Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  les classes en France 

 chômage des hommes, précarité des femmes...

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9848 messages postés
   Posté le 09-03-2010 à 19:54:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

CHOMAGE DES HOMMES, PRECARITE DES FEMMES...


La France vient de repasser au-dessus de la barre des 10 % de chômeurs. Un tiers de plus en moins de deux ans. Et encore, ce chiffre ne prend pas en compte le développement de la précarité, qui touche en premier lieu les femmes.



En révélant que le taux de chômage en France (DOM inclus) avait atteint le chiffre symbolique des 10 % au 4è trimestre 2009, l'enquête emploi de l'Insee confirme la gravité de la situation sociale. Au 1er trimestre 2008, avant que la crise fasse sentir ses premiers effets, il était à 7,5 % : en 21 mois, la progression est donc d'un tiers. Voilà qui tranche singulièrement avec les communiqués officiels, qui tendaient au contraire à minimiser l'impact de la crise, affirmant que la France était moins touchée que d'autres et que la situation commençait à s'améliorer.

Un tiers de chômeurs en plus

Toutefois, pour analyser un peu ces chiffres, il faut se rabattre sur la seule France métropolitaine, pour laquelle nous disposons de davantage de détails. Pour le 4è trimestre 2009, le taux de chômage y est de 9,6 % (contre 7,2 % vingt et un mois auparavant), ce qui représente 2,73 millions de chômeurs (contre 1,99 vingt et un mois auparavant). Mais il s'agit des seuls « chômeurs au sens du BIT », c'est-à-dire des personnes sans aucun emploi (avoir travaillé ne serait-ce qu'une heure au cours de la semaine précédant l'enquête vous exclut du chômage), qui en recherchent un activement (s'inscrire à Pôle emploi ne suffit pas) et qui sont disponibles pour occuper un emploi si elles en trouvaient un (ce qui exclut les personnes malades ou en formation). Aussi, l'Insee complète ces données par deux autres, au moins aussi importantes.

D'une part, il chiffre le « halo du chômage », qui intègre également les personnes qui, tout en souhaitant trouver un emploi, n'ont pas effectué de démarches dans ce sens au cours du mois précédent (soit 322 000 personnes), ainsi que les personnes qui ne sont pas disponibles dans les deux semaines pour reprendre un éventuel emploi (soit 518 000 personnes). Avec ce « halo », le nombre de personnes sans emploi désireuses d'en trouver un passe à 3,42 millions[1]. Vingt et un mois auparavant, ce halo ne concernait que 2,67 millions de personnes : il a donc grossi de 750 000 personnes.

D'autre part, l'Insee dénombre les personnes travaillant involontairement moins qu'elles ne le souhaiteraient : chômage partiel et travail à temps partiel subi. Leur nombre est passé de 1,19 million à 1,41, soit 220 000 personnes supplémentaires. Au total, on compte donc près d'un million de personnes (750 000 + 220 000) de plus dépourvues d'emploi ou contraintes de se contenter d'un temps de travail moindre que souhaité.

Or, dans le même temps, le Trésor public a consacré environ 7 milliards d'euros à subventionner les heures supplémentaires en les détaxant de cotisations sociales et d'impôt sur le revenu. La Dares estime qu'en 2006, avant que s'applique la loi qui a créé ces exemptions (la loi « TEPA », en vigueur depuis octobre 2007), environ 630 millions d'heures supplémentaires avaient été effectuées[2]. Durant le premier semestre 2008, avant que la crise se déclenche, on en a comptabilisé 357 millions : s'il n'y avait pas eu la crise, on peut donc estimer au plus à 750 millions le nombre d'heures supplémentaires détaxées qui auraient pu être effectuées en année pleine (le 2è semestre est toujours caractérisé par une augmentation des heures supplémentaires). Ces 120 millions d'heures sup en plus ont donc coûté à la collectivité ... 58 euros pièce, davantage que ce que coûtent à la Sécu trois consultations de médecin généraliste. Plutôt que d'augmenter le pouvoir d'achat de ceux qui sont en emploi, il serait plus intelligent de soutenir celui de ceux qui ont perdu le leur, par exemple en leur procurant des formations qualifiantes ou des emplois aidés.

Les femmes plus épargnées ?

En apparence, c'est le cas : dans les années 1990, le taux de chômage des femmes était supérieur à celui des hommes d'environ trois points. En 2003, l'écart n'était plus que de deux points. Puis d'un point en 2007. Et, pour la première fois depuis que l'on mesure le chômage au sens du BIT en France, au 4è trimestre 2009, les femmes font jeu égal avec les hommes : 9,6 % dans les deux cas. Et chez les moins de 25 ans, leur taux de chômage est devenu inférieur à celui des hommes, à un niveau élevé certes (24 % contre 25,3 %). Beaucoup de commentateurs ont souligné que c'était - enfin - la reconnaissance du fait que les femmes sont en moyenne plus diplômées que les hommes, qu'elles travaillent davantage dans le domaine des services, moins touché par la crise, alors que l'industrie, monde traditionnellement bien davantage masculin, a subi la crise de plein fouet, etc.

Tout cela est vrai, mais il faut sensiblement nuancer. Au cours des trois derniers trimestres, le taux d'emploi à temps partiel dans l'ensemble de l'emploi a progressé d'un point et demi chez les femmes : 29,2 % au cours du premier trimestre, contre 30,7 % au cours du dernier trimestre, soit le chiffre le plus élevé jamais enregistré. Chez les plus jeunes (la tranche 15-24 ans), la progression est même de... six points, passant de 32,6 % à 38,6 %, battant là aussi, et de loin, un record absolu. Certes, chez les hommes également on enregistre une progression, mais de bien moindre ampleur. Tout s'est passé au fond comme si, confrontés aux difficultés économiques, les hommes avaient été contraints au chômage, les femmes au temps partiel, principalement chez les jeunes. Et l'on sait bien ce que temps partiel contraint signifie : femme de ménage, femme de chambre, caissière, serveuse... tous ces emplois qui se conjuguent au féminin et qui sont souvent synonyme de pauvreté laborieuse : car le temps partiel est désormais devenu la première cause de travail paupérisant.

Ainsi, la crise ne se limite pas à priver certains d'emploi. Elle en contraint d'autres - femmes essentiellement - à se rabattre sur des emplois de mauvaise qualité, lesquels se développent parce qu'ils améliorent la flexibilité, comme le souhaitent nombre d'employeurs. A trop garder les yeux rivés sur le chômage, on risque de perdre de vue que la crise paupérise une partie des salariés (salariées, surtout) en dégradant la qualité des emplois qui se créent ou subsistent.

Denis Clerc | Article Web - 04 mars 2010

Notes

*
(1) En effet, il faut retrancher du total 139 000 personnes qui ont trouvé un emploi mais qui commence ultérieurement : elles sont néanmoins comptabilisées comme étant au chômage selon les normes BIT, jusqu'à ce qu'elles occupent effectivement l'emploi trouvé.
* (2) Voir sur le site de la Dares, Premières Synthèses n°40.5de 2008.

Source : http://www.alternatives-economiques.fr/


Edité le 09-03-2010 à 19:57:30 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  les classes en France  chômage des hommes, précarité des femmes...Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum