Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  Liens 

 Journal de la convergence nocturne des luttes

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1918 messages postés
   Posté le 24-04-2016 à 09:34:58   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Journal de la convergence nocturne des luttes par J-P.Garnier
22 Avril 2016

Des nuits sans lendemain
(Journal du front de convergence des luttes)
Par notre envoyé spécial sur le front : Jean-Pierre Garnier
http://www.librairie-tropiques.fr/2016/04/journal-de-la-convergence-nocturne-des-luttes-par-j-p-garnier.html

En guise de préambule du libraire éditeur

Comme il me rendait compte assez régulièrement de ses promenades vespérales du coté de la place de la République, initialement « en service commandé » puis en curieux « motivé », je fis observer à notre chroniqueur vedette qu'il était assurément un des observateurs les plus perspicaces et les mieux informés de ces « événements » (comme on disait il y a 50 ans ), pour les raisons que, sans plus différer le début de ce passionnant feuilleton, je lui laisse le soin de raconter.

Préface

J'ai résumé ce que j'en pense dans le dernier de mes topos publié sur le site tropical. Je ne trouverais donc pas grand chose à ajouter sinon ce que m’inspirent les dernières bouffonneries plus ou moins arrosées (par la pluie ou l’alcool) dont la Place de la République a été le théâtre, la visite de Yanis Varoufakis étant l'une d'elles (j’y reviendrai), complétées par la pantalonnade qui s’est déroulée vendredi soir, diffusée hier après censure des moments carnavalesques les plus extravagants, sur le plateau de « On n’est pas couché » — un intitulé qui conviendrait bien, finalement, aux désopilantes « Nuits debout » — où Laurent Ruquier a l'habitude de faire débattre et s'ébattre les célébrités du moment. Tu as dit que je connaissais et fréquentais de près les «fakiriens». Et pour cause : j'ai participé dès le départ au lancement du film « Merci Patron », rédigeant un topo laudatif dans le 4 pages de promotion et animant plusieurs débats lors des avant-premières.
Ce soir encore, je devrai aller en mission commandée faire le guignol dans un cinéma de Montrouge. Mais ce sera la dernière fois.

En prime, j’ai rencard Place de la République à 15h avec Jean-Baptiste Eyraud, fondateur et animateur du DAL, qui vient de se faire griller sans être prévenu par une mystérieuse association qui organise à la même heure une assemblée-débat sur les luttes urbaines en cours et à venir . Si j’étais complotiste, j’y verrai encore la main des Soros boys ! Mais ce sera une occasion pour moi de voir de visu autrement que sur des videos où en est le « renversement » pompeusement annoncé par Lord’On. Sans illusion aucune.

J'ai, en effet, toujours été sceptique, comme tu le sais, sur la « deuxième phase du plan de campagne » (pour quelle guerre de classe ?) de Ruffin : l'opération « Nuit debout ». Elle s'appelait initialement « Nuit rouge » sur le premier tract. Appellation parfaitement ridicule. Comme si la révolution était à l’ordre du jour (ou de la nuit, en l’occurrence) ! À mes yeux (et mes oreilles), le meeting où l'idée fut lancé, à la Bourse du travail, avait montré qu'elle serait placée sous le signe du confusionnisme le plus complet en l'absence de toute perspective anticapitaliste, fût-elle lointaine. Et ce ne furent pas les envolées aussi guerrières que grotesques de Frédéric Lordon devant un public étudiant largement dépolitisé, la veille du grand jour... ou de la grande nuit, à la fac de Tolbiac, qui allaient me faire revenir sur cette impression première.

Hollande, dans sa dernière allocution, a finalement assez bien résumé ce que l’on pensait en haut lieu des « Nuits debout », confirmant par là ton appréciation sur la « parfaite innocuité de cette gesticulation printanière ». Le grand Timonier mou a, en effet, jugé « légitime que la jeunesse veuille s’exprimer ». Et ajouté : « Je ne vais pas me plaindre qu’une partie de la jeunesse veuille inventer le monde de demain. » Pour couronner le tout, il a presque donné leur feuille de route aux adeptes mélanchoniens de la « révolution citoyenne » : « C’est bien […] que le débat s’organise et que l’on veuille aussi faire de la politique en dehors des partis, en dehors des institutions, en dehors de la représentation, même si, à la fin, le meilleur des systèmes, c’est le suffrage universel. »

Il ne restera plus qu’à mobiliser les troupes pour réclamer une constituante ouvrant la voie à l’avènement d’une VIe République qui ne différera en rien des précédentes par la place réservée au peuple contrairement à ce que promettait une affiche mélanchonienne lors d’une précédente présidentielle : « Place au peuple ! » (on n’y voyait d’ailleurs que la gueule de Merluchon).

De fait, ledit peuple, si l’on s’en tient à une définition sociologique, brille globalement par son absence sur la Place de la République : outre les activistes et militants qui organisent et contrôlent le show, des étudiants, des lycéens, des enseignants et des chercheurs, en activité ou retraités, des travailleurs sociaux, des intermittents du spectacle et autres créateurs ou créatifs précarisés... Mais pas ou très peu d’ouvriers ou d’employés. Les medias dominants se chargeant au fil des nuits de relayer l’Événement, au sens de plus en plus « événementiel », comme disent les « communicants », et non politique du terme, il est logique que des «pipoles» viennent à leur tour se mêler aux badauds. À leurs risques et périls parfois.

Finkielkraut, par exemple, venu traîner ses guêtres hier à Nuit Debout. Il s’en est fait chasser sous les injures raccompagné par le SO des « insurrectionnels »nocturnes. À l’un d’eux, qui lui avait demandé s'il était venu en soutien, il avait répondu « Je suis simplement venu me faire un avis, mais c'était prévisible que j'allais tomber sur des demeurés... ». Pas si demeurés que ça. En voie de récupération par les politiciens de la « gôche-de-gôche, vus d’un bon œil par les journaleux mainstream, instrumentalisés et neutralisés par les agents stipendiés des « révolutions de couleur » d’inspiration sorosienne, ils ne pouvaient, au risque de se discréditer, franchir la limite consistant à tolérer la présence de réactionnaires notoires.

Autre visiteur du soir ou plutôt de l’après-midi, mais fort bien accueilli, comme il fallait s’y attendre, l’ex-ministre grec des finances Yanis Varoufakis, dont les liens avec l’establishment financier étasunien et les organisations soi-disant « non gouvernementales » — en fait para-gouvernementales — contrôlées directement ou indirectement par la « Open Society » de George Soros ne sont un secret que pour les nunuches ahuris de la Place de la République. « Je me rendrai sans aucun doute sur la place de la République, avait-il assuré à France Info. J'ai participé à des manifestations à Athènes, à Madrid, à New York avec Occupy Wall Street. Je crois que ce type d'action politique constitue une grande source d'espoir. La France a une tradition, c'est d'être le lieu où démarrent de nombreux mouvements qui changent le monde, ou tout au moins l'Europe. »
Une déclaration qui n’engageait que lui, apparemment oublieux des piètres résultats sur lesquels avaient débouché ces manifestations de rues, mais qui ne pouvait que faire plaisir à des gens qui, fonctionnant plus à l’autosuggestion qu’à l’autogestion, devaient continuer à se persuader qu’ils allaient de l’avant à défaut de savoir dans quelle direction.

Quoiqu’il en soit, Il s’agissait pour Varoufakis de se refaire une virginité « de gauche » en rappelant à son auditoire «républicain» que, lorsque l’ambassadeur américain était venu lui rendre visite dans son « bureau qui donnait sur la place Syntagma » pour le « convaincre d’accepter les conditions de la “troïka” », sa « réponse » avait été « ma place naturelle n’est pas dans ce bureau, elle sur la place à manifester contre ce ministère ». Varoufakis omettait de signaler que Siriza avait tout fait durant la campagne électorale pour mettre un terme aux mobilisations de masse dans les rues et canaliser l’énergie des manifestants dans la voie électorale. Quand Tsipras et son équipe de contestataires diplômés arrivèrent au pouvoir, tout danger d’un débordement de la colère populaire pour les classes dominantes en Grèce et dans le reste de l’Europe avait déjà été écarté. On peut d’ailleurs se demander si Varoufakis était seulement venu à Paris pour faire acte de présence sur la Place de la République. Peut-être était-il venu aussi donner en passant quelques conseils à Mélanchon et ses « économistes atterrés » pour la rédaction d’un quelconque « plan B » destiné à rehausser la stature du candidat autoproclamé à la prochaine présidentielle.

La suite au prochain numéro.
Jp

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1918 messages postés
   Posté le 24-04-2016 à 09:35:57   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Journal de la convergence nocturne des luttes (2)
22 Avril 2016

Des nuits sans lendemain (2)

(Journal du front de convergence des luttes)

Par notre envoyé spécial sur le front.
http://www.librairie-tropiques.fr/2016/04/journal-de-la-convergence-nocturne-des-luttes-2.html

Dans un topo publié sur le site tropical, j'ai déjà fait part de mon point de vue sur le « sursaut citoyen » dont la Place de la République est censée être le théâtre1. Ce dernier terme est à prendre avec son sens propre, d’ailleurs, car cet espace public parisien fonctionne effectivement comme une scène sans que l’on puisse, néanmoins, savoir exactement ce qui s’y joue tant sont diverses les « luttes » dont il favoriserait la « convergence ». La visite archi-médiatisée de l’ex-ministre grec de l’économie Varoufakis, venu faire un petit tour le 16 avril sur le lieu où « quelque chose de nouveau est en train de naître », selon la rumeur, s’inscrit dans cette veine. De même, la pantalonnade programmée la veille par François Ruffin sur un plateau de télévision en guise de comité d’accueil offert à Pierre Gattaz, le patron des patrons pour le remercier de sa présence.

Commençons par l’honorable visiteur du soir ou plutôt de l’après-midi, Yanis Varoufakis, fort bien accueilli, comme il fallait s’y attendre, par les nouveaux «républicains sociaux» — version Lordono-mondano-diplomatique. Lesquels feignant d’ignorer, quand ils ne les ignorent pas, les liens du fringant économiste hellène avec l’establishment financier étasunien et les organisations soi-disant « non gouvernementales » — en fait paragouvernementales — contrôlées directement ou indirectement par la « Open Society » de George Soros. « Je me rendrai sans aucun doute sur la place de la République », avait-il déclaré sur France Info TV, un media mainstream parmi d’autres ameutés par sa venue à Paris. Car, ainsi qu’il l’assurera face à l’auditoire de gogos-bobos rassemblés pour l’écouter, «?ce type d’action politique constitue une grande source d’espoir?», « J'ai participé, poursuivait-il, à des manifestations à Athènes, à Madrid, à New York avec Occupy Wall Street. Je crois que ce type d'action politique constitue une grande source d'espoir. La France a une tradition, c'est d'être le lieu où démarrent de nombreux mouvements qui changent le monde, ou tout au moins l'Europe. » Une déclaration qui n’engageait que lui, apparemment oublieux des piètres résultats sur lesquels avaient débouché ces manifestations de rues ou de places. Mais elle ne pouvait que ravir des gens qui, fonctionnant plus à l’autosuggestion qu’à l’autogestion, devaient continuer à se persuader qu’ils allaient de l’avant à défaut de savoir dans quelle direction.

Quoiqu’il en soit, Il s’agissait pour Varoufakis de se refaire une virginité « de gauche » en rappelant à un public acquis que, lorsque l’ambassadeur américain était venu lui rendre visite dans son « bureau qui donnait sur la place Syntagma » pour le « convaincre d’accepter les conditions de la “troïka” », sa « réponse » avait été « ma place naturelle n’est pas dans ce bureau, elle sur la place à manifester contre ce ministère ».

Cependant, Varoufakis n’était pas seulement venu à Paris pour faire acte de présence devant les dormeurs debout éveillés pour l’accueillir. Trois jours après, il rendait visite à son confrère Emmanuel Macron au ministère de l’économie, « quelqu'un d'honnête » qu’il « aime beaucoup », « le seul ministre français qui semblait comprendre ce qui était en jeu au sein de la zone euro », comme il le confiera à L’Opinion, quotidien libéral européen et pro-business comme le définissent eux-mêmes ses propriétaires2. Ce qui incitera Les Échos, autre journal patronal, à parler de « grand écart » à propos de la double prestation filmée de Varoufakis place la République et à Bercy3.

En réalité sa présence dans la capitale française s’inscrivait dans une tournée de promotion mondiale de son dernier livre, Et les faibles subissent ce qu’ils doivent, Comment l’Europe de l’austérité menace la stabilité du monde, dont il offrira, sans complexe devant les caméras, un exemplaire à Emmanuel Macron. Et ce qui pourrait paraître comme un paradoxe, un « grand écart » comme croyait le discerner le journaliste des Echos, est somme toute logique. L’éclairage que Yánis Varoufákis donne dans cet ouvrage à la « crise » qui sévit depuis plusieurs années voire plusieurs décennies en Europe, est en effet à l’unisson avec l’idéologie de la maison d’édition, Les liens qui libèrent, qui le publie en France. Un idéologie qui n’est autre que celle que l’on peut appeler altercapitaliste, faute d’un autre qualificatif, chère à l’association Attac et répandue à pleines pages par Le Monde diplomatique ou Politis. L’« autre monde possible » dont tous se font les avocats, Varoufakis entre autres, n’est, on ne le répétera jamais assez, un autre monde capitaliste ou un monde autrement capitaliste, mais absolument et résolument pas un monde autre que capitaliste.

Passons maintenant, à l’autre événement médiatique burlesque qui, à la fin de la même semaine, a défrayé la chronique nuitdeboutesque. En lien avec les festivités organisées Place de la République, François Ruffin et quelques uns des Fakir’s boys and girls s’étaient mis dans la tête de perturber l’émission « On n’est pas couché » — un intitulé qui conviendrait assez bien aux noctambules de « Nuit debout » — où l’animateur Laurent Ruquier a l'habitude de faire débattre et s'ébattre les célébrités politiques, artistiques ou intellectuelles du moment. L’occasion en était fournie par la présence de l’autre invité de marque de l’émission, Pierre Gattaz. Munis de masques à l’image de Macron, Valls ou El Khomri, ils devaient aller se prosterner en début d’émission devant le patron des patrons. Effectivement, une poignée d’activistes firent les pitres durant quelques minutes avant de se retirer ou d’être évacués par les vigiles, devant un Pierre Gattaz goguenard, bien entendu prévenu de l’irruption de ces empêcheurs de polémiquer et ricaner en rond. Bref, conformément à ce qui se produit depuis le 31 mars, la farce copiait une fois de plus la farce. Avec un impact politique dont les initiateurs de l’opération durent eux-mêmes reconnaître le caractère de non événement.

À vouloir à tout prix utiliser les techniques de « communication » capitalistes en espérant les détourner, François Ruffin s’est fourré le doigt dans l’œil, car si la farce peut être utilisée comme une arme — cinématographique dans le cas du docu-fiction « Merci patron ! » —, elle ne saurait tenir lieu de stratégie ni même de tactique de lutte effective en l'absence d'objectifs anticapitalistes, fussent-ils de « transition », clairement définis, et d’organisation susceptible de les atteindre. Monsieur Loyal de la téloche chargé de mettre en scène les joutes verbales entre bouffons médiatisés, Laurent Ruquier s’est vu confier la mission d'orchestrer un affrontement de parodie entre un représentant réel du capital et un représentant supposé du monde du travail. Mais le combat ne pouvait qu’être inégal, même avec le concours de clowns amateurs car, outre que François Ruffin n’était pas le maître du jeu, Pierre Gattaz n'a pas besoin des médias pour se présenter comme un chef d’entreprise écouté, alors que le premier n’apparaît comme un éventuel porte-parole d’une classe réduite au silence qu’au travers de ces derniers. D’une manière générale, il est illusoire de penser que c'est sur le terrain de la représentation, télévisée ou non, que une offensive contre l’« oligarchie » peut être menée tant que les rapports de forces sur le terrain réel resteront inchangés. Comme disent les managers des comédies musicales de Broadway : « The show mus go on !». Et, avec lui, le système capitaliste que le divertissement contribue plus que jamais à pérenniser.

à suivre ...

1 Voir sur le site de Tropiques : « “Leur faire peur” ou nous faire rire ? »
2 L’Opinion, 18 avril 2016.
3 Les Échos, 19 avril 2016.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  Liens  Journal de la convergence nocturne des luttesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum