Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 La lutte de classe en Chine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 18-01-2009 à 20:18:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Selon cet article, la réponse chinoise à la crise économique mondiale et ses répercussions en Chine consiste à privilégier les intérêts et le bien-être publics et à économiser les dépenses administratives pour favoriser la consommation intérieure.

Le bien-être social et l'économie des gouvernements locaux vont contribuer à la croissance économique

Avec l'année 2009 pleine de défis, les économies budgétaires du gouvernement, les plans sociaux et la croissance économique sont devenus des termes clés qui sont à l'ordre du jour des autorités locales chinoises.
Lors des sessions provinciales législatives annuelles qui se tiendront dans tout le pays, les responsables ont promis de réduire les dépenses administratives et d'investir plus de fonds dans les projets d'aide sociale pour assurer la croissance économique.
Dans la Région autonome Hui du Ningxia, projet de plan public d'aide sociale a été soumis pour discussion à la session annuelle de l'Assemblée populaire régionale qui se tient depuis mercredi le14 janvier.
"C'est la première fois qu'un projet public d'aide sociale a été présenté et examiné lors d'une Assemblée législative provinciale dans notre pays", a déclaré Ma Ruiwen, vice-président de la commission permanente du Congrès régional.

Le bien-être de la population, ou le terme chinois minsheng se réfère principalement à l'ensemble des conditions de vie, y compris le logement, l'éducation, la santé et les soins pour les personnes âgées.
En prenant des mesures contre le ralentissement économique mondial, le gouvernement central a annoncé en novembre dernier un projet de stimulation économique de 4 trillions de yuans (US $ 584 milliards) qui comprend 280 milliards de yuans pour le système de logement à prix modérés, 370 milliards de yuans pour l'amélioration du niveau de vie en zone rurale et les infrastructures, et 40 milliards yuans pour des programmes de santé et des programmes d'éducation.
Le projet du Ningxia, élaboré après la sollicitation de l'opinion publique, contient des mesures, comme l'aide aux 380 000 personnes pour l'accès à l'eau potable et des subventions pour des habitations à loyer modéré pour 30 000 familles urbaines avec des revenus modestes.
"Le projet reflète les promesses du gouvernement de mettre les intérêts de la population en premier lieu et s'occuper de leur bien-être", a déclaré M.Ma.
Le projet du Ningxia de 2009 attribue 2,64 milliards de yuans (US $ 386 millions) pour l'emploi, l'éducation, le logement et les soins de santé.
D'autres gouvernements provinciaux ont également mis en priorité l'investissement des dizaines de milliards de yuans pour des programmes qui soient liées au bien-être public.
La province de l'Anhui élargira son nombre de programmes sociaux de 18 à 28 avec l'augmentation des fonds de 4,4 milliards de yuans pour atteindre 22 milliards de yuans, a déclaré le gouverneur Wang Sanyun lors de la session législative provinciale mercredi.

"Plus la situation est difficile, plus nous devons attacher de l'importance pour améliorer les moyens basiques de subsistance de la population", a déclaré Guo Gengmao, gouverneur de la province centrale du Henan, voisine de l'Anhui.
Le Henan va augmenter son budget d'au moins 45 milliards de yuans pour résoudre des problèmes cruciaux de l'intérêt public et améliorer le niveau de vie de la population, a dit Guo à la Session provinciale législative du Henan lundi 12 janvier.
Grâce à la mise en pratique du projet de développement rural de 9,1-milliards de yuans pour l'année 2009, la province aidera quelques 3 millions de résidents ruraux d'accéder à l'eau potable et dépensera 1,1 millions de yuans pour lutter contre la pauvreté.

"Le sentiment du bien-être des gens ne vient pas des chiffres de la croissance du produit intérieur brut", a déclaré Wu Xiaoling, chef adjoint de la Commission économique et financière de l'Assemblée populaire nationale, le haut législateur du pays.
"Ce n'est que lorsque le gouvernement intensifie ses efforts et met le bien-être public à l'ordre du jour, qu'une croissance économique stable peut être atteinte", a déclaré M.Wu à un séminaire financier mardi 13 janvier dans la province du Guizhou au sud-ouest de la Chine.

Réduction des frais extra-professionnels.

Le PIB chinois a augmenté de 9% au troisième quart de l'année dernière, une baisse de 10,1% par rapport au deuxième quart et de 10,6% par rapport au premier quart de l'année.
Face à la situation économique difficile et une baisse des revenus, de nombreuses autorités provinciales se sont fixé un objectif de "croissance zéro" dans les dépenses administratives.
"Nous allons continuer à être économes dans l'ensemble de nos activités, et continuer à réduire les dépenses publiques et contrôler plus strictement les frais des réunions, des voyages d'affaires, d'études à l'étranger et des réceptions cette année,"a dit le maire de Beijing Guo Jinlong dans son rapport de travail à la Session législative annuelle cette semaine.
La capitale pourrait utiliser plus de fonds pour développer la demande intérieure, promouvoir la croissance économique et améliorer les conditions de vie.
"En 2009 et après, nous (le gouvernement) devons serrer nos ceintures et bannir le gaspillage», a déclaré Qi Shouyin, le chef du département des finances de la province septentrionale du Hebei au Congrès provincial populaire qui s'est déroulé cette semaine.
Qi a déclaré que la province va réaliser une "croissance zéro" des dépenses administratives sous le contrôle des législateurs, conseillers politiques et contribuables.
La province centrale du Hunan et le Shaanxi au nord-ouest du pays, ont également promis de ne pas augmenter leurs frais administratifs, pour que plus de fonds soient utilisés pour d'autres causes.
Les autorités locales se concentrent sur le bien-être public et la réduction des dépenses gouvernementales concordant avec la perspective scientifique sur le développement et l'idée générale de mettre l'intérêt public en premier lieu, a dit Zhang Liqun, chercheur du Centre de recherches pour le développement du Conseil d'Etat, ou Cabinet.
Investir plus de fonds dans l'amélioration de la vie de la population, c'était favorable à l'augmentation de leur consommation de façon directe ou indirecte, et par conséquent favorable à l'augmentation de la demande intérieure, a-t-il dit.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne Mise à jour 16.01.2009 13h34

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 03-03-2009 à 21:30:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

"la responsabilité sociale des entreprises privées"


Lu sur le site de Radio Chine International (CRI on line) :
http://french.cri.cn/361/2009/03/03/302s185399.htm

Cet article montre d'une part que la Chine fait face aux retombées économiques de la crise mondiale. Et il n'est pas surprenant que "l'usine du monde" soit touchée par la récession dans les pays occidentaux.
Cet aspect des choses doit éveiller nos soupçons sur les cris d'orfraie et le chauvinisme des capitalistes occidentaux envers ce qu'ils appellent la "domination chinoise".
D'ailleurs certains patrons n'ont pas honte de pleurnicher dans les Comités d'Entreprise à propos du bas cours du yuan, avant de ricaner en se vantant des bénéfices qu'ils font en réexportant ce qui est fabriqué en Chine (scènes vécues).

D'autre part cet article nous éclaire sur les relations entre l'Etat et les entreprises privées en Chine, sur les contradictions de classe entre la bourgeoisie nationale et le prolétariat, et sur la manière dont le PCC essaie jusqu'ici de résoudre ces contradictions.




Ouverture de la deuxième session du 11ème comité national de la CCPPC à Beijing le 03/03/09



La deuxième session du 11ème comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC, organe consultatif politique le plus élevé de Chine), s'est ouverte mardi après-midi au Grand Palais du Peuple à Beijing.
Quelque 2 000 délégués du comité national de la CCPPC venus de tout le pays, vont passer en revue les préoccupations majeures du développement national lors de la session annuelle qui prendra fin le 12 mars.
Jia Qinglin, président du 11e Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), a demandé mardi aux membres provenant d'entreprises privées de ne pas licencier de personnel afin d'aider à maintenir la stabilité sociale pendant la crise économique mondiale.
M. Jia a fait cette remarque lors de son rapport délivré à la deuxième session du 11e Comité national de la CCPPC qui s'est ouverte mardi au Grand Palais du Peuple à Beijing.

"Les membres du comité national provenant du secteur économique non-public sont encouragés à assumer leurs responsabilités sociales", indique le rapport d'activité du comité permanent du comité national de la CCPPC.
"Les membres du comité national de la CCPPC doivent faire de leur mieux pour éviter de licencier du personnel, réduire les salaires ou reporter leur paiement afin de créer des relations de travail harmonieuses"
, a souligné M. Jia.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 07-04-2009 à 23:50:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

réforme des soins de santé vers "l'intérêt général"


Ce sujet fait l'objet de nombreux articles dans la presse officielle chinoise.

Dans l'émission de vendredi 10 avril "la réforme du système de santé se recentre sur l'intérêt général" , Radio Chine Internationale fait référence à l'expérience des médecins aux pieds nus et cite le vice-ministre de la santé publique Zhang Mao, selon qui la réforme a "l'intérêt général comme point de départ et l'équité comme point d'arrivée"

R.C.I. précise que la réorientation du système de santé "vers l'intérêt général" et non plus "vers l'assujettissement aux lois du marché" est l'aboutissement d'une lutte idéologique intense qui "faisait rage" en Chine depuis 1990.


"Il faut offrir efficacement au peuple chinois un système de santé de base comme un service public et bien mettre en oeuvre ce grand projet qui garantira la santé des milliards d'habitants chinois". C'est ce qu'a déclaré Li Keqiang, vice-premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat et chef du Groupe dirigeant chargé de la réforme approfondie du système médical et de santé, lors d'une réunion de travail en la matière le 10 avril.

