :

- plus de cent cinquante personnes disparues ;
- plus de trois cents personnes détenues dans des prisons à plusieurs
milliers de kilomètres de l’état d’Oaxaca ;
- plus de cinq cents mandats d’arrestation contre les défenseurs des droits
de l’Homme, les autorités communautaires, les responsables de médias
indépendants et tous ceux qui ont participé à l’expérience d’autonomie
régionale – urbaine et paysanne - d’Oaxaca...

Nous exigeons :

- toute la vérité sur les personnes disparues et qu’une enquête
internationale soit ouverte ;
- la libération de tous les prisonniers politiques arrêtés d’une manière
arbitraire ;
- l’arrêt immédiat de l’utilisation de la torture ;
- l’annulation de tous les mandats d’arrestation vis à vis des personnes
qui ont participé à ce mouvement social ;
- l’arrêt immédiat de l’appel à la délation utilisé par le régime fasciste
- la dissolution immédiate des bandes paramilitaires indignes d’une
démocratie ;
- l’arrestation immédiate des assassins, qui ont été identifiés, des
journalistes Bradley Will, Francisco Flores Salanueva et des agresseurs
armés contre les 12 cinéastes indépendants qui ont été sauvagement frappés
ces six derniers mois ;
- la levée de l’état de siège d’Oaxaca avec le retrait immédiat de la
Police Fédéral Préventive ;
- le respect démocratique de la liberté d’expression, de communication et
la libre circulation des personnes ;

- nous exigeons que tous les membres du mouvement de Vidéo Indigène ne
soient pas inquiétés et que leur travail soit respecté ;
- que les membres d’Ojo de Agua et d’Indymédia ne soient pas poursuivis par
la police et soient protégés des actes des paramilitaires ;
- que la liberté d’informer soit respectée.

Nous refusons avec la plus grande énergie que le gouvernement mexicain
criminalise les justes revendications de l’APPO et des peuples indigènes.

Nous affirmons notre solidarité et notre soutien total à tous ceux qui
luttent à Oaxaca pour une cause juste et noble.

Le collectif ALTERDOC et...

Pour signer "en ligne" la pétition d'Alterdoc :

http://www.petitiononline.com/dgra7034/petition.html
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 18-12-2006 à 21:23:53   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Projection-rencontre organisée par Alterdoc

avec la collaboration de Promedios, Festival d’Amiens, Via
Campesina Europe, Reporters Sans Frontières, Amnesty International...

Soutien aux médias indépendants à Ojo de Agua Comunicacion* à Mal de Ojo
Television d’Oaxaca et Indymedia Mexique qui subissent la répression du
gouvernement mexicain.

Jeudi 21 décembre 2006

à 20 h 30 au Cinéma Action Christine

Projection de plusieurs films de Mal de Ojo Television en présence d’un
réalisateur de ce mouvement de résistance audiovisuelle, de représentants
du mouvement social français, d’associations solidaires avec la "commune
d’Oaxaca" et de défense des droits de l’homme.

Film suivi d’une rencontre avec le réalisateur et d’un débat.

* Organisation audiovisuelle qui assure le soutien et la promotion des
projets de communication des communautés indigènes grâce à la réalisation,
la production et la diffusion de films vidéo.

Infos pratiques :

Cinéma Action Christine Odéon : 4, rue Christine - 75006 Paris
Métros : Odéon (4) ou Pont-Neuf (7)

Bus : 21, 27, 38, 63, 85, 87, 96 / Renseignements : 06 08 28 11 47
participation aux frais : 5 euros

http://www.alterdoc.org
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 24-07-2007 à 10:11:46   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Oaxaca , Paris : assemblée de solidarité et d'information l e 26 juillet au CICP

Jeudi 26 juillet, à 18 heures, au Centre international de culture populaire
au 21 ter, rue Voltaire
Paris XIe
(métro Rue-des-Boulets ou Nation)

ASSEMBLÉE D'INFORMATION ET DE SOLIDARITÉ AVEC LES PEUPLES DE L'OAXACA
CONTRE LA SANGLANTE RÉPRESSION POLICIÈRE DU MOUVEMENT SOCIAL
POUR LA LIBÉRATION DE TOUS LES PRISONNIERS SOCIAUX ET POLITIQUES
POUR LE DÉPART IMMÉDIAT DU GOUVERNEUR ULISES RUIZ
POUR REPRENDRE L'INITIATIVE DE MOBILISATIONS SOLIDAIRES À PARIS

A l'appel du Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte,
du Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA),
de la revue "Le Jouet enragé"


--
Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (CSPCL, Paris)
33, rue des Vignoles - 75020 Paris - France
assemblée (hebdomadaire et ouverte) le mercredi à partir de 20 h 30
http://cspcl.ouvaton.org
cspcl@altern.org
liste d'information : http://listes.samizdat.net/sympa/info/cspcl_l
Paria
Les masses font et peuvent tout !
Grand classique (ou très bavard)
Paria
593 messages postés
   Posté le 25-07-2007 à 15:54:00   Voir le profil de Paria (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Paria   

Aux peuples du monde,
Au peuple du Mexique,
Au peuple de l'Oaxaca,
Aux moyens de communication alternatifs,
À l'Autre Campagne,

APPEL À LA SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE DE L'OAXACA

Brutalité, sauvagerie, barbarie, cruauté, ces mots sont impuissants à
décrire l'ampleur de la répression menée par le pseudo-gouvernement de
l'État mexicain d'Oaxaca que dirige l'assassin Ulises Ruiz Ortiz, qui a de
nouveau donné l'ordre de réprimer le peuple de l'Oaxaca, le 16 juillet,
alors qu'il ne faisait que participer à des festivités témoignant de ses
traditions et de sa culture.

Différentes preuves documentaires (vidéos, photos et témoignages)
attestent que les affrontements du 16 juillet ont été soigneusement
planifiés par les services gouvernementaux de renseignement et de
répression pour réprimer la manifestation partie du Zócalo (la grand-place
centrale) vers la colline du Fortin. En outre, les différentes forces de
police municipales, locales et nationales sont passées à l'attaque sans
aucun motif. Elles ont lancé des gaz lacrymogènes sur le cortège des
Chinas de Oaxaca, qui dansaient, ignorant volontairement le cordon de
soldats et de policiers, rendu nécessaire, selon la version officielle,
afin de "protéger le podium de la Guelaguetza contre d'éventuelles menaces
contre la sécurité nationale". Un cordon que formaient des membres de la
police municipale et différents corps répressifs du pseudo-gouvernement de
l'Oaxaca, renforcés par des troupes fédérales dépêchées par FeCal* pour
seconder l'assassin Ulises Ruiz Ortiz, notamment des effectifs de l'Agence
fédérale de recherche (AFI), de la Police fédérale préventive (PFP), de
l'armée fédérale mexicaine, ainsi que des militaires en civil. Il faut
pourtant savoir que les menaces censées justifier un tel déploiement de
forces de l'ordre sont totalement fictives, pour ne pas en dire plus, et
n'existent que dans le cerveau malade des chantres de la répression au
pouvoir. Ou faut-il croire que pour les haut-fonctionnaires du
gouvernement une manifestation culturelle constituerait un danger pour la
sécurité nationale ?

Les jets de gaz lacrymogène ont sonné l'attaque des corps de police contre
le peuple, qui n'a pas eu d'autre choix que de se défendre avec des
pierres, le combat étant rendu inégal par les conditions géographiques et
la rigoureuse planification de cette attaque. Au milieu des gaz, les
compañeros qui tentèrent de repousser les agresseurs n'ont donc pas pu
résister très longtemps et ils ont été pourchassés alors qu'ils
s'enfuyaient à travers les rues du centre-ville, ce qui a donné lieu à
quelques affrontements et à l'arrestation musclée et sans discernement de
plus de quarante personnes, dont beaucoup ne se trouvaient pas sur les
lieux des premiers affrontements. Elles ont été sauvagement frappées, les
preuves ne manquent pas, les personnes les plus grièvement blessées étant
des compañeros arrêtés sans opposer de résistance qui ont été frappés si
sauvagement qu'ils ont dû être hospitalisés dans un état grave et se
débattent entre la vie et la mort.

On assiste donc depuis plusieurs jours à une opération d'intimidation, de
persécution et de déploiement d'une violence irrationnelle dirigée contre
le peuple de l'Oaxaca, qui s'illustre par d'incessants vols de
reconnaissance d'hélicoptères d'attaque, une constante mobilisation de
troupes de l'armée fédérale, le harcèlement de la population par des
patrouilles de police et des convois de différents corps policiers et
militaires sillonnant les rues et procédant à des arrestations
arbitraires, en toute illégalité. Cela ne s'arrête malheureusement pas là,
tout indique qu'il ne s'agit en effet que des préparatifs au déclenchement
d'une répression encore plus brutale et à plus grande échelle lancée par
le pseudo-gouvernement de l'Oaxaca avec le soutien du gouvernement fédéral
de FeCal. Un FeCal qui, face au peu de crédibilité que lui ont valu les
élections truquées qui l'ont imposé président et à ses manifestations
actuelles d'agissements corrompus et de népotisme, essaie de dévier
l'attention de l'opinion publique par une des actions les plus aberrantes
utilisées par un réactionnaire, en recourant à la répression tous azimuts
et à la violation des droits humains fondamentaux pour tenter d'anéantir
l'indomptable mouvement de contestation sociale.

Un tel signe supplémentaire du discrédit dans lequel est tombé aussi bien
le gouvernement fédéral de FeCal que celui du tyran URO** dans l'Oaxaca ne
fait que révéler qu'au Mexique, et en particulier dans l'Oaxaca, il est de
plus en plus indispensable de transformer les structures politico-sociales
qui président à l'organisation de la vie en société. Il est toujours plus
évident que les personnes conscientes qui veulent vivre autrement, dans la
solidarité, en toute autonomie et dans la liberté en ont assez de la
politique classique qui repose sur le clientélisme, le pillage et
l'accumulation de butins. Il est essentiel que les peuples de l'Oaxaca
poursuivent leur réorganisation en partant des communes, des quartiers et
communautés pour réussir cette transformation radicale dont l'Oaxaca a
besoin, un renversement que les partis politiques ne seront jamais
capables d'effectuer avec leurs absurdes propositions de « réformes de
l'État ».

À cette répression criminelle en cours participent d'autres acteurs, les
cyniques médias, et tout spécialement les médias électroniques (notamment
Televisa et TV Azteca), qui, fidèle à leur habitude, occultent et
manipulent l'information, rejoignant ainsi la campagne de répression de
l'État contre les mouvements sociaux, un État qui se sert de l'armée et
des gaz lacrymogènes pour attaquer la population et utilise les médias
pour cacher les plus viles violations des droits humains. Un tel blocus
médiatique vise à isoler le peuple de l'Oaxaca dans le but d'anéantir
complètement notre mouvement social, qui résiste depuis plus d'un an aux
assauts de ce pseudo-gouvernement assassin auxquels viennent s'ajouter la
récente déclaration signée par tous les partis politiques (PRI, PAN, PRD,
PVEM, PT, PC, UP, PANAL). Ralliés à la campagne répressive, ils tentent de
criminaliser la mobilisation sociale en la qualifiant de vandalisme.

À l'expression pacifique des traditions et de la culture, les oppresseurs
répondent par la barbarie. À la manifestation pacifique des idées en
faveur d'une transformation afin d'améliorer la vie du peuple, les
oppresseurs répondent par la mort. C'est pourquoi il est urgent de
dénoncer les actes criminels perpétrés actuellement par les assassins du
peuple et de dénoncer la préparation du terrain à laquelle ils se livrent
dans le but de déclencher une répression encore plus sauvage, sans
discernement et à grande échelle.

Il est donc tout aussi nécessaire d'augmenter nos efforts pour obtenir la
libération de nos compañeras et compañeros prisonniers politiques,
injustement traités comme des criminels simplement pour avoir exposer
leurs idées et agir d'une manière pacifique pour instaurer la justice,
l'égalité, la démocratie, la solidarité, l'autonomie et la liberté que
réclame le peuple d'Oaxaca. Autrement dit, ils sont jetés en prison
uniquement parce qu'ils ont fait preuve de la dignité propre aux êtres
humains.

Devant un tel climat de répression, nous lançons un appel à tous les
groupes solidaires du Mexique et du monde pour que, le 23 juillet, ils
fassent servir la parole, la culture, l'art et les mobilisations dans la
rue.

Liberté pour tous les prisonniers et toutes les prisonnières politiques !
Dehors URO, le tyran d'Oaxaca !
Que soient châtiés les coupables de la répression !
Soutien au boycott de la Guelaguetza officielle !

VOCAL (Voces Oaxaqueñas Construyendo Autonomía y Libertad)
Le 21 juillet 2007.


* FeCal : surnom évocateur donné à Felipe Calderon Hinojosa, l'actuel
président de la République mexicaine.
** URO : Ulises Ruiz Ortiz, le gouverneur de l'Oaxaca, dont la destitution
est exigée depuis le début du mouvement.

Traduit par Ángel Caído.

http://www.vocal.lunasexta.org/
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Actions en communs des membres  Mobilisons-nous face à la répression de Oaxaca!Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade