Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Infos des orgas 

 DECLARATION FORUM DE LA GREVE GENERALE ILLIMITEE

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
913 messages postés
   Posté le 03-05-2017 à 13:56:42   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Lire ICI

PAS UNE VOIX OUVRIÈRE POUR LES DEUX REPRÉSENTANTS DU CAPITAL

--------------------
L'émancipation des ouvriers sera l'œuvre des ouvriers eux-mêmes
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9577 messages postés
   Posté le 04-05-2017 à 21:15:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Pen est hors jeu pour ces élections. Le capital a choisi Macron pour l'Union Sacrée. Le FN est désigné comme le parti de l'opposition, une caricature de parti communiste. Il sert d'épouvantail.


Edité le 04-05-2017 à 21:23:21 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
913 messages postés
   Posté le 07-05-2017 à 11:45:51   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Bonjour Xuan,

Avec où sans Marine Lepen pour le représenter, le fascisme restera toujours une option pour la bourgeoisie. Avec Macron, la grande bourgeoisie abat une des dernières cartes de sauvetage de son système de représentation.

Ceux qui sont véritablement hors-jeu aujourd’hui dans le paysage politique sont les communistes ML. Eux, pas même capables de s'accorder sur le service minimum de riposte sociale à soutenir où à mettre en place. Cette dernière semaine avant le second tour, nombre de statisticiens s'accordaient à reconnaître que plus de 50 % de l'électorat qui votera Macron aujourd’hui le fera sans conviction, mais « simplement » par rejet du FN.

En clair, cela incite à comprendre, que les colères rentrées de cet électorat trouveront possibilité d'apaisement aux prochaines législatives malgré une méfiance accrue avec l’offre (je devrais dire les offres) politique à la gauche de la gauche ; et l’affaire sera pliée jusqu’en 2022. Là suite ? elle est simple à envisager, l’absence d’un véritable Parti communiste à direction politique ouvrière, pourrait bien signer une nouvelle défaite de notre classe face au fascisme, faute de combattants.

Maintenant, une fois ce constat établi, et sur lequel les ML (j’entends bien les ML, donc exclusion faite des usurpateurs de l’identité communiste du PRCF) peuvent tomber d’accord ; elle est où la proposition politique d’action qui pourrait attirer la sympathie des plus larges masses en direction des communistes authentiques.

Faire émerger un fort potentiel de lutte de classe en même temps qu’œuvrer au regroupement politique des éléments les plus en pointe qu’il contiendrait, cela est possible, en s’emparant de l’arme de la grève générale illimitée anti-capitaliste, antifasciste. Des Militants ML qui discutent sans sectarisme autour de son contenu revendicatif et pourquoi pas en allant plus loin pour aborder les questions qui font divergence en les dépassants même, voilà comment nous pouvons tous avancer que l’on soit Des EP, du CMC, du PCRF, de VP, de OC-FR, de l’UPML, etc notre forum pouvant servir de base d’accueil à des militants détachés de ses organisations.

Intéressé ? des questions ? alors prenez contact avec le forum à :

oser.lutter.oser.vaincre@gmail.com

Omis soit qui mal y pense, omis soit qui manigance.
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9577 messages postés
   Posté le 09-05-2017 à 00:12:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Salut Gorki,

La grève générale pourrait constituer une entrave aux mesures que Macron ne manquera pas d’initier dès son intronisation et sans s’embarrasser de formalités parlementaires.

Si les ml ont peu d’influence je doute du suivi d’un tel mot d’ordre non seulement dans les PME mais même dans les entreprises fortement syndicalisées.
Thorez critiquait aussi cette formule si tu regardes « la grève politique de masse ».

Mais – même si l’action de la classe ouvrière jouera un rôle décisif dans la reconstitution du parti - il me semble que plusieurs questions de fond doivent faire débat, parallèlement à l’action syndicale économique ou aux grèves politiques.
Sinon quel contenu aurait un tel conflit et à qui servirait-il ?
Tu as parlé du PRCF, sa position est ambigüe sur la question nationale. Précisément le « patriotisme économique » défendu par tout un panel politique dont Mélenchon fait débat, mérite une lutte idéologique intense, et demande un réexamen de nos liens avec les prolétariats, les syndicats de classe et les partis communistes d'Europe.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
913 messages postés
   Posté le 10-05-2017 à 08:14:25   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Bonjour Xuan

Excuse-moi, si je considère que ce n'est juste pas une réponse, limite une fin de non-recevoir. N'en prends pas ombrage, mais cela me prouve que l'urgence sociale, cela ne concerne pas forcément tout le monde !

J'ai cherché à comprendre, pourquoi des camarades pouvaient se laisser enfermer dans la facilité des guerres de tranchées que suppose d'aller fouiller dans les vieux dossiers des questions qui divisent, et qui de toutes les façons ne trouveront pas réponse dans la simple confrontation des idées, si un moment donné la pratique ne vient pas trancher. Aussi j'ai trouver ma réponse avec l’excellent texte sur l'esprit de secte voir ici de l'OC-FR

A+
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9577 messages postés
   Posté le 12-05-2017 à 22:42:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Salut Gorki,
pas une fin de non recevoir, l'urgence sociale se manifestera de toutes façons et avec notre modeste participation.
Par contre la grève générale n'est pas que sociale, c'est nécessairement une grève politique. Alors quel serait son objectif ?

D'accord c'est un vieux dossier, mais ce sont les élections qui ont agité les drapeaux tricolores, c'est Le Pen qui s'est vautrée sur le frexit, mais le canard est toujours vivant.

Et je ne parle pas des ambitions de Mélenchon.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
913 messages postés
   Posté le 13-05-2017 à 16:53:24   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Xuan a écrit :

Pas une fin de non recevoir, l'urgence sociale se manifestera de toutes façons et avec notre modeste participation.


Camarade Xuan ! Les communistes clairement identifiés, ML doivent comprendre leur rôle d’avant-garde avec plus de sérieux que cela. Notamment, ils doivent comme premier devoir être ceux qui débarrassent le contenu revendicatif des luttes de tout le fatras d’idées réactionnaires contraires à l’internationalisme prolétarien qu’il peut contenir. Ils doivent montrer la nécessité du dépassement de la lutte économique. Tout cela, ils ne pourront le faire efficacement que de l’intérieur du mouvement ; il faut qu’ils quittent leur rôle d’observateur et de commentateur du mouvement social pour en devenir des acteurs à part entière. Pour cela, il faut qu’ils sortent de leur forteresse organisationnelle dont les remparts se cimentent de la surenchère idéologique, et ce, depuis des décennies.

Xuan a écrit :

Par contre la grève générale n'est pas que sociale, c'est nécessairement une grève politique. Alors quel serait son objectif ?


La France impérialiste, dont les odeurs de putréfaction commencent à bien se faire bien sentir, c’est la toute-puissance, sur le plan de l’influence idéologique dans les masses, des classes intermédiaires qui luttent pour leur survie en tenants la barre dans tous les syndicats. En leur sein, la radicalité d’un certain nombre se retrouvant sur l’offre politique de la gauche radicale, ne doit pas faire illusion ; dans ces masses-là, accepter de faire figure d’alliée de la classe ouvrière dans la révolution prolétarienne ne peut pas être à l’ordre du jour. Tout juste, un ravalement de façade des institutions de la république bourgeoise avec la proposition d’une nouvelle constitution y est consenti…

La particularité de ces couches c’est leur instabilité idéologique, qui autorise la subdivision en courants de pensée ou les idées anciennes y sont remâchées, pour finir en bouillies indigestes. Même les idées les plus réactionnaires y trouvent droit de recyclage. Dans le mouvement « communiste » par exemple ( pour ne prendre que celui-là ) c’est le PRCF qui affiche son attachement à la patrie, à la défense de la nation, maquillant le tout de fragment d’idées du socialisme.

Camarade Xuan les indices s’accumulent qui nous révèlent que nous sommes arrivés à un moment où l’histoire de la représentation politique est syndicale traditionnelle arrivé à bout de souffle. Leur influence se réduit comme peau de chagrin dans la classe ouvrière et les couches des plus pauvres, laissant place à une époque de désespérances sociales "où une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine".

L’urgence sociale, quand elle va se manifester, se sera contre vent et marée et pour se cristalliser en une révolte générale qui va tout déborder, même les anciennes façons de penser la grève générale. Nous verrons apparaître des émeutes de quartier (qui ne seront pas seulement le fait de la jeunesse) rejetant les vieilles représentations du réformisme politique et syndical. Peu de personnes imaginent comment dans les couches les plus pauvres, dans la classe ouvrière, les colères s’accumulent depuis déjà quelques décennies que l’apathie générale qui s’y est installée, ne pourra prochainement plus contenir.

Les contradictions antagoniques s’aiguisant de plus en plus, dans un système qui peine à se sortir de la crise et dont nous sentons bien qu’elles sont porteuses de la Troisième guerre mondiale ; nous avançons avec l’idée, d’unir toutes les forces du mouvement communiste qui échappent à l’emprise des courants de pensée collaborationniste de la petite bourgeoisie. Il faut hisser ces forces à la hauteur de pouvoir peser sur les orientations de lutte que prendra la confrontation de classe aiguë qui ne manquera pas d'arriver.

Si la classe ouvrière, les couches les plus pauvres, se mettre en ordre de bataille, il faut faire entendre notre voix. Nous devons dire la nécessiter pour elles de gagner en autonomie, en refusant la tutelle des organisations réformistes et les récupérations politiques de reconstruction d’un pôle d’attraction social-démocrate fourre tout. Dire la nécessiter de reconstruction d’un authentique Parti communiste de la classe ouvrière, passe nécessairement par lier la théorie à la pratique. Par la grève générale illimitée qui étend son action par-delà les usines les champs et les chantiers, etc., pour gagner les quartiers où s'organisent les débats d'orientation en centralisant les initiatives, il sera plus difficile pour la sociale démocratie de se montrer à la manœuvre, les ML comme des poisons dans l’eau deviendront audibles en gagnant en influence.

La situation actuelle de désespérance sociale et politique des plus larges masses, régulièrement prise en otage de devoir choisir aux élections entre la peste et le choléra, enferme en son sein les solutions de leur dépassement. Aux communistes demeurés fidèles aux principes marxistes-léninistes de se montrer clairvoyants pour se placer à l’avant-garde du mouvement.

J’espère t’avoir mieux éclairé sur les objectifs de notre forum
A+

(Ps) Puisque tu as évoqué Mélenchon, je dirais sous forme de boutade : « que le personnage n’est rien d’autre qu’un ancien militant trotskiste lambertiste qui à passer une vie à pratiquer l’entrisme au sein de la bourgeoisie, et qui aujourd'hui y mène une lutte de tendance en y pratiquant un travail fractionnel »

Des questions ? Écrivez à: oser.lutter.oser. vaincre@gmail.com Envie d’aller plus loin ! inscrivez-vous ICI sur notre forum


Edité le 13-05-2017 à 23:56:34 par gorki




--------------------
L'émancipation des ouvriers sera l'œuvre des ouvriers eux-mêmes
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9577 messages postés
   Posté le 16-05-2017 à 23:00:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

je pense que l'action dans la CGT ne doit pas être abandonnée. Il y a aussi dans cette centrale syndicale des combattants de lutte de classe, quelle que soit leur opinion personnelle. Je parle ici de leur idéologie prolétarienne.
On en connaît toujours autour de soi et y compris dans le syndicat.

Par contre tout ce que tu dis sur l'urgence sociale est parfaitement exact. On ne sait pas encore quelle forme ça prendra mais certainement dans une violence inégalée. Et en face ils le savent très bien. L'Union Sacrée sert à ça.
La destruction de tous les partis traditionnels sert aussi à ça.
Tu parles d'une 3e guerre mondiale. Je n'y crois pas vraiment sinon sous la forme d'une farce grotesque. En tous cas Macron a bien donné à son intronisation un caractère très nettement militariste. La guerre qu'il prépare est une guerre de classe, ici. Et les drapeaux tricolores n'avaient pas d'autre signification.

D'avance on sait que Mélenchon se mettra en travers, en entraînant les derniers bataillons de la gauche "radicale". Pour lui aussi les drapeaux tricolores le 18 mars ont un sens, et de surcroît la ligne de Mélenchon n'est pas seulement une ligne de collaboration de classe, c'est une ligne chauvine, impérialiste.
Mais ça commence à grincer dans le parti révisionniste, la couleuvre ne passe pas.

D'accord avec toi aussi sur l'idéologie "collaborationniste de la petite bourgeoisie" ou plus exactement de ses chefs et idéologues.

A mon sens c'est à la classe ouvrière, après avoir pris la tête de la lutte de classe, de prendre la tête de la petite bourgeoisie.

Enfin il existe des chemins de traverse entre la gauche "radicale" et son ennemi déclaré le FN, aussi étrange que cela puisse paraître. A travers un certain reniement de la gauche social-démocrate classique, une dérive populiste décroissante, ouvertement réactionnaire, souverainiste chauvine. Mais tout ce beau monde a pour commun multiple l'anticommunisme.

C'est la raison pour laquelle j'insiste sur la lutte idéologique en parallèle avec les appels à la lutte de classe.

fraternellement.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
913 messages postés
   Posté le 19-05-2017 à 19:28:48   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Bonjour camarade Xuan

Nous appartenons toi et moi et cette génération d’ouvrier, qui dans les années 60 avons fait nos classes de militants ML dans la lutte contre le révisionnisme en entrant dans la CGT comme à l’époque, c’était d’actualité politique. Maintenant, il serait temps d’en faire le bilan plutôt que de s’arc-bouter sur des tactiques qui n’ont débouché sur rien. Et à y regarder de plus prés nous pourrions même dire que c’est les ML qui y ont perdu des militants. Bien entendu, cette analyse mériterait d’être affinée, mais les faits sont les faits.

La lutte des classes demeurant le moteur de l’histoire, je demeure convaincu que la lutte idéologique contre le réformisme et le révisionnisme n’a plus pour exclusive d’être menée dans les syndicats. La classe ouvrière rendue méfiante de par ses expériences négatives (principalement par ses échecs de ses luttes contre les licenciements) rejette globalement toutes les directions syndicales. Nous pouvons même observer que se faisant, elle a laissé aux travailleurs des catégories intermédiaires, adeptes du réformisme, la possibilité de faire de la CFDT le premier syndicat de France, même si sa représentativité effective relève des apparences trompeuses.

A+

--------------------
L'émancipation des ouvriers sera l'œuvre des ouvriers eux-mêmes
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9577 messages postés
   Posté le 25-05-2017 à 20:35:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Salut camarade gorki,

Ce n'est pas la présence dans les syndicats qui est en cause pour moi, c'est la direction politique et l'absence de parti, le lien entre l'action économique et l'objectif final. On arrive à un point où les militants CGT de la base ont un train d'avance sur les organisations politiques.
Mais la méfiance envers les directions n'est pas une organisation.

j'ai reçu un autre écho pour une grève générale.

"Évolution n'est pas compliquée
Pas BS oin
D'en blablater
Pendant des heures
Pour rien
Construire
Les salariés précaires ont besoin actes imediats
De même les personnes en situation de handicap
U n seul.mots d'ordre
Greve générale
Dew actes
Les blabla c'est fini"



Pour ce qui concerne les objectifs, dans l'immédiat il faudrait une augmentation générale des salaires et des pensions.
Abolition de la loi travail et des réformes sur les retraites
Embauche des intérimaires, régularisation des sans papiers et « à travail égal salaire égal » (y compris travailleurs détachés par exemple)

Tu dis quoi ?


Edité le 25-05-2017 à 20:52:34 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Infos des orgas  DECLARATION FORUM DE LA GREVE GENERALE ILLIMITEENouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum
   Hit-Parade