Selon le vice-premier ministre, promouvoir la réforme du système médical et de santé revêt une signification très importante tant pour garantir et améliorer des conditions de vie de la population que pour promouvoir l'harmonie sociale. Il s'agit aussi d'une importante mesure pour stimuler la demande intérieure et maintenir le développement économique sain et relativement rapide. Il faut s'en tenir au principe fondamental de primauté de l'homme et s'appuyer sur la situation nationale pour traiter raisonnablement les rapports entre l'égalité et l'efficacité, et entre le rôle dominant du gouvernement et le rôle du mécanisme de marché. L'accent devrait être mis sur l'établissement d'un système des soins médicaux fondamentaux pour couvrir tous les habitants urbains et ruraux, a-t-il souligné.



Le Quotidien du Peuple publie une série d'articles sur les critiques du système médical et l'orientation donnée à sa réforme, qui devrait aboutir en 2020 :

La Chine publie un plan sur la réforme des soins de santé

Mise à jour 07.04.2009
La Chine a publié lundi son plan pour les soins médicaux durant la prochaine décennie, ce qui donne le coup d'envoi d'une réforme très attendue pour améliorer un système médical en difficulté et assurer des services médicaux équitables et abordables à ses 1,3 milliard d'habitants.

Le Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement central) ont ratifié et publié les lignes directrices sur l'approfondissement de la réforme sur le système de soins médicaux. Depuis deux ans, ce plan a fait l'objet de débats intensifs et de révisions à répétition.

D'après ce document, en 2020, la Chine se dotera d'un système "sûr, efficace, pratique et abordable" qui posera les bases de la distribution de soins aux habitants des villes et des campagnes.

Les lignes directrices seront accompagnées d'autres mesures plus détaillées concernant la mise en application de ce plan d'ici 2011. Celui-ci doit encore être chiffré mais, d'après le Conseil des Affaires d'Etat, il coûtera 850 milliards de yuans (124 milliards de dollars).

Le coeur de la réforme est de faire des soins de santé un service public, ce qui va exiger de la part du gouvernement davantage d'argent et de contrôle.

Le document souligne qu'il faudra renforcer le rôle du gouvernement dans "l'élaboration des mesures et des projets, la collecte de fonds, les prestations de services et le contrôle", afin de garantir la justice et l'égalité des services.

La réforme vise à "résoudre les problèmes urgents qui ont conduit le public à se plaindre", indique le document qui évoque les critiques incessantes qui visent des services médicaux inaccessibles et hors de prix.

Le gouvernement améliorera le réseau de santé publique pour la prévention et le contrôle des maladies, l'éducation à la santé, les soins aux mères et aux nouveaux-nés, la santé mentale et les services médicaux d'urgence, indique le plan.

Les hôpitaux publics continueront à être les principaux fournisseurs de services médicaux et un accent prioritaire sera mis sur le développement des installations hospitalières décentralisées dans les villes et les régions rurales.

Le gouvernement projette également d'établir des systèmes d'assurance médicale diversifiés afin de couvrir d'une certaine façon les employés urbains, les résidents urbains qui ne travaillent pas et les résidents ruraux.

La réforme vise par ailleurs à améliorer le système d'approvisionnement en médicaments des hôpitaux publics pour qu'ils soient approvisionnés en médicaments de base à des prix réglementés par le gouvernement.

D'autres projets sont inclus dans cette réforme:

-Le gouvernement renforcera la gestion et la supervision du fonctionnement des institutions médicales, la planification du développement des services de santé et le système des assurances médicales fondamentales.

-Les hôpitaux recevront plus de fonds gouvernementaux et seront autorisés à demander des frais plus élevés pour le traitement médical. Néanmois il leur sera interdit de faire du profit en prescrivant des médicaments et des traitements très onéreux et parfois non nécessaires, une pratique actuellement fréquente.

-Les gouvernements central et locaux accroîtront les investissements dans le secteur de la santé publique et dans les cliniques populaires, ainsi que les subventions pour les hôpitaux publics et les systèmes d'assurance médicale fondamentale.

-Les gouvernements réglementeront les systèmes de prix des services médicaux et des médicaments. Ils contrôleront particulièrement les prix des services fondamentaux des hôpitaux non-lucratifs et des médicaments indispensables qui y sont utilisés.

-La supervision des institutions médicales, des fournisseurs d'assurance santé, des entreprises et distributeurs pharmaceutiques sera renforcée. Ce sera également le cas de l'eau potable et de la sécurité alimentaire.

[Source: xinhua]


Chine: renforcement d'une réforme destinée à améliorer les soins médicaux pour les résidents urbains et ruraux

La Chine renforcera la réforme des soins médicaux dans quatre domaines -- les services de la santé publique, le traitement médical, l'assurance maladie et l'approvisionnement en médicaments -- pour les résidents urbains et ruraux, selon un document du gouvernement central publié lundi.

La réforme rendra les soins médicaux plus appropriés et plus abordables et réduira l'écart entre les régions urbaines et rurales, indiquent les directives de la réforme, conjointement publiées par le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et le Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement central).

Des efforts seront faits pour améliorer l'hygiène au quotidien et au travail et pour traiter tous les types de pollutions, indique le document, ajoutant que la surveillance de l'hygiène alimentaire et de l'hygiène dans les lieux de travail et les écoles sera renforcée.

Le traitement médical dépendra principalement d'organisations médicales à but non lucratif, les hôpitaux d'Etat jouant un rôle important et les hôpitaux commerciaux un rôle complémentaire.

Les services médicaux dans les régions rurales seront largement améliorés, et l'accent sera mis sur les hôpitaux du niveau du district. Dans les régions urbaines, un système médical, basé sur des services médicaux dans les communautés, sera établi. Il aidera à baisser les dépenses médicales et à fournir plus de services appropriés.

Les directives prévoient qu'un système général d'assurance maladie, composé d'une assurance médicale fondamentale pour les employés et les employeurs urbains, d'une assurance médicale fondamentale pour les résidents ruraux et d'un nouveau programme rural coopératif de soins médicaux, couvrira 90% de la population d'ici 2011.

Le système d'assurance maladie qui couvrait seulement les maladies graves auparavant s'étendra aux maladies mineures. Des assurances maladie commerciales seront également disponibles pour satisfaire aux besoins individuels.

Selon le document, la Chine accélérera l'établissement d'un système d'approvisionnement en médicaments pour assurer des réserves de base et la sécurité. Le système est basé sur un catalogue de médicaments indispensables produits et distribués sous le contrôle et la surveillance du gouvernement.


[Source: xinhua] Mise à jour 07.04.2009



Publication d'un plan d'action pour l'accès universel des Chinois aux soins médicaux


Le gouvernement chinois a publié mardi un plan de réforme du système de santé. D'après celui-ci, dans trois ans, tous les Chinois bénéficieront d'un accès égal et universel aux soins médicaux fondamentaux.

Ce plan coûtera 850 milliards de yuans (124 milliards de dollars) et sera mis en place de 2009 à 2011. Le gouvernement y promet un accès universel à une assurance médicale pour les soins de base, l'introduction d'un système d'accès aux médicaments de première nécessité, un perfectionnement des installations de soins médicaux primaires, un accès égal aux services fondamentaux de santé publique, ainsi qu'une réforme pilote des hôpitaux d'Etat.

Le document du Conseil des Affaires d'Etat, le gouvernement chinois, présente en détail les tâches et les objectifs prévus pour la période 2009-2011. Le gouvernement y explique comment il compte appliquer le plan de réforme des soins médicaux à long terme, qu'il avait annoncé lundi.

Pour améliorer les installations de soins médicaux primaires, la Chine donnera la priorité à la construction d'environ 2 000 hôpitaux au niveau du district. Chaque district aura ainsi au moins un hôpital conforme aux normes nationales.

Le gouvernement central financera la construction de 29 000 hôpitaux de village cette année et en améliorera 5 000 autres, selon le plan.

Le gouvernement central financera aussi la construction de cliniques de village dans les régions isolées, afin que chaque village soit équipé d'ici trois ans.

Toujours d'après ce plan, dans les villes, 3 700 centres médicaux de quartier et 11 000 stations médicales de quartier seront créés ou modernisés.

Le gouvernement indique en outre que les programmes d'assurance médicale universelle devraient couvrir une plus grande part des frais médicaux et alléger la charge financière de chaque citoyen.

Il existe déjà trois système différents d'assurance médicale. Ils s'adressent respectivement aux travailleurs des zones urbaines, aux résidents urbains sans emploi et aux résidents des zones rurales.

L'aide financière accordée par le gouvernement aux résidents urbains sans emploi et aux paysans pour financer l'assurance médicale augmentera de 50% à 120 yuans par habitant à partir de l'année prochaine, précise le plan du gouvernement.


[Source: xinhua] Mise à jour 07.04.2009

La Chine va équiper chaque village en dispensaire d'ici 3 ans

BEIJING, 7 avril (Xinhua) -- La Chine projette de mettre en place au moins un dispensaire dans chaque village d'ici trois ans afin d'améliorer les services médicaux dans les moindres divisions administratives du pays, indique le plan gouvernemental sur la réforme médicale publié mardi.

Le gouvernement appuiera la construction de 2 000 hôpitaux de district pour que tous les districts disposent d'un hôpital conforme aux normes nationales, précise le plan d'action de trois ans (2009-2011).

La Chine va construire ou rénover 3 700 dispensaires dans les zones urbaines et 11 000 centres de services sanitaires dans les villes d'ici trois ans. Pendant la même période, le gouvernement central construira 2 400 installations médicales dans les zones urbaines sous-équipées.

Malgré les progrès économiques du pays, le développement des services médicaux dans les régions rurales est en retard, car la plupart des équipements médicaux et des médecins sont concentré dans les zones urbaines, souligne le plan.

Faute d'équipements et de personnel médicaux dans les dispensaires des zones rurales, la qualité et la disponibilité des services médicaux sont limités pour les habitants de ces zones. Certains sont même devenus plus pauvres en raison de la loudeur des frais de traitement et des frais occasionnés par les déplacements qu'ils ont été obligés de faire pour se rendre dans les villes, toujours selon le plan.



Chine: La solution à la pénurie de personnel médical des régions rurales


BEIJING, 7 avril (Xinhua) -- La solution à la pénurie de personnel médical dans les régions rurales sous-développées fait partie du plan de réforme du système médical publié mardi à Beijing par le gouvernement chinois.

Dans ce plan de réforme pour la période 2009 - 2011, la Chine prévoit d'offrir environ 1,9 million de sessions de formation aux centres médicaux ruraux et aux institutions médicales de quartier d'ici trois ans.

Cette mesure fait partie d'un plan destiné à attirer des médecins généralistes à la campagne.

Dans les zones rurales moins développées, où habitent 900 millions d'habitants, les installations et le personnel médicaux sont moins bons que dans les zones urbaines, et l'écart continue de s'élargir avec l'urbanisation rapide du pays.

Le gouvernement chinois promet d'investir 850 milliards de yuans (124,4 milliards de dollars) dans la réforme médicale, dont une certaine partie sera utilisée pour améliorer les ressources humaines du secteur médical.

Chaque hôpital urbain de 3e classe (le plus haut niveau dans le système d'évaluation chinois) devra établir des liens de coopération à long terme avec trois hôpitaux de district ou trois hôpitaux qualifiés de village.

Le projet d'envoyer des médecins urbains pratiquer dans les zones rurales se poursuivra. Initié en 2005, le projet est considéré comme un moyen efficace d'améliorer rapidement les services médicaux de ces endroits.

Les médecins dans les larges hôpitaux urbains et les installations de prévention et de contrôle des maladies devront travailler à la campagne pendant une année avant de recevoir une promotion.

Par ailleurs, les diplômés universitaires sont, eux aussi, encouragés à travailler dans les régions rurales.



Edité le 11-04-2009 à 00:04:18 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 20-04-2009 à 20:39:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Quotidien du Peuple publie un article sur le trafic des parts privées dans les entreprises d'Etat et sa rectification :


La Chine va réguler le transfert des actions des entreprises d'Etat


La structure de contrôle des actifs d'Etat en Chine a déclaré jeudi 16 avril qu'elle va interdire au personnel dirigeant des entreprises d'Etat de transférer les parts en leur possession dans des entreprises d'Etat affiliées ou des filiales des entreprises mères, afin d'éviter que les actifs de l'Etat se retrouvent dans des mains des compagnies privées.

La Chine a émis un règlement en octobre dernier pour interdire aux cadres moyens et supérieurs des entreprises d'Etat de posséder des parts dans des sociétés affiliées aux entreprises d'Etat, des filiales ou d'autres entreprises qui ont été créées grâce aux investissements des entreprises d'Etat pour contrôler la perte des actifs d'Etat. Ceux qui détiennent déjà ces actions ont reçu l'ordre de transférer leurs actifs.

Les membres du personnel dirigeant ne sont pas autorisés à vendre les actions à leurs proches ou de les céder aux sociétés sous le contrôle de leurs proches a annoncé la Commission de supervision des actifs appartenant à l'Etat (SASAC) dans un document, qui donne des précisions sur le règlement d'octobre dernier.

Les entreprises d'Etat devraient être les premières à acheter ces actions, dont le prix ne devrait pas dépasser leur valeur fiscale nette de l'année précédente, a déclaré la SASAC.

Le mécontentement des employés lié aux pertes des actifs et la privatisation a augmenté depuis que les réformes de l'actionnarisation ont été lancées il y a trois décennies pour instaurer une participation du capital privé dans les entreprises d'Etat.
[souligné par moi]

L'apparition des parts privées dans les entreprises d'Etat, les sociétés affiliées, les filiales et les entreprises privées avec des parts appartenant à l'Etat a conduit à des problèmes liés à l'achat des produits et de services par les cadres à des prix inhabituellement élevés par rapport aux prix du marché, se résultant en "pertes déguisées des actifs d'Etat, selon Zuo Daguang, directeur de la branche de Liaoning de la SASAC.

Afin d'instaurer un contrôle interne et contenir les pertes des actifs de l'Etat, la SASAC et le ministère des Finances ont publié conjointement un document en avril 2005, interdisant le rachat des grandes entreprises d'Etat par ses cadres.

Le document du jeudi 16 avril a également donné des définitions des cadres dirigeants supérieurs et moyens d'une entreprise d'Etat, qui comprennent les membres du Conseil d'administration et de supervision. Ils ont été appelés à transférer leurs parts dans les filiales des entreprises d'Etat au cours de l'année suivant la publication du règlement du mois d'octobre dernier ou de démissionner de leurs postes.

[Source: le Quotidien du Peuple en ligne]


Edité le 20-04-2009 à 20:41:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 24-04-2009 à 20:47:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Radio Chine International publie cet article sur les progrès et les difficultés de la mise en place du système de sécurité sociale :

La Chine renforce la mise en place du système de sécurité sociale dans les régions rurales


Le 22 avril, le Conseil des Affaires d'Etat a soumis au Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) un rapport sur l'établissement du système de sécurité sociale dans les régions rurales. Selon ce rapport, la Chine va perfectionner son système de sécurité sociale à la campagne en vue d'améliorer la vie des paysans à bas revenus.

Lors du 17ème Congrès du Parti communiste chinois tenu en 2007, le PCC avait formulé l'objectif d'éliminer la pauvreté absolue, pour que tout le monde puisse bénéficier de la couverture sociale en 2020. Cet objectif est difficile à réaliser pour un pays en développement ayant une population de 1,3 milliard de personnes, et où près des trois quarts de la population vivent à la campagne. Mais ces dernières années, le gouvernement chinois a adopté une série de mesures pour promouvoir l'établissement d'une couverture sociale généralisée pour les ruraux. L'APN, l'organe suprême chinois, y attache aussi une grande attention.

Avant d'examiner le rapport, la Commission de l'agriculture et des affaires rurales du Comité permanent de l'APN a envoyé plusieurs groupes pour effectuer des enquêtes dans neuf provinces. Ecoutons le vice-directeur de cette commission, Liu Zhenwei a déclaré ceci: « Nous avons augmenté les investissements, et le cadre de la couverture sociale a été élargi. En outre, dans certaines régions, comme à Beijing, Shanghai et Tianjin, nous sommes en train d'étudier le système de sécurité sociale qui concerne la ville et la campagne. Les agriculteurs soutiennent cette politique. »

Le 22 avril, M. Li Xueju, ministre des Affaires civiles, a indiqué que ces dernières années les subventions du gouvernement avaient non seulement visé les villes, mais aussi les régions rurales, permettant ainsi de soutenir de nombreux projets ruraux.

Aujourd'hui, le système de sécurité sociale rurale en est à ses débuts. Il est composée de quatre couches : un système minimum d'assurance vie, un nouveau système de traitement médical, un système de secours médical, et enfin un système de secours en cas de calamités naturelles. Fin 2008, le nouveau système de traitement médical rural, démarré en 2003, couvrait déjà 815 millions d'agriculteurs dans des districts de l'ensemble du pays. L'aide se présente sous la forme de versements individuels, de subventions collectives, et de financements gouvernementaux. Ces 815 millions d'agriculteurs représentent déjà 90% de la population rurale totale, ce qui signifie que l'objectif sera réalisé deux ans plus tôt que prévu.

Lors des enquêtes effectuées par l'APN, des problèmes et des dysfonctionnements ont aussi été découverts. Le ministre Li Xueju a précisé: « En raison des contraintes liées au niveau de développement social et économique, à la structure bipolaire entre ville et campagne, et au retard dans l'établissement de ce système, la sécurité sociale rurale est relativement moins développée et tardive en Chine que dans les villes. La couverture est relativement restreinte et le niveau, relativement bas. Certaines mesures ne sont pas assez efficaces et les fonds, difficilement garantis. Dans certaines régions, les mesures ne sont pas mises en applications complètement. »

Tous ces problèmes constituent des obstacles à l'établissement généralisé du système à la campagne. En raison de la crise financière, de nombreux travailleurs ruraux ont été obligés de rentrer à la campagne, et les revenus des paysans se sont réduits d'autant. Il est nécessaire et urgent de renforcer l'établissement d'un système de sécurité sociale rurale. Li Xueju a indiqué ceci: « Dans le futur, on doit garder comme priorité l'élargissement de la couverture sociale, la garantie d'un niveau de vie minimal, et enfin, il faut diversifier ce système petit à petit en vue de réaliser un développement durable. On doit mettre l'accent sur le perfectionnement des différents systèmes existants, améliorer le niveau de la couverture sociale pour mettre en application ces mesures. »

Si la Chine suit ces objectifs, la Chine pourra garantir le niveau de vie minimal des agriculteurs et augmenter les investissements dans sa sécurité sociale rurale. Il faudra pour cela qu'elle prenne en compte son niveau de développement social et économique, les demandes fondamentales des paysans, et qu'elle évalue correctement sa capacité financière. Les fonds investis dans la sécurité sociale rurale seront une clé pour stimuler la demande intérieure et garantir le niveau de vie de la population. La Chine va également améliorer sa législation en matière de sécurité sociale rurale d'ici 2020.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 07-07-2009 à 09:58:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Arrestations et explications suite aux émeutes au Xinjiang


PUBLIÉ LE 07/07/2009 À 06:51 | © 2009 XINHUA / CHINE INFORMATIONS

La police a arrêté 15 suspects liés au conflit survenu dans une usine du sud de la Chine qui a provoqué les émeutes meurtrières dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest) dimanche.

Treize hommes, dont trois natifs du Xinjiang, ont été arrêtés pour avoir participé au conflit survenu entre des ouvriers dans une usine de jouets le 26 juin à Shaoguan, dans la province du Guangdong, a déclaré Liu Guoqiang, directeur adjoint du bureau de la sécurité publique de Shaoguan.

Les deux autres hommes ont été arrêtés pour avoir diffusé sur internet des rumeurs selon lesquelles des employés originaires du Xinjiang avaient violé deux ouvrières de l'usine, a-t-il fait remarquer.

La plupart des personnes arrêtées sont originaires du Guangdong.

Plus de 400 agents de police sont toujours à la recherche d'autres suspects.

Des officiels du gouvernement ont déclaré que le conflit de l'usine avait servi de prétexte aux émeutes à Urumqi, chef-lieu du Xinjiang, qui ont fait au moins 156 morts et plus de 1 000 blessés.

Un officiel du Xinjiang a déclaré mardi que l'excès de main d'oeuvre de la région continuerait à rechercher du travail au Guangdong comme auparavant, soulignant qu'un événement tel que le conflit de l'usine n'affecterait pas la politique générale de l'emploi de la région.

"Outre Shaoguan, de nombreuses villes côtières offrent également des opportunités d'emploi aux travailleurs migrants du Xinjiang et l'environnement professionnel y est toujours stable et normal", a déclaré Abdukeyum Muhammat, secrétaire adjoint du Comité du Parti communiste chinois (PCC) pour la préfecture de Kanji du Xinjiang.

Des officiels du Xinjiang, à la tête d'une équipe de travail, sont arrivés à Shaoguan le 27 juin suite au conflit de l'usine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 13-07-2009 à 22:19:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Publication d'un nouveau règlement par le PCC pour lutter contre la corruption


BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- Le Parti communiste chinois (PCC) a publié dimanche un règlement sur la responsabilité de ses fonctionnaires afin de lutter contre la corruption et d'améliorer les compétences du gouvernement.
Les fonctionnaires risquent d'être limogés dans les cas suivants:
-- prise de décision entraînant de lourdes pertes ou ayant de graves conséquences;
-- accident grave ou série d'accidents dans leur juridiction ou groupe de travail en raison d'un manquement au devoir;
-- accident grave ou série d'accidents dans le cadre de leur travail en raison d'un manque de gestion ou de supervision par le gouvernement;
-- abus de pouvoir, prévarication, incitation à commettre des activités administratives illégales, entraînant des manifestations publiques ou des incidents graves;
-- mauvaise gestion de la résolution des problèmes publics, tels que les manifestations et les accidents, aggravant la situation ou ayant des impacts négatifs;
-- violation des procédures d'élection ou de nomination des fonctionnaires, entraînant des erreurs aux conséquences négatives;
-- comportements portant atteinte à l'intérêt national, entraînant de lourdes pertes pour le peuple et la propriété individuelle ou publique, ou ayant des conséquences négatives graves.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 15-07-2009 à 22:32:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: l'ex-patron du géant Sinopec condamné à mort avec sursis


15/07/09

PEKIN (AFP) — L'ancien patron du géant public Sinopec, premier raffineur d'Asie, Chen Tonghai, a été condamné à mort avec sursis pour corruption mercredi à Pékin, a annoncé l'agence Chine Nouvelle.

"L'ancien président de China Petroleum and Chemical Group (Sinopec) Chen Tonghai a été condamné à mort avec une remise de deux ans, pour corruption, par la deuxième cour intermédiaire de Pékin mercredi matin", a indiqué l'agence officielle.

Les condamnations à mort avec remise de deux ans signifient généralement que la peine est commuée en une peine de prison à vie au bout de ces deux ans, si le condamné se conduit bien.

Selon le Quotidien du Peuple, organe du Parti communiste, Chen a été reconnu coupable d'une corruption portant sur 195,7 millions de yuans (quelque 20 millions d'euros) entre 1999 et 2007.

Outre d'avoir reçu des pots-de-vin, il a été reconnu coupable de détournements de fonds, pendant ces années durant lesquelles il est passé de directeur général adjoint, à directeur général, puis président du conseil d'administration de son groupe.

Chen, 60 ans, a rendu les sommes mal acquises, selon les médias officiels.

Il avait avait démissionné de la présidence du conseil d'administration de la compagnie pétrolière en juin 2007, officiellement pour raisons personnelles, mais quelques mois plus tard, en octobre, les autorités avaient confirmé qu'il était détenu pour corruption.

Sa "démission" était intervenue alors qu'à l'approche du 17e congrès du parti communiste au pouvoir en octobre, le gouvernement avait accentué sa lutte contre la corruption qui sape la légitimité du parti et de ses dirigeants.

Chen avait été officiellement inculpé au début de l'année dernière et exclu du Parti communiste, accusé de pots-de-vin et de mener une vie corrompue, alors qu'il dirigeait Sinopec, avaient expliqué les médias officiels.


_______________________________________________________


PEKIN, 15 juillet (Reuters) - L'ancien président du groupe chinois de raffinage de pétrole Sinopec (0386.HK: Cotation), Chen Tonghai, a été condamné à mort avec sursis pour avoir accepté 195,73 millions de yuans (20 millions d'euros) de pots-de-vin, rapportent mercredi les médias officiels chinois. Soudainement limogé il y a deux ans, Chen Tonghai présidait Sinopec depuis 2003. Il était auparavant vice-président de la Commission nationale de planification, par la suite renommée Commission nationale du développement et de la réforme.

"Chen a accepté un montant extrêmement élevé de pots-de-vin, un acte suffisamment grave pour justifier la peine de mort. Mais comme il a tout avoué et s'est repenti, qu'il a fourni des informations sur les actes criminels d'autres personnes et a remboursé toutes ces sommes, un sursis lui a été accordé", rapporte l'agence de presse officielle Chine nouvelle. (Chen Aizhu et Jim Bai, version française Gregory Schwartz)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 27-07-2009 à 22:34:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: plus d'un milliard d'abonnés au téléphone



BEIJING, 26 juillet (Xinhua) -- Le nombre d'abonnés au téléphone en Chine a dépassé un milliard fin juin, grâce au lancement du réseau de troisième génération (3G), indiquent les statistiques du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information (MITI).

De janvier à juin, le nombre d'abonnés au téléphone en Chine a augmenté de 43,5 millions, portant le nombre total à 1,025 milliard.

Durant la même période, les abonnés au téléphone fixe ont chuté de plus de 10 millions, alors que les abonnés au téléphone portable ont bondi d'environ 54 millions.

Pour améliorer l'efficacité du réseau 3G, les trois opérateurs de télécommunications les plus importants du pays, China Telecom, China Mobile et China Unicom, ont investi 80 milliards de yuans depuis début 2009.

Ces trois opérateurs ont tous commencé leurs essais du 3G, ce qui permet aux abonnés au téléphone portable de télécharger des données plus rapidement, de faire des appels vidéo et de regarder la télévision sur leurs portables.



Chine: 93,5 millions d'abonnés à l'Internet haut débit


BEIJING, 26 juillet (Xinhua) --
Les abonnés à l'Internet haut débit en Chine ont augmenté de 10 millions durant le premier semestre de l'année, portant le nombre total à 93,5 millions, a-t-on appris dimanche auprès du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information (MITI).

La Chine compte 338 millions d'abonnés à Internet fin juin, soit une hausse de 40 millions par rapport à la fin de l'année dernière, indique un rapport publié par le Centre d'information du réseau Internet de Chine (China Internet Network Information Center, CNNIC) à mi-juillet.

Plus de 90%, soit 1 734 des villages administratifs de la Chine avaient accès à l'Internet début juin, montrent les statistiques du MITI.

Environ 95% des bourgs ont l'accès à l'Internet haut débit, et 92,5% des villages étaient reliés au téléphone.

Les vastes zones rurales de la Chine sont regardées comme le nouveau front pour le développement des télécommunications. Les trois opérateurs de télécommunications les plus importants du pays -- China Telecom, China Mobile et China Unicom -- investiront 280 milliards de yuans pour améliorer le réseau 3G de 2009 à 2010, a indiqué Lu Xiangdong, vice-président de China Moblie lors d'une récente réunion du secteur.

La plupart des internautes chinois utilisent l'Internet pour s'informer, s'amuser et se faire des amis. Par ailleurs, l'achat en ligne est de plus en plus répandu et le nombre d'acheteurs en ligne a bondi de 14 millions pendant les six premiers mois de l'année pour atteindre 87,9 millions fin juin.



Edité le 27-07-2009 à 22:40:13 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 28-07-2009 à 23:25:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

la lutte contre la corruption se poursuit :

L'ancien maire de Shenzhen exclu de la législature provinciale du Guangdong


Les autorités de la ville de Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud), ont confirmé mardi que l'ancien maire de Shenzhen Xu Zongheng avait été exclu lundi de l'Assemblée populaire provinciale du Guangdong pour son rôle dans un scandale financier.

Le comité permanent de la 4e Assemblée populaire municipale de Shenzhen a tenu lundi sa 31e session et discuté de la proposition d'exclure Xu de la 11e Assemblée populaire provinciale du Guangdong, organe législatif provincial, a déclaré un porte-parole du comité permanent de l'Assemblée populaire municipale de Shenzhen.

Une résolution a été adoptée lundi concernant l'exclusion de Xu de la législature provinciale.

Xu Zongheng, 54 ans, devenu maire de Shenzhen en 2005, a été démis de son poste en juin pour "sérieuses violations de discipline".

Selon certaines informations, Xu était impliqué dans une affaire concernant l'un des Chinois les plus riches, le président de Gome, Huang Guangyu. Gome est le plus grand distributeur d'appareils électroménagers en Chine. Huang a été arrêté par la police de Beijing en novembre dernier pour avoir manipulé des transactions boursières.

L'affaire de Xu Zongheng est traitée "conformément aux procédures".


Agence de presse Xinhua 2009/07/28

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 15-08-2009 à 01:00:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les entreprises tenues de surveiller les risques au travail



Source: le Quotidien du Peuple en ligne le 14/08/09

A partir du mois prochain, les entreprises et les usines chinoises qui violeront la réglementation concernant les maladies professionnels seront fermées et devront verser une amende maximum de 300 000 yuans ($ 44 000).

"Si la santé d'un employé risque d'être affectée par la poussière, des substances toxiques ou nocives au cours de son activité professionnelle, ces inconvénients peuvent être définis comme des risques au travail", stipule une disposition provisoire, publiée récemment par l'organisation de surveillance de la sécurité du travail en Chine.

Les dispositions ont été formulées par l'Administration d'Etat de la sécurité au travail (SAWS), qui est en charge de la surveillance et de l'inspection des travaux pratiques en matière de sécurité, de prévention des risques au travail, de délivrance de licences, d'enquête sur les accidents de travail et d'arrêt des pratiques de travail illégal.

Les entreprises et les usines doivent informer les travailleurs en détail sur les risques professionnels et de leurs conséquences, leur fournir des informations et une formation sur la prévention des risques professionnels. Par ailleurs, les employeurs sont tenus de faire subir à leurs employés des bilans de santé obligatoires.

Ils devraient également acheter le matériel de protection pour les employés travaillant dans des conditions difficiles et de s'assurer que l'équipement reste toujours en bon état.

Les entreprises qui violeront la disposition recevront un avertissement de la SAWS, leur ordonnant de corriger les problèmes dans un certain délai. Les entreprises qui ne corrigent pas le problème dans les délais seront passibles d'une amende de 20 000 yuans.

Les entreprises qui violeront gravement la législation, la réglementation ou les norme de sécurité, causant de graves dommages à la vie où à la santé de leurs employés, seront fermées et tenues de payer une amende s'élevant de 100 000 à 300 000 yuans.

En outre, les entreprises sont tenues de signaler les risques professionnels dans les projets de construction à leurs services locaux de sécurité au travail. Ils doivent aussi contrôler périodiquement les procédures de sécurité au travail et fournir des rapports au ministère. Les risques professionnels doivent être surveillés au moins une fois par an, et être évalués au moins une fois tous les trois ans.

Les dispositions ont été élaborées sur la base de la loi sur la prévention et le contrôle des maladies professionnelles (2001), et de la Loi de sécurité de la production (2002).

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 16-08-2009 à 13:41:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: arrestation de onze personnes pour dissimulation d'un accident de mine fatal


La police a procédé à l'arrestation de onze personnes qui avaient dissimulé un accident dans une mine de charbon du Shanxi (nord) dans lequel six personnes avaient trouvé la mort, a annoncé samedi le gouvernement local.

Parmi ces personnes, se trouve Yang Sanjun, propriétaire de la mine de charbon Caowuhao du district de Hongtong et ses directeurs d'exploitation et de production, indique un communiqué publié par le gouvernement du district.

Les autorités du contrôle de la discipline et de la supervision du district interrogent également les contrôleurs de la sécurité du travail présents à la mine.

Six mineurs sont morts asphyxiés dans le puits de la mine le 23 septembre 2008, à la suite d'une explosion causée par une mauvaise manipulation d'explosifs qui aurait soudain consommé tout l'oxygène du puits, indique l'administration locale après une enquête de 10 mois.

Les directeurs de cette mine privé ont secrètement déplacé les corps des victimes le jour de l'accident, sans en informer les autorités.

Les comptes bancaires de la mine ont été gelés.

Cette mine, d'une capacité de production annuelle de 210 000 tonnes de charbon, possède des licences d'exploitation valides.

Agence de presse Xinhua 2009/08/16

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 23-08-2009 à 00:01:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La lutte contre la corruption se poursuit


La lutte contre la corruption continue tout particulièrement dans le cadre des grandes entreprises d'état, des investissements destinés à combattre la crise, et dans les milieux des hauts fonctionnaires ou des dirigeants industriels.

L'enjeu de la lutte contre la corruption à cette échelle n'est pas seulement économique, mais relève également de la lutte des classes et du pouvoir.
Cette lutte fait l’objet d’un plan quinquennal lancé en 2008.


Ainsi :
L’ancien vice-maire de Beijing Liu Zhihua a été jugé dans ce cadre, démis de son poste et expulsé du Parti communiste chinois (PCC) six mois après.

En 2008 environ 10 000 responsables dans les régions rurales ont fait l’objet d’enquêtes pour abus de pouvoir, assorti dans la plupart des cas de corruption.

En février 2009, Jiang Yong l'ancien directeur du Bureau de la planification de la municipalité de Chongqing (sud-ouest) a été condamné vendredi à la peine de mort assortie d'un sursis de 2 ans vendredi pour corruption.

Au mois de mai une mise en garde a été émise par la Commission militaire centrale contre le train de vie de certains officiers de l’armée : "Vivre dans le luxe ou l'hédonisme ne seront pas tolérés"

Du 8 au 17 juin 2009, ont été mis en cause successivement :

Xu Zongheng, secrétaire adjoint du Comité municipal de Shenzhen du Parti communiste chinois (PCC) et maire de cette ville de la province du Guangdong dans le sud de la Chine.

Zheng Shaodong, ex-membre du Comité du PCC pour le ministère de la Sécurité publique et ex-ministre assistant de la Sécurité publique.

Zhu Zhigang, ex-membre du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN), et ex-vice-président de la Commission des Affaires financières et économiques de l'APN.

Pi Qiansheng, ex-membre permanent du Comité municipal de Tianjin du PCC, et ex-secrétaire de la Commission de Travail du PCC pour la nouvelle zone de Binhai, Tianjin.

Le Quotidien du Peuple signale récemment le cas de l’ancien président de la Sinopec, et annonce qu’un plan de lutte contre la corruption va également être lancé dans la construction.


L'ex-président de Sinopec condamné à mort avec sursis pour corruption


le 16.07.2009
Chen Tonghai, l'ancien président du géant pétrolier chinois Sinopec Corp, a été condamné à mort mercredi avec un sursis de deux ans. Il s'agit de ce que l'on croit être la plus grande affaire de corruption dans le pays .

Chen, âgé de 61 ans, a été condamné pour avoir reçu illégalement 196 millions de yuans (29 millions de dollars) entre 1999 et juin 2007. Il a par la suite soudainement démissionné de son poste de président de Sinopec Corp, compagnie, qui est également connue sous le nom de China Petroleum & Chemical Corporation. En échange des pots-de-vin, Chen aidait d'autres personnes "mener des opérations illégales" au sein de l'entreprise, effectuer des transferts de terres et des contrats, selon le verdict de la Cour intermédiaire populaire n° 2 de Beijing. Le verdict n'a pas mentionné les noms des personnes qui ont participé aux affaires de corruption.

La cour a reconnu qu'il avait nié "l'ensemble des faits relatifs aux pots-de-vin", et pratiquait un détournement de fonds, ce que les enquêteurs ne savaient pas. Chen aurait pu être condamné à mort en raison de la nature de ses crimes.
Il avait reçu une suspension de deux ans de sa peine de mort. Cette peine peut être transformée en un emprisonnement à perpétuité, ou en 20 ans de prison, voire moins, si le tribunal estime que le condamné se conduit bien.
Chen a 10 jours pour faire appel de la décision du tribunal.

Né en 1948, Chen a été maire de Ningbo dans la province du Zhejiang, puis, il a travaillé comme vice-commissaire de la Commission de planification d'Etat, avant de rejoindre Sinopec en 1998.
Son père, Chen Weida, était un grand révolutionnaire et un haut fonctionnaire.

L'enquête sur Chen a commencé en 2007, et il a été expulsé du Parti et du gouvernement, officiellement accusé de corruption en janvier 2008.
Des experts ont déclaré que le cas de Chen a fait tirer la sonnette d'alarme concernant les chefs des entreprises gérées par l'Etat.
Le tribunal a déclaré que les réformes de l'Etat devraient être accélérées afin d'améliorer le contrôle du pouvoir pour «déterrer les racines de la corruption ».
Sinopec Corp, le plus grand raffineur de pétrole asiatique en volume de production, a refusé de commenter cette affaire mercredi. Les valeurs de la compagnie à la Bourse de Shanghai ont augmenté de 0,67%.

Li Shuguang, un expert des actifs de l'Etat à l'Université chinoise des sciences politiques et du droit a dit que la loi devrait être modifiée pour permettre de condamner les cadres dirigeants à des peines plus sévères, pour prévenir ce genre de mauvaise gestion des actifs de l'Etat.
"De multiples, sanctions économiques, similaires à la condamnation de Bernard Madoff (aux Etats-Unis), devraient être ajoutées à la législation", a déclaré Li.
"Le pays ne peut tout simplement plus se permettre qu'un plus grand nombre d'actifs de l'Etat soit détourné ainsi", a-t-il dit.


[Source: le Quotidien du Peuple en ligne]



La Chine s'engage à nettoyer la corruption dans le secteur de construction



le 21.08.2009
La Chine va lancer une campagne anti-corruption de deux ans dans le secteur de construction, dans lequel les pots de vin et les cas de corruption commerciale sont en nette augmentation.

Selon un document publié conjointement par le bureau général du Comité central du Parti communiste chinois (CCPCC) et le Conseil des Affaires d'Etat mercredi 16 août, les autorités ont fait part de leur résolution dans la lutte contre la corruption des fonctionnaires qui sont en charge des projets nationaux de construction en plein essor dernièrement.

"La corruption a été restreinte dans une certaine mesure avec l'économie de marché de plus en plus mature et la surveillance renforcée", mentionne le document.

Mais les affaires de corruption se produisent continuellement dans certains secteurs car certains fonctionnaires abusent de leur pouvoir pour acquérir des gains personnels, et certains gouvernements locaux, gaspillent même l'argent du contribuable pour construire des bâtiments somptueux.

"Ces comportements portent préjudice à l'intérêt public et causent des dommages aux relations entre les fonctionnaires et le public", stipule le document.

Le document exige des gouvernements locaux à réglementer davantage la procédure de gestion des terres et faire plus d'efforts dans le contrôle des appels d'offres fonciers.

Les ministères devraient procéder à des réexamens et ceux qui ont refusé de le faire ou ont tenté de dissimuler les problèmes seront punis, mentionne le document.

Il appelle également à un renforcement de la surveillance des relations du gouvernement dans les projets de construction, avec notamment l'utilisation et la gestion des fonds, l'approbation de l'utilisation des terres, l'évaluation de la construction de l'économie d'énergie et la protection de l'environnement ainsi que l'assurance pour la sécurité de la construction.

"Tous les ministères concernés devraient être chargés de veiller à ce que des fonds publics soient utilisés de manière efficace, d'une manière propre et sûre," a-t-il dit.

Pour empêcher les fonctionnaires d'abuser des pouvoirs à leurs bénéfices personnels, le document invite instamment les gouvernements locaux à mettre en place un système transparent d'information sur les projets de construction et d'écouter l'opinion d'experts et du public.

Une équipe de fonctionnaires de 19 ministères et présidée par le Conseil disciplinaire du CCPCC sera créée pour superviser l'administration locale et la mise en œuvre du document.

Le Premier ministre Wen Jiabao a souligné qu'une bonne gestion dans le contexte du ralentissement économique est nécessaire et a appelé à appliquer des mesures plus sévères sur le contrôle des projets qui sont étroitement liés avec la vie des gens, comme la construction urbaine.

Après les remarques de Wen, la Chine a dévoilé son projet de stimulation économique de 4 trillions de yuans ($ 585 milliards) d'investissement, visant principalement le domaine de l'infrastructure. Ce furent des mesures budgétaires proactives dans le contexte de la récession économique mondiale.

Au cours des dernières années, des procureurs chinois ont découvert une forte incidence de la corruption commerciale sur les projets d'infrastructure et les projets immobiliers, dans lesquels les fonctionnaires du gouvernement étaient souvent impliqués.

L'année dernière, 2 687 fonctionnaires chinois ont été reconnus coupables de corruption, de malversations et de la violation de droits de la personne. Les procureurs ont étudié 10 315 cas de corruption commerciale commis par des responsables gouvernementaux.


[Source: le Quotidien du Peuple en ligne ]

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 23-08-2009 à 14:39:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

un ancien maire condamné à mort pour corruption



HOHHOT, 21 août (Xinhua) -- Xu Guoyuan, ancien maire de la ville de Chifeng, dans la région autonome de la Mongolie intérieure (nord), a été condamné à mort avec deux ans de sursis vendredi pour corruption.
Sa femme, Li Minjie, a été condamnée par le Tribunal populaire intermédiaire de la ville de Baotou à trois ans de prison avec cinq ans de sursis pour avoir reçu des pots-de-vin et aidé à dissimuler l'argent.
Xu, 53 ans, a reçu 12,58 millions de yuans (1,84 million de dollars) de pots-de-vin, tandis que sa femme en a reçu 170 000 yuans, a indiqué le tribunal.

Les pots-de-vin proviennent principalement de directeurs de compagnies immobilières à qui Xu a accordé des traitements préférentiels dans la construction de quartiers résidentiels et d'un réservoir.
Il a également autorisé le directeur d'une mine nommé Wang à acheter une fonderie de plomb en bénéficiant de politiques fiscales et de protection de l'environnement préférentielles.
Parallèlement, la famille de Xu n'a pas pu expliquer d'où viennent 14,1 millions de yuans de biens immobiliers qu'elle possède.
Le tribunal a confisqué l'ensemble des biens de Xu.


un ancien vice-président de la Cour populaire suprême privé de sa qualité de membre du PCC pour corruption

BEIJING, 21 août (Xinhua) -- Huang Songyou, ancien vice-président de la Cour populaire suprême de Chine, a été exclu du Parti communiste chinois (PCC) pour corruption, a indiqué vendredi la Commission centrale de contrôle de la discipline du PCC.
Huang Songyou a également été limogé de tous ses postes administratifs, indique un communiqué de la commission.
Selon l'enquête, Huang Songyou a abusé de ses pouvoirs, accepté de nombreux pots-de-vin et vécu une vie "corrompue", précise le communiqué.
Son comportement est en violation de la displine du PCC et de la loi, souligne le communiqué, ajoutant que l'affaire a été soumise aux procureurs.
Huang Songyou avait été limogé le 28 octobre 2008 de son poste de vice-président de la Cour populaire suprême de Chine par les députés chinois, lors d'une session législative bimestrielle.
Huang Songyou, âgé de 51 ans, est originaire de la province du Guangdong (sud). Il a été nommé vice-président de la Cour populaire suprême de Chine en 2002.



un ancien chef de police accusé de corruption

XI'AN, 21 août (Xinhua) -- Les autorités chinoises ont ouvert une enquête vendredi sur un ancien chef de police accusé de corruption par 103 policiers dans le district de Huxian de la province du Shaanxi (nord-ouest).
Les policiers du bureau de la sécurité publique de Huxian ont publié un article sur le site Internet Tianya.cn la semaine dernière, accusant leur ancien chef Wen Zhigang d'avoir détourné des fonds destinés à un programme de logement.
Cet article a attiré l'attention d'un grand nombre d'internautes, car il est rare de voir des policiers se plaindre sur Internet.
"Une équipe est arrivée dans le district aujourd'hui pour enquêter sur cette affaire", a déclaré vendredi Duan Yaming, porte-parole du gouvernement de Xi'an, capitale du Shaanxi.
Cette affaire avait déjà fait l'objet d'une enquête. "En août 2008, une enquête avait été lancée mais aucune faute n'avait été découverte", indique un communiqué publié mercredi par le bureau de la sécurité publique de Xi'an.
"Mais suite à la publication de ce nouvel article, nous avons décidé de rouvrir l'enquête", précise le communiqué.
D'après les accusations, Wen Zhigang aurait, il y a plusieurs années, confié à un ami, patron d'une société locale, la construction de logements de policiers, sans lancer d'appel d'offre.
Wen Zhigang aurait détourné plus de 40 millions de yuans (5,9 millions de dollars) versés par les policiers pour la construction des logements.



[source Xinhua]


Edité le 23-08-2009 à 14:44:57 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 13-09-2009 à 00:15:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Quotidien du Peuple en ligne 11.09.2009

800 millions de ruraux bénéficient du nouveau système médical de coopération dans les régions rurales


Pour soulager effectivement les ruraux des frais médicaux et faciliter leur accès aux soins médicaux, la Chine a commencé, en 2003, à appliquer à titre d'essai le nouveau système médical de coopération dans les régions rurales de quatre provinces : le Jilin, le Zhejiang, le Hubei et le Yunnan. Par la suite, ce système s'est petit à petit généralisé à tout le pays. Selon ce nouveau système médical, les fonds sont établis grâce à la cotisation commune des habitants ruraux et des gouvernements des différents échelons, et une partie des frais médicaux des patients ruraux sont remboursés en conformité avec les règles.

À l'heure actuelle, ce nouveau système médical couvre tous les districts (villes et arrondissements) ruraux et 90% des habitants ruraux y ont souscrit. En raison de l'élargissement de la couverture du nouveau système médical, la collecte des fonds et le niveau de garantie n'ont pas cessé de se développer. D'ici 2010, les départements des finances des différents échelons augmenteront les subventions annuelles à 120 yuans par habitant rural. Les frais d'hospitalisation seront remboursés selon le revenu moyen du patient, et la somme maximale remboursée correspondra à six fois le revenu moyen du patient.

À la fin du mois de mars, on recensait 1,65 milliard de remboursements médicaux pratiqués depuis la mise en application de ce nouveau système médical.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 17-09-2009 à 20:51:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les salaires des dirigeants des entreprises d'Etat chinoises vont être encadrés


17/09/2009 Xinhua



La Chine a annoncé mercredi qu'elle adopterait une directive pour réguler les salaires des dirigeants des 135 entreprises d'Etat administrées par le gouvernement central.

Le document a été publié conjointement par 6 administrations du gouvernement central, dont le ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, le ministère des Finances, la Commission de l'administration et de la supervision des actifs de l'Etat.

Le document établit des directives pour le paiement et l'échelle des salaires, ainsi que pour les frais directement liés à la position dans l'entreprise, dans le but d'établir et de perfectionner les mécanismes d'incitations et de contraintes pour les salaires des dirigeants des entreprises d'Etat.

Il stipule que les salaires des dirigeants devront être basés sur les performances de l'entreprise.

La directive recommande également que les salaires annuels des dirigeants devront être en accord avec les salaires de l'année précédente des employés, afin de réduire les disparités.



Edité le 17-09-2009 à 22:27:52 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 17-09-2009 à 22:30:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

11/09/2009 Xinhua

Pour Wen Jiabao, la demande intérieure est nécessaire à la croissance économique


Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré jeudi que la Chine attachait une grande importance à la restructuration de son économie, et qu'elle s'efforcerait de stimuler la croissance économique en soutenant la demande intérieure.

"Nous devons nous concentrer sur la restructuration économique, et déployer davantage d'efforts pour renforcer le rôle joué par la demande intérieure, et en particulier celui de la consommation finale dans la stimulation de la croissance" , a indiqué Wen Jiabao, dans un discours prononcé lors de la cérémonie d'ouverture du Forum de Davos d'été 2009 à la ville portuaire de Dalian, dans la province du Liaoning (nord-est).

"Promouvoir la demande intérieure est une politique stratégique à long terme pour la croissance économique de la Chine, et aussi le moyen pour nous de lutter contre la crise financière, et d'éviter les risques exogènes, a-t-il ajouté.

La Chine doit en particulier augmenter la part de la consommation dans la demande intérieure, élever les revenus urbains et ruraux, améliorer les attentes des consommateurs, et renforcer la volonté et la capacité du peuple à dépenser, a souligné le Premier ministre chinois.

La Chine maintiendra une croissance rationnelle des investissements et optimisera la structure des investissements, a-t-il poursuivi.

"Nous allons accélérer le développement du secteur des services et en faire un lien clé dans la restructuration économique, une tâche prioritaire dans la promotion de la demande intérieure, et un facteur important dans la promotion d'une croissance équilibrée de l'offre et de la demande", a ajouté Wen Jiabao.

Source: Xinhua

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 17-09-2009 à 23:46:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: "l'esprit de Xibaipo" dans la nouvelle ère du PCC


Publié par Xinhua le 17 sept 2009

SHIJIAZHUANG, 17 septembre (Xinhua) -- La 4ème session plénière du 17ème Comité central du Parti communiste chinois (PCC) qui s'est ouverte le mardi 15 septembre à Beijing, a choisi pour thème " l'édification du parti". Ce geste a été considéré comme "important", indiquent les observateurs politiques à la veille du 60ème anniversaire du régime du PCC.

D'où vient la Chine nouvelle? Et où va-t-elle 60 ans après sa fondation? Pour trouver une réponse, on peut retracer le patrimoine politique du Parti communiste chinois (PCC) dans un village du nom de Xibaipo, situé à quatre heures de voiture de Beijing.

"Dans la tradition chinoise, 60 ans c'est la fin d'un cycle et le début d'un nouveau", souligne Cai Xia, professeur au département de l'édification du parti de l'Ecole centrale du PCC, "le parti au pouvoir prend aujourd'hui un nouveau départ".

A l'entrée d'un canal récemment ouvert vers Xibaipo, petit village du district de Pingshan dans la province du Hebei (nord), on peut voir une phrase, inscrite en rouge sur le rocher, "la Chine nouvelle prend son départ ici".

Il y a 60 ans, des dirigeants du Parti, dont Mao Zedong, Zhou Enlai, Zhu De et Liu Shaoqi, avaient séjourné pendant 10 mois dans ce village, 370 km au sud de Beijing, pour les derniers préparatifs de la fondation de la République populaire de Chine. Leurs conditions de vie restaient très modestes. Souvent il n'y avait qu'un lit, quelques chaises et une table dans leur chambre.

A la veille de ce grand moment, Mao Zedong a rappelé depuis ce village que la victoire de la libération de la Chine n'était qu'un premier pas de la Longue Marche. "Nous (membres du PCC) devons garder constamment une attitude modeste, discrète, patiente et avoir un esprit laborieux", avait-il demandé.

Le discours prononcé par Mao Zedong à Xibaipo a encore aujourd'hui une valeur réelle et actuelle, en particulier dans la lutte contre la corruption, a souligné Wang Rongli, directrice du Mémorial de Xibaipo, "Le 23 mars 1949, Mao Zedong quittait Xibaipo, en jurant que les membres du PCC ne deviendraient jamais Li Zicheng".

Li Zicheng, chef de paysans rebelles à la fin de la dynastie des Ming, avait renversé le régime monarchique. Mais 42 jours après, il a été tombé du trône en raison de sa corruption et de son arrogance.

En décembre 2002, le secrétaire général du Comité central Hu Jintao, nouvellement élu, s'était rendu à Xibaipo. "L'esprit laborieux de Xibaipo, reste un bon exemple pour le Parti. Il joue toujours un rôle essentiel dans la relation entre le parti et son peuple et nous encourage à oeuvrer pour la construction d'un pays riche et d'une nation unie.

Aujourd'hui, Xibaipo constitue un haut lieu de pélerinage pour les membres du PCC afin de s'y ressourcer au berceau de la victoire du PCC et se rappeler de l'esprit de Xibaipo. "Chaque année, nous accueillons plus d'un million de visiteurs. Ce n'est pas assez. Nous allons organiser une tournée de représentations dans tout le pays pour diffuser l'esprit de Xibaipo", a ajouté Wang Lirong.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 27-09-2009 à 13:56:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping insiste sur l'édification du Parti dans la nouvelle situation



Le vice-président chinois Xi Jinping a appelé à étudier avec soin et à appliquer la décision adoptée lors de la quatrième session du 17e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) sur les questions majeures concernant le renforcement et l'amélioration de l'édification du Parti.

BEIJING, 26 septembre (Xinhua) -- Le vice-président chinois Xi Jinping a appelé à étudier avec soin et à appliquer la décision adoptée lors de la quatrième session du 17e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) sur les questions majeures concernant le renforcement et l'amélioration de l'édification du Parti.

Lors de sa présentation, samedi, d'un rapport sur cette décision devant 1 800 personnes à l'Ecole du Parti du Comité central du PCC, Xi Jinping, qui est également membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, a ordonné une mise en application constante et efficace de cette décision, prise au début du mois.

Le vice-président a qualifié les six expériences résumées dans ce document de "trésor" du Parti accumulé pendant ses 60 ans de gouvernance et qui demandent un redoublement d'efforts.

La document est centré sur les principales questions concernant l'édification du Parti, lesquelles sont d'importance stratégique, fondamentale et urgente, a souligné Xi Jinping, qui est aussi président de l'Ecole du Parti.

Le vice-président a également déclaré que les écoles centrale et locales du Parti ont pour tâche de former des membres, de hauts responsables et des théoriciens du Parti, mais aussi d'étudier le Marxisme-Léninisme, la pensée de Mao Zedong et les théories socialistes aux caractéristiques chinoises.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 09-10-2009 à 23:46:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Publié le 24/09/2009 Source: CRI (Radio Chine International)


Le gouvernement chinois adopte un plan de soutien pour les provinces du Centre du pays


"Un plan d'aide pour les provinces du Centre de la Chine vient d'être adopté par le gouvernement chinois. Le texte, intitulé « Plan de promotion pour la relance des provinces du Centre du pays », a été adopté mercredi 23 septembre, lors d'une réunion du Conseil des affaires d'Etat présidée par le Premier ministre Wen Jiabao.

Les provinces du Centre du pays concernées par ce plan sont le Shanxi, l'Anhui, le Jiangxi, le Henan, le Hubei et le Hunan. Des provinces où les secteurs de la production céréalière, des matières premières énergétiques et de la fabrication d'équipements sont particulièrement développés. Ces provinces constituent par ailleurs des nœuds de transport et occupent une place importante dans le développement socio-économique national. Il faut donc, selon les participants à la réunion, utiliser les avantages de ces provinces pour faire face à la crise financière mondiale et maintenir une croissance stable et relativement rapide de l'économie nationale, afin de mieux soutenir le développement du pays.

Le plan prévoit pour ces provinces centrales de développer une agriculture moderne, d'accélérer la création de bases pour les matières premières énergétiques, pour la fabrication des équipements et pour les hautes technologies. La place de ces provinces en tant que nœud de transport devrait par ailleurs être renforcée.

Il faut, selon ce plan, créer des emplois supplémentaires et améliorer le système de sécurité sociale, afin d'élever le niveau de développement économique du pays à l'horizon 2015, de renforcer la vitalité du développement, d'encourager le développement durable et d'obtenir de nouveaux progrès dans la création d'une société harmonieuse."



--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 09-10-2009 à 23:52:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: 15 sociétés disgraciées pour manquement au sens de la responsabilité sociale


Quinze sociétés chinoises figurent sur la liste d'une association chinoise pour manque de sens de responsabilité sociale. Le groupe laitier Sanlu, au centre du scandale du lait contaminé à la mélamine, figure au premier rang.

Les sociétés ont été citées samedi par un forum qui se tenait samedi à Beijing, autour de la question de la responsabilité sociale des sociétés chinoises, pour avoir fourni des produits et des services de qualité inférieure ou pour avoir pollué l'environnement.

Elles ne sont pas nouvelles pour le public chinois, puisque leur mauvaise conduite a déjà été largement signalée par la presse.

En septembre dernier, environ 22 sociétés du secteur laitier, avec le Groupe Sanlu en tête, ont été pointées du doigt pour avoir vendu des produits laitiers contaminés à la mélamine, faisant au moins six enfants morts et plus de 300 000 autres malades.

Le forum a été organisé par le Centre de recherches sur la responsabilité sociale des entreprises chinoises, établi en mars par le journal China Enterprise News.

Ce journal est sponsorisé par la Confédération des entreprises chinoises et l'Association des directeurs des Entreprises de Chine, deux associations de l'industrie.


Source: Xinhua
le 21/09/2009

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 19-10-2009 à 00:11:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

programme pilote de système de retraite dans les zones rurales

Publié le 2009-10-18 19:37:58 | French. News. Cn


CHANGSHA, 18 octobre (Xinhua) -- Le vice-Premier ministre chinois Zhang Dejiang a appelé la province du Hunan à bien appliquer le nouveau programme pilote de système de retraite dans les zones rurales, pour jeter la base d'une généralisation de ce programme dans tout le pays.
Il a fait ces remarques lors de son inspection dans la province de vendredi à samedi.
Il a espéré que les agriculteurs participent à ce programme de leur plein gré et que les gouvernements locaux les orientent en leur donnant des conseils.
Le programme bénéficiera à des centaines de millions d'agriculteurs. Tous les problèmes apparaissant dans l'application du programme seront traités immédiatement, a indiqué Zhang Dejiang.

La Chine a lancé en août ce programme pilote qui prévoit de couvrir 10% des districts ruraux d'ici 2009, et tout le pays à l'horizon 2020 .

Différent du programme de système de retraite précédent dont le fond était alimenté par les paysans eux-mêmes, ce nouveau programme pilote sera subventionné par le gouvernement central et les gouvernements locaux.

Les paysans âgés de plus de 60 ans recevront une pension mensuelle fixée selon le niveau moyen des revenus de leur zone, après avoir payé une cotisation pour adhérer au programme.

La Chine compte au moins 153 millions d'habitants de plus de 60 ans, soit 11% de sa population totale. La plupart de ces personnes âgées habitent les zones rurales.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 19-10-2009 à 20:24:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine va contrôler la surcapacité de production et les constructions redondantes dans certains secteurs


2009-10-19 15:12:51 cri
Les services gouvernementaux chinois vont prendre des mesures de normalisation et de contrôle dans six secteurs, dont celui de l'acier et de la fonte, du ciment et de l'électricité éolienne, afin de contrôler la surcapacité de production et les constructions redondantes. C'est ce qu'a déclaré Xiong Bilin, officier de la Commission nationale du développement et de la réforme, à Beijing.

Lors d'une conférence de presse organisée le même jour, Xiong Bilin a indiqué que le gouvernement prendrait ces mesures en attachant de l'importance à « quatre paires de coordinations »: contrôle de l'augmentation des quantités et de l'optimisation des stocks ; guide de la réforme des secteurs selon leur catégorie et traitement différencié en favorisant certaines activités et en limitant d'autres activités ; culture, favorisation des secteurs émergents et promotion des secteurs traditionnels ; orientation vers le marché et mise en oeuvre d'un système de contrôle global. Par ailleurs, neuf mesures seront renforcées, comme le rattachement et la réorganisation des entreprises, la création d'un système de publication des informations, l'application du système de recours en responsabilité, et l'approfondissement de la réforme du système.

Xiong Bilin a également souligné que la surcapacité de production et les constructions redondantes de certains secteurs n'ont pas de liens de cause à effet avec la politique et les mesures adoptées par le gouvernement chinois face à la crise financière internationale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 01-11-2009 à 23:02:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le PCC appelle à la création d'un nouveau système d'évaluation des responsables



Le Parti communiste chinois (PCC) a publié mercredi quatre documents appelant à la création d'un nouveau système d'évaluation des responsables du Parti et du gouvernement.
Publiés par la Direction générale et le Département de l'Organisation du Comité central du PCC, ces documents indiquent qu'un système efficace d'évaluation des responsables est "vital pour le développement scientifique du pays".
Selon les documents, le nouveau système doit accorder le même poids à la contribution des responsables au développement économique, à la protection de l'environnement, au maintien de la sécurité publique et à l'amélioration des conditions de vie du peuple.
Les responsables doivent être évalués au moins une fois par an, ainsi que pendant et après toute mission majeure. Ils doivent également être évalués à la fin de leurs mandats ou en cas de promotion.
Davantage de personnes doivent être impliquées dans les évaluations du Parti et du gouvernement, dont les résultats doivent être rendus publics.
Les résultats des évaluations serviront ensuite de référence pour toute éventuelle promotion, éducation, récompense ou sanction, selon les documents.

Source: xinhua le 29.10.2009

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9526 messages postés
   Posté le 06-11-2009 à 23:58:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

la lutte contre la corruption en 2009



Une quinzaine de hauts fonctionnaires d'Etat ont été déchus de leur poste pour corruption.
Ces hauts fonctionnaires d'Etat et du Parti ont tous, sans exception, enfreint des lois et des règles disciplinaires et font l'objet actuellement d'enquêtes et d'examens de la part de l'organisation ou ont déjà été condamnés :


Huang Yao : ancien Président du Comité de la CCPPC (Conférence consultative politique du Peuple chinois) de la Province du Guizhou, Huang Yao.
Song Yong : ancien Vice Président du Comité de l'Assemblée populaire de la Province du Liaoning.
Li Tangtang : ancien Vice Président du gouvernement populaire de la Région autonome Hui du Ningxia.
Sun Yu : ancien Vice Président du gouvernement populaire de la Région autonome Zhuang du Guangxi, Sun Yu a été condamné le 31 août 2009 à dix huit de prison ferme et à la confiscation de biens personnels d'un million de yuans Renminbi.
Kang Rixin : ancien Secrétaire du Groupe du Parti, membre du Comité central et Directeur Général de China Nuclear Engineering & Construction (Group) Corporation.
Pi Qiansheng : ancien membre permanent du Comité du PCC de la Municipalité de Tianjin et Secrétaire du Comité de travail du Parti et Directeur de la Commission d'exploitation du nouvel Arrondissement Binghai.
Zhu Zhigang : ancien membre du Comité permanent, ancien Vice Président de la Commission des Affaires financières et économiques et ancien Président du Comité des Affaires budgétaires de l'Assemblée populaire nationale (APN).
Chen Tonghai : ancien Directeur général de Sinopec group et ancien Président de Sinopec Company Limited, Chen Tonghai, qui s'est fait graisser la patte en recevant des pots de vin de 200 millions de yuans RMB, a été condamné le 16 juillet 2009 à la première instance à la peine de mort avec deux ans de sursis.
Xu Zongheng : ancien Maire de la Municipalité de Shenzhen.
Chen Shaoji : ancien Président du Comité de la CCPPC (Conférence consultative politique du Peuple chinois) et ancien Secrétaire Adjoint du Comité du PCC de la Province du Guangdong.
Wang Huayuan : ancien Secrétaire de la Commission de contrôle de la Discipline du Comité du PCC de la Province du Zhejiang.
Mi Fengjun : ancien Vice Président de l'Assemblée populaire et ancien membre permanent du Comité du PCC de la Province du Jilin et ancien Secrétaire du Comité du PCC de la Municipalité de Changchun, Mi Fengjun, « soupçonné d'avoir reçu des pots de vin, d'avoir transgressé la réglementation en autorisant l'affectation de terres, de mener une vie de débauche et de plaisirs charnels et de fréquenter des prostituées depuis de longues années » , a été exclu du PCC depuis mars 2009 et a été démis de tous ses fonctions au sein du gouvernement et du Parti.
Zheng Shaodong : ancien membre du Comité du PCC ancien Ministre assistant du Ministère de la Sécurité publique, Zheng Shaodong, impliqué dans l'affaire Huang Guangyu (Huang Guangyu était l'ancien Président du Groupe Gome d'appareils électroménagers).
Wang Yi : ancien Vice Gouverneur de China Development Bank (CDB) et ancien Vice Président de China Securities Regulatory Commission (CSRC), Wang Yi, soupçonné de s'être laissé corrompre en acceptant des pots de vin, a été arrêté le 22 janvier 2009.
Liu Zhihua : ancien Maire Adjoint de la Municipalité de Beijing, Liu Zhihua, accusé de « mener une vie de débauche et de plaisirs charnels avec sa maîtresse et de recevoir des pots de vin considérables » , a été condamné en dernière instance à la peine de mort avec deux ans de sursis.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  La lutte de classe en ChineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade