Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  les luttes du Maghreb 

 dirham, impérialisme et lutte de classe

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9813 messages postés
   Posté le 29-01-2018 à 09:50:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une étude de "PCF Littoral, "entre Lez et Vidourle" Lattes-Grande Motte-Lansargues- Mauguio-Palavas -Pérols", alors que la lutte de classe se poursuit depuis plusieurs semaines

Maroc : notre ami le Roi choisit de rendre le dirham convertible



Deux régimes de change cohabitent dans le système monétaire. Celui appelé «taux de change fixe» où la valeur de la monnaie d'un pays est fixée par sa banque centrale, tout en étant indexée sur le cours d'une devise étrangère, appelée étalon. C'est le cas de la Chine.

Dans le régime du «taux de change flexible», la valeur de la monnaie ne dépend pas directement de celle d'une monnaie référence, mais plutôt de l'offre et de la demande sur le marché des changes, c'et à dire à la Bourse. Autrement dit, de la sacro-sainte loi du libéralisme, défendue notamment par les institutions de Bretton Woods, Banque Mondiale et FMI. C'est le cas de la France et de tous les pays dont la monnaie est convertible dans une banque. Mais les pays africains ou latino-américains dont la vraie monnaie est l'euro ou le dollar , la monnaie officielle trop faible étant méprisée, sont exactement dans le même cas.

Le capitalisme mondialisé a ainsi un outil de choix lui permettant de contrôler l'économie mais aussi la politique intérieure d'un pays qui aurait des velléités d'indépendance.

.La convertibilité est la propriété d'une monnaie nationale d'être librement échangée. Ce qui n'est pas le cas de la plupart des pays en développement, comme le Maroc ou la Tunisie, où les devises étrangères sont appelées en arabe «devise difficile».

Par exemple L'Euro, le Dollar ou le Yen sont convertibles. Ils sont achetés partout et circulent dans le monde, en dehors de leurs territoires nationaux respectifs, parce qu'il y a un marché d'offre et de demande. Mais le seul marché du Dirham, c'est celui qui existe à l'intérieur du Maroc, qui a institué, depuis l'indépendance, un système de contrôle des changes, puisque les devises qu'il peut obtenir sont très inférieures aux demandes internes, la monnaie forte chassant la monnaie faible. Les satisfaire détruirait la monnaie nationale. Un des avantages consiste à créer un noyau de privilégiés qui ont accès aux devises et que nous nommons faute de mieux bourgeoisie compradore, ce terme étant né dans d'autres conditions. En tout cas une bourgeoisie qui n'a rien de national mais qui n'a aucune possibilité de jouer dans la cour des grands. En somme des domestiques bien payés.

Mais cette situation laisse aux pays une marge de manœuvre par la dévaluation de la monnaie nationale et l'existence d'un marché intérieur où cette monnaie a de la valeur. On peut la fixer à la louche à 10 % ou 20 % des échanges, ce qui est peu mais pas rien.

Au stade actuel du capitalisme rentier nous posons comme axiome à vérifier que c'est devenu insupportable aux chasseurs de profit à 14 %.

Le Maroc de 2018 nous apporte un début de réponse. Une très relative indépendance financière lui donnait une petite marge de manœuvre offrant à la bourgeoisie compradore des opportunités. Cela s'accompagnait bien entendu d'une corruption massive, de violences sociales mais le champ n'était pas entièrement libre pour le capitalisme rentier. Cette relative indépendance devient impossible à tenir, c'est ce que nos chiens de garde nomment " le déni des gouvernants qui se refusent à prendre les mesures nécessaires". Quand il n'y a plus d'autres moyens, la rente financière leur coupant les vivres, il faut bien sauter le pas.

Les dirigeants marocains savent ce qui va advenir. Pour sauver leur tête à court terme, comme jadis le Cardinal de Fleury qui dilapidait le trésor royal au temps de la régence de Louis XV, ils invitent les sociétés marocaines à s'assurer auprès des banques contre la variation des taux de change qui pourrait impacter les bénéfices. C'est se mettre à l'eau pour ne pas se mouiller. Et s'imaginer qu'il sera possible d'éviter les «dérapages» à l'égyptienne , à savoir une inflation de l'ordre de 30%, est parfaitement ridicule , la queue n'ayant aucune possibilité de remuer le chien, comme on dit vulgairement. Pour acheter des dirhams lorsque la banque centrale marocaine devra le faire pour lutter contre la dépréciation où la banque trouvera-t-elle l'argent ? En somme la finance qui vous étrangle volera à votre secours.

La Chine, qui a 3.000 milliards de dollars de réserve a gardé sa monnaie en partie non convertible et sous le contrôle de sa banque centrale. Elle ne l'a pas fait flotter. C'est le fondement de l'hostilité des capitalistes du monde pour ce pays tempérée par l'impossibilité de peser. Le Maroc, dont la dette extérieure a atteint un record historique de 30 milliards de dollars, lui, aurait la capacité de la faire flotter..

La boule de cristal est inutile pour prévoir les conséquences. La masse des Marocains n'ont aucun accès aux devises, sinon par la mendicité , les marges du tourisme , le trafic illicite et les sommes qu'envoient (heureusement) les Marocains d'Europe. Le dirham monnaie de singe s'effondrant les prix internes monteront. Le régime a intérêt à construire encore plus de prisons et le panier de la ménagère prendra un coup de chaud.

Mais le véritable objectif sera atteint, une main d'œuvre payée en dirhams de moins en moins coûteuse et des délocalisations de plus en plus rentables.

La situation du Maroc est donc prérévolutionnaire au Rif qui attaque de plein fouet ces orientations

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
54 messages postés
   Posté le 30-01-2018 à 05:42:20   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

La situation du Maroc est donc "prérévolutionnaire" : étrange conclusion.
L'expérience des dernières révolutions dans des pays dominés par les sectes islamistes et les libéraux du monde occidental montre que ce n'est pas la révolution qui survient mais l'installation de la réaction la plus brutale, avec les militaires, les curés ou les imams et en ficelle, la finance du monde à la Soros.
Pour le plus grand malheur des peuples bernés par les boniments des religions.
Ni dieu, ni maître, la Sociale!

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9813 messages postés
   Posté le 30-01-2018 à 14:52:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un peu optimiste sans doute. C'est exact, les printemps arabes ont été noyautés par les USA et les islamistes.
Lors des derniers mouvements sociaux en Iran l'accusation de subversion a été lancée également, mais la situation est peut-être en train d'évoluer parce que l'islamisme radical a été vaincu en Syrie d'une part, et d'autre part parce que l'hégémonisme US est très largement rejeté.
Je crois qu'une situation nouvelle peut apparaître, où les mouvements sociaux pourront obliger les bourgeoisies à reculer sur certains points, pas pour autant les renverser parce que l'impérialisme existe toujours et parce que les partis communistes sont trop faibles.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  les luttes du Maghreb  dirham, impérialisme et lutte de classeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum