Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  lectures 

 une guerre "juste" pour un Etat mafieux

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 Page suivante
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 19-11-2013 à 18:46:48   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

un bouquin qui donnera du fil à retordre a ceux qui,sur ce forum,font l éloge de l u.c.k et la "grande albanie" Kosovo,une guerre"juste" pour un état mafieux,fayard.
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 20-11-2013 à 06:39:27   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

marquetalia a écrit :

un bouquin qui donnera du fil à retordre a ceux qui,sur ce forum,font l éloge de l u.c.k et la "grande albanie" Kosovo,une guerre"juste" pour un état mafieux,fayard.


Tu affirmes un peu rapidement certaines choses marquetalia et tu t'emballe facilement.
-Sur le livre de Péan, je ne l'ai pas lu, mais je fais attention à son auteur (Péan)...
-Sur l'UCK, tu tombes mal, car je n'ai pas lu sur ce forum "d'éloge de l'UCK", cela m'aurais sauté aux yeux d'autant plus que j'ai fais un topic sur ce sujet.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 20-11-2013 à 06:43:42   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Voici quelques liens sur le sujet du livre de Péan ou du Kosovo

Kosovo : 60 articles
http://www.voltairenet.org/mot120809.html

Un lien du site linternaute (site qui n'est aucunement communiste)

http://www.linternaute.com/actualite/expert/54908/kosovo---le-nouveau-livre-de-pierre-pean-ne-repond-pas-aux-questions-qui-fachent.shtml

Kosovo : le nouveau livre de Pierre Péan ne répond pas aux questions qui fâchent.
Dans un livre de parti pris, le journaliste et polémiste Pierre Péan, expose son point de vue très personnel sur le Kosovo. Il défend la thèse discutable, que l’Europe, sur fond de trafic d’organes, aurait choisi d’en faire un pays mafieux. Mais il n’apporte aucune preuve.
Dans son nouveau livre, Kosovo - Une guerre juste pour créer un État mafieux, le journaliste Pierre Péan a mené une enquête au Kosovo, dont la finalité est contestable.
En effet, toute sa réflexion est basée sur l’idée que la guerre aurait éclatée, uniquement pour faire de ce territoire de l’ex-Yougoslavie, un état corrompu et mafieux. Il traite l’historique des évènements dans ce sens, qui évidemment, est totalement tronqué et réducteur.
Si l’auteur suit ce fil conducteur tiré par les cheveux, il ne fait aucune révélation.
Comme matière, il se sert d’informations qui n’ont rien d’inédit. Quant à l’investigation dont il est question, Pierre Péan s’est surtout contenté de commenter des textes déjà établit, des papiers publiés, ou des extraits de livre, comme celui de Carla del Ponte**, l’ancien procureur général du Tribunal International de La Haye, le TPIY. Il s’est aussi servi des propos de Dick Marty, dont le rapport a été validé par le Conseil de l’Europe en 2010, ou celui que la MINUK, la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo, a envoyé au TPIY en 2003. On peut aussi citer des notes émanant du BND, les services de renseignements allemands, mais encore une fois, rien de neuf, car elles étaient déjà accessibles au public.
L’auteur s’est rendu sur place en 2012. Apparemment, il a visité les régions spécifiquement serbes du Kosovo. En interrogeant les Serbes du Kosovo, victimes de violences pendant la guerre, il est évident que leur regard ne peut être objectif. Quid des protagonistes Albanais ? Il semblerait que Pierre Péan n’en ait pas croisé un seul, ce qui pose un problème d’impartialité dans le drame qu’il tente de retracer.
A fortiori car il s’est passé des services d’un interprète albanais. Ne parlant pas la langue, ni le serbe, c’est un facteur aggravant pour qui souhaite saisir la complexité de la situation.
À l’origine du conflit, la majorité musulmane du Kosovo, était sévèrement réprimée par le pouvoir serbe de Slobodan Milošević. Des opposants albanais installés en Suisse, ont sur place, organisé un mouvement de résistance. Cette organisation a supplanté la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) d’Ibrahim Rugova, au début des années 90. Ce parti politique secret, le Mouvement populaire du Kosovo (LPK), d’inspiration marxiste, a pris une grande importance. À plus forte raison car il a été soutenu par les services de renseignements occidentaux, américains, britanniques, allemands et français confondus. La décision des occidentaux d’épauler ce groupe, a de quoi surprendre.
Mais Pierre Péan a préféré éluder cette question fondamentale.
En 1998, une bataille interne a déchiré les membres de l’UÇK, partisans du LPK, aux fidèles d’Ibrahim Rugova, et les Forces armées de la République du Kosovo (FARK), la résistance légale que l’UÇK a écrasée, notamment avec l’assistance des services occidentaux. En Albanie, l’UÇK a instauré des camps pour emprisonner les FARK. Puis, ils ont servi à des prisonniers serbes enlevés au Kosovo en 1999. Certains de ces prisonniers serbes auraient entretenu un trafic d’organes, dont parle Carla del Ponte dans son livre. Ce trafic est également évoqué par Dick Marty, ce qui a poussé depuis, de nombreux journalistes serbes et albanais à enquêter.
Si aujourd’hui, on ne peut contester ce trafic d’organes - les meurtres des détenus serbes se pratiquaient dans un genre de fausse clinique proche de l’aéroport de Tirana en Albanie - Pierre Péan, semblait ignorer ces faits désormais connus de beaucoup. Son livre commence d’ailleurs par un récit sensationnel, dans le mauvais sens du terme, d’un ex-membre de l’UÇK, qui se serait livré à une opération visant à enlever un cœur. Aujourd’hui, ce serait un repenti installé en Serbie. Ce récit peu vraisemblable a été délivré en 2012, par le Parquet serbe.
Surtout, Pierre Péan reste très évasif sur le nombre de détenus serbes qui auraient été victimes de ce sordide commerce, ni du moment où il a pris fin. Si l’auteur s’engouffre tête baissée dans ce dossier, les questions restent en suspens : comment les organes étaient envoyés à l’étranger, et par quels biais ? Quelles organisations criminelles - russe ou italienne – étaient compromises ? De la même façon, il ne dit pas un mot sur les investigations du TPIY, dont certaines preuves auraient été supprimées.
En lisant le livre de Pierre Péan, on n’apprend rien non plus, sur les éventuelles complicités des responsables de l’UÇK dans ce trafic. L’UÇK savait-il, et y était-il mêlé ? Hashim Thaçi, homme de paille du LPK, était-il au courant, et que dire des services secrets occidentaux ? Ont-ils essayé de l’empêcher ? De le favoriser ? Comment s’est ensuite accompli le passage entre l’exploitation sur des détenus militaires, et celle, pratiquée à la clinique Medicus, impliquant des civils, payés pour leurs dons d’organes ?
Le livre de Pierre Péan, couvre plus que la guerre, en évoquant le nettoyage qui a duré pendant de longs mois après la fin du conflit. Il rassemble des témoignages faisant état d’une confusion totale au Kosovo, en 1999, alors que la région était sous le contrôle des Nations unies et de Bernard Kouchner, Haut représentant de l'ONU au Kosovo. Malgré la présence de 40 000 soldats de la Kfor, (OTAN), toutes sortes de crimes et trafics étaient commis en toute impunité par les anciens membres de l’UÇK. Pendant cette période, aucun des responsables internationaux n’a cherché à en savoir plus sur ces atrocités, qualifiées de vendetta, et mises sur le compte de la violence ancestrale des Albanais.
Évoquer la vendetta, était un moyen facile de mettre de côté le caractère étatiques des exactions
Pierre Péan aurait pu approfondir un sujet qui ne manque pas d’intérêt : les responsabilités du SHIK, le service chargé des basses œuvres au sein de l’UÇK, et ses rapports avec les services de renseignements occidentaux. Questionner des agents français – et obtenir des réponses - aurait pu élargir le spectre du livre.
Il n’en est rien, et on effleure à peine la question qui fâche : le Kosovo de l’après-guerre, où mafia et politiques ne se distinguent pas. Même sous administration internationale, cette association redoutable a mis le feu aux poudres. Surtout, il est important de souligner le rôle plus qu’ambivalent de certains spécialistes internationaux, qui s’en sont mis plein les poches, notamment avec la dénationalisation des mines, ou celle de l’aéroport de Pristina. Leur mission au Kosovo, était pourtant hautement morale : établir un état de droit, et une économie de marché.
Dans le cadre d’interventions à l’étranger - ONU, OTAN - le Kosovo reste à part. Aujourd’hui, il est le protectorat qui a coûté le plus cher aux Nations Unies ! Et ce n’est pas terminé, car aujourd’hui, l’Union européenne s’est substituée au contrôle exercé par l’ONU.
Les questions que l’on doit se poser aujourd’hui, et que l’on aurait aimé trouver dans le livre de Pierre Péan, sont celles-ci : pourquoi débourser autant pour le Kosovo, et à qui cela profite ?
En cela, l’angle de Pierre Péan est risqué. Selon lui, les Albanais dans leur ensemble, et la majorité des anciens membres de l’UÇK en particulier, sont des voyous sans distinction aucune. Il généralise le trafic d’organes à l’échelle du pays, alors que les responsables incriminés ne représenteraient que quelques membres de l’UÇK.
Trafic qui n’a pu se constituer qu’avec la connivence des services secrets, et celle, des services occidentaux
Mais sur ce point, capital, Pierre Péan ne lève pas le voile. Il évoque juste Bernard Kouchner, qui, en 2010 se met à rire quand un journaliste serbe lui parle d’un possible trafic d’organes. Le livre de Pierre Péan n’explore aucune de ces pistes et n’apporte que peu d’éléments de compréhensions sur la succession des évènements. Et sur les responsabilités occidentales dans l’échec kosovar ? Silence aussi. L’enquête reste à faire.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 22-11-2013 à 06:14:41   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

marquetalia a écrit :

ceux qui,sur ce forum,font l éloge de l u.c.k et la "grande albanie"


marquetalia, indique moi ou tu as lu ça sur le forum ???

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 22-11-2013 à 16:43:02   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

http://humaniterouge.alloforum.com/karcher-socialo-t3718-2.html
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 22-11-2013 à 16:44:37   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

quand meme!traiter la serbie de "pays colonialiste"!
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 23-11-2013 à 06:23:09   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

marquetalia a écrit :

quand meme!traiter la serbie de "pays colonialiste"!


Voici ce que DUROC à écrit :
"La Yougoslavie est une création de l'impérialisme occidental et russe au sortir de la 1ère guerre mondiale. Pas d'un libre choix des nations qui furent incluses dans cette Yougoslavie.
Intégrée de force dans cette Yougoslavie, la Kosovë peuplée d'Albanais fut mise sous la tutelle de la Serbie.
Les Albanais de Kosovë n'ont jamais admis cette tutelle coloniale et le mouvement national albanais n'a jamais cessé de lutter pour l'émancipation nationale.
L'émigration du Kosovo a pour première cause l'oppression et l'exploitation de cette terre albanaise par la Serbie.
Que les Albanais aient mis à profit l'éclatement de l'ex Yougoslavie titiste pour avancer sur la voie de leur émancipation, quoi de plus normal?
Ensuite, que l'impérialisme occidental ait profiter de la situation pour affaiblir la Serbie (alliée de l'impérialisme russe) et s'installer au Kosovo, c'est un fait. Mais qui est responsable de cette situation? le peuple albanais opprimé ou La Serbie coloniale ?"

Reconnaitre l'oppression nationale exercée par la Serbie contre les albanais du Kosovo, ne veut pas -en tous cas pas pour moi- dire que l'on soutien ou fait l'éloge de l'UCK. Tu peux trouver sur le site des EP plusieurs textes datant de 1998 sur le sujet.
http://editions-proletariennes.org/kosovo.htm

Voici quelques éléments que j'avais publié en son temps sur le FUC à ce sujet.
Rappelons chronologiquement les événements et le contexte:

-Mars 1998 , suite à l'appel aux communistes lancé par les EP
-Editions Prolétariennes-, le Collectif Eugène Pottier organise -avec les EP- une réunion unitaire à Paris qui se termine par la création d'un CCML -Collectif Communiste Marxiste-Léniniste- regroupant 5 organisations ML (CEP - EP - CEMOPI - Ed. Démocrite (BIP) - Ocml-VP).

-C'est la période ou les événements au Kosovo font craindre
de plus en plus l'intervention impérialiste dans les Balkans. Noublions pas que L'Albanie s'était effondrée quelques temps avant.

-Avril 1998 le CEMOPI, le CEP et les EP signent un texte intitulé:
LA LUTTE DE LIBERATION NATIONALE DES ALBANAIS DU KOSOVO EST UNE LUTTE JUSTE LES COMMUNISTES DOIVENT LA SOUTENIR

-Le 24-6-98 : Le CEP et le CEMOPI signent un tract
"AU KOSOVO
NI OPPRESSION SERBE
NI INTERVENTION IMPERIALISTE"
les EP se déclare en accord avec ce tract.

-Le journal PARTISAN n°133 (15 octobre 1998) publie un article
"Soutenons le peuple albanais du Kosovo !" qui se termine par "Le projet de résolution montre clairement pourquoi
il faut soutenir la lutte nationale et démocratique du peuple du Kosovo.
Pour ce qui est du soutien à l'UCK, tout en reconnaissant son rôle dans le combat, nous attendrons d'en savoir un peu plus."

-Le 18-12-98 le CEP publie un tract intitulé :
"ETATS-UNIS, GRANDE BRETAGNE ASSASSINS
LE NOUVEL ORDRE MONDIAL C'EST L'ORDRE DES OCCIDENTAUX
ET DE LEURS COMPLICES"

-Le 30 mars 1999 l'OCML-VP (Partisan) publie une déclaration
"À BAS L'OTAN !" ou l'on peux lire que "L'O.C.M.L. Voie prolétarienne dénonce l'intervention militaire de l'OTAN en Yougoslavie et affirme son soutien à l'autodétermination du peuple albanais du Kosovo."

La période 1998 à 2000 verra l'initiative unitaire des ML s'effondrée
(le BIP partira dès la première réunion du Collectif ML (désaccord
sur le sujet de la Serbie), le CEMOPI partira à l'avant dernière réunion (le CCML disparait en tant que tel), et les EP se feront vertement critiqué par le CEP lors de la dernière réunion (à cause de ses positions trés nuancées vis-à-vis de l'UCK et de son soutien à certaines positions du PTB sur le conflit dans les Balkans). Les EP dans le Bulletin EP-Infos avaient discuté de cette question avec un camarade du PTB.
Quelle était la position des EP sur cette guerre impérialiste de
repartage du monde ?
Une lecture attentive de EP-I n°4 (p.24-27), n°7 (p.29-30), n°8
(p.17à21.22-23), n°9 (p.25à29) montre que la question nationale à
travers le Kosovo, l'UCK, la Serbie etc... était très complexe. Les
diverses réactions et débats publiés dans EP-I sur cette question
atteste du fait que les EP ont eu une position clairement contre
l'intervention impérialiste.
Les positions (défense de l'UCK) du CEP (Collectif Eugène Pottier)
et CEMOPI sont de leur responsabilité. On ne peut pas faire comme si ce débat n'avait pas aussi traversé les orgas et partis ML.

Un autre élément de cette période réside aussi dans le fait que
les ML comme les trotskistes sont divisés sur la question de la Yougoslavie, de Milosévic, de l'UCK etc...
Les ML furent accuser de renvoyer dos à dos l'UCK et Milosevic
(nationaliste Serbe), et que cette ligne politique aurait été celle des
trotskistes (soutien camouflé à l'Otan et à l'intervention
impérialiste en Yougoslavie !). Cela est faux: voir les positions du PT et de la LTF:
-Le journal « Le Bolchevik » de la Ligue Trotskyste de France (membre de la Ligue Communiste International
-quatrième internationaliste- ) titrait au n°149 (printemps 1999) :
« Déclaration de la LCI : Défaite de l'impérialisme par la révolution
ouvrière ! » « Défense de la Serbie ! », en page 8 après avoir
fustigé les « organisations de la pseudo-extrême gauche », l'UCK était qualifiée de « fantoche de l'OTAN » tandis que Milosevic est nommé « l'ennemi principal actuel des impérialistes ». Faut-il préciser que ce groupe trotskyste ne rate jamais une occasion de rappeler son soutien « pour la victoire de l'armée rouge en Afghanistan » en 1979.
-L'hebdomadaire du PT (trotskyste Lambertiste) « Informations Ouvrières» dans son n°1926 (21-27 avril 1999) page 5, publie un article intitulé « Qu'est-ce que l'UCK ? » présente un dirigeant de l'UCK (Demaci) en ces termes : « L'un des dirigeants historiques du mouvement albanais au Kosovo est Demaci, ancien dirigeant du Mouvement marxiste-léniniste du Kosovo (lié pendant des dizaines d'années à l'Albanie du dictateur stalinien Enver Hodja)... », plus loin l'article se poursuit par l'extrait d'une interview de Demaci (interview émanant de...SOLIDAIRE d'octobre 1998). Toujours dans le même n° sous la plume de Lucien Gauthier, nous lisons : << New Europe, 11 avril 1999 : « Une grande partie des fonds de l'UCK provient de contributions du Kosovo.
Néanmoins, une grande partie de cet argent provient de canaux illégaux.
En particulier, les liens de l'UCK en Allemagne et en Suisse sont
fondés, sur le trafic de la drogue .>> Dans ce même article était rappelé les déclarations de Brzezinski (ancien secrétaire d'Etat américain) le 31 mars au Washington Post : « Il faut bombarder les Serbes et armer l'UCK » >>

Durant ce conflit la position des EP a été "de se situer
politiquement face à deux contradictions de classe.
La première est un conflit entre un peuple nationalement opprimé
(le peuple albanais du Kosovo ) et son oppresseur (le régime serbe).
La deuxième est la guerre entre les forces impérialistes et la
Yougoslavie représentée par le régime de Milosévic. Le prétexte «
humanitaire » invoqué par les puissances impérialistes pour
justifier l'intervention militaire contre la Yougoslavie, ne doit pas
nous aveugler au point de nier l'oppression serbe au Kosovo, la question nationale et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. C'est un fait, les grandes puissances ont joué un rôle dans l'éclatement de la Yougoslavie (causes externes), mais c'est surtout les contradictions de l'impérialisme (causes internes) et l'évolution du capitalisme yougoslave qui ont été déterminants dans cet éclatement. Nous sommes contre la présence de l'Otan et des autres structures impérialistes dans les balkans.
Nous sommes contre l'occupation militaire de la région.
Nous disons:
-l la guerre déclenchée le 23 mars est une guerre impérialiste, elle
vise la domination et non la libération des peuples, elle n'est pas
seulement l'oeuvre des USA, mais aussi celle de l'Etat Français.
-2 la politique suivie par Milosévic est une politique réactionnaire
tant à l'égard des travailleurs, des étudiants qu'à l'égard des
minorités.
-3 les peuples ont droit à l'autodétermination, qu'ils soient Serbes,
Kosovars, Monténégrins...
Aux EP, nous n'avons jamais « diaboliser les serbes » et nous
sommes extrêmement prudents sur la question de l'UCK, nous préférons nous-en tenir aux faits. La suite des événements au Kosovo, depuis l'arrêt des bombardements sur la Yougoslavie (paix impérialiste - occupation et partage de la région - exode des serbes...) sera certainement très instructive, notamment sur le rôle de l'UCK (tout au moins de la fraction la plus pro-Otan) et sur son projet politique. Rappelons qu'a l'origine de l'UCK il y a des marxistes-léninistes, et que l'UCK est un front. Maintenant les EP ne sauraient soutenir ce qui serait une soumission à l'ordre impérialiste, ou un Kosovo « éthniquement pur ».

Les faits et l'évolution ultérieure à démontrer que l'UCK est
passer du côté de l'impérialisme.

Concernant les composantes de l'UCK j'ai relu récemment un
article de Front Social n°14 (automne 1999) sur l'histoire de la Yougo, j'ai relevé dans le paragraphe -1981-1991: L'IMPLOSION DE LA YOUGOSLAVIE (consacré au Kosovo) de nombreuses infos sur les mouvements révolutionnaires (ML) présent au Kosovo. J'ai également noté l'info suivante: " A partir de 1996 les groupes liés aux AlbanaisES des USA, orientés à l'extrême-droite s'unirent à l'UCK Pourquoi ? Tout d'abord parce que les impérialistes ont échoué à construire un groupe armé totalement controlé: les forces amées de la république du Kosovo (FARK) n'ont pas tenu la route face à l'UCK, qui ont liquidé leur chef Ahmet Kransniqui. D'où la nécessité pour les impérialistes de conquérir l'UCK.
Le second point fondamental est l'idéologie des groupes ML du Kosovo, qui se fonde sur les analyses d'Enver Hoxha, et non de Mao Tsé-Toung. D'où une politique révisionniste de "front" dont la direction est abandonnée à la bourgeoisie "

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
DUROC
Jeune Communiste
195 messages postés
   Posté le 23-11-2013 à 10:38:43   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Que ne faut-il pas lire comme bêtises.
Sur quel écrit d'Enver Hoxha, sur quel fait politique historique est établie cette affirmation que les analyses d'Enver Hoxha conduisent à "une politique révisionniste de front dont la direction est abandonnée à la bourgeoisie" ?

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 23-11-2013 à 11:05:19   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

ce qui doit bien en faire rire certains,c est le fait que le mouvement m-l s entredéchire pour le conflit des balkans;sinon,que se passe t il en amérique du sud?les m-l issus des farc sont ils aux portes du pouvoir?
DUROC
Jeune Communiste
195 messages postés
   Posté le 23-11-2013 à 11:40:30   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

N'est-ce pas toi, marquetelia qui a remis cette question sur la table le 19/11:2013 en tête de ce sujet ?
Et maintenant, tu nous emmènes en Amérique du Sud ! Tu n'es pas sérieux.
Pour ma part, je n'ai pas répondu aux ragots sur l'UCK et la classe politique kosovare. Là dessus, on peut tout dire ou tout réfuter selon ses positionnements. Je n'ai réagi que sur une affirmation aberrante sur la prétendue politique révisionniste de front attribuée à Enver Hoxha.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 23-11-2013 à 12:59:35   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

si tu veux en revenir au fil conducteur du sujet,j ai un argument;tu soutiens les albanais du kossovo parecque les séparatistes albanokosovars sont à la base des hoxhistes;les premiers sionistes étaient des marxistes,ce qui ne peut servir de pretexte à la politique israélienne de 1948 à nos jours!
DUROC
Jeune Communiste
195 messages postés
   Posté le 23-11-2013 à 14:05:23   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

T'appelle ça un argument???
Aller, écris ce que tu veux, je ne te répondrai pas.

--------------------
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 24-11-2013 à 06:05:56   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

DUROC a écrit :

Que ne faut-il pas lire comme bêtises.
Sur quel écrit d'Enver Hoxha, sur quel fait politique historique est établie cette affirmation que les analyses d'Enver Hoxha conduisent à "une politique révisionniste de front dont la direction est abandonnée à la bourgeoisie" ?


Cette bêtise comme tu dis c'est ce qu'écrivait "Front Social n°14 (automne 1999)". Si tu lis bien l'ensemble des réflexions que j'avais publié à l'époque, tu verras qu'il y avait bien débat et interrogation dans la mouvement ML à l'époque au sujet de l'UCK.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
DUROC
Jeune Communiste
195 messages postés
   Posté le 24-11-2013 à 10:47:14   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Soyons clairs, camarade finimore: Tu dis que "cette bêtise comme tu dis c'est ce qu'écrivait front social n°14 automne 99". D'accord. C'est pas toi qui l'a écrit. Tu te contentes de reproduire. Sans commentaire. Comme si ça allait de soi. Sans te mouiller, quoi.
Mais tu ne réponds pas à la question que j 'ai posée et que je répète: SUR QUEL ECRIT D' ENVER HOXHA, SUR QUEL FAIT POLITIQUE HISTORIQUE EST ETABLIE CETTE AFFIRMATION QUE LES ANALYSES D'ENVER HOXHA CONDUISENT A UNE POLITIQUE DE FRONT DONT LA DIRECTION EST ABANDONNEE A LA BOURGEOISIE" ?
Tiens, à propos de "front" abandonné à la direction de la bourgeoisie,
n'est-ce pas les maoïstes qui ont, au nom du "front", soutenu la manifestation des bonnets rouges à Quimper le 2 novembre dont la direction était précisément dans les mains de la bourgeoisie?

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 24-11-2013 à 18:24:22   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

meme le tibet a connu deux partis communistes hostiles à la chine;faut il pour autant soutenir la clique de tenzin gyatso contre pékin? http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_communiste_tibetain et surtout http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_communiste_tibetain_(Dharamsala)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9351 messages postés
   Posté le 25-11-2013 à 00:29:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

DUROC a écrit :

Tiens, à propos de "front" abandonné à la direction de la bourgeoisie,
n'est-ce pas les maoïstes qui ont, au nom du "front", soutenu la manifestation des bonnets rouges à Quimper le 2 novembre dont la direction était précisément dans les mains de la bourgeoisie?


La manifestation de Quimper n'était absolument pas "dans les mains de la bourgeoisie" . C'est une intox montée par le Monde depuis le 30 octobre, en battant le tambour sur les tentatives de récup de l'opposition et divers blogs de droite régionalistes ou identitaires.
Elle consistait à présenter les magouilles de ces individus comme la source de la colère populaire, comme si elle n'était que l'expression du MEDEF.
A l'évidence les dizaines de milliers de manifestants n'étaient pas là pour soutenir le MEDEF.
Cette intox amplifiée par le Front de Gauche et par les dirigeants CGT ne sert qu'à protéger le PS de la colère populaire.

Le résultat le plus immédiat a été de tendre un cordon sanitaire autour des syndicats les plus fidèles, discréditer les sections syndicales récalcitrantes, diviser la classe ouvrière, la séparer des manifestations populaires et abandonner ces dernières à des notables bourgeois. Voilà pour ce qui concerne les "mains de la bourgeoisie" .
Comme par hasard Le Paon et son compère cédétiste trouvent aujourd'hui des accents de "lutte de classe" (on croit rêver) pour dénoncer les bonnets rouges, et Laurent Berger de pérorer "qu'on ne parle pas d'écotaxe!" .
Leur duplicité crève les yeux.

La finalité de ces opérations - tant de droite que de "gauche" - c'est de diviser un mouvement effectivement populaire et essentiellement opposé aux licenciements et à l'escroquerie d'Etat de l'écotaxe.
Et ceci ne concerne pas que des petits patrons mais - outre les ouvriers - de nombreux artisans, agriculteurs, pêcheurs, commerçants, etc.
Après quoi le gouvernement socialiste pourra souffler et monnayer éventuellement les services rendus par Mélenchon et Laurent, Le Paon et Berger.

_________________


Quant à Hoxha, ses positions erronées sur la lutte anti-impérialiste aboutissent bien à en laisser la direction aux bourgeoisies nationales.
Simultanément le mouvement anti-impérialiste occidental s'est tu, laissant la parole aux idéologies coloniales "humanitaires" d'une part et aux rouge-bruns antisémites et anti-Empire de l'autre.
Le résultat de cette ligne a été catastrophique pour le mouvement communiste international. Malgré la chute du social-impérialisme puis celle de l'Albanie, la sanction des faits n'a pas éclairci les idées des décennies durant.
La situation commence à peine à s'inverser, au prix de la destruction de la Libye et d'une tentative de destruction de la Syrie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 25-11-2013 à 06:16:25   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

DUROC a écrit :

Soyons clairs, camarade finimore: Tu dis que "cette bêtise comme tu dis c'est ce qu'écrivait front social n°14 automne 99". D'accord. C'est pas toi qui l'a écrit. Tu te contentes de reproduire. Sans commentaire. Comme si ça allait de soi. Sans te mouiller, quoi.


Les faits et l'évolution ultérieure à démontrer que l'UCK est passer du côté de l'impérialisme. Oui ou non ?
Le groupe de Kessel a-t-il oui ou non soutenu les bombardements de l'OTAN ?

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
DUROC
Jeune Communiste
195 messages postés
   Posté le 25-11-2013 à 11:28:05   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Mais quelles sont donc les positions erronées d'Enver Hoxha sur la lutte anti-impérialiste? Où et quand ces positions auraient laissé la direction d'un front à la bourgeoisie?
Ah oui, j'oubliais. Il n'a pas soutenu l'alliance de la Chine avec les Usa pour contrer le social impérialisme russe.
Qu'ont montré les faits et l'évolution ultérieure sur cette alliance?

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9351 messages postés
   Posté le 25-11-2013 à 18:01:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les faits ont montré que le social-impérialisme russe s’est effondré.
Reste l’hégémonisme US, et sa fin est en bonne voie.

_______________



Concernant les positions erronées d’Enver Hoxha, l’exemple que tu as cité des bonnets rouges est parlant.
En écartant la classe ouvrière d’autres catégories populaires intermédiaires mais paupérisées, et en désertant – et en discréditant – le conflit sur l’écotaxe, les révisionnistes français laissent ces catégories à la merci des notables et des caciques locaux, et servent le capitalisme monopoleur.
De la même façon, en désignant les bourgeoisies nationales comme essentiellement réactionnaires, en niant le caractère révolutionnaire de la lutte anti-impérialiste, E. Hoxha isolait les classes ouvrières des pays du Tiers Monde et abandonnait le combat anti-impérialiste aux mains de la bourgeoisie nationale.

Ces thèses ont fait florès des années durant, sous les formes suivantes notamment:
Présenter la lutte pour l’indépendance nationale comme dépassée depuis l’accession à l’indépendance politique de tous les pays, affirmer que les bourgeoisies des nations dominées soient compradores ou impérialistes (ou les deux), assigner comme tâche fondamentale aux prolétariats de ces pays la lutte contre leur propre bourgeoisie.

Jacques Jurquet relate les explications fournies en7 novembre 1976, par le département de liaisons internationales du PCC, lors de son 9e séjour en Chine, dans à contre-courant - chapitre 36, qui évoque "la théorie des Trois Mondes" puis "les divergences avec le Parti du Travail d'Albanie".

J’en cite un extrait :

À partir de juillet 1971, le PTA dénonça la visite de Kissinger préparant une invitation à Nixon. Enver Hoxha, dans son rapport devant le VIe Congrès du PTA, reprit à ce sujet, mais en l'inversant, la même interprétation de la politique chinoise que celle qu'il avait avancée antérieurement. « On ne doit pas s'appuyer sur un impérialisme pour en combattre un autre » .
Cette fois ci il ajoutait que « la Chine recherchait la protection militaire des Etats-Unis » . Or, pendant plus de vingt-ans, les Américains avaient cherché à isoler la Chine et n'avaient pas réussi.

Mais un problème de portée considérable subsistait : celui posé par la domination militaire de l'île chinoise de Taiwan par les Américains.
« En recevant Nixon, nous aboutîmes à un premier résultat d'importance historique : la reconnaissance officielle par les États-Unis que Taiwan faisait partie intégrante de la Chine. De plus en agissant tactiquement de cette façon, nous profitions des contradictions internes entre l'impérialisme américain et le social-impérialisme soviétique. »

A mon humble avis (J.J.) qui aurait pu protester avec davantage de raison que les Albanais, sinon les Vietnamiens, les peuples indochinois agressés par les Etats-Unis ? Mais nos camarades vietnamiens savaient parfaitement quels étaient les objectifs de Mao et comprenaient qu'il agissait aussi pour parvenir à contraindre les Américains à renoncer à leur agression dans le sud-est asiatique.

Dans « Jamais de compromis ? » , chapitre de « La maladie infantile du communisme, le gauchisme » , Lénine écrivait : « On ne peut triompher d'un adversaire plus puissant qu'au prix d'une extrême tension des forces et à la condition expresse d'utiliser de la façon la plus minutieuse, la plus attentive, la plus circonspecte, la plus intelligente, la moindre fissure entre les ennemis, les moindres oppositions d'intérêts entre les bourgeoisies des différents pays, entre les différents groupes ou catégories de la bourgeoisie à l'intérieur de chaque pays, aussi bien que la moindre possibilité de s'assurer un allié numériquement fort, fut-il un allié temporaire, chancelant, conditionnel, peu solide et peu sûr. Qui n'a pas compris cette vérité n'a compris goutte au marxisme » .

Le Parti du Travail d'Albanie s'opposait au principe « Tirer profit des contradictions pour concentrer les coups principaux contre l'ennemi » .
Sur ce point le camarade chinois conclut : « Quelle que soit leur intention subjective, la façon objective de raisonner des dirigeants albanais répond aux besoins du révisionnisme soviétique » .
Il précisa encore « le PTA ne distingue pas le principal du secondaire et confond l'ami et l'ennemi... Il s'en tient à l'idée que " moi seul suis révolutionnaire " et veut tout abattre. Ce sont là des positions de gauche en apparence mais de droite en réalité. La source de ce comportement sur le plan idéologique se trouve dans la métaphysique et l'idéalisme. »

Toujours pour l'historien qui lira ces lignes, je dois encore résumer l'analyse particulière du Comité central du Parti communiste chinois à propos du rapport politique d'Enver Hoxha prononcé devant le VIIe Congrès du PTA. Il s'agit concrètement des attaques portées contre la politique de Mao Zedong. En préalable fut souligné que dans ce rapport et dans la partie internationale plusieurs passages et affirmations visaient implicitement et intentionnellement le Parti communiste chinois.

En fait la partie chinoise considérait qu'il y avait eu « cinq attaques » . Le délégué du département de liaison du comité central du Parti communiste chinois commença aussi par indiquer, en me regardant : « Le camarade a vécu cette expérience. »

Première attaque : d'après Enver Hoxha, la théorie des trois mondes dissimule le caractère de classe et ne discerne pas le caractère fondamental de la lutte implacable entre le capitalisme et le socialisme. En ce sens elle sème un trouble idéologique et des illusions parmi les peuples du monde.

Le Parti communiste chinois rétorquait que la théorie des trois mondes, bien au contraire, discernait parfaitement les rapports entre agresseurs et agressés, oppresseurs et opprimés, exploiteurs et exploités.
Elle répondait à la caractéristique fondamentale de l'époque dont la contradiction fondamentale opposait l'impérialisme et la révolution prolétarienne.
L'affirmation d'Enver Hoxha était une nouvelle mouture de la thèse des deux camps, alors que le camp socialiste avait été détruit par l'URSS et n'existait pratiquement plus.
En fait la contradiction provenait d'appréciations totalement différentes concernant les pays sous-développés, colonisés, ou ex-colonisés en lutte pour leur indépendance et souveraineté.
Enver Hoxha disait : « Les pays du Tiers monde ainsi que les pays en voie de développement sont mélangés et liés aux superpuissances, à l'ancien colonialisme, aux organisations monopolistes sous telle ou telle forme, sur le plan idéologique et économique. »

Le PCC ripostait en affirmant que « cela revenait à faire passer les pays du Tiers-monde du côté de l'impérialisme et à confondre l'ennemi et nous. Du moment que la lutte des pays du Tiers-monde se développait avec ardeur contre l'impérialisme, le colonialisme et l'hégémonisme, comment pouvait-on la nier d'un trait de plume et comment pouvait-on dire que ces pays s'en remettaient aux superpuissances, à l'impérialisme et aux organisations monopolistes ? »

Evidemment il y avait des différences dans l'avancement des luttes entre les nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, mais les exemples des guerres de libération nationale des pays du Sud-est asiatique, puis de l'Algérie comme les luttes des peuples sous d'autres formes dans les autres pays du Maghreb ou en Afrique et dans certaines régions d'Amérique latine confortaient fondamentalement la thèse avancée par les communistes chinois.

La position de Hoxha, dogmatique à souhait, me rappelait celle du Parti communiste français que j'avais critiqué lorsqu'il sous-estimait le caractère révolutionnaire du combat du peuple algérien. Pour le leader albanais le Tiers-monde n'était certainement pas encore mûr pour faire la révolution, pratiquement il n'existait pas en dehors des empires colonialistes et autres zones d'influence impérialiste. C'était là une grave erreur contredisant les réalités en mouvement qui se développaient certes inégalement dans l'ensemble de l'univers, et singulièrement dans le Tiers-monde.
En définitive, comme pour beaucoup de révisionnistes, il y avait chez les Albanais occultation du caractère démocratique des Révolutions de libération nationale de peuples du Tiers-monde et prise en considération exclusive des Révolutions socialistes concernant les prolétariats des pays avancés. Or je pensais que les deux types de révolutions étaient indissociables, celles des pays sous-développés ou en voie de développement apportant un soutien objectif direct à la révolution socialiste mondiale.

Deuxième attaque : d'après le PTA, les deux superpuissances collaboraient entre elles intégralement. Le Parti albanais niait qu'il y ait entre elles des contradictions.
Il mettait sur le même plan rivalité et collusion.
Dans sa revue théorique centrale, Ruge e Partisi n° 11 de novembre 1973, le CC du PTA, deux mois après le Xe Congrès du PCC, affirma que les dirigeants du PCC n'étaient que des politiciens et hommes politiques antimarxistes.
Il précisait : « L'affirmation selon laquelle la rivalité est absolue et la collusion relative est une théorie bourgeoise, révisionniste et réactionnaire. »
Si l'on désire démontrer la fausseté de la position albanaise, ne suffit-il pas d'évoquer l'agression soviétique contre l'Afghanistan sous prétexte que ce pays se trouvait menacé par l'influence des États-Unis. Puis aussi les interventions soviétiques en Afrique, en Angola en particulier, par soldats cubains interposés ou, un peu plus tard, l'agression vietnamienne contre le Cambodge, décidée et militairement soutenue par l'URSS.

Le PCC rappela que dans « L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme » , Lénine avait longuement analysé la dispute entre les puissances impérialistes pour s'assurer l'hégémonie dans le monde.
Le leader bolchevik critiquait Kautsky en démontrant que sa thèse niait les contradictions entre puissances impérialistes et cherchait objectivement à embellir les puissances impérialistes. La situation dans cette période des années 70 avait-elle changé ? Certainement pas.

Les indications de Lénine demeuraient tout à fait applicables aux relations entre les deux superpuissances, URSS et États-Unis.

Troisième attaque : Le PTA, par la voix de son secrétaire général, contestait que les coups doivent être portés sur une seule cible et non pas en même temps sur les deux cibles que constituaient les deux superpuissances.
Il faisait grief à Mao Zedong, au moins implicitement, de vouloir frapper par priorité le social-impérialisme soviétique.

Le PCC ripostait à ces assertions par des arguments historiques. Comment pouvait-on affirmer que la Chine était favorable ou complice des États-Unis? Les communistes et le peuple chinois connaissaient très bien l'agresseur américain, ils savaient qu'il était agresseur par sa nature impérialiste. Lors de la guerre en Chine, puis lors de la guerre de Corée, enfin pendant celle du Vietnam et celles des autres pays du sud-est asiatique de qui donc les populations de ces pays avaient été les premières victimes, sinon des impérialistes américains ?

Mais concentrer les coups contre le social-impérialisme relevait d'une tactique. Du point de vue stratégique, les révolutionnaires chinois savaient qu'ils auraient ensuite à abattre aussi la superpuissance américaine. « Nous les abattrons toutes les deux. Mais, quand on mange, c'est bouchée par bouchée. Une guerre se mène bataille par bataille. Les ennemis sont défaits les uns après les autres. »

Je me remémorais la tactique de la Révolution chinoise. Le Parti frère avait d'abord réalisé le front uni avec des éléments réactionnaires.
Quand Tchang Kaï chek avait été arrêté par une de ses propres unités en révolte et livré à l'Armée populaire de Libération, Chou En lai et Mao Zedong l'avait fait remettre en liberté en lui imposant d'unir ses propres forces militaires aux leurs pour combattre l'ennemi principal qui était alors l'occupant japonais. Une fois l'occupant japonais abattu, l'armée populaire de Chine avait eu alors à se retourner contre les réactionnaires du Kouomintang et les avait à leur tour vaincus.

Je connaissais la fameuse image de Mao expliquant à ceux qui ne comprenait pas cette tactique que l'on a moins de force quand on frappe des deux poings en même temps dans deux directions différentes, mais que l'on a davantage de force si l'on joint les deux poings pour ne frapper qu'une seule cible dans une seule direction.
Je pensais et pense toujours que cet enseignement de Mao était extrêmement valable. Il a d'ailleurs donné des résultats concrets au cours d'autres guerres révolutionnaires de peuples du Tiers-monde. Le général Giap fut un fervent partisan des principes militaires de Mao.

Quatrième attaque : Enver Hoxha se proclamait hostile au soutien à une Europe occidentale unie. Il s'y opposait.

Le PCC par contre soutenait les pays d'Europe occidentale dans leur combat solidaire contre l'hégémonisme de l'URSS. Ou, pour être plus précis, contre les deux superpuissances, et principalement contre le social-impérialisme soviétique, auquel aucun pays de cette région du monde n'était en mesure de s'opposer en raison de ses forces économiques et militaires supérieures.

Les communistes chinois indiquaient connaître le double caractère de cette union européenne : elle avait un caractère oppresseur et exploiteur des peuples d'Europe occidentale. Mais il n'en était pas moins nécessaire, à cette étape, de la soutenir contre les menaces du social-impérialisme soviétique.
La position du Parti du Travail d'Albanie ne pouvait que réjouir le révisionnisme soviétique.

Cinquième attaque : Le Parti du Travail d'Albanie condamnait les rencontres entre partis communistes marxistes-léninistes qui ne seraient que bilatérales et préconisait des rencontres multilatérales.
Il proposait que soient convoquées des conférences internationales.
Dans son rapport devant le VIIe Congrès, Enver Hoxha demandait que se tienne une conférence internationale réunissant tous les Partis communistes et organisations marxistes-léninistes.

Les communistes chinois considéraient pour leur part que les conditions n'étaient pas encore réunies pour assurer le succès de telles initiatives.
Ils estimaient que dans les circonstances du moment les rencontres bilatérales étaient préférables, afin que les deux partis concernés échangent des points de vue différents et des informations sur certains problèmes pour apprendre les uns auprès des autres.

Dans une rencontre multilatérale il serait beaucoup trop difficile de parvenir à unifier tous les points de vue. Et même s'il y avait un accord, il ne pourrait être que de surface et n'aurait que très peu d'efficacité.
De plus, dans certains pays existaient plusieurs partis ou organisations se réclamant du marxisme-léninisme, qui n'avaient pas encore réussi à s'unifier.
Si l'un d'eux était seul invité, cela créerait des difficultés pour l'unité. Pour toutes ces raisons et d'autres encore, le PCC n'invitait pas de délégations étrangères à ses congrès. Ce que le Parti du Travail d'Albanie critiquait avec vivacité.

Les communistes chinois disaient que si un Parti convoque un congrès, c'est avant tout pour résoudre ses propres problèmes.
Ils ajoutaient « Lors de nos 9e et 10e Congrès nous n'avons invité personne. Nous n'avons pas assisté au VIe ni au VIIe Congrès du Parti du Travail d'Albanie et lui avons expliqué pourquoi. À supposer que les Chinois aient été présents au VIIe Congrès du PTA ou leur politique et leurs dirigeants étaient implicitement attaqués, comment donc auraient-ils pu se comporter lors de ces attaques ? Ils auraient été dans l'embarras. »

J'étais entièrement de cet avis sur la base même de mon expérience personnelle. Je m'étais trouvé dans une situation très délicate lorsque, présent à la tribune du VIIe Congrès du PTA, j'avais refusé d'applaudir les attaques d'Enver Hoxha contre la ligne idéologique et politique de Mao Zedong et du Parti communiste chinois.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 25-11-2013 à 21:09:47   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la priorité doit etre la liquidation de l impérialisme francais,et après américain,meme le social-démocrate melenchon excelle dans la défense de la révolution bolivarienne tout en se faisant le porte parole du néocolonialisme en afrique.
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 25-11-2013 à 21:25:26   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

le néocolonialisme francais veut contenir au maximum l élan de la chine populaire sur le continent noir.
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 27-11-2013 à 20:31:56   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

philippe herzog,pourtant membre du pcf,a soutenu les bombardements de l otan en 1999 contre la yougoslavie,pretextant qu "on aurait plus à gagner en matière de démocratie du coté des usa que de celui de la russie d eltsine"-cette guerre,qui a vu l écrasement du principal allié de moscou dans la région,puis l attaque de chamil bessaiev au daguestan provoquerent une exacerbation du nationalisme russe,et ainsi la prise de pouvoir par poutine en septembre 1999.concernant herzog,ce sont très certainement ses origines germaniques qui l ont poussé à soutenir la guerre contre la serbie et l amputation du kosovo.
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
1936 messages postés
   Posté le 28-11-2013 à 05:55:24   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

marquetalia a écrit :

philippe herzog,pourtant membre du pcf,a soutenu les bombardements de l otan en 1999 contre la yougoslavie, pretextant qu "on aurait plus à gagner en matière de démocratie du coté des usa que de celui de la russie d eltsine"-cette guerre,qui a vu l écrasement du principal allié de moscou dans la région,puis l attaque de chamil bessaiev au daguestan provoquerent une exacerbation du nationalisme russe,et ainsi la prise de pouvoir par poutine en septembre 1999.concernant herzog,ce sont très certainement ses origines germaniques qui l ont poussé à soutenir la guerre contre la serbie et l amputation du kosovo.


C'est pas un peu tendancieux d'écrire " concernant herzog,ce sont très certainement ses origines germaniques qui l ont poussé à soutenir la guerre contre la serbie et l amputation du kosovo. " ?
Cela n'explique aucunement les raisons et le sens du soutien du P"C"F en 1999 à l'intervention de l'OTAN.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6095 messages postés
   Posté le 29-11-2013 à 17:39:18   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la base du pcf était hostile à la guerre contre la serbie,mais le sommet avalisa les bombardements sur belgrade-marie georges buffet était alors ministre des sports du gouvernement de "gauche plurielle" comprenant ps,pcf et verts.les verts se sont tout particulièrement remarqués pour déverser leur soutien à l agression atlantiste,occultant les pertes civiles dues au pillonage de la fédération yougoslave par les attentats homophobes de "combat 18" à londres,qui se produisirent au meme moment-ces attentats firent evidemment moins de morts que la décharge apocalyptique qui du s abattre dans les balkans.
DUROC
Jeune Communiste
195 messages postés
   Posté le 30-11-2013 à 20:37:56   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Je ne sais pas si cela sert à quelque chose d'échanger sur les forums pour faire avancer l'unité des communistes. j'aurais même tendance à penser que cela ne sert pas à grand chose. Chacun y va de ses convictions, mais au bout du compte, cela reste intellectuel, virtuel. Sans contact physique organisé, il ne peut rien résulter de concret, je veux dire d'actions concrètes sur ce qui unit. Alors, ce qui domine sur les forums, c'est ce qui divise.
Dans ce message, j'interviendrai pour la dernière fois sur le sujet inauguré par Marquetalia, je crois, et relayé par Xuan et Finimore.
Dans son dernier post, Xuan se félicite du succès (selon lui) de la théorie des trois mondes. Il écrit: "Les faits ont montré que le social-impérialisme russe s'est effondré. Reste l'Hégémonisme US, et sa fin est proche."
Bravo la Chine, donc ! Bientôt elle sera la première superpuissance mondiale!
Reste quand même quelques questions:
1)Est-ce vraiment la théorie des rois mondes qui a conduit à l'effondrement de l'impérialisme russe ?
2) Cet effondrement a t-il fait avancer le mouvement révolutionnaire prolétarien dans le monde?
3) N'a-t-il pas plutôt servi les intérêts de grande puissance de la Chine?

Enver Hoxha a répondu à ces questions dans son ouvrage capital L'IMPERIALISME ET LA REVOLUTION. Je cite: "La politique pragmatiste et confuse de la Chine l'a conduite à s'allier à l'impérialisme américain et à proclamer le social-impérialisme soviétique ennemi et danger principal. Demain, lorsque la Chine verra qu'elle a atteint son objectif, qui est d'affaiblir le social-impérialisme soviétique, lorsqu'elle verra, selon sa propre logique, que l'impérialisme américain se renforce, alors, comme elle s'appuie sur un impérialisme pour combattre l'autre,elle pourra porter sa lutte sur l'autre flanc. L'impérialisme américain pourra devenir à ses yeux plus dangereux, et elle-même, automatiquement, adoptera l'attitude contraire.
C'est là une possibilité réelle. A leur VIII ème Congrès tenu en 1956, les révisionnistes chinois jugeaient que le danger principal était l'impérialisme américain. Par la suite, à leur IX ème Congrès tenu en avril 1969, ils déclaraient que les deux superpuissances, l'impérialisme américain et le social-impérialisme soviétique représentaient toutes deux le danger principal.Plus tard encore, après leur X ème Congrès tenu en Août 1973 et à leur XI ème Congrès, ils ont déclaré comme ennemi principal le seul social-impérialisme soviétique. Avec de tels flottements, et avec une politique pragmatiste, il n'est pas impossible que leur XII ème et leur XIII ème Congrès soutiennent le social-impérialisme soviétique et proclame ennemi principal l'impérialisme américain, et cela jusqu'à ce que la Chine aussi atteigne son but: devenir une grande puissance capitaliste mondiale. Quel rôle jouera-t-elle alors dans l'arène internationale? Ce ne sera jamais un rôle révolutionnaire, mais un rôle régressif, contre révolutionnaire."

Quelle clairvoyance!

Mais Xuan dira peut-être que la Chine étant socialiste, la puissance de la Chine est au service de la révolution socialiste mondiale. Le problème, c'est que la Chine s'est niée elle-même comme pays socialiste en se rangeant dans le concept confus de "tiers-monde" et qu'elle s'est transformée en pays capitaliste où dominent les monopoles, c'est-à-dire en pays impérialiste.
Bref, la Chine est devenue une super-puissance impérialiste qui travaille pour établir son hégémonie. Rien d'intéressant, voire pire, pour la révolution.

En relation avec cette théorie des trois mondes et pour taper sur Enver Hoxha et le Parti du Travail d'Albanie qui ont démasqué ses amis chinois , Xuan appelle au secours Jacques Jurquet.
Il cite un extrait d'un de ses livres comme une référence. Dans cet extrait, Jacques Jurquet prend à partie Enver Hoxha. Je cite: Quatrième attaque: Enver Hoxha se proclamait hostile à une Europe occidentale unie. Il s'y opposait."
Et bien oui, hommage du vice à la vertu, il s'y opposait.
Et les communistes marxistes léninistes de France s'y opposaient aussi (sauf les prochinois). Et ils continuent à s'y opposer comme bloc impérialiste opposé aux intérêts des peuples qu'il domine.

Bon, voilà. Je n'en dirai pas plus.

--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 Page suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  lectures  une guerre "juste" pour un Etat mafieuxNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum